« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 29 Aoû - 12:23

Alois s’étira après une bonne nuit de sommeil, s’isolant dans son bureau, se rendant compte qu’il y avait une lettre dessus, du nom des Soma.
Les Soma ? Intrigué, il alla s’avachir sur sa baise, ouvrant la lettre entre ses mains, commençant à la lire.
L’adolescent assimila directement que Soma était le nom de Lagi.
Alois accepta avec grand plaisir l’invitation, se préparant pour aller dans son manoir. Il avait décidé d’y aller seul, sans être accompagné ni par Claude, ni par Hannah.
Le temps d’aller et de retour n’étaient pas aussi conséquents que cela, de ce fait, il pouvait le faire seul sans craindre de devenir fou entre temps.

En bon perfectionnisme et aimant de sa personne, il se coiffa merveilleusement ses cheveux blonds court, s’habillant dans sa tenue habituelle, n’ayant aucune honte de se présenter en micro short devant un noble de la haute société.
Se regardant dans le miroir, il tourna sur lui-même en tapant dans les mains dans un air gamin.

Alois passa tout le trajet à regarder le paysage, une main sur son menton, pensif.
A peine arrivé, il se jeta sur le portrait du manoir qu’il ouvrit, et alla toquer à la porte, ne pouvant pas cacher un certain enthousiasme. Il attendait avec impatience que Lagi ouvre la porte, se demandant ce qu’il voulait bien lui vouloir à part de discuter avec lui.
Après tout, ils étaient amis…

Une amitié qui s’était formée via le paradoxe des situations.
Alois et Lagi n’étaient, au départ, pas du tout dans de belles ententes, à l’inverse.
Le squattage du Comte Trancy sur Izume, le copain officiel de Lagi, avait rendu ce dernier fou de rage, et haineux envers cet invité surprise qui n’éprouvait aucun remord à s’infiltrer dans leur couple. L’adolescent devait admettre qu’il ne portait pas vraiment dans son cœur ce noble de 19 ans aux cheveux verts qui lui donnaient une originalité, ayant des yeux rouge rempli d’émotions. Tout au contraire, il l’énervait plus qu’une autre chose, et ses ressentiments étaient réciproques.
Bien qu’Alois ne s’était pas vraiment amusé à jouer sur le comportement très possessif de Lagi, ayant plutôt la puce à l’oreille dû à cela.
Le Comte Trancy s’était contenté de céder, tout en se bornant à avoir une place dans ce couple. Ce qui avait partit en briser Lagi qui se sentait abandonné, ne pouvant que repousser sa haine sur le fautif de cette histoire : Alois.
Bien qu’observateur et assez passif dans l’apparence, il avait bien noté qu’Izume était perdu, et légèrement désintéressé de ce qui tramait vu que l’incube ne s’était jamais retrouvé devant ce dilemme : deux de ses prétendants qui se rencontraient.
Et qui se faisaient la guerre.
Comme si Izume était la petite récompense d’un jeu de loterie, et qu’il y avait eut deux gagnants impossible à départager car ils aspiraient à la même récompense.
Des insultes, Alois en avait reçu de la part du noble.
Toujours et encore « sale gosse » qu’il avait accepté quelques temps sans broncher, puis suite à la situation qui le détruisait moralement vu que cela touchait de plein fond ses sentiments et ses espoirs qu’il avait placé en Izume, il avait commencé à les contester.
Lagi n’en restait pas assez différent qu’un adolescent de 15 ans comme lui se démène à revendiquer ses droits vu le comportement qu’il donnait aux autres.
Ainsi très rapidement, les insultes virèrent à une haine tellement forte que la mort d’Alois semblait être la meilleure solution. Acte d’assassinat que Lagi essaya par trois fois via l’étranglement à mains nues, et où à chaque fois qu’il essayait de se défendre, il se prenait en pleine tête un mot simple : « Meurs ! ».

Ce qui avait causé la chute de cette relation d’amitié impossible était quasiment un coup de chance du destin. Cruellement ironique aux yeux d’Alois encore une fois.
Ironiquement impossible.
Ce retournement de situation s’était déroulé peu après qu’un nouveau grand désaccord habituel les opposa par rapport à Izume.
Alois n’en pouvant plus d’être traité ainsi par Lagi avait essayé de lui voir en face au-delà du « sale gosse » qu’il était, et dans la colère avait commencé à exprimer ses maux êtres.
Maux êtres que Lagi avait retourné contre le Comte Trancy, qui, ayant l’habitude de ce genre de situation avait dû se faire au choc qu’il avait reçu, lui rappelant son triste quotidien.
« Qu’est-ce que tu attends pour mourir ? Meurs ! »
Ce simple bout de phrase avait suffit à faire déchanter Alois qui n’était pas allé par quatre chemins, déclarant qu’il avait largement de quoi se plaindre alors qu’il ne le faisait pas.
Le noble de 19 ans avait lâché dans la mauvaise humeur un désir qu’il se plaigne une bonne fois pour toute pour ne plus en reparler ensuite. Souhait qu’Alois ne s’était pas gêné de réaliser. Même s’il n’avait pas choisit ses mots, tellement prit par la colère, les dires avaient touchés le noble. Une certaine ressemblance de condition s’était présentée, bien que Lagi ait été méprisant une autre fois avec lui avant de se rendre compte de la cruauté de l’état d’Alois qui n’avait fait que la camoufler avec ses illusions d’apparences, illusions qui s’étaient brisés.

La haine s’était évaporée.
Plus de colère, plus de méprise, juste des remords et de la détresse.
Alois, se rendant compte de la prise de conscience de Lagi, avait joué sur la corde de fatalité, de compréhension au lieu de tout lui rejeter.
Bien que le majeur lui avait demandé pardon.
Qu’il avait accepté à moitié, vu que le désir de Lagi de le tuer était droit, et trop évident.
Ils avaient toujours un différent par rapport à l’être qu’il aimait, Lagi était toujours possessif. Quand Izume était là, les apparences redevaient froides, voir méprisante, mais c’était pour cacher l’attachement de Lagi à Alois.
Un attachement qui surprenait un peu ce dernier.
De quelques câlins, d’une promesse de le rendre libre, il était venu très rapidement aux baisers. Lui clairement qu’il l’appréciait.
Lui disant dans un sous-entendue qu’il ne voulait pas un abandon de sa part.
Lui disant à demi-voix qu’il ne voulait pas être rejeté.
Alois ne pouvait pas cacher que cela était allé beaucoup trop vite, mais s’y était fait.
Leur relation un peu osée qui s’amorçait entre deux avaient finit par faire lâcher des aveux à Izume qui en jalousait à en mourir. Sentiments de Lagi envers Alois sincère, pas sincère ?
C’était difficile à cerner.
Izume était la raison de vivre de Lagi, rien ne pouvait le contester.
Pourtant, l’adolescent original se mordait la lèvre quand ça concernait le nouveau couple.

Un état des lieux qui était bien intéressant à suivre.
Comme quoi, sa présence avait changé bien des choses, bien qu’il ne voulait aucunement juger le pour et le contre ensemble.
Sous peine de se sentir fautif d’avoir bouleversé les choses.
Après, Alois était curieux de savoir si Lagi le connaissait déjà de nom, ou de réputation avant d’avoir placé son mot, ce qui expliquerait en autre son changement comportementale aussi vite.
L’avenir s’écrivait maintenant, restant toujours aussi imprévisible.
Ce fut que ce pensa l'adolescent tandis que la servante du noble l'emmena vers ce dernier, un petit sourire heureux mi-malicieux aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Mar 30 Aoû - 18:31

Lagi s'était levé de bonne heure aujourd'hui...ou bien est-ce peut-être parc qu'il n'avait pas réussit à dormir. Toute la nuit il avait réfléchit à ce petit blond, Alois, qui partageait les même sentiments que lui à l'égard d'Izume. Tout cela avait commencé un jour ou Lagi était tranquillement installé avec Izume, lorsque de blond avait osé embrasser Izume devant lui. Lagi était très jaloux et possessif de nature, enfin avec ceux qu'il aime beaucoup. Il avait eu beaucoup de mal à avaler la pilule car elle était grosse pour lui. Lagi était partis dans le chagrin et avait promis qu'il tuerait Alois. Mais, après ça Alois et Lui ce sont rendus compte qu'ils avaient des choses en commun. Mais, pourtant Lagi continus d'être jaloux lorsqu'il voit Izume toucher Alois. Pour lui cette situation est gênante.

