« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Dim 19 Jan - 18:32

Le vent soufflait une très légère brise qui sécha naturellement les larmes qui coulaient sur le visage blanc à la peau fine comme de la porcelaine. Ses longues mèches de cheveux châtains flottaient dans le vent et retombèrent mollement sur ses très frêles épaules. Elle était petite, fine et élancée. Une jeune beauté gracile et fragile, on aurait dit une poupée de porcelaine dont le moindre choc pouvait la briser en mille morceaux.
Hélas, c'était le cas de son tout petit coeur mou qui battait avec peine.
Sa famille avait été enterrée et elle n'avait pu s'empêcher de pleurer comme l'enfant qu'elle était, comme elle n'avait pu s'empêcher de revenir chaque jour leur dire qu'ils lui manquait. Elle était toute vêtue de noir, elle était en deuil. Le croque-mort n'était pas là aujourd'hui pour la réconforter et la faire rire. Seuls les deux chats étaient là, toujours avec elle, toujours l'accompagnant où qu'elle aille.
La jeune fille de dix-sept ans à peine avait déposé des fleurs sur les trois tombes. Elle avait commencé par la tombe de son père pour aller voir celles de sa mère et de sa soeur. Elle ne comprenait pas pourquoi le croque-mort avait éloigné la tombe de son paternel du reste de sa famille mais respectait son choix; ce n'était pas à elle de décider, surtout qu'il avait eu l'amabilité de l'héberger et de la nourrir. Il était si charmant et si gentil !
 
Demone, son chat noir aux yeux jaunes était juste à côté d'elle, assis sur son postérieur, rendant un hommage silencieux aux deux femmes qui avaient tout tenté pour protéger sa jeune amie, tandis qu'Angelo miaulait de tristesse juste à côté et versait lui aussi des larmes. Ces chats. Ils n'étaient que des animaux, mais étaient si...humains !
Et ils s'entendaient tellement bien avec leur jeune amie.
 
Calista Moon regardait les tombes de sa mère et de sa soeur. Les larmes coulaient le long de ses joues pâles comme celles d'une morte.
 
"Miranda Moon, jamais nous ne t'oublierons."
"Elyon Moon, tu es partie trop tôt."
 
Calista pensa qu'il y aurait pu y avoir une troisième tombe juste à côté des leurs. Celle d'une fille. La sienne. Sait-on jamais.
Et si le fossoyeur n'avait jamais ouvert la porte à temps ? Elle serait décédée elle aussi.
Elle pleura de nouveau.

 
-Maman...Elyon...j'aimerais tellement pouvoir vous rejoindre vous aussi, dans ce monde où vous êtes...Vous me manquez tellement ! Mais quel est donc ce monde d'où l'on ne revient jamais et d'où vous dites que je suis trop jeune pour m'y rendre ? Elyon...tu étais plus jeune que maman, alors pourquoi es-tu partie, pourquoi tu m'as laissé seule ? Mademoiselle Layne, la gentille libraire de la dernière fois...Elle a dit que vous étiez mortes, mais on dit qu'il y a une vie après la mort, n'est-ce pas ? Alors où êtes-vous vraiment ? Pourquoi êtes-vous parties ?! Pourquoi...pourquoi ne suis-je pas avec vous ? J'aimerais tellement venir avec vous, mais comment vous rejoindre ? Ni bateau ni cheval, ni calèche ne peut m'y amener, mais pourquoi ? J'ai beau avoir demandé aux cochers et aux gens, certains m'ont regardé avec un regard désolé, d'autres avec pitié; et certains m'ont même ri au nez !  Que faire ?
 
Sa voix était si enrouée par la tristesse qu'elle se tut. Elle avait froid et était malade, mais ne s'en rendait pas compte.
Son chat noir, Demone, posa sa petite patte noire sur la main gauche de la jeune fille en miaulant, comme s'il était un humain qui lui dirait "Ne t'en fais, nous sommes là, nous !".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 191
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 20
Localisation : ... Trouve moi mon chou. ~

Feuille de personnage
Race/Statut:
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Dim 19 Jan - 23:59



Deux filles dans un cimetière
★ Ne bouge pas, je t'aiderais.

   
   
 
Feat
Calista Moon
...




L’air était froid en cette fin de journée hivernale. Pourtant, la brise était légère et ne semblait pas repousser les habitants de la ville dans leurs maisons, bien au contraire. Chacun profiter de cette rare douceur qui bercé Londres en se promenant dans les rues passantes de la Capital, ou encore en rendant visite à des amis.
Laurelin remonta son châle bleu nuit sur ses épaules, protégeant ainsi sa peau d’un nouveau souffle d’air frais et marcha rapidement dans les allées du cimetière à la recherche de la vieille tombe de ses parents.

Elle ralentit le pas en reconnaissant l’ancienne pierre tombale tordue et fissurée. Plus personne ne prenait soin de cette tombe, et la jeune femme ne pouvait s’occuper de la sépulture, faute de temps. Pourtant, chaque année, elle revenait à la même période pour déposer des fleurs. Depuis combien de temps prenait-elle la peine de revenir auprès de ses défunts parents ? Elle ne comptait plus les années, peut-être même les siècles, qui savent ? Plus personne ne se souvenait de cette famille, cela faisait bien trop longtemps qu’il avait quitté ce monde.
Doucement, dans un léger froissement de tissu, elle s’agenouilla devant la pierre pour déposer le bouquet de rose blanche qu’elle avait acheté précédemment chez un fleuriste. Sa main gantée balaya la neige qui recouvrait le nom de sa famille et ses yeux fixèrent tristement les lettres gravés.


