« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Lun 20 Juin - 20:47

Oh nuit… Oh lune, astre enchanteresse et envoûteuse. Magnifique vision.
En effet, la nuit était tombée quand le jeune démon sortit du manoir d’Eliza. Pourquoi ? pour une raison étonnamment simple : une fois n’est pas coutume, il quémandait un peu de paix, après cette dure journée. Oh, d’autres aurait sans doutes honte d’apprendre qu’un être comme lui, sensé se sacrifier corps et âme pour celle a qui il avait fait un pacte, néglige son devoir. Mais il savait qu’en cas de problème, elle n’aurait qu’a l’appeler a travers le sceau qu’il lui avait donné, d’une part, et d’autre part, il savait que sa maitresse avait un véritable sommeil de plomb. Par ailleurs, même si elle était réveillée, avoir un peu de liberté ne la ferait pas grogner, il le savait.

Cela étant, il avait une idée sur son activité. Une idée qu’il faisait peu souvent, mais bon…
Restait a trouver le lieu. Et il avait une idée derrière la tête. Il avait noté, un jour, lors de ses enquêtes, une très jolie damoiselle, qu’il avait suivi, une fois, tel un stalker, chez elle. Avec une distance telle qu’on ne pouvait même pas le voir, même en regardant vers lui, et avait ainsi trouvé le lieu ou elle habitait. Oh, loin de lui l’idée de la harceler, très loin, mais sa vision l’avait presque hypnotisé. Un véritable exploit, car Yohan n’était guère portée sur les sentiments ou sur les perceptions. Mais lui l’avait perçu, ce qui était un signe. Enfin… perçut était un bien grand mot. Dison que le moindre de ses gestes avaient attiré son attention, et qu’il l’avait trouvé étonnement belle. Sa blancheur de marbre, ses cheveux argent, et ses yeux rouges… D’ordinaire, la beauté humaine lui était indifférente. Pas la. Et il désirait, a sa manière, lui rendre hommage…

C’est pour cela qu’une fois au manoir de la jeune femme, il sauta par-dessus la balustrade, et bondit sur le toit, tel une ombre indétectable. Une fois ici, il sortit son instrument.
Un Ocarina.
Une sorte de flute, étrange, de forme ovoïde, de couleur blanche, ornée de signe démoniaque. C’était le seul instrument ou il pouvait se targuer de jouer  la perfection.
Prenant une grande inspiration, il regarda la lune, porta l’instrument a ses lèvres, et commença a souffler dedans, pour générer sa mélodie. Une mélodie douce, sensible, avec une pointe de tristesse… mais aussi hypnotisant, aimante…


C’était un hommage, un hommage qu’il rendait a la maîtresse de ce lieu… Maitresse humaine qui avait attiré son attention, et qui ne quittait pas ses pensées…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Ven 24 Juin - 21:21

La douceur de la nuit contraster avec la deumeure et l'envie d'y rester de la maîtresse des lieux . Marchant dans le jarbin a la mode japonaise Murasaki laissa l'astre lunaire tomber sur ses épaules dévêtus de du yukata vert qu'elle portait habituellement a ses épaules, toute était doux et frai et la simple brise qui souffler faisait dans les rosseaux de la mare d'â côter laissant le regard rouge et démoniaque, pourtant appartenant a une humaine se perdre sous ce spectacle . Toute aurait pus être parfait, toute était doux et calme. Un nuit d'encre, ou aucune étoile brillait ne laissant pas le place a la lumière et doute, comme un esprit sans espoir et sans but, juste, haute et fière dans le ciel, la lune, brillante de tout ses élcat, dans un ciel dégager de tout nuage, c'était des nuits comme Murasaki les aimait des nuits, qui lui rappeller ce qu'elle était devenu: une femme triste, et pleine de pulsion, d'envie de meurtre . Une femme au rêve et au envie de vengeance, emplie d'une douleur et d'un passé amer .

