« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Lun 27 Mai - 20:01


Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment..

J+6.
Jour 6. Oui, aujourd'hui, cela fait six jours que je suis ici. Six jours que je suis à Londres, dans la grande capitale. D'ailleurs, le jour tire plus vers sa fin que ne débute. Du moins c'est ce que me renvoi le ciel, à travers les vitres de la librairie, que j'achève de nettoyer. La journée n'a pas été longue, contrairement à ce que je pourrais croire, même si une sorte de routine s'installe, je ne m'ennuie pas trop, j'aime voir défiler les personnes dans la boutique. J'y vois toute sortes de classes sociales, de styles, de visages, etc... Pour la plupart, je suis invisible, et je dois avouer que ça m'amuse un peu, c'est comme si je zappais, mais ça ne me pompe aucune énergie ! C'est juste certaines personnes qui ne voient que le luxe, l'or et les bijoux, et oublient le reste, j'aime me moquer de leur air pincé et hautain, ils me font bien rire, à se la jouer ! Ils y a aussi des clients qui me regardent, mais souvent, ils ne s'attardent pas sur moi, et je suis plus calme, je n'aime pas vraiment être le centre de l'attention, de toute façon, je n'ai jamais été très charismatique ! Je suis peut être franche mais.. C'est tout, je ne me trouve pas en possession de qualités vocales spéciales, dommage, j'aurais surement aimé pouvoir captiver sur un sujet banal, mais après tout, on ne peut pas tout avoir, et je n'échangerais pour rien au monde ma vitesse ! Tiens, je viens de me rendre compte que bientôt, -demain, en vérité- j'aurais ma semaine complète ! Une semaine entière d'existence dans cette grande ville ! D'ailleurs, je n'en connais toujours que les grandes artères, les rues principales et je n'ose pas découvrir plus, de peur de me perdre, c'est tellement grand ! Parfois, j'ai même peur de ne jamais me repérer aussi bien qu'à Berlin.. Mais ça viendra, et puis, j'ai tout mon temps. Ah, d'ailleurs, ma journée est finie ! Je sors rapidement, décidée à profiter encore un peu du ciel avant de rentrer m'enfermer dans mon appartement. J'ai découvert une sorte de "passe", ces derniers jours. C'est un raccourcis simple, et sécurisé -pas de petites ruelles lugubres ou que-sais-je !-, il me suffit de passer par le grand parc -qui est presque toujours grouillant de monde, pas autant qu'au centre-ville, mais pas désert non plus-, de suivre la route vers le nord, et me voilà près de chez moi ! Tout en sortant de la boutique, faisant tinter la clochette, je me demande à quoi je vais bien pouvoir occuper ma soirée.. Hum.. La rédaction du prochain D.D. ? Mouais. Pas que je n'ai plus d'idées -ne surtout pas croire ça !- mais c'est surtout que ce soir, je n'ai pas vraiment envie.. Sinon.. Ah, je sais ! Et si j'écrivais ma journée, enfin, les choses dignes d'intérêts, les nouveautés, mes réflexions et découvertes, dans mon carnet ? Oui, c'est ce que je vais faire ! Voilà, une chose de prévue, qui devrait me prendre du temps, ma soirée est donc à moitié occupée ! Arrivant dans la grande rue, puis tournant pour joindre le parc, je me tâte. Allez, rien qu'une fois de temps en temps.. Je me mord la lèvre. Dilemme. Que faire ? Sachez que j'ai envie de rester discrète, de ne pas me faire remarquer -j'ai déjà assez du coup avec les policiers et le vendeur de poires-, mais après tout.. Je regarde autour de moi, il n'y a personne pour me voir et, après tout, qui le pourrait ? Il faudrait avoir une sacrée bonne vue pour le faire ! Bon, va pour "la folie". Après tout, quels arguments contre ? Rester discrète. Oui et, quoi de plus ? Nourriture. J'en ai à la maison, maintenant, comme j'ai du travail -un grand merci à MacKayla-, je peux me nourrir décemment, et même faire des provisions ! Adieu restrictions ! J'en viens à penser que, quand même, en a peu près une semaine, les chose sont bien changé pour moi. Travail stable, nouvelle ville, nouvelles connaissances -enfin pas beaucoup-... Un nouveau départ pour la Mega ? J'ose l'espérer. Jetant un regard de chaque côté de moi, je souris en trouvant la rue bien déserte ! Sans plus attendre, je m'élance tout droit, savourant la sensation grisante de la vitesse, le vent dans mes cheveux et son air frais contre ma peau, je me sens revivre ou presque, et analyse avec délice la situation. Pour l'instant, la route pavée est toute droite, et je la vois par intermittence, ayant trop vite pour pouvoir vraiment me concentrer sur tout, je m'écarte de justesse des passants qui ne me voient pas, et sente juste un courant d'air, et continue ma course, voyant le parc se rapprocher rapidement, m'obligeant bientôt à ralentir, mais visiblement, je ne le fais pas assez.. Bientôt, après avoir cligné des yeux, je me retrouve dans le parc, au sol, légèrement sonnée, juste devant les grilles, qui, me semble-t-il ont l'air légèrement.. tordues ? Je grimace. Puis tâte mon front; rien. Ouf.. Au moins, cette fois, je n'ai pas de bosses ! Mais c'était sans compter sur ma chance, car, en me relevant et en époussetant mes habits, je manquais de gémir; mon genou était douloureux, je ravalais un juron et attendais un instant, avant de reprendre ma route, en marchant, cette fois. Ma course m'avait fatiguée, si bien que ma tête tourna un instant, cette fois-ci, je ne retenais pas l'insulte qui me brûlait les lèvres, et soupirais en tenant ma tête. La prochaine fois, je ferais plus attention.. Promis ! Tiens mais.. C'est moi ou il me regarde, le monsieur, là ? Je m'oblige à regarder ailleurs, et m'appuie sur ma jambe en grimaçant, avant de m'arrêter, suspectant quelque chose de pas net. Pourquoi ? Ma tête. Elle me brûle presque. Pas logique. Normalement, si c'était le choc, se serait déjà passé. Ne me dite pas que... Je serais encore tombée sur quelqu'un de pas normal ?
Revenir en haut Aller en bas
Domestique
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2013
Localisation : Vielle demeure à whitechapell

