« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Mar 17 Sep - 14:45

La mort nous attends tous, c'est la fatalité à laquelle tous les humains sont soumis. Après neuf mois de maturation ou moins, on est lâchés dans une vie où l'on peut perdre vite haleine. Undertaker ne se souvient que trop bien de ces enfants qui n'auront pas vécu longtemps mais cela semblait sensiblement s'améliorer et peut-être que ça continuerait les années passant. Quand on est un Shinigami, une incarnation de la mort, on se sent irrémédiablement seul.
Les autres de la Dispatch ? Undertaker ne les trouvait guère divertissants. Un Shinigami est certes immortel mais l'ennui est la pire des tortures qui soient. Les âmes inintéressantes passant sans cesse devant vos yeux et le film qui se termine souvent sur une déception, le constat d'un échec.

Et si on donnait une suite au film ? Une continuation après la fin ?
Cela semblerait absurde et même sûrement vide de sens pour tout le monde qu'ils soient humains, Shinigamis ou démons. Ce serait un crime de déjouer la mort, un crime encore plus grave que la désertion et la dissidence. Cela pourrait bien apporter du piquant, ne pas laisser la routine s'installer.

Ce matin, il faisait frais dans le cimetière de Highgate à Londres, Undertaker flânait entre les tombes vérifiant que le travail avait été bien fait hier et surtout que personne n'avait vandalisé la tombe que ce cher comte avait payé pour une pauvre femme.
Undertaker s'arrêta devant la stèle et enleva un peu de poussière d'un revers de sa manche dévoilant les lettres gravées dans le marbre.

« In loving memory of Marie Jeanette Kelly »


Le Comte Phantomhive ne demanderait sûrement pas de nouvelles mais au moins, Undertaker savait que le jeune garçon n'avait pas à s'inquiéter de la mémoire de cette femme. Jack l’Éventreur n'était plus et ceux qui salissaient la mémoire des victimes ont décidé de laisser la tombe de la Kelly en paix.
Le fossoyeur traîna encore un peu entre les allées s'arrêtant devant la tombe de personnes qu'il avait plus où moins connu. Tout ces humains sont décidément trop fragiles, ils disparaissent dès qu'ils deviennent intéressants. C'est vraiment dommage pensa le croque-mort.


Il sentit une présence non loin dans le cimetière. Il était rare de croiser du monde dans le cimetière à cette heure car bien souvent, les habitants ne voulaient pas y passer alors que le croque-mort y était. Les enfants s'amusaient parfois à y traîner mais dès qu'Undertaker se montrait à eux, ils détalaient en courant.
Il pensa au Comte, cela faisait un moment qu'il n'était pas venu suivi de son toutou de majordome. Le Comte n'écouterait donc jamais son avertissement...
On n'a qu'une seule âme...


Undertaker se dirigea à pas lent vers la frêle silhouette qui se tenait face à l'une des tombes. Il se rapprochait sensiblement mais pas trop pour éviter de déclencher une crise cardiaque due à la surprise et la peur.


- Bonne journée n'est-ce pas ?


Son petit rire accompagnait la plupart de ses phrases comme un tic de langage mais peu savaient qu'Undertaker pouvait réellement s'arrêter de rire et devenir sérieux au point de faire peur.


- Vous êtes bien matinale pour venir ici heheh...


C'était une fille. Il était certes myope mais il arrivait à sentir ce genre de choses grâce à une certaine sensibilité. Il se demandait bien ce qu'elle faisait la et si elle allait fuir en courant comme la plupart de ceux qu'il a croisé dans ces lieux. 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Mer 18 Sep - 15:33

Un peu plus tôt, dans l'appartement des Moon, une jeune fille aux longs cheveux châtains s'apprêtait à sortir, comme tous les jours, pour aller au même endroit, sous panier sous le bras.
Discrètement elle avait ouvert la porte, faisant le moins de bruits possible.
Peine perdue.
Son père allait encore lui crier dessus, pour savoir où elle allait ainsi, aussi tôt. Il aurait préféré la voir rester à la maison, faire à manger ou faire le ménage, comme sa soeur. Au moment où il s'était apprêté à la saisir par un bras, violemment, et la gifler - encore - la jeune fille avait fait preuve de rapidité. Précipitamment, elle était sortie de l'appartement et maintenant elle était dehors, son père juste derrière elle, pour la ramener de force chez eux. Qu'elle le veuille ou non, elle était une femme et elle se devait de rester à la maison pour faire les corvées. Ce n'était tout de même pas à son père de préparer à manger ou de faire le ménage !
La jeune fille, sans se retourner, sans s'arrêter, courut. Les larmes lui montèrent aux yeux, mais elle se retint pour ne pas pleurer ainsi devant des passants inconnus. Deux chats la suivaient, en courant eux aussi, avec leurs petites pattes. Son père la perdit dans la foule. La jeune fille avait le don d'y disparaître, avec seulement sa soeur ou les deux chats déjà cités pour la retrouver. Mais sa soeur dormait encore et les deux félins n'avaient apparemment pas l'envie d'aider le paternel, surtout que ce dernier haïssait profondément les deux seuls amis de sa dernière-née. Il détestait les chats. Les chats le détestaient. Une haine sèche et réciproque. L'un parce qu'il ne supportait pas que sa fille qui lui faisait honte s'entende ne serait-ce qu'avec des animaux, les deux autres parce qu'ils n'aimaient pas voir celle qui leur donnait à manger toute triste tous les jours.
Et comme tous les jours depuis la mort de sa mère, l'hiver dernier, ils la suivaient, de leurs petites pattes fines mais solides. Ils avaient l'habitude.