A quel enfant inflige t'on pareille souffrance? A quel reste t'on aussi indifférent a une douleur ? Je vous demande a quel enfant, abandonne t'on ainsi battu dans la rue la nuit alors qu'il pleut et que cette enfant saigne . Peut de personne oserat faire ou commettre ce genre d'immondice, mais pourtant, oui, pourtant, ce genre de chose arrive, plus souvent que l'on ne le pense ou même, cela arrive tout court, le faire même que cela ce produise et un acte, plein de cruauté . Cette phrase, cette simple phrase était quand elle était petite, une phrase qui se repeter sans cesse, des qu'on savait son histoire ce genre de chose se faisait entendre, inlacable et perpetuelle, tel des corbeau ou des vipère cherchant une proie a détruire . Si cela était un tel crime , alors, tout simplement, pourquoi elle ? Pourquoi elle, et pas une autre ?

Sans vraiment s'y attendre une larme de la couleur de ses yeux de la couleur de ses gens d'on elle avait pris la vie et que la seule chose d'on elle se souvenait n'était autre que le sourire qu'il avait, vrai et joyeux heureux, ce qu'elle ne sera jamais ou faux, inventé pour la socièter, quelque chose qu'elle porter aussi, un sourire faux, cachant une souffrance, une secret, une envie, discrète qu'on ne peut pas dire ou des buts inconnu, ce genre de sourire c'est une disparition de l'envie de vivre et d'être . Comme parfois elle, et pourtant elle n'avait qu'un seul et unique but, quelque chose qu'elle gardait pour elle . La mort ? Oui mais pas la sienne, celle de ceux qui l'avait tuer d'abord ces parents sont frère, et tous ceux qui porterons son noms, ce nom maudit et noir " Kuroichi ''

Puis lentement, tandis qu'une deuxième larme coulait le long de sa joue, une autre larme rouge, une musique s'éleva dans les airs, douce et triste, comme un hommage a la lune. Mais elle n'aimait pas la musique, c'était si futile, si incenser, c'était, rien, juste, un tas d'émotion de plus. Comme si, elle avait besoin de ça . Alors, dans crier gare, elle dit, simplement, comme une évidance .

- Votre voix est un cadeau, utilisait là, la musique elle, ne fait que transcrire des sentiments en vrac, inutile ...

Marquant une pose elle tourna le dos a sa maison, a son manoir a ce qu'elle aimait et dester en même temps, son manoir, elle le voulait mais le regnier, seule son avre de paix, son chez elle, son jarbin comptait et ainsi dos tourner elle essuya ses yeux rouges ou deux larme avait coulait. Larme qu'elle n'avait pas verser depuis longtemps et s'assuis sur les genoux, fermant les yeux, laissant juste ses deux petite lèvre rose murmuré avec le vent.

- puérile

Poussant un soupir elle laissa ses long cheveux blanc a la lumière de dame la lune briller a l'aide de messire le vent danser tandis que sa gorge et ses épaule dénuder se laissait aller a l'air libre, montrant l'incroyable pâleur de ça peau et la maigreur qu'elle faisait preuve . Ainsi que sa douceur de rose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Dim 26 Juin - 20:31

Peu de temps après s’être mis à jouer de son instrument, une voix fendit l’air, tranchant comme un rasoir. Une voix qui, apparemment, désapprouvait la musique. La première fois qu’il entendait la voix de la jeune femme pour qui il était venu. Une belle voix, plaisante, malgré le manque total de sentiment avec lequel elle était dit.
Bon. Repéré. Il l’avait fait exprès, mais il avait au moins espérer finir sa musique. Malheureusement, entendre la voix de la jeune noble le fit cesser, et il se leva. Son regard balaya le jardin, pour trouver la source, qu’il repéra avec une certaine aisance. Elle était si belle… comment aurait-il pu la manquer ?