Feuille de personnage
Race/Statut: Démon & Domestique
Âge: 20 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Lun 3 Juin - 21:33

DE BONNE HUMEUR ET JOYEUX. Voilà comment je me sentis en me levant ce matin après quelques heures de sommeil. J'avais de quoi l'être : cela va faire deux semaine que Mackeyla et moi nous sommes ensemble et pour fêter cela, mon esprit m'avait gratifié d'un rêve des plus sensuels mettant en scène la demoiselle de mon cœur. Au moins, je n'avais plus ces cauchemars. Carnassières visions pour le moins réalistes qui hantaient parfois, voir souvent, mes nuits. L'origine m'était totalement inconnue et je me relevai souvent en sueur après leurs apparitions. En tournant ma tête, j'ai cru que le délice nocturne continuait car elle dormait près de moi. Mes yeux se baladaient sur ses courbes endormies. Dormez encore mademoiselle. Je me redressai en prenant soin de ne pas la réveiller, la couverture glissa le long de mon torse aux trois cicatrises, et observai devant moi. Le miroir, face à mon lit -je l'avais déplacé pour voir mon reflet, non pas par narcissisme mais pour vérifier que je suis rester sous mon apparence normale-, renvoya une image de moi aux cheveux ébouriffés et à l’œil bleu clair. Activant les muscles et articulations de mes bras, je les tendit à leur maximum afin de les étirer puis je les laissa tomber en soupirant de bonheur. Sortant de leur nid douillé, mes pieds allèrent se poser sur le parquet froid, me permettant ainsi de me relever.

Je finis de m'étirer en profitant d'une brise fraîche parcourant ma chambre.... Attends d'où vient ce courant d'air ? Je me tournai vers la fenêtre ouverte et vins la refermer délicatement. Oups, je pensais l'avoir fermer en rentrant de ma nocturne escapade. En quelques pas silencieux, je me retrouva devant l'armoire en chêne brute et l'ouvris pour choisir ma tenue du jours. J'optai pour une tenue qui me laissait assez libre de mes mouvement, c'est à dire un haut en coton fin d'un gris semblables à mes cheveux, un sarouel ample et noir, dont les pans du bas se retrouveraient bloquer par ma paire de bottes en cuir tout aussi noir. Pourquoi portais-je une tenue aussi peu appropriée à mon travail de majordome ? C'est très simple, aujourd'hui ma maîtresse, ou plutôt mon amante, m'a donné carte blanche pour la journée, certes cela changer pas trop d'habitude car elle ne me demandait quasiment rien. J'occupais mes journées à nettoyer la maison, préparer la nourriture pour nos prochains repas, laver le linge, etc...Après cela, je passais en coups de vent à la librairie pour chercher un baiser de la propriétaire et de quoi lire puis je remontais. En parlant de la librairie, j'avais pu noter qu'il y avait une jeune fille rousse qui était là tout les jours. Une nouvelle employée ou une cliente qui prenait la boutique pour une bibliothèque. Je demanderai cela à Mackeyla quand elle se lèvera.

Une fois, le déjeuner préparait, servit, mangeait, débarrassait et après un ou deux baisers échangés, je me préparai à sortir à dans la capitale londonienne, qui était dominée par un ciel gris maussade. Mon manteau et mon sourire enfilés, je poussai la porte arrière de la boutique et sortis. La journée avait déjà bien débutée et la ville fourmillait de vie. Que fais-je faire de cette journée ? Réfléchissons. Oh ! Je sais ; je devrait acheter de quoi entretenir Rosa car elle commencée à s’abîmer et mon matériel est tombé à la mer pendant mon voyage. Tient d’ailleurs, je devrais aller voir si j'ai une réponse de mère concernant mes deux compagnes. Hé bien voilà, ma journée sera bien occupée et en rentrant, j’achèterai un bouquet de 24 roses rouges. Ah les cours d'art floral vont mettre utiles. Je me dirigeai en direction des quartiers marchands.


