« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Noble
Messages : 87
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 19
Localisation : Son manoir

Feuille de personnage
Race/Statut: Humain/Comte
Âge: 18 ans
Relations:
MessageSujet: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Dim 25 Aoû - 11:51

Un matin comme tous les autres dans le manoir des Valérients, le petit frère du maître de maison, qui en passant est ma propre personne, était partit en France pour admirer la ville du bonheur et de l'amour.
Ma chambre était noire et seul un filet de lumière passait entre les deux rideaux qui couvraient les fenêtres et qui se posait gentiment sur ma cuisse dénudée qui sortait du drap, j'ouvris les yeux et le frottais, je baillais un bon coup et me levais en titubant de sommeil vers les rideaux que j'ouvris d'un coup, la lumière m'aveugla légèrement mais je m'habituais et pus admirer mon jardin qui s'étendait loin à l'horizon, je m'habillais de chaussures marrons, d'un pantalon noir, d'un t-shirt blanc et d'une veste noire par-dessus et mis mon chapeau haut de forme qui me représentait tant.
Je descendais les grand escaliers et pris mon petit déjeuné.
Je remontais pour me toiletter et redescendis, parfumé, lavé, coiffé, maquillé légèrement (un homme, qu'il soit bi ou pas à le droit de se faire une beauté --') puis je descendis encore une fois, sortit en demandant aux servants de bien surveiller la demeure et montrais dans le carrosse qui ne tarda pas à démarrer.
Je voyais Londres sur toutes ses coutures depuis peux de temps et je peux même vous dire qu'aujourd'hui j'ai eu l'honneur d'être invité à dîner et dormir au manoir Phantomhive, Ciel, le limié de la Reine m'a invité.
Je lisais le papier d'invitation avec insistance:

"Chère Comte Valérient,
Je vous invite dans mon manoir le jour qui vous sera le plus favorable, vous pourrez manger et coucher dans mon manoir, nous pourrons alors parler affaires et autres.
Je ne vous ai encore jamais rencontré mais j'ai beaucoup eu écho de vos prouesses pour ce qui est d'être bienfaiteur ou pour ce qui est de résoudre des affaires.
Je vous attend avec impassience.

Ciel P."


Je me retrouvais devant le manoir et soupirais d'aise, j'allais enfin le rencontrer, un claquement et les chevaux repartaient, j'avais une vieille valise entre les mains comportant quelques affaires.
Je montais les escaliers et toquais à la porte, attendant qu'on vienne m'ouvrir, la porte grinça et laissa place à quelqu'un.

_________________
Signature:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Dim 25 Aoû - 13:52

 Le petit matin venait de se lever sur Londres. La brume qui entourait les lieux commençait progressivement à disparaître, alors que, vêtu de mon frac noir conventionnel, je m’affairais à la difficile tâche qu’était de réveiller mon jeune maître. Comme tous les matins depuis maintenant trois longues années. Le seul petit changement se trouvait sur le planning de se dernier, effectivement, il avait convié un jeune comte, à la réputation semblable à la sienne, à sa demeure.

J’entends déjà les protestations se faire. Ciel Phantomhive, le gamin antipathique et asocial dont je m’occupe tous les jours, inviter quelqu’un de son plein gré ? Impossible ! Et je le souligne fortement. Effectivement ceci n’était malheureusement pas, pour notre cher invité, dénué d’intérêt. Pour éclaircir un peu les choses, il se trouvait que Londres était victimes de nombreux actes criminels, ou tout du moins, beaucoup plus qu’habituellement. Et ce, toutes les classes sociales confondues. Bien entendu, Scotland Yard était submergé et ne servait donc à rien, comme d’accoutumée, il ne fallait donc point s’étonner. C’est pour cela que notre bien aimée Reine avait fait appelle à son Limier et bien que, ne doutant aucunement des compétences de ce dernier, vu le nombre incalculable de crimes commis, elle avait décidé de la mettre en relation avec ce jeune comte aux prouesses non démenties.