-Aurore....je vais m'habiller.
"Bien Monsieur."

Lagi se levait souplement du lit à 5h00 et enfilait sa chemise blanche, son pantalon noir, son veston grisâtre ainsi que son nœud de soie bleu avec l'aide d'Aurore. Il ne prenait pas de petite déjeuner et s'installait dans le salon à lire un livre pour se décompresser car oui, il avait invité Alois Trancy chez lui. Il entendait des pas dans l'entrée suivis d'un frappement de porte.

"Monsieur, Monsieur Trancy est là."
-Bien Aurore laissez-nous.

Aurore repartait et Lagi regardait Alois dans les yeux.

-Assied-toi je t'en pris...Comment va-tu depuis la dernière fois?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Mar 30 Aoû - 23:22

Alois s’était laissé entraîner par Aurore, les émotions en pagaille, de quoi ils allaient parler l’inquiétant aussi. Humeur joyeuse, et maussade à la fois ?
Nous pouvions dire que cela représentait bien l’état moral du jeune Comte.
Arrivant au salon, il distingua Lagi habillé dans une chemise blanche, un pantalon noir, un veston grisâtre et un nœud bleu qui dévoilait au grand jour sa classe sociable.
Toujours avec ses yeux et ses cheveux bizarroïdes pour un humain…
Bien que cela ne le choquait guère l’adolescent blond qui était insensible à ce genre de chose.
19 ans, il parlait à un adulte…lui avec ses 15 ans devait paraître bien mâture et c’était une bonne chose. Bien qu’il ne fût pas très sûr qu’il vivrait trois ans supplémentaires comme il espérait le vivre. Après tout, Alois avait le pressentiment, la sensation claire qu’il mourrait jeune. Il ne pouvait que jalouser en silence le destin plus joyeux des autres…
A lui qu’on avait déjà tout retiré, et qu’il ne lui restait que le néant comme bonheur…

Alois fit seulement attention qu’il lisait un livre en clignant des yeux.
Un détail qui le perturba un peu…
C’était l’une des premières fois qu’il était accueillit de la sorte par son hôte.
Alois n’avait pas besoin de le demander, Lagi lisait ce livre pour se décompresser vu l’être qu’il avait invité chez lui, en disant gros sur ce qu’il ressentait à son égard.
Un zest de mépris sans doute…

"Monsieur, Monsieur Trancy est là."
-Bien Aurore laissez-nous.

Il se contenta d’écouter, n’ayant rien à dire face à de telles paroles.
Aurore, la servante qu’il avait emmenée vers son maître partit.
Il ne lui adressa aucun merci, au revoir, aucun bon courage. Ce n’était qu’une bonniche…
Et ce n’était pas dans le genre de l’adolescent blond de ranger tout le temps sa misogynie.
Aussitôt après son départ, Lagi regarda Alois dans les yeux, ce dernier regardant les yeux de celui qu’il avait invité pour y percevoir un grain de ses émotions qu’il éprouvait à son égard.

-Assied-toi je t'en pris...Comment vas-tu depuis la dernière fois ?

L’adolescent blond ne se fit pas prier, s’essayant, posant une main sur son menton, portant son coude le plus proche à l’accoudoir du canapé.
A sa question, il le regarda, de manière mi-impassible avant de détourner un peu les yeux.
Mentir, ne pas mentir ?
Entre amis, Alois décida de prendre la deuxième option.
Le mensonge illusoire ne le sauverait pas, et il ne pouvait pas se voiler la face.
Trop de choses le bouffaient en ce moment, lui laissant un vrai nœud dans le ventre qui l’étouffait…

- Pour être franc, je ne vais pas bien du tout.

La voix d’Alois avait été mi-froide mi-triste, vu que l’adolescent prenait sur lui pour pas détruire d’un coup sa puissance coquille de protection.
Il regarda son confrère, attendant avec impatience la façon dont il allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Jeu 1 Sep - 21:50

Lagi reportait son regard vers son livre priant pour que se soit une réponse positive. Il avait demandé à Aurore de revenir avec du thé lorsque son invité serait là. Lagi espérait qu'elle viendrait vite pour faire partir en fumée cette sensation lourde et pesante qui règne dans la pièce.

- Pour être franc, je ne vais pas bien du tout.


Lagi fermait son livre et regardait Alois droit dans les yeux. Il savait que le problème était Izume. Il savait aussi que sa jalousie était problématique. Aurore revenait justement à cet instant avec le thé fumant.

-Merci Aurore.


Lagi souriait tristement et laissait Aurore aller à ses occupations habituelles. Maintenant il est l'heure de discuter de choses sérieuse avec Alois.

-Tu veux parler d'Izume n'est-ce pas?

Lagi souriait et buvait une gorgé de son thé. Il ne voulait pas vraiment repenser à ça, mais il n'avait pas le choix, il faut affronter la vérité. Et puis, Lagi à cas se dire que c'est un mauvais moment à passer.

-Je ne compte pas te le laisser... Je l'aime trop pour ça.

La bille de Lagi remontait une nouvelle fois dans sa gorge et il se sentit très mal.

-Izume est à moi.


Sa voix était tremblante et il reposait son thé pour ne pas le renverser sur Alois et piquer une crise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Ven 2 Sep - 18:03

Alois nota que Lagi avait reporté son regard sur son livre, voyant qu’il attendait la servante de tantôt qui devait venir pour leur apporter des collations par politesse d’accueil.
L’ambiance de la pièce était pesante, mais ne faisait pas ni chaud ni froid à l’adolescent qui en avait apparemment l’habitude.
Suite à sa réponse, Lagi ferma son livre, le dévisageant droit dans les yeux.
Il avait assimilé que le souci était le « partage » d’Izume, et que le comportement jaloux et possessif de Lagi était un frein à un bon endentement.

Il n’eut pas le temps d’énoncer le moindre mot que la servante de tantôt nommée Aurore apparut avec du thé, avant d’être remit à ses occupations de domestique après un remerciement du part de son maître.
Il sourit tristement à cette idée de devoir parler de choses sérieuses.

-Tu veux parler d'Izume n'est-ce pas?

L’adolescent hocha la tête tandis que Lagi souriait et buvait une gorgée de son thé.
Alois lisait dans son regard qu’il n’aurait pas voulu y repenser vu qu’il avait en face de lui son rival amoureux qui était désormais son ami.

-Je ne compte pas te le laisser... Je l'aime trop pour ça.

Le mal à l’aise de Lagi se pressentit dans le ton de sa voix, qui commençait à apparaître physiquement. Il n’eut pas le temps de donner son avis qu’il rajouta dans une voix tremblante, reposant son thé pour ne pas avoir une crise de jalousie et de montrer qu’il lui en voulait.

-Izume est à moi.

L’adolescent se servit une tasse de thé, avant de déclarer tout doucement, du moins de noter :

- J’aime aussi Izume, et avec notre compromis, cela nous rend heureux tous les deux. Et aux dernières nouvelles, tu m’aimes aussi, non ? Ce n’est pas pour autant que je t’appartiens.

