« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Jeu 29 Juil - 1:09

La nuit était tombée depuis déjà longtemps.
Et  l’espoir même d'un quelconque discernement n’était plus de rigueur, tant la brume agrémentant depuis toujours les nuits Londoniennes, de part son étreinte inflexible et récurrente s’était installée, et demeurait, occupant la quasi-totalité du paysage, et semblant même se noyer, se confondre dans l’horizon.
Le ciel, seul rempart à cette âpre  et virulente pâleur ambiante, resplendissait de part l’éclat tout aussi persistant, de ses nombreux astres.
Adoptant le comportement d’une impassible spectatrice, la lune à l’apogée de sa grandeur s’était quant à elle, parée d’une mince et friable couverture nuageuse.
Le vent , frais, caressant doucettement les plans d’eau, faisant danser  les feuilles en leur insufflant un bref mais fougueux souffle de vie, apportait une finalité inestimable à ce paysage riche en agréments.
Eleanor était là, interpellée devant le déploiement de tant de magnificence.
Elle senti le rugueux contact du vent contre sa joue.
Ce frais fouettement eut pour effet de l’extirper de l’intense rêverie dans laquelle elle s’était, par inadvertance plongée, et constata que ses obligations n‘avaient pas encore étaient assouvies.
Ce soir les agissements d’un être humain vil et irrévérencieux devaient s’enrayer et, ce à jamais.
Quoi qu’il en coute, cet adversaire, ce tueur si longtemps traqué ne devaient plus nuire, ce soir.
Voici les directives délivrées par sa jeune duchesse, qui agissant plus motivée par l’envie de divertissement, et le respect de ses convictions que par civilité, voulait se délester d’un  bien exécrable et fielleux pion.
Voilà également, n’étant que l’exécutrice dévouée, des désirs de la jeune Alexaria, la raison de sa présence nocturne, en ces rectilignes jardins.
Elle guettait inlassablement, la temporaire anicroche, souillant les pensées des sa jeune maitresse.

Lorsque la vielle et défraichie horloge, annonça par la grave intonation de son barillet, les douze coups de minuit, une présence se fit sentir.
Cet étrange inconnu ne l’était en réalité pas tellement. Et quelle ne fut pas la surprise d’Eleanor que de trouver de la compagnie en la personne de Black, le chat l’ayant continuellement accompagné et assisté.
Ne laissant pas pour autant vaquer son esprit à la béatitude, Eleanor s’agenouilla aux cotés du magnifique chat au pelage terne, le caressa affectueusement avant de lui susurrer:

« Mon ami tu es libre de tes agissements, mais je te conseille de ne pas rester en ma compagnie pour ce soir. La tournure des choses s’avèrera peu délectable, mieux vaut pour toi ne pas en être témoin.»

Ayant vraisemblablement comprit, et exécutant partiellement les recommandations de la jeune Eleanor, Black, alla se terrer en un endroit plus sombre encore et Eleanor reprit son poste, à regret.

Le temps continuait sa course inflexible, les heures défilaient à une vitesse prodigieuse, cette cadence ne pouvant être endiguée, commençait à devenir incommodante, laissant aisément place à la lassitude.
L’intéressé  ne semblait pas vouloir se présenter, et s’était peut-être soustrait à une destinée peu enviable.
Eleanor jusqu’alors stoïque ne put s’empêcher de pousser un profond soupir, soupir empreint de mécontentement. L’échec étant, pour elle synonyme de non-sens.
Soudain, l’air gagna en fraicheur, se voulant même poignant, Eleanor fut contrainte de passer ses bras autour de sa taille. Ce sommaire travers occultant un instant sa vigilance, la jeune servante ne se rendit pas sur l’instant compte qu’elle ne demeurerait pas seule, très longtemps…
Reprenant vite ses esprits, d’un alerte et incisif mouvement, elle se retourna.
Une silhouette d’homme semblait se dessiner au lointain.
Mais pas n’importe quel homme en toute vraisemblance, ce dernier dégageait quelque chose d’indescriptible, de précieux et était sans nul doute muni d’une prestance indéniable, il n’était assurément pas celui auquel Eleanor s’attendait.
Taraudée par la curiosité, elle s’approcha furtivement de l’ombre de cet inconnu, réverbérée à travers la brume. Avant de s’arrêter net, coupée en plein élan.

« Cette sensation… Si familière, je ne puis me fourvoyer… Mais serait-il lui aussi… » Pensa-elle, interloquée, avant de se remémorer certains élément préalablement entendus:

« Serait-ce Sébastian Michaelis, dont j’ai si souvent eu vent? Cela semble improbable… Mais je trouve en ce jeune homme tout les attraits qualifiant celui dont on m’a tint propos… Qui plus est… Cette sensation… »

Visiblement et étrangement incommodée, Eleanor fini pourtant par sortir de l’ombre afin de faire face à ce bien, mystérieux, et il faut l’avouer, charmant jeune homme. Après tout, il pourrait peut-être l’éclairer quant à ses recherches… Qui sait.