La course de la jeune fille, pour semer son père, la mena droit au cimetière, comme d'habitude. Elle s'arrêta devant les grilles et regarda bien autour d'elle. Personne.
Sauf Angelo et Demone. Les deux chats qu'elle appréciait tant.
Elle finit par entrer, cherchant la tombe de sa défunte mère et s'assit devant. Aussitôt, les deux félins vinrent se blottirent contre la jeune fille, en miaulant, tandis qu'elle séchait ses larmes et posait une main sur la pierre tombale.


-Bonjour maman. Tu vas bien ?...je suis désolée d'arriver en pleurs, encore une fois, dit-elle en souriant. Papa ne changera décidément jamais. Il ne veut pas comprendre. Elyon non plus. Pourquoi serions-nous obligées de rester enfermées à longueur de journée dans l'appartement ? Pourquoi c'est à nous de tout faire pour que papa puisse avoir un minimum de confort et nous presque pas ? A part ce que veut bien nous offrir tante Melinda. Dis maman, il est comment ton monde à toi ? Celui dans lequel tu es ? Il ressemble à quoi ? Est-ce que le ciel y est toujours bleu et le soleil brille tout en haut comme un disque d'or ? Est-ce que les gens sont tous gentils et dignes de confiance là-bas, là où tu vis maintenant ?...dis maman...combien de temps...te faut-il pour recevoir ce que je dis avant que tu puisses y répondre ?

Calista Moon resta ainsi pendant dix minutes, à monologuer puis finit par se taire, se disant qu'elle devait peut-être attendre un peu avant que sa mère ne réponde. De son vivant, sa chère mère était une femme sage et aimable, patiente et douce de nature. Peut-être un peu trop, mais c'est ce qui faisait son charme.
Le vent fit flotter les longs cheveux châtains de l'innocente jeune fille avant qu'ils ne retombent tout doucement sur ses frêles épaules. Les deux chats miaulaient à qui-mieux-mieux.

Et il y eut le silence.
Un silence pesant qui régna quelques instants avant que quelqu'un ne le brise.


- Bonne journée n'est-ce pas ?

Cette...voix...Et...ce rire...
Oui. Calista l'avait déjà entendu, juste une fois. Sans se retourner, elle savait à qui elle avait à faire.
Elle resta sur place, dans la même position, demeurant figée. Ses yeux s'étaient agrandis sous le coup de la surprise.
Non...ce ne pouvait pas être lui !...c'était impossible !


- Vous êtes bien matinale pour venir ici heheh...

Mais si ! C'était lui !
Elle déglutit.
Elle qui venait si souvent ici dans l'espoir de le revoir, et peut-être, dans un fol espoir, qu'il lui parle ! Elle en avait si souvent fait le rêve.
Si souvent espéré qu'un jour il lui adresse la parole, elle à qui on ne daigne que la mépriser dans la famille ou dans le voisinage pour son attachement à cet étrange homme.
Undertaker.

Doucement, elle se retourna, le rouge lui montant aux joues. Sa gorge se serra, les mots ne vinrent pas. Une bouffée de chaleur l'envahit, la réchauffant soudainement par ce froid matinal.
Elle ne savait pas cacher ses sentiments, on pouvait tout voir sur son visage pâle et dans ses yeux vairons. Sa gêne, sa surprise. Son...attachement.

D'une toute petite voix, en bégayant, seuls quelques mots sortirent.


-...b...bon...bonj...bonjour mons...monsieur...

Angelo et Demone se postèrent tous les deux côte-à-côte, entre le croque-mort et leur amie, intrigués par l'homme qui venait de parler.

Calista resta figée, rougissant, trop timide pour dire quoique ce soit d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Jeu 19 Sep - 7:12

Les yeux du croque-mort allaient des chats à la jeune femme puis ainsi de suite. N'importe quelle personne extérieure dirait d'Undertaker qu'il est un peu handicapé mentalement et mal équipé pour comprendre. Au contraire, il comprenait tout ce qui était à sa portée. Il avait quand même déjà quelques siècles d'existence à peine visibles sur son corps de Shinigami. Il n'y avait que les cicatrices qui lui rappelaient ce passé.

Il se souvenait des larmes d'une enfant...
Quand il avait fauché l'âme d'une mère durant les épidémies de Peste noire en Europe, il en avait entendu des pleurs désespérés...
Que les humains sont fragiles mais ils n'en sont pas moins attrayants. Qui serait attiré par la porcelaine sinon ?

-...b...bon...bonj...bonjour mons...monsieur...

La fille qu'il observait ne disait plus rien. Elle semblait avoir eu du mal à articuler sa première phrase avant de se murer dans le silence. Son visage rougissant dévoilait que ce n'était pas la peur qui faisait ça. Timidité ? Honte ? Honte de quoi ? De qui ? 
Les questions se bousculaient dans la tête du fossoyeur. Il ne changeait pas pour ce qui est de son attitude, il souriait toujours. Il portait toujours son long manteau noir et ce chapeau haut-de-forme un peu original qu'il affectionnait.


Son sourire s'élargit un peu avant qu'il n'ouvre enfin la bouche.

- Ton visage...Je l'ai déjà vu quelque-part...Comment t'appelles-tu ?

Il avait vu tellement d'humains qu'au final, ils étaient tous les mêmes. Il y avait bien le Chien de garde de la Reine qui l'amusait mais il ne s'attardait, en général, pas beaucoup sur les autres. Il n'était que spectateur de leur routine et aidait juste quand le moment était venu pour le coup de rideau.
Il se posa sur l'une des pierres et regarda attentivement le nom gravé juste sous la croix du Seigneur. Il n'était pas sur la tombe à laquelle faisait face la jeune fille mais sur la voisine d'où il pouvait mieux l'observer et sûrement bavarder un peu.

- Qui était-elle pour toi ?

