« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Jeu 25 Aoû - 11:36

Alois était allongé sur son lit aux couvertures blanches, regardant le plafond dans un air mi-ailleurs, pensif, ayant demandé à Claude, le démon des enfers avec lequel il avait pactisé de lui ramener Izume Sakumoto qu’il avait rencontré plus tôt dans des circonstances plutôt étrange. Alois soupira à cette idée, car maintenant, il était assez dérangé et tourmenté de tout ce que cela avait provoqué, surtout qu’il n’était pas du tout avantagé.
Toutefois, avec son égoïsme, il ne comptait pas lâcher l’affaire, et espérait tirer les quatre vérités de l’incube de gré ou de force d’une quelconque façon.
Le souci était de savoir comment agir : être manipulateur, sincère, entre les deux…
Malheureusement, temps qu’il n’arrivait pas à cerner complètement, il se trouvait devant un mur. Il savait que trop bien les apparences pouvaient être trompeuses, et vu leur comportement similaire, il ne comptait pas se faire avoir.
Moralement, il ne le supporterait pas.

S’essayant sur le lit, l’adolescent blond porta fit tomber le vase installé sur sa table de chevet, détruisant le reste des morceaux, soupirant, ayant un léger bandage aux bras démontrant que son état moral était en ce moment très extrémiste.
Cela penchait d’un côté ou d’un autre depuis qu’il avait rencontré son fameux futur invité.
Au fond, cela ne changeait pas vraiment de l’habitude.
Seulement, la sensibilité au moindre petit geste de l’incube le bloquait dans ses réactions à lui.
Il avait de plus en plus du mal à cacher ses faiblesses en présence d’Izume, et le manque de savoir s’il pouvait vraiment lui faire confiance, s’il y avait un grain de sincérité dans ses dires, lui faisait peur. Se sachant humain, l’incube pouvait très bien retourner ses faiblesses contre lui, et ça ne lui plaisait pas du tout.
S’arrachant un peu les cheveux, il alla à nouveau s’étaler contre son lit, retournant dans ses pensées, l’expression impassible bien que ses yeux démontraient qu’il était pensif.

Nostalgique déjà, l’adolescent repensa à leur « première rencontre ».
Elle avait été inattendue dans le fait qu’il s’était imposé dans le couple tandis que les deux « zigotos » comme Alois les avait gentiment appelés s’apprêtait à prendre du plaisir.
En prenant du recul, zigoto convenait très bien à Izume, Lagi aussi dans le sens où il était fou amoureux à souhait voir même jusqu’aux limites du supportable pour l’adolescent blond qui savait que si un homme l’aimait, il devra obligatoirement subir son fardeau moral.
Alois avait profité de la situation pour s’amuser, mais avait vite choisit son partenaire de jeu vu que Lagi, l’officiel copain de l’incube lui tapait un peu sur le système.
En fin de compte, l’amusement avait été réciproque, et Alois devait admettre que malgré qu’il n’avait point cillé quand l’incube avait prit du plaisir, pour une première avec lui, il aurait dû être plus intransigeant sur les limites. Bien qu’Izume n’avait pas voulu le tuer, quoi que, ça, il n’en savait rien, quand tout cela s’était terminé, l’adolescent ne tenait plus ses jambes, et moralement était à l’ouest. L’obscurité n’avait pas du tout été favorable à sa condition morale et physique, bien qu’à ce moment là, vu les réactions de l’incube, il l’avait en partie jeté.
Alois avait dû oublier exprès, ou ne préférait pas s’en rappeler sur le moment de sa réaction d’être partit. Sans doute dû à une sensation d’avoir été utilisé que pour ça…
Etrangement, quand il avait commencé à paniquer à cause de la peur du noir, il s’en était soucié qui avait coupé une des phrases d’Izume : « N’oublie pas que…».
Malgré cette attention là, Alois s’était isolé dans sa chambre, et s’était calmé les nerfs en se mutilant un peu le bras, la vue de son sang apaisant un peu son esprit entre la déprime et une perdition générale qui ressortait un peu trop. Encore une fois, Izume l’avait fait arrêter de se blesser, ce geste le surprenant bien que la raison non évoquée moralement ne lui plaisait pas autant que ça, le rappelant le vieux…
Maintenant, il s’en souvenait du détail qui avait tout chamboulé.
Après l’acte, l’adolescent avait commencé à faire part de son passé sur un ton nostalgique et triste, mais c’était vite rendu compte que l’incube s’en moquait, qu’il ne s’intéressait pas à lui au-delà de l’apparence. Ne pouvant pas démentir que son flair naturel s’était légèrement accroché à Izume, avoir la confirmation de sa part qu’il s’en moquait l’avait blessé, le ramenant à sa triste existence. Il se rappelait d’en avoir un peu plus en détail par la suite, le lendemain, mais ça n’avait pas dépassé les paroles de soutien, et le manque d’affection pour ce genre de situation lui avait mit la puce à l’oreille.
A partir de ce moment, l’adolescent avait rangé la gentillesse de se faire connaître dans le sens où ça s’était bien ancré dans la tête le fait qu’il s’en moquait.
Intérieurement, il avait remit son climat de méfiance et d’avant coups bien précis pour ne pas se retrouver dénue un jour. Et les résultats de son jeu intérieur le rendaient dingue.
Il ne savait pas du tout quoi penser, étant clairement comprit qu’Izume était très similaire à l’adolescent quoi qu’il en dise, mais que malgré ça, leur espèce différente le mettait en état de faiblesse.
Il avait pu faire décrocher un «  je t’aime bien » à Izume après une grande colère qui avait viré à la crise de larmes, mais il le disait aussi à Lagi exactement sur le même ton.
Il lui avait essuyé les larmes exactement comme lui.
Après s’être mutilé à nouveau, et à nouveau arrêté par Izume, il avait cherché à savoir s’il se jouait vraiment de lui, mais il avait répondu on va dire presque à côté concernant le thème de sa mutation, juste que c’était cruel pour lui mais qu’il méritait sa place.
Bien qu’il n’avait rien répondu à la question concernant s’il ne faisait que l’utiliser que pour se nourrir, ayant apprit entre temps quelle espèce il était et comment il se faisait pour se nourrir.
Ce manque de réponse l’énervait au plus haut point, l’incube n’ayant même pas cillé.
En dehors de se blesser qui restait une faille de l’incube quoi qu’il en dise, quand il avait sombré, il avait dû aller dans ses derniers retranchements pour être ramené, réaction qu’il avait eut quand il s’était sentit oublié, donc pas du tout indispensable.
Dernier point qui avait reçu des confirmations le laissant perplexe.
Izume l’avait laissé presque une demi-journée seul, sans se soucier vraiment de ce qu’il faisait, sauf un « bonne nuit » quand il était allé dormir.
Le lendemain, l’ayant trouvé appétissant, il s’était entreprit d’un peu le dévorer suite aux provocations de l’adolescent. La fuite de cela provoqua quelques heures plus tard un énervement de la part d’Izume, qui avait presque étouffé l’adolescent blond qui était été catalogué comme fautif. Il avait évité de justesse une mort quasi certaine, surtout qu’il avait été réveillé rien que pour ça, avant de tomber un peu dans l’oubli.
Un amas de contradiction, c’était ce qu’était Izume.
Allez savoir ce que le concerné maintenant pensait de lui. Là où était toute la question.

- Tss, lâcha Alois en mettant un terme à ses pensées nostalgiques sur un ton vraiment de mauvaise humeur dans sa voix froide.

