« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   Lun 20 Jan - 14:25

Le cercueil descendait...
Lentement...
Lentement il descendait...
Dans les abysses cruellement...

Undertaker et Calista étaient les seuls présents excepté quelques employés du cimetière qui descendirent délicatement la bière. Undertaker se débrouillait tout seul ordinairement mais il avait engagé ces personnes pour ne pas renforcer plus la solitude que Calista pourrait ressentir en ce lieu. Le corps du père avait été confié à quelqu'un d'autre et ne serait pas enterré dans ce cimetière. Undertaker se demandait même s'il serait enterré dans un cimetière d'ailleurs...

Alors que les employés se retiraient, Undertaker s'approcha du rebord du trou encore ouvert. Il descendit, faisant néanmoins signe à Calista qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Sur le cercueil, Undertaker déposa l'un de ses bâtons traditionnels marqués de symboles venant de la secte boudhiste Shingon. 

- C'est une protection contre les forces du mal...

Undertaker sortit après avoir laissé son cadeau puis saisit la pelle avec laquelle il ramena la terre dans le trou, recouvrant peu à peu la boîte qui gisait au fond. C'était l'heure des adieux mais c'était aussi l'heure du renouveau. La jeune Calista devait aller de l'avant pour survivre dans ce monde, c'était indispensable.

- Au revoir Elyon, repose en paix...

[Désolé, c'est trop court TT^TT]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   Mar 21 Jan - 11:30

L'hiver.
Cette saison est glaciale et la morsure du froid n'épargne personne.
Tout meurt durant cette saison. Tout. La végétation se fane, les animaux sont gelés et les pauvres qui ne peuvent s'abriter à temps. Le froid a tout emporté. Un vent glacial semblait s'être abattu sur ce lieu funeste qui avant me répandait de joie à sa simple vue, comme le vent glacial me brûle le coeur de sa morsure néfaste.
Tout meurt, tout est mort. En moi, j'ai l'impression que mon petit coeur d'humaine, d'enfant, se meurt et se gèle.
Les larmes coulent mais se sèchent toutes seules sans que j'ai besoin de les sécher moi-même avec ma manche; le froid le fait pour moi.
Je ne saurai dire jusqu'à quel point je suis triste et lasse. Désespérée serait le mot juste.
Je voudrais pouvoir sourire et me dire que rien n'est fini, car un jour je sais que je les reverrai de l'autre côté de la rive; elles m'attendent et nous partirons toutes les trois heureuses sans ce paternel qui nous a maltraité jadis.
 
Ma mère est morte l'hiver dernier.
Cet hiver la Mort a emporté ma tendre soeur et mon père.
Elles vont me manquer. Oui. Elles. Mon père non. Je ne veux plus le revoir et j'espère qu'il brûlera en Enfer tandis que ma chère mère et ma tendre soeur, adorables femmes m'attendent pour aller vers un monde meilleur où les brises seront douces et la vie joyeuse, où jamais la violence et la cruauté n'auront leur place; seuls compteront le bonheur et la paix.
Mais vous, pensez-vous que cela est possible ?
Je ne sais pas quoi penser.
 
J'ai peur. Je me sentais seule, si seule. Mais je sais que mes deux amis, Angelo et Demone seront toujours là.
Sans l'oublier lui. Ce gentil fossoyeur.
 
Je l'avais rencontré l'hiver dernier à la mort de ma mère et j'ai été comme attirée vers lui. Pourquoi ? Comment ?
Je ne suis qu'une jeune fille innocente qui ne sait rien de la vie, j'en suis sûre et certaine !
Mais je suis aussi sûre et certaine que cet homme aux longs cheveux gris est quelqu'un de bien et que je l'apprécie. Apprécier, vraiment ? Non, plus que cela. Comment appelle t-on ce sentiment ?
Mon coeur loupait plusieurs battements et aurait dû s'arrêter, chaque fois que je le voyais au cimetière; et j'y passai mon temps dans l'espoir de le revoir. Si beau, si mystérieux !
Oh et si gentil !
Mignon, séduisant aurait dit mon adorable soeur Elyon.