La gène occasionnée n’allant qu’en empirant, de part l’éclat singulier de son regard, Eleanor s’évertuait, pourtant et ce de façon plus que convenable à dissimuler ce piètre instant de faiblesse. Cette dernière s’inclina gracieusement et révérencieusement devant son Interlocuteur temporaire, visiblement amusé, et déclara:

«  Enchantée Milord, pardonnez l’incorrection dont je fais montre en vous abordant de façon si abrupte et ce en une heure si tardive… Mais, je suis à la recherche d’un… Ami… Auriez  vous aperçu quelqu’un dans les parages? »

Volontairement, et ce, dans le but de titiller, d'épouver de tester mais surtout, de susciter l’intérêt de ce décidément bien attrayant jeune homme, Eleanor se fit force.
Avant de reprendre, subitement à nouveau illuminée de part  son sempiternel sourire malicieux:


«  Qui plus est la singularité que vous véhiculez Milord, se remarque et ne manque pas de me surprendre. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Dim 1 Aoû - 0:02

(Pardonnez-moi du temps atroce que cela m'a pris à vous répondre... Je suis malheureusement pris dans mon emploi du temps serré avec mon travail my lady. De plus, je suis navré que mes postes ne soit nullement dû même calibre que les vôtres très chère.)

Dans la très sombre nuit qui renfermait nombreux des secrets de cette très chère Angleterre... 'Moi, humble majordome démoniaque de la famille Phantomive, Sebastian... Me laissa emporter par la nuit pour trouver plus ample indice sur l'enquête que my lord m'avait confié. Je marchais d'un pas fluide et élégant comme dans mon éternel habitude. Les rayons lunaires venait heurter ma personne de leur luminosité bleuté, sous cette éclairage ma peau n'en paraissait que bien plus pâle. Un vent chronométré par le gré du temps, daignait se lever simplement quelquefois pour rendre les âmes mortelle qui traînait dans cette nuit, épouvanter par le froid. Surement cette dame appelée dame nature, tenait à préserver plus longtemps l'âme de certain vivant qui se baladait encore à une heure aussi tardive. Pour ma part, je n'avais aucune réaction particulière. Mon corps aussi figé qu'un matériel sens vie, ne sentais manifestement aucun changement de température. Ma peau de toute manière étais en grande majorité du temps, dans une température frigide et qu'un corps normalement constitué ne pourrait tolérer. Encore heureusement pour ma personne, exception faite de mon visage, l'entière totalité de mon corps, était recouvert d'un tissu sombre et pâle.

Alors que je m'avançais toujours dans les sombre méandre de la nuit, mes sens se mirent en éveil pour me prévenir d'une présence. Bien que son corps soit totalement camoufler par se voile de ténèbres, ma perception dans la nuit, me permit tout de même de la voir au loin. Après un bref moment où je l'avais aperçus son regard me scruta à son tour... Savait-elle laisser distraire? C'était une chose bien peu prudente dans une heure aussi tardive, surtout que ce simple et mince lapse de temps d'absence m'aurait été suffisent pour terminer un proie. Toutefois, la jeune femme n'étais pas du tout dans ma liste de choses à faire et donc, elle n'aurait aucun problème venant de ma personne. Subtilement, surement selon sa perception des choses, elle tenta de se rapprocher de moi pour me voir mieux ou encore tenter une attaque. La deuxième supposition me paressais fortement non recommandé et aussi fortement improbable. Après encore un bref moment que moi comme elle jouons dans un balais de silence pourtant emplis de communication et de questionnement, elle s'approcha de moi. Sur mes lèvres un sourire machinalement sublime apparut. Alors qu'elle s'inclinait face à ma personne en me posant sa question je me suis alors incliné légèrement à mon tour en soufflant sur un ton suave.


"Je me nomme Sebastian Michaelis, je serais ravis de répondre à vos questions my lady, mais ne serait-il pas préférable avant tout que vous me présentiez la personne qui me les demandes?"

Toujours un magnifique sourire sur les lèvres je me redressais, alors que je recevais par le même fait le compliment de cette charmante créature.

"Je vous retourne le commentaire très chère"

Le vent glacé de la nuit continuait maintenant de façon plus persistante à heurter les âmes toujours à l'extérieur. Celui-ci faisais danser le collet de mon uniforme, ainsi que certaines mèches de cette tignasse aussi sombre qu'un troue atmosphérique dans l'univers. Je gardais sur mes traits se sourire magnifique et beaucoup trop parfait pour être réelle. Mon corps ne bougeais pas d'un simple frémissement, la seule chose en mouvement sur ma personne malgré le vent persistant étais mes vêtements et ma sombre tignasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Dim 1 Aoû - 2:24

(Vous n’avez aucunement à vous excuser My lord, je puis parfaitement comprendre que vous soyez tenaillé par vos obligations, de plus je ne pourrais décemment pas, vous tenir rigueur à cause d‘une attente, et ce de quelque acabit qu‘elle puisse être. Je vous remercie pour ce magnifique compliment, cependant je ne partage pas votre avis, vos posts m’apparaissent bien plus qu’équivalents aux miens, il sont tout bonnement sublimes.)