Le rideau était levé, et Alois ne comptait pas lâcher son alter ego.
Il ignorait où tout cela allait le mener, mais il devait bien essayer d’être un peu heureux avec les moyens du bord, même s’il savait que ce bonheur deviendrait vite sa nouvelle douleur.
Pas à cause d’Izume qui n’avait pas intérêt à l’abandonner, mais à cause de tout ce qu’il avait encaissé de son passé, et qui s’était accumulé en lui, qui rendait tout malheur inévitable de façon morale un jour ou l’autre.
Désormais, il attendait son entrée en scène de façon silencieuse pour commencer le premier acte, espérant que celui-ci n’aura pas de trou de mémoire provenant des acteurs qui mettrait en péril la suite du spectacle.


Dernière édition par Alois Trancy le Mar 14 Fév - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Ven 26 Aoû - 9:41

    Izume toisait Claus. Qu'est-ce qu'il foutait là ? A une heure pareille !? Bon d'accord, il n'était pas si tard que ça... Mais Izume était entrain de courtiser une donzelle et le regard perçant du majordome d'Alois l'avait presque fait raté sa petite scène. Il susurra à la damoiselle d'un ton qui se voulait sensuel et gentleman "Je reviens tout de suite". C'était un mensonge. Mais t'en quel croit qu'il était sincère sa lui allait. Il savait que si Claus était là, ce n'était pas pour bavarder, drogue ou autre chose. Il avait zigzaguait entre les clients et ses hommes. Ce qui était bien, c'est qu'il était en position de force si jamais sa vie était gravement en danger. On ne sait jamais avec un démon comme lui. Il se posta devant lui et ne put même pas sortir un seul mot.

    Il soupira. Encore devant ce manoir. Il avait comment dire... Fait plusieurs gaffe ici... Il avait avoué ses sentiments naissant pour le propriétaire de ce manoir. Aussi, il avait couché avec lui pour une partie de plaisir. Ce qu'il avait apprécié. Par contre sa faisait de lui le nouvel amant d'Alois Trancy. Il eut un sourire en coin et entrain dans l'antre des Trancy. Il avait appris beaucoup de choses en une nuit. Ce qu'il savait déjà et d'autre chose qu'il n'avait jamais su. L'incube connaissait l'ancien conte Trancy. Un vieille homme perverti avec des jouet sexuel... Il est mort mystérieusement et un héritier est arrivé. Le petit Alois, jeune de 15, possédant une maturité rare et un sens profond de la dépression jusqu'au post-traumatique. Il monta les marches du grand escalier en silence et longea le couloir. Déjà habitué au lieu. Il entra dans la chambre et vit son amant sur le lit entrain de ruminer. Il eut un sourire narquois et se dirigea vers lui. Il lui prit tendrement les joues entre ses grandes mains et l'embrassa délicatement.

    - Bonjour...

    Il lui prit doucement les bras, enlevant les bandelettes, découvrant les marques encore un peu récente de ses blessures. Izume avait réussis à l'empêcher de se vider de son sang, Alois avait la phobie du noir et de la solitude. Il lui embrassa le dos d'une de ses mains et lui remit les bandelettes. Il n'avait pas refait une tentative, c'était positive. Beaucoup de gens, prennent le comte Trancy pour un sadique doublé d'un pervers fou. Ce n'est pas faux, mais, Izume savait maintenant que son cœur est celui d'un enfant réclamant de l'amour... Et il avait l'intention de rester son idéal, lui donnant se qu'il réclame. Bien qu'au début il avait oublier ses principes d'incubes et avaient gardé la tête trop fier. Il avait pourtant déjà fait des erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Ven 26 Aoû - 11:56

Alois, surveillant ses alentours, se rendit compte de la présence de l’incube sans trop y faire attention. Les derniers évènements l’avaient suffisamment perturbé ainsi.
L’adolescent remarqua d’un coup d’œil Izume, sentant sans vraiment le sentir le concerné avancer vers lui. L’incube prit doucement les joues d’Alois entre ses mains, lui faisant décrocher un petit sourire avant que les lèvres d’Izume touchent les siennes.
Alois s’investit dans ce baiser donné tendrement, sans arrière pensée de le dévorer, ce qui fit plutôt chaud au cœur de l’adolescent.

- Bonjour...

Alois n’eut pas le temps de prononcer le moindre mot, vu qu’à l’instant où les lèvres d’Izume s’enlevèrent de sa bouche, il s’entreprit de lui prendre délicatement les bras, enlevant les bandelettes qui cachaient les folies suicidaires du jeune adolescent.
Honteux de ses marques, il détourna la tête, ces dernières encore visible vu qu’elles étaient assez récentes.
Sa honte ne le faisait pas toutefois réagir d’une quelconque façon, comme si cela était naturel pour lui de se mutiler. Il ne pouvait pas se voiler la face sur ce sujet : il était rassuré à vrai dire quand il voyait son sang se déverser, car son esprit lui répétait sans cesse « C’est mieux ainsi ». Phrase qui se retenait de dire quand il était jeté, phrase qui pensait au plus fort de lui-même quand il se sentait oublier. Que mort, il serait mieux…

Izume embrassa le dos de ses mains, avant de lui remettre ses bandelettes, rassuré apparemment de voir qu’il n’avait pas essayé à nouveau de se tuer.
C’était ironique la manière dont l’incube avait fini par savoir des choses sur l’adolescent, qui n’avait pas pu résister longtemps face à ces nombreuses phobies qui s’était révélé, et qui avait dû se rendre de l’être sadomasochiste mélangé à un pervers fou insensible et complètement égoïste. Alois avait du mal à sympathiser avec les autres quand il s’enfermait sous cette facette pour pas que ses faiblesses soit mises à jour.
Et vu ses phobies, il avait peur de se retrouver un jour délaissé par un être qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau dans le comportement et ses petits plaisirs.
Il le regarda doucement, essayant d’apaiser un peu son allure de grand dur, bien qu’il ne savait pas si c’était une bonne idée.
Il prononça d’une voix mi-froide mi-douce, la douceur écrasant la froideur de son ton :

- Bonjour…

Vu les gestes qu’il avait effectués envers lui, qui donnaient bien le signe qu’il ne le prenait pas pour un objet, il lui rendit tout tendrement le baiser, s’accrochant à moitié à Izume, profitant bien de ses lèvres et de sa langue avant de se retirer pour le regarder tendrement.
Il lui tapota la tête dans un geste pour le rassurer par rapport à ses réactions qu’il risquait d’avoir envers lui, bien qu’il ne comptait guère s’enflammer comme ses derniers jours.
Et pendant qu’il lui tapotait la tête, Alois se rassurait d’une certaine façon lui-même.
Il s’excusa sur le même ton :

- Désolé si je m’emporte un peu trop ces derniers temps, mais je ne sais plus quoi penser, et j’ai l’esprit tout confus avec cette histoire, alors je fais tout pour ne pas devenir fou. J’ai trop peur de me faire avoir un jour comme Claude le fait avec moi en ce moment, et c’est la première fois que je fais vraiment confiance à un démon.

Il avait évoqué un fait et un sentiment qu’il éprouvait un peu sur le coup.
Alois ne savait vraiment plus quoi penser, il devait l’avouer, tellement qu’il craignait de se retrouver seul à nouveau, chose qu’il ne supporterait pas.
Il sous-entendait en amplifiant sur le mot « vraiment » qu’il avait souffert sans le montrer de ce qu’il avait comprit des ambitions de Claude, et à cela, il baissa les yeux, triste d’être toujours rejeté pour ce qu’il était.
L’adolescent se sentait de plus en plus déshonoré d’exprimer par des mots et des gestes ses maux êtres, malheureusement pour lui, ces derniers temps, c’était la seule façon de se dévoiler. Il se mordit la lèvre à cette pensée, se rappelant qu’il avait le monde à dos.
Quasiment aucun allié, quasiment aucun soutien véritable.
Il devait à chaque fois tout porter sur ses épaules comme un adulte le ferait.
Ca en devenait beaucoup trop pour sa jeunesse, et ce fardeau ne cessait de l’anéantir petit à petit dans une rapsodie de douleur silencieuse.