Le soleil commençait à décliner lorsque j’eus l'idée de me rendre au parc pour profiter des derniers instants de la journée. Le parc se situait près de Buckingham Palace donc assez du toit où je trouve actuellement car j'ai une vue sur le palais royal. Me laissant choir de mon perchoir, j’atterris dans une ruelle sombre qui était en parallèle d'une des artères principales de la ville et avança vers l'espace vert. Le bruit des pas de la populace, résonnant sur le pavé, se mêlaient aux restes des sonorités venant des différentes activités du centre. J'atteignis rapidement Hyde parc, où le brouhaha diminua comme absorbé par la verdure. Après plusieurs minutes de ballades, je m’arrêtai pour observer la rue derrière les grilles de fer. Soudain, mon regard fut attiré par une chose étrange : une sorte d'ombre se déplaçant très vite autour des passants, eux ils ne la remarquaient pas. Elle se dirigea vers moi sans ralentir. Je me tient prêt à l’esquiver s'il faut, bien que je me préparai surtout à l’arrêter. L'ombre arriva droit sur les grilles, qui se tordirent à son passage, et vint se matérialiser, à quelques mètres, devant moi. Je resta surpris en découvrant que l'ombre était une jeune fille, d'à peine seize ans je dirais. Mon œil parcourra son corps ; elle était fine et élancée bien que pas très grande et possédait une crinière d'un orange flamboyant, parsemée de quelques reflets cuivrés. Quand elle se releva, je la reconnu : la rousse de la librairie. Comment fait-elle pour se déplacer aussi vite ? Est-ce une démone ou autres chose ? Je souris à cette perspective et me traversa la distance qui nous séparer en deux-trois pas, bien qu'elle était éloignée de moi de plusieurs mètres. Oui , je sais que c'est risqué mais pour une courte distance et dans un endroit quasi-désert à présent. Lui adressant un regard amical, je m'inclina légèrement et tins les propos suivants :

« Bonjour, jeune demoiselle. Puis-je savoir qui vous êtes car votre vision m'est très familière », dis-je d'un ton enjoué. Voyant qu'elle semblait souffrir au niveau de jambe gauche, j'ajoutai « Vous devriez vous asseoir »

Posant ma main sur son épaule, je la força légèrement à se poser sur l'herbe. Une fois assis, je l'imita calmement et me tourna vers son visage fin.
Mon œil la fixa attentivement de son bleu glace.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Jeu 6 Juin - 20:53

Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment..
J+6.

Je vais bien. Très bien même. Aïe. J'ai mal. Je grimace légèrement, touchant mon genou, comme pour renfoncer le bleu à l'intérieur de ma jambe, de l'obliger à disparaître. Quand je relève la tête, je vois le me..monsieur qui regarde dans ma direction. Et en plus il sourit. Top. Le pompon ! Il arrive vers moi, et.. En trois pas franchit les quelques mètres -cinq au bas mot- qui nous sépare. Ok, anomalie confirmée, pas normal, ce mec. Quand il arrive devant moi, son regard se fait amical. Du moins son oeil visible, un oeil bleu, me scrute d'un air plutôt sympa, espérons que cet air soit vrai. Juste après ceci, le voici qui s'incline. S'incline ? Je me demande d'où peut-il bien tenir ces manières-là, mais qu'importe, là n'est pas le principal.

-  Bonjour, jeune demoiselle. Puis-je savoir qui vous êtes car votre vision m'est très familière.

Puis il vit ma main contre mon genou, appuyant sur mon probable bleu, vain réflexe profondément ancré en moi, et ajouta;

- Vous devriez vous asseoir.

Et évidemment, le pompon, ou ce que vous voulez, il appuya sur mon épaule, sans me faire mal, mais me força à m'asseoir, par terre, pour couronner le tout. Il ne l'avait peut être pas remarqué, mais il avait appuyé fort, si bien que je me doutais que, d'une façon ou d'une autre, tant qu'il serait si prêt, je ne pourrais pas me sauver. Surtout s'il me tient l'épaule. Moi j'ai la vitesse, pas la force. Comment dire à quel point je me sentais mal ? D'une part, la faim et l'épuisement qui arrivait, de l'autre, mon bleu, et en plus, coincé pour le moment avec cet inconnu qui dit m'avoir déjà vue ? C'est ma fête ou je n'y comprends rien. Il me rejoignit bientôt sur la pelouse, tranquillement, comme s'il s'agissait d'un pique-nique. La nourriture et la nappe à carreaux en moins. Je me décidais finalement à répondre, car, de toute façon, il ne me semblait pas avoir le choix, je tentais de masquer le plus gros de ma mauvaise humeur, et déclarais donc;

- Dani.

Non, je n'en dirais pas plus, non mais quoi encore. Je veux bien en dire un peu, mais je vais pas déballer toute ma vie non plus. Quoi ? On dirait que je boude ? Mais ça va pas bien, La Mega à jamais boudé -depuis mes cinq ans, en tout cas- ! Monsieur-force-pas-forcément-humanoïde me regarda -encore-, son oeil bleu me fixant. Encore. Et encore. Soupirant, j'ajoutais, de mauvaise grâce;

- O'Malley, Dani Mega O'Malley.

