« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]   Ven 13 Sep - 17:23

William avançait tranquillement sur un chemin de terre. Il avait déjà pris ce chemin il y a de cela quelques jours pour se rendre à un entretient avec une domestique de la maison Von Elrich. Il avait ainsi rencontré une très belle jeune femme du nom d'Alyss Jackson, qui lui faisait étrangement penser à son amie d'enfance Rose. Il avait passé l'entretien avec succès et Alyss lui avait promis d'appuyer sa candidature auprès de son supérieur. C'est pourquoi en ce jour, il se rendait une seconde fois vers ce manoir dans l'espoir d'acquérir définitivement cette place qu'il convoitait tant.

La première fois qu'il était venu, il n'était pas sûr de vouloir vraiment de ce poste. S'il avait postulé c'était uniquement dans le but d'avoir une place stable pendant quelque temps. Si cette famille rejetait sa demande, il s'était dit qu'il n'aurait plus qu'à chercher, avec difficulté certes mais sans trop de regret un autre endroit où l'on aurait besoin de ses services.  Mais lorsqu'il avait passé les barrières de fer qui clôturaient l'entrée, il avait petit à petit compris que sa place était ici et nulle part ailleurs. Il était en quelque sorte tombé amoureux de ces jardins qui lui rappelaient ceux du manoir de son enfance.

 Alyss avait compris cela, du moins c'est ce qu'il avait semblé à William. Elle avait été très gentille, et William avait passé un agréable moment en sa compagnie, bien que le stress ait été au rendez-vous. Il espérait fortement la revoir aujourd'hui. Mais la lettre qu'il avait reçue pour lui donner la date de l'entretien n'avait pas été écrit de la main d'Alyss. La personne qui l'avait rédigé était d'une tout autre nature. L'écriture était plus froide et plus formelle. Ce devait certainement être ce fameux ''maître'' avec qui il allait passer l'entretien. William se souvint avec amusement de la manière dont il avait imaginé Alyss avant même de l'avoir rencontré par rapport à sa lettre. Il avait imaginé la possibilité que ce soit un majordome tortionnaire qui l'avait écrite. Cette image fut bien loin de la réalité car Alyss était une personne très douce malgré sa tenue toujours droite et sérieuse.  Mais maintenant qu'il avait cette nouvelle lettre en main, il se demandait s'il n'avait pas eu raison. Cette écriture bien faite mais rigide était peut-être un aperçu de la personnalité de son expéditeur.

William appréhendait plus que jamais. Cette fois-ci il allait devoir être plus que convaincant. Alyss ne l'avait pas vraiment dit, mais son maître semblait bien plus intransigeant qu'elle. William se doutait que ça n'allait pas être facile. Lorsqu'Alyss lui avait posé des questions sur ses connaissances en jardineries, elles avaient été relativement simples, pour son plus grand bonheur, mais cette fois-ci allait-il toujours en être le cas ? Et lui ferait-il comme elle l'avait fait un test pour juger son niveau ou l'examinerait-il d'une autre manière ? William sentait le stress monter en lui encore plus intensément que la première fois. Bien qu'il connaissait maintenant les lieux, il allait toujours vers l'inconnu, et la peur de ne pas obtenir cette place restait ancrée dans ses pensées. Il la voulait tellement. Plus que n'importe qui  ! D'ailleurs, combien d'autres personnes avaient postulé ? Étaient-ils nombreux ? Avait-il beaucoup de concurrents à surpasser ?

