« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   Lun 2 Sep - 0:36

 Il se faisait tard, la lune était haute dans le ciel. Les nuages étaient si denses que ces rayons ne pouvaient les traverser, laissant place à une douce obscurité oppressante. Le silence régnait en maître sur les lieux. Le manoir étant plongé dans le calme le plus profond pour l’une des rares fois, triste repos aux-quel était imposé le genre humain.  

Le non-humain que j’étais ne dormait point, je ne m’offrais pas ce luxe tout du moins. J’étais seul, dans mes quartiers, dans l’aile des domestiques, alors que tous les occupants de ce manoir dormaient à point fermé. M’affairant à ma tâche actuelle, c’est-à-dire à gérer différent point administratifs, remplissant les papiers que mon jeune maître avait en retard, éclairé à la lueur d’une bougie, plume en main. Mon ouïe fine ne percevait de des ronflements sourds et le craquement régulier du bois sous le poids de l’âge. Un léger grattement, un frottement, me sortit de mes songes, mais rien de bien alarmant, sûrement un satané rongeur, un des chats de mon armoire, que je laissais sortir régulièrement, nettoyant chaque poils et infimes présence qu’il laissait après son passage, s’occuperai sûrement de lui.

Je rédigeais encore quelques documents… Quand soudainement la marque du pacte située sur ma main gauche me brûla, signifiant que mon petit contractant était en mauvaise posture. Mais quelle mauvaise posture il dormait à point ferm- … Non une quinte de toux arriva alors jusqu’à mes oreilles. Un bruit de verre brisé me fit me lever brusquement, un candélabre en main, parcourant les longs couloirs d’une vitesse inhumaine. Est-ce qu’on l’étranglait ? L’avait-on empoisonné ? Un serpent de se satané Snake l’avait peut-être mordu ? Non tout cela n’était point possible, je l’aurais directement repéré. Alors quoi donc ? Arrivé devant l’immense porte de bois massif, je ne pris même pas soin de toquer afin d’avoir la permission d’entrer que je m’engouffrai dans la chambre du jeune homme. Le vase trônant sur sa table de chevet avait effectivement était renversé, alors que le garçon pré-pubère dont je m’occupais était assis sur son lit, faisant de grands gestes d’une main, essayant de s’accrocher à quelque chose, tandis que l’autre était sur sa poitrine. Les larmes semblaient couler abondement de ces yeux vairons, alors qu’il fixait d’un air horrifié droit devant lui, s’étouffant. La salive commençait à sortir de sa bouche alors qu’il tremblait de tout son corps. Posant le candélabre sur la table de chevet, je me précipitai à ses côtés. Une crise d’asthme… Cela faisait bien longtemps. Sûrement déclenchée par un cauchemar. Prenant le plus jeune dans mes bras, je sentais son cœur battre à une allure folle. Déposant une main sur son torse, appuyant dessus légèrement pour l’aider à aspirer et expirer, je mettais une main devant sa bouche afin de réguler son taux d’oxygène en lui faisait respirer du dioxygène. Les premiers gestes de secours que j’eusse appris à mes dépends face aux multiples crises qu’il avait fait. D’une voix vouée rassurante je commençai à briser le silence :

- Calmez-vous jeune maître, je suis là, respirez… prononcez lentement mon nom…  

Très vite il retrouva souffle, mais il ne cessait de trembler, la respiration sifflante, son cœur ne cessait de battre à tout rompre et sa respiration se faisant haletante, je me mis même à parier qu’il avait de la fièvre. Le bordant, je n’avais rien d’autre à faire, ceci allait ce calmer seul…