Maintenant, c'était à moi de le fixer, il était assez grand, cheveux gris-blanc, enfin argenté, n'avait pas pour autant l'air vieux. Il me paraissait plutôt jeune, au contraire. Il me rappelait quelque chose. Mon mal de tête était toujours là, et, méfiante, j'appréhendais la suite des événements, gardant une de mes mains contre moi, au cas où. Rompant le léger silence qui s'était installé, je lui demandais;

- Et vous, qui êtes-vous ?

Quelque chose en lui me rappelait quelque chose d'autre. Je cherchais, m'acharnais, mais ne voyais pas du tout la similitude entre je-ne-me-rappelle-plus-de-quoi et lui. Je gigotais ensuite, pour mieux m'installer, et finissais en tailleur, la robe bien installé, couvrant mes jambes. A présent que j'étais assise et immobile, mon genou se faisait mon douloureux, mais je ne criais pas victoire trop vite, les douleurs reviennent vite, dès qu'on fais un mouvement, parfois -oui, c'est l'expérience qui parle-. D'ailleurs.. La question que je venais de lui poser revenait parmi mes pensées immédiates. Il était qui ? Très poli. Gentleman ou Serviteur ? Il ressemblait, du moins là, pour mes yeux, à un Humain. Mais pour le moment, il ne faisait qu'y ressembler. J'avais clairement sentie la pression de sa main, il n'utilisait même pas le quart du tiers de sa force. Sa au moins, c'était sur. Quelqu'un de normal pouvait-il atteindre une telle force ? Oui, peut être. J'examinais soigneusement ses bras. Il paraissait plutôt maigre, le mec. Pas du genre musclor. L'envie de m'exclamer; « Mais t’es quoi, Man ?! », me prit, mais j'arrivais à la refréner, sans trop de mal, finalement. A croire que l'habitude de penser, de parler et de m'exclamer seule, dans le cercle clos de ma tête persistait. Avec horreur, je m'imaginais incapable de crier, de jurer et de m'exclamer comme je le faisais contre la vieille, à Dublin. Mais non, ça c'est une part de moi, on peut pas me l'enlever, la réformer.
Ah, tiens, il devrait bientôt me répondre, non ? Je sortais ainsi de mes pensées, me détachant par la même occasion de mon occupation; arracher des brindilles du sol, le regard fixé sur la pelouse, devant moi. Dire que je ne m'en étais pas même rendue compte..


Dernière édition par Dani Mega O'Malley le Mar 18 Juin - 13:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Domestique
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2013
Localisation : Vielle demeure à whitechapell

Feuille de personnage
Race/Statut: Démon & Domestique
Âge: 20 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Mar 18 Juin - 10:24

L'HERBE, SOUS MON SIED, VENAIT, sûrement, d'être coupée à juger de l'odeur qui s'en dégageait. Ce léger parfum se mêlait délicieusement aux autres odeurs du parc : celles des parterres de fleurs multicolores, celle provenant d'une boulangerie proche,... Bien que le soleil commençait à décliner dans le ciel, le colorant en orange et rose, l'air du parc était emplis de bruits d'enfants jouant accompagnés de leurs parents, de jeunes gens discutant, les branches d'arbres frémissant sous le souffle du vent. Me redressant pour mieux m'installer, j'observai attentivement la jeune fille. Elle semblait de mauvais humeur et épuisée ; son genou devait lui faire mal, au vu du choc. Je peux en déduire que ce n'est pas une démone car dans ce cas-là, elle n'aurait plus mal. Ou alors seuls certains démons peuvent se restaurer comme moi. Ce pouvoir est par ailleurs des plus sympathique car il me permet de réaliser des choses normalement impossible pour un corps normale. La rousse ouvrit enfin la bouche pour me répondre, sa mauvais humeur raisonnée un peu dans sa voix :

« Dani » fut sa réponse.

Juste après m'avoir répondu, elle replonge aussitôt dans ces pensées. C'est un prénom bien singulier pour une jeune fille. Je ne l'ai encore jamais rencontré. La jeune fille semblait en pleine discussion interne, l'air légèrement boudeuse :

« O'Malley, Dani Mega O'Malley.» ajouta-t elle avec un soupir

Voilà un nom avec des sonorités pas très anglaises selon moi. De quel pays viens tu , Dani ? Je continuai mon examen visuel. Les cheveux d'une couleur braise et un peu cuivrée, un prénom un peu masculin et nom de famille commençant par O' ,si ce que je pouvais en déduire est vrai alors elle est sûrement irlandaise. Bien qu'aucun accent ne résonne dans son anglais, contrairement à moi où quelques sonorités taillées dans la pierre se font entendre. Mon regard croisa pendant un instant celui de la rousse. Elle me scrutait avec attention comme si elle m'avait déjà vu quelque part. A la librairie Lane, par exemple. L'atmosphère calme et silencieuse de nos observations personnelles fut interrompu par la voix de Dani :

« Et vous, qui êtes-vous ? » me questionna-t elle.

