« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Ven 29 Mar - 6:56

Il était une fois... Une flamme. Une flamme qui flottait légerement dans l'air, un feu illuminant les alentours de sa lumière bleuâtre. Une flamme bleu qui était entouré de sang. Une flamme bleu qui portait le surnom de Phoenix, Chevalier bleu, l'épée et pleins d'autres. Mais un seul nom qualifiait parfaitement cette flamme : Azaroth N'di Tzachaskc Restriel [Mon frère à choisi, alors no comment x)], ou plus humainement : Aaron Knight. C'est le phœnix qui ne doit périr qu'au combat, l'épée des nobles démoniaques. Pour la gloire et le statut de ses maîtres.

***

- Du sang... Depuis combien de temps suis-je ici ?

Le démon l'air hagard, était recouvert de sang. Ses mains enflammés de ses flammes bleutés qui caractérisaient Aaron. Ses vêtements en lambeaux étaient tâchés du sang des perdants. Il remarqua l'amas de cadavre sanguinolent à ses pieds. Il y en avait partout. Même jusqu'à l'horizon. Il s'approcha d'un des morts qui avait un regard angoissé. Le démon prit l'épée planté dans son cœur, quand elle entra en contact avec la paume d'Aaron elle s’enflamma. Il admira la belle couleur des flammes sur son arme avant de la faire disparaître de sa main. Azaroth s'effondra sur le sol, épuisé, fatigué, lessivé d'avoir mené cette bataille jusqu'à la fin. Il pataugeait dans le sang et les morts, mais cela ne le gênait pas. Il ferma les yeux et revit la guerre effroyable qu'il venait d'accomplir :

Aaron qui était aux ordres d'une grande famille de noble réputée pour être sans pitié. Un famille assez haut placé dans la hiérarchie pour se faire de nombreux d'ennemi. En tant que chevalier et épée de la famille depuis plus d'un siècle, Aaron était reconnu que par les membres de cette famille. Aucun servant, garde, personne n'appartenant pas à l'arbre généalogique de cette famille ne connaissait même pas l'existence du démon. Pourquoi ? Pour l'effet de surprise. Aaron étant d'une efficacité surprenante et on n'est jamais à l’abri des espions.

Depuis quelques semaines déjà, des rumeurs circulaient au manoir. Un des fils du Du maître d'Aaron avait disparu soudainement. On croyait à un enlèvement, personne ne s'attendait à ce qu'il soit aller dans le camp adverse. L'ennemi était de force égal. La chance de gagner était aussi forte que celle de perdre. La guerre se préparait. Le traître de la famille était cependant un atout pour l'autre camp. Etant membre de la famille depuis des lustre, il connaissait toute les stratégies, les habitudes, le déroulement des combats, les passages empruntés secrètement lors d'un siège. Et même l'existence d'Aaron qui était la plus grande menace. La guerre éclata un beau jour, la tension était palpable et tout le monde était aux aguets. Et pourtant le premier soldat attaqua sur le front, se qui entraîna le déclenchement d'une bataille sanguinaire. Un bataille où Aaron était aux premiers rangs. On ne pouvait même pas comptait sur le bout des doigts le nombre de fois où il avait été salement touché dans ses points vitaux. Seulement la capacité d'Aaron à rendre son corp enflammé le protéger des attaques. Seulement, la fatigue s'accumulait. C'était mourir ou survivre. Et quand tu survis, tu dois encore aller au combat. Finalement, l'entêtement d'Aaron et le rat le bol de cette guerre, lui donna la victoire. Une guerre qui dura plusieurs finis sans beaucoup de plaisir. Trop de tête était tomber.

***

Aaron les yeux fermer, commença à verser des larmes. Il n'aimait pas cette infime partie de sa vie. Les démons sont des têtus, ils ne lâchent jamais même si leurs vies sont en jeu. Tout pour la gloire et la reconnaissance. Il les paupières doucement et découvrit le ciel étoilé de la Terre. Il se leva et se frotta les yeux. Il était sur le toit du Big ben, un des bâtiments en hauteur que le démon préférait. Il releva son torse et affronta le vent fort en face. Il faisait nuit noir, il devait être tard. Il se leva, s'accrochant au pic de la tour et observa les alentours. Londres était une ville magnifique. Il fit un saut dans le vide. Il écarta ses jambes et bras, profitant de l'agréable vent qui s'offrait à lui. Il ne voulait rien faire, la vie était belle. C'était avant qu'il ne remarque qu'il allait droit vers une femme.

- MADAMMMME ! ATTENTION !

Le démon voyait le sol s'approchait à grande vitesse et aussi la mort de cette femme. Il ne pouvait l'esquiver. Il était puissant sur la terre ferme pas dans les airs. Il n'avait pas le temps de se faire des ailes de feux, il n'avait le temps de rien faire. Alors qu'il s'approchait de plus en plus, il agit à l'instinct. Il enveloppa la femme dans ses bras et prit l'impact en se retournant juste en un instant. Le choc aurait put tuer n'importe qui. Même Aaron eut affreusement mal au dos. Il ne put s'empêcher de lâcher un "Aïe." plutôt modeste. Il soupira, observant la femme qu'il avait faillit tuer. C'était moins une...  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Mar 16 Avr - 14:39