« - Père… Mère… Vous me manquez tant… Cela fait pourtant des années que vous m’avez quitté, mais je n’arrive pas à combler ce vide en moi… »



Un soupire franchit ses lèvres, et la buée qui en sortie s’éleva dans les airs jusqu’à s’estomper et disparaitre, comme tous les proches de la jeune demoiselle.
Tous ce qui composent ce monde est éphémère, même les êtres soit disant immortels finissent un jour par périr. Seulement, certains vivent plus longtemps, d’autre partent trop vite. C’est ainsi que va la vie.
Laurelin se recueilli encore un instant mais ne voulut pas rester indéfiniment ici. Apres quelques minutes, elle se releva, enlevant d’un revers de mains la neige froide qui s’était déposée sur sa belle et longue robe aux couleurs noir et bleu nuit, puis, jetant un dernier coup d’œil embué par les larmes qui menaçaient de la trahir, la jeune vampire se dirigea d’un pas lent vers la sortie du cimetière.

Cependant, à quelques mètres de la sortie, elle entendit la voix brisée d’une jeune fille s’élevait dans l’air.


« - Maman...Elyon...j'aimerais tellement pouvoir vous rejoindre vous aussi, dans ce monde où vous êtes...Vous me manquez tellement ! Mais quel est donc ce monde d'où l'on ne revient jamais et d'où vous dites que je suis trop jeune pour m'y rendre ? Elyon...tu étais plus jeune que maman, alors pourquoi es-tu partie, pourquoi tu m'as laissé seule ? Mademoiselle Layne, la gentille libraire de la dernière fois...Elle a dit que vous étiez mortes, mais on dit qu'il y a une vie après la mort, n'est-ce pas ? Alors où êtes-vous vraiment ? Pourquoi êtes-vous parties ?! Pourquoi...pourquoi ne suis-je pas avec vous ? J'aimerais tellement venir avec vous, mais comment vous rejoindre ? Ni bateau ni cheval, ni calèche ne peut m'y amener, mais pourquoi ? J'ai beau avoir demandé aux cochers et aux gens, certains m'ont regardé avec un regard désolé, d'autres avec pitié; et certains m'ont même ri au nez !  Que faire ? »



Ce discours était rempli de peine, de douleur, de reproche et peut être un peu de colère aussi. Mais la vampire y décelé surtout un grand désespoir. Elle se revoyait bien des années plus tôt, devant la tombe de ses parents, à pleurer en leur demandant pourquoi ils étaient partie sans elle.
Cette simple pensées serra le cœur de la jeune femme qui, sans réellement sans rendre compte, se dirigeait déjà vers la voix qui venait tout juste de s’éteindre.
En s’approchant, elle visualisa une forme devant ce qu’elle devinait être la sépulture des proches défunts de la jeune fille. Après une petite hésitation, elle s’approcha de nouveau du corps, et posa une main sur l’épaule de la demoiselle, se penchant un peu pour essayer de voir son visage.


«« - Ca va aller Mademoiselle…? »



L’albinos ne savait pas vraiment quoi dire, tout ce qu’elle savait, c’est que la demoiselle semblait avoir besoin d’aide, et son cœur n’était pas assez noir pour la laisser ainsi, à pleurer sur son triste sort. Elle s’agenouilla donc à côté de la demoiselle, et serra son épaule de façon réconfortante.


« - Si vous restez ainsi, vous risquez de tomber malade… »



Après ces quelques mots, elle retira son châle et le posa sur les épaules de la jeune fille. Bien qu’elle ressentait le froid, il ne pouvait rien contre elle, ou du moins, elle ne risquait pas de mourire à cause d’une simple grippe ou pneumonie. En revanche, elle sentait que la seconde jeune femme n’était ni plus ni moins qu’une simple humaine, et elle risquait bien plus que la vampire à rester si peu couverte par un temps si froid.


To be continued ...


© Never-Utopia


_________________
.




Quelques Gifs:
 

Ma couleur : #339999



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-world-of-demons.forumgratuit.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Mar 21 Jan - 12:33

La jeune Calista se retourna vivement, sursautant, apeurée.
Pourquoi exactement ? Elle ne saurait le dire...
Ah si...peut-être le fait qu'elle ne s'y attendait absolument pas ?! La main sur son épaule l'avait faut sursauter. Ces derniers temps, elle avait un peu plus peur des gens.
Ils se moquaient d'elle. Certains hommes la regardaient bizarrement avec un air malsain sur le visage, et elle ne saurait dire elle-même pourquoi elle avait alors peur d'eux, mais elle avait bel et bien la peur au ventre quand ils tentaient de l'approcher et de lui parler; elle s'en allait alors, en courant et elle se faisait insulter ce qui lui faisait mal au coeur.
Il n'y avait donc que ces deux amis chats et le gentil fossoyeur pour la réconforter.
L'inconnue dont elle ignorait tout à fait l'identité se pencha pour tenter de voir le visage de la jeune fille candide. L'enfant dévisagea la jeune femme albinos qui lui faisait alors face. Elle n'avait jamais vu une peau aussi blanche et des yeux rouges; elle la trouvait belle mais son visage n'exprimait rien de plus qu'une crainte absolue et ses yeux avaient cette lueur étrange qu'ont les gens quand ils sont surpris.
Pardonnez à l'enfant naïve qui n'a encore jamais vu d'albinos et surtout qui a été aussi vivement surprise, le temps que son coeur frêle comme son petit corps fragile se calme et que son esprit lui fasse garder son sang-froid; elle n'avait en face d'elle qu'une femme rien de plus. Pas un homme qui voulait l'approcher.