Il regardait le nom féminin " Miranda Moon " gravé sur la tombe. Moon ? La lune jouait bien en réalité dans ce monde. Alors que tout les franc-maçons et sectes soi-disant rationnelles vénéraient le soleil. Certains préféraient vénérer la lune qui signifiait l'inconscient, l'étrange, l’abscons. Le monde est lunatique, c'est bien vrai. Les dieux sont lunatiques enfin peut-on vraiment dire que les Shinigamis sont des dieux ? Le temps est lunatique et tout le reste aussi. Tout est déraison et ça ne servait à rien de s'accrocher à tout ça. Il fallait se laisser porter par le courant.
Undertaker resta un moment dans cette posture, assis sur le marbre, espérant que la journée pourrait être un peu moins routinière pour une fois. C'est pour ça qu'il était ici. Un jour, les humains le surprendraient. Il en était convaincu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Ven 20 Sep - 19:45

- Ton visage...Je l'ai déjà vu quelque-part...Comment t'appelles-tu ?

Il lui parlait. C'était la première fois qu'elle voyait d'aussi près et la première fois qu'elle pouvait entendre distinctement le son de sa voix.
Une bien jolie voix pour un bien joli corps, d'après la jeune fille entichée de lui.
Elle était toujours figée dans la même position et était toute rouge, gênée. Et elle avait honte.
Honte parce que son père n'avait cessé de lui répéter que jamais personne d'autre que sa propre famille ne daignerait lui adresser la parole pour autre chose que l'insulter ou l'interpeller méchamment voire violemment; car selon lui, c'était bien là tout ce qu'elle méritait. Pour lui, une femme n'était rien, absolument rien.
Et la pauvre Calista était persuadée qu'elle n'était rien aux yeux des autres, et qu'elle ne serait jamais quelqu'un aux yeux de quiconque. Juste une pauvre fille cinglée et entichée du fossoyeur de Londres, l'homme le plus excentrique et le plus étrange qui soit; le plus attirant au monde, à ses yeux.

Ses yeux vairons, l'un couleur rubis et l'autre couleur émeraude, semblaient comme deux pierres précieuses brillant d'un certain éclat. Celui de l'espoir.
Calista avait enfin celui dont elle était entichée juste sous ses yeux, à peine à quelques mètres voire centimètres de lui.

Elle n'osait pas lui répondre et ne savait que faire. Elle s'empourpra encore plus.
Elle avait l'air stupide, pensait-elle. Stupide et empotée.
Son coeur avait loupé un ou deux battements en le voyant.

Angelo et Demone volèrent au secours de leur amie. Le chat blanc aux yeux bleus vint lécher la main de la jeune fille et le chat noir vint se blottir contre elle en miaulant, les deux lui incitant à répondre, ils l'encourageaient.
Mais Calista n'osait toujours pas. Que dirait son père s'il apprenait qu'elle avait parlé à cet homme que son paternel n'appréciait pas à cause de son excentricité ? Parce qu'elle était incapable de mentir.
Pauvre fille trop honnête et trop candide, livrée à ce monde cruel de brutes.

Toujours en bégayant, toujours aussi timidement, elle tenta de répondre, en montrant le nom "Moon" sur la tombe.


-J...je...m'ap...m'appelle...Cal...Calista...

- Qui était-elle pour toi ?

-...ma...ma maman...

Et rien qu'en repensant à sa mère, au fait que son père apprendrait tôt ou tard que le croque-mort lui aurait adressé la parole, au fait qu'elle se pensait bête et inutile, les larmes lui montèrent aux yeux sans couler. Le rouge monta aux joues, elle se sentait gênée, complètement perdue.
Celui dont elle était secrètement amoureuse devait la trouver bien pitoyable.
Et rien qu'en y pensant, les larmes coulèrent. Sans s'arrêter.


Je suis complètement idiote
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Sam 21 Sep - 13:12

-...ma...ma maman...

Elle s'appelait Calista...Intrigante Calista...Mystérieuse Calista. Le sourire était moins large sur la face du croque-mort mais il était toujours la. Une bonne femme était morte et son âme avait sûrement été récoltée par un des membres de la troupe à monsieur je-sais-tout avec sa faux en forme de sécateur. Si seulement William Spears savait que celui que l'on baptisait maintenant Undertaker avait été l'un des Shinigamis les plus efficaces et les plus impitoyables quand à envoyer une âme en enfer.
Il fallait ressembler à un humain maintenant mais pas trop quand même, cela deviendrait vite ennuyeux et personne ne le remarquerait.

Il regardait toujours la jeune fille et s'était doucement approché pour poser sa main sur son épaule. Ses ongles noirs effleurant l'habit de Calista et ses mèches de cheveux gris à quelques centimètres des cheveux lisses et apparemment soyeux de la jeune fille. Il avait le regard fixé sur la tombe et lisait les chiffres maintenant.

- Elle est bien plus heureuse maintenant. Elle aurait au moins pu rester encore un peu avec vous avant de trouver la paix heheh...

Il remarqua les larmes qui coulaient sur les joues et d'un revers de manche sombre et doux, il essuya l'une des joues de la jeune fille. Il affichait un air faussement pensif pour ne pas avoir l'air de se moquer et encore moins donner l'air de trouver ça drôle.

- Pleure tant que tu veux ici, personne ne t'en blâmera. Les larmes ont plus de valeur que n'importe quelle fleur que l'on pourra poser ici...

Il hésita un moment puis sortit un sachet de sa poche qu'il avait acheté à la confiserie du coin. Il n'avait plus de biscuits depuis quelques jours et devrait attendre les prochains arrivages. Il avait acheté quelques sucreries faites maison et ayant des goûts fruités variés : pamplemousse, citron, framboise, banane, etc.
Il tendit le sachet en papier à la jeune fille en souriant.

- Prends ce que tu préfères, je pense bien que j'en ai acheté trop hihihi.