Alois ne comptait pas se taire sur ce qu’il pouvait revendiquer, et faire remarquer par rapport à leur nouvelle condition amoureuse.
Concernant les sentiments de Lagi, l’adolescent essayait de faire avec le mieux qu’il pouvait, ignorant s’il devait les accepter ou refuser, ne voulant pas être enchaîné par quelqu’un, étant de nature polygame. L’idée de se marier un jour ne lui était pas venu à l’esprit.
C’était un homme libre. Mais qui ne comptait pas rendre malheureux ses conquêtes sincères.
Ni rendre malheureux ceux qu’ils l’aimaient.
Une belle complexité qui avait fait ses preuves, car personne n’avait voulu le quitter pour ses doubles relations. En amour, Alois savait de quoi il parlait.
C’était ironique pour son passé, pour le regard qu’avait les personnes extérieures sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 5 Sep - 14:14

Lagi ne disait plus rien laissant la parole à Alois. Il ne voulait plus à avoir à faire avec lui et pourtant il se tenait devant lui à lui parler d'Izume, de son amour, de sa plus grande faiblesse. Lagi se calmait petit à petit entendant Alois répondre.

- J’aime aussi Izume, et avec notre compromis, cela
nous rend heureux tous les deux. Et aux dernières nouvelles, tu m’aimes
aussi, non ? Ce n’est pas pour autant que je t’appartiens.


Il avait raison. Lagi aimait bien Alois, mais le voir collé à Izume le rendait presque fou de jalousie. Il fallait qu'ils trouvent uns solution, une bonne solution. Lagi reprenait une gorgé de son thé et soufflait dessus pour le refroidir.

-Oui...c'est vrai....Je t'apprécie beaucoup Alois....Peut-être même un peu trop à ton goût non?

Lagi était certain qu'Alois ne l'aimait pas...d'ailleurs il n'y a qu'Izume qui l'aime...peut-être.... Lagi est bien mieux dans sa solitude de toute façon. Il reposait une nouvelle fois sa tasse et se levait allant rejoindre Alois sur son canapé regardant par la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 5 Sep - 15:10

Alois remarqua que Lagi l’avait laissé parler en parlant de la plus grande faiblesse du noble sans gêne sans craindre quoi que ce soit. Comme pour calmer un stress soudain, il reprit une gorgée de thé avant de souffler dessus pour cela reproduise, avant de déclarer :

-Oui...c'est vrai....Je t'apprécie beaucoup Alois....Peut-être même un peu trop à ton goût non?

La question interloqua légèrement, bien qu’il ne cille pas, l’adolescent blond.
En quoi le fait qu’il l’aimait avait de dérangeant ?
Alois le regarda, montrant faiblement son étonnement face à la question.
Au moment où il s’apprêta à prendre la parole, Lagi reposa sa tasse de thé, rejoignant le Comte Trancy, regardant la fenêtre, rappelant au jeune blond une sensation désagréable de déjà vu bien qu’avec une autre personne, qui était assez mauvais signe pour le jeune blond.
Afin de ne pas y repenser, il répondit calmement :

- Tu peux m’apprécier autant que tu veux au degré que tu veux, ça ne me dérangera pas, au contraire. Te l’ai-je dit que quasiment personne ne m’aime ? Dans ton cas, ce n’est pas parce que je suis tout rouge quand tu me dis deux mots d’amour que cela représente un choc trop dur pour moi. Ca me va droit au cœur si tu veux savoir la cause de mes rougissements, surtout provenant d’un noble de ton rang qui ont la fâcheuse tendance à m’écraser avec l’insulte de « sale gosse » de tantôt ainsi que sur l’instance sur le « meurs ». J’aime Izume comme ma lumière, mais ce n’est pas pour autant que je ne prête pas attention à toi. J’accepte tes sentiments envers moi, même si pour moi, ça ne dépasse pas le stade de l’amitié avec toi.

Alois soupira, ignorant si son mini roman sortit du cœur en valait vraiment la peine, il n’avait pas vraiment trop le moral à s’étaler sur le sujet bien qu’il ne le faisait guère montrer.
Au moins, il avait mit une chose au claire.
Après un second soupir, Alois avoua :

- Toi, au moins, question la solitude, tu la supportes…la chance vu que moi, elle me bouffe…je me vois mal finir à nouveau seul comme avant…

Alois ne savait pas pourquoi il avait déclaré d’un coup cette phrase sur un ton plus triste, sa jalousie ayant reprit apparemment quelques frais sur sa conscience.
A quoi bon…sans doute Lagi s’en moquait…


Dernière édition par Alois Trancy le Sam 17 Sep - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Sam 17 Sep - 22:21

Lagi l'écoutait, il écoutait Alois. Même si d'apparence il paraissait ailleurs ses oreilles entendaient bien ses paroles et son cerveau les captaient parfaitement. Alois est presque comme lui. Il souffre de sa solitude. Lagi lui, se cache derrière elle pour survivre, mais il ne l'aime pas vraiment. Il retournait la tête vers l'adolescent souriant tristement.

-Le passé nous rattrape toujours, la solitude nous envahit tout le temps, les paroles blessantes se retiennent à jamais et pourtant on continus à vivre pour les autres. C'est ça que tu ressens?

Lagi se levait d'un bond et se collait à la vitre, son front en contact avec la vitre froide laissant apparaitre un paysage de feuilles oranges et jaunes d'Automne. Pour Lagi s'était un paysage muant, oubliant l'été se transformant en hiver.

-N'oublies pas que nos relations sont étranges Alois. Tu aime Izume, je l'aime, je t'aime... La seule raison pour laquelle je l'autorise à te voir c'est parce que je l'aime et je ne veux pas le voir souffrir.

Lagi cognait son poing contre le mur et se décollait de la fenêtre.

-Je t'interdis de le faire pleurer!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Sam 17 Sep - 23:42

Alois ne savait pas trop comment réagir, voyant le côté ailleurs de Lagi, se détendit tristement ayant la sensation de parler pour rien, retirant sa main de son menton et oubliant toute posture hautaine. Quand il finit de parler, Lagi se tourna vers lui, le regardant tristement.
La solitude, un mot qui arrachait les entrailles de l’adolescent qui ne pouvait qu’essayer de le casser d’une façon ou d’une autre pour ne pas devenir fou, fou à en mourir.
Il ne la supportait pas, ne voulait pas l’envisager…
Cela représentait trop de mauvais souvenirs…

-Le passé nous rattrape toujours, la solitude nous envahit tout le temps, les paroles blessantes se retiennent à jamais et pourtant on continue à vivre pour les autres. C'est ça que tu ressens?

Alois détourna la tête et le regard, soudainement mal à l’aise d’être mit à découvert, préférant le laisser finir avant d’entamer un tel sujet, ce tel sujet.
Le noble se leva brusquement pour aller coller son visage à la vitre, apercevant le paysage d’automne à l’extérieur…un paysage qui collait au jeune blond dans son intérieur.
Il était comme ses arbres qui changeaient de couleur, les feuilles tombant de leur couleur orangé. L’hiver risquait bientôt de le prendre comme il prenait les saisons dans le cours naturel de la vie. Quand le printemps se pointera, ceci était une très bonne question.

-N'oublies pas que nos relations sont étranges Alois. Tu aime Izume, je l'aime, je t'aime... La seule raison pour laquelle je l'autorise à te voir c'est parce que je l'aime et je ne veux pas le voir souffrir.

Alois baissa légèrement la tête, se mordant les lèvres en entendant sa dernière phrase.
Lagi cogna d’un coup son poing contre le mur, geste qui fit sursauter légèrement l’adolescent blond partit dans ses pensées, voyant son confère noble se dégager de la fenêtre.

-Je t'interdis de le faire pleurer!

