« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Lun 21 Oct - 20:24

C'était une journée ensoleillée. Un jeune homme était assis à côté d'un carré de terre retournée au beau milieu du parc. William s'était vu confier un petit travail qui consistait à refleurir une parcelle de ce grand parc. Certes, William avait déjà un emploi fixe au manoir de la maison Von Elrich et n'avait pas besoin de ce genre de travaux pour vivre, mais la personne qui gérait l'entretient de cet endroit était un vieil ami à lui. Il avait déjà autrefois eu l'occasion de travailler pour lui car il avait été des seules personnes à lui proposer un travail lorsqu'il en avait besoin.

C'était donc tout naturellement que William avait accepté de lui rendre service lorsque celui-ci était venu le voir pour lui demander de remplacer le jardinier qui avait dû s'absenter le matin même et pour une durée indéterminée car il avait dû prendre le train en direction du nord pour aller voir sa mère malade. William ne pouvait refuser de lui venir en aide. Apporter secours aux autres était ce qui lui tenait le plus à cœur.

C'est ainsi donc qu'il se retrouvait en cette belle matinée à jardiner seul dans ce lieu qui pourtant à l'accoutumée accueillait nombre de passants, restait à cette heure encore bien calme. Bien que le bruit des enfants qui jouaient et des personnes qui partageaient leurs derniers ragots ne le gênait pas le moins du monde, au contraire il trouvait rassurant de voir tant de personnes profiter pleinement de la vie, mais il aimait travailler dans un calme apaisant. Il lui permettait de vivre ce lien que lui seul entretenait avec la Nature. Ce lien que seule une personne assez sensible ou travaillant comme lui la terre pouvait comprendre. Il aimait se retrouver seul dans ce monde que la plupart des gens ignoraient ou ne savaient voir. Mais pour cela il fallait qu'ils se baissent, qu'ils s'approchent plus près du centre de ce monde caché sous les feuilles des fleurs.

Alors que William plantait les pieds de bégonias qu'on lui avait confié, faisant attention à ne pas détruire une fourmilière installée non loin de là, il trouva sur l'une des pétales un petit insecte aux ailes couleur arc-en-ciel. Il sourit et le prit délicatement dans sa main le regardant grimper sur le bout de son doigts. Il l'examina se doutant que ce devait être une femelle.

-Comme tu es belle dis-moi !

William continua d'admirer ainsi le petit insecte, trop absorbé par celui-ci pour faire attention à ce qui se passait autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Jeu 14 Nov - 19:02

Une belle journée commençait. Et ensoleillée qui plus est ! Voilà quelque chose de bien réconfortant pour l'adolescente de dix-sept ans qui sortit avec ses deux chats, quittant le fossoyeur pour une petite matinée.
La jeune fille marchait, souriante malgré les coups du sort, son panier avec elle, et toute vêtue du vert qu'elle affectionnait tant. Angelo, le chat blanc, courrait gaiement après un papillon tandis que Demone, le chat noir, se contentait d'afficher une mine exaspérée. Il aurait préféré un mauvais temps qui l'aurait réjoui, de la pluie, de l'orage, et des gens tentant en vain de s'abriter; ainsi était Demone.
 
La jeune fille avait déjà perdu sa mère il y a un an maintenant, l'hiver dernier. Les coups de son mari et la maladie l'avait emportée loin de ses filles chéries. Et puis dernièrement, ce furent le père et la soeur qui étaient partis. Cette dernière étant morte injustement à cause du paternel violent qui avait voulu les tuer. Seule survivante, la jeune fille qui marchait maintenant, souriante, s'émerveillant naïvement sur la beauté de chaque chose, de chaque fleur de cet endroit où elle n'avait jamais mis les pieds auparavant à cause de son père et des obligations qu'il lui donnait; comme aller faire les courses et se dépêcher de faire la ménage comme la cuisine.
 