Cependant, une heure après, son état s’améliorait point et commençait même à empirer. Il recommença à faire une même crise, l’aidant à la surmonter, il fallait toute fois que je règle ceci. Ne sachant point ce qui arrivait, vu l’heure tardive, je ne pouvais point faire appelle à un professionnelle, si l’on pouvait les nommer ainsi. De toute façon, le temps qu’ils se tirent de leur lit douillet et trouvent un fiacre et arrive, je doutais que mon jeune maître puisse résister face à la maladie qui semblait l’affaiblir beaucoup. La tour rouge, qui était compétante en la matière et qui se serait dépêchée pour venir en aide à son neveu n’était malheureusement plus de ce monde… Réfléchissant à mile à l’heure, je grimaçai quand la seule alternative, la plus rapide et la plus sûre tout du moins, vint à mon esprit…

Posant une main sur le front de mon contractant, non sans un petit pincement dut à l’inquiétude que je balayai vite fait de mon âme, maudit majordome, maudite enveloppe humaine. Je me dirigeai vers le seul téléphone du manoir, grimaçant, composant un numéro que je n’aurais jamais voulu composer… :

Bon, j’avais bien pensé à Undertaker, le problème était que plutôt de vouloir lui venir en aide, il aurait préféré confectionner un joli cercueil pour le comte et il n’était pas question de l’enterrer avant que je puisse goûter à cette exquise âme.

Au bout du fil, j’entendis décrocher, prenant mon souffle, je prononçai des mots qui me donnai des frissons dans le dos :

- J’aimerais parler à Grell Sutcliff…  

La voix morne au bout du fils répondit que ce dernier n’était point disponible. Je ne savais pas si je devais être inquiet ou soulagé, mais la teneur de ma voix pris plus d'assurance :

- Alors mettez-moi en relation, vous-même, avec quelqu’un de compétant en médecine dans votre satanée Dispatch ! Il doit bien y avoir cela !  

Sans aucune question, ce qui était bizarre pour un shinigami… diantre il devait être fatigué ou ailleurs, je ne m’en souciait point, j’entendis la tonalité, ont venait de me changer de ligne, j’entendis alors décrocher, prêt à vociférer contre ces satanés dieux de la mort. Effectivement, j’entendais la respiration de mon jeune maître plus périlleuse et ma marque me brûler de plus en plus.


P.S : Héhé oui, il y a des téléphone à Londre au XIXème siècle ! xD (dans le manga tout du moins). En tout cas je m'excuse de la longueur du post et du peu de matière qu'il y a pour répondre ^^'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Civil
Messages : 59
Date d'inscription : 18/06/2013
Age : 23
Localisation : À l'infirmerie, dans son bureau

Feuille de personnage
Race/Statut: Shinigami/Civil
Âge: C'est pas trés galant de le demander
Relations:
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   Sam 7 Sep - 21:50

Une autre soirée de garde à la Dispatch… Ennuyeuse à souhait comme d’habitude. L’infirmière s’était posé dans son fauteuil vert émeraude, un chocolat chaud dans une main, une feuille de son plus gros dossier médical dans l’autre et le dit dossier sur la table basse. Elle profitait de son temps de paix tranquillement. L’été avait été dur : des cas d’allergie au pollen dans tout Londres et naturellement, la spécialiste des plantes médicinal et des anciennes médecines du monde était appelé par les plus grandes familles de Londres. Bien sur, cela lui faisait passer le temps et gagner en notoriété auprès des gens de la haute société.
Elle était tranquillement assise dans son fauteuil rouge que son téléphone de bureau se mit à sonner… Elle détestait ce moyen de communication. On lui avait dit que c’était pour faire des économies de pigeons voyageurs ou de papier et que les demandes allait plus vite comme ça mais Alyeka continuait à utilisé une chouette effraie qu’elle avait sauvé il y a quelques siècles et qui lui servait comme messager personnel. Il ne vieillissait pas comme elle et la servait avec ferveur. Enfin bref, Alyeka se leva de son siège et décrocha le combiner.


« -Infirmière et médecin Alyeka Pendragon j’écoute !... Oh ! Depuis combien de temps ?... »

Alyeka prenait des notes sur un calepin… Cela devenait sérieux et de plus, elle avait comprit que c’était un démon car l’intonation et le dévouement pour l’enfant malade était sans égale. Elle allait l’aider même si c’était un démon car elle était médecin et infirmière avant tout et Shinigami après.