Elyon...
Un si joli prénom n'est-ce pas ? Si un jour j'ai une fille je l'appellerai Elyon ! Comme ma soeur. Ma...défunte...soeur...
Oh pardon, pardon ! Je suis en train de pleurer ! Les larmes s'écoulent comme un énorme raz-de-marée le long de mes joues et je n'arrive pas à m'arrêter !
Je ne veux pas pleurer, je veux sourire, pour lui faire plaisir ! Faire plaisir à cet homme prêt de moi, aux yeux à peine entrevus mais j'ai le souvenir d'yeux magnifiques ! Faire plaisir à ma mère et ma soeur; elles ne voudraient pas que je pleure mais que je souris et que je vive !
Mais hélas je n'y parviens pas...
Je pleure.
Je suis...lamentable...
 
Je regarde le cercueil qui descend lentement.
Je sais qu'il y a d'autres personnes, les employés du cimetière par exemple, mais je n'y prête pas attention et j'y jette pas même un œil. Seul un homme compte pour moi, une personne. Oh Monsieur Undertaker !...si vous saviez ce que...je...ressens pour vous...
Plus que de l'appréciation, mais comment appelle t-on ce sentiment ? Qu'est-il ? Qu'est-il ?!
 
Mais quel est cet étrange bâton que je le vois déposer sur le cercueil d'Elyon ?


- C'est une protection contre les forces du mal...

Je tente un sourire; une grimace plutôt.
Si prévoyant, si aimable, si gentil.
Je...monsieur Undertaker je...vous...apprécie ? Non...je vous trouve sympathique ?...non plus...qu'est-il ce sentiment ? Il me brûle les lèvres, je voudrais savoir le dire même dans mes pensées !


- Au revoir Elyon, repose en paix...
 
Sa voix si belle me ferait presque oublier le reste et l'enterrement et...tout.
Tout oublier.

 
-Grande soeur !
 
Je ne puis rien dire d'autre. Je continue de pleurer. Je m'effondre par terre, à genoux, toute vêtue de noir. Mes mains sont devant mon visage; je suis tel un Ange Pleureur, une statue vivante pleurant la mort de sa soeur.
Et...l'émotion certainement...je crains m'évanouir un instant, mais non...
J'ai si...mal...
 
Monsieur Undertaker...
Je crois...
Je crois que...
...je vous aime...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   Sam 25 Jan - 18:32

-Grande soeur !

Elle tomba à genoux, laissant les larmes couler. Le spectacle du pathétique humain par excellence mais étonnamment, Undertaker n'était pas du genre à se moquer de cela même si ça ne le touchait absolument pas en tant qu'être bénéficiant d'un quasi éternité. 
La mort n'en restait pas moins cruelle avec les humains. On disait toujours que les meilleurs partaient en premier mais, la vie ne perdrait-t'elle pas tout son attrait si c'est le cas ? Nous ne serions que très seuls sur nos derniers instants alors...

Undertaker ne l'aurait pas fait en temps normal car il n'en avait rien à faire mais il s'approcha de Calista et s'accroupit en face d'elle, laissant la pelle de côté. Il finirait après. Il prit doucement la tête de Calista avec sa main droite puis il la serra doucement contre lui, laissant la tête de la petite fille reposer contre son épaule. Cela ne durerait peut-être pas longtemps mais pour eux, ce serait comme un instant d'éternité. Il passa sa main pâle dans les cheveux de Calista, en ressentant la douceur et voulant la réconforter. Il n'importait pas au fossoyeur que son manteau soit trempé des larmes salées, ce n'était pas très grave finalement.

- Je fais la promesse que tant que tu n'aura personne, je m'occuperais de toi Calista. C'est sur la lune renaissante que je te le promet...

Il souriait alors que la lune était la, dans le ciel mais faiblement apparente car il ne faisait pas nuit. Il se releva, caressant encore une fois le visage de Calista puis retourna à sa tâche. Après plusieurs coups de pelle, Elyon fut finalement totalement enterrée. Undertaker revint vers Calista et s'assit juste à côté d'elle, à même le sol. Il ne dit rien mais son regard restait posé sur la tombe. Ils étaient la, une dernière compagnie pour la pauvre Elyon. Elle ne partait pas seule, ils étaient la pour lui dire au revoir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   Lun 27 Jan - 18:26

Je ne sais pas quoi faire. Je me sens triste, désespérée et perdue. Mais il est là. Près de moi...Ô monsieur Undertaker ! Vous êtes si...si...
Je ne trouve pas les mots...
 