"T'as jamais allée voir le parc ? T'es sérieuse ?" avait miaulé Demone surpris avant de l'inciter à sortir par ce beau temps qu'il détestait, en lui mordillant doucement une chaussure avant de faire des va et viens de la porte à elle.
Au fond il ne souhaitait pas tellement qu'il pleuve. Autrement, son amie humaine risquait non seulement d'être trempée, mais aussi de ne pas s'abriter à temps, d'attraper froid et donc de tomber malade plus ou moins gravement selon sa très frêle corpulence; un rien pourrait l'emporter dans cet autre monde où l'attendaient sa mère et sa soeur.
Ainsi étaient-ils sortis tous les trois.
 
Calista Moon s'arrêta devant le parc puis se résolut à y entrer, découvrant chaque parcelle de cet endroit avec l'émerveillement d'une enfant, cliché des jeunes candides de l'époque. Angelo suivait toujours son papillon jusqu'à tomber nez-à-nez avec un monsieur examinant un insecte - que le chat n'identifia pas - aux ailes couleur de l'arc-en-ciel. Enfin...tomber nez-à-nez est bien vite dit. Disons plutôt qu'il le percuta, de son tout petit museau de félin distrait par un papillon qu'il perdit.
"Mais ! Mon papillon !" semblait s'écrier le chat en miaulant tristement; et s'il avait était un enfant humain, il en aurait bien pleuré, comme ces très jeunes enfants à peine âgés de trois ans ou moins. Arriva alors son amie humaine, la jeune Calista, semblant être fascinée par les fleurs que ce monsieur - jardinier de son état - devait certainement planter. Fleurs que la jeune fille ne connaissait pas, du moins par leur nom. Des bégonias.
Demone soupirerait presque de cette méconnaissance, mais savait ce qu'elle avait enduré, et donc ne dit rien. Il observa alors, le pétillement dans les yeux de l'humaine, une étincelle de curiosité et d'émerveillement intense.
"Pfft, tout ça pour des bégonias." feula le chat noir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Jeu 21 Nov - 20:10

William continuait d'observer le petit insecte qui courait le long de son doigt avec joie et émerveillement. Cette toute petite créature qui se mouvait ainsi dans sa main, ne se doutant point qu'un homme la regardait avec attention et ne cherchant qu'un moyen de retourner vers la verdure de laquelle on l'avait prise, était à ses yeux du plus grand intérêt. Peut-être qu'une autre personne l'aurait rejeté d'un coup de main horrifié, ou l'aurait même écrasé sans aucune pitié considérant que ce n'était qu'un insecte sans importance. Enfin la plupart ne l'auraient sans doute pas vu et pourtant, à bien y regarder cette créature aussi petite soit-elle était digne d'intérêt. Ses ailes translucides aux reflets arc-en-ciel cachées sous une carapace verte émeraude étaient d'une beauté sans pareille. Et comme tout insecte il avait sa fonction, son utilité dans ce monde beaucoup plus vaste qui l'entourait. Même un être aussi minuscule avait sa place dans cet univers. Et c'est dans ces moments d'émerveillement que William était impressionné par cette organisation si complexe de la vie et se sentait même parfois plus petit que ce pauvre insecte. Quelle place avait-il lui dans ce cercle d'existence, en tant qu'être humain, à part d'être l'espèce à la main destructrice ? Mais il ne voulait pas tuer cette nature si fragile et au contraire, l'aider, accompagner cette force qui surpasse de loin les hommes et qui pourtant se meurt à cause d'eux. Il voulait voir ce monde encore plus beau qu'il ne l'était. C'est pourquoi aujourd'hui il était jardiner.