En réalité, il n'aimait pas certains fruits et croisait les doigts pour qu'elle en prenne mais même si elle prenait ce qu'il préfère, cela lui importerait si peu au final.
Il y avait quelque-chose d'irréel qui flottait dans l'atmosphère du cimetière comme si tout ceci n'était qu'un rêve, une bulle onirique où le monde alentour ne compterait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Lun 23 Sep - 19:17

- Elle est bien plus heureuse maintenant. Elle aurait au moins pu rester encore un peu avec vous avant de trouver la paix heheh...

Calista retint sa respiration quelques instants, reculant lorsque lui s'approcha pour essuyer l'une de ses larmes d'un revers de sa manche.
Non pas qu'elle avait peur de lui, croyant qu'il lui ferait du mal, au contraire, ce n'est pas de cela qu'elle avait peur le concernant; elle reculait simplement par réflexe, ayant l'habitude des gifles venant des hommes, et surtout son père. Un homme était un homme et restait un homme; ils la giflaient, alors pourquoi ce fossoyeur ne le ferait pas lui ?
Ce dernier avait l'air pensif, alors que son - magnifique - sourire de tout à l'heure s'était rétrécit. Avait-il peur que la jeune fille interprète mal son sourire et qu'elle pense qu'il était en train de se moquer ?
Elle avait l'habitude que l'on se moque de sa tristesse et de sa détresse. Surtout son père.
Les larmes coulaient toujours, mais le débit s'était amoindri.


- Pleure tant que tu veux ici, personne ne t'en blâmera. Les larmes ont plus de valeur que n'importe quelle fleur que l'on pourra poser ici...

La jeune fille aux yeux vairons regardait le fossoyeur, surprise. C'était bien rare qu'on lui dise qu'elle ne serait pas blâmée si elle pleurait. Et qu'on ne la réprimandait pas aussitôt, ou qu'on ne la giflait pas.
 
Elle observa l'homme dont elle était amourachée lui tendre un sachet en papier, en souriant - elle crut que son coeur allait lâcher, à la vue de ce sourire si mignon pour elle. Un sachet remplie de sucreries, bonbons aux fruits, aux goûts divers et variés. Même des goûts exotiques - pour l'époque.


- Prends ce que tu préfères, je pense bien que j'en ai acheté trop hihihi.

Son regard surpris passa du fossoyeur au sachet. Un air d'incompréhension pouvait se lire sur son visage.
D'abord, elle n'osa pas tendre la main vers le paquet pour prendre un bonbon. Puis finalement, encouragée par les regards des chats, elle attrapa le premier qui était à sa portée. Il avait un goût de pomme. C'est bon la pomme. Elle aimait bien la pomme. Elle n'en avait goûté que cinq fois dans sa vie. Elle n'avait plus le droit de prendre des fruits, c'était réservé à son père. Elle devait se contenter du pain qu'on voulait bien lui donner et de l'eau - avouons-le sincèrement, pas toujours limpide cette eau.
Elle rougissait, timide et gênée.

 
-Dites monsieur, dit-elle timidement, faisant moins couler de larmes, pourquoi vous êtes gentil avec moi ? Papa...il dit toujours que les hommes giflaient les filles qui pleuraient...que j'avais pas le droit de pleurer, seulement souffrir en silence...Et maman, c'est la maladie qui l'a emportée...Mais je suis sûre que papa y était pour quelque chose....il la giflait et la frappait souvent. Mais il disait que...c'était pour l'encourager à faire mieux le ménage et apporter plus vite à manger...vous croyez que c'est vrai ?...parce que moi, quand il me gifle ou quand il me frappe...je vais pas vite pour faire à manger...
 
Instinctivement elle releva une de ses manches où un hématome était visible, datant de la veille au soir, alors qu'elle revenait de son escapade nocturne. Un gros hématome sur son fragile bras gauche, au niveau du poignet, qui devait lui faire mal chaque fois qu'elle le bougeait. A savoir, tout le temps ou presque.
Sauf qu'elle ne semblait pas relever la douleur à cet endroit, comme si elle était habituée à avoir des bleus ou des hématomes à cet endroit-ci, ou comme si les coups étaient une formalité et une banalité. En tous cas le pensait-elle.
Elle pensait que tous les hommes battaient les femmes, ainsi allait la vie et tout était normal. Grands dieux, qu'elle se trompait, la candide petite fille.
Qui lui ouvrirait un jour les yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Mer 25 Sep - 16:45

Elle sembla hésiter au début mais à la satisfaction et au dépit moindre du croque-mort, elle se servit dans le sachet. Pomme, il aimait bien la pomme...Ce n'est pas grave, peut-être qu'elle satisferait l'une des plus grandes caractéristiques d'Undertaker qui est la curiosité. Pas une curiosité malsaine tournée vers des expériences à l'heure actuelle mais une simple curiosité sur le genre de vie que pouvait mener une humaine de cet âge à cette époque.
Elle semblait gênée et avait encore les joues humides. Un vent frais rafraîchissait les larmes et Undertaker se surprit à se demander si l'humaine avait froid. 

-Dites monsieur, pourquoi vous êtes gentil avec moi ? Papa...il dit toujours que les hommes giflaient les filles qui pleuraient...que j'avais pas le droit de pleurer, seulement souffrir en silence...Et maman, c'est la maladie qui l'a emportée...Mais je suis sûre que papa y était pour quelque chose....il la giflait et la frappait souvent. Mais il disait que...c'était pour l'encourager à faire mieux le ménage et apporter plus vite à manger...vous croyez que c'est vrai ?...parce que moi, quand il me gifle ou quand il me frappe...je vais pas vite pour faire à manger...