Que faisais-je en plein Londres, plus précisément en bas de la grande horloge Big Ben, à une heure pareille ? Et bien, je me promenais voilà tout. Mon maître, le comte Ezequiel, m'avait offert un jour de congé et j'en avais donc profité pour aller vagabonder dans notre belle capitale d'Angleterre. En premier lieu j'étais allée rendre visite à mes amis que j'avais été contrainte d'abandonner au profit de mon maître. Toutefois, après avoir passé mon après-midi avec mes deux meilleurs amis, que j'ai dû hélas quitter, je remarquais qu'il me restait un peu de temps avant de pouvoir rentrer au manoir et c'est ainsi que je m'étais donc mise à me promener dans le dédale que sont les rues de Londres et que je m'étais retrouvée devant Big Ben.
Je passais donc près de l'énorme horloge et je décidais de m'arrêter un peu pour l'observer, levant donc les yeux vers le ciel. Malgré l'obscurité, il était tout de même possible d'admirer la tour. Ce n'était pas pour la splendeur de cette dernière que j'avais levé les yeux, mais parce que je venais d'entendre un cri qui semblait venir d'au-dessus de moi. Une voix d'homme venait de me crier le message suivant:

MADAMMMME ! ATTENTION !

Mon cœur faillit arrêter de battre. Un homme tombait en chute libre droit sur moi ! La première chose à laquelle j'ai pensé c'est "Super, un type joue les suicidaires, je me trouve exactement en dessous et il est, bien sûr, trop tard pour l'esquiver ! Quelles magnifique mort !" ... Bon d'accord en vrai je n'ai pas du tout pensé à ça... En réalité je flippais vraiment quand je vis l'homme se rapprochait de plus en plus près de moi. Si je n'avais pas été bloqué j'aurais pu me décaler quand il m'avait prévenu, mais la peur et la surprise m'avait cloué sur place. En effet, je fus d'abord surprise car, ce n'est pas tous les jours que vous voyez quelqu'un souhaitant se suicider foncer vers vous et qui vous crie dessus pour vous prévenir de sa présence, même si cela avait été très gentil de sa part, ensuite j'ai été envahit par la peur puisque c'est quand même assez surprenant de se dire que quelqu'un va bientôt s'écraser et que vous êtes juste en dessous... D'ailleurs c'est à ce moment, où j'ai cru que j'étais foutue, que je me suis rappelé tous les moments importants de ma vie. Aussi bien les bons moments, que les mauvais... Peut être est-ce que l'on ressent réellement quand on dit "voir sa vie défiler devant ses yeux" ? Enfin, toujours est-il que je me rappelais donc de ces moments agréables que j'ai vécus avec ma famille et mes amis comme par exemple toutes les fois où mon père et mon oncle m'avaient rassurée alors que j'avais peur dans l'obscure pièce qui m'avait servi de chambre. Je me souvenais également des moments avec mon père qui venait dans ma chambre pour me raconter une histoire afin de m'aider à m'endormir, ça me manquait tellement de ne plus pouvoir l'entendre ni le sentir m'embrasser sur le front pour me souhaiter une bonne nuit... Je me remémorais ma première rencontre avec ses amis, Peter et Addyson. Qu'est-ce que j'ai pu m'amuser avec ces deux-là dans mon enfance... Je me rappelais de toutes nos bêtises et autres moments amusants passés en leur compagnie. Mais comme je l'ai dit je me suis également souvenue des mauvais moments de ma vie, de toutes ces fois où les autres enfants se sont moqués de moi, car j'étais trop timide pour oser m'approcher d'eux pour leur parler ou jouer et puis il y avait également ce jour... Le fameux jour où ma vie fut changée du tout au tout, excusez -moi vous ne devez pas savoir de quel jour je parle. En fait, je fais référence au jour où en rentrant un après-midi je découvris ma maison aux proies aux flammes. J'avais assisté impuissante à la réduction en cendre de ma demeure et de tout ce qui était cher à mes yeux. Après avoir inspecté les lieux, les enquêteurs en avaient conclu que ce n'était qu'un accident causé par une lampe à l'huile qui était sûrement tombée alors qu'elle était allumée mettant ainsi le feu à toute la maison et seul le corps carbonisé de mon père avait été retrouvé.
Enfin, revenons au moment présent, c'est-à-dire moi en train de fixer du regard l'homme qui se rapprocher à une vitesse hallucinante du sol et donc de moi. Encore quelques instants et nous serons tous les deux écrasés comme des crêpes sur le sol. Quelle mort fabuleuse... J'imaginais en gros titre dans le journal "Une jeune demoiselle écrasée par un homme au pied de Big Ben", quelle tragédie.

Il était proche maintenant et ma mort aussi, par réflexe je fermais les yeux, détournant la tête tout en me préparant à l'impact. Je ne compris pas exactement ce qu'il se passa, je sentis une étreinte et une force qui me retourna à l'opposé du sol. Je ressentis bien un choc, mais ce n'était pas celui de mon corps heurtant le sol, quelque chose venait d'amortir le choc. Je tremblais sous le choc émotionnel, étais-je morte? Je n'osais pas rouvrir les yeux. Finalement après une lutte entre ma peur et ma curiosité et après avoir entendu un soupire je me décidais à ouvrir les yeux. Je fus un peu perdue au départ, je n'étais plus debout et j'étais allongée sur un homme... Attendez, sur un homme?! Instantanément mes joues prirent une teinte rouge, je fixais du regard l'homme qui me regardais également, ce qui ne m'aida pas à arrêter de rougir au contraire j'étais encore plus rouge.