Mais William ne put continuer longtemps sa contemplation car quelque chose le percuta et dans le geste qui suivit sa perte d'équilibre, le petit insecte s'envola vers les cieux, accompagné par un papillon aux ailes jaune citron qu'il n'avait pas remarqué jusque-là. les deux insectes virevoltèrent un moment l'un à côté de l'autre avant de disparaître aux yeux de William, cachés dans l'éblouissement du soleil. Celui-ci tourna alors la tête pour voir ce qui l'avait ainsi bousculé et découvrit alors une créature tout aussi mignonne que celle qu'il examinait jusqu'alors. Un petit chat blanc miaulant de ce qui semblerait être de la frustration. William sourit, car il adorait toutes les créatures auxquelles la terre avait pu donner vie et elle le lui rendait souvent bien.

-Et bien alors ? C'était ce papillon citron que tu poursuivais ? Il n'avait pourtant pas l'air de t'avoir fait du mal !


William vint tenter de poser sa main sur la tête du chat pour le caresser, gardant le sourire et continua en voyant sa mine triste.

-Ne t'inquiète pas, tu trouveras d'autres occasions de t'amuser.

Soudain un volant vert attira son regard et William releva ses yeux pour voir alors arriver d'un pas précipité une jeune demoiselle qui était également suivie par un chat semblable à celui qu'il avait devant les yeux, mais au pelage noir comme la nuit. William en conclut que ce devait être la propriétaire du petit animal. Du moins propriétaire pour ce qui était du langage courant, mais William ne pensait pas qu'un animal devait appartenir à quelqu'un. Personne n'en possède une autre. L’intérêt est le lien qui est créé entre deux existences et qui se base sur une confiance et une appréciation mutuelle.
William hésita, mais finalement prit délicatement le chat blanc dans ses bras espérant que celui-ci ne lui en voudrait pas et il l'amena alors à la jeune fille légèrement confus.

-Excusez-moi...est-ce votre chat ? Vous sembliez le poursuivre. Il s'est heurté contre moi en poursuivant un papillon dans sa fuite...ne lui en voulait pas, je vous en prie...

Willaim espérait que la jeune fille ne tiendrait pas rigueur de la petite escapade du chat, du moins si elle le poursuivait bien. Mais William découvrit alors que la jeune fille ne semblait pas du tout inquiète par l'attitude du chat, au contraire, elle regardait avec admiration les bégonias qu'il était en train de planter. William voyait les yeux de l'inconnue briller à la vue de ses fleurs. Était-ce possible ? ...Était-ce vraiment les fleurs qui l'intéressaient à ce point pour qu'il voit ainsi cet éclat de curiosité dans ces yeux qui par ailleurs était eux-même digne d'éveiller la curiosité ? William n'en avait jamais vu de tels auparavant, l'un d'une couleur verte comme les feuilles des arbres, l'autre rouge comme les roses passions. Enfin, bien que son regard s'attarda longtemps sur ce détail, William n'osa pas la regarder ainsi plus longtemps dans les yeux, il avait peur que cela la gêne. Peut-être que beaucoup de personnes la dévisageaient à cause de cela et il ne voulait surtout pas paraître impoli. Pourtant ses yeux étaient si beaux. Mais maintenant le doute s'emparait de lui et il se sentait gêné de l'avoir ainsi regardé si longtemps. Peut-être l'avait-il offensé...il se sentait totalement confus, regardant le chat qui était toujours dans ses bras, ne sachant que faire. Il espérait que la jeune fille reprendrait la bête et qu'elle l'oublierait bien vite.  Il se sentait ridicule trop peureux d'avoir mal agi, et ne voulait que retourner à la seule tâche dans laquelle il était doué, lui pauvre jardinier. Cela ne faisait que quelques instants qu'ils s'étaient rencontrés, il était peut-être encore temps qu'elle ne se souvienne pas du jeune homme insignifiant qui s'occupait de la petite parcelle de fleur de cette vaste étendue qu'était ce parc de Londres.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Mar 26 Nov - 18:26

-Et bien alors ? C'était ce papillon citron que tu poursuivais ? Il n'avait pourtant pas l'air de t'avoir fait du mal !