La nébuleuse et fuyante brise parcourant allégrement l’espace, faisant sans complaisance virevolter les chevelures, abandonnées à son étreinte, et entrainant dans ses surfaites facéties aériennes la plus immuable et stoïque des choses, connaissait un essor considérable, de part le déchainement de plus en plus prononcé des éléments, vraisemblablement offusqués par la splendeur arborée de cette nuit à l’éclat radieux.
La persistante brume opaque semblait même s’être désistée, à l’approche d’affronter ce vent percutant, et saisissant. Relâchant de part cet abandon, la vue qu’elle tenait fermement captive.
Eleanor quant à elle, observant cet élément si présomptueux, se blâma intérieurement d’avoir, un instant été laissée vulnérable, devant le jeune homme se tenant devant elle.
Car une chose apparaissait indubitable à défaut d’être concevable à ses yeux, cet homme était détenteur d’une perception plus aiguisée, plus fine encore que celle dont elle était modestement pourvue, Ou tout du moins, ne se laissait-il pas soustraire au bon sens, à un éveil constant, signe dénotant d’une expérience à la hauteur de son envergure et donc, aurait-il aisément pu utiliser ce succinct égarement à son encontre .
Après s’être humblement incliné devant la jeune Eleanor, Le visage à la fois blême et irradiant du jeune homme, se para d’un sourire amusée, sourire venant s’ajouter à un maintient irréprochable, à l’image de son physique.
Il était simplement parfait. Et son seul contact aurait sans conteste fait blêmir, tressaillir d’envie la plus pondérée et posée des jeunes filles.
Tant de perfection, fit naitre en l’esprit d’Eleanor un intérêt indéniable, reconnaissant dans l’attrait que ce dernier retranscrivait le mode de fonctionnement de ses semblables, fasciner pour mieux diriger, mais une fois encore, sublimé perfectionné, pour en arriver à sa quintessence.
De plus son sourire agrémentant justement son être, de la laissait pas de marbre, ce dernier masquant et exprimant à la fois amusement, vice retenue, et bienséance, ne lui était, dans l’utilisation pas étranger.
L’éblouissement laissant place à une curiosité grandissante, Eleanor comprit qu’elle ne s’était pas méprise quant à l’identité du resplendissant jeune homme lui faisant l’honneur de sa présence, il était bien, Sébastian Michaelis.
Troublée part tant de prestance, mais toutefois dans la mesure de maintenir, en apparence, un semblant de détachement, Eleanor répondit à ses interrogation naissantes:

« Bien évidement, pardonnez-moi ne pas m’être adonnée à davantage de présentation au préalable, qui plus est, je dois avouer être flattée que ma modeste identité intéresse un être de votre ampleur Milord.
Je me nomme Eleanor Livingston, servante attitrée de la maison Lionphontivus, d’ailleurs mes obligations envers la jeune duchesse se trouvent être la raison de ma présence ici-bas... »


Cette dernière tirade à double tranchant permettrait certainement au jeune homme d’en comprendre bien plus que part l’émissaire de mots désuets, au sujet de la condition d’Eleanor.
C’est tout du moins ce qu’elle espérait. Reprenant, amusée, après un silence volontairement prolongé:

« Vous êtes donc Sébastian Michaelis, j’ai par le passé à de maintes reprises eus vent de vos talents divers et variés au service de la maison Phantomhive, mais jamais je n’aurais crus avoir l’honneur de vous adresser la parole. Je puis vous assurer qu’a vous voir, vous n’usurpez en rien votre glorifiant réputation. »

Ce dernier s’étant sans conteste imprégné, d’une élégance désarmante, retourna de façon charmante, et travaillée le compliment qu’Eleanor lui avait préalablement adressé. Cette dernière bien que consciente de la dureté de l’engrenage dans lequel elle s’apprêtais à pénétrer se laissa un instant subjuguer, avant de reprendre pieds. Reprise Dictée par son abnégation envers sa duchesse, et part cette enquête piétinante.
Elle déclara:

« Je tiens à vous adresser à nouveaux mes plus plates excuses, My Lord, mais il est dans mon devoir que de vous questionner à nouveaux quand à une présence que vous auriez pu déceler dans les environs, il en va de la réussite de ma mission auprès de ma jeune maitresse, c‘est donc d‘une importance capitale... Si vous avez une question, et ce serait légitime, à m’adresser, n’hésitez surtout pas, je ne vous ferais pas l’affront de mentir. »

Attendant la réponse du charmant Sébastian, Eleanor contempla le spectacle s’offrant à elle. Cette brise décidément plus que vivace, influait légèrement sur sa chevelure, épargnant son maintient irréprochable et lui conférant encore plus de majesté.
Sébastian Michaelis était décidément un être parfait, devant sans nulle doute, exercer sa condition tout aussi parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Lun 2 Aoû - 20:14

Je développais un certain intérêt dans cette charmante créature qui se trouvait face à moi... Surement, par la complexité qu'elle avait de voir les choses. Plus le temps avançait plus le vent se déchaînait, mais de moins en moins je le voyais. De toute évidence, le temps de m'affectais en aucun cas, il m'aurait donc été inutile de me soucier de l'environnement qui m'entourait à l'instant précis. Les humbles mortelles n'arrivaient probablement pas à entendre les plaintes discrètes des cris du vent, moi à l'encontre de ces personnes j'arrivais à percevoir parmi cette atmosphère, toutes les âmes de la ville ayant été condamnée. Je sentais que j'étais analysé méticuleusement par le regard de la jeune dame qui me révéla finalement le nom qui complétait le physique et l'aspect de réflexion de cette dernière... Eleanor Livingston... Un nom choisis elle aussi? Je savais que pour ma part, mon nom était le fruit de l'imagination de mon jeune maître. Me rappelant ce dernier, il devait être présentement toujours ensommeillé surveillé par les autres serviteurs de la demeure Phantomive.

Celle qui se trouvait devant moi, comme ma personne, étais accoutrée d'une tenue de serviteur de grande demeure. Cependant, l'accoutrement pour les jeunes dame de cet endroit était légèrement différente des nôtres. La tenue de cette dernière était très claire et beaucoup plus de blanc vêtu que de noir, aussi l'habit de la jeune femme semblait mettre plus en valeur ses aspects, plus que la tenue de Meilin. Probablement une façon dont la maîtresse de cette dernière avait trouvé pour récolter plus facilement des informations.