Tant de questions se posaient dans sa tête alors qu'il arrivait devant la grande grille de fer forgé. Comme la dernière fois, il n'y avait pas âme qui vive dans les jardins aux alentours. Mais cette fois-ci William su comment informer de sa présence. Il attrapa la corde de la petite cloche en fer joliment gravée et fit retentir son son métallique dans les airs. Il rangea la lettre qu'il tenait dans sa main dans sa poche où il avait également laissé la précédente lettre d'Alyss dans laquelle il avait glissé le Lys Orangé qu'elle lui avait offert et qui restait un symbole important pour William. Il espérait qu'il lui porterait chance aujourd'hui. Puis il attendis patiemment que quelqu'un viennent à sa rencontre pour lui ouvrir les portes du lieu où sommeillaient tous ses espoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]   Lun 6 Oct - 21:26



❝ Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît..   ❞



Aaron se tordit le cou d'une façon sèche. Tandis qu'il se le remettait de suite en place, il examina son visage à travers la glace. Ouais. Il avait vraiment une tête à faire peur. Une dur journée commençait. Et Dame Von Elrich qui s'était encore fourré dans une quelconque aventure qui s'est mal terminé. Aaron soupira en repensant à la nuit sans fin qu'il avait passé. Le temps avait avancé tellement lentement... Et il n'avait qu'une envie, c'était de s'affaler sur un canapé et ne plus rien faire. Il n'avait qu'une envie, avoir le temps de ne rien faire. C'était sa nature. Il était le démon lié au pêché de la Paresse après tout. Et le voilà obligé d'être au service d'une excentrique ? Une noble qui ne se laisse pas faire de surcroît. Qui n’éprouve pas de crainte. Quel galère. Il avait tellement hâte de la dévorer. Car tel était le contrat. En échange d'un vœux, il pouvait disposer de son âme comme bon lui semblait – pour son repas bien entendu – après le service rendu. Bien sûr, il fallait que ce service ne soit pas facile. En règle général Aaron n'avait qu'à exaucer un vœu rapidement et de manger l'âme tout de suite après. C'est comme un arrêt rapide à la mort. Normalement. Ça aurait du l'être cette fois ci aussi. Mais ce n'était pas le cas. C'était juste.. Lui servir jusqu'à sa mort... Et en la sachant jeune et belle, elle ne risquait pas de mourir très vite. Un soupire traversa une nouvelle fois ses lèvres. Il se sentait las de tout. Heureusement, il pouvait encore embêter sa maîtresse et la servante qui le trouvait détestable. Un vrai amusement dans la douleur des autres.
D'ailleurs en parlant de servante. C'était aujourd'hui l'embauche d'un jardinier. Il se rappelait qu’Éléonore avait vaguement décidé dans une folie de diva d'avoir un jardin représentatif de son statut. C'est à dire « Magnifique ». Et bien sûr qui allait se taper les entretiens tandis que sa « Majesté » dors tranquillement dans sa divine chambre. Quel plaie. Il se leva, enfila rapidement son costume résigné à subir cette torture. Il descendit bien vite, passant une main négligemment dans ses cheveux. Il bailla rapidement avant d'ouvrir la porte des cuisines et de commencer la lourde tâche de préparer le petit déjeuner qu'Alyss irait ensuite apporter à Dame Von Elrich. Il mit les toast à la poêle, faisant bien attention à la cuisson. Il chercha ensuite les fruits pour les couper, les placer dans une petite coupelle et mettre une petite crème de sa préparation dessus. Enfin les viennoiserie et le thé. Il plaça le tout dans un plateau en argenterie qu'il décora de quelques fleurs. Il plaça ensuite les toasts à ses emplacements, et mit de la garniture dans les autres petites coupelles comme le beurre, la confiture et autre bêtise. Il posa le plateau préparé de A à Z sur un comptoir et tira sur la corde qui faisait sonné la chambre des domestiques. Alyss se réveillait en général après lui et il avait l'habitude de la réveiller pour qu'elle soit prête à apporter le petit déjeuner de la maîtresse de maison.
Pendant qu'il se nettoyait les mains et le plan de travail. Il se lista les choses à faire cette matinée. Il avait encore du temps avant que les premiers postulants arrivent. Ils allaient les accueillir dans le 3ème petit salon sans doute. C'était le plus proche de l'entrée et ils éviteraient de trop fouiner dans une propriété privé. Aussi si jamais ils veulent s'enfuir en courant, au moins ils ne se paument pas. Aaron sortit des cuisines sans croiser la servante, il passa directement au salon pour voir si tout était en ordre. Il arrangea la poussière en vitesse. Il ne fallait rien négliger. Il ouvrit les fenêtres pour laisser passer le petit vent du matin tout en prenant soin avant de fermer la porte menant au couloir. Ce serait vraiment stupide que la Cantatrice attrape un rhume n'est ce pas ? Quoique... Elle pourrait mourir de cette façon. Il fixa la porte avec intensité. Oui mais si dans l'éventualité que ça arrive, il n'aura fait que tricher et le contrat ne serait plus valable. Quel plaie. Il ne devait pas avoir de lien avec sa mort. Quand le premier postulant arriva, il arrêta de se perdre dans ses pensée. Il devait vite trouver un jardinier.
Ce n'était pas qu'il était nul. Mais pas assez aux goût d’Éléonore. Il faut dire que les buissons en forme de flammes c'était pas génial. Ni celle en forme de monstre. Elle avait vraiment mauvais goût ! En plus Aaron c'était donné beaucoup de mal !
Après le dixième postulants, le démon avait très envie de s'évanouir sur place. Il était crevé. Il en pouvait plus. En plus ce que les postulants racontaient étaient d'un chiant... Des femmes qui sont stupides, des mecs trop sûr de leur capacités... Rien de bien intéressant à vrai dire... Il se leva pour accueillir le 11ème qui venait de sonner. Il lâcha un énorme bâillement avant d'ouvrir la porte et se présenter comme un majordome tout ce qu'il y a de plus normal. Les cheveux plaqué derrière, avec quelques mèches rebelles. Un air sévère, des gants, des habits noirs avec une queue de pie. Ses yeux bleux océans fixèrent le nouveau venu. Et quel choc. Il fronça les sourcils. C'était un homme... Aux cheveux blancs ? Ça existait chez les humains ? Il n'avait jamais vue ça à part sur les personne âgées ou les albinos... Mais ce mec n'avait pas les yeux rouges... Il resta planté avant de se rappeler qu'Alyss lui avait parlé d'un des postulants. Elle avait bien préciser qu'il avait les cheveux blancs et qu'elle appuyait sa candidature. Ça l'avait fait bien ricaner quand il vit que la servante oser donner son avis et voir les postulants avant. Mais en y repensant. Il aurait pu dormir si elle s'en était occupé... Jusqu'au bout... L'éventualité qu'elle pouvait le faire et qu'il aurait pu dormir au lieu de devoir subir ça lui transperça le cœur. Adieu heures de sommeils... J'aurais du vous courir après au lieu de vouloir faire mon « devoir » de majordome. Toute façon. Éléonore l'aurait su et lui aurait donner deux fois plus de boulot pour la peine... Quel plaie.