Pris par la joie de la découverte de sa vitesse, j'en avais oublié mes manières et j'avais omis de me présenter en premier. Ses yeux parcourant mes bras et le reste du corps, j'en conclus qu'elle devait sûrement se retenir de me demander : Qu'est-ce que vous êtes ? Ah, cela jeune fille, il va falloir d'abord répondre à mes questions. Elle semblais de nouveau en discussion intense avec elle-même. Je souris et ouvrai ma bouche pour laisser ma réponse sortir :

« Oh ! Pardonnez-moi, j'ai omis de me présenter. Je me prénomme Grent Geinmiin. Heureux de faire votre connaissance, Mademoiselle O'Malley  » dis-je d'un ton calme et apaisant avant j’ajoutai « Quand à ce que je suis -je sais que vous voulez le savoir- , je vous en ferais part ,plus tard, peut-être »

Pendant que je lui répondais, elle avait changée sa posture afin sûrement d'avoir moins mal. Je jeta un rapide coup d’œil vers les barreaux de fer tordus. Cela doit être vachement douloureux, elle s'est peut-être cassée quelque chose. Auquel cas, elle devait se sentir bloquer près de moi, pris dans une sorte de piège. Elle s'était trouvée occupation dans l'arrache des brindilles vertes, bien qu'elle ne semblais sans rendre compte. La jeune fille semblais absente pour le moment. Quand elle revint à elle, je souris légèrement. La question de sa vitesse me brûlais sur les lèvres que j'avais du mal à la réprimer. D'abord se renseigner sur son état physique :

« Comment va votre genou ? Vous pensez être encore en état de marcher ou de courir » demandais-je

Cela me rappela l'histoire d'un homme d'un village ,près de chez moi, qui parcourait une bonne partie de la ville jusqu'au jour où il chuta et se prit une pointe dans le genou. A partir de ce jour, il était resté chez lui à garder la demeure familial. Enfin bref. Levant les yeux vers le ciel orange parsemé de nuages, je penchai ma tête en arrière ma tête.
Mon œil bleu contrastait avec celui du ciel.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Mar 18 Juin - 13:34

Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment..
J+6.

Alors que je le regarde, tentant de comprendre ce qu'il peut être, qui il est, il semble à son tour prit dans ses pensées. Quoi ? Peut être qu'il pense à mon nom, à mon prénom. En tout cas, il me fixe bien, et je lui rend, autant que je le peux. Il me dit clairement quelque chose, lui ! C'est peut être un parfum ? Non, je secoue la tête, c'est pas ça. Ses cheveux ? Non plus. Maintenant, il me semble l'avoir déjà rencontrée. Où ? D'ailleurs, en faisant plus attention, je distinguais dans sa voix un accent. Pas vraiment anglais. Un islandais ? Possible, après tout.. Il sourit, m'arrachant à mes pensées, et me répondit;

- Oh ! Pardonnez-moi, j'ai omis de me présenter. Je me prénomme Grent Geinmiin. Heureux de faire votre connaissance, Mademoiselle O'Malley.

Omis de se présenter, hein ? Je déteste devoir me présenter en premier, on sait jamais à qui on a affaire, et ça, ça peut être dangereux.. Je ne répondrais rien au "Heureux de faire votre connaissance", tant que je n'en sais pas plus, je ne me prononcerais pas, t'imagine, tu dis ça, et en faite il compte te tuer à la première occasion ? Oui, c'est ça, ça la fout mal.
Son ton se voulait calme, voir apaisant, bien que je ne vois pas en quoi cet homme, ce Grent Greinmiin -ça, c'est bien un nom à consonances islandaises-, bientôt, il poursuivit;

- Quand à ce que je suis -je sais que vous voulez le savoir- , je vous en ferais part ,plus tard, peut-être.

Ah bah oui, évidemment ! Maintenant, c'est confirmé, il est pas normal.. En même temps, par "normal", j'entends quoi, moi ? Plus normal que moi ? Peut être. En tout cas, plus humain qu'il ne semble être. Après, question; Je suis vraiment facile à décrypter, ou cette question là lui est-elle si souvent posée que pour lui, ça en devient une évidence ? L'homme qui n'était vraisemblablement pas humain avait l'air content, une fois de plus il sourit, tandis que moi, je continuais de réfléchir. Pas question de me sauver sans en savoir un peu plus. Déjà, m'avait-il vu ? Si oui, c'est qu'il devait avoir une sacré bonne vue, et peut être une rapidité hors-normes.. Mouai. Je notais ces hypothèses dans un coin de ma tête, il faudrait que j'y repense, ça peut toujours servir -du moins, ça va me servir-. Toujours est-il que, souriant, il déclara, et, je ne sais pas si l'ironie que je trouvais y était vraiment, mais toujours est-il que la sentais;

- Comment va votre genou ? Vous pensez être encore en état de marcher ou de courir ?