Alois ignorait si Izume pouvait sentir cette souffrance intérieure qui le détruisait, où chaque battement de son cœur avait droit à un coup d’un mini poignard bien aiguisé.
Après tout, aux yeux du monde, il restait un grand mystère que part ses habits qui reflétaient bien son comportement.
Sauf que cette fois, cela dépassait l’amitié entre eux deux.
Alois devient bien se l’avouer, il avait apprit l’affection en regardant, mais il n’avait jamais été aimé, il ne savait pas comment aimer parfaitement…il se creusait la tête pour être le meilleur possible dans le sujet, pour rendre heureux ceux qu’il chérissait, mais au fond, n’avait aucune idée si c’était le bon choix à faire.
Parce qu’encore une fois, il était seul.
L’adolescent cessa de se morde la lèvre, priant vainement que ces pensées noires l’ai atteint, et regarda l’incube présent devant lui, trop perturbé apparemment pour savoir ce qu’il allait faire, se contentant de réfléchir sur le moment.
Pour ne rien laisser paraître de ses réflexions intérieurs, il demanda :

- Sa va de ton côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Sam 27 Aoû - 11:00

    Izume trouvait qu'Alois changeait petit à petit. Enfin d'après lui. Il se montrait plus ouvert, montrait ouvertement ces sentiments sans pour autant faire exprès. Izume ne savait pas parler du passé comme le faisait le noble et c'est avec surprise qu'il vit qu'il se sentait gêné que l'incube vérifie ces poignets. Malgré tout, quand le démon avait enfin finis de remettre les bandelettes comme il faut, il reçu un bonjour doux et sucré. Alois l'embrassait à pleine bouche mêlant sa langue avec la sienne. L'échange ne dura que quelques secondes mais il était remplis de tendresse. Son regard le prouvait. Après il se faisait tapoter la tête... Pour une raison qu'Izume ignore complètement. Embrasser pour lui est naturel...

    - Désolé si je m’emporte un peu trop ces derniers temps, mais je ne sais plus quoi penser, et j’ai l’esprit tout confus avec cette histoire, alors je fais tout pour ne pas devenir fou. J’ai trop peur de me faire avoir un jour comme Claude le fait avec moi en ce moment, et c’est la première fois que je fais vraiment confiance à un démon.

    Le concerné s'arrêta sur le mot confiance. Comment pouvait-il faire confiance en si peu de temps ? Izume est aussi démon que Claude sauf que son domaine de prédilections sont les sentiments. Pour l'incube la confiance ce n'est qu'éphémère. Et Alois savait très bien que pour survivre un incube pompait de l'énergie des autres dans un actes sexuel ou dans un baiser passioné. Izume avait pour habitude lui de n'accordait que sa confiance au gens qu'il ne se tapait pas dans leurs lits. Question de principe... Il passa un main dans les cheveux d'Alois, on aurait dit qu'il était submergé de trop de questions et de souvenirs. Le Sakumoto n'était pas télépathe, mais il sentait la souffrance dans ses yeux, comme si retenir ses larmes était trop douloureux. Solitude, haine , mort et perversion du passé pesait lourd sur ses épaules d'adolescent de 15 ans.

    - Sa va de ton côté ?

    Le silence qui pesait avait du gêner Alois. Izume n'est pas très bavard en général surtout avec des gens comme Alois. Avec Jack, sa passe comme de l'eau de roche, ils se comprenaient mutuellement, cependant, son expérience lui avait appris que dans une relation plus qu'amical, le mal à l'aise est souvent roi. Une relation ce fait à deux. Izume murmura à Alois d'une voix douce :

    - Pourquoi empêcher ton cœur de s'exprimer ? Si tu veux t'emporter, emporte-toi... Ne laisse pas ton esprit te submergé par ton passé... Tu m'as embrassé ,et alors ? Ce n'est pas normal pour toi ?

    Pour démontrer ces dires, il le réembrassa sans pénétrer sa langue, sans y mettre de l'intensité. Lèvres contre lèvres, tout simplement. Il lui souria à pleine dents ensuite. Avec ces mouvements il remarqua que le lit rebondissait. Il se stoppa fixant les couvertures d'un air sérieux, il rebondissa une nouvelle fois... Son air sérieux s'échangea avec un rire enfantin. Il n'avait pas souvent eu l'occasion de sauter sur un lit. Il se restreint de toutes ses forces en se répétant "Tu n'est pas chez toi...". Il se tourna vers Alois, et son faire exprès, ses yeux et la moue qu'il faisait ressemblait à un chien battu, ou un remix du chat de Shrek. Il essaya tant bien que mal de cacher sa fustration...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Sam 27 Aoû - 12:21

En sentant la main d’Izume passer dans ses cheveux, c’était vraiment sa considération et s’il avait une confiance en lui qui avait effacé toutes ses questions d’auparavant.
Engloutissant encore plus loin sa tristesse dans sa gorge en silence.
Alois n’avait trouvé que cette question pour ne rien laisser voir de sa longue réflexion, devant admettre que ce silence le pesait de plus en plus.
Il avait trop l’habitude avec Claude d’avoir une personne inerte, sans émotions à côté de lui.
Il faisait comme si de rien n’était après avoir comprit qu’il n’était qu’un tas de viande à ses yeux qui serait rapidement jeté à l’abattoir quand il en aurait plus besoin.
L’adolescent devait craindre que ce schéma se répète avec l’incube, bien qu’il s’en fichait un peu qu’il se nourrissait de son énergie.
Il acceptait Izume tel qu’il était dans son espèce.
Il ne voulait juste ne pas être délaissé, avoir une valeur moindre à cause de sa race humaine, seulement à cause de cela.

Alois fut rassuré d’avoir pu tirer quelques mots de l’incube, aussi faible soit il, détruisant ce silence qui le rendait fou. Il lui sentit murmurer à l’oreille d’une voix douce :

- Pourquoi empêcher ton cœur de s'exprimer ? Si tu veux t'emporter, emporte-toi... Ne laisse pas ton esprit te submergé par ton passé... Tu m'as embrassé, et alors ? Ce n'est pas normal pour toi ?

Il n’eut pas le temps de songer sur ses dires qu’il se fit doucement embrassé à nouveau, sans intensité, ses lèvres contre les siennes, lui souriant à pleine dent par la suite.
L’adolescent se rendit très vite compte que l’incube avait remarqué que le lit rebondissait avec ses mouvements, prenant un air enfantin d’un coup comme s’il voulait sauter sur le lit tel un gamin. Réaction qui fit lâcher un petit rire amusé pour Alois, ses yeux de coquet amplifiant ce rire, ne l’ayant jamais vu comme ça.
Bien que l’air amusé fût une facette qui dissimulait son sérieux.

Avant de répondre à sa demande et d’aller cerner les points d’ombres des sujets qui le démangeaient, il fit l’état des lieux internes de ses questions, espérant ne pas trop se trahir quand il y répondra sans mentir.
Pourquoi il empêchait son cœur de s’exprimer ?
Parce que l’adolescent avait l’impression, voire la certitude que personne ne s’en souciait.
Quasiment personne ne s’intéressait à lui, donc il avait fini par le prendre en fatalité.
L’adolescent s’était dissimulé sous une coquille pour ne pas se laisser submerger par ses émotions. Concernant son passé, c’était peine perdu.
C’était un fardeau qu’il avait accepté.
Il se tut un instant intérieurement concernant le baiser.
Alois renonça par contre à en discuter, même intérieurement.