Angelo avait toujours sa mignonne petite bouille de chat tout triste tandis qu'il se laissait caresser par le jeune homme qui lui paraissait bienveillant, un charmant jeune homme qui avait le sourire et lui apparaissait sympathique.

-Ne t'inquiète pas, tu trouveras d'autres occasions de t'amuser.

"Mais c'était mon papillon !" miaula tristement Angelo - ce chat est parfaitement désespérant comme dirait Demone, je sais ce que vous allez dire, le coup des chats, c'est cliché. Ma réponse ? Ils sont là pour rappeler une chose chez cette adorable jeune fille dont vous suivez les malheurs de sa vie mutant en doux instants heureux ponctués de quelques aléas dramatiques - dans le sens action. Une chose que je ne spoilerai absolument pas tout de suite, un peu de patience.
Naïve enfant qui va le devenir nettement moins au fur et à mesure de sa vie.
 
Mais revenons à l'histoire...

 
-Excusez-moi...est-ce votre chat ? Vous sembliez le poursuivre. Il s'est heurté contre moi en poursuivant un papillon dans sa fuite...ne lui en voulez pas, je vous en prie...

La jeune fille n'avait vraiment fait attention à ce que venait de dire le jeune homme. Elle semblait attirée et fascinée par les bégonias.
De plus, en vouloir à son chat, elle ? Mais non voyons !
Et oui, les bégonias étaient ce qui attirait son regard émerveillé, ses yeux vairons depuis quelques instants maintenant. Elle sentit que quelqu'un la dévisageait, mais elle ne fit rien, se contentant d'observer les fleurs. Oh ! Elle avait bien l'habitude de voir les gens se retourner sur son passage. Oui, elle avait des yeux vairons, ce qui était peu commun. Un œil couleur émeraude et l'autre couleur rubis.
Demone, lui, s'était approché d'Angelo et lui avait directement collé sa patte dans la tête.
"Arrête de courir comme un idiot après les papillons, t'es plus un chaton !" semblait feuler le chat noir, tandis que le chat blanc partait aussitôt se réfugier tout près de Calista. Intriguée, elle regarda son ami courir vers elle et se baissa pour le prendre dans ses bras, desquels il semblait refuser de bouger désormais.

 
-Mais enfin, que se passe t-il mon petit Angelo ?
 
Puis elle regarda le chat noir, et enfin le jardinier qu'elle n'avait pas vraiment vu jusqu'alors. Un jeune homme qui lui paraissait tout à fait charmant.
Oh, elle savait qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, mais tout le monde n'était pas méchant, pas vrai ? Timidement elle s'approcha de lui, un petit sourire joyeux et enfantin aux lèvres, quoiqu'un peu timide - le sourire, pas elle. Après les récents évènements tragiques de sa vie de jeune fille vivant dans une époque compliquée, elle tentait de gagner un peu plus d'assurance au fur et à mesure, mais il y avait encore du boulot à faire...

 
-Je m'appelle Calista. Dites-moi monsieur, comment appelle t-on ces ravissantes fleurs que je n'avais jamais pris le temps de voir ?
 
Sa voix était douce, gentille et elle tentait d'être aimable. Elle aimait bien parler, quelque fois pour ne rien dire, car en vérité elle n'avait jamais eu trop le droit de converser avec les gens à cause de son père, de son éducation sévère. Elle ne parlait qu'à ses chats, à dire vrai, un chat ne vous coupe pas vraiment la parole, alors niveau art de la discussion, la jeune fille n'était encore décidément qu'au stade de l'enfant candide, tiraillée entre le côté timide et le côté bavard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Jeu 26 Déc - 16:35

William restait confus mais le chat blanc ne tarda pas à sauter de ses bras. Le deuxième chat, au pelage de nuit, vint donner un petit coup de patte à son congénère et William les observa un peu surpris. On aurait dit qu'ils se faisaient la leçon. Le chat blanc ainsi grondé se détourna et accourut vers sa maitresse, qui sembla sortir de ses rêveries en le voyant arriver près d'elle, et se réfugia dans ses bras. Le petit animal était des plus mignons à se caler ainsi tout contre la jeune fille et ne plus bouger. La jeune demoiselle caressa son chat légèrement surprise.