Je manquais de m’étouffer. Oui, pour moi, dans sa phrase, il y avait clairement de l'ironie. Ok, au début, c'était plutôt sympa, il voulait savoir comment allait mon genou -délicate attention, mon genou l'en remerciait-, mais placer juste après ça, le mot "courir" ! Rah, mais c'est quoi, ça ? Faire un coup bas comme ça à quelqu'un, ça devrait être criminel. Et désormais, là, maintenant, il fallait que j'y réponde ! C'était sournois, mais bien joué. Je ne m'y étais pas attendue. 

- Bien, merci, il pourrait aller mieux, mais vraiment, il va bien, très bien, même.

En disant ces mots, je me relevais doucement, époussetais le bas de ma robe, faisais quelques pas, pour m'installer de l'autre côté de l'homme, je ne  comptais pas jouer de son côté -peut être- invalide, mais je préférais être plus en retrait, à l'abris de son oeil bleu, qui, faut dire, était clairement glaçant. Enfin bref, en le regardant, j'ajoutais, entrant légèrement dans "ce jeu", sans pour autant en dire plus.

- Je pourrais toujours courir.

Je n'allais pas ajouter que c'était à condition d'avoir toujours à manger a portée de main, ça, il n'avait pas besoin de le savoir, pas du tout. Et puis, quand même, je n'allais pas lui révéler quelque chose alors que lui ne me dirait surement rien, après tout, chacun ces secrets !
Revenir en haut Aller en bas
Domestique
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2013
Localisation : Vielle demeure à whitechapell

Feuille de personnage
Race/Statut: Démon & Domestique
Âge: 20 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Lun 1 Juil - 22:45

MON REGARD SUIVIT LA COURSE LENTE DES MOUTONNEUX NUAGES qui parsemaient le ciel orange. Aujourd'hui avait été une délicieuse journée : ni trop pluvieuse, ni trop chaude. J'aime bien la météo anglaise. Le climat sous ces latitudes est bien plus clément. Et puis le cycle jour-nuit est étrange : ici, pas de longues journées se succédant sans aucune nuit pour les séparer alors qu'on est en été. Et d'après Mademoiselle Lane, pas non plus de nuits éternels pendant des mois en hiver. Vraiment bizarre ce pays et encore j'ai pas parlé de leur gastronomie. [HRP : Okay j’arrête de casser du sucre sur la cuisine anglaise maintenant] Enfin bref. Revenons à nos moutons, c'est à dire, la jeune fille se prénommant Dani. Au moment, où j'ai finit de poser ma question, je remarque qu'elle réprime un étouffement. Son regard s’emplit de colère et quand à elle, elle semblais s'offusquer de ma question. Je ne comprend pas pourquoi : j'avais rien de dit de blessant. J'avais même remplacer le  déplacer à une vitesse surhumaine par courir. D'ailleurs, je devrais lui poser la question sur ce point, plus tard :

« Bien, merci, il pourrait aller mieux, mais vraiment, il va bien, très bien, même. » répondit-elle à ma question précédente.

Comme pour m'en donner preuve, elle se releva sans trop de peine et ôta la saleté de sa robe en quelques gestes prestes. Puis Dani me contourna pour se placer à coté de moi, pile dans mon angle mort. As-tu peur de mon œil , jeune fille ? Si c'est le cas reste où tu es. Je souris en coin et fus content qu'elle pouvait encore marcher : cela m'aurais un peu déranger de la raccompagner chez elle en la portant -non , même si on est un démon, on n'abandonne pas une jeune fille seule- Une fois qu'elle fut installer près de moi, elle ajouta :

« Je pourrais toujours courir. » dit-elle calmement.

Sa réponse semblait dissimuler quelque chose mais je ne saurais dire quoi. Elle me le dira en temps en voulu si elle le souhaite. Je notai que j'arrivais facilement à lire sur ses traits : est-ce une aptitude de démon ? Probablement pas sinon je pourrai lire sur les traits de qui je souhaite, comme ma maîtresse. Tiens en parlant d'elle, je devrais me renseigner pourquoi je croise la rousse souvent à la librairie. Mes lèvres laisseraient s'échapper ces mots :

« Je me souvient où je vous ai vu, c'était à la librairie Lane. Je vous y vois souvent. » déclarais-je d'une voix un peu enjoué avant de continuer « Travaillez-vous pour ma m....Mademoiselle Lane ? »

Oups ! J'ai failli dire maîtresse au lieu de son nom. Si elle aurait été là, elle m'aurait hurler dessus. Ah ! Mac'.... Je souriais encore. La joie de cette rencontre de la soirée m'emplissait ; j'avais l'impression d'être un enfant découvrant un nouveau camarade de jeu et un nouveau jeu. Une idée me vint soudainement. Une idée qui pourrais plaire à Dani, qui ne semble pas apprécier du tout d'être assis près de moi. Au moins, on vérifiera si son genoux est de nouveau en état. D'un bond, je me redressai sur mes jambes, puis je tournis vers la rousse avant de demander :

« Une petite ballade vous tenterez ? » dis-je d'un ton calme en lui tendant la main pour l'aider à se relever .