De nouveau elle entre ouvrit les lèvres pour laisser couler les mérites de ma personne, un sourire amusé se dessina à nouveau sur mes traits. De toute évidence, je semblais beaucoup plus réputé que je ne l'avais laissé paraître. Je ne suis après tout... Qu'un majordome démoniaque, au service de my lord jusqu'à la fin. Mon corps toujours et inébranlablement statufié dans une position parfaitement soigné, j'ai laissé couler de mes lèvres d'un ton plus que parfait.


"Il me fait honneur d'être ainsi gratifié de louange, cependant... Je ne suis qu'un majordome démoniaque..."

Tout en soufflant cette phrase je me suis incliné dans cette position parfaite que j'interprétais si souvent, j'avais par le même fait redresser légèrement le menton pour la regarder un moment en affichant un sourire parfait. Je me suis par la suite redressé, elle me demanda alors encore cette question qui avait été posée quelque temps plus tôt. J'ai laissé un visage légèrement pensif refléter sur mon visage aussi pâle que la neige de décembre, puis j'ai alors demandé à cette charmante démone face à moi.

"Il me ferait un grand plaisir de vous répondre à cette question très chère, toutefois... Il m'y serait plus aisé d'y parvenir si vous me mentionnez de quelles présences j'aurais dû prendre attention... Après tout, les âmes de Londres son nombreuse!"

J'étais retombé dans un silence totale, un silence qui permettait d'entendre très clairement les plaintes du vent qui venait ronger de sa température glacée les âmes qui rôdaient toujours à l'extérieur de leur demeure. J'allais attendre pour voir si elle m'offrirait une réponse et sens aucun doute, je lui offrirais une réponse à sa question! Mais il faudrait en échange qu'elle en est une à la mienne... Car, après tout, mes informations avaient un prix, comme celle de n'importe quelle personne existante dans ce monde de corruption. Malgré le vent beaucoup plus persistant, celui-ci ne semblait pas provoqué mon désagrément ou encore donné une allure ridicule à ma personne. Comme si le vent n'avait rien été, mes mèches sombres se balançais toujours dans une danse discrète avec le vent, ainsi que mon veston et le collet de mon habit qui ballottait dans la tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Mar 3 Aoû - 21:17

Le vent, inlassablement offusquant de part ses assauts répétés résidait présomptueusement.
Vent, qui, allégorisait pour un soir, les méandres interminables constituant la folie des hommes, se voulant fourbe et changeant,
transcendant l’imaginaire, sublimant les frasques de l’inconscient de part son emprise instituée et de part ses mirifiques prouesses éthérées, apparaissait pourtant ,quel paradoxe, comme seule entité immuable, seule amarre persistante, en ce paysage incertain, miroir du désœuvrement engendré par ses protagonistes.
Adoptant l’entière attitude caractérisant la gente humaine cette brise volatile occultait de façon indéniable ,ceux allant contre sa suprématie, en l’occurrence, quelconque incartade de quiétude.
Confrontée à la vision magistralement implantée d’un être, ne subissant aucunement, la houleuse déferlante de cet élément intrusif et déterminé, devant un individu, comblant de part sa seule prestance le vide occasionnée par l’annihilation de toute sérénité, Eleanor était au summum de l’extase.
Cette opposition tranchante et saisissante entre ardeur et pondération, étant d’un gout l’on ne peut plus raffiné. À ses yeux.
Etrangement cet individu, Sébastian Michaelis, sculpté en un moule de perfection, et ce à tout les égards, semblait lui porter de l’intérêt, et l’observait méticuleusement, pensif et souriant.
Peut-être était-il interpellé par ses agissements empreints d‘un indéniable caractère cocasse? Ou avait-il simplement tout deviné de sa nature? Avait-elle commit l’irresponsabilité de trop se dévoiler?
Egarée par toutes ces considérations hasardeuses et abracadabrâtes Eleanor perdit un instant son, en temps normal, incessible stoïcisme, avant de plier, de rompre sous l’effet de ce charmant, jeune homme en arborant une mine subitement rougie par l’embarras.
Réussissant à nouveau, non sans peine; à s‘extirper d’une rêverie fortuite, et ce avant de se délester de cette sensation incommodante, Eleanor s’ingénia, à comprendre, pour mieux percer, l’irréprochable carapace exhibée par son interlocuteur.
Cette dernière fut, sans mal, confortée dans son résonnement par les dires astucieusement tournés du jeune homme s’accompagnant d’une agréable compostions de courtoisie, ces simples mots, à la fois resplendissants de sincérité, et apparaissant comme inconcevables aux yeux du commun des mortels… Cela dépassait de loin le stade du trivial mensonge par omission, la réponse quant à ses origines étant desservie sur un plateau d’argent. Du grand art indubitablement.
Quelle audace, quelle maitrise de soi!
Tout sourire, et vraisemblablement enjouée par tant d’ingéniosité Eleanor répondit, d’un ton avenant, se voulant enivrant:

« Milord, je puis vous comprendre n’étant moi-même qu’une …simple servante, cependant ces louanges m’apparaissent légitimes aux vues de votre ingéniosité, et de votre abnégation si profonde et particulière envers votre jeune maitre, bien que le rôle que vous interprétez nécessite une perfection irréprochable et durable ..»