Undertaker était assez près, elle pouvait ressentir son souffle et d'un mouvement de main, il écarta une mèche de cheveux de la jeune fille qui avait bougé à cause du vent. C'était certes inutile, un petit geste mais significatif.


- Qui sème le vent récolte la tempête.C'est les graines de la douleur que ton père sème mais dans un terreau qui peut vite devenir celui du chaos. Pleurer, c'est se libérer du mal qui vous ronge. En frappant, on obtient rien. Je suis certain que ton père est une personne bien sotte heheh...

Undertaker se leva et la regarda de toute sa hauteur toujours souriant, une lueur brillant de son œil droit qui était légèrement découvert par le vent qui avait écarté une mèche de cheveux. Il maintint son chapeau bien sur sa tête et répondit.

- Pourquoi je suis gentil ? Car tu m'as l'air sympathique et que tu me sembles différentes de tout ceux et toutes celles que j'ai vu jusqu'à maintenant. La lune fascine toujours les gens comme moi...

D'un mouvement de tête, la mèche cachait de nouveau l’œil verdâtre. Il prit un bonbon dans le sachet et eut un grand sourire en se rendant compte qu'il en avait pris un à la banane, un vrai délice. Ces fruits se faisaient rares ici à Londres mais avec l'aide de Lau et de son entreprise, il pouvait à peu près tout se procurer. 
Il restait près de la jeune fille, silencieux, écoutant le bruit du vent et ce qui sortait de ses lèvres. Un corbeau croassait non loin au dessus d'une tombe, un certain Karl Marx...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Mer 25 Sep - 19:37

Le temps, pour elle, sembla s'arrêter un instant. On aurait pu dire qu'écarter une mèche de cheveux de la jeune fille était inutile, mais en fait, cela ne l'était pas. Pas du tout.
Pour elle, cela signifiait tellement.
Il n'était pas comme les autres, et pas que physiquement. Il n'était pas seulement excentrique et mystérieux. Il était bien plus que cela.
Il était le gentil fossoyeur dont elle était amourachée, celui qui l'avait réconforté - oui, on pouvait dire cela ainsi, dans sa tête c'était ce qu'elle pensait et interprétait - et qui avait séché ses larmes, le premier homme qui ne la regardait pas de travers et ne la giflait pas ou ne l'insultait pas.

 
- Qui sème le vent récolte la tempête. C'est les graines de la douleur que ton père sème mais dans un terreau qui peut vite devenir celui du chaos. Pleurer, c'est se libérer du mal qui vous ronge. En frappant, on obtient rien. Je suis certain que ton père est une personne bien sotte heheh...

On dirait qu'il ne faisait que cela, toute la journée. Sourire. Et, elle était prête à l'avouer de suite, cela ne lui déplaisait pas. Son sourire, elle l'aimait bien. Il était différent de ceux des autres. Comment expliquer ses pensées et ses souvenirs ? Disons...disons que son sourire ne lui semblait pas hypocrite. Voilà, c'est peut-être mieux ainsi dit.
 
Elle le regarda se lever, de toute sa hauteur. Une lueur d'admiration brilla soudainement dans les yeux vairons de la candide qui cessa de pleurer et les larmes de couler. Elle vit l'œil droit de celui qu'elle aimait secrètement, un œil d'une étrange couleur qui lui plaisait bien. Une vision qu'elle n'oublierait pas.
Doux souvenir qu'elle ne voudra jamais oublier.
Son coeur se serra quand elle imagina qu'il lui faudrait rentrer ce soir.


- Pourquoi je suis gentil ? Car tu m'as l'air sympathique et que tu me sembles différentes de tout ceux et toutes celles que j'ai vu jusqu'à maintenant. La lune fascine toujours les gens comme moi...
 
Elle rougit. Jamais on ne lui avait dit quelque chose d'aussi gentil.
 
-Merci monsieur...c'est...la première fois qu'on me dit quelque chose comme cela... dit-elle en séchant ses larmes, ses deux chats posant chacun une patte sur la robe de leur maîtresse, en miaulant. Dites...est-ce que...vous aimez bien les biscuits ?
 
La jeune fille montra son panier. Panier qu'elle avait bien apporter et qu'elle avait depuis le début de ce passage, mais dont l'auteure de ce post a complètement oublié de le mentionner dans les autres posts. Panier qui contenait toujours de quoi calmer les petites faims de la jeune fille durant la journée. Et qui en l'occurrence contenait des biscuits faits maison, et surtout, faits par elle.
Elle sortit délicatement un petit paquet qu'elle tendit vers l'homme aux cheveux gris, en tentant de sourire, bien que timidement tout d'abord. Ses yeux brillaient encore de ses larmes qui avaient cessé de couler depuis. Elle tentait comme elle le pouvait de recouvrir un visage souriant.

 
-Je suis désolée, je n'ai que ces quelques biscuits avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Ven 27 Sep - 13:51

-Merci monsieur...c'est...la première fois qu'on me dit quelque chose comme cela...Dites...est-ce que...vous aimez bien les biscuits ?

Elle n'aurait pas à le dire deux fois...
Undertaker se retint de pousser un petit cri hystérique à la mention des biscuits vu qu'il n'en avait pas mangé depuis quelques jours et qu'il ne lui restait que les bonbons aux fruits pour le moment. En tendant le paquet, elle tentait de redevenir souriante. 

-Je suis désolée, je n'ai que ces quelques biscuits avec moi.


Le croque-mort souriait toujours et il prit un biscuit qu'il prit le temps de savourer. Il en prendrait bien un autre mais son empathie pour la jeune fille le poussa à laisser le reste pour qu'elle puisse quand même se remplir l'estomac.


- Ce n'est pas grave, c'est vraiment bon. Merci heheh...