Je finis par m'évanouir fatiguée par toutes ces émotions fortes que j'ai ressentit dans ces quelques minutes.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Lun 22 Avr - 11:51

Il se demandait ce qu'il devait faire... Se relever ? Cette gourdasse qui était sur son chemin semblait s'être évanouie. C'est vrai que c'est étrange qu'un mec saute du Bug Ben, mais au point de s'évanouir ? Voilà pourquoi les anglaises lui tapait sur le système. Elles avaient un caractère plutôt expressif... Et cette façon de s'éventailler pour retrouver son souffle. Si elles veulent respirer, qu'elles arrêtent de porter un corset ! Celle qui était allonger sur son torse semblait avoir mal supporter le fait qu'elle a failli mourir. Aaron grogna, mécontent de la situation actuelle. Il était bloqué, il ne savait pas quoi faire. Si seulement elle n'était pas venu dans son chemin... Que venait-elle faire dehors à cet heure !? C'est insensé. Il se releva le buste, prenant soin de ne pas faire tomber la damoiselle. Il se plaça dans une bonne position, tenant entre ses bras la blonde évanouie. Que devait-il faire ? La laisser par terre ? Attendre son réveil ? La ramener chez elle ? Aaron soudain, prit un coup de vieux. Quel plaie... Il se passa une main dans les cheveux en soupirant. Il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire. C'était la première fois qu'il sautait de Big Ben et qu'il y avait quelqu'un en bas. Il tourna la tête pour regarder l'impact qu'il avait fait. Il y avait des fissures sur le sol pavé, un bosse s'était formé, laissant une trace du passage du démon. Il fit craquer ses os pour les remettre correctement à leur place.

Il baissa les yeux sur le visage de la femme endormi dans ses bras. Elle était plutôt bien foutu. Il n'avait vu qu'un instant ces beaux yeux azurs... Quel belle couleur. Aaron adorait le bleu. Il tapota sur ses joues pour essayer de la ranimer. Espérant qu'elle n'était pas morte. Mais au vu de sa respiration faible et du mouvement de sa cage thoracique, elle semblait tout à fait vivante. Il soupira attendant patiemment qu'elle se réveille. Devait-il l'asperger d'eau ? Il regarda autour, heureusement il n'y avait personne... Il devait juste attendre. Attendre que la femme qui lui encombrait le torse et les bras se réveille. C'était pas gagné... Il soupira une nouvelle fois. Il ouvrit grand les yeux. Mais quand elle se réveillera, qu'est-ce qu'il dira ? "Oui j'ai sauté du Big ben et je suis vivant. Fascinant n'est-ce-pas ? Toujours en morceau. Ah ! Ah ! Ah !" ? Ne serait-il pas mieux de la laisser toute seule sur le sol ? Comme ça, à son réveil elle pensera qu'elle aura rêver... Problème, le trou immense sur le sol. Et la non présence de sang. Que devait-il faire ? Il fallait trouver une solution rapidement. Il se leva avec la femme dans ses bras. Il la portait comme une princesse, bien qu'il ne la considérait pas du tout comme ça. Tout d'abords, il devait trouver une mise en scène, l'explication de pourquoi elle avait divaguer... Et pourquoi ne pas la laisser tout simplement émettre des hypothèses folles et impossibles ? Trop risqué. Il devait s'assurer qu'elle soit loin de la vérité. Comment allait-il s'y prendre ?

Il s'éloigna de la tour pour ne pas qu'elle remarque l'énorme trou. Il la posa sur le banc d'un parc un peu plus loin. Ici, il était en sécurité, et cacher par les arbres. S'il fallait mettre fin à ses jours discrètement. En plus la ville était déserte à cette heure-ci. Il soupira en attendant son réveil. Il avait plusieurs scénario en tête qu'il gardait pour justifier le fait qu'elle soit atteinte d'hallucination. Il n'avait plus qu'à patienter. Ce qui n'était pas son fort. Il ferma les yeux et se délecta du vent doux en cette nuit frisquette. Il ouvrit les yeux et observa l'inconnue allongée. En parlant de froid... Elle devait être congelé. Il toucha son visage qui semblait bien pâle. Après un constat, le démon déduisit qu'elle était morte de froid. Il retira sa veste, tel un gentleman et la couvrit avec gentillesse. C'était presque trop gentil vu qu'elle lui avait pourrit son saut...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Sam 4 Mai - 23:40



Je tombais. Où ? Je ne savais pas. Comment en étais-je arrivée là ? Je l'ignorais. Quand allais-je atteindre le sol? Là aussi je ne pourrais pas vous répondre. Tout ce que je savais c'est que j'étais en chute libre, dans un trou profond et seul les ténèbres m'entouraient. Soudain il y eut un changement de décor. Je ne tombais plus. J'étais en bas de Big Ben, les yeux levés vers son sommet. Puis une silhouette floue apparue dans les airs et fonçait vers moi. J'essayais de m'écarter pour l'esquiver, mais mes pieds étaient comme collés au sol et refusaient de bouger d'un millimètre. La silhouette se rapprochait à grande vitesse, le choc était inévitable. L'objet arriva droit sur moi et ce fut le noir. Du moins le temps que ma vision s'adapte à l'obscurité. En effet, je venais de me rendre compte que tout cela n'avait été qu'un rêve et que je n'étais ni en train de tomber, ni sur le point d'être écrasée, je venais tout simplement et tout bêtement de rêver. Un rêve qui venait sûrement de me faire avoir un léger sursaut lors de mon réveil. Quelle honte je venais d'avoir peur d'un simple rêve, bien qu'il semblait étrangement réaliste.