«« - Ca va aller Mademoiselle…? »
Elle ne répondit rien; son visage, ses yeux rougis par les larmes de la tristesse parlaient pour elle, aisément, pas besoin de demander en fin de compte.
Les deux chats regardaient maintenant la jeune femme. Cette dernière venait de s'agenouiller à côté de leur très jeune amie et avait serré son épaule de façon à la réconforter. C'était étrange. Calista ne dit rien, mais n'avait plus tellement peur. Juste une vague impression de curiosité qui luisait maintenant dans ses yeux.
Qui était-elle, cette jolie jeune femme ? D'où venait-elle ?
Le côté curieux de la candide enfant reprenait les devants, tout comme son extrême timidité apparente.


« - Si vous restez ainsi, vous risquez de tomber malade… »

L'étrange jolie jeune femme avait alors retiré son châle pour le poser sur les épaules de Calista. Soudain elle eut plus chaud. Normal, elle s'était ma couverte en sortant de chez le fossoyeur; ce charmant Undertaker qu'elle aimait profondément mais ne savait pas lui dire et n'osait surtout pas lui dire.
 
Calista murmura un très faible merci sincère.
Sa voix enrouée indiquait qu'elle était malade. Et à son corps gracile à l'ossature très fine, sa pâleur, l'on pouvait deviner une très grande fragilité du corps, de l'organisme et l'on pouvait supposer à juste titre qu'un rien pouvait emporter la petite anciennement maltraitée par son père.
Certaines traces de cette maltraitance, cette enfance vécue sous les coups de son paternel, étaient encore visibles. Des cernes de fatigue sous les yeux, douleurs dans le dos et les hanches, les bras, le fait qu'elle avait du mal à tenir en équilibre correctement - son père avait une fois failli lui briser les genoux et la colonne vertébrale. Encore quelques cicatrices et hématomes sur des parties actuellement non visibles de son corps qu'elle n'avait bien sûr montré à personne; pas même monsieur Undertaker.
Et puis, même si elle l'aimait et le respectait grandement, il restait un homme; hors de question qu'il la regarde sans sa robe ! Et puis cela n'était absolument pas convenable, voyons !
 
Les deux chats se rapprochèrent de la belle inconnue. Angelo alla directement quémander des câlins en miaulant joyeusement semblant dire "Oh chouette, une nouvelle tête !", tandis que Demone se contenta de la fixer du regard.
"T'es pas tout à fait humaine, toi, je me trompe ?" semblait dire le regard inquisiteur du chat noir. Mais Calista ne voyait pas ce que les chats voyaient, malgré leur lien spécial qui les unissait en un trio inséparable.
A leur trio, qui allait bientôt devenir quatuor, ne leur manquait plus qu'un garçon. Il ne devrait pas tarder à arriver. Une autre fois certainement, lorsqu'ils l'auront retrouvé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 191
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 20
Localisation : ... Trouve moi mon chou. ~

Feuille de personnage
Race/Statut:
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Mer 22 Jan - 18:44



Deux filles dans un cimetière
★ Ne bouge pas, je t'aiderais.

   
   
 
Feat
Calista Moon
...




Le soleil s’était lentement couché derrière l’horizon, laissant place à la nuit si sombre et si froide dont la seule source de lumière était la lune et les étoiles, bien que cacher par quelques nuages. Laurelin aimait cette période de la « journée », le soleil et la lumière n’avait jamais été ce qu’elle préférait bien qu’elle ne le craignait pas comme le raconter les livres et les légendes. Mais, elle avait un faible pour la nuit, pour ces ténèbres si sombre et si imposant qui faisait fuir le plus valeureux des hommes. Oui, elle était une créature de la nuit, qu’y avait-il d’étonnant à ce que la vampire aime l’ombre du soir ? Rien.

Mais cette fois-ci, elle était bien trop occupée avec la demoiselle pour observer la lune ou se promener dans les endroits où nul ne s’aventurer une fois le soleil caché.
Un sursaut secoua son corps lorsque l’un des chats vint se frotter à elle pour lui demander des caresses. Avec un sourire tendre aux lèvres, elle répondit aux attentes du félin en passant doucement sa main sur son pelage. Cependant, elle sentit le regard du second animal sur elle, et tourna les yeux vers lui. Bien qu’elle ne parlait pas aux animaux –du moins sous cette forme-, Laurelin les comprenait bien mieux qu’un humain. Et elle savait ce que ce chat pensait. Mais elle détourna une nouvelle fois ses yeux pour les poser sur la jeune fille qui n’avait pas cessé de la regarder et lui sourit doucement avant de poser sa main glacée sur son front.


« - Vous êtes chaude… Je pense que vous avez du attraper froid, il serait préférable que vous rentriez chez vous. Habitez-vous loin ? Et surtout, y a-t-il quelqu’un pour s’occuper de vous ? Il ne faudrait pas que vous restiez seule si vous êtes malade… »



Laurelin se mit à réfléchir. La demoiselle n’avait sans doute plus de famille et peut être même plus de toit. Elle ne pouvait pas la laisser seule dehors par ce temps, ou elle risquerait de ne pas y survivre.
Bien sûr, elle pouvait l’inviter chez elle, le temps qu’elle se rétablisse… Oui c’était sans doute la meilleure idée qu’il soit au vu des circonstances.