-Mais enfin, que se passe t-il mon petit Angelo ?

La jeune fille tourna son regard vers le chat noir puis releva les yeux vers William. Il comprit dans son regard qu'elle semblait à peine se rendre compte de sa présence. Alors, peut-être qu'il ne l'avait pas offensé comme il l'avait craint ? C'est vrai que la jeune fille n'avait pas été très réactive à ses paroles, elle devait être trop perdue dans ses pensées et n'avait sans doute pas entendu sa voix. Et dans ce cas William espérait également qu'elle n'avait pas remarqué à quel point celui-ci avait observé ses yeux inhabituels. Non loin de là l'idée qu'il les trouvaient repoussants, au contraire, cela le fascinait. Mais, qui peut lire dans les pensées des autres ? La jeune fille ne s'en douterait pas et le prendrait mal. Alors William décida d'éviter de trop la dévisager alors que celle-ci le regardait enfin. Elle s'approcha doucement de lui, un joli petit sourire timide aux lèvres qui donnait à son visage une expression de joie candide. Elle semblait jeune, timide enfant, et William la trouvait adorable. Il répondit à son sourire en étirant à son tour ses lèvres, le regard doux et rassurant. Une jolie voix s'échappa des lèvres de la jeune inconnue

-Je m'appelle Calista. Dites-moi monsieur, comment appelle t-on ces ravissantes fleurs que je n'avais jamais pris le temps de voir ?

La jeune fille s'était présentée à lui. Calista. Un joli prénom, peu commun, William n'avait encore jamais rencontré de personne se nommant ainsi.
William leva les sourcils à sa demande. Il avait presque oublié la manière dont la jeune fille avait observé le parterre jusque-là. Alors c'était vraiment les fleurs qui l'intrigeaient à ce point. William élargit son sourire. Il était vraiment heureux que la jeune enfant porte ainsi attention à l'objet de son travail, et il n'hésita pas à lui répondre. Faire découvrir la nature à une personne intéressée était une opportunité que William ne pouvait laisser passer. Cela lui faisait tellement plaisir de partager sa passion.

- Ces fleurs s'appellent des bégonias.

William se dirigea vers le parterre et incita la jeune fille à le suivre. Il posa ses genoux à terre pour se mettre à nouveau au niveau des fleurs. Plus il était près d'elles mieux il se sentait. Il caressa délicatement les fragiles pétales de ces plants aux couleurs orange rosé. Il se sentait apaisé par ce simple contact. Cela représentait tant de choses pour lui. Ces fleurs c'était toute sa vie. Il passait chacune de ses heures à s'occuper de ces enfants de la nature, à leur offrir soins et protection. Après un petit moment, William redirigea son regard vers la jeune Calista.

-Ceux-ci sont des bégonias tubéreux. Voyez-vous à quel point leurs fleurs sont grandes ? Il existe d'autres espèces mais leurs fleur sont moins développées. Leurs feuilles sont particulièrement larges et sombres ce qui contraste parfaitement avec les couleurs souvent claires et vives des pétales.