Il profita de l’occasion pour parler, le regardant doucement sans trop d’exprimer de sentiments afin de dissimulier un désarroi qui se percevait dans le ton de sa voix:

- Ce n’est pas dans mon intention de le faire pleurer…Par rapport à ta question, oui, c’est ce que je ressens bien que je ne vis pas que pour les autres, j’ai besoin des autres pour vivre, certes, mais je vis pour moi…pour essayer d’avoir un peu de bonheur dans ce monde pourri avant de disparaître…en plus de ses sentiments, j'ai toujours peur de me retrouver seul ou d'être jeté à nouveau...de même que j'ai l'impression d'avoir une boule au ventre avec des piquants qui joue avec mon coeur...., il eut quelques secondes de silence, concernant nos relations, je sais qu’elles sont étranges mais ça ne me dérange pas du tout ,rajouta Alois d'une voix très sincère et sans hésitant.

Il prit un instant de pause, assurant dans une voix douce :

- Concernant le sujet de pourquoi tu me laisses voir Izume, je m’en doutais un peu…et je t’en remercie de ta part d’avoir un peu de compassion pour moi bien que c’est très sous-entendu dans le geste…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 24 Oct - 10:52

Lagi se mordait les lèvres. Il ne pouvait se résoudre à laisser Izume choisir entre lui et Alois. Il partagera donc son Izume... Cette évidence lui faisait mal au cœur, mais il tenait à lui. C'est le seul qui à réussit à faire fondre son cœur de noble froid et égoïste qui refuse de sortir. Lagi revenait à la réalité et se dirigeait vers la porte sortant une montre à gousset de sa poche de veston.

-Le diner ne va pas tarder à être servis....Tu reste manger?

Lagi ne voulait pas le mettre à la porte, de toute façon cela ne se fait pas. Aurore arrivait pile poil à ce moment là s'excusant.

"Le diner est prêt Monsieur, votre invité mange t-il avec vous?"

Lagi se retournait vers Alois un sourrire franc aux lèvres. Il voulait le rassurer, lui montrer qu'il avait tout oublié et qu'il fallait repartir sur de bonnes bases.

-Sa me ferait très plaisir que tu dine avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 24 Oct - 16:49

Après le roman qu’il avait lâché, n’ayant reçu aucune réponse particulière à ce sujet, il regarda Lagi. Celui-ci se mordait les lèvres, dévoilant apparemment un énervement suite au sujet, montrant sa souffrance d’en débattre. Il eut le sentiment profond d’avoir parlé pour rien et d’avoir gâché sa salive sans un véritable impact en voyant le silence qui s’était installé.

« Tsss, les nobles, tous les mêmes. »

Il ne savait plus s’il devait en rire, ou se lamenter.
Il eut un petit soupir sarcastique quand Alois nota que Lagi était revenu dans la réalité, encore une fois, mettant l’adolescent blond au second plan, se dirigeant vers la porte, sortant une montre à gousset de sa poche de son veston. Durant un instant, il s’attendait à ce qu’il soit jeté à la porte. A vrai dire, ses relations avec les nobles se retrouvaient concentrés essentiellement sur leur chambre, leur lit, un peu leur salon et c’était tout.
Il n’était pas habitué à ce qu’on puisse le garder, car excepté généralement son corps, le reste, ils s’en foutaient.

-Le diner ne va pas tarder à être servi....Tu restes manger?

Alois haussa mécaniquement un sourcil, comme si la question l’avait sortit de longues pensées. Regardant Lagi, n’ayant pas le temps de répondre voyant la servante de tantôt revenir, prévenant :

"Le diner est prêt Monsieur, votre invité mange t-il avec vous?"

Il avait écouté sans entendre ce qu’elle avait dit, très finement surprit que Lagi se retourne vers lui, un sourire sincère aux lèvres. Alois enleva son sourire sarcastique, lui répondant dans un petit sourire plus joyeux étant comprit ce qu’il voulait insinuer par ce sourire.
Une belle première fois !

-Ca me ferait très plaisir que tu dînes avec moi.

- C’est d’accord, répondit l’adolescent dans un grand rire qui lui ressemblait bien. Ne me fous pas simplement à la porte à cause de mes mauvaises manières, ce serait sympa.

Un petit sourire lumineux se dessina sur son visage, ne pouvant pas cacher une certaine joie d’être accepté par quelqu’un qui avait jadis été un potentiel ennemi.
Désormais, l’adolescent attendait avec impatience le déroulement de ce repas.
Il se releva, toujours tapis dans ses airs normaux mi-timbrés qui faisaient sa force.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Ven 11 Nov - 12:46

C'était donc sûr, Alois dinerait avec Lagi ce soir. Il ne savait même pas trop pourquoi il lui avait proposer de manger avec lui, ça avait été comme un instinct ou une voix dans sa tête qui lui disait "Reste avec lui, invite le, ne le laisse pas...". Pourquoi ressentir ça maintenant? Bonne question... C'était de le compassion, de la peine, de la tristesse pour cette enfant trop adulte qui a grandit trop vite. Lagi se dirigeait donc vers la salle à manger.

-Suis-moi...

Il paraissait impatient de partager un repas avec Alois. Aurore arrivait pile poil à ce moment là s'occupant d'Alois, se chargeant de déplacer la chaise et de la remettre en place après qu'Alois se soit assis. Konoe s'occupait de Lagi comme à son habitude plaçant même sa serviette sur ses genoux.

"-Voilà Monsieur, le repas va bientôt arriver."

Kono disparaissait en cuisine très rapidement suivit de près par Aurore. Lagi reposait, lui, son coude sur la table posant sa tête dessus.


-Konoe fait toujours de magnifique repas tu va voir. Sa ne dérange pas tes domestiques que tu mange ici au moins?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Sam 12 Nov - 2:24



-Suis-moi...

Ironie de la situation.
C’était cynique mais favorable aux yeux de l’adolescent.
Lui qui avait toujours été rejeté de ce monde « noble », de la haute société aux règles stricts où pouvoir, force physique et force mental étaient des atouts à avoir de son côté.
La différence n’était pas acceptable, c’était un moule aux personnalités divergentes pour former un sein uniforme.
Sauf qu’Alois était hétérogène, en dehors, dans un sens, critique.
Ce même moule ne l’aimait pas, n’en voyait qu’en lui un esprit dégraissé ou un atout stratégique ou personnel à avoir dans sa poche.
L’héritier de l’Araignée de la Reine était qu’un gamin après tout, une tête d’ange au passé sombre, au sang qui n’avait rien de la pureté des nobles pures souches qui adorait exclamé leur différence de sang.

Et pour l’une de ses premières fois de sa vie, un noble ne lui voulait rien personnellement. Pas son corps à donner, pas de risque de danger bien qu’autant être méfiant.
Il l’avait lu dans ses yeux, furtivement.
Un sentiment étrange s’était installé chez Lagi qui avait été incapable de se séparer de lui, comme si Alois l’attachait à un sentiment rare et inconnu qu’il voulait découvrir ensemble avec lui.
Cette pierre à sortir qui était seul du cœur d’autrui, là où était tout le pouvoir insensé et invisible de l’adolescent blond qui perchait sur son perchoir, observait, étudiait, avant de sortir la pierre d’illusion comme par enchantement.
Lagi commençait à faire sortir cette pierre de son être.
Son regard furtif remplit d’expérience lui avait fait comprendre via la lecture des yeux du propriétaire du manoir dans lequel il était, à quel point celui-ci était confus de sa réaction.
Les yeux de Lagi exprimaient tellement de choses, comme un bateau en mer, c’était tellement plaisant à voir ! Même sans sentiments amoureux envers lui, les émotions qu’ils évoquaient dans ses yeux avaient un charme, un charisme sans nom qui pouvait faire craquer n’importe qui si on avait le courage d’aller voir la petite lueur au bout.
Ils avaient bien traversés les mêmes tempêtes.
Bien que l’explosion de poignard avait causé moins de séquelles visibles chez Lagi. En soi, c’était une chance pour le concerné.