« -Eh bien ! Vous avez bien fait de m’appeler car c’est vraiment très grave ! J’arrive tous de suite. »

Elle se dépêcha de mettre son manteau, de prendre son sac avec une boite au contenu fermée par un cadenas pour les grosses urgences comme celle-ci. Elle sortie par une porte dérobé de son bureau ouverte grâce à une clé décoré d’ailes de Chouette…

_________________

Shinigami Haken Kyoukai Desu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/AlyekaCosplay
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   Mar 10 Sep - 22:19

- Infirmière et médecin Alyeka Pendragon j’écoute ! Déclara la voix au bout du fil.

Cette dernière était féminine, comme le nom cité indiquait. Posée et professionnelle, cela ne m’étonnai point d’un shinigami, à croire que l’exubérant Sutcliff était d’une autre espèce. Mais en reprenant un peu plus de sérieux, l’animosité qui bouillonnait en moi par le fait de me rabaisser à demander de l’aide à mes ennemis héréditaire, partie peu à peu. Néanmoins je gardais un ton sec, non sans me rendre compte que régnait dans ma voix une émotion purement humaine, l’inquiétude :

- Je suis le majordome de la famille Phantomhive. Je me permets alors de faire appelle à vos compétences parce qu’il se trouve que mon jeune maître endure en ce moment même de violentes crises d’asthmes.  Expliquais-je, rapidement et clairement, remuant la main où était gravée la marque de notre pacte, de façon presque nerveuse.

- Oh ! Depuis combien de temps ? Questionna-t-elle alors que je l’entendais remuée de l’autre bout du fils.

Je soupirai, en quelque sorte soulagé que l’on ne m’ignore point, après tout, j’étais pas mal connu dans leur Dispatch, grand merci à Sutcliff à ce propos d’ailleurs. Prenant une voix posée et tout aussi professionnelle que celle de la jeune fille, j’entrepris de lui décrire les symptômes visibles à mes yeux :

- Depuis un peu moins de deux heures je dirais. Quoi que je fasse, cela semble s’empirer et l’exténue énormément. Ceci est très différent des fois habituelle et commence à m’inquiéter.  

La dernière phrase était sortie instinctivement, je ne saurais cependant dire si cela était naturel ou non. Si l’inquiétude était réellement présente dans mon être noir, l’inquiétude de perdre un bon repas ou bien celle de le perdre lui, je ne saurais définir. Mais je préférai me dire que j’étais bien trop ancré dans mon titre de majordome et que cette phrase n’était présente que pour la figure de style que tenait mon rôle. La voix derrière le combiné raisonna soudainement à mes oreilles, me sortant de ma torpeur :

- Eh bien ! Vous avez bien fait de m’appeler car c’est vraiment très grave ! J’arrive tous de suite. Affirma-t-elle avant de décrocher précipitamment.

La tonalité n’eut point le temps de résonner une seconde fois que, remettant brusquement le téléphone à son emplacement. Serrant les poings, les jointures de mes mains devenaient blanches sous mes gants. « très grave » disait-elle. J’espérais sincèrement qu’elle fasse vite afin d’aider « mon âme ». Déjà que la laisser entre les mains d’un shinigami ne me disait rien qui vaille, si je devais la perdre et qu’un de ces pseudo dieu mortuaire l’arrache à moi, je ne le supporterai point. Mais mon jeune maître était combatif et ce n’étais pas la maladie qui allait l’emporter sans qu’il ait sa vengeance, j’en étais intimement persuadé.