En disant cela, William faisait glisser maintenant délicatement ses doigts sur les feuilles des bégonias. Il ne savait pas si la jeune fille voulait savoir tout ça mais lui était très heureux de le mentionner. Il espérait que cela l'intéresserait et qu'elle prendrait ces informations avec autant de joie que lui en avait de les lui donner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Mer 8 Jan - 14:25

Spoiler:
 
 
Le jeune homme s'était mis à parler et la jeune fille écoutait très attentivement, son étincelle de curiosité brillant toujours dans ses yeux vairons innocents.
Angelo se trouvait toujours blotti dans les bras de Calista et miaulait doucement de bonheur; hum, que c'était bon la vie de chat ! Demone se contentait simplement de suivre, semblant faire la tête, ou ayant l'air blasé.
Quant au jardinier, il semblait ravi de présenter les fleurs à la jeune fille très intéressée, il lui avait répondu sans hésitation; un passionné apparemment, à qui cela devait faire plaisir de partager son savoir et sa passion pour les belles fleurs. Et puis il souriait. Il apparaissait comme heureux. Et la jeune fille aussi lui souriait. Ce n'était pas souvent qu'un sourire s'affichait sur le visage des gens en la voyant, elle.

 
- Ces fleurs s'appellent des bégonias.

Le jardinier s'était dirigé vers le parterre et avait incité Calista à le suivre ce qu'elle avait fait. Angelo, curieux, avait ouvert un œil tout en restant bien à l'abri dans les bras de la jeune fille qui lui caressait la tête de temps en temps, le faisant ronronner de bonheur; "Oh ! Des fleurs ! C'est trop beau !", aurait-il dit si seulement il savait parler.
 
Le jeune homme regarda la jeune fille.


-Ceux-ci sont des bégonias tubéreux. Voyez-vous à quel point leurs fleurs sont grandes ? Il existe d'autres espèces mais leurs fleur sont moins développées. Leurs feuilles sont particulièrement larges et sombres ce qui contraste parfaitement avec les couleurs souvent claires et vives des pétales.

La jeune fille avait un regard tellement émerveillé et tellement heureux, un sourire franc et une mine innocente; Demone se contenta de rester à sa place sans feuler quoique ce soit. Il était rare qu'elle soit heureuse, la pauvre petite enfant candide et innocente, si naïve. Et il était content qu'elle soit enfin souriante, qu'elle n'ait plus à souffrir de la présence de son horrible paternel.
 
Si elle se sentait bien au milieu des fleurs, eh bien tant mieux ! La voir sourire rendait le chat noir satisfait. Il s'inquiétait juste un peu pour plus tard. Sa famille n'était pas encore tout à fait arriver, ou du moins ne l'avaient-ils pas encore trouvé. Ce n'était qu'une simple question de temps. Demone se demandait comment était cette tante et ce cousin, et cet oncle, et cette cousine; cela ne saurait tarder. Non, ce qui inquiétait vraiment le chat noir était la présence constante du shinigami, il savait ce qu'était réellement le fossoyeur pour l'avoir vu de ses propres yeux jaunes. Oh ! Le croque-mort avait été suffisamment aimable et bienveillant pour prendre soin de Calista et de bien vouloir l'héberger, et il s'était occupé de la mère et de la soeur. La jeune fille se sentait si bien en la présence de cet être dont elle était entichée.
Et maintenant le chat noir regardait sa jeune maîtresse - il la considérait lui-même ainsi - sourire, toute heureuse de découvrir et d'approcher enfin des fleurs qu'elle trouvait très belle; des bégonias. Des bégonias tubéreux, pour reprendre le terme du jeune jardinier.
 
Calista avait ce sentiment de bien-être, qu'aucune menace ne pesait sur elle en ce moment. Oh ! C'était bien de souffler un peu !
La pauvre, voilà dix-sept ans qu'elle ne fait qu'endurer souffrance et malheurs.

 
-Maman adorait les bégonias...je crois...Elle aimait aller au parc pour les contempler quand elle était plus jeune, avec sa soeur...J'espère qu'il y en a plein dans le monde où elle m'attend maintenant, avec ma soeur Elyon !
 