L’adolescent baissa les yeux, répondant tout doucement à haute voix bien que claire, ses mots tremblants vu qu’il les sortait directement de son cœur et craignait de mal s’exprimer :

- Quasiment personne ne se soucie de ce que je pense, donc à force, j’ai renfermé mon cœur. Je l’ouvre seulement quand je sais que ce ne seront pas des paroles en l’air….du moins, quand je le pense…mon esprit restera submergé par mon passé, c’est le fardeau de mon existence et j’en suis très conscient…pour les baisers…je…comment dire…on ne m’a jamais aimé à vrai dire…j’ai appris l’affection en aspirant à ce que tout gosse de mon âge devrait avoir…de ce fait, je sais en faire…mais…je ne sais pas vraiment bien aimé pour ainsi dire…pour ne pas me faire rejeter à nouveau…

Il se laissa un temps de pause pour déglutir.

- Et quand le vieux m’embrassait, je n’étais pas consentant à l’époque…savoir si ce n’est pas naturel chez moi, je n’en ai aucune idée…enfin…ça dépend si la personne en face me fait entièrement confiance, sait que jamais je la trahirais et que je ne l’abandonnerais pas…là, je peux me donner entièrement à l’autre sans avoir peur…je deviens quelqu’un d'autre au-delà de ma petite muraille de protection…seulement, une fois que je fais ça, le chemin arrière est impossible…si on me trahit, une partie de moi-même se tuera et s’ajoutera à la crasse intérieure de mon esprit…

Nouvelle pause, détournant la tête en ayant honte, se confessant :

- Aujourd’hui, j’ai dépassé la limite du supportable…je pense qu’une trahison de plus me pousserait au suicide…

Par geste de gentillesse ou dans un but de se calmer, malgré ses yeux tristes qui s’étaient dévoilés, il approuva le désir d’Izume de sauter sur son lit, en profitant pour dissimuler son visage sous ses cheveux. Ne pleurant pas, mais ravalant sa tristesse à nouveau de toutes ses forces. Attendant avec patience une réponse de la part de l’incube.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Jeu 1 Sep - 12:15

    Un rire magnifique était sortit de sa bouche. En fait, Izume avait une passion pour la joie et la bonne humeur... Et ce rire, il en était tombé amoureux. Il était léger, le poids sur les épaules d'Alois semblait disparaître. Un instant court, mais féérique. Izume ne put s'empêcher de sourire, un sourire rempli de tendresse. Néanmoins, l'ombre qui pesait sur Alois reprit tellement vite le dessus que son aura devenait aussi déprimante qu'un cimetière. Le noble était partis dans un récit que l'incube écouta attentivement, essayant d'analyser son comportement et de ne pas dire des bêtise la prochaine fois. Toutes ses révélations étaient sinistres, mais Izume avait l'intention d'arranger tout ça. Il pouvait se le dire maintenant, il était tomber amoureux d'Alois Trancy. Malheureusement la confiance du Sakumoto ne se donne pas au moment où il est amoureux. Loin de là, sa se construit avec le temps... Et l'incube en avait plein à perdre... Le principal obstacle entre l'amour "Incube/Humain" c'est l'immortalité. Que dirais Alois quand il verra qu'il a gardé sa jeunesse alors que lui aura gagné 50 ans ? C'était toujours le problème avec Izume... Il écoutait toujours son amant, qui lui expliqué le pourquoi du comment ses sentiments envers "le vieux" comment il s'est fait traiter ou plutôt violer. Izume compara à cet instant le blond à une poupée... Une poupée fragile, chaque mot pouvant la briser. Oui, il ressemblait à une poupée. Il laissa une deuxième pause avant de lâcher :

    - Aujourd’hui, j’ai dépassé la limite du supportable… Je pense qu’une trahison de plus me pousserait au suicide…


    L'incube avait très bien comprit le message... Il n'avait pas l'intention de l'abandonner, pas encore. Et même cette idée ne lui était jamais venu à l'esprit. Il entendit l'approbation de blond pour sauter sur le lit, mais il avait déjà oublié son désir de rebondir. Il releva la tête qui était baissé d'Alois. Il avait envie de pleuré, sa se voyait. Il l'embrassa doucement son front et le prit dans ses bras avec délicatesse de peur de la briser, sa poupée.Il lui murmura à l'oreille :

    - Même si mes paroles sont souvent légère... Je n'ai pas l'intention de t'abandonner. Sauf jusqu'à que ton véritable amour pointera le bout de son nez...

    Souvent, les incubes attirent les gens par leurs aura ou leurs physiques. Izume ne fait pas exception, le peu de gens auquel il est tombé amoureux sont partis après avec leur véritable amour, une personne de la même espèce. Il a l'habitude. Sauf une... Jusqu'à sa mort elle a aimé l'incube de tout son cœur, avec sincérité, elle s'apellait Mika.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Jeu 1 Sep - 14:00

A ce qu’il pu remarquer, sa confession faite dans l’émotion avait fait oublier à Izume son désir enfantin. En effet, il sentit les mains de l’incube lui relever la tête. De la surprise se lisait dans les yeux du jeune blond, bien qu’elle fût à peine identifiable. Izume semblait avoir vacillé dans la tristesse avoir entendu ses paroles, dires dont il se sentait désormais honteux d’avoir révélé presque sur un coup de tête. Au moins, cela l’apaisait d’un poids, il pouvait à nouveau se dissimuler sous sa coquille.
Alois sentit le baiser sur son front fait de la façon plus douce possible.
Izume avait apparemment assimilé ce à quoi il faisait référence en parlant du vrai lui : une poupée, pas un état similaire celui d’un zombie, bien que son vrai lui ressemblait à un cadavre d’apparence de cet objet tellement cassable et dévêtu de toute conscience.
L’adolescent était conscient que son existence était remplie de fardeaux, et qu’il les passait à ceux avec qui il parlait. Un poids qui était beaucoup trop lourd pour ses épaules…
Après, c’était l’exprimer, et le faire passer de la façon la plus douce possible s’il pouvait pour ne pas se briser en se rappelant à quel point il était enchaîné à son destin qu’il haïssait, qui avait engendré chez lui une jalousie démesurée envers le reste du monde qui avait toujours une joie quelque part malgré leur malheur.
Alois ne pouvait que se comparer à un papillon attaché dans une toile d’araignée, refusant que cette dernière le dévorant en se débattant de ses ailes brisées, bien que son sort funeste fût inévitable. Mais pour relativiser, le papillon qu’il était se formait des illusions pour montrer qu’il était fort, qu’il tiendrait tête à son destin, qu’il l’outragerait avec force.
Une belle contradiction qui avait des conséquences assez dramatique sur le moral de l’adolescent, qui, quand il valait faire un choix entre lui et les autres, optait pour la deuxième option tout en s’arrangeant ironiquement pour que cela l’arrange.
Ce comportement qu’il avait engendré n’était pas anodin, provenant de son réflexe de se battre compte que compte, et usant de son égoïsme dans son plaisir de manipuler.

Regardant Izume sortant de son cocon de tristesse, il lui sourit tendrement, songeant que les vérités sur lui étaient toujours douloureuses et dures à accepter.
Il le sentit lui murmurer à l’oreiller :

- Même si mes paroles sont souvent légère... Je n'ai pas l'intention de t'abandonner. Sauf jusqu'à que ton véritable amour pointera le bout de son nez...