Je fermais à nouveau les yeux, on aurait pu croire que je continuais ma nuit d'ailleurs, mais je faisais cela pour me calmer ainsi que les battements de mon coeur qui s'étaient accélérés, essayant par la même occasion de m'éclaircir les idées. Déjà, d'après ce que j'avais pu voir, malgré l'obscurité, j'étais dans un parc d'où le fait que je me sentais glacée jusqu'aux os. Ensuite, je sentais que je me trouvais sur un banc ou tout du moins quelque chose y ressemblant, l'endroit où j'étais installé n'étant pas très confortable comme l'aurait été un lit ou un divan. Je sentais également quelque chose qui me couvrait, sûrement de façon à me protéger ne serait-ce qu'un peu du froid. C'est après ces constats que les premières questions commencèrent à germer dans mon esprit, pour commencer : comment étais-je arrivé au parc alors que je n'avais pas le moindre souvenir d'y être allé ? Pourquoi m'étais-je endormit sur un banc, alors que jamais je n'aurais fait une telle chose et surtout pas en soirée ? Pourquoi avais-je sur moi comme couverture une veste, du moins j'avais supposé que le tissu qui me protégeait du froid l'était, alors que je n'avais pris aucune veste avec moi ? J'essayais dès lors de me rappeler ce qui c'était passé avant que je ne sombre dans l'inconscience, mais c'était le noir complet. Soit j'avais vraiment une mémoire de poisson rouge, chose qui n'étais pas impossible, soit j'ai subi un grand choc émotionnel... Finissant par désespérer de trouver les réponses à mes questions, je rouvris les yeux tout en me redressant de ma position assise tenant d'une main la veste pour éviter qu'elle ne tombe et de mon autre main je me massai un peu le cou, ma tête étant précédemment dans une position qui me fit avoir une légère douleur. Soudain, quand je voulus m'étirer un peu, je remarquais enfin la présence à côté de moi. Présence qui me fit avoir un mouvement de recule qui me fit perdre l'équilibre et me fit tomber en arrière, n'arrivant pas à me rattraper sur le bord du banc je me retrouvais assise par terre. Entre mes mains se trouvait la veste de l'homme, car oui la personne à côté de moi était un homme pour mon plus grand malheur, je restais la quelques instants, le fixant de mes yeux bleus azurs et je sentis mes joues devenir rouge petit à petit même si je finis par réagir et je me levai en vitesse lui tendant son habit.

-Je... C'est votre veste? Ho non, j'ai dû la salir en tombant! Je suis vraiment désolée!

La gène me faisait perdre tous mes moyens, comme d'habitude. L'homme avait les yeux bleus, comme moi, et il était habillé de vêtement de domestique... Non, pardon, de majordome, ce qui signifiait que l'inconnu avait lui aussi un maître ou une maîtresse. De toute façon cela ne changeait en rien ma gène et je fixais toujours l'inconnu attendant patiemment qu'il daigne reprendre sa veste afin que je puisse vite m'enfuir d'ici, bien que je savais qu'il me faudrai avant essayait de réparer la casse avec sa veste.

-Si jamais je peux faire quelque chose pour réparer ma faute...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Sam 25 Mai - 10:29

Il bailla par humanité. Il n'avait pas sommeil. Mais il aimait se prendre pour un humain. Il n'avait pas de tics nerveux, l'envie irrépressible de balancer ses jambes, ou de se manger la peau de ses doigts. Il pouvait rester figé des heures sans problème, dans une tempête de neiges s'il le voulait. Il n'avait pas le besoin de bouger. Mais, se pour jouer son rôle à la perfection, il prenait l'habitude de cligner des yeux, se gratter le cou de temps en temps, bouger quand il "s’ennuie'. Toute ses choses qu'il faisait à l'instant, même s'il n'y avait personne à impressionner. C'était presque ennuyant de devoir jouer un rôle. Blasé, il attendait. Mais quoi ? Que cet petite idiote se réveille ? Vérifier qu'elle ne se rappelle de rien ? Pourquoi ne pas la tuer de suite. Il baissa les yeux vers le soucis de la soirée. Pourquoi ne pas la tuer ? Il fronça les sourcils et s'approcha. Elle était plutôt mignonne... Voir, très belle. Il leva une mèche blonde de devant ses yeux et la mit derrière son oreille. Assurément mignonne ~ Il la croquerait bien. Il soupira. Qu'est-ce qu'il disait ? Quel genre de pensée il avait eu ? Bouarf. Toute façon, il devrait sans doute la tuer. S'il devait le faire... Pourquoi ne pas en profiter ? C'est vrai qu'avec Éléonore, il n'avait pas eut le temps de batifoler. Et c'est toujours amusant de découvrir le caractère de femmes et d'hommes aux lits. Déjà qu'il avait oublié de goûter cette femme dans l'église... Quel dommage. Il avait été négligent.

Après un temps qui semblait trop long pour Aaron, il sentait son rythme cardiaque s’accélérait. Lui qui s'était installé par terre en attendant sur la pelouse verte et bien entretenu de ce grand parc au pied du Big ben. Il se releva et s'approcha. Elle était entrain de s'étirer et quand elle remarqua sa présence... Elle se vautra par terre. Aaron ne put s'en empêcher, il sourit. Cette fille semblait être un aimant à problème.