« - Si jamais vous n’avez nulle part où aller, ou personne pour s’occuper de vous, je peux vous accueillir chez moi le temps que vous alliez mieux, qu’en dites-vous ? »



Son sourire était toujours présent, il se voulait rassurant. Laurelin espérait juste ne pas effrayer la jeune fille, et surtout… Il ne fallait pas qu’elle découvre qui elle était. Son chat noir avait apparemment des doutes sur elle, les animaux ressentaient ce genre de choses, et ils étaient assez intelligents pour faire comprendre ce qu’ils souhaitaient à leur maitre.


To be continued ...


© Never-Utopia


_________________
.




Quelques Gifs:
 

Ma couleur : #339999



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-world-of-demons.forumgratuit.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Jeu 23 Jan - 11:22

Le ciel avait troqué sa robe du crépuscule pour celle de la nuit, un bleu foncé resplendissant aux couleurs froides, tenue agrémentée de perles et de diamants dont le plus beau des joyaux était une pierre de lune en forme de croissant, étrange sourire blanchâtre semblable au chat du Cheshire, le ciel avait enfilé une mousseline de nuages en guise de foulard; quelques unes de ses pierreries blanches et brillantes étaient cachées par son foulard de mousseline nuageuse.
La lune et la nuit étaient deux éléments que la jeune fille aimait bien. Quand elle habitait encore dans le minable petit appartement qu'elle partageait avec sa famille, elle aimait converser avec la lune, durant toute la nuit, partageant ses plus intimes pensées et secrets. La jeune fille lui avait confié ses doutes, ses peurs, ses craintes, ses désirs, ses envies, ses joies, ses peines, ses tristesses.
La lune était sa plus intime confidente avec ses chats.
Ne s'appelait-elle pas Calista Moon ?
 
Inévitablement, la nuit appelait la jeune fille mais elle ne le savait pas encore; ni vous chers lecteurs en train de lire cette histoire.
Sa mère était morte, sa soeur et son père aussi.
Malgré les découvertes qu'elle pourrait faire sur le reste de sa famille - son cousin en l'occurrence - d'une certaine manière la nuit appelait Calista et de manière inévitable, elle était promise à quelque chose alliant les ténèbres à elle; je sais ce que vous allez penser alors on se calme, rien à voir avec les démons, alors stop ! Je garde un peu de suspense pour plus tard...Ne tergiversons pas.
 
Angelo miaula et ronronna de plaisir quand l'inconnue lui caressa le pelage. Elle était froide, mais qu'est-ce qu'elle avait l'air gentille la madame, pensait le chat blanc aux yeux bleus clairs comme le topaze, ou bien l'aigue-marine.
Demone eut un regard blasé; l'autre avait osé l'ignorer et ne même pas daigner lui répondre ? Ah tiens ?! Elle le prenait ainsi ? Soit...le chat noir ferait en sorte que si l'inconnue était quelque chose de malfaisant, sa jeune amie s'en rende compte et puisse fuir. Mais en attendant, ne faisons rien de brusque. Si l'autre n'était pas humaine, que pouvait-elle être ? Contrairement à ce que l'on pouvait penser, Demone était un chat alerte qui avait vu bien des choses avec son compagnon Angelo. Bien des choses diverses et des créatures non-humaines. Anges, démons, shinigamis, vampires et bien d'autres en l'occurrence. Ces deux là avaient vu tellement de choses avant de rencontrer leur très jeune amie....

 
« - Vous êtes chaude… Je pense que vous avez du attraper froid, il serait préférable que vous rentriez chez vous. Habitez-vous loin ? Et surtout, y a-t-il quelqu’un pour s’occuper de vous ? Il ne faudrait pas que vous restiez seule si vous êtes malade… »

Demone regarda avec insistance l'inconnue. Il feula, sous la surprise de Calista. S'il avait été humain ou bien autre chose, le chat se serait exprimé ainsi: "Si jamais tu touches à mon amie je te tue !". Mais ladite amie porta son attention sur l'inconnue. Il aurait du mal à la prévenir.
Calista avait un point de vue différent, ne sachant pas que son interlocutrice n'était pas humaine. Elle ne se méfiait pas, mais surtout ne savait pas ce que son compagnon pensait et il ignorait lui-même que l'autre n'était peut-être pas si mal intentionnée qu'il ne le pensait lui. Un chat protecteur en somme, bien qu'antipathique.


« - Si jamais vous n’avez nulle part où aller, ou personne pour s’occuper de vous, je peux vous accueillir chez moi le temps que vous alliez mieux, qu’en dites-vous ? »
 
Le sourire se voulait rassurant, il l'était. Calista le prit ainsi.
S'il avait été vraiment humain, Demone aurait intimé à son amie de fuir tandis qu'il se serait vaillamment jeté sur la créature et aurait dit à Angelo de suivre Calista pour la protéger. Il ne savait pas que l'inconnue était certainement quelqu'un de bien.
Il se jeta soudainement entre les deux femmes, feulant contre l'inconnue.
"Tu ne la toucheras pas !" semblait-il dire.
Il fut surpris quand Calista le souleva de terre et le posa sur le côté.

 
-Je sais que tu es tendu depuis la mort d'Elyon mon petit Demone, mais il ne faut pas menacer tout le monde; tout le monde n'est pas comme papa tu sais.
 