Ainsi dont, il était peiné, compatissant, triste de sa situation.
Quel retournement de situation pour un ancien ennemi !
Qui démontrait aussi la force d’Alois.
Oui, celle de changer les personnalités, de changer les personnes d’un claquement de doigt.
Sur l’instant, se sentir victorieux de cela n’était aucunement important.
En entendant la voix impatiente de Lagi qu’il dissimula à moitié, Alois suivit Lagi jusqu’à sa salle à manger, directement prise en charge par la servante du noble, Aurore.
Une soubrette aux cheveux blonds courts ayant deux tresses devant les oreilles lui relevant au niveau des seins. Jolie en soi. Mais même en ayant voulu prêté attention aux détails de son physique, cela le laissait complètement interne. Il s’installa, le majordome de Lagi, Konoe, un magnifique jeune homme ayant aussi son propre charme, ayant des cheveux bleus et une allure clairement adulte, s’occupait de son maître.
Ces deux là faisaient un très bon duo !

"-Voilà Monsieur, le repas va bientôt arriver."

Le majordome s’évapora en cuisine aussitôt sa phrase dit avec la domestique.
Alois retourna son regard vers Lagi, désintéressé complètement par ces phrases habituelles et quotidiennes.
Lui dire ou pas ne lui ferait rien du tout.
Lagi reposa son coude sur la table, posant sa tête dessus.
Tiens, une mauvaise manière.
Ou sinon avait-il faim. Ou avait-il mal au cœur. Ou voulait-il le regarder.


-Konoe fait toujours de magnifiques repas tu vas voir. Ca ne dérange pas tes domestiques que tu manges ici au moins?

Alois décrocha un large sourire rassurant et mi-joyeux.
Cachant toujours cette détresse increvable.
Ses domestiques à lui ?
Tsss, ils ne risquaient pas de faire tout un cinéma pour une absence.
A force, ils devaient avoir l’habitude.
Et puis, son manoir était ennuyeux, morose.
L’ambiance le barbait. Rien qu’ici, c’était plus calme, plus convivial.
Bien qu’intérieurement…excepté la magnifique décoration rendant une belle ambiance et la nourriture qui était excellente, c’était trop de pièces pour peu de personnes.
Ah la la, la cruauté des origines et des chocs sociaux !

- Je ne doute pas que les repas de ton majordome soit magnifique. Mon palais aiguisé goûtera tout cela et donnera mon avis ~ Après tout, l’art de la cuisine est loin de m’être inconnu. En ce qui concerne mes domestiques, ce n’est pas la première fois que je découche, donc non, cela ne les dérangera pas. Temps qu’il ne m’arrive pas de noises de toute façon…

Il termina sa phrase dans un rire, amusé.
Alois avait mit les coudes sur la table, portant son menton, jouant d’une main avec le couteau sur la table en faisant des cercles.
Il demanda en attendant que les plats arrivent.

- Tu vas bien ? Tu m’as l’air bien confus depuis que tu m’as proposé de manger avec toi. Au fait, temps que nous y sommes, quel sera la suite du programme ? Je vais dormir aussi chez toi, ou vas-tu prendre le risque de ramener une personne atteint de nyctophobie chez lui ? De même, de quoi aimerais-tu parler vu la chance qu’on a de pouvoir parlementer un peu plus ?

Il attendit ses réponses avec patience, avec calme et respect, tout en demeurant détaché d’une certaine façon, continuant de s’amuser avec son couteau, ses gestes montrant qu’il se contrôlait avec grave pour ne pas découper la nappe dans un geste mécanique.
Comme si sa main avec le couteau s’entraînait à manier une arme préalablement choisit avant de frapper. Contradictoire à son expression joyeuse qui ne pouvait pas soupçonnée cette main de meurtrier.
Ayant dissimulé son comportement méfiant, il se contentait de montrer son bonheur.
Faussée une nouvelle fois dans la sincérité, mais vraie dans les illusions.
Alois eut un pincement de cœur à cette pensée, mécaniquement, se froissa le doigt sur le couteau afin d’y faire naître une coupure. Tournant avec adoration, tel un robot tellement que sa réaction fut immédiate et évidente pour lui, son regard vers cette plaie, l’expression perdant tout sourire quelques secondes. Faisant naître pendant un millimètre de seconde l’expression d’un enfant brisé qui s’évapora l’instant d’après dans une fausse exclamation de plainte :

- Aïe !

Alois n’avait pas vraiment eut mal.
Voir son sang lui faisait du bien, même si c’était un peu.
Quand il le suça à sa bouche, il en ressentir l’extase de la douleur qui lui déchirait un peu l’organisme, avant de reconstituer son jeu de tantôt, retrouvant son expression d’avant comme si rien ne s’était passé.
L’instabilité était tout ce que pouvait redouter Alois, du moins, sur l’instant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Ven 30 Mar - 20:08

Lagi regardait Alois sans vraiment le regarder. Des tas de sujets lui passaient dans la tête, mais il n'osait pas ouvrir la bouche en écoutant le reste des paroles d'Alois. Il manquait plus que ça... Mais, quelque part au fond de Lagi, un sentiment de compassion s'était allumé, et il ne pouvait pas le laisser partir, non... C'était impossible pour lui de laisser ce pauvre garçon rentrer dans cette nuit froide et bien trop noire même pour Lagi. Pour oublier tout ça Konoe apporta l'entrée : Homard avec une petite salade. Un plat assez riche qui annonçait déjà la couleur du reste du repas. Mais, pour une raison inconnue Lagi poussa son assiette loin de lui lorsque Konoe disparut. Sûrement sa vieille habitude de ne pas trop mangé qui revient.

Lagi releva la tête lorsqu'il voyait Alois s'entailler le doigt avec le couteau en argent. Quelle idée de s'amuser avec un objet coupant... Cela ne faisait rien à Lagi de toute façon. Disons plutôt qu'il s'en fichait un peu et puis ça arrivait à tout le monde de se faire mal avec un objet tranchant. Les jardiniers, les majordomes, les cuisiniers, les secrétaires... C'était la routine de tout un tas de monde. Lagi ouvra enfin la bouche pour parler.

-Je n'ai pas de sujet en particulier Alois. Tu peux rester dormir ici, je vais te faire préparer une chambre. N'hésite pas à manger surtout.

Lagi eu un grand sourire presque inhabituel de sa part. Sa pensée était trop loin et il n'était sûrement plus assit ici, près d'Alois, à refuser son repas. Tiens voilà justement Konoe. Il ne disait rien et prenait l'assiette en observant Lagi.

-Monsieur ne veut pas manger ce soir non plus. Pourtant cela fait trois jours que vous n'avez pas touché à votre assiette.

Konoe eu comme un soupire lorsque Lagi tourna la tête à son opposé comme pour signifier que la conversation était finis.

-Je vais préparer une chambre...

Très bien, maintenant que Konoe est partis Lagi va pouvoir se lever et aller vers Alois tranquillement, se penchant sur le coin de la table ou il était en l'observant de ses yeux violets intenses. Ses cheveux pendaient, encadrant son doux visage.

-J'espère que tu va apprécier ton séjour ici...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Dim 1 Avr - 0:23


Un silence naquit dès que le noble termina ses interrogations, n’en recevant aucune réponse particulière. Une expression de soumission à cette contrariété apparut sur le visage d’Alois, ne s’attendait pas véritablement à ce qu’il se laisse jouer avec son couteau. C’était les nobles, ce que lui murmurait sa pensée. De cette profonde indifférence que les autres éprouvaient envers lui, de leur part, ils en avaient l’habitude, et savait de façon assez globale que leur avis à tous étaient tous négatifs sur sa présence. De manière bien indirecte, l’adolescent avait reçu de nouveau qu’il n’avait pas vraiment sa place, dans un sentiment clair de devoir faire profil bas, qui l’obligeait à faire descendre son orgueil, chose qui l’insupportait. Cette impression amère le peinait, bien qu’ayant relativisé sur sa situation.