Alois décrocha un sourire rassuré, et heureux en entendant la première phrase, et retenu un rire amusé en entendant la deuxième.
Un véritable amour, c’était Izume, quoi qu’il pense en dire.
Un amour qu’il s’était créé comme dans un caprice parce que son cœur battait pour l’incube.
C’était la force de l’adolescent, la deuxième facette de son vrai lui sans vie.
Alois ne cachait pas qu’il était un capricieux de première, et qu’il était prêt à tout pour avoir ce qu’il voulait en me démordant jamais d’une idée.
Jamais représentait éternellement.
Elle pouvait être rancunière, haineuse, amoureuse, elle ne ressortirait jamais de son esprit.
Il s’était forgé une partie de lui-même immensément manipulatrice, qui tenait en compte toutes les observations du jeune blond en terme des comportements des autres, afin de les faire agir dans ce qu’il voulait entendre, voir, ou faire.
Il était impossible de savoir quand Alois manipulait ou pas, vu que dans les deux cas, l’adolescent ne se mentait pas à lui-même. Il parlait avec le cœur. Il agissait pour se protéger, pour être sûr de ne pas se faire avoir alors qu’il aurait pu le deviner.
En trouverait il un « vrai » un jour ? Qui sait.

L’adolescent caressa doucement la joue d’Izume, pour le rassurer, élargissant son sourire heureux qui faisait tellement plaisir à son amoureux.
Alois pouvait en être fier maintenant d’avoir de telles illusions d’apparences pour se voiler la face. Toutes ses heures passé devant un miroir à essayer de sourire, de rire, de paraître normal…il en avait bavé. Malgré tout l’amour qu’il s’était donné à lui-même d’être devenu noble sans le vieux qui lui avait donné cette chance à un prix inhumain, Alois s’était détesté pour ce qu’il était devenu.
Une haine qu’il ne faisait que faiblement éclater extérieurement.
Ses rages n’étaient que la représentation de sa colère envers son existence, pas envers lui-même.
Ses tentatives de suicide n’étaient que le reflet de sa tristesse.
Si l’adolescent s’observait bien, c’était sa sensation de fautif d’être en vie qui dévoilait cette haine. Il avait finit par se dire que les paroles des nobles étaient vrais : qu’il était la plaie de la nation, qu’il serait mieux mort, que sa vie causait le malheur. C’était dramatique, mais Alois en avait eut la confirmation, et avait accepté sans broncher ce fait là.
Il ne le faisait que seulement peu savoir.

Ne voulant pas de son plein d’émotions et de pensées se voit, l’adolescent embrassa délicatement la joue d’Izume, lui murmurant à l’oreille, se prenant au jeu de son habitude, remit dans sa posture habituelle de garçon bizarroïde intouchable moralement et insondable :

- Merci Izume, je t’aime tellement, et ça me fait plaisir de savoir ça. Tu me rassures dans un certain sens. Oh, mon véritable amour c’est toi, mais qui sait, un jour j’en trouverais un. J’ai toujours eus des attirances plus pour les autres espèces que les humains.

Bien que sa voix fût douce avec un timbre légèrement pas net, son ton était tout mélodieux, et aucunement agressif. Se retirant de l’oreille, il alla se poser contre le torse d’Izume, l’enlaçant tendrement de ses faibles bras, le câlinant en gardant sa posture.
Alois était vraiment rassuré, encore plus qu’il voulait bien le montrer.
Son poids de peur pouvait se retirer, laissant place à un grand espace vide dans son ventre déjà occupé par sa boule de douleur dont il ne prêtait plus attention, pouvant ainsi se libérer corps et âme et dévoiler toutes ses facettes sans risque.
Pour la confiance d’Izume, Alois devait être patient, chose qu’il approuvait maintenant.
Au diable sa deuxième relation, tant qu’il avait une place assez grande dans le cœur d’Izume, ce dernier lui disant et lui montrant qu’il aimait, Alois avait tout pour être heureux, sans aucune rancune, sans chercher la petite bête !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Mar 25 Oct - 23:24

    Le contact de la main de son amant sur sa joue le fit frissonner. Il avait les mains tellement chaude par rapport à sa température corporelle. Il ferma tout de même les yeux pour apprécier du mieux qu'il pouvait le contact sur sa peau glacé. Il aurait voulut faire durer ce touché mais bien vite, Alois s'avança vers son oreilles chuchotant quelques mots. L'incube ouvrit les yeux, regardant devant lui le mur d'en face. Il était tapissé sombrement comme le coeur du noble. Il écouta de son oreille les paroles murmurer :

    - Merci Izume, je t’aime tellement, et ça me fait plaisir de savoir ça. Tu me rassures dans un certain sens. Oh, mon véritable amour c’est toi, mais qui sait, un jour j’en trouverais un. J’ai toujours eus des attirances plus pour les autres espèces que les humains.


    Izume sentit son souffle sur son oreille qui s'éloignait pour que la tête blonde vienne se coller à son torse. Il l'accepta à bras ouvert même si peu habitué par la tendresse il avait apprit à faire des efforts avec les personnes qui comptait pour lui. Alois en faisait bien évidemment partit. Izume était maladroit quand sa concernait l'amour... Maladroit et impulsif. Il a beau besoin de sensualité, de désir et d'amour pour vivre, il n'y connaissait pas grand chose. Il fallait dans ces moments faire attention à l'autre sans trop le coller... C'était un paradoxe que l'incube avait du mal à cerner. Trop ou pas assez, c'était difficile pour lui de doser juste à point. De plus Alois n'était certainement pas la personne la plus facile à cerner niveau amour. Izume caressa machinalement les cheveux d'Alois, sentant les douces mèches entre ses doigts... C'était plutôt agréable. Il trouvait ces cheveux vraiment bien entretenu. Ce qui pour Izume était moins évident puisque son apparence actuelle était un homme aux cheveux rebelles qui vole à leurs pleins grés, de vrais petites saletés. Devrait-il changé de coupe de cheveux ? Aaaah le fabuleux pouvoir des incubes. Pouvoir changer d'apparence pour avoir un désir plus fort. En toute logique, si un incube se nourrit de sexe, plus le partenaire sera désireux et gémissant plus son énergie sera meilleure... C'est indispensable pour les incubes d'avoir le don de changer l'apparence. Ils peuvent prendre automatiquement l'apparence de l'idéal sexuel du partenaire. Plutôt intéressant quand on veut échapper à la police.

    Il frictionna doucement Alois en le berçant comme un enfant. Il trouvait la situation amusante. Il essaya de savoir comment il avait pu tomber amoureux de la personne la plus étrange de Londres. Il avait des fantasmes, un passé, des méthodes, des pensés, des façons étranges. Chez lui tout respirait l'inconnu. Même sa façon de... Conserver le sperme dans des tubes qu'il range on ne sait où. Il laissa échapper un rire en l'imaginant bavant devant son sperme collectionnée. Vraiment bizarre... Dans un élan, alors que sa faisait déjà une bonne dizaine de minute qu'ils étaient tout les deux dans la même position. Izume fit renverser Alois sur le lit. On ne sait comment ni pourquoi mais sa bouche commença à se balader. La raison ? Elle était simple, parce qu'il en avait envie. Il commença la découverte du corps du noble par son cou, il en laissa quelques suçons bien marqué et s'amusait à passer de long coup de langue sur tout le cou. Il mordilla malicieusement ses oreilles, puis embrassa par saccade sa joue, ses paupières, son nez, son front et pour finir ses lèvres. Il avait toujours ce faible pour la douceur des lèvres de l'adolescent. Il pénétra sans tarder sa langue pour se frotter à celle du blond avec avidité. avait les mains de chaque côtés de sa tête, s'appuyant sur eux pour se donner un minimum d'altitude pour pas écraser Alois. Seul ces lèvres touché le noble. Il pensait rester le dominant... C'est beau de rêver...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Jeu 27 Oct - 13:32


Alois se sentait à l'aise, ailleurs, renfermé dans son monde.
Rassuré rien qu’à entendre furtivement le cœur d’Izume, supprimé d’un poids qui l’avait pesé tantôt. Fermant les yeux, il profitait de cette étreinte, sentant des caresses sur ses cheveux soyeux ce qui lui provoqua un petit sourire heureux.
Il se sentait bien contre Izume, tellement bien.
Ses efforts qu’il faisait pour lui, l’adolescent l’avait remarqué, prenant en compte son besoin d’affection. Alois regarda Izume un court instant, le scrutant de partout.
L’incube savourait le contact qu’il possédait avec ses cheveux, finement pensif. Sans en chercher à savoir davantage, l’adolescent s’adossa encore plus confortablement contre Izume.
Il était tellement froid par rapport à lui, quel paradoxe.