Et si ce n’était que cela… enfin. Puisqu’elle voulait avoir une discussion de vive voix, Yohan ne voyait aucune raison pour ne pas la lui accorder, bien au contraire. Il regarda juste ou il pourrait se poser…
Bah, pourquoi se compliquer la vie, en fait ? Devant, c’était bien aussi…
Mais quelque chose clochait. Un détail, un infime détail, qui le fit hésiter. Lui était la raison. Bando était la passion. Il lui était donc impossible, ni même a Bando, de régler cela seul. Car Yohan avait très vite compris que son attirance envers elle n’était ni factice, ni dénué de sentiments. Hors, ce dernier point concernait Bando, qui n’avait absolument aucune délicatesse…

Pas le choix. Yohan le savait. Fermant les yeux, il leva la main et retira son bandeau.
Rindaman prenait place. La source des trois reprenait le contrôle. Passion et Raison. Bien et Mal. Puissance et Intelligence.
Celui-ci ramena ses cheveux en arrière, dégrafa un peu sa tenue, lui donnant un petit air cool, et fixa sa « proie » de ses yeux dorés…

Bon. Passons a l’étape suivante…

Sur ce murmure, destiné a lui-même, il se ramassa et bondit. Un saut magnifique, une courbe parfaite, sa veste de majordome le faisant flotter avec grâce, avant de se recevoir derrière la jeune femme silencieusement. Oui, loin d’être brillant, cela fut comme un souffle. Une brise légère, mais dangereuse…
Mais il ne dit rien. Le vent, doux, faisait voler les cheveux de la jeune femme, et même si elle était de dos, il se sentit comme… attiré, tel un aimant. Tant de fragilité était anormale. La jeune femme était comme un morceau de verre, si frêle… si apte a se perdre… et ses cheveux, reflets d’argents, lumière pure, encore plus que les anges. Oui, elle paraissait être un ange, avec sa peau de marbre, et ses cheveux que la lune illuminait. Une lune qui, chose étrange, était la chose qui correspondait le mieux à la jeune femme. Et ses habits sombres n’arrangeaient en rien les choses…

Un hommage a votre beauté ne peut se faire par les mots… Mais si vous n’aimez pas la musique, alors vous m’en voyez navré…

Tranquillement, un sourire mystérieux aux lèvres, il rangea son ocarina dans sa poche, et s’inclina devant la maîtresse de maison.

Je me nomme Rindaman. Mais vous pouvez m’appeler Rindo.

Se redressant, il poursuivit. Sa voix était calme et douce, naturellement.

J’espère ne pas vous avoir froissé en m’introduisant ici, My lady
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Mar 28 Juin - 17:15

Elle ne détourna pas le regard de sa marre au reflet lunaire les nénuphare abriter de petite grenouille sautant sur les fleur groissant en chanson, ce petit - grand - Jarbin au viage de la jeune femme était l'endroit ou elle se rendait le plus souvent dans son Yukata d'une couleur vert sombre et noir ne laissait que plus resortir sa beauté . Ne prenant pas la peine de regardait le jeune homme elle restait coincé dans ses pensée, laissant sa voix parler pour elle, claquer l'air frai de cette soirée douce, tranchante comme une lame et froide comme la glace, elle lançant .

- Même si cela pouvait m'importuné Rindo il est trop tard pour dire quoi que ce soit ou vous chassez. Que voulez-vous ?