« - Entrez. Alyss m'a dit du bien de vous. »



C'était faux. En fait, pour être exact, elle avait appuyée sa candidature en le comblant d'éloge, mais Aaron n'a pas écouté. Trop préoccupé par autre chose. Ce n'est pas comme si ce détail importait. Par un geste de la main, il l'invita à le suivre. Il ouvrit la porte du Salon pour l’inciter à y pénétrez. Ensuite le démon se posa sur le même fauteuil depuis des heures. Et il fit un geste pour lui montrer le sien, celui du dernier postulants et des autres encore avant. Il avait encore envie de bailler mais il se retint.  Il allait encore devoir sortir le même discours que pour les autres. C'était d'un ennuyant. Vivement que ce soit finit.

« - Alors ? Dites moi tout. Pourquoi voulez vous travaillez ici ? Et quels sont vos qualifications et si vous pouviez me préciser votre nom aussi ce me serait profitable. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]   Lun 27 Oct - 21:17






Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir
feat Aaron Knight





William se tenait devant le portail de fer forgé, attendant patiemment qu’on vienne lui ouvrir. Le tintement de la sonnette avait résonné au loin et il ne doutait pas que quelqu’un l’ait entendu. Du moins il l’espérait. Il ne se voyait pas rester planté là pendant des heures à attendre que quelqu’un apparaisse pour l’inviter à entrer.