Je me alors dirigeai à grande enjambée vers la chambre de mon jeune maître, qui, recroquevillé sur lui-même, les draps à terre, toussé comme un beau diable. Mon odorat, fin, perçu alors une douce odeur flotter dans l’air, alléchante, mais également inquiétante. En effet, un filet de sang était présent sur le coin de la bouche de mon contractant, se dernier avait tellement forcé qu’un vaisseau sanguin s’était rompu, me faisant serrer la mâchoire. Ce dernier était en nage, haletant lourdement entre deux toux, il n’arrivait pas à garder les yeux ouverts. Me baissant sur lui, je dégageai son visage de plusieurs mèches rebelles qui collaient à son front, mais ce dernier n’avait aucune réactions, détaché de ce monde fasse à l’effort de rester conscient et la douleur engendrée :

- Courage jeune maître, ceci sera bientôt terminé…  

J’attendais de pied ferme cette shinigami, en espérant qu’elle fasse vite. Face à toute cette agitation, je n’entendais même pas les pas fins qui résonnaient sur le parquet de la pièce.

Je me redressai brutalement, je l’avais sentit arriver. Me dirigeant vers la porte, elle n’eut point le temps de frapper que je l’ouvris. Ne prenant même pas soin de me courber, ni même de la regarder, je lui indiquais les escaliers, ainsi que la suite, jusqu’à la chambre où le grand malade souffrait, nous dirigeant d’un pas pressé. Mon expression était fermée, les sourcils froncés face à l’ennui, l’inquiétude, voir même au sentiment amer de se rabaisser à se résoudre de se reposer sur quelqu’un. Je ne savais point et je ne pouvais point mettre un nom sur ce sentiment. De toute façon ce n’était point le moment. Ouvrant entièrement la porte de bois massif, je fis entrer l’infirmière à l’intérieur de la chambre sombre, lui laissant le champ libre de s’approcher de mon contractant, non sans une once d’appréhension.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Civil
Messages : 59
Date d'inscription : 18/06/2013
Age : 23
Localisation : À l'infirmerie, dans son bureau

Feuille de personnage
Race/Statut: Shinigami/Civil
Âge: C'est pas trés galant de le demander
Relations:
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   Jeu 12 Sep - 19:58

Arrivant au manoir donné en indication par le majordome, Alyeka Pendragon était habillé d’une robe vert claire régence traînant un peu sur le sol et ses cheveux blanc attaché dans son dos par un nœud. Un voile couleur nacre et un sac de médecin noir pendant à ses bras.
Robe d'Alyeka mais en vert claire sans le chapeau.:
 

Elle arriva en courant vers la grande porte du manoir, claquant de ses petits talons au passage. Elle n'eu pas à frapper à la porte qu'on lui ouvrit sur les champs. Un majordome tout en noir venait de lui ouvrir, lui indiquant les escaliers. Elle entendait, grâce à son ouïe fine, une respiration haletante et saccadé ainsi que des quintes de toux. Elle se dépêcha, en compagnie du majordome qui la suivait comme son ombre, de se rendre au chevet de l'adolescent. Lorsqu'elle entra dans la chambre... Elle faillit lâcher sa boite et son sac.

"-Par tous les dieux de la mythologie Nordique ! Vous avez bien fait de m'appeler car là, c'est vraiment très grave. Je suis arrivé juste à temps !

Alyeka se précipita prés du jeune conte, ouvrit sa boite noir et sortie un flacon d’huile essentiel de Lavande fine de Provence parmi toute celle présente dans la boite. Elle s’approcha du conte puis lança un regard au majordome qui était un démon sans aucun doute. Sentant son approbation, elle mit le flacon juste au dessus du nez du conte.

« -C’est une huile essentiel de Lavande Fine de Provence. Expliqua Alyeka en ne lâchant pas le gamin des yeux. Cette senteur à pour effet de calmer le cœur, l’esprit et la respiration, ce qui me permettra de pouvoir chercher la cause de cette âsme si violente. »

Alyeka disait vrai car le conte semblait s’apaiser à mesure qu’il respirait par inhalation pur l’huile de Lavande Fine. Lorsqu’il fut calmer, l’infirmière le posa délicatement sur un oreiller, sortie un mouchoir imbibé de l’huile précédente et le laissa au jeune homme. Enfin, elle se tourna vers le majordome et, de ses yeux vert-jaune, le regarda sans ciller.