Elle marqua un temps de silence. Avant de souligner ses déclarations d’une délicate insinuation:

« Nous partageons nombres de points de concordance, Milord… Nos existences ne nous appartenant pas… Suis-je entrain de sombrer l’erreur? »

Pendant, que cette dernière s’évertuait à tacher d’aiguiller Le jeune homme vers une unique alternative, de l’acculer afin qu’il révèle explicitement sa nature, dans l’unique but d’exacerber un intérêt naissant, et pourquoi pas de pouvoir renchérir…Ce dernier déployant une grâce indicible par le concours de positions savamment étudiées, lui dit ne pas être réticent quant à l’idée de lui porter assistance, à quelques conditions et détails près. Celle-ci répondit donc:

« Je vous en suis infiniment reconnaissante, votre courtoisie n’a d’égal que votre serviabilité, d’après ce qu’il m’est donné d’entrevoir, Milord.
Pour en revenir à notre affaire, cet homme, je peux vous l’avouez ,que je recherche pour avoir eu l’impertinence de peiner ma maitresse de part ces exactions… est identique à tout ses semblables rongés part le vice, corrompus par l’excès… Cependant d’après mes informations, il devrait nécessairement avoir emprunté ce chemin à l’heure actuelle… Auriez-vous une idée de la raison d’un si dérangeant retard, My Lord?


Soudainement emportée, tiraillée part une intense réflexion cette dernière murmura:

« Et si… Toute cette histoire n’était qu’un leurs… Cette série de meurtres, qui inquiète ma maitresse… Pourrait-elle trouver ailleurs, en des fonds plus sombres et inexplorés d’autres origines, que la banale haine d’un Homme…?

Consciente que l’information quémandée, gagnant en intérêt ne se verrait pas aisément obtenue, et comporterait certainement un lourd tribut, elle se résolut cependant à s’adresser de façon plus intelligible au plaisant sieur Michaelis:

« Pardonnez encore une fois mon impertinence, mais de façon plus étendue, avez-vous eu vent d’évènements singuliers, ces derniers temps, My Lord? Bien évidement si en contre partie de votre réponse je puis vous être utile, n’hésitez pas... Le contaire serait incorrect.
»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Jeu 5 Aoû - 0:16

Le temps avais fini par s’écouler comme une fraction inexistante, je ne faisais plus fit de se qui m’entourais à présent… Je regardais et détaillais les gestes de la dame qui me faisais face en écoutant chacune des paroles qu’elle avait à me prononcé. D’ailleurs, en y pensant un peu plus… Je n’avais pas réellement jusqu’à maintenant porté attention aux effets qui entouraient notre personne. Le vent avait occupé mes songes et je n’avais pas pris en contre, là ou mes pas m’avaient mené. Autour de nos personnes une très longue étendue de verdure se couvrait sur une grande surface. Comme un immense tapis vert, elle dansait avec la tiraille du vent et des feuilles venaient interpréter un ballet aérien, après avoir été littéralement arraché de leur mère. Quand on regardait mieux d’ailleurs, les arbres de la place donnais l’étrange impression d’être des êtres transformé de force en objet inanimé, accablé par les effets météorologique. Dans le paysage environnement, simplement le tapis de verdure et les quelques arbre étais visible… Le reste étais plongé derrière un rideau obscure appelé nuit. Simplement, malgré cette noirceur… La lune éclairais les quelques âmes encore vivante de cette soirée. Une nouvelle fois, alors que nous étions lancé dans une sorte de discutions sens mouvement, la jeune dame me gratifia de louange. Un sourire toujours parfait sur mes traits je laissais souffler une réponse courte

“Il est fort apprécier de me voir ainsi surestimé… Certes, nos existence à vous comme à moi, sont totalement mise entre les mains de nos jeunes maîtres”

Je pouvais remarquer dans les traits de cette dernière un intérêt toute particulière à ma personne. Ce n’étais pas la première âme que je croisais, voulant en savoir beaucoup plus que permis sur moi. La curiosité était une émotions que je déclenchais irrévocablement chez ceux que je croise. Mon corps toujours aussi parfaitement pétrifié, je regardais celle qui me faisais grâce de sa présence. C’est question étais tous, les une plus intéressante que les autres! Un sourire charmant venue couronné mes traits figé et sens l’ombre d’un défaut.

“Je crois Milady, que par ce temps fougueux et par cette heure tardive… Que nul âme ne viendra si présenter…”

Prenant un bref moment de silence, je laissais par la suite toujours couler sur un ton aussi parfait et sens l’once d’un défaut.

“Il m’apparait clairement très chère… Que vous semblez avoir malheureusement été émise sur une fausse voix.”

Je regardais toujours celle-ci, je regardais la manière qu’elle aurait de réagir fasse à ma déclaration. Un sourire, accompagner de l’illumination de mon regard rougeoyant se fit voir. Certes, maintenant elle devait me payer mes réponses par une autre réponses ou par le billet d’autre moyen.