Lorsqu’enfin quelqu’un vint lui ouvrir, William fut fort surpris. La personne qui se tenait devant lui était un majordome aux cheveux ébène et aux yeux d’un bleu ciel éclatant. Il avait cependant une tenue et un air très froid, comme il l’avait redouté et qui lui donna une pointe de stress.  La personne devant lui sembla tout aussi surprise de le voir mais William se demandait bien pourquoi. Il devait s’attendre à leur entretien pourtant.

« - Entrez. Alyss m'a dit du bien de vous. »


William ne put cacher sa surprise lorsque le majordome lui annonça cela. Comment pouvait-il savoir que c’était lui qui avait rencontré la jeune servante alors qu’il ne s’était même pas encore présenté ? L’idée que son apparence était peu commune ne lui effleura pas l’esprit, en revanche, il se trouvait conforté dans l’idée qu’Alyss ne l’avait pas oublié et avait appuyé sa candidature comme elle le lui avait promis. L’expression de son visage s’adoucit doucement alors qu’il venait poser discrètement sa main sur la  poche qui contenait le Lys Orangé. Elle lui portait chance…

Le majordome l’invita à entrer d’un geste de la main et William le suivit dans la demeure jusqu’au salon où l’homme s’installa dans un fauteuil, lui indiquant un autre où il prit place après y être de nouveau invité. William se sentait presque aussi stressé que la première fois qu’il était venu si pas plus et il tentait de calmer son rythme cardiaque qui s’affolait un peu trop.

« - Alors ? Dites moi tout. Pourquoi voulez vous travaillez ici ? Et quels sont vos qualifications et si vous pouviez me préciser votre nom aussi ce me serait profitable. »


William regarda le majordome un peu perdu. Il fallait pourtant qu’il réagisse assez rapidement car cet homme semblait assez impatient.

- Bien sûr. Je me nomme William Everblooms. Je viens du manoir de la famille Hallbrown en Écosse, je suis né et j’ai vécu une grande partie de ma vie là-bas mais depuis peu je suis venu m’installer en Angleterre pour trouver du travail. J’ai déjà été embauché à maintes reprises par la personne qui s’occupe de l’entretien du parc de la ville et sinon j’ai travaillé en tant qu’aide pour quelques manoirs de familles des environs.


William devait avouer qu’il angoissait légèrement quant à savoir si son vécu dans le métier était suffisant. Bien entendu, il travaillait la terre et les plantes depuis son plus jeune âge, mais souvent seul le nom des familles que l’on avait servi comptait aux yeux des inspecteurs et William ne pouvait pas se vanter d’avoir aidé plus de deux semaines beaucoup de nobles. Il acceptait le travail qu’on lui donnait peu importe en quoi cela consistait et combien de temps il durerait. De toute manière, le jeune jardinier était capable de faire à peu près tout ce qui se faisait communément dans un jardin. Tous ces petits travaux avaient fini par lui donner beaucoup d’expériences, peut-être même plus que ce qu’il aurait pu gagner en travaillant uniquement pour une seule maison.

- Cela ne paraît peut-être pas très valorisant mais je peux vous garantir que j’en ai cependant grandement gagné en expérience.

Mais malgré cela, William avait commencé à peiner à trouver de nouveaux travaux. Il commençait certes à se faire connaître, et plutôt en bien, mais la vie n’était pas forcément aisée et il se trouvait parfois pendant plusieurs semaines sans rien. Le jeune homme ne pouvait continuer ainsi. Il n’avait certes que vingt ans et il était encore jeune, mais il voulait retrouver la tranquillité qu’il avait connue en travaillant au manoir où sa mère servait. Avoir un poste constant qui permettait de s’investir pleinement dans un espace pour le sublimer du mieux qu’il pouvait.
William hésita un moment, puis il regarda son interlocuteur, un peu gêné de ce qu’il allait révéler.