Et ceci, après l’insurmontable tâche, ou plutôt fardeau, qu’était d’arracher mon jeune maître des bras de Morphée, afin que ce dernier prenne son petit déjeuner et que je m’occupe calmement de sa toilette, je me mis à faire quelques préparatifs… C’est-à-dire à réparer les différentes conne- … bêtises, du personnel i-nu-ti-le. L’on va dire que le dallage de pierre qui menait à l’entrée de la demeure était quelque peu ravagé par un petit jardinier qui avait eu la merveilleuse idée de planter des arbres pour le border, ces derniers, bien entendu, pas correctement replantés, étaient tombés et avaient tout détruit. La cuisine avait, comme à sa triste habitude, explosée, grâce à un cuisinier qui voulait faire cuir le délicieux civet de chevreuil à la dynamite. Et le service en porcelaines et autres assiettes qui devaient être misent en place pour le diner, était réduites en morceau, tandis que le bois des rambardes d’escalier avait était ciré avec de la cire à cuir pour chaussures. Sans compter les diverses tâches de thé sur la moquette… Ce n’était rien d’irrécupérable, mais le temps que l’on perdait sur le planning, était incommensurable. C’est pour cela que j’haussai cruellement la voix, les faisant directement rentrer dans leurs quartiers afin qu’ils restent tranquilles le reste de la journée.

Soupirant, je réparai ce funeste carnage en deux, trois mouvements, grâce à mes aptitudes et mon adresse inhumaines.

Ce fut en milieu d’après-midi que notre invité arriva sur les lieux. J’entendais clairement le « cataclope » des cheveux se rapprocher, puis des pas… et enfin on vint toquer à la porte. Directement après ceci, j’ouvris cette dernière qui était composée de bois massif. Elle grinça de façon peu rassurante tandis que je regardais le jeune homme face à moi, un faux-sourire poli gravé sur les lèvres.

Ce dernier était grand, bien plus que mon jeune maître, qui je pense, n’atteindra jamais cette hauteur même une fois adulte. Il m’arrivait à mi-tête, pour l’âge qu’il devait avoir, jeune adulte qu’il était, cela était une sorte de prouesse. Il était beaucoup plus svelte que ma propre personne et son visage gardé une certaine rondeur infantile qui donnait l’impression d’une poupée à l’effigie humaine drôlement réussie. Ses cheveux quand à eux étaient aussi noirs que les plumes d’un corbeau et ses yeux étaient d’un bleu électrique qui attirait directement le regard. Cruel mélange entre les deux couleurs qui nous représentés si bien, mon jeune maître et moi-même. Mais ne s’attardons point sur cette analyse.

Je me courbai courtoisement en avant, une main sur le cœur, et lui parla en des termes biens posés :

- Je me nomme Sebastian Michaëlis, majordome de la maison Phantomhive. Je présume que vous êtes le comte de Valérient ? Mon jeune maître, Ciel Phantomhive, est occupé avec différents documents dans son bureau, si vous souhaitez bien me suivre ?  

Je le fixais avec mes yeux rouges sanguins, lui souriant toujours, alors que j’ouvris entièrement la porte pour le laisser passer, mon bras pointé vers les escaliers, lui intimant de les gravirent.

Ceci promettait d’être une journée intéressante.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 87
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 19
Localisation : Son manoir

Feuille de personnage
Race/Statut: Humain/Comte
Âge: 18 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Dim 25 Aoû - 23:08

C'était le majordome du maître de maison qui m'ouvrit, il était mignon, grand, habillé d'un habits noir il était tellement élégant dedans, un visage fin et pâle avec des yeux rouges sang et des cheveux noires (qui ne pourrait pas voir à son apparence si envoûtante un démon, ah heu ... Tout le monde c'est vrais, depuis ma naissance je sens les "origines" des gens).
Il s'inclina avec un faux sourire, je pris un air sans aucunes émotions.


- Je me nomme Sebastian Michaëlis, majordome de la maison Phantomhive. Je présume que vous êtes le comte de Valérient ? Mon jeune maître, Ciel Phantomhive, est occupé avec différents documents dans son bureau, si vous souhaitez bien me suivre ?  