« - Connaissez-vous ses allergies et si il a déjà fait cette attaque là ? »

_________________

Shinigami Haken Kyoukai Desu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/AlyekaCosplay
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   Mar 17 Sep - 21:28

Voyant l’air consterné de la demoiselle, mon expression ne se ferma qu’un peu plus dans le souci :

-Par tous les dieux de la mythologie Nordique ! Vous avez bien fait de m'appeler car là, c'est vraiment très grave. Je suis arrivé juste à temps !

Je ne souris point à la référence au grands Thor et ses autres compagnons, référence plutôt étrange pour un dieu de la mort effectivement. Non, l’inquiétude barrait mon visage, mon jeune maître me préoccupait plus que convenance. Pour aller jusqu’à ce que l’infirmière déclare que ceci était grave du premier coup d’œil, ce ne devait pas être quelque chose de bénin malheureusement. M’installant, droit à ses côtés, alors que cette dernière c’était précipité au chevet de mon contractant, je fixais chacun de ses mouvements, les décryptant de mon regard sanguin. Elle sortit alors une petite fiole remplis de liquide. Quand elle l’ouvrit, le baume enveloppa mon odorat de façon brutale, mais ceci ne semblait point dangereux. Je vis qu’elle me fixait, sûrement devait-elle appréhender le fait de subir mon courroux si elle n’avait pas mon approbation. J’étais certes suspicieux, mais en ce moment, seul elle pouvait l’aider, c’était tout ou rien, alors je misais sur la carte de la confiance, lui lançant un léger hochement de tête approbatif. Elle se hâta alors de placer ceci sous le nez de mon âme qui commença directement à inhaler le produit :

- C’est une huile essentielle de Lavande Fine de Provence. Cette senteur à pour effet de calmer le cœur, l’esprit et la respiration, ce qui me permettra de pouvoir chercher la cause de cette asthme si violente. M’expliqua-t-elle, de façon très professionnelle, ce que j’appréciai grandement.

Effectivement, un effluve proche de cela de la lavande traditionnelle embaumé désormais la pièce. L’odeur était puissante et un humain normal aurait sûrement eu la tête qui tourne face à cela. Toutefois, comme pour confirmer ses dires, cela eu très vite effet, la respiration du jeune maître devenant de moins en moins périlleuse, il semblait se calmer, c’était bon à voir après toute cette agitation. Une fois totalement apaisé, elle le laissa choyer sur sa couche correctement, lui déposant un tissu imbibé de cette forte odeur sur le naseau. Sûrement dans le but que les effets ne s’estompent pas et que sa crise recommence. Soupirant légèrement, je me rendis compte que je n’avais pas pensé à respirer une seule fois, de toute façon un démon n’a pas besoin de respirer, mais j’en avais presque oublié le fardeau de mon rôle d’humain. C’est alors que je me redressai correctement, sentant le regard bicolore de l’infirmière se poser sur moi. La dévisageant à mon tour, je pris un air quelque peu décontenancé face à sa question :

- Connaissez-vous ses allergies et s’il a déjà fait cette attaque là ? Questionna-t-elle, toujours autant ancrée dans le rôle de médecin.

Je cillai quelque peu, avant de réfléchir quelques instants, mon index et mon pouce gantés pinçant mon menton :

- Hé bien… A ma connaissance, il n'a jamais fait d'attaques si fortes, ou tout du moins si longues... De plus il n’est qu’allergique aux poils de chats… Enfin, plus précisément, au pollen, les poils de chats ne font que transporter les différentes saletés qui traînent dehors, bien que ce soit des créatures très propres et incontestablement gracieuses… m’enfin ne nous attardons point sur cela ! Le fait est que, à ma connaissance, mon jeune maître n’a aucunement était en contact avec cela durant les derniers jours…