La voix de l'innocente enfant était douce et joyeuse. Elle se remémorait les visages de sa chère mère et de son adorable soeur, toutes deux victimes du père alcoolique et violent, minable artiste qui voulait réussir mais qui n'a fait qu'échouer socialement et familialement; et qui, pour se venger, a voulu faire sombrer sa famille avec. En vain.
Une jeune survivante était toujours debout, malgré les très rudes coups du sort. Mais sa destinée quoiqu'au départ peu enviable, allait connaître par la suite, des hauts mais également des bas, comme n'importe quelle vie humaine me direz-vous ! La sienne serait plus enviable que son triste passé. Une nette amélioration assurément !
La petite ne pleurait plus sa mère et sa soeur et parlait d'elles comme si elles étaient parties en voyage, loin, très loin; mais que très rarement de son père. Elle ne l'évoquait plus tellement.
Sa voix en parlant de sa mère et de sa soeur n'était pas triste. Elle avait fait son deuil grâce à la présence du fossoyeur et de ses deux chats; et aussi de ses rêves où elle les revoit toujours. Elle ne souffre plus de leur absence, elle ne souffre que de l'absence d'une famille. Oh ! Elle aime le croque-mort aux longs cheveux gris, mais elle aimerait être dans une vraie famille soudée et unie.
 
Machinalement elle caressa la tête d'Angelo qui ronronna de plaisir, puis passa un de ses doigts sur la bague d'argent offert par celui qu'elle aimait et qu'elle avait placé sur l'annulaire gauche; comme une alliance - "Cogito ergo sum" était gravé dedans. Une bague assez banale pour le fossoyeur mais pour la jeune fille cela voulait dire bien plus encore !
De l'espoir. Voilà ce dont elle avait eu besoin et elle l'avait eu, et l'a encore.

 
-Dites...comment vous vous appelez vous ?...oh...je suis désolée...cela ne se fait pas de demander leur nom aux gens...
 
Sa mine se fit un peu inquiète et l'éclat dans ses yeux disparut, juste une lueur timide et désolée s'afficha dans ses yeux vairons innocents.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   Jeu 23 Jan - 14:50

Spoiler:
 


William présentait les fleurs à la jeune demoiselle, observant lui-même avec grand intérêt ces fleurs qu'il prenait grand soin à s'occuper. Après tout, les plantes c'était toute sa vie. Il en avait fait son métier, parce que c'était une passion qui lui était venue, grâce à Rose.
Rose...son souvenir lui faisait toujours aussi mal au cœur. Pourtant il la revoyait dans chacune des fleurs qu'il s'occupait. Ils avaient vécu et grandi ensemble dans le même manoir et tous deux s'étaient liés d'une grande amitié. Une amitié si proche, si fusionnelle qu'ils se considéraient comme frères et sœurs. Mais la vérité c'est que tous deux avaient grandi sans connaître leur père et chacun en avait souffert de son côté. La mère de Rose était la propriétaire du manoir et son mari s'était enfui sans donner de nouvelles tandis que la mère de William avait été engrossée par un baron dont elle était la servante, et celui-ci la chassa en sachant qu'ils attendaient un enfant. Par un pur hasard la mère de William avait été acceptée après des mois d'errances à prendre service auprès de la comtesse. Et ce qu’apprirent les deux jeunes enfants bien des années plus tard, fut qu'en réalité, ils avaient le même père. Étrange coïncidence du destin d'avoir réuni deux demi-frère et demi-sœur dont chacun ignorait la véritable identité de l'autre et avait pourtant vécu en partageant des liens similaires. Mais la connaissance de la vérité implore des sacrifices, et ce fut celui de Rose. Elle disait avoir échangé son âme contre cette vérité. William n'en comprit jamais la signification. Tout ce qu'il su c'est que la femme qui comptait le plus au monde pour lui, disparue emportée par un homme au regard rouge sang. Cette vision resta un traumatisme pour le jeune homme qui ne se remettait pas de la disparition de Rose. Il avait appris à vivre pour elle. Pour perpétuer son souvenir, et surtout son dernier souhait, la dernière chose qu'elle lui avait demandé avant de disparaître définitivement : de garder son sourire ...pour toujours.