"Oui je suis bien le comte Valérient, j'aimerais qu'à l'avenir 'démon', vous évitiez de me montrer des fausses émotions, je préfère avoir une personne franche en face de moi."

Je pris donc le chemin de l'escalier en déposant mon manteau et mon chapeau dans les bras du beau brun, en avançant je me retournais et lui souris.

"Je ne suis pas vraiment quelqu'un de méchant vous savez, me prenez pas pour un vulgaire personnage de la Haute qui méprise les servants, c'est juste que ma vie repose sur des principes vitaux pour soigner mon image de comte alors que je suis tout autre dans la vrais vie ... Ne vous inquiétez pas aussi, je ne suis en aucun cas dégoûté ou autre par vos origines démoniaques et je ne répéterais point votre secret, heureusement, en tout cas pour vous que je ne sois pas un chasseur de démon ... Mais parlons d'autres choses ... Depuis combien de temps avez vous fait votre pacte ?"

J'avançais doucement, marches par marches en attendant la réponse de Sebastian, il me tardait de voir enfin le comte, quelle jouissance de pouvoir savoir mon confrère si célèbre à plusieurs mètres de moi, les crimes commis ne sont ni de moi ni de Alois, alors autant chercher avec le comte Phantomhive. Je me retrouvais en haut de l'escalier et attendis que le brun arrive et me montre où aller désormais.

_________________
Signature:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Mar 27 Aoû - 0:33

Le jeune homme me fixa à son tour, le visage dénué de tous sentiments face à moi. Oh douce émotion qu’est là froideur, me rappelant inexorablement mon petit maître quand il n’était d’humeur. Ces deux comtes éphèbes ne faisait pas le sale boulot des bas-fonds, répondant aux ordres de notre Reine pour rien. Que de mortels, n’ayant peur de la mort, intéressants, que cette remarquable femme pouvait nous dégoter. Mais ce ne fût point ce qui attira le plus mon attention. A peine eût-il prononcé quelques mots que je m’en découvrais pantois, entre la surprise et la déconcertassions face à sa phrase :

- Oui je suis bien le comte Valérient, j'aimerais qu'à l'avenir 'démon', vous évitiez de me montrer des fausses émotions, je préfère avoir une personne franche en face de moi. Lança-t-il toujours aussi inexpressif, autant physiquement que auditivement parlant.

Il prit alors la directement des grands escaliers en marbre, me confiant son manteau et son chapeau. Je le fixais avec des yeux ronds, avant de faire un petit sourire satisfait. Douce satisfaction malsaine. Peut-être n’était-il qu’un excentrique qui prenait les serviteurs de haut et avait lancé un ridicule préjugé sur mon physique. Mais je caressais là tendre et vicieuse idée que ceci n’était point le cas… Je le sentais, cette âme indiquant que ce jeune homme était sûr de lui et ne se perdait point dans les méandres de la grandeur. Le jeune éphèbe me souri alors, comme si ce dernier pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert. Je ne pus m’empêcher de lui renvoyer son sourire, mais de façon bien moins polie. Les coins de mes lèvres se relevés doucement, laissant apparaître des crocs, dans une expression reflétant une réjouissance méprisable. Mais, un froncement de sourcil prit place sur mon visage. Ce petit risquait gros à s’il s’amusait de sa découverte. Je n’étais pas une bête sanguinaire, mais certains secrets devaient rester… secrets… Je le fixais alors d’un air mauvais, tandis que je déposai ses affaires sur le porte manteau affecté à cette tâche. C’est d’un pas posé que je le rejoignis face aux escaliers, alors qu’il confirma mes précédentes pensées d’un ton calme :

- Je ne suis pas vraiment quelqu'un de méchant vous savez, me prenez pas pour un vulgaire personnage de la Haute qui méprise les servants, c'est juste que ma vie repose sur des principes vitaux pour soigner mon image de comte alors que je suis tout autre dans la vrais vie ... Ne vous inquiétez pas aussi, je ne suis en aucun cas dégoûté ou autre par vos origines démoniaques et je ne répéterais point votre secret, heureusement, en tout cas pour vous que je ne sois pas un chasseur de démon ... Mais parlons d'autres choses ... Depuis combien de temps avez vous fait votre pacte ?