Effectivement, je laissais traîner mes boules de poils dans le manoir de temps en temps, mais je ne saurais trop le répéter que je nettoyais tout à la perfection après leur passage et oublier un endroit ne me ressemblait guère. De plus, il était quasiment impossible que ces adorables petites choses soient entrées dans la chambre de mon maître, que je fermais tout le temps, elles n’étaient pas si maléfique à ce que je sache. C’était une perte de temps inutile, ce n’était pas du à une allergie ! D’ailleurs en parlant de mes chatons adorés, il faudrait que je pense à les remettre dans leur petit confort qu’était mon placard, ou de façon plus vaste, ma chambre, je n’allais pas les enfermées toujours dans ce lieux sombre et lugubres, pauvres choses ! Bon, mais je pouvais m’occuper de ça plus tard, il y avait plus important ! Et pour que je dise que c’est plus important que mes petits anges, façon de parler, il fallait que cela soit vraiment important. Un contractant risquait de me claquer entre les doigts et donc un bon repas en somme… enfin c’est ce que j’essayais de me convaincre éperdument. L’air toujours un peu préoccupé, je le fixais, il avait le teint beaucoup plus pâle d’accoutumé, avec se mouchoir blanc sur le visage, l’on aurait un cadavre, ce qui provoqua une réaction humaine non voulu en moi, je sentis mon ventre se serrer et un liquide monter le long de ma gorge, de la bille… Cela touchait donc « Sebastian » de façon beaucoup plus forte que prévu, mais je m’éloigna bien vite de cela, reprenant un semblant de sérieux :

- Aucun chat n’a était en contact avec lui… Il se peut que ce soit simplement le pollen, le vent l’ayant poussé par la fenêtre ouverte de son bureau… Mais une réaction si forte et plusieurs heures après me font grandement douter… ne me demandait pas s’il est stressé en ce moment, la réponse est clairement : non. Il n’a pas beaucoup de travail, donc il se la coule douce, si l’on peut dire ainsi. De plus aucun événement contrariant ne c’est pointé, donc je pense que cela est une possibilité à écarter… Déclarais-je dans une sorte de monologue.

Je réfléchissais tel le démon que j’étais, cela se voyait bien quant-à ma façon de parler, quelque peu différente de celle du majordome. Me creusant les méninges, il n’y avait qu’une possibilité qui s’offrait à moi, l’effort, mais ça me paraissait ridicule, il était entrain de dormir… Le cauchemar aurait été plausible si je n’étais pas directement avertit par le pacte quand mon contractant allait mal… Impossible, tout était impossible, et il n’y avait aucune explication à sa maladie outre une mauvaise réaction de son corps causé par… rien… Grinçant des dents, j’étais face à un mur, consultant l’infirmière du regard. Peut-être qu’elle, au moins, avait la réponse, bon ça mettrait surement un coup à ma fierté mais j’espérais qu’elle fasse quelque chose et vite. C’est alors que j’entendis un miaulement il était éloigné, certes, mais ce suffit à me faire froncer les sourcils d’appréhension… je laissais sortir mes chats et mon jeune maître réagissait ainsi… le hasard n’existe pas tout à une cause et une raison d’être comme l’on disait. Mais faire une erreur si grossière m’était impossible, n’est-ce pas ? A moins que les chats, en plus d’être de magnifiques créatures, pleine de charme et d’intelligence, étaient également des magiciens. Mes pensées devenaient sérieusement ridicules… Désespéré de moi-même et l’effet abrutissant que la situation avait sur moi, je me pinça doucement l’arrête de mon nez, l’expression fermée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Civil
Messages : 59
Date d'inscription : 18/06/2013
Age : 23
Localisation : À l'infirmerie, dans son bureau

Feuille de personnage
Race/Statut: Shinigami/Civil
Âge: C'est pas trés galant de le demander
Relations:
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   Mer 18 Sep - 14:01