Undertaker en avait vu beaucoup des humains au point que son empathie pour eux était devenue quasi nulle. Avec elle, il semblait y avoir un petit changement. Comme les autres, il la verrait sûrement mourir de maladie ou bien tuée ou bien rongée par la vieillesse. Quand on vit pendant des siècles, on est irrémédiablement seul...
C'était la malédiction de tout Shinigami...

- Tu es encore jeune. J'imagine que tu as des rêves même si ton père ne doit pas vraiment les connaître. Le temps fait toujours que la chenille devient papillon hihihi...

Undertaker remarqua qu'un résidu de toile d'araignée pendait de son chapeau et il fit un bond en voyant l'araignée. Il enleva le chapeau et le frotta avec insistance pour se débarrasser de la vilaine bébête comme on dit.

- Quel genre de papillon souhaites-tu devenir ?

Il examina attentivement le chapeau avant de le reposer sur sa chevelure d'argent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Ven 27 Sep - 19:48

- Ce n'est pas grave, c'est vraiment bon. Merci heheh...

Calista sourit alors. Un petit sourire de joie, un peu timide. Mais ses larmes avaient cessé de couler et celles sur ses joues avaient séché.
Ses yeux vairons exprimaient un peu de joie. Bien qu'elle savait pertinemment que ce soir, elle serait encore giflée, peu lui importait. Maintenant, elle aurait passée la plus belle journée de toute sa vie. En vivraient-elles d'autres des journées aussi plaisantes en compagnie de cet attirant fossoyeur aux longs cheveux gris et à la joie contagieuse ?
Elle l'espérait.


- Tu es encore jeune. J'imagine que tu as des rêves même si ton père ne doit pas vraiment les connaître. Le temps fait toujours que la chenille devient papillon hihihi...

La jeune fille rougit encore un peu. Il était véritablement adorable cet homme. Qu'il était dommage que tout le monde ne partageait pas cet avis. Chacun jugeait sur les apparences mais qui sait au fond ce qu'il en est réellement ? On ne cessait de lui répéter que cet homme n'était pas non seulement fou, mais aussi dangereux, et qu'il était préférable de ne pas le fréquenter. En quoi était-il dangereux ? Il était gentil avec Calista, et cette dernière ne semblait pas s'en inquiéter. Elle l'aimait bien, elle en était amourachée.
Si attirant, si gentil avec elle... Non, franchement, quel mal y avait-il de converser avec lui ?
 
La jeune fille aimait bien la métaphore employée; elle aimait bien les papillons.
Elle sursauta quand lui fit un bond en voyant ce qui semblait être une araignée sur son chapeau. Chapeau qu'il enleva et frotta avec insistance jusqu'à ce que parte ou meure la vilaine bestiole qui lui avait fait faire un bond. La jeune fille, comme les deux chats, regardait maintenant le fossoyeur, avec deux grands yeux ronds jusqu'à lui reprenne la parole.


- Quel genre de papillon souhaites-tu devenir ?
 
-Un sphinx-colibri ! Ils sont trop mignons ! répondit-elle instinctivement, bien qu'elle savait pertinemment que ce n'était pas la réponse attendue.
 
Honteuse, elle rougit encore, baissant la tête, avant de la relever et de répondre finalement:

 
-J'aimerais bien voyager pour connaître tout du monde dans lequel maman est partie ! Je voudrais aller la rejoindre pour plus jamais avoir à subir les colères de papa et l'incompréhension des gens...
 
...oui je sais, à vous qui lisez ce post, vous vous demandez sûrement si elle le fait exprès ou pas. Sincèrement, non. Elle ne le fait pas exprès. Son esprit est ainsi fait.
Jeune gamine innocente ignorant tellement de choses de la vie.
Jeune gamine innocente et naïve, tellement candide.
Jeune gamine innocente qui ignore que le monde dans lequel est partie sa mère n'est autre que la mort, un voyage d'où l'on revient jamais - ou presque, mais on va pas disserter là-dessus.
Jeune gamine innocente qui ne demande qu'à apprendre et avoir d'autres rêves que celui-ci, car vous en conviendrez tout comme moi, l'auteure de ce post que je suis; Calista Moon est assez sympathique et attachante, mais vraiment et beaucoup trop naïve, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Sam 28 Sep - 8:35

-Un sphinx-colibri ! Ils sont trop mignons !

Undertaker ne put s'empêcher de rire de bon cœur malgré cette réponse. De bon cœur ? Son rire se voulait habituellement assez malsain ou totalement hystérique mais la réponse le faisait assez rire sans vraiment être moqueur.

-J'aimerais bien voyager pour connaître tout du monde dans lequel maman est partie ! Je voudrais aller la rejoindre pour plus jamais avoir à subir les colères de papa et l'incompréhension des gens...

Les gens...
Foule compacte et cruelle, bien souvent intolérante et cramponnée à ses convictions. Beaucoup disent qu'il n'y a rien de plus dangereux qu'une foule. Undertaker pense que si il y a plus dangereux : deux foules qui se rencontrent. Quelle est l'origine de la guerre ? Du meurtre ? De la torture ? De la violence en ce monde ? L'homme n'est pas l'être débonnaire que décrivent les religions quelles qu'elles soient, il est égoïste et n'a aucune pitié.
Au final, Undertaker aimait parler avec les jeunes humains car ils n'étaient pas encore salis par le monde ou par leurs semblables. Il n'y avait que ce pauvre comte qui était mouillé jusqu'au cou malgré son jeune âge.

- Le voyage est long avant d'arriver sur certains rivages hihi...

La candeur de cette fille était des plus étonnantes et sûrement qu'elle inquiéterait ses semblables avec de tels discours.

- Je suis sûr qu'elle t'attendra tranquillement mais ne te presses pas trop heheh...