Ce jeune homme ne pouvait que m’étonner un peu plus. Confiant à un simple majordome, à un abject être démoniaque tel que moi, le masque qu’il devait endosser face à la société. Le fixant et l’analysant, bien que sont visage resté inexpressif, son âme ne pouvait mentir et ses dires semblaient donc vrais, me faisant lâcher un léger rire satisfait. Quel garçon intéressant. Mais un mystère planait sur lui, et foi de démon, je me jurais de le découvrir. Ce comte semblait savoir des choses qu’un simple humain ne devait savoir, comment avait-il eu ces connaissances et à quelles fins comptait-il les utiliser ? C’était des questions qui m’intéressaient, il en allait pour le bien de mon jeune maître, bien qu’il m’avait assuré qu’il ne révélera pas ma nature, il pouvait se servir de ces connaissances pour bien d’autre choses afin de nous nuire… Je n’étais pas spécialement méfiant de nature, mais ce simple… humain… n’était pas normal. Gravissant alors l’escalier, calmement à sa suite, le visage fermé, je décidai d’être conciliant, peut-être serait-il plus apte à me répondre après ceci ? :

- Je vois que vous êtes honnête mon cher, mais je ne suis que peu rassuré, même face à ceci. Cependant, je ne pense pas que le fait de vous avouer que je suis au service de mon cher maître depuis trois petites années maintenant, puisses nuire en quoi que ce soit. Toutefois, quelque chose me chagrine. Comment un simple humain tel que vous puisse être au courant de mon titre pourtant bien méconnu de tous ?  

Arrivé en haut des marches, le détaillant, les sourcils toujours un peu froncés, mais le coin des lèvres relevé, je lui indiquais de simple mouvement de main de prendre par le long couloir qui se trouvait à sa gauche. Accélérant un peu le pas, afin de me mettre à ses côtés, approchant du bureau de mon cher contractant. Ce dernier, j’en étais certain, serait ravis de faire la connaissance de cet homme. Mais ceci n’allait pas se passer, tout du moins pas tant que j’eusse quelques réponses de sa part…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 87
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 19
Localisation : Son manoir

Feuille de personnage
Race/Statut: Humain/Comte
Âge: 18 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Mar 27 Aoû - 11:23

- Je vois que vous êtes honnête mon cher, mais je ne suis que peu rassuré, même face à ceci. Cependant, je ne pense pas que le fait de vous avouer que je suis au service de mon cher maître depuis trois petites années maintenant, puisses nuire en quoi que ce soit. Toutefois, quelque chose me chagrine. Comment un simple humain tel que vous puisse être au courant de mon titre pourtant bien méconnu de tous ?

Il me montra le chemin à prendre dans un couloir, je le pris directement, il avança rapidement pour se trouver à mes côtés, je le regardais, il me regardait ... Je souris puis me racla la gorge.

"Il faut savoir que personne, même mon petit frère ne sait rien, cela pourrait me nuire comme vous, vous savez que comme je connais votre secret vous avez peur d'être nuit aussi ... Vous allez donc être la première personne à savoir mon secret, si vous voulez le répéter à votre maître que bien vous en face ... Je ne veux pas qu'il y est de secret entre le comte et moi ... Mon secret est que je peux, en quelques sortes, voir les âmes de chaque êtres vivants sur Terre et peux arriver à connaitre leur origines, que se soit humaines, démoniaques, angélique ou shinigamique (HS: je sais pas si ça se dit xD) et donc peux me retourner contre eux quand bon me semble mais la plupart du temps je garde le secret, et je ne voudrais pas nuire à mon collègue ... Est-ce que ma réponse vous est maintenant évidente et vous éclaire ?"