- Hé bien… A ma connaissance, il n'a jamais fait d'attaques si fortes, ou tout du moins si longues... De plus il n’est qu’allergique aux poils de chats… Enfin, plus précisément, au pollen, les poils de chats ne font que transporter les différentes saletés qui traînent dehors, bien que ce soit des créatures très propres et incontestablement gracieuses… m’enfin ne nous attardons point sur cela ! Le fait est que, à ma connaissance, mon jeune maître n’a aucunement était en contact avec cela durant les derniers jours…

Alyeka nota dans sa mémoire que son patient était allergique au poil de chat et au pollen… C’est vrai qu’en ce moment, le pollen était présent partout et de simples gestes pouvaient aider contre le pollen provoquant des allergies: se laver les cheveux pour éviter une pose de pollen sur les oreillers ou autres tissus,  aérer tôt le matin la chambre ou même en aucun cas sécher le linge dehors car le pollen s’y accroche facilement lorsque la pelouse était tondu… ce qu’Alyeka avait remarqué en arrivant ici et tondre le gazon lors de pique d’alerte au pollen diffusé dans le journal quotidien était fortement déconseillé. Elle sortie quelques flacons de sa boite et un inhalateur de son sac tout en écoutant le majordome.

- Aucun chat n’a était en contact avec lui… Il se peut que ce soit simplement le pollen, le vent l’ayant poussé par la fenêtre ouverte de son bureau… Mais une réaction si forte et plusieurs heures après me font grandement douter… ne me demandait pas s’il est stressé en ce moment, la réponse est clairement : non. Il n’a pas beaucoup de travail, donc il se la coule douce, si l’on peut dire ainsi. De plus aucun événement contrariant ne c’est pointé, donc je pense que cela est une possibilité à écarter…
«-Bien évidemment, le stress n’as rien à voir la dedans. De plus, tondre le gazon lors de pique d’alerte au pollen diffusé dans le journal quotidien est fortement déconseiller et votre gazon a été tondu récemment, n’est-ce-pas ? »

MIAOU ! Alyeka tendit aussitôt l’oreille… Oh un miaulement de chat ! De plus le jeune patient s’était remis à bouger comme lorsque l’on fait des cauchemars et devinez ce qui tombe du lit… Des poils de chat. Imperceptible pour une vue humaine mais visible comme un cheveu blond dans une soupe à la tomate pour un Shinigami ou un démon.  Alyeka mit tous de suite l’inhalateur en marche avec des huiles essentielles précieuses de Yuzu pour la relaxation, de Lédon du Groenland pour détoxifier l’organisme fragile du jeune homme et de verveine odorante.

« -Bon il y a des poils de chat ici ! Vous dites que c’est fermer à clé ici mais je crois que vous n’êtes pas le seul domestique de la maison… Peut-être une bonne de service qui a dût laisser la porte entrouverte lorsqu’elle a dût changer les draps puis ensuite elle a dut revenir pour refermer la porte et une de "vos boules de poil" ambulante à dût ressortir derrière elle incognito. »

Alyeka aurait pût devenir détective avec un tel raisonnement… un vrai Sherlock Holmes au féminin ! Elle sortie aussi un pot sentant merveilleusement bon avec une crème de couleur mauve pastel à l’intérieur puis appela quand même le majordome à venir prés d’elle.

« -Pouvez-vous m’aider s’il vous plait ? Il faudrait que vous massiez le thorax avec cette crème que j’ai faite spécialement pour les cas comme celui-là. C’est une crème à base d’huile essentielle précieuse d’Inule Odorante et d’une crème fait avec des amandes de ma composition. Cela va permettre de dégager ses bronches et permettre qu’il puisse respirer sans à-coup ou gêne. »

_________________

Shinigami Haken Kyoukai Desu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/AlyekaCosplay
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Il vaut mieux prévenir que guérir: donc plus de chats au manoir ! Ah, il y en avait ? [PV Alyeka Pendragon & Sebastian Michaelis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Qui aurait pensé que cette affaire ne soit pas terminée ? - Prelude [PV: Sebastian Michaelis & Ciel E. Phantomhive]
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-