Il sentit des caresses sur son corps qui lui rajouta du bien-être supplémentaire, ronronnant tel un petit chaton qui se faisait câliner amoureusement par son maître.
Être bercé augmenta ses ronronnements, le faisant somnoler à moitié.
Jamais il ne pourrait refuser d’être chouchouté de cette façon, sachant que ce n’était guère pour l’amadouer.
Bien qu’il trouve assez ironique d’avoir donné des cours d’amour à un incube qui était âgé d’au moins un siècle.
Il eut un petit sourire intérieur, aucunement méchant, montrant uniquement que cela l’amusait. Alois n’avait pas fini d’étonner l’incube qui ne serait pas au bout de ses peines, et vu qu’il pouvait ouvrir son cœur sans risque, l’étonnement qui allait en ressentir ne risquait point de partir. Au contraire, cela allait s’intensifier au point qu’il allait se demander si l’individu en face de lui était humain.
Une question sans réponse même pour le concerné lui-même.
Chercher la réponse ne l’intéressait pas, tant qu’il réussirait à être heureux, le reste sur lui importait peu…Il se coupa dans ses pensées, ne voulant pas que son esprit embrouille à nouveau tout à l’intérieur, sa somnolence le refaisant penser à Luka sans raison.

Le rire d’Izume lui fit quitter d’un coup ses pensées, clignant très furtivement des yeux, n’ayant aucunement l’habitude de ciller. Alois eut un petit sourire en coin, amusé, se doutant bien que la dernière découverte d’Izume sur son nouveau projet par rapport au sperme devait bien le surprendre et le faire glousser. S’il l’imaginait en train de baver sur le sperme collecté, il avait deviné exactement l’un de ses fantasmes phares du moment. Il pouffa un rire camouflé, s’imaginant sa tête quand il lui montrerait son fameux gâteau au sperme préparé, cuit par ses soins.
Il devra vraiment prendre une photo à ce moment là, ayant déjà l’idée parfaite pour la légende. A la fin de cette pensée, et de cet avenir futur qu’il s’ancra dans la tête pour le retenir et le sortir ultérieurement, il sentit dans un élan qu’Izume le fit basculer sur le lit, se retrouvant dominer par l’incube, changeant leur position régulière de tantôt.
Alois ne cilla pas, ses hormones activées à bloc, un petit sourire heureux au coin des lèvres comme s’il avait attendu avec impatience l’instant où Izume craquerait à nouveau. Immédiatement, il sentit sa bouche se balader, profitant pour bien lever la tête et le cou, songeant aussitôt à toutes les possibilités possibles et improbables de comment la future scène allait se dérouler.

Alois eut un énorme sourire intérieur sentant la bouche de son amant sur son cou, lui laissant des suçons bien marqués tandis qu’il gémissait de façon finement aigue.
Ah que sa peau était sensible, mais que ça devait être le pied pour l’incube !
Son corps se chauffa davantage, cela l’excitait de plus en plus.
Alois sentit Izume s’amuser avec sa langue, passant de longs coups de langue sur tout son cœur, ce qui amplifia les gémissements de l’adolescent dans l’aigue, remerciant du regard la tendresse avant de fermer les yeux dans un geste de soumission.
Sa prévoyance avait été une nouvelle fois juste, sentant les mordilles de ses oreilles qui lui fit lâcher de nouveaux gémissements, plus fins cette fois-ci, avant de sentir des baisers en saccade sur sa joue, ses paupières, son nez et son front. Il ne pu s’empêcher de rougir très légèrement quand ce fut ses paupières et son nez, étant la première fois qu’il se faisait embrasser ici, la joue et le front étant plutôt une façon physique de le rassurer.
Du moins, Alois avait ancré ces codes.
Malgré son excitation qui s’amplifia, commençant à rendre son corps plus doux et tout aussi chaud qu’un volcan en fusion, ce qui était un vrai bien-être pour le soumis, il symbolisa ses baisers tandis que la bouche d’Izume pénétra doucement ses lèvres sur les siennes, entrant la langue pour se frotter contre la sienne, ressentant tout le désir de de son amant envers l’adolescent. Alois s’investit automatiquement, suffisamment peu pour qu’Izume ait le pouvoir un court moment, sachant qu’il raffolait de ses lèvres.
Il n’eut pas à réfléchir longtemps sur le symbolisme de ses baisers de tantôt : il l’aimait en tant que personne, il voulait le voir en vie, et indirectement, il lui disait qu’il était très précieux à ses yeux. Il trouva même un sens à donner aux différents éléments qu’il avait embrasser : d’abord sa joue pour le rassurer à demi-voix de ne pas s’inquiéter, qu’il ne le considérerait pas comme un objet et qu’il aimait pour tout ce qu’il était ; par la suite, ses paupières car elles représentaient sa vue, lui susurrant indirectement qu’il avait été charmé par ses yeux rempli d’émotion qui en voyait plus beaucoup ; par la suite, son nez car c’était le membre qui lui permettait en autre de respirer, et il dévoilait que cela lui était cher ; ensuite le front qui revenait au sens de la joue terminant par les lèvres confirmant avec amour toutes les significations de tantôt.
Réfléchir sans cesse, cela avait du bon. Désormais, il n’avait plus qu’à vérifier ses conclusions, sachant pertinemment que son flair naturel ne l’avait pas encore trahit.

Profitant passionnément du baiser, il poussa sa tête en arrière pour laisser encore plus d’espace à Izume de savourer sa bouche, prenant en compte par instinct et expérience la position où était son amant, retenant ses mains baladeuses qui étaient chaudes de désir et de domination. Il profita du baiser pour retirer d’une main ses bottes qui ne lui étaient plus nécessaires, retirant avec délicatesse et grâce ses collants, écoutant le bruit de ses bottes tomber comme un feu vert à l’ouverture de son côté pervers et sexuel.
Il se servit de ses mains pour enlever sa veste fétiche, ainsi que son nœud qu’il délia gracieusement, retirant en même temps tous les boutons de son gilet et une partie de sa chemise pour bien faire percevoir son torse précédemment bombé dans la foulée.
Afin que le début de la danse tel qu’il l’avait prévu commence dans de bonnes conditions, il se mêla du baiser avec passion, ne retenant plus ses mains baladeuses qui touchèrent et examinèrent avec tendresse et provocation le corps d’Izume, savourant bien la découverte de son torse. Pour démarrer le jeu dès que son amant retira sa bouche de la sienne, Alois cessa ses mains baladeuses, regardant Izume dans les yeux afin de lire ses émotions, l’allure bien provocatrice, ses yeux à lui pétillant de désir :

- Profite de chaque parcelle de mon corps, Izume…alors je m’occuperais de toi, et tu pourras recommencer à me dévorer.