Je repris mon souffle après avoir dis ces mots, je préférais dire la vérité plutôt que de me noyer en quelque sorte dans un puis car malgré que je connais ses origines, je n'ai pas encore de créature à mon service, donc aucun moyen de me protéger ... C'est pourquoi je dois collaborer au moins jusqu'au jour fatidique où tout changera ...

Nous arrivâmes devant une porte qui semblait être celle du bureau du maître de maison, je me retournais devant le démon au visage et corps si magnifiquement sculpté par le maître des ombre, le chef des enfer, notre très chère Satan aux six-cent soixante-six noms ... Lui souriant de toutes mes dents avec un léger regard malsain, le démon me regarda un instant puis se retourna pour toquer à la porte de son maître, celui-ci cria d'entrer, Sebastian ouvrit la porte et me laissa rentrer, à mon passage ma main toucha la sienne, je ressentit comme quelque chose d'étrange en moi, mais quelque chose d'agréable ... Je pris donc place face à Ciel qui était très bien habillé de noir et bleu, il était à moitié affalé mais aussi bien droit sur son fauteuil, l'endroit était spacieux, des feuilles s'entassaient sur le bureau mais je ne m'en occupais que peux. Je m'assis donc et repris mon visage impassible.

"Enchanté comte Phantomhive ... Je suis agréablement surpris que Sa Majesté est décidée de nous réunir tout les deux pour une mission dont je ne connais en aucuns cas l'historique ni même le pourquoi de ma visite car vous auriez put vous en charger seul ..."

Dis-je en tendant la main au comte, espérant ne pas recevoir un cuisant vent comme on dit ...

_________________
Signature:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Dim 1 Sep - 2:04

Le jeune homme me présenta alors un léger rictus, face à ma tirade, avant de doucement s’éclaircir la voix, me regardant tout en suivant le rythme régulier de mes pas :

- Il faut savoir que personne, même mon petit frère ne sait rien, cela pourrait me nuire comme vous, vous savez que comme je connais votre secret vous avez peur d'être nuit aussi ... Vous allez donc être la première personne à savoir mon secret, si vous voulez le répéter à votre maître que bien vous en face ... Je ne veux pas qu'il y est de secret entre le comte et moi ... Mon secret est que je peux, en quelques sortes, voir les âmes de chaque êtres vivants sur Terre et peux arriver à connaitre leur origines, que se soit humaines, démoniaques, angélique ou shinigamique et donc peux me retourner contre eux quand bon me semble mais la plupart du temps je garde le secret, et je ne voudrais pas nuire à mon collègue ... Est-ce que ma réponse vous est maintenant évidente et vous éclaire ?

Après ce long monologue, qui me disant toutefois rien qui vaille, effectivement, il me confirmait avec brio que malgré le fait qu’il n’y ait pour le moment aucune animosité, il n’hésitera à se servir de cela contre nous. Cependant, j’avais confiance en mes capacités et ce n’était pas ceci qui allait m’arrêter, et un comte, aussi influant soit-il, clamant haut et fort qu’un démon existe, allait être prit pour un fou. Enfin, outre cela, je le conduit au bureau de mon jeune maître où ce dernier l’attendait avec impatiente, non que dis-je… comme toujours, avec un air froid. Je lui lança un léger regard en coin, lui intimant de ne pas prendre le jeune homme à nos côtés pour un imbécile, le connaissant, sans cela, il n’aurait point hésité à le prendre de haut et se jouer de lui, mais comme je disais, par simple précaution, il ne valait mieux pas s’attirer ses foudres.

Déposant un dossier composé de toutes les enquêtes en cours aux alentours de Londres. Je désignai brièvement, les principales enquêtes à mener, aux connotations bien moins innocentes qu’un simple tueur en série de pacotille. Disparitions d’enfants, apparitions sataniques, organisations secrètes et retours des morts à se mettre sous la dent. Ceci semblait très intéressant, cependant ce n’était pas l’heure pour moi de m’éterniser sur ceci, effectivement, c’était l’heure du thé. Le comte de Valérient s’assit alors à ma gauche, je tournai progressivement la tête vers lui et lui fait un sourire qui voulait tout dire, lui faisant comprendre de ne rien tenter contre mon jeune maître. Me retournant comme si de rien n’était je laissais les deux jeunes hommes dans le bureau, non sans les regarder, face à face alors qu’ils commençaient à discuter :

- Enchanté comte Phantomhive ... Commença notre invité.