« - Je... C'est votre veste ? Ho non, j'ai dû la salir en tombant ! Je suis vraiment désolée ! Si jamais je peux faire quelque chose pour réparer ma faute... »

Il hausse un sourcil et fixa ses grand yeux bleu. Il mit un temps avant de réagir. Elle ne se souvenait apparemment pas de ce qui lui était arrivé. Tant mieux. Il afficha son sourire commercial et s'approcha. Aaron fut le plus délicat possible, il lui prit les bras et la releva doucement avec un sourire qui se voulait compatissant. Il lui épousseta le haut patiemment avant de se reculer et d'hocher la tête. Elle était présentable maintenant. Il devait maintenant lui faire croire qu'elle n'était pas au bas du Big ben pendant qu'il tombait en sa direction.

« - Ne vous en faites pas pour la veste. Elle se lave. Mais je m’inquiéterais plutôt pour vous. Vous vous êtes évanouie... Vous êtes surmenez ? Vous vous sentez faible ? Laissez moi vous raccompagnez chez vous au moins. Je m'en voudrais que vous perdiez conscience à nouveau. »

Il espérait qu'elle n'habitait pas très loin. Elle devait être la fille d'un marchand du coin. Enfin il l'espérait. Il gardait son sourire serein et parfaitement maîtrisé. Il devait aussi vérifier que son trou de mémoire reste un trou. Qu'elle pense au pire que ce soit un rêve. Le subconscient est parfois bien trompeur. S'il elle se souvenait de quelque chose, il la tuerait dans une rue discrète et ferais passer ça pour un meurtre vol mal fini. C'était plausible, les pauvres de Londres étaient près à tout pour se nourrir et nourrir sa famille.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Ven 31 Mai - 22:20



Pourquoi cet homme se trouvait là devant moi ? D'autant plus que vue sa position il semblait être là depuis un certain temps, peut être même qu'il avait veillé sur moi pendant mon sommeil ? Hum... Il y eut un mot qui me vint à l'esprit suite à cette reflexion : PERVERS ! Ahum, désolée, mais il fallait avouer qu'un homme qui restait là à côté de vous alors que vous dormiez c'est louche. Certes il était vrai qu'il ne semblait pas m'avoir touchée et si ça aurait été le cas il m'aurait probablement abandonnée ou pire, tuée. Toutefois, cela n'était pas le cas et il se tenait devant moi, sur l'herbe fraîche et bien entretenue du parc et dont mon humble postérieur avait pu faire la rencontre. Ce qui avait fait sourire l'inconnu d'ailleurs, et je trouvais cela méchant de se moquer d'une pauvre fille qui se réveille et découvre qu'il y a un pervers qui l'observait durant son sommeil! De plus il commençait à me faire stresser à rester ainsi à me regarder sans bouger de sa position.
Après un certain temps il se décida finalement à se lever et s'approcha de moi en arborant un sourire qui, je vous l'avouerais, me semblait des plus douteux et qui cachait quelque chose. Toutefois je décidais de lui laisser le bénéfice du doute et le laissa s'approcher de moi et poser ses mains sur mes habits pour les épousseter avant de s'éloigna un peu, toujours en souriant. Maintenant que je pouvais le voir de plus près il était plutôt beau gosse, son visage avait des traits assez fins et je trouvais un certain charme à son nez (fétichiste du nez un jour, fétichiste du nez toujours ~) qui était ni trop gros ni trop petit, . Son sourire non plus ne me laissait pas indifférente, bien que je le trouvais louche mais peut être était-ce juste une impression après tout je me méfie toujours des personnes que je ne connais pas, toutefois, ce qui continuait de me marquer chez lui c'était ses beaux yeux bleus. Après un temps l'homme finit par m'adresser la parole:

« - Ne vous en faites pas pour la veste. Elle se lave. Mais je m'inquiéterais plutôt pour vous. Vous vous êtes évanouie... Vous êtes surmenez ? Vous vous sentez faible ? Laissez moi vous raccompagnez chez vous au moins. Je m'en voudrais que vous perdiez conscience à nouveau. »

Je m'étais donc bel et bien évanouie, mais les véritables questions étaient : Où? Comment? et Quand?Bon, déjà, j'étais presque sûre de ne pas être venue dans ce parc mais que je me baladais en ville, mais où exactement je ne sais plus. Ce qui me frustrait autant que de savoir qu'un homme avait tout de même eu la bonté de s'occuper de moi pendant que j'étais inconsciente au lieu d'avoir essayé de profiter de moi, bien que ma méfiance naturelle me disait que cela était louche et que je ferais mieux de m'enfuir, chose que m'empêchait de faire mon côté polie, tout du moins pour ce qu'il s'agissait de s'enfuir comme une voleuse. En revanche, rien ne m'empêchais d'essayer de trouver une excuse pour m'en aller.

- Evanouie vous dites? Je vois... Pour cela m'intrigue car je ne me rappelle pas être venue dans ce parc, mais quoi qu'il en soit je vous remercie d'avoir veillé sur moi et je suis désolée de vous avoir ainsi inquiété, soudain, j'entendis Big Ben sonner au loin et je me tournais directement vers l'horloge et je sursautais en voyant l'heure tardive et je me retournais en vitesse vers mon interlocuteur, je suis désolée mais je dois rentrer, ne vous inquiétez pas pour moi ça ira maintenant, encore merci et au revoir!

Après avoir fait une rapide révérence à l'inconnu et avoir posé sa veste sur le banc où j'étais endormie il y a quelques instants, avant de me retourner et de partir en courant dans la direction de Big Ben, ainsi que dans la même direction où se trouvait la maison de mes amis, après tout il était trop tard pour rentrer au manoir maintenant.