Si l’envie lui venait associée à aucune confiance, il aurait approuvé de faire profil bas pour d’autres buts : manipuler tout ce beau monde qui pensait tirer un grain de sa personne, n’étant qu’un « gamin ». A quoi bon de toute façon quand ce procédé avait fonctionné tous les nobles qui pouvaient devenir une gêne à son égard, qui le faisait de même avec les chefs mafieux Izume hors comprit, et que par plaisir, il le faisait à des inconnus !
Ses expériences avaient donnés des résultats impressionnants que son aspect « test » s’était retrouvé ancré, voire inné dans son comportement : les états des lieux était sur long terme et ne s’arrêtait jamais, comme une peur soudaine de s’il ne vérifiait plus le terrain, une bombe pouvait l’assassiner s’il ne calculait pas son avancement à la seconde près. Ce moyen lui permettait d’utiliser son don d’observation fort poussé, et d’utiliser sa réflexion à comment gérer les futures situations dans laquelle il allait se retrouver, sachant que de toute façon, il allait s’autocritiquer ensuite. Qui faisait en soi un deuxième souci. Alois ne voulait pas agir sans penser aux conséquences, ne voulait pas faire quelque chose qu’il regretterait, ou s’en voulait à mort tardivement de s’y être mal prit.
Lagi était dans ce cas là…

Il regarda l’entrée qui venait d’être posé sur la table, stoppant un peu plus tard son jeu, voyant que Lagi avait repoussé doucement l’assiette copieuse tandis que l’adolescent avait commencé à manger après avoir léché sa blessure.
Alois était franc avec lui-même sur ce sujet, et lui ressasser ce passé qu’il avait entraîné lui donnait envie de se fracasser la tête contre les murs maintenant qu’il était dans la condition de recul, percevant ainsi toute la partie d’échec qui s’était déroulée, toutes les erreurs de cette dernière qu’il avait dû deviner par ses propres moyens quand il était dans la situation. Des erreurs, l’adolescent en avait fait, en contrepartie parce que l’amour lui laissait un sentiment d’impuissance : il devait réagir, vite, bien, avec calcul avant qu’il perdre définitivement sa raison et sa nature humaine si l’être qu’il l’aimait le repoussait. La blessure de sa peine de cœur suite à l’ultimatum de Lagi et de ses prises sur soi qui l’avaient anéantit, Alois était conscient qu’elles resteraient éternellement là.

-Je n'ai pas de sujet en particulier Alois. Tu peux rester dormir ici, je vais te faire préparer une chambre. N'hésite pas à manger surtout.

Alois ne se guère prier, dévorant son met, bien qu’émettant un sursaut dû au fait qu’il allait dormir ici. Il avait bien entendu ? C’était sérieux ? L’adolescent regarda à droite et à gauche dans un sentiment de honte. Il était donc si tard que cela quand il était partit. Le sourire de Lagi n’avait pas échappé au Comte, qui, tout en dévorant son repas, essayait de garder son calme. Il devait le reconnaître, Alois avait peur.

Habituellement, les nobles le droguaient, s’arrangeaient pour qu’il soit en position de faiblesse pour abuser de lui. Sa confiance envers Lagi n’avait pas fait dissoudre cette crainte d’être vendu à ses ennemis, d’être tué, ou être violé. Le cœur de l’adolescent s’était emballé. Il s’ajoutait un deuxième problème : Alois ne pouvait pas se résoudre à dormir seul sous peine de faire nuit blanche ou d’énormes cauchemars. Quand c’était chez lui, il avait habitude, il y avait l’ombre du Comte qui le suivait, ainsi que tous ses souvenirs affreux qu’il avait passés dans son lit qui lui retirait ce sentiment de solitude, mais dans le lit d’un autre…Alois s’était fait vendre par son prédécesseur, s’était fait abusé dans les lits d’un autre, sous prétexte d’un « séjour » où il ne servait qu’à faire un travail de maison close. L’adolescent se bu un verre d’eau dans une main tremblante qu’il tenta d’apaiser.

-Monsieur ne veut pas manger ce soir non plus. Pourtant cela fait trois jours que vous n'avez pas touché à votre assiette.

Un soupir provint du majordome, Lagi se contentant de tourner la tête, donnant dans ce geste qu’il ne voulait guère en faire part et qu’il n’y avait plus rien à dire. Alois en conclu qu’il souffrait, ce qui le fit déglutir.

-Je vais préparer une chambre...

Son majordome s’en alla, son hôte se relevant, allant auprès du noble délicatement, se penchant sur le coin de la table où il était, un regard dans les yeux respectifs, ses cheveux pendants sur son visage, une certaine approche venait d’être faite, clairement explicite.

-J'espère que tu vas apprécier ton séjour ici...

- Oui…je pense…j’espère…balbutia l’adolescent, sentant sa pression sur sa poitrine se compresser, pour une fois, assez effrayé de se retrouver face à ses souvenirs passés. Dis…poursuivit doucement Alois sur un ton qui se brisa, que c’est inutile de me préparer une chambre….Je ne peux pas…dormir seul…surtout pas s’il fait déjà nuit…je n’arriverais pas à m’endormir. J’avoue que c’est bête, mais moralement, c’est au dessus de mes forces. J’en garde encore trop de mauvais souvenirs. J’avoue ne pas m’être attendu à ce que tu veuilles que je reste chez toi, cependant, je ne vais pas refuser. C’est vraiment gentil de sa part.

Alois inspira profondément, tandis que les battements de son cœur s’apaisèrent petit à petit, portant une main sur ce dernier dans un pardon visuelle, celui-ci disparaissant, une quiétude se percevant sur son visage, questionnant doucement à son hôte :

- Cela m’étonne que tu ne manges pas, surtout aux vues des dires de ton majordome…cela signifie que ce n’est pas commun. Tu…tu souffres ? C’est la raison qui te coupe l’appétit ? Je vois bien que tu es ailleurs…

C’était une voix très douce qui était sortit, tout en demeurant frêle comme une Moi aussi ! qui s’échappait d’un arbre. Il était légèrement apeuré, stressé, il avait vraiment peur de mal réagir, de dire quelque chose de mal et cela s’en ressentait. Bien qu’en dehors de cela, sa franchise était clairement ressortit, il se faisait vraiment du souci pour son hôte, un proche sans en être un, ne sachant guère dans ce cas présent comment se comporter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 9 Avr - 20:53

Lagi laissa ses jambes jouer dans le vide sous la table pendant qu'il cherchait quoi répondre. Oui quelque chose le tracassait et c'était bien normal : Il adorait Izume et voilà qu'un adolescent plus grand que lui osait le lui piquer sous son nez et l’intéresse ne paraissait pas gêner du tout. Lagi soupira en se rappelant de ça et sauta pour retomber sur ses pieds.
-Tu peux dormir dans mon lit ça me dérange pas. Et puis moi-même de temps en temps je demande à Konoe d'attendre que je... Que je m'endorme avant de partir...


Lagi rougissait à cette confidence très embarrassante. D'ailleurs il tourna la tête vers le tableau de son père pour ne pas qu'Alois le voit dans cet état humiliant. Et bien sûr c'est maintenant qu'il faut lui dire la vérité.
-Tu sais il y a un mois j'étais tranquille avec Izume... On était si bien ensemble et puis un adolescent étrange qui ne s'aime pas et qui pourtant devrait est apparus. Je ne l'aimais pas, mais c'est parce que je ne regardais que sa couverture et son résumé.... Nous sommes semblables à des livres enfin de compte, on ne regarde que les critiques sans vraiment lire le livre.


Lagi soupira une nouvelle fois et ébouriffa les cheveux d'Alois.