Il s'était senti obligé de mentir, de dire qu'il y avait quelque-chose après la mort mais il savait pertinemment que tout s'arrêtait comme un simple film, la Lanterne cinématique. Il pouvait y avoir quelque-chose après et il finirait bien par savoir quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Sam 28 Sep - 12:05

- Le voyage est long avant d'arriver sur certains rivages hihi...

La jeune fille écoutait le fossoyeur avec curiosité. Alors ainsi le voyage serait long ?
Qu'importe pourvu qu'elle puisse retrouver sa mère au plus vite !
Pauvre petite candide qui ne sait pas ce que signifie vraiment la mort. La mort marque la fin de toute vie et elle est persuadée qu'il en va autrement...Ce n'est seulement que le départ vers un monde meilleur qu'elle voudrait découvrir. Un monde d'où elle ne reviendrait pas mais elle n'en savait rien.


- Je suis sûr qu'elle t'attendra tranquillement mais ne te presses pas trop heheh...

Elle acquiesça.
 
-Avant de partir, maman m'a dit que je pourrais tous les jours venir sur sa tombe pour lui parler. Mais elle répond jamais. Vous croyez qu'elle entend pas ou que quelque chose bloque la communication ?
 
Ne me regardez pas avec cet air ahuri, je n'y peux rien si cette fille paraît stupide ! En fait non. Elle ne l'est pas tellement. Elle est juste...pire que naïve et innocente. Plus que cela...
En fait, elle prend souvent les choses au pied de la lettre.

 
-Dites, vous savez à quoi ressemble cet autre monde ? Vous y êtes déjà allé vous ?
 
On se demande ce que l'on pourrait bien lui répondre à cette gamine, n'est-ce pas ?
Comment lui expliquer la vie sans trop la brusquer, cette pâle et fragile enfant au coeur d'ange si innocent ? Sa naïveté pourrait bien la perdre un jour, à moins qu'on lui apprenne tout. Mais pensez-vous que dans sa famille on lui expliquera les choses doucement ou tout simplement ?

 
-Papa, il préfère me gifler dès que je pose la question en me disant que je ferais mieux de vite rejoindre maman parce qu'il aurait préféré avoir un garçon à ma place. Il dit que les garçons sont plus intelligents et plus utiles qu'une fille...Vous croyez que c'est vrai, vous ? Que les filles ne servent à rien ?
 
Je ne sais pas pour vous, quel est votre sentiment à vous, derrière votre écran, en lisant cela, mais je songe que si un jour Undertaker rencontre le père de Calista, cela promet de faire des étincelles ! Vous ne pensez pas ?
J'aimerais bien voir ce que cela donne en tous cas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Dim 29 Sep - 7:45

-Avant de partir, maman m'a dit que je pourrais tous les jours venir sur sa tombe pour lui parler. Mais elle répond jamais. Vous croyez qu'elle entend pas ou que quelque chose bloque la communication ?

A ce moment précis, Undertaker demeura silencieux et se rapprocha doucement de la jeune fille toujours le sourire aux lèvres mais quelque-chose semblait être devenu plus sérieux sur le visage du croque-mort. Il posa sa main la où devait se situer le coeur, cet organe vital pour l'humain.

- Tu n'as qu'à mieux écouter. Seul ton cœur pourra t'aider à bien entendre ce qui vient de l'autre monde...

Undertaker recula alors qu'elle posait déjà une autre question.

-Dites, vous savez à quoi ressemble cet autre monde ? Vous y êtes déjà allé vous ?


Il sourit en entendant cela. Il avait déjà fait partie du monde des faucheurs mais n'avait jamais vu ce qu'il pouvait bien se passer pour un humain dès que le film se finissait. Dès qu'un dossier était complété, c'était fini pour l'humain.


- Non seuls ceux qui quittent ce monde peuvent le voir et c'est un monde dont on ne revient jamais heheh...

-Papa, il préfère me gifler dès que je pose la question en me disant que je ferais mieux de vite rejoindre maman parce qu'il aurait préféré avoir un garçon à ma place. Il dit que les garçons sont plus intelligents et plus utiles qu'une fille...Vous croyez que c'est vrai, vous ? Que les filles ne servent à rien ?


Il ne put s'empêcher de réfléchir sur la question même si la situation lui semblait parfaitement claire de son point de vue.


- Hum...C'est pas vrai. Depuis longtemps, l'homme cherche à se placer au dessus de la femme mais il ne serait rien sans elle. On accuse la femme d'avoir mangé une pomme ? Et alors ? Les humains n'existeraient déjà plus si elle n'était pas la hihihi donc non je ne pense pas qu'elles servent à rien...

Undertaker savait tout ça pertinemment après avoir observé les humains pendant des siècles, c'est ce qui avait causé son ennui profond quand à la vie de Shinigami. 
Il regarda le soleil se lever un peu plus et insinuer sa lumière entre les arbres et les pierres tombales. Il était finalement moins tôt que prévu pensa le fossoyeur. L'existence est divisée entre le soleil et la lune...
Un dieu et une déesse...
L'homme et la femme...
La raison et l'imagination...

Tout était entêtant dès qu'on s'attardait la-dessus et le moindre petit parfum de fleur pouvait attirer le papillon à se poser sur des pétales qui ne lui sont pas promises. Undertaker demeurait l'être abscons dans ce monde aux habitants fragiles, il n'y comprendrait décidément pas grand-chose à la vie humaine...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Mar 1 Oct - 14:26

Elle regarda, la mine inquiète, le croque-mort qui s'était rapproché doucement. Il était toujours souriant, mais il semblait être encore plus sérieux - ce qui inquiétait la jeune fille car elle n'avait pas l'habitude de cette mine sérieuse lorsqu'elle observait le fossoyeur de loin quand elle l'apercevait.
Il posa sa main sur son coeur.