Je m'enfonçais donc dans les ténèbres du parc, me dirigeant vers la sortie de ce dernier qui n'était pas loin du Big Ben. Malgré qu'il faisait un peu sombre j'arrivais à esquiver les arbres qui pouvait se trouver sur mon chemin et après quelques mètres je sortais enfin et me diriger vers Big Ben. Alors que je m'approchais du pied de l'horloge je me stoppai net en voyant un trou dans le béton. Soudain, j'eus une sorte de flashback et je me rappelais qu'à la base j'étais au pied de Big Ben et que j'allais bientôt mourir car quelqu'un s'était jeté du haut de la tour. Mais pourquoi étais-je toujours en vie? Et si l'homme qui était au parc était le même qui avait sauté...?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Dim 2 Juin - 16:18


« - Évanouie vous dites? Je vois... Pour cela m'intrigue car je ne me rappelle pas être venue dans ce parc, mais quoi qu'il en soit je vous remercie d'avoir veillé sur moi et je suis désolée de vous avoir ainsi inquiété. Je suis désolée mais je dois rentrer, ne vous inquiétez pas pour moi ça ira maintenant, encore merci et au revoir ! »

Il la regarda s'en aller septique. Elle semblait être méfiante. C'était mauvais. Son sourire n'aurait pas marcher ? Une fille qui résiste... Elle doit être morte de trouille et surtout son évanouissement devait la perturber. Cela ne l'arrangeait pas. Surtout qu'elle allait en direction de Big ben, là où il y avait cette énorme trou qu'il avait créer à son atterrissage un peu serré. Cette fille était vraiment un problème. Il allait devoir la tuer si elle continuait sa route. Tuer. Encore tuer. Pour toujours ce fardeau... Il avait l'habitude... Mais c'était lassant. Il soupira et regarda sa silhouette s’avançait vers la sortie. Il se baissa pour reprendre sa veste qu'il posa sur ses épaules. Il enfila les manches tranquillement. Il connaissait le dénouement. Cette fille était un obstacle à sa couverture vu qu'elle l'avait vu sauter du Big ben et il était toujours vivant. Quel humain survivrait à cette chute ? Il devait tuer cette fille qui allait se douter qu'il n'était pas normalement constitué. Ou... Il pouvait jouer. Un jeu, tout à fait innocent. Si cette femme était assez naïve pour le croire. Il eut un sourire amusé. Pourquoi pas ? Il avait déjà pas mal assouvie sa soif de sang, et puis quand le jeu serait fini, il n'aurait plus qu'à la jeter du Big ben pour bien faire. Quel idée amusante. Il marcha en sa direction, prêt à jouer un rôle, pour son plus grand plaisir

Il la rattrapa bien vite, lui prit le bras un peu rapidement, pour la retourner. L'obligeant ainsi à le regarder dans les yeux. Il avait prit un air désespérer, il avait les larmes aux yeux et ne la lâchait pas. Il avait pour but d'attirer sa pitié. Il voulait qu'elle croit qu'il n'était qu'une pauvre victime. Il serra son bras sans trop forcer et baissa les yeux. Il laissa volontairement un vide pour mettre un malaise entre eux. Il se sentait comme un acteur qui jouait dans une pièce. Il n'avait aucun mal à jouer cette comédie. Et puis peut-être que cette comédie aura un effet bénéfique plus tard. Il releva les yeux l'air déterminé et lui parla :

« - Vous... Vous vous souvenez de tout n'est-ce pas ? S'il vous plaît... Ne le dites à personne... Je... Je... J'ai quelques problèmes... Et je sais que ça peut vous paraître fou... Mais si vous parlez ils me retrouveront... J'espérais réussir à mettre fin à mes jours... Mais... Mais je ne voulais pas... Vous étiez en bas... Et... Et... Je ne voulais pas vous emmenez aussi... Je ne peux pas vous laissez partir en sachant que vous connaissez mon secret... Je suis désolé... C'est une question de vie ou de mort... »

Il lui prit la main, et l'emmena doucement dans le parc vers le banc où il l'avait posé plus tôt. Tout marchait pour l'instant. Il avait l'air pathétique et perdu. Complètement dépassé. Le coup du "je voulais mettre fin à mes jours mais pas au votre" était très bien pour le faire passer pour quelqu'un de confiance. Il s’essaya, la tirant pour l'obliger à s’asseoir aussi. Il devait se faire passer pour quelqu'un qui devait se confier. Et comme elle connaissait "son secret", il devait lui semblait normal qu'il se confie à elle non ?

« - J'étais... Avant quand j'étais enfant... J'ai participé à une expérience qui s’appelait "Mission Émeraude", je n'étais qu'un petit enfant... Mais ils ont commençaient à faire des... Piqûres, des examens, des opérations... Je n'étais pas le seul.. Il devait y avoir... 3 ou 4 personnes. Vous devez me prendre pour un fou... Mais j'étais dans une cage, j'étais un phénomène de foire, une expérience... Je n'aimais pas ça... C'était horrible. J'ai très mal vécu et un jour j'ai réussit à m'échapper. Je me suis mit à travailler par mes propres moyens et je me suis caché. Mais j'en ai marre... Je veux mourir... Cette vie est insupportable... Ils me cherchent encore... J'ai une résistance hors norme... J’espérais en finir...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Mer 5 Juin - 18:34




