« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MacKayla Lane. {Terminée.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Noble
Messages : 416
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Race/Statut: Noble & Humain.
Âge: 22 ans.
Relations:
MessageSujet: MacKayla Lane. {Terminée.}   Lun 22 Avr - 0:44



Présentation de


MacKayla Lane
VOILA QUI JE SUIS DANS CE NOUVEAU MONDE




Nom : Lane.
Prénom : MacKayla.
Surnom : Mac.
Date de naissance : 15 Juillet.
Lieu de Naissance : Géorgie.
Age : 22 ans.
Statut : Célibataire.
Métier : Libraire.
Groupe : Humaine.
Poste Vacant : Non.




    );">
    Feat. Alexiel d'Angel Sanctuary
    (C) Copyright


Les apparences sont trompeuses
A QUOI JE RESSEMBLE RÉELLEMENT ?


• Comment expliquer cela ? Autrefois, j'étais une belle blonde d'un mètre soixante-dix environ, qui adorait porter des vêtements de couleur pastel. J'avais une longue chevelure blonde, avec de jolies boucles qui faisaient ressortir mon visage. Un visage aux traits fins, avec de grands yeux verts. Une vraie poupée Barbie ! J'aimais beaucoup mes cheveux. J'aime beaucoup les couleurs vives. Mais, j'ai dû me résoudre à les couper et à les teindre en brun. Voilà une chose qui m'a bien ennuyée. Mes boucles, désormais raccourcis, ne me plaisent pas. Cette couleur fait, certes, ressortir mes yeux, mais ne va qu'avec des vêtements sombres. Je déteste me voir dans mon miroir chaque matin, j'ai l'impression d'en voir une autre. Mes ongles, autrefois longs, aiment être peints de couleurs vives. Mais maintenant, j'opte pour du foncé. Tout comme mon maquillage. Ce n'est plus du tout le même. Certains pourraient me qualifier de faible, mais j'ai un instinct animal très développé. Je n'ai pas la force d'un surhomme, enfin, si je puis dire, mais je sais me battre.


A la découverte de votre esprit
QUEL GENRE DE PERSONNE JE SUIS ? Ange ou démon ?


• Ma psychologie n'a rien d'extraordinaire. Je suis même plutôt banale, ordinaire. Une jeune fille qui est prête à se prélasser au soleil, étendue sur une serviette de bain. Mais ce temps-là est révolu. Je change au fur et à mesure. Non, je ne souffre pas d'un dédoublement de la personnalité. Les gens changent. Je fais partie de ceux-la. Au revoir Mac-Glamour ! Bienvenue Mac-Primitive. Cette dernière écoute son instinct. Elle a toujours ses sens aux aguets. Alors que l'ancienne MacKayla aurait pu perdre connaissance après s'être cassé un ongle. Elle ne quitte jamais sa lance, et se promène toujours avec. Pourquoi ? Certains humains se baladent bien avec de petits couteaux suisses. Pourquoi n'aurai-je pas droit d'avoir une lance sur moi ? Mais, si je l'ai acquérit en le volant, là, c'est une tout autre histoire. Pour le reste, je me méfie de tout le monde. La confiance. Quelque chose que l'on accorde peu ces temps-ci. Je n'aime pas que l'on me marche sur les pieds. Et je préfère le dire haut et fort. De toute façon, qui voudrait avoir confiance en moi ?


My life before come the Apocalypse
MA VIE AVANT QUE TOUT BASCULE...