- Il est assez honteux de vous l’avouer, cependant, au début, je venais postuler légèrement par dépit…Je voulais simplement trouver un travail à plein temps dans un manoir et vous étiez l’un des seuls à proposer un poste de jardinier…


William ne savait plus vraiment où se mettre. Il avait presque envie de se traiter d’idiot à dire tout cela. Sans doute que les précédents postulants avaient vanté leurs mérites haut et fort, et le jeune homme quant à lui était en train sans aucun doute de faire baisser son estime aux yeux du majordome. On ne venait pas vraiment se présenter en tant que candidat si on disait ne pas être vraiment intéressé au fond, et c’était tout de même assez prétentieux ce qu’il disait là, en un sens, bien que William était loin d’être une telle personne. S’il avait dit cela, ce n’était certainement pas dans l’intention de se faire perdre des points, car contrairement à ce qu’il venait de dire, il tenait beaucoup à cette place. Il la désirait sans doute bien plus que tous ceux qui avaient passé cette porte et pour une raison qui lui était propre.
Le jeune jardinier releva alors un regard rempli de certitudes à l’encontre de son examinateur, reflétant au plus profond de ses pupilles sa détermination mais surtout sa passion.

- Cependant, mes motivations ont changé dès lors que j’ai passé le portail de votre manoir. Je crois que je suis tombé amoureux de ces jardins…je désire travailler ici et nulle part ailleurs.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]   Mer 17 Déc - 15:11



❝ Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir ❞



« - Bien sûr. Je me nomme William Everblooms. Je viens du manoir de la famille Hallbrown en Écosse, je suis né et j’ai vécu une grande partie de ma vie là-bas mais depuis peu je suis venu m’installer en Angleterre pour trouver du travail. J’ai déjà été embauché à maintes reprises par la personne qui s’occupe de l’entretien du parc de la ville et sinon j’ai travaillé en tant qu’aide pour quelques manoirs de familles des environs. Cela ne paraît peut-être pas très valorisant mais je peux vous garantir que j’en ai cependant grandement gagné en expérience »



Aaron observa le postulant et se retint de justesse à hausser un sourcil. Il demande un nom et on lui donne l'histoire d'une vie. Il se contenait de ne pas soupirer. Quel ennuie. Qu'est ce que ça changeait qu'il soit né à Pétaouchnok ou dans une grande ville ? Au moins ça lui évitait de parler. Même si, il fallait avouer, il n'en avait rien à faire. Il y avait quelqu'un après lui ? C'était le dernier ? Aaron fit rapidement la liste de tout les candidats. Et il ne put empêcher un haussement d'un coin de sa bouche car c'était sans doute le dernier postulant. Après ça il avait finit. Adieu la mauvaise besogne, bonjour Morphée ! Il avait hâte de dormir. Il n'attendait que ça. Il espérait que ce serait rapide. Et le démon comptait bien écourter l'entretien le plus vite possible. Après tout il ne comptait pas prendre celui ci. Juste par esprit de contradiction ? Ou juste parce qu'il avait fixé son choix sur l'un des autres candidats qu'il avait prit au pif et qu'il allait garder ce choix. Le choix du hasard. Enfin... C'était une bonne solution ? Et si celui sur qui il était tombé était justement le pire et qu'il devrait recommencer les entretiens ?! En plus vu qu'il aurait fait du mauvais boulot, Dame Von Elrich ne tarderait pas à lui faire subir un châtiment horrible !? Aaron ouvrit grand les yeux s'en rendant compte de ce qui pouvait arriver s'il choisissait au hasard... Il ne pouvait pas se permettre de bâcler s'il y avait des chances que ça lui retombe dessus. Une sueur froide traversa sa nuque. Non, non, non. Il devait réagir. Comment allait-il faire pour choisir quelqu'un ? Ils étaient tous détestable pour lui. Ou trop fade. Pas intéressant. Il ne pouvait pas choisir quelqu'un en fonction de son caractère, si ? Il faudrait quelqu'un de compétent... Compétent... Compétent. Il fixa droit dans les yeux le postulant sans vraiment écouter son charabia. Comment savoir s'il l'était ou pas ? Il observa ses mains, ouais bon... Elles étaient abîmées, mais ça pouvait pas prouver que c'était pour ce travail ! Il bouillonnait intérieurement. Comment faire !? Il eut un éclair de génie ! Il devait écouter ce qu'il disait !