Je n'en croyais pas mes yeux, ce que je croyais n'être qu'un rêve était en fait la réalité. Tout me revint d'un seul coup, je marchais dans les rues de Londres cherchant une voiture pour rentrer au manoir et alors que je passais aux pieds de Big Ben j'entendis quelqu'un me hurler dessus afin de me prévenir d'un danger proche. Ce danger n'était autre qu'un fou qui avait voulu se suicider, du moins c'est ce que j'avais cru au début, et il fonçait vers moi sur le moment j'avais réellement cru que j'allais mourir. Pourtant, j'étais là, vivante et en pleine forme, bien qu'un peu désorientée, et puis admettons que par réflexe de survis j'ai réussi à esquiver au tout dernier moment sans m'en rendre compte, pourquoi n'y avait-il aucune trace de sang, ni même de cadavre, mais juste un trou? Je veux bien que la Scotland Yard soit rapide mais il ne faut pas abuser non plus! Et puis, l'homme, dans le parc, il était louche tout de même et si... Alors que j'étais en pleine déduction je sentis quelqu'un m'agripper au bras, ce qui me fit sursauter, avant de d'être retournée brutalement, de telle sorte que je ne voyais plus le trou. C'était lui, l'homme du parc, je le regardais dans les yeux. Il versait des larmes, il semblait complètement désespéré, j'essayais au début de m'éloigner un peu de lui mais il me tenait trop fermement les bras pour que je puisse m'échapper. Je me contentais donc de le fixer avec un regard apeuré, maintenant que je savais qu'il n'était pas un humain normal qu'allait-il faire de moi? Me tuer? Ou pire me torturer et s'amuser avec moi avant de me tuer! Je sentais tous les membres de mon corps trembler, j'avais réellement peur et le silence qui s'était posé entre nous deux ne m'aidait pas à me rassurer, je mordais la lèvre tout en m'insultant intérieurement d'imbécile de ne pas avoir fuit tant que je le pouvais encore. Finalement, l'homme me regarda avec un air déterminé avant de s'adresser à moi:

« - Vous... Vous vous souvenez de tout n'est-ce pas ? S'il vous plaît... Ne le dites à personne... Je... Je... J'ai quelques problèmes... Et je sais que ça peut vous paraître fou... Mais si vous parlez ils me retrouveront... J'espérais réussir à mettre fin à mes jours... Mais... Mais je ne voulais pas... Vous étiez en bas... Et... Et... Je ne voulais pas vous emmenez aussi... Je ne peux pas vous laissez partir en sachant que vous connaissez mon secret... Je suis désolé... C'est une question de vie ou de mort... »

-Heu, pardon...?

Tels étaient les seuls mots que j'avais réussi à prononcer, non seulement parce que je ne savais pas quoi dire, mais également à cause du choc, après tout, ce n'était pas tous les jours qu'un inconnu vous fais un pareil discours. Il me prit délicatement la main et me ramena au parc duquel je venais de sortir et me fis m'assoir sur le banc où je m'étais réveillée. Il semblait complètement perdu et désorienté, je ne sais pas ce qui lui était arrivé, mais cela semblait être grave. Silencieuse, je l'écoutais attentivement me raconter son récit.

« - J'étais... Avant quand j'étais enfant... J'ai participé à une expérience qui s’appelait "Mission Émeraude", je n'étais qu'un petit enfant... Mais ils ont commençaient à faire des... Piqûres, des examens, des opérations... Je n'étais pas le seul.. Il devait y avoir... 3 ou 4 personnes. Vous devez me prendre pour un fou... Mais j'étais dans une cage, j'étais un phénomène de foire, une expérience... Je n'aimais pas ça... C'était horrible. J'ai très mal vécu et un jour j'ai réussit à m'échapper. Je me suis mit à travailler par mes propres moyens et je me suis caché. Mais j'en ai marre... Je veux mourir... Cette vie est insupportable... Ils me cherchent encore... J'ai une résistance hors norme... J’espérais en finir...»

Sujet d'expérience ? Le pauvre, quelle atrocité avait-il dû subir durant son enfance? Personne ne devrait avoir à subir une telle chose. Je mis la main sur la sienne, la caressant pour essayer de le rassurer un peu, et le regardais avec un regard compatissant tout en lui souriant chaleureusement, il ne semblait pas méchant finalement, peut être l'avais-je jugé trop vite et que j'avais été trop méfiante. Je devrais être plus sociable, car il avait dû avoir beaucoup de mal à m'avouer ceci. Toujours en le regardant et en lui souriant, je lui répondis:

-Ne vous inquiétez pas, je vous promets de ne rien dire. Je ne sais pas qui vous cherche exactement, mais je peux vous assurer qu'ils n'auront rien de moi! Au fait avez-vous un endroit où passer la nuit? Je lui pris son autre main et je me levais tout en le tirant avec moi pour qu'il en fasse même, sinon, je peux vous proposer de venir avec moi et vous logez pour cette nuit! Et je pourrais même vous faire un petit-déjeuner demain matin!

Je continuais de le fixer avec mon sourire chaleureux et sincère. J'attendais patiemment sa réponse, espérant intérieurement qu'il dirait "oui". Je le trouvais drôlement mignon, quand même.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   Sam 21 Juin - 11:19


« - Ne vous inquiétez pas, je vous promets de ne rien dire. Je ne sais pas qui vous cherche exactement, mais je peux vous assurer qu'ils n'auront rien de moi! Au fait avez-vous un endroit où passer la nuit ? Sinon, je peux vous proposer de venir avec moi et vous logez pour cette nuit! Et je pourrais même vous faire un petit-déjeuner demain matin ! »

Aaron ne pouvait s'empêcher de sourire intérieurement. Il gardait sa mine déconfite, bien que ses yeux étaient plus rieur que triste. Il savait que certains humains étaient fait pour être aimant et protecteur. Cette fille semblait de cette catégorie. En général, la plupart des gens serait horrifié ou dégoûté de savoir qu'il peut tomber du big ben sans la moindre égratignure. La race humaine a toujours eut le don de renier certaines évidences. Pour eux, ils n'existent pas plus fort que leur race. Pour eux, l'être humain est le moins ignorant. Finalement ils restent de simple animaux face à la connaissance de certains anges ou démons. Aussi, la peur est une chose très humaine. Peur de mourir... Peur du changement... Peur de savoir... On pourrait croire qu'un démon est un être abject sans scrupule et cruel. Mais... Les démons ne descendent-il pas des humains ?