Vous voulez savoir mon histoire ? Eh bien, elle n'est pas bien compliquée. Je m'appelle MacKayla Lane. Ou Mac, pour les intimes. Même si ce surnom signifie « Du clan de ». Je vivais avec mes parents et ma soeur aînée, en Géorgie. J'étais très proche d'elle. Nous nous entendions à merveille ! Comme vous pouvez le deviner, ceci est faux. Il y avait, bien sûr, quelques disputes. Mais je n'en prends pas gare, car, malgré cela, nous nous réconcilions toujours ensuite. Je l'aimais beaucoup. Comme j'aimais ma famille. J'étais loin de me douter des évènements qui allaient se produire.
Un jour, après que ma soeur déménagea en Angleterre, une lettre me fus parvenue. Je me souviens que j'étais en train de changer ma garde de robe. Mes parents étaient partis en voyage. J'avais insisté auprès de mon père pour qu'il y amène ma mère. Cela ne l'avait pas déplu. Leur amour était intense. On pouvait le sentir. Je me souviens que ma soeur et moi avions horreur de sentir de « trop plein » d'amour. On grimaçait, fuyant la pièce, et riant en nous rejoignant dans nos chambres respectives. Je vivais bien. Ma famille était assez riche. Nous étions nobles. Mais cela m'importait peu. Je ne pensais qu'à m'amuser, qu'à dépenser. Je passais aussi la plupart de mon temps à lire. J'aimais beaucoup cela. Tout comme ma soeur. Alors, lorsque l'on recevions une lettre, nous étions toutes deux excitées. Je l'ouvris sans plus tarder. Le cachet ne me disait rien. Ce n'était pas si grave. Je lus la lettre. Et je cru que le monde autour de moi allait s'effondrer. S'écrouler. J'avais l'impression d'avoir tout perdu. Ma soeur était morte.
J'avais encore beaucoup de mal à y croire. La lettre venait de la police de Londres. Après m'être assise, et avoir fixé la lettre pendant une bonne heure, la relisant en espérant que ce soit un canular, j'ai levé les yeux vers le ciel. Pourquoi elle ? Elle était si innocente. Pourquoi l'avait-on assassiné ? Que lui avait-on voulu ? Qu'avait-elle fait pour se retrouver la ? Elle et moi, nous nous envoyions souvent des lettres de Londres en Géorgie. Elle avait l'air d'aller bien dans son courrier précédent. Depuis lors, j'ai cessé de compter les jours qui passaient. Je ne quittais ma chambre sous aucun prétexte. Je m'étais coupé du monde. Je pleurai ma soeur, nuit et jour. Ma mère, qui était rentrée de voyage et avait appris la nouvelle, m'apportait souvent de quoi me nourrir. Elle avait beaucoup maigrit. Et quand elle venait me nourrir dans ma chambre, je pouvais voir ses yeux rouges, gonflés par les larmes. Elle semblait avoir vieillit. Comme si elle avait pris dix ans en une semaine. C'est d'ailleurs à la fin de celle-ci que je me suis enfin décidée à sortir de mon trou.
J'évitais de regarder la chambre de ma soeur. Je ne voulais pas souffrir plus que cela. Une semaine sans prendre de douche pour une demoiselle, c'est tout bonnement immonde. J'hâta le pas vers la salle de bain, où je pris un bain. Et, après avoir lavé mes cheveux, et m'être habillée, je sortis, rejoignant ma famille dans le salon familial. Personne ne disait quoi que ce soit. Et me voilà ramenée à maintenant. Je reste là, plantée devant la porte :

« Je pars pour Londres, leur annoncé-je, las d'avoir l'impression de voir des loques humaines. »

Ma mère se recroqueville légèrement, et j'ai cru voir mon père tressaillir. On peut déjà sentir que la chaleur a chuté dans la pièce suite à ma décision. Au bout d'un moment, mon ascendant finit par lever la tête vers moi, et, dans un sourire triste, entre ouvre ses lèvres :

« Mais voyons, ma chérie, commence-t-il d'une faible voix. Tu n'as rien à faire aussi loin de chez toi. Que comptes-tu y faire ?
- Je veux retrouver le meurtrier d'Alina,
répondis-je sans réfléchir. »

Ma mère semble se figer. Puis, ses épaules sont comme prises de spasmes. Elle pleure. Je n'ai pas besoin d'en comprendre la cause, c'est moi. Je me retiens de lui prendre les mains, de la serrer contre moi en lui demandant pardon. Il faut que j'y aille. Qu'importe les conséquences. Mon père se lève, et m'amène dans une autre pièce. Il m'observe un moment.