« - Il est assez honteux de vous l’avouer, cependant, au début, je venais postuler légèrement par dépit…Je voulais simplement trouver un travail à plein temps dans un manoir et vous étiez l’un des seuls à proposer un poste de jardinier… Cependant, mes motivations ont changé dès lors que j’ai passé le portail de votre manoir. Je crois que je suis tombé amoureux de ces jardins…je désire travailler ici et nulle part ailleurs.  »



Il eut envie de mettre fin à sa vie. Il avait pas du tout écouter ses expériences et c'était sans doute la seule chose intéressante à entendre. Il aurait du faire plus attention. Quel idiot ! Il écoutait avec attention, et ce qui l'entendait ne lui faisait pas plaisir. « Par dépit » !? Il sait que le manoir Von Elrich est l'un des plus convoités par la gente masculine ? Beaucoup de personne veulent rencontrer la Cantatrice... Au moins, il était honnête, et il ne s’intéressait apparemment pas à séduire une noble pour en tirer profit et c'était un bon point pour lui. Et il avait réussit à placer un bon compliment. Il voulait absolument travailler ici. C'était sans doute une tactique pour placer ce compliment de façon  subtil. Mais c'était très risqué au vue de l'insulte dite juste avant. Le démon arrêta d'essayer de comprendre l'humain. Il n'y avait peut être aucune tactique. Il avait un air simplet bien que ces cheveux étaient totalement inédit. Il n'avait jamais vu ça... C'était encore amusant de se faire surprendre. Après un temps, il sembla s’arrêter de parler. Aaron fixa le jardinier, attendant. Il n'avait plus rien à dire ? Toute façon pour ce qu'il en avait écouter... Il n'allait pas bien aller loin. Le majordome se leva d'un seul coup, avança en silence vers le jardinier et lui fit signe de le suivre. Le blabla ne servait à rien. Autant être témoin de ses capacités. C'était le plus simple à faire. Si celui ci ne convenait pas, il prendrait l'un des autres candidats qui avaient eut le plus d'expérience en vérifiant le passé. Aaron n'était pas contre une personne au passé de délinquant ou de meurtrier. En fait, il était même sur que ça amuserait Dame Eleonore. Mais pour savoir pourquoi ils avaient été viré. Le tout est de contenter la Maîtresse de maison, et d'avoir des jardins qui soit assez représentatif du personnage. Une femme excentrique. Ça ne doit pas être difficile à contenter, Aaron y arrivait bien lui. Aaron marcha silencieusement dans un couloir, prenant bien soin que le jardinier le suivait. Il s'approcha d'une porte, heureusement il savait que la véranda n'était jamais occupé à cet heure ci. Il ouvrit la porte et laissa le jardinier entrer.
Cette pièce était une grande véranda menant au jardin arrière. C'était en général un endroit paisible qui était consacré au moment de sérénité. Peu de personne y allait, mais c'était un endroit parfait pour dormir. Il prit des gants et les passa à William. Il pointa ses cheveux pour qu'il les attache mieux que ça. Il prit ensuite une paire de ciseau.