“J’ai à mon tour une demande Milady… Auriez-vous eu vent, de quelque dire que se soit, sur l’histoire de Jack l’éventreur…?”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Ven 6 Aoû - 1:42

La Lune, jusqu’ alors occultée part un robuste linceul nuageux, s’illustrerait maintenant de par son allégresse quant à faire don de son ineffable éclat, luminescence agrémentant le paysage, et plus encore, de part son caractère révélateur.
La désillusion, était à portée de main.
Ou plutôt était-ce, le coup asséné par un éclat de véracité, jaillissant d’un désœuvrement encré par l’intermédiaire de conclusions trop vite tirées..?
A l’instar de ce vent en apparence si certain et indétrônable, ayant acquit à la force de ses impulsions répétées un semblant de légitimité, finissant par s’essouffler, assaillit par un malchanceux conciliabule, l’idée encrée de part sa plausibilité qu’Eleanor entretenait jusqu’à présent se voyait amputé de toute vraisemblance. Quel désenchantement.
Sa jeune maitresse aurait-elle été induite en erreur, part une tierce-personne? Quelle impertinence, impertinence qui se verra, assurément sanctionnée par ses soins, le moment venu.
Mais là, n’était actuellement pas la question. Et Eleanor, ne pouvait décemment pas commettre l’inconvenance de s’évader, à renfort de conjonctures, la conversation entretenue avec l’enivrant sieur Michaelis, l’honorant au demeurant de sa présence, ne faisant que gagner en intensité et de ce fait en intérêt.
Lorsque Eleanor apposa à nouveau son délicat mais non moins complexe regard sur le jeune homme elle fut à nouveau renvoyée, vers une image presque irréelle de perfection, image que ce dernier s’évertuait à conserver en toute circonstance. L’ingénieux mélange entre enjôlement et détachement étant sien, devait bien souvent susciter l’intérêt, c‘était assurément l’astucieuse combinaison, d‘un démon expérimenté.
De ce fait, Eleanor se blâma fortement d’avoir un instant eu l’infortunée faiblesse de succomber à une carapace, qu’elle ne savait que trop bien adopter lorsque le besoin s’en faisait sentir et, de peur d’avoir démérité l’estime de son interlocuteur, de part son comportement déraisonnable, indigne de sa condition, elle lui murmura sereinement:

« Vous devez bien souvent susciter l’intérêt, de votre entourage, et plus particulièrement de la gente féminine, My Lord, et j’espère ne pas avoir accentué la gène que cela peut potentiellement vous occasionner. ..»

Eleanor arrêta, incrédule, quelles piètres excuses était-ce là?
Elle ne se reconnaissant décidément plus.
Les seules excuses qu’elle était à même de présenter seraient exclusivement destinées à sa jeune maitresse… Que lui arrivait-il? Elle serra les poings confrontée, à une incompréhension rongeant son être, acculée par un dédain qu’elle commençait à ressentir à sa propre encontre.

Le jeune homme quant à lui, était vraisemblablement arrivé à la même conclusion qu’Eleanor elle-même, cette dernière faisait fausse route et ce, depuis le départ. Devant tant de magnanimité cette dernière rétorqua:

« En effet vous êtes indubitablement dans le vrai, Milord, je ne puis affirmer le contraire, quelle perte de temps magistrale! »

Cependant bien qu’infructueuse, sa requête ayant connu une réponse, il fallait nécessairement et selon toute bienséance entre individus de même espèce, fournir à Monsieur Michaelis quelque chose en retour.
Et quelle ne fut pas la délectation éprouvée par ’Eleanor lorsque cette dernière ’entendit émaner de la bouche du jeune homme, la demande de renseignements quant l’affaire dite de« Jack l’éventreur ». Affaire dont elle connaissait tout des méandres tortueux, et même de l’instigateur, de part les investigations au préalable effectuées pour le compte de sa jeune maitresse, investigations, n’ayant en outre, pas suffit à susciter son intérêt.
Plus que jamais souriante elle déclara donc:

« Ah, l’affaire des meurtres de Whitechapel… Voilà donc le sobriquet lui ayant été attribué par les charmantes forces de l’ordres, ou encore par des gratte-papiers avides de nouvelles riches en singularité…
Oui, en effet Milord, cette affaire est loin de m’être inconnue… Et je pense en toute honnêteté en détenir la finalité… Pour vous aiguillez, dirons-nous que… Ses odieux crimes ont été perpétrés par un être qu’il ne vous plairait de rencontrer… Mais pour qui cette aversion ne serait certainement pas réciproque…»


Avenante, elle s’avança davantage de lui afin de donner plus d’ampleur à la finalité de ses révélations:

« Milord, nos informations m’apparaissant équivalentes, je me vois contrainte de ne pas vous en divulguer davantage, ma maitresse pouvant s’avérer nécessiteuse de ces révélations…
Si vous voulez en savoir plus, j’ai bien peur qu’il ne faille m’extirper directement ces renseignements.»


Finit-elle amusée, par le fait de ne pas savoir sur quelle pente abrupte, pouvait l’emmener de telles déclarations. Elle d’ordinaire si prévoyante, ne pouvant pas se préparer aux réactions d’autrui…
Quelle délicieuse ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Ven 6 Aoû - 2:20

Malgré le silence qui laissai place aux sifflements de la nuit, je me devais de faire la remarque de chacune des états d'âme de la personne qui me faisait grâce de m'offrir des renseignements. Il était tout de même peu singulier de rencontrer une personne de notre même dimension, ce retrouvant à patauger dans le même domaine peu commun. Je dois avouer, ne pas m'avoir attendu à de telle déclaration venant d'une femme aussi conservée et observatrice, je n'aurais jamais crus ses mots sortir d'une façon aussi naturelle de ses lèvres normalement condamnée que nous avions. Un sourire parcourut tout de même mon visage parfait, ou la lune qui m'éclairait faisais briller de part mille éclats ma peau. Que répondre a-t-elle commentaire, dit d'une façon aussi délectable?

"Ma fois, il est vrai que je suscite une attention particulière de la part d'autrui... Toutefois, cela est loin de venir au point de m'incommoder surtout quant-il provienne d'une dame telle que vous."