« MacKayla, finit-il par dire. Nous avons déjà perdu notre première fille. Nous ne voudrions pas perdre notre dernière. Reste à nos côtés. Ta mère a besoin de toi pour pouvoir se remettre plus vite. Il faut que l'on reste soudés. »

J'ai cru, au même instant, voir défiler tous les bons moments que j'ai passé avec lui dans ses yeux. J'allais hésiter, mais je me ravisai. Je ne veux pas. Il ne faut pas. Je dois partir. Et, malgré les supplications de mon géniteur, je suis partie. Une valise en main. Je ne comptais pas rester si longtemps que cela. Et puis, je me rends compte en chemin qu'une fois là-bas, je n'aurai ni toit, ni argent. Il me fallait un travail. Mais, une fois sur place, je n'eue pas à chercher longtemps. Une librairie cherchait justement une personne pour l'aider. J'ai même la chambre à l'étage. Un coup de chance, non ? Oui. Et ce coup de chance est le seul que j'aurai pendant mon voyage à Londres. Plus tard, je comprendrai que les journées sont dangereuses en Angleterre. Alors, je n'ose imaginer les nuits. On dit qu'il y a des monstres qui rodent. Mais, est-ce que l'humain n'est-il pas un monstre en lui même ?
J'ai toujours pensé ceci : Les monstres n'existent pas. Depuis que je suis à Londres, j'ai changé d'avis. En essayant de chercher des indices sur la mort de ma soeur, et grâce à l'enquête de la police, j'ai pu en savoir plus. Je me sentais changée depuis la disparition d'Alina. Je n'étais plus moi-même. J'ignorai que, plus tard encore, je ne serai plus du tout la même. Un soir, alors que je cherchais des indices, je fus attaquée par je ne sais trop quoi. Etait-ce humain ? Cela m'avait semblé si rapide. J'avais senti le danger venir. Mac-Glam' me disait de faire attention où je marcher afin d'éviter de me salir avec je ne sais quel liquide au sol. Il pleuvait souvent en Angleterre. Cela me changeait du soleil de la Géorgie. Cela me manquait même. Au moment où j'esquivais une flaque de boue, si je pouvais appeler la chose visqueuse ainsi, la Mac primitive avait éveillé mon côté animal. Tous mes sens en alerte, elle m'hurlait de courir, de fuir sans regarder derrière moi. Sans un mot, j'obéis. J'entendis un bruit sourd derrière moi. Quelqu'un a-t-il fait tomber quelque chose ? Ne te retourne pas ! m'ordonnait-elle. Mais la chose m'avait rattrapée. Cela avait tout d'humain. Une main se resserra sur ma nuque. Je sentais son souffle chaud dans mon cou. J'avais presque l'impression de voir un rictus se dessiner sur ses lèvres. Il me jeta vers l'avant, ma tête cogna le sol. Aïe, me dis-je en mon for intérieur. Il posa son autre main sur ma tête pour me maintenir par terre. La rue était sombre, et vide. Mais je ne voulais pas finir comme ma soeur. Je ne voulais pas mourir. Du moins, pas maintenant. Il était encore trop tôt. Je continuais à me tortiller, à me débattre. Rien n'y fit. Je ne faisais pas le poids comme un être de cet envergure. Je ne pouvais pas voir son visage, mais je savais une chose ; Il était doté d'une force incroyable. J'en jugeais donc qu'il était bien plus costaud que moi. Ou plutôt, que mon père. L'une de mes mains griffait le sol, me cassant quelques ongles. Je commençais à manquer d'air. Mon autre main, quant à elle, essayait d’asséner des coups à mon assaillant. En vain. Elle chercha à taton quelque chose de pointu. Du moins, qui pouvait blesser. En vain. Je me vis donc obligée d'utiliser mes ongles, et, à contre coeur, les lui planta dans sa cuisse. Je cru l'entendre gémir. Il dé-serra la pression qu'il me portait au crâne. Si je m'en sors, j'aurai une atroce migraine, pensais-je. Il ne m'avait pas lâché pour autant. Paniquant, je retire mes ongles, et les plante à plusieurs reprises dans ses bras tout en essayant de me débattre à nouveau. Vu tout le sang que je sentais sur ma main, il avait dû en perdre pas mal sur le coup, pour des coups d'ongles. Et il avait fini par me relâcher. Je m'enfuis oubliant mes cheveux crasseux pour avoir touché le sol, les ongles cassés, mes vêtements déchirés, mon visage salit par ce qui semblait être de la boue.
J'ai regagné la librairie au pas de course. Je me suis rapidement enfermée dans ma chambre. Je ne sais pourquoi, mais je me suis surprise à vouloir changer. Du moins, vouloir est un bien grand mot. Ce n'était pas vraiment une volonté, mais une obligation. Si je ne le faisais pas, que pouvait-il m'arriver ? Une jeune blonde est plus voyante qu'une brune, non ? Il fallait que je me fonde dans la masse. Après un long moment d'hésitation, je finis par me couper les cheveux avec un morceau de miroir brisé. Puis, je me les colore en brun. Un brun sombre, mais plutôt banal. J'eu envie de vomir en me voyant devant le miroir. Ce n'était plus moi du tout. C'était une autre MacKayla. Les cheveux en bataille, les boucles courtes, le visage blessé par le coup de l'individu lorsqu'il m'avait jeté au sol, ma nuque pleine de bleues. Et mes vêtements étaient devenus inutilisables. Je regarde ensuite par la fenêtre. Je ne sais pas ce qu'il se passe dehors, mais je sentais très bien que je n'y étais pas en sécurité. Je fronçais les sourcils, et gagne la fenêtre pour observer ce qui m'entourait.
J'ignorai encore que j'allais autant changer que maintenant. Adieu Mac Glamour !