Mon œil chatoyait de bleu que je plongea dans le regard de Dani.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Lun 8 Juil - 14:50

Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment..
J+6.
Today, the sky is blue. Ouai, c'est vrai. Il est bleu, le bleu des beaux jours. G.G. regarde le ciel, ailleurs. Quoi, je me souviens plus de son nom ? N'importe quoi. Il s'appelle Grent Greinmiin. G.G., quoi. Il semblait même perdu dans ses pensées. Génial, je perdais mon temps. Je sais pas pourquoi, mais moi, je l'aurais bien laissé là. Si une fille c'était faite mal de la même façon que moi, j'aurais peut être été jusqu'à lui demander si ça va, mais pas plus. Sauf si, évidemment, elle saignait. Moi, là, je saigne pas. J'ai à peine un bleu, la douleur est presque déjà partie. Et il m'en fait tout un plat. Enfin pas vraiment. Il en profite juste pour me cuisiner. Pas en pudding, j'espère. Ah. Bien qu'il ne soit pas des plus simple à "décrypter", je discernais de l'incompréhension. Me dites pas qu'il va me ranger dans la petite case "Adolescente en crise" ? Il a jamais croisé quelqu'un qui n'aime pas les sous-entendus pas très sous-entendus ? Ok, moi, quand j'en fais, j'y vois pas de problèmes. Juste, j'aime pas quand lui, en fait. Pourquoi ? Simple. Lui, je ne sais pas où il veut en venir. Alors que, de mon côté, je tentais de me pencher légèrement pour voir ses traits, et tenter d'en conclure quelque chose sans pour autant être vue, ses lèvres bougèrent et il dit;

- Je me souvient où je vous ai vu, c'était à la librairie Lane. Je vous y vois souvent.

Là, je manquais de m'étouffer, de rire ou de colère, je ne sais pas trop. Attends, c'est pour ça qu'il me retient ? Pour me dire qu'il m'à déjà vue à la librairie ? Avant que je n'ai le temps de calmer ma crise, il enchaîne;

- Travaillez-vous pour ma m....Mademoiselle Lane ?

Là, un sourire malicieux se dessina sur mon visage. Ma Mmmmh ? Ca cache quelque chose ça.. Merci d'avoir lâché cette non-information, G.G., ça promet ! Sinon, je lui répondais, pas besoin de cacher quelque chose comme ça, s'il m'y avait déjà vue.

- Oui, je nettoie, et je l'aide à faire les comptes parfois. On est un peu comme des associées. Moi, en tout cas, si je vous ai vu, je m'en souviens pas. Vous venez souvent à la librairie ?

Là, pas de pièges ou autre, j'étais vraiment curieuse, mais surtout, lasse de toujours me méfier. Après tout, s'il veut me faire du mal, je peut toujours courir rejoindre la librairie. MacKayla ne le laissera jamais me blesser. Je crois qu'elle m'aime bien. Moi aussi, je l'aime bien. J'espère que, comme dans mon scénario, elle ne me laissera jamais en plan. Moi, en tout cas, dans une situation de ce genre, je la laisserais pas tomber. Après tout, elle est un peu comme une soeur.. Non ? En tout cas, Grent eu comme un éclat lumineux dans l'oeil, avant de se lever d'un bond, comme piqué par une bestiole. Ou comme s'il était monté sur ressorts. Il se tourna ensuite vers moi et, me tendant sa main, déclara;

- Une petite ballade vous tenterez ?

Une ballade ? J'haussais un sourcil. J'espérais bien saisir sa phrase. Un défis à relever ? Toujours partante. Prenant sa main et me levant rapidement, sans prendre la peine d'épousseter ma robe, je laissais un sourire orner mes lèvres. J'étais pleine d'énergie à revendre, la perspective d'une course étant.. Comment dire ? Pas euphorisante, mais presque. Mon interlocuteur plongea son regard dans le mien. On aurait dit que son oeil était un feu d'artifice de bleu. Moi, les miens devaient pétiller, comme quand on te promet un bon jeu, et que t'es sûre de t'éclater. Oui, je tentais d'avoir l'air méfiante, mais à quoi bon ? Je m'empressais de lui demander une petite indication;

- Et elle finit où, cette ballade ?

Oui, si l'ont devait courir dans tout Londres, il me fallait au moins savoir dans quelle direction nous allions. Après, si cela se trouve, je connaissais pas l'endroit, mais bon, à vrai dire, peu m'importait, au pire, je le suivrais jusqu'à le dépasser, et il serait obliger de me suivre, non ? En tout cas, ma seule crainte, c'était de tomber en panne de calorie. Là, y aurait comme un petit problème. Il a de l'argent sur lui ? Quoique, quand même, taxer de l'argent à un presque inconnu pour ne pas tomber dans les pommes.. Pas terrible. Il trouverait là mon point faible. Pas bon. Mais.. ! Depuis quand est-ce que je me pose autant de questions, moi ? Je secouais ma tête, non, s'il le fallait, je réduirais ma démonstration au minimum, pas besoin de commencer à fond.
Revenir en haut Aller en bas
Domestique
Messages : 108
Date d'inscription : 20/04/2013
Localisation : Vielle demeure à whitechapell

Feuille de personnage
Race/Statut: Démon & Domestique
Âge: 20 ans
Relations:
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   Ven 20 Sep - 16:23

L'AIR MÉFIANT QUE DANI TENTAIS DE SE DONNER était assez comique à voir. J'esquissai l'ombre d'un sourire tout en la fixant. Ma proposition l'avait tout à d'abord surpris ; surprise qui semblais avoir fait place, petit à petit, à la joie de courir de nouveau. Ses lèvres s’écartèrent pour laisser quelques sons sortir :

« Et elle finit où, cette ballade ?»