-Mais je me suis prit d'amitié pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Mar 10 Avr - 14:45


Alois, avait perçu, avec finesse son trouble en regardant d’un coin de l’œil les jambes de Lagi qui se balançaient, le faisant déglutir à nouveau. Il l’avait perturbé, et l’adolescent ne pouvait que se douter que ceci était la cause du « sujet tabou ». Etrangement, sur ce domaine, Alois avait préféré rangé sa fierté et agir avec beaucoup trop de modestie, ayant agit en connaissance de cause ; cependant, aucunement aveugle à la réaction du concerné ayant le cœur déjà prit. Il l’entendit soupirer, dans un sentiment que l’adolescent avait raison dans sa supposition, que son manque d’appétit était le « choc » qui n’avait pas entièrement digéré.

-Tu peux dormir dans mon lit ça me dérange pas. Et puis moi-même de temps en temps je demande à Konoe d'attendre que je... Que je m'endorme avant de partir...

Lagi se mit à rougir à cette confidence tout en répondant aisément à sa question. L’adolescent se contrôla pour rire joyeusement, oh, il se doutait que pour les nobles jeunes errés à la solitude le soir devait bien demander ce genre de chose de temps à autre ! Bien que, au plus grand désespoir d’Alois, il réclamait la présence de son majordome toute la nuit, pas que le lendemain, au moment du réveil, l’adolescent remarque que Claude était partit faire autre chose ! Ayant fait taire sa jalousie, et fort heureusement, le côté attentionné du majordome du noble en face de lui ne lui était plus autant insupportable qu’avant. Ce dernier détourna la tête afin de regarder un tableau représentant le père du jeune homme, honteux de lui avoir révélé une telle confidence. Et ce ne fut pas tout…

-Tu sais il y a un mois j'étais tranquille avec Izume... On était si bien ensemble et puis un adolescent étrange qui ne s'aime pas et qui pourtant devrait est apparut. Je ne l'aimais pas, mais c'est parce que je ne regardais que sa couverture et son résumé.... Nous sommes semblables à des livres enfin de compte, on ne regarde que les critiques sans vraiment lire le livre.

L’adolescent eut une réaction soudaine d’un sursaut en entendant « qui ne s’aime pas et qui pourtant devrait », se rappelant avec nostalgie qu’il avait été le premier à lâcher sa haine contre lui-même envers Lagi quand il lui avait demandé avec sarcasme la raison de ses tourments. Beaucoup trop cash et radical aux yeux de l’adolescent d’aujourd’hui, qui ignorait par quelle folie il ne s’était pas contrôlé dans ses larmes tandis qu’il fait ce geste dans une pensée sûre que cela se retournerait contre lui.
L’amour-propre qu’il possédait était bancal, et en bon observateur, Alois s’était ingénieusement mit dans un rôle, mais dont les autres lui avaient donnés un second, l’obligeant à jouer sur deux pièces de théâtre à la fois.
Les phrases suivantes de Lagi le touchèrent, principalement de sa prise de conscience ce qu’il montrait de lui et de ce qu’il était vraiment, qui étaient ironiquement complémentaires par moment. Quant à la comparaison, Alois était entièrement d’accord, étant la preuve même de ce qu’il venait d’énoncer. Un jeu d’illusions, d’apparences continuels, où seule ces dernières comptaient, la réputation pouvant devenir un bouclier tout comme une arme surpuissante. Un nouveau soupir suivit d’une main qui ébouriffa ses cheveux, le faisant doucement rire :

-Mais je me suis prit d'amitié pour lui...

Quelle étrangeté d’être par « il » dans une situation proche, où le « tu » semblais plus hard à utiliser. Alois lui sourit tendrement, sa panique précédente ayant été évaporé, attentif à la suite qu’il pouvait dévoiler. Cependant, pour ne pas trop laisser un blanc entre eux, l’adolescent commenta tout doucement ses paroles dans un air plutôt philosophique, se contentant de le remercier du regard par rapport à la première question. Il lui valait mettre des barrières entre proches et amants ! Ce simple terme « merci » était une grâce rare que donnait l’adolescent à chaque fois qu’il le disait, pour cause de sa symbolique représentant fort beaucoup.

- L’homme est un miroir, il se camoufle dans des illusions pour se protéger et pour se faire accepter. Tantôt, l’illusion est accueillante, tantôt elle est immonde ; quant à la réalité, elle se perd dans ses multiples rôles. Au final, il ne reste que la couverture du livre que nous enserrons toujours avec soin comme s’il était notre enfant. C’est rare quand les autres osent y pénétrer afin de ne plus se contenter de ses illusions. Et la vérité peut s’avérer plus meurtrière alors que les apparences la contredisent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 16 Avr - 22:25

Lagi soupira une nouvelle fois et poussa l'assiette d'Alois le regardant droit dans les yeux. Que pouvait-il se dire? Que Lagi est comme tout ses pervers? Qu'il est très très laid? Qu'il va le violer? Toutes ses pensé donnaient des frissons à Lagi. Il prit une bouffée d'air et annonça.
-Alois, je ne vais pas te violer ou faire quoi que ce soit de dégoutant tu sais... Tu peux avoir confiance en moi comme moi j'ai confiance en toi, Izume, Lei et même Andrew ou Konoe.


Il se redressa et prenait la main d'Alois pour le faire se lever gentiment. Konoe arrivait pile à ce moment en grognant à moitié. D'abord il ramassa l'assiette de Lagi qu'il n'avait pas touché et il vint se planter juste devant lui et Alois.
-Monsieur je vous avait dit de manger. D'ailleurs vous avez réussit à vous mettre de la nourriture sur le nez sans manger, c'est fort!


Konoe s'avança doucement et lécha le bout du nez de Lagi qui l'écarta de suite rouge comme une tomate. Emmenant Alois à travers son manoir qui était plongé dans la pénombre de la nuit.
-Pardonne-moi, Konoe est gênant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Mar 17 Avr - 13:33


Suite à sa remarque, Lagi lui répondit par un soupir. L’adolescent était conscient d’avoir toujours le vrai, bien qu’il se sentait gêné désormais d’avoir exprimer son point de vue de la sorte. Ce n’était pas véritablement le côté nostalgique qui lui faisait peur, non, c’était l’ambiance, où Lagi démarrait un sujet puis en changeait un en cours de route. Son esprit se perdait, il se rendait tout au plus mal à l’aise prit encore dans la peur qu’un de ces enfers si proche recommence. Le noble poussa doucement son assiette, son regard se baignant dans les yeux. Alois ne chercha pas à éviter son regard, il attendit tranquillement qu’il reprenne la parole. Sans pour autant deviner ce qu’il pensait, jeu qu’il aurait aimé essayé, l’adolescent le vit frémir, comme si l’esprit de son camarade s’était emporté dans des drôles de pensées. Lagi inspira, annonçant posément :

-Alois, je ne vais pas te violer ou faire quoi que ce soit de dégoutant tu sais... Tu peux avoir confiance en moi comme moi j'ai confiance en toi, Izume, Lei et même Andrew ou Konoe.

Un sourire se ravisa sur le visage de l’adolescent, lui donnant un air puéril.
Cela le soulageait doublement d’un poids : d’une part, c’était certain, il ne risquait rien ; d’une part, il lui faisait confiance. Ce dernier point était tout ce qui permettait à Alois d’interagir avec les autres : il s’ouvrait en échange de n’être pas victime de ses propres faiblesses. L’assigner à un pacte serait une vision réaliste, bien que ce ne fût pas à ce point le cas, excepté quand cela concernait la promesse « de mariage » où il en existait une tantôt pour les proches tantôt pour l’amant, bien que rares étaient les heureux élus dans la deuxième catégorie. Même s’il était Don Juan, il n’excluait jamais la sincérité provenant de son pauvre cœur bien anéantit. A ses yeux, ce qui avait été le cas, celui qui le méritait était Izume. La confiance était un gage qui se perd : pas de tromperie, pas de trahison, pas d’abandon sous n’importe quelle forme, pas d’obligation d’ouvrir sa bouche pour réclamer de l’affection…la faille de la trahison était tellement facile à voir avec le désintérêt sur son être !