"Tu oses encore appeler papa cet homme qui t'a ôté ta famille et t'a battu jusqu'au sang ?!" disait le regard outré du chat.
 
-Demone, ce que je veux dire c'est que je dois pouvoir prendre mes décisions comme je l'entends, tu comprends ?
 
Le chat se mit à bouder et Angelo vint lui filer un léger coup de patte pour lui dire qu'il était là. Le chat noir le rembarra d'un coup de griffe. Angelo pleura et Calista prit le chat blanc dans ses bras pour le câliner. Demone resta prêt de la tombe d'Elyon et ignora les deux autres femmes et son compagnon.
 
-Je suis désolée...excusez mon petit Demone...il est toujours ainsi...Votre proposition est très aimable de votre part mais je me dois de refuser; quelqu'un s'occupe déjà de moi. Le gentil fossoyeur de Londres, vous savez, il a de longs cheveux gris, et des yeux...oh ! De magnifiques yeux d'un vert, dirait-on du jade...ou de l'émeraude...non...peut-être citrine...je ne saurai dire...péridot peut-être ? Oui c'est cela, du vert couleur péridot et émeraude mélangés. Et une peau si blanche, pas tout à fait comme la neige, plutôt comme les morts; mais cela lui va si bien vous savez ! Avec une grande cicatrice sur le visage...j'ignore d'où elle vient... Monsieur Undertaker...vous connaissez ? Il est très gentil vous savez ! Et il est tellement aimable !...et si...
 
Elle s'arrêta et rougit fortement.
En fait elle aimait énormément Undertaker, on pouvait le ressentir maintenant. Le rouge aux joues, un coeur battant la chamade dès qu'elle parlait de lui ainsi qu'un discours empressé mais son ton parlait pour elle. Il y avait de l'amour pour lui dans ses dires. Une lueur vive étincelait dans son regard; celui des jeunes filles amoureuses. Elle ignorait totalement si lui pouvait l'aimer ou pas, mais son état d'âme à elle était ainsi. Elle aimait, personne n'y pourra rien changer. Jamais.
A l'annulaire gauche, elle avait toujours la bague qu'il lui avait offerte. "Cogito ergo sum" était gravé dans l'argent. Placée à cet endroit, la bague avait quelque chose de symbolique. Calista voulait être liée à jamais avec ce gentil fossoyeur dont elle appréciait la compagnie et la personne. Elle l'aimait voilà tout ! Même si elle ne parvenait jamais à bien placer des mots sur ses propres sentiments.
Elle ignorait juste qui il était vraiment, un shinigami. Sa soeur et ses chats l'avaient vu, sa véritable nature. Elle non. Elle était assoupie, assommée à ce moment précis.
Mais peut-être que l'inconnue le savait ? Qui ne connaissait pas le shinigami dissident ? Hum...à dire vrai, peut-être pas tout le monde, en effet...

 
-Au fait, je m'appelle Calista. Calista Moon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 191
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 20
Localisation : ... Trouve moi mon chou. ~

Feuille de personnage
Race/Statut:
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Sam 25 Jan - 0:10



Deux filles dans un cimetière
★ Ne bouge pas, je t'aiderais.

   
   
 
Feat
Calista Moon
...




La plus âgés des deux femmes ferma un œil lorsqu’un souffle d’air vint frapper son visage de façon plus violente que les précédents tandis que ses cheveux se mirent à virevolté dans son dos. La température avait considérablement baissé et l’albinos commençait à en ressentir les effets.
Soudainement, elle retira sa main du front de la demoiselle tandis que le chat au pelage de nuit se jeta presque sur elle. La surprise avait de nouveau envahit son corps, et plus précisément son visage lorsque l’animal s’était mis à lui « crier » après. De toute évidence, il n’avait aucunement confiance en elle bien qu’elle ne voulait pas un mal à sa maitresse. « Quel chat bien protecteur nous avons là… » se dit Laurelin, tout en gardant les mains suspendu en l’air de façon gracieuse.

Cependant, la dites maitresse prit son chat –qui fut surpris de ce geste- et le deposa sur le côté avant de lui adresser la parole.


« - Je sais que tu es tendu depuis la mort d'Elyon mon petit Demone, mais il ne faut pas menacer tout le monde; tout le monde n'est pas comme papa tu sais. »



Laurelin observa la réaction du chat, qui ne se fit pas attendre. Bien que celui-ci fût un animal, il avait l’air de comprendre tous les moindres mots de la jeune fille ce qui étonna fortement la Vampire. Il était rare de croisé un animal aussi intelligent et qui comprenait le langage humain… Peut etre était-il lui-même pas tout à fait animal ?
La voix de la demoiselle s’éleva de nouveau comme pour répondre au regard insistant de son ami.


« - Demone, ce que je veux dire c'est que je dois pouvoir prendre mes décisions comme je l'entends, tu comprends ? »



Il faut croire que c’était réciproque… Elle avait l’air de parfaitement savoir ce que pensait le félin. « Eh bien, voilà un spectacle intéressant… » Pensa l’albinos. Un doux sourire étira ses lèvres tandis qu’elle observait avec attention l’échange.
Puis, le second chat vint tenter de calmer son partenaire mais ne reçut qu’un coup de patte de ce dernier avant que le chat noir se mette à bouder dans son coin.