Je réfléchis au lieu de notre arrivée: Il faut que cela soit un lieu qu'on connais tout deux. Voyons voir. Je fis passer l'image de divers lieux dans mon esprit. Mais je sais , la librairie Lane. L'endroit était assez proche au vue des vitesses qu'on avait mais assez loin pour faire la course correctement. Et d'après les dires de la jeune Dany, elle y travaille de temps en temps. Bizarrement , Mac' m'en avait point dis mot. Je jetai un coup d’œil à la jeune femme. Elle semblais remise de sa chute, c'est déjà cela. Je lui adressa les paroles suivantes :

« Je vous propose qu'on aille jusqu'à la librairie de Mlle Lane puis de revenir ici même » dis-je d'un ton calme avant d'ajouter « Pour prouver que nous sommes bien passée là-bas, il nous suffira de déposer l'une de ces fleurs sur le comptoirs »

Du bout du doigt, je lui désignai des tulipes de couleurs chaudes : oranges, rouges, jaunes. Une légère brise les fessaient balancer délicatement. Je m'approcha pour en cueillir deux et en tendit une à Dany. La jeune femme ne la remarqua pas tout de suite car elle était à nouveau pris dans la torpeur de ses pensées. A quoi peux-tu bien pensée en ce moment ? Bah...sûrement à autres chose que la course. Soudainement, elle secoua la tête et reprit ses esprits. Je lui adressa un sourire amusé et répéta l'indication concernant les fleurs. Mes doigts touchèrent la peau fine et délicate de ses doigts quand elle prit la fleur. Je vint me placer à coté d'elle, prêt à partir ; Je relevai, avant de faire les décompte, trois de mes doigts : l'index, le majeur et l'annulaire. Puis je les abaissai un à un.

Lorsque le dernier fut replié, je prit appui sur mes jambes et m'élança à quasi pleine vitesse. L'air se déforma où je passais, créant ainsi un courant d'air assez rapide. Je sautai pour esquiver le grillage afin de l'esquiver et de ne pas me blesser comme ma concurrente l'a fait avant. M'appuyant sur les barres , je pris un second élan pour me retrouver sur les toits des bâtisses. Certes, je perdrais du temps quand il faudrait sauter entre deux rues mais au moins , la foule ne dérangerait point ma course. J'osai un regard en arrière afin de voir si la jeune Dani me suivait et à ma grande surprise, je ne la vit nullement. Elle a prit soit du retard , soit elle est en avance. J'esquivai une cheminé de brique rouges, tout en continuant à chercher la rousse du regard sans la trouver. Plus de trace d'elle. D'un saut, je me retrouva de l'autre coté d'une rue marchande ; les passants n'ayant rien remarquer, vaquaient à leurs occupations. A l'intersection suivante, je tournai à droite pour me retrouver dans la rue de la libraire. Autant descendre maintenant. Sans bruit, je descendis des toits de tuiles pour finir la moitié de la course au sol.

La clochette retentis quand ma concurrente entra dans la boutique sous mes yeux. Quelques secondes après ce fut mon tour d'entrer. Dani avait déposée, sous les yeux ébahis de mon amante qui ne la vu faire la tulipe sur le comptoir comme preuve de son passage. Je m'approchai de mon amante, posant ma fleur à coté de l'autre ; Je vola un baiser à la vendeuse au passage. Puis repris la course. L'éclat rougeâtre de la jeune humaine -si on peux dire- se étincelais quelques mètres devant moi. Accélérant, je tentai de la rattraper. Pendant les longues minutes qui constituaient le retour , je ne parvins à la rejoindre : elle semblais décider à me maintenir à bonne distance. Au loin, le parc était de plus en plus visible, alors que je commençais à m'essouffler un peu. D'un bond, je me passai des pavés dures à l'herbe tendre et douce.

Je m'approcha à allure normale cette fois-ci de la jeune femme qui m'attendais en me fixant. J'inspirai une bouffée d'air et lui souris :

«  Bravo. Superbe course J'ai jamais couru aussi vite que cela », dis-je d'une voix calme malgré un souffle un peu haletant.

Mon œil s'irisa d'un peu de gris

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Parc] Le jour où j'apprendrais à ouvrir les yeux au bon moment.. [PV Grent Geinmiin & Dani Mega O'Malley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il pleut, il mouille sur la route des Black Camel
» Zeït. « Mourir c'est revivre, alors je te tuerai jusqu'à la fin, pour que tu puisse voir un autre lendemain. »
» Ouvre les yeux la vie est belle ...
» Il est temps d'ouvrir les yeux [ PV Adam & Jean ]
» Aujourd'hui, vous allez pouvoir ouvrir les yeux et entendre le son de la vie. [Terminée ?]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-