« - On dit que l'action vaut mieux qu'un beau discours. C'est la véranda ici, si vous êtes pris à ce poste souvenez vous en, c'est un endroit important car c'est juste à côté qu'il y a vos outils et aussi il faut que toutes les plantes soit arrosée. Le jardin derrière aussi sera une partie de votre travail assez importante. Enfin, nous parlons toujours de probabilité. Alors... L'exercice va être simple, je vous demande une composition floral avec les plantes que vous avez ici. Vous le placerez dans...   »


Le majordome ouvrit une petite porte sur la gauche qui ressemblait à l'atelier avec plein d'outil, il en sortit un vase en porcelaine qu'il tenu d'une seule main. Avec un air blasé il le plaça dans les mains de postulant. Il avait pas seulement l'intention de le juger sur sa composition floral, mais aussi la façon dont il va cueillir les fleurs, les traiter... C'était un bon exercice. Le démon était fier de lui. Il espérait que le garçon ait vite finit et qu'il réussissent comme ça, il n'aura pas à revoir les autres postulants. Et il gagnerait un maximum de temps !


« - ...Ceci. Je vous donne à peu près une vingtaine de minute. C'est largement suffisant. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]   Lun 2 Fév - 18:26






Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir
feat Aaron Knight






William avait dit tout ce qu’il avait à dire pour répondre aux questions posées par le majordome et c’était anxieux, qu’il attendait la suite. L’homme devant lui était difficile à décrypter. William commençait même à se demander s’il prêtait seulement attention à lui.

Puis soudain, le majordome se releva  et se dirigea vers lui. William l’observa, aux aguets, se demandant ce qu’il faisait et surtout si c’était positif ou négatif pour lui. Et lorsqu’il le vit lui faire signe de le suivre, il n’hésita pas un seul instant et ne fit pas attendre son examinateur. Ils marchèrent ainsi le long d’un couloir avant de déboucher sur une pièce qui semblait être une véranda.  William fut émerveillé d’entrer dans cet endroit lumineux qui offrait une magnifique vue sur le jardin. C’était tout simplement splendide. Il fut surpris lorsqu’on lui tendit des gants et il les saisit aussitôt alors que l’homme aux cheveux noirs semblait désigner ses cheveux d’un air réprobateur. Gêné, le jeune écossais resserra son flot et ramena ses cheveux blancs aux reflets argentés dans son dos, rougissant un peu. Il n’avait pas l’habitude qu’on le reprenne sur sa tenue. Il faisait toujours attention d’être d’une propreté impeccable malgré son travail qui lui faisait manipuler la terre, mais il avait souvent droit à un certain laxisme du fait de sa fonction qui ne demandait pas à avoir une apparence irréprochable.
Mais malgré son léger sentiment de malaise, il resta très attentif à ce que lui disait son examinateur.

« - On dit que l'action vaut mieux qu'un beau discours. C'est la véranda ici, si vous êtes pris à ce poste souvenez vous en, c'est un endroit important car c'est juste à côté qu'il y a vos outils et aussi il faut que toutes les plantes soit arrosée. Le jardin derrière aussi sera une partie de votre travail assez importante. Enfin, nous parlons toujours de probabilité. Alors... L'exercice va être simple, je vous demande une composition floral avec les plantes que vous avez ici. Vous le placerez dans...   »

Il regarda le majordome se diriger vers la porte d’un atelier à leur gauche et en revenir en lui tendant un vase, que William prit tout de suite avec précaution entre ses mains qui tenaient déjà les gants.

« - ...Ceci. Je vous donne à peu près une vingtaine de minute. C'est largement suffisant. »

William acquiesça alors à l’homme. Il avait donc l’intention de le tester de cette manière. Le jeune homme n’était pas contre. Il préférait qu’on le juge par rapport à son travail que son discours, car il n’était pas vraiment doué pour ça, encore moins lorsqu’il s’agissait de se valoriser. Après tout, William était un jardinier, point un orateur. On lui laissait vingt minutes ? C’était effectivement largement suffisant.