Les voix étaient tamisées par le bois, de plus je n’y prêtait pas grande attention alors que je commencé à m’éloigner, me dirigeant vers les cuisines :

- Regardons ensembles dans ces dossiers mon cher…

Quelques pas de plus, je n’entendais presque plus les phrases prononcées malgré mon ouïe avancé, mais une dernière phrase prononcée par mon jeune maître me fit sourire :

- Croyez-vous a Dieu, Satan, A la vie après la mort peut-être. Mais pensez-vous que leurs sous-fifres et les morts vivants puisse être sur cette terre cher Comte de Valérient ?

Je sentis le petit sourire narquois dans cette phrase, mais je ne pu m’empêcher de lâcher un ricanement, mon petit contractant allait rester pantois j’avais l’impression.

Dans les cuisines, je préparai tranquillement le thé, un darjeeling de « Mariage frère ». L’ambiance était calme, trop calme… J’avais peur qu’un événement imprévu en décide très vite autrement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 87
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 19
Localisation : Son manoir

Feuille de personnage
Race/Statut: Humain/Comte
Âge: 18 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   Mer 30 Oct - 15:07

- Regardons ensembles dans ces dossiers mon cher…

Il prit quelques feuilles tandis que moi aussi, j'avais pris quelques fiches de décès des victimes, une jeune femme bourgeoise qui sortait d'une soirée mondaine, elle est morte il semblerait par noyade, quelques photos étaient misent avec, de l'eau sortait de sa bouche quand on l'a retrouvée, puis on a remarqué beaucoup d'eau dans ses poumons, elle ne c'est pas noyée directement dans de l'eau, comme si on l'avait forcée à boire mais il n'y avait pas de traces comme quoi elle se serait débattue ou qu'on l'aurait attaché ou autre, comme si l'eau serait apparut d'elle même dans ses poumons.
Un autre aussi, un clochard habitant dans les bas fonds qu'on aurait retrouvé sur la place publique un couteau dans la gorge, c'était lui qui le tenait dans sa main, et encore une fois il n'y a aucunes traces de débats ni autres, et enfin un jeune enfant de classe moyenne qui à été retrouvé, déchiqueté à coups de griffes, toutes ces personnes ont un seul point en commun, il leur manque l'oeil droit et les deux majeurs de chaque mains sont coupés et n'ont pas été retrouvés.
Alors que je sortais un nouveau dossier le jeune comte se le va et me ragarda.

- Croyez-vous a Dieu, Satan, A la vie après la mort peut-être. Mais pensez-vous que leurs sous-fifres et les morts vivants puisse être sur cette terre cher Comte de Valérient ?

- Bien sûr, si les démons et les anges existes ... Pourquoi pas les morts revenu à la vie, l'homme ne croit pas en ces choses improbable car il est dénué de raison et d'intelligence, pour lui, vérité n'est que foutaise et il ne crois que ce qu'il voit, dans le monde fantastique entre guillemets, il y a aussi des sortes de règles qui demande à ce qu'un humain ne doit voir aucun de ses habitants, c'est pour préserver cette nature, et tant que l'homme croira à une imagination débordante de certains hommes, il en sera protégé.

Je continuais donc après cela à regarder les papiers, des choses pouvant être intéressantes, comme quoi même l'esprit le plus intelligent ne peut vivre seul, il a besoin d'aide avec une autre intelligence.

_________________
Signature:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]
» Hall d'entrée
» Villes (petit atlas de Théah)
» [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Qui aurait pensé que cette affaire ne soit pas terminée ? - Prelude [PV: Sebastian Michaelis & Ciel E. Phantomhive]
» Hall d'Entrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-