Signes particuliers à savoir concernant votre personnage.
MacKayla Lane est un personnage tiré d'un live appelé « Fièvre » (mais aussi « Les chroniques de MacKayla Lane ») J'ai essayé d'adapter son histoire en fonction du contexte. Excusez, s'il vous plait, mes erreurs si j'en ai faite.





En dehors du forum
QUI SE CACHE DERRIÈRE L'ÉCRAN ?


Pseudo : Eru.
Age : 17 ans.
Comment avez vous découvert le forum ? Soyez précis
Votre avis sur le forum ? Pas mal.
Votre présence sur le forum ? Je pense pouvoir à peu près tous les jours.
Code du règlement ? validay



_________________


Spoiler:
 



Dernière édition par MacKayla Lane le Lun 22 Avr - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erunekochan.deviantart.com/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: MacKayla Lane. {Terminée.}   Lun 22 Avr - 21:12

Très intéressante inspiration. Juste quelques choses:

De un: ta lance. Nous sommes au XIVème ma chère. Si Rapière et Fleurets sont encore d'actualités pour les nobles, les lances sent l'apanages des gardes royaux. Et il n'est pas vraiment possible d'en trouver une "comme ça". En plus que de le trimbaler comme elle le veut dans Londres. Un coup à se faire prendre par Scotland yard XD

A part cela, ce qui est la SEULE chose qui me dérange vraiment, je complimente ton écriture et t'encourage a vite corriger pour que ta validation soit tout aussi rapide
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 416
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Race/Statut: Noble & Humain.
Âge: 22 ans.
Relations:
MessageSujet: Re: MacKayla Lane. {Terminée.}   Lun 22 Avr - 21:34

Merci, je me corrige de ce pas !

Quant aux compliments, merci beaucoup. Mais je me suis mélangée dans les temps. Haha...

EDIT : Normalement, c'est bon.

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erunekochan.deviantart.com/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: MacKayla Lane. {Terminée.}   Lun 22 Avr - 23:01

parfait
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: MacKayla Lane. {Terminée.}   

Revenir en haut Aller en bas
 

MacKayla Lane. {Terminée.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les chroniques de MacKayla Lane
» Des recherches et une libraire (PV: MacKayla Lane)
» Amant et Maitresse (pv MacKayla Lane)
» Jay Lane (Terminé)
» [Ruelles] Le début d'une quête contre un meurtrier [PV: Grent Geinmiin & MacKayla Lane]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: ¤ Avant RP ¤ :: Présentations :: Présentations Validées-