« - Je suis désolée...excusez mon petit Demone...il est toujours ainsi...Votre proposition est très aimable de votre part mais je me dois de refuser; quelqu'un s'occupe déjà de moi. Le gentil fossoyeur de Londres, vous savez, il a de longs cheveux gris, et des yeux...oh ! De magnifiques yeux d'un vert, dirait-on du jade...ou de l'émeraude...non...peut-être citrine...je ne saurai dire...péridot peut-être ? Oui c'est cela, du vert couleur péridot et émeraude mélangés. Et une peau si blanche, pas tout à fait comme la neige, plutôt comme les morts; mais cela lui va si bien vous savez ! Avec une grande cicatrice sur le visage...j'ignore d'où elle vient... Monsieur Undertaker...vous connaissez ? Il est très gentil vous savez ! Et il est tellement aimable !...et si... »



Elle se tut et Laurelin, qui avait observé le chat noir durant son discours, tourna son regard vers la jeune fille. Elle sourit un peu plus en voyant les rougeurs qui avaient doucement teinté les joues de son interlocutrice. Ce genre de réaction ne pouvait signifier qu’une seule chose… La demoiselle était totalement sous le charme du Fossoyeur.


« - Je vois… » Commença-t-elle avec un sourire mystérieux. « Eh bien, il est vrai que j’ai, à plusieurs reprises, entendu parler de lui, notamment par mon très cher ami le Comte Alois, qui m’en a rapidement parlé lors d’une discussion avec lui. Mais je ne le connais pas personnellement, c’est fort dommage. D’après vos dire, cet homme à l’air fort sympathique et surtout… Très charmant. » Un rire légèrement moqueur mais surtout amusé lui échappa. « Il me tarde donc de le rencontrer. »



Un nouveau sourire franc naquit sur les lèvres de la jeune vampire. Elle sourit en observant le chat noir qui boudait toujours, puis l’attrapa pour le poser sur ses genoux de force avant de passer doucement la main dans son doux pelage.


« - Et bien mon cher Demone, on dirait que tu ne m’aimes pas trop hein… » Un nouveau rire franchit ses lèvres. « Mais ne t’inquiète pas, quoi que tu puisses sentir d’étrange ou non chez moi, je ne suis pas mauvaise. » Elle leva ensuite son regard vers la demoiselle.  « Voulez-vous que je vous raccompagne chez ce Undertaker ? Il ne faudrait pas qu’il vous arrive quelque chose sur la route… »



Son visage se déforma dans une expression d’inquiétude. Il est vrai qu’elle avait quelque fois entendu parler de ce drole de personnage, mais pas forcément en bien… On disait qu’il était étrange avec un comportement assez loufoque, et bien que Laurelin est l’habitude des choses étranges, elle n’aimait pas savoir une jeune fille seule avec ce genre d’individus.

To be continued ...


© Never-Utopia


_________________
.




Quelques Gifs:
 

Ma couleur : #339999



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-world-of-demons.forumgratuit.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Sam 25 Jan - 20:49

« - Je vois… Eh bien, il est vrai que j’ai, à plusieurs reprises, entendu parler de lui, notamment par mon très cher ami le Comte Alois, qui m’en a rapidement parlé lors d’une discussion avec lui. Mais je ne le connais pas personnellement, c’est fort dommage. D’après vos dire, cet homme à l’air fort sympathique et surtout… Très charmant. Il me tarde donc de le rencontrer. »

Calista regarda ce sourire franc sur les lèvres de l'inconnue et elle sourit à son tour. Oui, monsieur Undertaker a tout pour être charmant, il est très sympathique. Mignon, attirant, séduisant.
La jeune fille pourrait en parler des heures durant, le décrivant sous toutes les coutures qu'elle a pu voir de lui, vantant ses qualités; elle l'aimait énormément et cela était bel et bien de l'amour.
De l'Amour.
 
Demone se sentit soulever de terre et ses yeux s'agrandirent comme des soucoupes, sous le coup de la surprise. L'inconnue l'avait attrapé pour le poser de force sur ses genoux et de le caresser. Demone feula quelque chose ressemblant à ceci: "MAIS LÂCHE-MOI SALE SORCIERE JE T'AIME PAAAAAAAAAAAAS !!!!!!!!!! T'AS ENTENDU, FOUS-MOI LA PAIX !!!!!!".
Le chat était surtout blessé dans son amour-propre, il était profondément antipathique et détestait qu'on le prenne de force sur les genoux pour le caresser. Il le tolérait pour Calista parce qu'au fond il l'aimait bien, mais les autres...
"MAIS ALLEZ AU DIAAAAAAAAAABLE !!!!!!" continua t-il de feuler.


« - Et bien mon cher Demone, on dirait que tu ne m’aimes pas trop hein… Mais ne t’inquiète pas, quoi que tu puisses sentir d’étrange ou non chez moi, je ne suis pas mauvaise. Voulez-vous que je vous raccompagne chez ce Undertaker ? Il ne faudrait pas qu’il vous arrive quelque chose sur la route… »
"ET EN PLUS TU OSES RIRE ! MAIS JE TE HAIIIIIIIIS !!!!!"
Calista jeta un regard triste vers le chat noir.

 
-Mais enfin Demone, sois un peu poli ! Elle ne te veut pas de mal !
 
Demone faisait officiellement la tête. Angelo riait aux éclats, enfin semblait rire aux éclats. S'il avait été humain, le chat blanc serait...hum...mort de rire ?!
 