Doucement je le sens qui me prend la tête avec sa main droite et me laisse pleurer sur son épaule, dirait-on que mes larmes salées mouillant son costume ne le dérange pas. Vous êtes bien généreux monsieur Undertaker...
J'ai l'impression que tout pourrait durer une éternité; je pourrais passer l'éternité ainsi, dans ses bras. Je l'aime tellement, vous ne pouvez pas savoir à quel point...je...il est si...
Aah !
Ne pas trouver les bons mots, pour la fille d'un romancier décédé...
Que dis-je ? D'un romancier quelque peu raté décédé.
Oui, il faudrait que je vous en touche deux mots de mon paternel. Mais plus tard...peut-être...


- Je fais la promesse que tant que tu n'aura personne, je m'occuperais de toi Calista. C'est sur la lune renaissante que je te le promet...

Je ne sais pas quoi faire, quoi dire. Je relève ma tête et je le regarde. Mon regard embué de larmes répond à ma place, il dit ce que je veux dire sans y arriver; j'ai bien trop mal au coeur et à la gorge pour le dire.
Merci ! Vous êtes quelqu'un de bon et de généreux monsieur Undertaker ! C'est ce que ma frêle stature et mon regard raconte. Il révèle ce que ma voix ne peut dire.
 
Ma soeur fut finalement entièrement enterrée.
Repose-toi bien Elyon...Toi aussi je t'aime. Tu vas me manquer !
Tu n'es pas toute seule, à nous deux nous te disons au revoir, avec le gentil fossoyeur. Plutôt nous quatre, avec Angelo et Demone. J'espère que tu iras bien, j'espère que tu es bien là où tu es, avec maman, de l'autre côté ! N'oublie pas, n'oubliez pas avec maman, de m'attendre. Je ne sais pas si papa sera là, j'espère bien que non. Chassez-le, vous serez plus fortes à deux, contre lui, car vous êtes bien plus fortes sur cet autre rivage, n'est-ce pas ?
 
________________

 
Et il est de mon rôle de narratrice omnisciente de reprendre là où la jeune Calista est restée sur ses pensées.
Imaginez une peinture triste dans son ensemble. Un cimetière, une tombe, une enfant aux allures d'ange candide qui pleure la mort de sa soeur dont la date révèle que la Mort l'a emportée si jeune. A ses côtés un homme aux longs cheveux gris, présent avec elle. Un homme qu'elle juge bon et généreux, et honnête. Vous savez qui il est vraiment, mais il ne semble pas dangereux; du moins pas dans cette peinture aux couleurs si tristes qu'elle vous ferait pleurer. Peinture triste, donc, mais dans ce tableau, il y ait quelque chose qui puisse attirer votre attention. Aucun des protagonistes du tableau, ni la fille, ni le shinigami ni les deux chats ne le perçoivent mais il est un élément important dans la narration de l'histoire de la très jeune Calista Moon, et un élément que le peintre semble avoir voulu à tout prix en montrer l'inquiétante présence. Souhaitait-il indiquer au spectateur que le destin de la candide enfant serait celui de la nuit alors qu'elle semblait apparemment promise au jour ?
Dans la nuit qui semblait tomber sur le paysage du tableau, au sol, l'ombre de Calista n'était pas tout à fait la même, elle semblait prendre la forme de quelque chose de plus imposant et inquiétant; serait-ce le signe que la jeune fille pouvait courir un grave danger dans un avenir relativement proche ?
Bien sûr elle n'est qu'une humaine, par conséquent cette histoire de tableau n'est qu'à garder dans votre imagination; je ne cherchai qu'un moyen de vous faire savoir ce qui l'attend par la suite, et ce, de manière implicite.
Pauvre Calista Moon. N'est-elle pas à plaindre ? Candide, livrée à ce monde de brutes où règnent violences et injustices, l'enfant perd ses deux parents et sa soeur dans des circonstances tragiques.
Je ne saurai vous décrire de suite de quoi il retourne, mais vous pouvez être certains, chers lecteurs, que l'avenir de Calista s'annonce en partie bénéfique, mais que ses malheurs ne font que commencer - oui, on se croirait dans les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, je vous l'accorde sur ce point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   Sam 22 Mar - 9:50

Undertaker était resté près de Calista mais il pressentait qu'il allait bientôt falloir partir, il n'était pas spécialement bon pour les humains de côtoyer la mort trop longtemps. Il leur fallait des répits contrairement aux Shinigamis qui avaient réussi à encaisser le mécanisme de la mort.