Sa voix était douce, quasiment enfantine, rempli de désir, d’envie, légèrement soumisse mais restant tout de même dominatrice, donnant une fleur à Izume.
Il leva son cou pour que toute sa surface soit visible, renfermant les yeux à nouveau, terminant de déboutonner sa chemise, faisant percevoir l’intégralité de son torse, posant une des mains de son amant sur ce dernier lui faisant lâcher un nouveau gémissement, beaucoup plus fort et beaucoup plus aigue que le précédent.
Attendant avec impatience la pulsion d'Izume.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Mar 14 Fév - 19:15

    A sa plus grande surprise, Alois ce laissa totalement faire, et même il ne retenait pas du tout sa voix, il se laissait totalement aller dans la domination de l'incube. Il entendit le doux son des gémissements de son amant, ce qui ne le laissait aucunement indifférent. Ces doux sons plaintif et suave. Devrais t'il les enregistrer, juste pour entrer dans le jeux de collection d'Alois ? Ce n'était pas une mauvaise idée après tout. Mais il n'avait ni magnétophone ni autre chose pour sauvegarder la douce voix du noble. Son amant commença à s'activer lui même, se déshabillant avec sensualité, même si Izume ce doute que ce n'était pas prémédité, c'était très tentant. Les bottes tombèrent, ainsi que son si mignon tissu qui lui servait de nœud. L'incube ne comprenait jamais les nobles, comment peuvent-ils supporter d'avoir le cou enserré comme ça ? C'est comme les corsets, c'est pour l'apparence mais ça te fait souffrir. Plusieurs prostitués et nobles se sont déjà évanouis dans ses bras ( Il faut avouer que c'est une technique de drague imparable aussi ) par manque de souffle à cause du corset qui empêche même de respirer. Bien que le nœud ne soit pas aussi excessif, il est aussi superflue. Prenez Izume pour exemple, rien de mieux qu'une vue sur son magnifique torse pour attirer l'œil... Revenons à notre affaire, Alois retira progressivement tout son haut qui était gênant pour voir son buste d'adolescent qui a l'air si fragile. Il sentit des petites mains se balader sur son propre torse. Comme il le pensait, finalement, Alois ne serrait jamais complètement soumis. C'est dommage, mais... On va faire avec ! Le baiser cessa, ainsi que les douces caresses.

    - Profite de chaque parcelle de mon corps, Izume…alors je m’occuperais de toi, et tu pourras recommencer à me dévorer.


    C'était un peu cul cul, mais bon. Un discours pour paraître cool ne fait de mal à personne ! Izume ne parla pas, c'est un tueur d'ambiance ce genre de phrase. Il embrassa le cou qui était bien en avant, il se doutait bien que c'était une autorisation, et descendit lentement, vers son torse qui est maintenant complètement mis à nu. Il détacha ses lèvres de la peau d'Alois et se recula un peu pour enlever lui même son haut. Il ne se fit pas patient, et arracha presque sa chemise avec un sourire charmeur. Il se remit à parcourir avec ces lèvres le torse de son amant, examinant chaque parcelle de son corps comme c'était si gentiment demandé... Il se stoppa à un endroit, un tétons dans son champs de vision. Oh oui... Le grand méchant loup va te manger ? Il passa un coup de langue sur celui-ci, un deuxième, un troisième et se mit à le suçoter avec avidité. Il en fit de même avec le deuxième, laissant bien sa salive dessus. Il continua ensuite sa descente, croisant au passage un nombril, qu'il titilla avec sa langue. Il remonta avec sa langue et revint vers le visage d'Alois, pour l'embrasser langoureusement. Il était vraiment chauffer à bloc et était tout à fait prêt à partager une nouvelle nuit avec Alois, mais cette fois, que tout les deux. Il passa une de ses mains dans les cheveux d'Alois et l'autre sur son dos. Il se cala sur ses hanches et ils étaient tout deux torse contre torse.

    - Bonne appétit ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Mer 15 Fév - 8:09


L’excitation se fait parfois par le verbal, cependant, de façon courante, c’était la gestuelle.
Se rendant compte que sa phrase risquait de tuer l’ambiance vu qu’assez couramment, son esprit se brisait tout autant qu’il s’extasiait dans une telle position de soumission, qu’il ne préféra pas en rajouter davantage.
Sa réaction ne se fit pas plus attendre toutefois, sentant la bouche d’Izume toucher son cou, lui faisant lâcher de nouveaux gémissements, ceux-ci un peu plus aigüe que les précédents.
Lentement, il descendit sur son torse, qui rendirent ses gémissements davantage forts, se moquant totalement qu’on puisse les entendre, il ne s’y risquait pas de contrôler sa voix.
Quelques faibles instants plus tard, ses lèvres se détachèrent, son amant se recula un peu pour enlever son haut, qui enveloppé dans l’impatience, l’arracha quasiment avec un sourire charmeur, ce qui excita l’adolescent qui se demandait maintenant s’il allait réussir à être patient de son côté. Des lèvres parcoururent à nouveau son torse dénudé, les examinant avec plaisir, conquit d’avoir eut son autorisation.
Un sourire en coin était apparut sans le vouloir sur les lèvres d’Alois, qui était passé de la morosité à… l’effervescence ? Les émotions qui le parcouraient devaient représenter cette joie si soudaine, une obligation de ne plus remonter dans ses tourments moraux.

Des gémissements dépassant la barre du cri arrivèrent dans un air de surprise suffisamment bien contrôlé pour passer inaperçue quand son amant entama un suçotement sur son téton avec avidité, qui réchauffa davantage son corps. Son sourire s’agrandit quand ce fut au deuxième téton où celui-ci eut le souvenir de sa salive, cela lui donnait de plus en plus envie d’être le dominateur d’un coup. Il sentit Izume descendre plus bas, titillant son nombril avec la langue, lui rappelant sans en être conscient le vieux, l’acte sexuel en tant que soumis étant une épreuve dû à la lutte continuel contre ses souvenirs de ce genre.
L’important pour Alois, c’était de trancher les deux situations entièrement différentes, et de rester stable. La dernière obligation était la plus difficile à effectuer sans qu’on puisse le remarquer, vu qu’au bout du compte, il craquerait d’une façon ou d’une autre à la fin. Un simple détail, à la condition qu’il parvenait à bien se faire comprendre dans son interprétation.

Sa langue remonta à nouveau, allant sur ses lèvres lui faisant un baiser langoureux dont il ne prit pas part, savourant toutefois le baiser avec un entrain qui s’était accru, teintant ses joues d’une teinte rosé. Une main passant ses cheveux tandis qu’une autre alla sur son dos quand le baiser s’arrêta, le sentant chauffer à bloc tandis qu’il jubilait, et se retenait d’aller inverser les positions, bien que ça serait pas aussi simple à réaliser puisqu’il s’était callé sur ses hanches, et que désormais, ils étaient torse contre torse.

- Bonne appétit ?