- Tu n'as qu'à mieux écouter. Seul ton cœur pourra t'aider à bien entendre ce qui vient de l'autre monde...

D'accord. C'était avec son coeur qu'elle devait communiquer avec sa mère.
Elle comprenait déjà mieux.
 
Puis vint la réponse à son autre question.


- Non seuls ceux qui quittent ce monde peuvent le voir et c'est un monde dont on ne revient jamais heheh...

Ah. C'est pour cela que sa mère ne revenait pas, pensait-elle. Bon...eh bien elle la rejoindrait plus tard, cela ne fait rien.
Sa mère l'attendait de l'autre côté...


- Hum...C'est pas vrai. Depuis longtemps, l'homme cherche à se placer au dessus de la femme mais il ne serait rien sans elle. On accuse la femme d'avoir mangé une pomme ? Et alors ? Les humains n'existeraient déjà plus si elle n'était pas la hihihi donc non je ne pense pas qu'elles servent à rien...

Sa réponse réconforta la jeune fille qui savait déjà qu'il ne fallait pas se laisser faire, mais ne savait pas quoi faire.
Elle avait posé la question innocemment parce qu'elle doutait. Et puis on ne lui avait jamais trop rien dit à ce sujet, à part son père qui, comme vous l'avez compris de vous-même, n'était vraiment pas à écouter sur ce sujet.
 
Le soleil se leva doucement. La lumière sembla illuminer en se levant, le visage de la jeune fille qui souriait maintenant. Le fossoyeur avait égayé sa journée, qu'importe ce qui pouvait maintenant lui arriver.
Ni les reproches, ni les insultes, ni les coups de son père n'entameraient sa bonne humeur. Maintenant elle garderait son sourire pour tout le reste du jour.

 
-Merci monsieur d'avoir répondu à mes questions.
 
Elle lui tendit encore le paquet de biscuits.
 
-Vous pouvez le prendre, j'ai d'autres choses à manger dans mon panier pour le reste de la journée.
 
Rien que du pain en fait.
Et encore. Quelques fois elle se sacrifiait pour que les chats puissent manger à leur faim. Et des fois, c'étaient eux qui se contentaient de refuser le pain pour aller chasser des souris à la place. Comme s'ils comprenaient parfaitement la situation de la jeune fille. Comme s'ils étaient en parfaite harmonie, qu'ils pensaient la même chose.
Quelque chose semblait les relier tous les trois.

 
-Oh ! Le soleil se lève...j'aime bien le jour. Le soleil, on dirait un disque tout doré qui illumine la journée des gens. Comme vous monsieur. Vous avez illuminé ma journée, merci. Mais je préfère la nuit pour rêver. Rêver de pleins choses...et surtout de...de...euh...
 
Elle rougit. Elle n'allait tout de même pas dire qu'elle rêvait de lui ?
Cela ne le ferait absolument pas.
Sa phrase resta en suspend. Non, elle ne le dirait pas. Son coeur battait la chamade, elle semblait avoir soudainement chaud. Ce n'était pas le moment de manquer de défaillir. Absolument pas !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   Sam 5 Oct - 9:33

Le soleil se levait doucement et la chaleur familière échauffait les corps sous leurs plusieurs couches de tissu successives. Maintenant elle souriait, il l'avait remarqué et au fond, il savait qu'il avait amené une lueur d'espoir dans cette vie. Il ne pouvait pourtant pas s'empêcher de croire qu'elle en souffrirait un jour où l'autre mais c'est la fatalité inévitable pour tout humain.
Elle lui tendit encore une fois le paquet de biscuits.

-Vous pouvez le prendre, j'ai d'autres choses à manger dans mon panier pour le reste de la journée.


Il accepta finalement le cadeau et prit le paquet, mangeant un biscuit au passage. Il ne se demande pas si ce qu'elle disait était vrai ou non mais il croyait que cette fille était capable de faire ses choix et d'au moins faire le bon. Son sourire s'élargit à la pensée qu'il fallait profiter de ces moments car la vie est rarement tendre avec les humains.


-Oh ! Le soleil se lève...j'aime bien le jour. Le soleil, on dirait un disque tout doré qui illumine la journée des gens. Comme vous monsieur. Vous avez illuminé ma journée, merci. Mais je préfère la nuit pour rêver. Rêver de pleins choses...et surtout de...de...euh...


Undertaker se mit à rire légèrement en remarquant que la jeune fille s'embrouillait. Il ne se moquait pas mais tentait de rendre la situation plus supportable vu comment elle rougissait.


- Les rêves sont un monde bien secret heheh...N'ouvre pas cette porte à n'importe qui, ce sera mon dernier conseil.

Undertaker se dit qu'il allait devoir bientôt rentrer à son établissement car un de ses clients avait pris rendez-vous dans la matinée pour choisir un cercueil. Undertaker se dit qu'il ne partirait pas brutalement non plus.
Il saisit un petit objet, une bague argentée qui reposait dans sa poche et il attrapa une des mains de Calista dans laquelle il posa l'objet. Une phrase en latin était gravée dans l'argent " Cogito ergo sum ". L'objet lui porterait peut-être bonheur, qui sait ?

- Fais attention à toi Calista Moon et peut-être à un de ces jours heheh...

Undertaker s'éloigna après avoir fait son cadeau et avoir salué Calista d'une petite révérence. Il penserait à elle de temps en temps comme l'une des perles se cachant dans le flot de l'humanité. Il ne savait pas s'il recroiserait son chemin  à nouveau mais l'idée ne lui déplaisait sûrement pas...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bas Fond: Cimetière] Sonate pour la lune [PV: Calista Moon & Undertaker]
» Important : Les pouvoirs et les cristaux.
» Sonate pour un coeur indécis
» Kylian
» Sonate pour fleurs de cerisier [PV Sakura d'amûûûr]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-