Undertaker commença à s'éloigner de la tombe, il attendrait à l'extérieur que Calista le suive mais si elle avait besoin d'être un peu seule, il se devait de la laisser se recueillir. Elles reposeront en paix apparemment, même les Shinigamis ne peuvent pas savoir exactement ce qu'il y a après. Eux, il se contente juste de marquer la frontière entre la vie et la mort, couper avec les lames d'un ciseau la fin de la bande. Le film se termine ainsi pour tout humain...

Undertaker s'était posé à l'avant et remarqua sur le toit d'en face comme une ombre familière, il ne dit rien mais il savait que le jour n'allait pas tarder à arriver. Il allait bientôt sortir de l'ombre d'une manière spectaculaire et il allait devoir rester prudent en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   Jeu 3 Avr - 10:33

Je ne sais pas pourquoi...
Je me sens si seule...Et pourtant il est là près de moi... Il...il a promis de s'occuper de moi, tant qu'il n'y aura personne pour le faire à sa place...
Merci monsieur le gentil fossoyeur...

Doucement je le vois s'éloigner, alors que moi je suis à genoux sur le sol froid et humide du cimetière. D'un œil je le regarde partir, il m'attend c'est cela ?! J'ai besoin d'être un peu seule...mais à la fois je n'en ai pas tellement l'envie...
Je regarde les deux tombes, celle de ma soeur, celle de ma mère.
Et je pleure...
Les larmes ne veulent plus s'arrêter, et j'ai l'impression que mon coeur saigne; une plaie béante s'est ouverte, et elle ne veut pas se refermer, j'ai cette impression qu'elle ne se refermera jamais et que je resterai ainsi jusqu'à la fin de mes jours, ou bien pour l'éternité...que mes larmes salées ne voudront jamais s'arrêter de couler, comme le sang qui de mon coeur s'écoule et se mêlent à mes larmes amères...
J'ai si peur...

Et même la présence de mes deux chers amis Angelo et Demone ne semblent pas apaiser ma souffrance, et le fait que celui que j'aime est prêt à s'occuper de moi ne semble pas faire disparaître mon chagrin...

Que je dois être bien pitoyable !
Une misérable humaine de la petite bourgeoisie, désargentée, orpheline, et je suis une fille...Enfermée dans mes rêves et mes illusions...
J'ai le sentiment que quelque chose s'est brisé au plus profond de mon être, que quelque chose est mort en moi et que mon âme...Mon âme...
Je ne sais pas pourquoi, je sens que quelque chose ne tournera bientôt plus très rond en moi...
Deviendrais-je folle de douleur et de chagrin ?

Et je pleure, je continue de verser mes larmes...
Et je ne sais combien de temps cela dure.

Avec difficulté je tente de me relever mais je retombe aussitôt, salissant mes mains et ma robe au noir si triste, couleur de morte.
Je vois Demone devant les tombes, silencieux, assis bien droit, semblant offrir un dernier hommage à ma mère et ma soeur, tandis qu'Angelo y pleurait de tristesse. Et l'instant d'après, ils reviennent vers moi.
Angelo me lèche doucement la main droite et je tente un faible mais vain sourire qui disparaît. Je n'ai pas tellement cette envie d'être joyeuse. J'ai perdu tellement...

Je me relève enfin et mes larmes coulant toujours, je finis par rejoindre la sortie.

J'aimerais tellement qu'il me prenne dans ses bras, je veux sentir son coeur battre contre ma petite poitrine de faible humaine, sentir qu'un coeur bat pour moi, que quelqu'un m'aime et me protégera.
Je ne veux pas finir toute seule...
Alors faiblement je lui souris en séchant mes larmes, je trouve la force de cesser de pleurer. Mais en moi, en mon coeur, c'est une plaie béante que mon père m'a laissé...
Je ne veux pas souffrir...
S'il vous plaît monsieur le gentil fossoyeur...aidez-moi...s'il vous plaît...ne me laissez pas...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Bas Fond: Cimetière] Au revoir Elyon où un cri venant du coeur...[PV: Undertaker & Calista Moon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]
» Cimetière de Godric's Hollow
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Cimetière de Konoha
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-