Un rire amusé sortit de sa bouche sans le vouloir, au final, son regard de troublé qu’il aurait pu avoir changea, devenant davantage dominateur malgré un air de soumis désormais assumé, ne pouvant pas revenir sur ces dires aussi brusquement.
Comme unique réponse, Alois l’embrassa, en y mettant la langue, lui rendant son baiser langoureux de tantôt pimenté par de la passion, passant ses mains autour du cou d’Izume, allant caresser les cheveux de son amant via ses dernières, rendant le rapprochement de leurs torses au paroxysme, déposant de sa salive dans la bouche d’Izume.
Quand il cessa le baiser, il remonta un peu, allant doucement mordre l’oreille de son amant dans un air des plus pervers, descendant un peu juste après, ayant du mal à se retenir, allant prendre entre ses dents respectivement chaque téton de son amant afin de les dévorer dans des puissantes léchouilles quelques secondes.
Par la suite, Alois lécha chaque parcelle des lèvres d’Izume avant d’aller gentiment s’allonger à nouveau, se léchant les lèvres, ayant savouré son avant goût de la pulsion qu’il s’était emparée de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Mer 14 Mar - 16:58

Izume entendit le rire frais d'Alois. Il ne l'avait pas souvent entendu, et ça fait toujours du bien de savoir qu'on est drôle. Non pas qu'il ait besoin de se sentir aimé et amusant. Ça à un côté plaisant. L'incube n'eut le temps de faire quoique se soit, qu'une touffe blonde lui sauta presque dessus. Finalement il avait craqué plutôt rapidement... Mais le blondinet n'était pas encore le rôle de dominant... Après tout, Izume était celui qui pour l'instant était au dessus. Il comptait pour l'instant rester à son rôle de mâle seme. Ces lèvres se firent assaillirent par celle d'Alois, elle était très douce et pulpeuse à souhait. Des lèvres d'enfants. D'ailleurs, Izume est en fait un pédophile. Il se tape un jeune de moins de 18 ans... Bientôt on le verra traîner devant les écoles privées avec un bonbon dans la poche pour amadouer, un long manteau noir et un sourire charmant. En fait, il n'avait même pas besoin du bonbon. Son sourire charmeur suffira ! Quand cette pensée traversa son esprit il fit un blocage. C'était un peu contraire à ces éthiques de violer des enfants, il oubliait presque l'âge d'Alois vu la maturité dont il faisait part et son passé. Le baiser se faisait passionné et il ne pouvait que répondre, il sentit les mains bouillante d'Alois sur son cou ce qui lui tira un frisson. Il se fit ébouriffer les cheveux, mais ce n'était qu'un détail... N'empêche c'est stressant... Ces beaux cheveux bien mis qui lui donnait l'air si rebelle... Transformé, maintenant c'est le chaos dans ses mèches. Quel plaie... Il ne put s'étendre sur la question qu'Alois attaquait férocement et avidement un mordillage [Ce mot n'existe pas] de ses oreilles. Une sensation plutôt agréable... Mais c'est l'après. Il sentait qu'Alois faisait une rechute... Oh oui, il était clair qu'il reprenait du poil de la bête et qu'ils bientôt échanger les rôles si sa continuait. Pourtant, Alois fut très sage [*Pat pat*] et lui mordilla seulement ses tétons sous les gémissement suave de l'incube. Il n'était pas du tout insensible à cette gâterie. Il serra entre ses doigts les draps, le pire c'est qu'il s'attardait bien sur sa "poitrine", la langue râpeuse ( moins que celle d'un chat hein uu') lui faisait lâcher des sons. Le plaisir ne dura qu'un instant quand l'adolescent lécha les lèvres de l'incube. Izume souriait quand il constata qu'il avait finit de faire mumuse avec son corps. Le brun souriait et lui susurra à l'oreille de façon sensuelle :

- Si tu tiens tant que ça à être dominant, tu n'as qu'à le dire tu sais ?


Cependant avant d'avoir une réponse, il lui mordilla à son tour l'oreille, les mains baladeuses descendant petit à petit vers le bassin du garçon. Il passa ses mains sur les fesses de son amant, il les caressa sans vergogne. Elles étaient fermes et douce [Pitié... Plus jamais j'écrirais un truc comme ça, j'ai honte xD], ils passa plusieurs fois sa main dessus, les malaxant avec tendresse [Raaaaaah]. Ensuite, il descendit sa ma main un peu plus bas, frôlant l'entrée du trou d'Alois, il le tripota aussi pour faire monter l'impatience mais ne le pénétra pas. Il voulait d'abord sa réponse, mais il comptait le faire gémir autant que possible. Il arrêta de s'occuper de l'arrière pour passer à l'avant. Il frôla d'un doigt le membre de son amant coquinement [Ce mot n'existe pas]. Il le taquina tout d'abord, ne faisant que le toucher doucement sans forcer, puis après un temps, il le prit dans sa main pour entamer une masturbation lente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   Jeu 15 Mar - 13:58


La complicité dans le baiser le rendait d’attaque dans cette pulsion qui était devenue réciproque, sentant Izume frissonner au contact de ses mains brûlantes. Alois savourait les gémissements de son amant, écartant de son esprit toutes ses souvenirs douloureux qui se bousculaient.

Les mèches rebelles en vrac lui donnaient un air mignon ! Son début d’impulsion était terminée, bientôt elle exploserait. Un sourire amusé naquit sur les lèvres de l'adolescent. Alois ne dénigrait jamais ses promesses, même si se résoudre à être sage allait être terriblement compliqué. Il alla planter ses yeux dans son partenaire, qui souriait. Une voix sensuelle s’ouïe :

- Si tu tiens tant que ça à être dominant, tu n'as qu'à le dire tu sais ?

Difficile de répondre face à la complexité du sujet : l’adolescent aimait à la fois être le dominateur lui donnant un sentiment de sûreté ; à la fois, être le soumis, dans le cas de l'âme soeur, cassant une condition où son corps n'était qu'un pâle outil de jouissance, tantôt par son prédécesseur, tantôt par les nobles. Vis à vis d'Izume, il aimait quand ce dernier le soumettait, tout comme il aimait le dominer, le compromis était l'unique solution.

Son sourire s’élargit, s’apprêtant à répondre cependant l’occasion lui échappa à la sensation des mordillements sur son organe auditif, sentant ses mains se balader sur son corps jusqu’au ventre, lâchant des gémissements, certes plus fins, à l’adolescent. Une rougeur incontrôlable siégea sur son visage qui fut angélique sur la seconde quand la main d’Izume allait, avec délicatesse, sur ses fesses qu’il caressait. Pendant ce cours instant,il était méconnaissable, tellement pivoine, des bruits bien aiguë s’échappaient de sa bouche. Son expression déniant point sa réaction face à cette nouveauté associée à une attention de son aise qu’il en était conquit de bonheur.

Cet instant se stoppa, la rougeur forte précédente de même, la main descendant un peu plus bas, la sensation d’un doigt qui frôlait son trou sans pour autant rentrer dedans lui faisant arracher des cris de plaisir à chaque passage, son corps devenait similaire à de la lave. L’adolescent fit basculer son visage au point que son cou était visible, la mécanique du geste s'étant enclenché d'elle-même. Cette tendresse supprimait sa panique aux faibles souvenirs, qui, malgré le gré d’Alois revenaient en puissance moindre.

Il profita des circonstances pour se relâcher ses muscles. Il sentit un doigt frôler son organe sexuel, sentant le taquiner, lui provoquant un petit hoquet de cri de plaisir, sentant ses doigts le toucher sans force. Le tripotage lent de son membre eut plusieurs effets sur son corps frêle : l'accrochage de ses mains aux draps, le retour de sa rougeur, l'amplification de la chaleur de son organisme, la hausse dans les aiguë de ses gémissements dans une sonorité doublée, un automatisme de se cambrer.

- aah…aah…je le dirais..aah…aah…promit d’être sage avant…aaah…sauterais dessus après…aah…prononça Alois d'une voix très sensuelle entrecoupée par ses gémissements, resserrant ses doigts, regardant dans un regard doux, délicat et amoureux son amant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Manoir Trancy] Deux Don Juan ensemble s'assemble [PV : Izume Sakumoto & Alois Trancy ] [Yaoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Le Majestueux Manoir McGregor [PV les deux frères Kirkby]
» Jouer ensemble à minecraft ?
» S'aimer, c'est regarder ensemble dans la meme direction?
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-