William se retourna et observa alors le jardin qui l’avait rendu fou amoureux de ces lieux. Même si c’était peut-être la dernière fois, c’était un réel plaisir de se retrouver à nouveau ici. Il était vraiment ravi de pouvoir y travailler un peu. Il allait d’ailleurs s’avancer pour commencer sa tâche, lorsque quelque chose attira son attention. Un pot contenant une fleur aux pétales d’une teinte violacée se trouvait posé en plein soleil. William sentit un frisson d’horreur le parcourir et cru un instant qu’il allait lâcher ce qu’il tenait. Plutôt que tout ne se brise, il posa alors le vase au sol et se dirigea vers le pot en question, alerte.

-Mon Dieu, une Helleborus Orientalis en plein soleil, il ne faut surtout pas !


Prenant le pot entre ses mains, il l’amena alors tout de suite pour le déposer vers un coin d’ombre. Il ne pouvait supporter de voir une de ses précieuses roses souffrir ainsi au soleil alors qu’elle demandait à être exposée à mi-ombre. Il lui murmura doucement alors avant de se relever.

- Voilà, tu es bien mieux ici…


Se retournant, il vit que le majordome l’observait toujours et il rougit en conséquence. Son geste avait peut-être été mal pris, il n’espérait pas.


- N-Navré !

Essayant de reprendre contenance, il se dirigea alors vers le petit atelier pour y prendre un sécateur avant de se diriger enfin vers le jardin. Il enfila les gants et prit le vase pour aller le remplir aux trois quarts dans un petit robinet qui se trouvait près du mur et le posa sur une table dans la véranda avant d’aller chercher les fleurs qu’il mettrait dedans. Il aurait voulu connaître plus la propriétaire des lieux pour pouvoir faire un bouquet à son image. L’homme avait dit que c’était une tâche simple mais elle n’était pas si aisée à faire que cela. Un bouquet se construisait en fonction de son destinataire, de sa raison d’être. Un bouquet pour un enterrement ne serait pas le même que pour un mariage. Celui pour une table de trois cents personnes ne serait pas pareil que pour deux. Celui pour une jeune femme enceinte ne serait pas le même que pour une veuve. Il lui aurait fallu des pistes pour savoir comment le composer. Et de toute évidence il devrait trouver par lui-même.
William avait déjà parcouru ce jardin une fois et se souvenait de l’emplacement des plantes ainsi que la plupart des espèces. Il ne fallait pas sous-estimer la mémoire d’un passionné. Aussi n’eut-il aucun mal à se diriger pour aller cueillir les fleurs qu’il convoitait. Chaque fois, il prenait bien de temps de les examiner, vérifiant leurs pétales avec délicatesse et prenant les plus belles et qui parfois étaient encore un peu en bouton pour que le bouquet puisse garder sa beauté plus longtemps. Il les coupait alors avec précision et attention. Enfin au bout du temps imparti, il finit de rassembler tout ce qu’il désirait et disposa les fleurs dans le vase de manière harmonique. Il avait choisi des fleurs dans les tons orangés flamboyants, au centre,  avec des fleurs d’un blanc pur éclatant les bordant, ainsi que quelques bleuets pour donner une touche de contraste en les disposants un peu partout dans le bouquet. Lorsque tout fut fait, il montra le résultat à l’inspecteur, expliquant sa démarche.

- J’ai choisi de créer un bouquet avec des Lys Orangé, le Lys étant connu comme symbole de noblesse, pour représenter la splendeur que m’inspirent ces lieux.   Le blanc des jacinthes ramène également à cette idée et  j’y ai incorporé des bleuets pour un peu d’originalité car il faut savoir oser.

William ne savait pas s’il avait bien fait, mais dans tous les cas, le verdict allait très vite tomber.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Manoir Von Elrich] Trois domestiques, deux examinateurs, une place, et un espoir plus dangereux qu'il n'y paraît.. [/Alyss Jackson / Aaron Knight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trois contre deux? Mais c'est de la triche!
» Plouf plouf ! Ce sera toi qui chopera le méchant au bout de trois ! Un, deux, trois !
» Un-deux-trois. Un-deux-trois.
» Un, deux, trois. Mickey, Donald et moi ♫
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-