Calista vit le visage de la femme albinos se changer en une expression d'inquiétude. En quoi pourrait-elle être inquiète ?


-Vous semblez inquiète mademoiselle...?...
 
Elle se rendit compte qu'elle ne connaissait pas son nom alors qu'elle s'était présentée. Bien sûr, la politesse voulait qu'elle ne le demande pas. Bien...alors elle attendrait que l'autre daigne se présenter. Ou non.
Qu'importe se disait la jeune fille, à elle de décider.

 
-Vous savez, je rentrai souvent toute seule avant ! Mais maintenant je sais que je ne suis plus aussi seule; j'ai mes deux amis avec moi, et puis...il me protège. Je lui dois beaucoup, à monsieur Undertaker...il...il m'aide, je n'ai plus de famille alors il s'occupe de moi. Il est tellement gentil vous savez...tellement...Je lui dois beaucoup, il m'a sauvé la vie ! Je crois...papa...papa était en train de...de me tuer...mais le gentil fossoyeur m'a sauvé !
 
La jeune fille finit par se taire tout à fait.
Que dire de plus ? Elle avait tout dit. Angelo miaula de tristesse et se précipita dans les bras de sa jeune amie pour la réconforter. Demone, lui, resta là, sur les genoux de l'inconnue, les oreilles rabattues sur sa tête en signe qu'il n'aimait pas se faire caresser par les inconnus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 191
Date d'inscription : 28/10/2011
Age : 20
Localisation : ... Trouve moi mon chou. ~

Feuille de personnage
Race/Statut:
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Sam 25 Jan - 21:39



Deux filles dans un cimetière
★ Ne bouge pas, je t'aiderais.

   
   
 
Feat
Calista Moon
...




Le chat avait l’air de se débattre sur ses genoux, mais Laurelin tenait quand même à le garder sur elle. La vampire était amusé par la réaction du félin, et aimait bien l’embêter un peu. Il n’avait vraiment pas l’air de l’apprécier du tout, bien au contraire. Il se méfiait d’elle, Laurelin le sentait, et elle comprenait tout à fait.
Après tout, les chats ne sont-ils pas les premiers animaux à ressentir ses choses, et surtout, à les fuir ?


« - Mais enfin Demone, sois un peu poli ! Elle ne te veut pas de mal ! »



Le félin s’agita de nouveau sur les genoux de la demoiselle, mais celle-ci ne dit rien, continuant de caresser son doux pelage aux couleurs nuit. L’autre animal semblait amusé par la scène qu’il apercevait, et cela fit sourire la Blanche malgré son inquiétude.


« - Vous semblez inquiète mademoiselle...? »



La dite Demoiselle sursauta lorsque son interlocutrice s’adressa à elle. Elle releva son regard vers le visage de l’autre et lui sourit un peu, mais elle n’eut pas le temps de lui expliquer la raison que la plus jeune reprit la parole, comme si elle lisait dans ses pensées.


«« - Vous savez, je rentrai souvent toute seule avant ! Mais maintenant je sais que je ne suis plus aussi seule; j'ai mes deux amis avec moi, et puis...il me protège. Je lui dois beaucoup, à monsieur Undertaker...il...il m'aide, je n'ai plus de famille alors il s'occupe de moi. Il est tellement gentil vous savez...tellement...Je lui dois beaucoup, il m'a sauvé la vie ! Je crois...papa...papa était en train de...de me tuer...mais le gentil fossoyeur m'a sauvé ! »



Laurelin fronça les sourcils… Son père n’avait pas l’air d’avoir été quelqu’un de sympathique, mais ça ne l’étonnait pas. Elle en avait vu des horreurs tout au long de sa vie. Elle-même s’était faite abandonné par ses parents pour une raison totalement idiote alors qu’elle n’était qu’un bébé… Ils ne voulaient pas d’une fille. Tout simplement. Alors il l’avait abandonné, comme un vulgaire poupon.
Laurelin haïssait ses vrais parents pour cela, mais en même temps, grâce à ça, elle avait pu avoir une famille aimante. Cependant, le destin voulait que cela se fusse passé il y a bien des années, bien plus longtemps qu’une vie d’homme… Ses parents adoptif avaient fini par mourir de vieillesse, alors qu’elle, elle ne prenait pas une ride.
Le chat noir sur ses genoux s’était enfin calmer, bien que ses oreilles fussent couchées sur le sommet de sa tête, signe qu’il n’avait pas l’air d’apprécier son traitement. Elle le relâcha donc, tandis qu’elle observer le deuxième animal qui s’était blottit contre sa maitresse pour la réconforter.



« - Je comprends… Votre père n’était pas quelqu’un de très commode si je comprends bien… Et Monsieur Undertaker a l’air d’être une personne gentille, bien qu’il ait une réputation qui ne le met pas en valeur… »



Dans un geste gracieux, elle se releva, époussetant par la suite sa longue robe bleu nuit d’un revers de main gantée. Puis de sa seconde main, elle remit une de ses mèches en places, vérifiant que son chignon tenait toujours en place.