Je regardais sa réaction silencieuse ses doigts qui tremblaient par la rage de se laisser ainsi emporté par une émotion strictement humaine. Pourtant, cette émotion était celle que je déclenchais chez nombre de personne, peux importe leur titre et ou aspect. Le sentiment de se laisser séduire, le sentiment d'aimer et de désirer une personne. C'était ce que mon corps dégageait et infligeais sur le commun qui m'entourait. Je me voyais toutefois gratifier d'une charmante rencontre qui pourrait se montrer fructueuse. Alors que mes mots avaient sortie et que cette personne en apparence si délicate les avaient parcouru avec délectation, je savais que le jeu, ne venait que de commencer... Un sourire toujours d'aspect aussi exquise apparut de nouveau sur mes traits alors que j'entre ouvrit les lèvres pour laisser couler un simple.

"Oh..."

Un simple bruit, pour montrer toute l'intérêt que ce jeu prenait, alors que je continuais de parcourir sens le moindre mouvement de mon corps, le regard de celle qui me faisai face. De ce que mon ouïs m'avait permis d'entendre, elle m'offrait pratiquement une invitation à deux options... Je ne ferais pas l'erreur de prendre la première qui me paressait complètement inutile et infantile de toute évidence. Toujours se sourire délicieusement professionnel sur mes traits, je l'ai regardé s'avancer vers ma personne... Quant-elle eu terminé de parler j'ai finalement soufflé, en penchant légèrement mon torse vers elle de sorte à ce que mon souffle, puisse parvenir jusqu'à sa peau.

"Alors, dite moi très chère... Que puis-je vous offrir qui mériterait amplement vos précieux renseignement?"

Il ne fallait pas croire que je me laisserais berné, mais tout comme pour elle cela m'était profitable. D'une manière ou d'une autre nous aurions ce que nous voulions, n'est-il pas?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Mar 10 Aoû - 20:31

La beauté théâtrale d’un paysage rendu livide, l’effleurement succinct d’un vent faiblissant à l’encontre d’ herbes fraichement coupées, la douce complainte d’arbres vieillissant, arasés par de répétées et belliqueuses impulsions , l’étincelante clarté lunaire naissante et persistante, seyant à merveille à ce décors dénué d’opposition, présente comme pour contraster en ce paysage monocorde.
Tant d’aspects méritant de plus amples descriptions. Tant de regards n’apparaissant plus en les pensées d’Eleanor.
Monsieur Michaelis, se tenait devant elle, si près et à la fois si lointain…
Si près qu’étant à même de ressentir chacun de ses élogieux et travaillés murmures, elle palissait. Tellement proche qu’ébranlée à chacune de ses inspirations ,habilement jaugées, venant tenailler son être au moyen d’un immédiat regain de chaleur, elle blêmissait.
Était-ce réellement le résultat escompté?
La réponse se devait d’être négative, et pourtant comme depuis peu, inexorablement naufragée, indubitablement égarée dans les méandres interminables, d’une complexité de situation, tenue par des faibles considération qu‘elle exécrait tant, Eleanor ne savait pas, elle ne savait plus.
La seule vérité demeurant en ses pensées, aussi limpide et instaurée que le désœuvrement dont elle ne pouvait se délester, était sa position, ses obligations envers Alexaria, ainsi qu’une fierté émergeante par faibles charges , d’une mer constituée de doute.
Elle ne se laisserai donc pas asservir sans opposer la moindre résistance et ce peu importe le degrés d’égarement qu’elle subira, telle était sa condition.
Le jeune homme, sempiternellement paré du voile tissé d’un idéal sublimé, quant à lui semblait prendre conscience avec intérêt de l’ampleur du jeu , préalablement entamé par la jeune démone.
Voulant en toute vraisemblance s’y adonner, attiré par ces tant convoitées indications, ainsi que par le délicieux amusement allant indéniablement être suscité, il fit le premier pas, engagea l’approfondissement de ce bien singulier échange.
Eleanor, intriguée par tant de professionnalisme, le contempla un instant… Si lointain… Il demeurait était si étranger à sa modeste emprise, ses yeux agrémentés de cet éclat rouge, lui suffisant à tressaillir, ne reflétaient que perfection, à défaut d‘attirance.
Elle soupira, peinée par ce qu‘il lui apparaissait être, avant de rehausser son corsage d’un geste leste et empreint de grâce, afin de lui faire temporairement oublier la gêne occasionnée.

« Pourquoi ce besoin d’une ampleur indicible de m’attacher à un être qui ne ressentira indéniablement jamais la même envie? Suis-je moi-même submergée par l’utopie à l’instar de ces chimériques êtres humains? Ai-je réellement besoin de m’engager vers une douloureuse finalité? » Pensa-elle, la mine accablée.

Avant de le contempler de nouveau, de s‘en querir à nouveau de son sourire radieux…

« … Le choix n’est plus mien… Il est trop tard. »
Cette pensée résonnante en son esprit, comme l’âpre tintement d’un néfaste glas, ne voulait s’apaiser.