Le démon sentait la main de la femme sur la sienne. Il se sentit bizarrement gêné. Il retira sans faire exprès sa main. Surpris de sa réaction, il serra sa paume de son autre main, perdu dans ses pensées. Il se figea sans vraiment penser à se comporter comme n'importe quel humain. Il ne savait pas où elle habitait, et il fallait qu'il la tue dans un endroit discret. C'était un risque à prendre. Il espérait qu'elle habite dans un quartier désert. Où alors il la laissait là. Après tout elle semblait croire son histoire à dormir debout. Quel enfant naïve. Ce genre de personnes existent encore ? Ou alors, son jeu d'acteur est digne de Shakespeare. Il savait changer de visage, mais les mots qu'ils avaient utilisés étaient tellement incohérents. Des expérience qui procure une grande résistance ? Les humains sont tordus mais d'aller jusqu'à se tester entre eux. C'était absurde. ( NA : Ironique car Finny est une expérience des humains x) ) Il se rendait compte que cette mascarade était inutile. Autant en finir tout de suite. Il n'y avait personne au parc après tout... Non ? Il était désert et la nuit était trop bien avancé pour que l'envie d'une balade nocturne prenne quelqu'un. Il se leva, fixant la blonde et soupira. Il fit tomber son masque. Il n'était vraiment pas fait pour jouer la comédie. Et l'idée de la déchiqueter lui titillait le cortex cérébral. Pourquoi se casser la tête ? Il était las de tous. La vie était devenu sans saveur, ennuyeuse, répétitive. Même sa "maîtresse" Eléonore, la femme la plus intéressante et cupide qu'il n'avait jamais vu. La femme la plus sûre d'elle, même quand elle frôle la mort. La femme la plus arrogante. Elle n'est pas faite pour être une humaine... C'est ça qu'il aimait chez elle. Cette faiblesse corporel qu'on lui avait affublée par obligation. Elle a presque l'esprit d'un Démon sans en être pourtant. Et elle n'en deviendra jamais, puisque Aaron allait se procurer son âme à la fin du contrat. Tel était la vie. Il savait que si elle devenait l'un des leurs, elle serait encore plus redoutable et cette pensée était effrayante. Un soupir traversa ses lèvres.

Maintenant, il s'ennuyait. Rien n'était pire que l'ennui. Il adorerait trouver quelque chose à faire. Il détestait l'ennui. Il regarda la jeune inconnue. Il prit une grande inspiration. Il tiqua. Il s'approcha très rapidement et se mit à le regarder de très près. Il y avait quelque chose... De familier... Une très infime odeur... Il recula instantanément. C'était impossible ! Il regarda horrifié la blonde. Comment pouvait-il sentir cette odeur ? Il ne devrait pas y en avoir sur Terre. Comment ne l'avait-il pas remarqué plus tôt ? Sans doute masquer par son odeur à lui. La colère l'envahissait peu à peu. Quel idiot ! Ne pas le remarquer était si stupide. Il fixa méchamment la fille.

« - Bon fini ce jeu stupide. Je sais très bien que tu es pas aussi naïve pour croire les sornettes que je raconte. Qui t'envoie ? Et ne me la fait pas. Tu as son odeur sur toi. »

Pour appuyer ses menaces, la couleur de ses yeux bleu commençait à miroiter dangereusement. Et des flammes apparurent sur ses doigts, il s'avança vers elle de façon inquiétante et mit ses mains sur le dossier du banc, autour de la tête de la jeune fille. L'empêchant de faire la moindre manoeuvre de fuite, au cas où. Il fixait les yeux de la fille en souriant.

« - Dit moi. Pourquoi as tu l'odeur d'un démon de sang pur sur toi ? Et n'essaye pas de me raconter des salades ou de t'évanouir parce que je suis pas de bonne humeur. »

En fait si, il l'était. Il adorait cette situation. Quand il pensait qu'il s'ennuyait une fille vient avec une odeur de démon sur elle. Démon noble de surcroît. C'est vrai qu'il avait fuit les Terres démoniaques pour vivre tranquillement chez les humains et arrêter d'assouvir les ordres d'un démon noble. Mais l'adrénaline revenait au galop. Il devait respect et obéissance aux sangs purs. Mais sur Terre, c'était un peu différent. Si ce démon avait un lien avec son passé. Il était sûr de s'amuser avec lui. Le pire qui puisse lui arriver c'est mourir dans d'atroce souffrance. Mais il s'en fichait. C'était fille avait des contacts avec un démon. Et c'était tout ce qui comptait. Il est très rare de rencontrer ses congénères sur Terre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Big Ben] Les fantômes du passé... [PV: Sarah Grandpré & Aaron Knight]
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]
» Hortense ♣ Fantôme du passé [TERMINE]
» Les fantômes du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-