Alors William souriait sans cesse. Il faisait partager sa joie de vivre et s'était promis de désormais protéger les autres, protéger ceux qui lui étaient chers pour que plus jamais personne n'ait à faire de sacrifices pour lui. Il avait continué à s'occuper des jardins que Rose aimait tant et ce métier lui permettait de gagner sa vie.

Il sortit de ses rêveries, remarquant qu'il observait toujours la fleur et lorsqu'il releva son regard vers la jeune fille qui se tenait toujours à côté de lui, il remarqua à quel point son regard était brillant de joie et de curiosité. Elle semblait ravie des informations que lui avait donné le jardinier et lui en était d'autant plus heureux, s'il pouvait faire partager sa passion. Un joli sourire se formait sur son doux visage enfantin.


-Maman adorait les bégonias...je crois...Elle aimait aller au parc pour les contempler quand elle était plus jeune, avec sa soeur...J'espère qu'il y en a plein dans le monde où elle m'attend maintenant, avec ma soeur Elyon !

 

William se sentit soudain étrange aux dires de la jeune fille. Elle continuait toujours de sourire mais, ces paroles...elle disait que sa mère et sa sœur l'attendaient dans un autre monde..alors..cela voulait dire qu'elles étaient..mortes ? William sentit son cœur se serrer. Il n'aimait pas savoir que d'autres personnes avaient subi des tragédies dans leur passé, et surtout pas quand c'était une personne aussi jeune qui le lui disait. Si la jeune fille disait vrai, et qu'elle avait perdu sa mère et sa sœur, ce devait être un traumatisme pour la pauvre enfant, ou au moins une blessure difficile à panser. Mais la jeune fille semblait rester joyeuse malgré cette évocation. Peut-être se trompait-il..
Cependant il ne pouvait s'empêcher de la regarder d'un regard triste et compatissant.

-Dites...comment vous vous appelez vous ?...oh...je suis désolée...cela ne se fait pas de demander leur nom aux gens...
 
La lueur de joie qui brillait jusqu'à présent dans les yeux si particuliers de la jeune demoiselle s’éteignit et William se releva aussitôt.

-Non ! ..Non..loin de là..c'est moi qui m'excuse..je suis navré, vous vous êtes présentée à moi et je ne vous ai pas rendu la pareille. Veuillez pardonner mon impolitesse... Je m'appelle William Everblooms.


William lui fit son plus doux et joyeux sourire, pour rassurer la jeune fille.
Il ne savait pas si elle avait quelque chose à faire, ou si peut-être même il l'avait retardé dans une quelconque activité. William perdit à nouveau sa confiance en soi et s'excusait.

-Je suis désolé, je vous ai peut-être ennuyé avec mes explications..Vous..Vous avez peut-être quelque chose à faire ?..Je ne veux pas vous retarder...Mais... si vous avez le temps, vous devriez faire le tour du parc..c'est un endroit vraiment magnifique !


William souriait toujours malgré son léger manque d'assurance. Cette jeune demoiselle lui attirait toute la sympathie du monde et il la prendrait volontiers sous son aile pour lui faire partager un peu de joie, qu'elle avait peut-être perdue en même temps que ses proches, s'ils avaient vraiment quittés ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Parc] Une journée ensoleillée et une belle rencontre [PV: Calista Moon & William Everblooms]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Par une belle journée ensoleillée...
» Une journée ensoleillée et une envie de prendre l'air
» [Ruelles] Une balade par une journée ensoleillée [PV: Eva Hurf & Eliza Trips]
» Une journée ensoleillé (Nuage d'Espoir et Nuage Etoilé)
» Une belle journée ensoleillée et lavage de voiture[ Summer & Nicolaï] ~ HOT~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-