Passant la main dans sa longue chevelure, à la recherche d’un maintient pouvant potentiellement lui conférer une assurance, depuis longtemps bafouée, elle fini par déclarer, l’on ne peu plus près du visage de son interlocuteur, tristement, et paradoxalement par l’intermédiaire d’un ravissant sourire:

« Vous faites assurément montre d’une abnégation digne de louanges pour le compte de votre jeune maitre, vous engager dans une telle situation… Situation assurément grandement déplaisante à votre sens… Pour vous rendre compte de l’avancement de l’enquête l’ayant interpellé… »

Elle se tut d’elle-même, elle n’avait que trop fait étalage des maux occupants ses pensées.
Se reprenant pour la énième fois, elle prit soin de conserver l’attrait de cette entrevue, en ne s’éloignant aucunement de l’emprise exercée sur sa personne par son charmant interlocuteur et lui murmura de manière alléchante:

« Je suis navrée de faire montre d’aussi peu de complaisance, mais laissez-moi vous dire que…. Je ne suis pas disposée à faire don de quelque chose que ce soit, aisément, cela ne correspondrait réellement pas aux us et coutumes des êtres de notre acabit, Milord. »

Ensorcelante, elle termina:

« Qu’avez-vous donc à me proposer? My Lord? »

Elle prononça ces quelques mots, dans l’espoir que monsieur Michaelis ne jouerait pas sur le tableau la pénalisant, ou peut-être l’espérait-elle grandement, au contraire…
Tout était si tristement flou...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   Mar 10 Aoû - 22:19

Je contemplais toujours de mon incontournable prestance celle-ci, mon souffle toujours caressant sa peau... Que serais sa demande qu'elle avait d'abords et subtilement immiscé dans notre conversation? Pourquoi, sur les très de la charmante dame, se dessinait-il une aussi triste et imperceptible douleur? Je dois avouer que mes pensées furent un moment bouleversé d'un étrange étreinte de compassion pour cette dame qui semblait me vouer bien plus qu'un désir charnelle... Je contemplais la jeune dame toujours de mon regard aussi brillant que deux rubis scintillant, j'analysais chacun des mouvements portés avec grâce de la dame. Elle semblait tenter de se résonner de se ramener à un juste contrôle de son âme. Elle était la première que je voyais tenter de résister à mon emprise de charisme... Je ne portais maintenant, plus la moindre attention sur ce qui entourait nos personnes, rien n'avait le mérite de pouvoir me détourner d'une scène si fortement attrayante et particulière.

Eleanor Linvingston... Ce simple nom serait-être la représentation selon moi d'une femme au contrôle inexplicable. Je ne la quittais pas de mon regard rougeoyant, je tentais de percer son armure de mon souffle contre sa peau. De mes caresse imperceptible sur sa personne, cependant elle voulait m'échapper, quelque chose la troublait au fit de profiter de mon corps. Elle finit par ouvrir les lèvres et ses paroles me firent complètement arrêter le moindre geste. Mon souffle n'était plus, je m'étais complètement statufié... Les paroles qu'elle dit résonnèrent dans mon esprit comme un jouge infinie. Elle craignait de s'adonner à une personne qui ne ressentait, son émotion...? Je ne croyais point me tromper en analysant qu'elle était de la même espèce que je l'étais, alors pourquoi une émotion aussi particulière à mon égard? Une émotion plus vraie que le simple désir que toutes les femmes éprouvent à ma simple vision?


« Vous faites assurément montre d’une abnégation digne de louanges pour le compte de votre jeune maitre, vous engager dans une telle situation… Situation assurément grandement déplaisante à votre sens… Pour vous rendre compte de l’avancement de l’enquête l’ayant interpellé… »

Quand ses paroles me venir à l'esprit, je la regardais toujours aussi statufié, mon visage complètement neutre et mon corps toujours aussi parfaitement immobile. Certes, je n'éprouvais aucune satisfaction à m'adonner à de telle contribution pour en obtenir des informations. Cependant, c'était la manière la plus simple et sans emmener de problème à mon jeune maître que je possédais. Étrangement, face à de tel propos, je ressentais une envie inlassable de la corrompe à ma personne. Comme si son envie de me fuir, me donnais une envie de me l'accaparer. Maintenant mon être en était intrigué et voulait s'approprier cette personne... Cependant, une sorte de réticence s'interposa à mon esprit, mon corps ne semblait pas vouloir la forcer à plonger dans ce piège qu'étais ma personne. Finalement mon expression devenue vide, je me redressais finalement un sourire marquant mes traits magnifiquement parfaits. Je m'inclinais souplement pour venir cueillir la main de cette charmante dame aussi rare que les roses noirs... D'un geste souple et gracieux, je déposais mes lèvres contre la surface de sa douce peau de porcelaine. Par la suite, mon corps repris une position complètement droit et sans défaillance avant que ma voix immerge finalement cette triste et morne atmosphère.

"J'ai bien peur que mon humble personne ne puis vous offrir autre chose que des cadeaux empoisonné My Lady..."

Je tombais silencieux un moment pour prendre le temps d'accrocher un sourire sur mes traits trompeur et magnifique comme le plus appétissant des poisons.

"En vue d'une appréciation toute particulière à votre égard, je me voix contraint de m'abandonner à la tentative de vous faire parler... Je vous souhaite une agréable soirée My Lady..."

Cette femme pouvait certainement se contenter heureuse de recevoir un traitement si différent des autres. Je m’inclinais une dernière fois avant de tourné les talons dans un geste souple… Mon corps toujours parfaitement dressé de sa magistral posture sans défaillance, je m’éloignais vers ce rideau d’obscurité… Me serait-il donné de recroiser cette dame aux milles splendeur? Probablement… Je savais après tout maintenant qui elle était et pour qui elle travaillait. Cette drôle d’impression, cette marque étrange qu’elle avait laissé dans mon esprit… Eleanor Livingston…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]
» I'm Juste one Hell of Butler, My Lord [Présa Sebastian Michaelis - normalement terminée]
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Riley Michaelis - Solitaire. {predef}
» Décompte ^0^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-