« - Je ne me suis pas encore présentée, permettez-moi donc de le faire… Je suis la Comtesse Laurelin Arwen. » Dit-elle en souriant et en faisant une légère révérence tout en tenant le tissu de sa robe. Elle tandis ensuite une main à la jeune fille pour l’aider à se relever, puis reprit la parole. « J’aimerais tout de même vous invitez dans ma demeure à boire un thé… Me feriez-vous l’honneur de votre présence chez moi ? »



Son visage était toujours affublé d’un sourire léger et tendre, montrant la sincérité de ses propos. Sa voix quant à elle, était douce, bien différente des fois où elle se trouvait en présence d’homme, ou lorsqu’elle se battait. Oui, Laurelin était d’une gentillesse sans nom avec les femmes tel que Calista, mais sa vraie nature refaisait surface en présence de la gente masculine ou autre créature qu’elle ne pouvait supporter. Elle possédait un fort caractère comme on disait, et cela, les gens le découvrait bien assez tôt.

To be continued ...


© Never-Utopia


_________________
.




Quelques Gifs:
 

Ma couleur : #339999



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-world-of-demons.forumgratuit.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   Lun 27 Jan - 9:27

« - Je comprends… Votre père n’était pas quelqu’un de très commode si je comprends bien… Et Monsieur Undertaker a l’air d’être une personne gentille, bien qu’il ait une réputation qui ne le met pas en valeur… »

La jeune fille regarda l'inconnue se relever d'un geste gracieux et époussetant son vêtement.
Je peux assez aisément vous confier que ce qu'elle venait de dire intrigua au plus haut point la jeune Calista Moon. Oui, bien sûr que oui le gentil fossoyeur était quelqu'un de fondamentalement bon et généreux ! Calista le pensait très profondément, cette pensée était ancrée au plus profond de son âme et de ses croyances ! Il avait été là pour elle au moment où elle en avait le plus besoin. Et je peux également vous confier qu'il a juste eu un léger impact - litotes et euphémismes, quand vous me tenez... - sur son futur elle, celle qu'elle allait devenir par la suite.
Mais ne partons pas trop loin du sujet principal, j'aurai tout le temps et tout le plaisir de vous raconter en un autre temps, autre lieu ce que la jeune fille candide et innocente est devenue après. Après quoi ?
Hé oh ! Du suspense que diable messieurs, dames !

 
« - Je ne me suis pas encore présentée, permettez-moi donc de le faire… Je suis la Comtesse Laurelin Arwen. J’aimerais tout de même vous invitez dans ma demeure à boire un thé… Me feriez-vous l’honneur de votre présence chez moi ? »

Elle souriait et avait fait une légère révérence en tenant le tissu de sa robe. Calista attrapa bouche bée la main tendue pour se relever; elle ne s'épousseta pas en revanche, habituée à la poussière sur ses habits. Et un peu trop interdite pour le faire d'ailleurs.
Dire que notre jeune protagoniste humaine était surprise est un bien faible mot.
Elle avait des étoiles dans les yeux et regardait désormais l'inconnue... pardon...la Comtesse, comme étant quelqu'un de...de...hum...attendez je n'ai plus ce mot, il me brûle la langue pourtant, je l'ai là...et...ah oui voilà ! Un ange.
C'est un peu ainsi qu'elle la voyait. Un être respectable et angélique; Demone ferait un facepalm s'il était humain. Mais ce dernier ne put se résoudre qu'à admirer quelque peu la Comtesse Arwen qui s'était présentée ainsi. Elle avait effectivement un petit côté noble qu'il n'avait de suite reconnu, omnibulé par une seule pensée: "TU TOUCHES PAS A CALISTA !" - bien sûr, c'est ainsi qu'on peut aisément résumer sa pensée à l'égard de la créature de la nuit à propos de sa jeune amie; et je pense qu'il était en réalité inutile de vous le rappeler, vous l'aviez compris, mais je radote, l'effet mayonnaise dans le café, vous savez ce que c'est ! (que je déconseille fortement aux estomacs fragiles; quoiqu'à tous en réalité, par conséquent je ne serai en aucun cas responsable si vous essayez et que vous tombez malade !)
La Comtesse semblait sincère et Demone ne put que s'y soustraire. Mais il n'empêchait qu'il craignait toujours pour sa jeune amie. Il la savait douce, frêle et naïve. Innocente enfant de dix-sept ans qui ne sait rien de la vie à part les coups et les blessures. Il se désolait à l'idée qu'elle s'enfermait souvent dans son monde, dans sa bulle parfaite pour se protéger: le gentil fossoyeur était un shinigami, il le savait, mais pour elle, il était le gentil fossoyeur qui l'avait aidé; un homme bon, juste et honnête. Si elle savait ! Comment le prendrait-elle ?
Je vous le dis en toute connaissance de cause, elle s'en ficherait royalement. J'avancerai même l'hypothèse qu'elle lui saute au cou. Pour lui faire un câlin. Peut-être l'embrasser, mais vu sa timidité, on s'arrêtera au câlin !
 
Calista finit par répondre à la Comtesse.

 
-Je...avec joie Comtesse !
 
La jeune fille n'osait plus vraiment la regarder dans les yeux. Elle savait les nobles susceptibles lorsqu'une personne n'étant pas de leur rang posait les yeux sur eux. Je pense bien sûr qu'elle n'a rien à craindre, mais la pauvre a vu tellement de choses au court de sa courte et triste vie.
Mais elle ignore elle-même son destin encore, comme elle ignore tous les évènements qui feront qu'elle basculera inévitablement du côté de la nuit...
Spoilers.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Bas Fond: Cimetière] Deux filles dans un cimetière [PV: Laurelin Arwen & Calista Moon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les plus belles filles dans les mangas
» Cimetière de Godric's Hollow
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Deux Blondes dans une laverie. [ft. Audrey M. McCarter]
» Vestiaire des filles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-