Un soupir intérieur lui parvint, se devant de laisser cette ancienne vie dans un côté fort éloigné de sa mémoire. Ce n’était que trois trahisons qui lui pendraient dans sa tête pour avoir été naïf, pour avoir réussit un miracle dans ce triangle amoureux sachant que tout le monde y trouvait son compte et était heureux. D’une certaine façon, Alois avait mal pour Lagi. Il craignait qu’il se retrouve conforté à la même réalité qu’il avait eut droit, même si, fort heureusement, son cœur avait toujours été toujours plus dévoilé qu’aux autres, pour cause qu’avec les concernés, jamais des gestes ont été faits pour augmenter les sentiments, ce qui a beaucoup joué dans la balance associé à son être aucunement écouté. Il soupira intérieurement, se maudissant lui-même d’aller penser aux malheurs dans son bonheur, pensées qui n’avaient pas heureusement défigurée son sourire gamin sur sa face.

Lagi se redressa avec délicatesse, avant prendre la main de l’adolescent, le faisant doucement relever. Ce fut à cet instant que le majordome du noble survint, fort contrarié de la passivité de son maître à ne point manger pour cause d’humeur. Pourtant, il n’en fit pas la remarque, ramassant l’assiette de Lagi, avant de se rapprocher d’eux deux, remarquant :

-Monsieur je vous avais dit de manger. D'ailleurs vous avez réussit à vous mettre de la nourriture sur le nez sans manger, c'est fort!

La deuxième phrase toisait comme un reproche. Attentif à la scène, il nota l’étrange manière de Konoe d’aller retirer le morceau, ce fut avec sa langue. Le plus étonnant vu la réaction de Lagi, qui se laissa faire, rouge comme une tomate. Sensibilité de gêne ou sensibilité d’amour ? Avec la liste en haut, Alois pariait quasiment sur la deuxième.
Il n’eut pas vraiment le temps de voir la suite, distinguant uniquement qu’il s’était écarté, avant de brusquement, se retrouver dans le noir. Il aurait aimé eut le temps de crier lumière, mais il n’eut pas le temps, sa phobie l’enserrant brusquement, sa conscience s’évanouissant à ces instants. Des tremblements lui parvinrent tellement fort, donnant l’impression que le toucher reviendrait à le briser. Un hurlement sortit à pleins poumons de sa bouche tandis que l’obscurité continuait de l’absorber autour de lui, s’accrochant aussitôt au bras de Lagi, le maintenant assez fort pour tomber à genoux.

-Pardonne-moi, Konoe est gênant...

Il avait entendu cette phrase qu’à moitié, tandis que ses hurlements se poursuivaient sans s’arrêter, Alois s’en étouffait quasiment. Il n’entendait plus vraiment ce qu’il avait autour de lui, simplement d’anciennes réminiscences, des bruits lointains de bruit de douleur, de pleurs, tandis qu’au même instant, son visage se mit à pâlir, ses yeux perdant petit à petit sa couleur de vie d’émotion, sa respiration devenant irrégulière. Ses hurlements se poursuivaient à chaque seconde, cassant sa pauvre voix qui ne parvenait plus à trouver suffisamment d’oxygène. Des larmes commencèrent à tomber de ses yeux de manière silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Lun 23 Juil - 22:02

Lagi ramena de suite Alois à la lumière en voyant sa réaction. Comment cet enfant qui deux minutes avant était normal, pouvait s'enfoncer dans une peur pareille ? Des tremblements, un cri horrible, une poigne autour du bras de Lagi assez forte... Cet enfant était tourmenté et cela rongeait Lagi au plus profond de lui. Il aurait aimé l'aider, lui dire de ne pas s'inquiéter, mais il avait l'impression qu'il n'y avait qu'Izume pour réussir à faire ça. Lagi laissa doucement Konoe envelopper une couverture autour d'Alois pendant que le noble caressait sa joue pour le rassurer.

-Pardonne-moi Alois... Tu as... la phobie du noir c'est bien ça ? Tu sais je peut demander à Konoe de rallumer toutes les lumières du manoir si tu le désires.

Lagi se redressa regardant Konoe en faisant un petit signe de tête Une seconde après le majordome était déjà partis pour aller faire son travail. En attendant le noble enlaça Alois tout contre lui en regardant l'horloge faire des vas et viens vers la droite, puis la gauche. Il avala sa salive en commençant à avoir un peu peur sans Konoe. Sa présence était une habitude pour lui...

-Alois, on va aller dormis d’accord ? Et demain je te ramènerais au manoir Trancy ça te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   Mar 24 Juil - 21:12


L’état de panique de l’adolescent se calma aussitôt en présence de la lumière. Cette peur soudaine qui l’avait engloutit s’était évaporée, redonnant conscience au jeune homme qui s’était perdu dans ses ténèbres. La lumière le mettait à l’aise. Ses yeux sombrant reprenaient couleur de vie, l’éveil des sens provoquant une rougeur de honte automatique. Il lui était impossible d’être autre chose que gêné de s’être dévoilé sous une telle forme d’état malheureux. Un trou de souris, une cachette…le visage d’Alois se teintait d’un rouge éclatant de honte, comme un enfant. Une couverte lui fit rapporter par son majordome, ce qui mit à terme définitivement du tourment d’Alois. Une caresse sur sa joue le fit doucement sursauter, son regard se posant vers l’individu qui lui caressait. Son cœur ne noua brusquement en s’étant imaginé que c’était Izume… « Calme, calme » C’étaient ses pensées qui se répétaient en boucle, pour revenir clairement à la réalité. Naturellement, il était désormais impensable que ses illusions de tantôt demeurent. L’obscurité les avait brisés, et fort heureusement, avait laissé autre chose qu’un simple enfant traumatisé.

-Pardonne-moi Alois... Tu as... la phobie du noir c'est bien ça ? Tu sais je peux demander à Konoe de rallumer toutes les lumières du manoir si tu le désires.

Il s’excusait. L’adolescent devait-il lui reprocher de l’avoir laissé dans sa phobie ?
Devrait-il lui être rancunier ? Lui avait il déjà dit ? Alois avait oublié, ne savait plus exactement quelles informations il avait omit. Il songea à la question qui lui posait, en ignorant quoi répondre. Etait déjà t’il l’heure de s’endormir ? Doucement, Lagi se redressa, le majordome s’en allant dans les secondes qui suivirent. Court instant sans attache avant d’être enlacé affectueusement, le regard de Lagi se perdant dans le bruit de l’horloge.

-Alois, on va aller dormir d’accord ? Et demain je te ramènerais au manoir Trancy ça te va ?

- Si…si, tu veux ma présence davantage qu’une journée, c’est possible. Je n’ai strictement rien à faire au manoir, et ce serait dommage de nous quitter aussi tôt, s’exclama avec douceur la voix de l’adolescent. Concernant ce qui m’est arrivé à l’instant, sa tonalité se fit frêle et il baissa la tête, honteux, j’ai bien la phobie du noir. Ainsi que de la solitude, ainsi que de l’abandon…Je pourrais même avouer avoir la phobie de moi-même quand tu vois certaines de mes réactions.

Terminant ces dires, il releva la tête, faisant découvrir un visage emplit de déshonneur envers lui-même. Se voulant néanmoins rassurant, désirant faire passer tout ceci comme simple anecdote, il se remit à sourire. Son défaut de faire passer les autres avant sa personne…
Quoi que, ceci restait encore à prouver !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Manoir Soma] De la haine à l'amitié [PV : Lagi Soma & Alois Trancy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tristan Montesquieu " Amour, Amitié, Colère, Haine. "
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» KOUMAN HAINE TI PE A FE MARC HENRY E SAL DI SOU NEPTUNE...
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» humiliation et Haine [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-