Ses yeux rouge rester fixe, enfouit dans un passé lointain, elle restait fidèle a elle même dans quelque chose qui ne lui correspondait pas, cette ville et cette vie, elle aurait voulu faire un bond dans le passé, ses pensées se balancer au bout d'une chaine solide ou rien ne pouvait l'en sortir, Murasaki était une femme qui vivait seul, sans majordome, sans amis, elle pouvait rester assise là a rêver des jours entier, elle était seul et savait dans ces cas là que personne ne viendrais la déranger, les seule fois ou elle se levait, douce et grâcile comme l'air c'est là nuit ou elle se baladais dans les ruelles sombre de l'ombre a la recherche d'une proie, pour passer ses nerfs, ce couvrant ainsi de la couleur rouge, mais elle aimait aussi tester les gens, les tester et faire d'eu une victime, est-ce gentil ? Elle ne savait pas, vivre seul vous enlevez toute notion du bien et du mal, ce qu'elle savait c'est que sa lui faisait du bien a elle, de voir la proie, confondu dans une peur certaine, de sentir l'odeur du sang et de la chaire en train de mourir, d'entendre les cris de douleurs et d'agonie, il n'y a pas de pourquoi il n'y a pas de comment, seule de savoir la lame de ses sabre planter dans un corps humain lui faisait un effet monstre .

Oui, Murasaki pouvait être considerer comme un démon, un monstre pour ses semblable et plus le temps passait plus elle devenait mauvaise, malgré sa taille, malgré son caractère malgré, la fragilité d'on elle pouvait parfois fait preuve, car son esprit, comme toute esprit n'est pas en béton armée, parfois, son sadisme toucher parfois la folie . Non, elle n'était pas un démon, loin de là cette idée ... car des démon elle en avait vu, elle avait jouer, même parfois avec d'autre entité comme des vampires alors ... qui était elle ? Elle se trouvait entre les deux, mais ce qui est sur, c'est que jamais elle ne l'emporterait au paradis, bien trop de page sombre et d'âme vengeresse l'entouré.

A cette pensé un de ses sourire sadique et exprimant de pur malveillance s'étira sur ses lèvres .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Mer 29 Juin - 1:33

Hé bien… La voix de la jeune femme était un délice pour les oreilles… certes, elle était froide, et aussi tranchant qu’un sabre. Mais elle était aussi très agréable a entendre. Enfin… pour lui, en tout cas. Cela étant, il nota le détail, a peine voilée, qu’elle se moquait éperdument de a présence ici. En fait, elle disait sa phrase avec un tel détachement que Rindaman en fut même légèrement frustré. Ni joie ni colère. Qu’il soit la ou pas, elle ne le voyait pas.
Non.
A ses yeux, il n’existait tout simplement pas.
C’était frustrant… et surprenant a la fois.

Aussi peu de réaction alors qu’il y a un intrus… incroyable…

Il avait dit cela d’une voix douce, amusée, et avec un sourire large. Si Bando se serait révolté, et Yohan, foutu royalement, Rindaman, lui, voyait tout sous le prisme de la plaisanterie. En clair, s’offusquer lui était tout bonnement impossible… En revanche, il avait d’étonnantes réactions…

Constatant qu’elle ne bougeait point, attendant sa réponse, alors que le majordome des enfers ne pouvait pas voir son visage, il se décida a parler.

Il me semble vous avoir déjà fourni votre réponse… mais je vais me répéter… je suis venu rendre hommage a la maitresse des lieux…

Tranquillement, il posa sa main sur son visage, regardant la jeune femme à travers un œil rouge. Sanguinaire. Un œil de démon, alors que les ténèbres semblèrent s’obscurcir, preuve de la puissance du jeune démon, a moitié majordome, a moitié puissant. Machine pour servir et pour tuer…

Mais cela n’était que mon idée initial… a présent, je désirerais vous connaitre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Lun 25 Juil - 21:02

Murasaki était une femme qui se fichait de ce qui se passait au alentour, tout ce qui l'as toucher, tout ce qui la touchera, la seul chose qui comptait, c'était simplement qui et quand elle allait tuer, la seule chose suceptible de l'intêressait de la faire réagir, en quoi un démon, peut il l'intêressait ? Combien en avait-elle déjà vu ? Un nmbre assez grand, certes elle pouvait encore les compter sur ses doigts et heuresement, et bien sur il n'y avait pas que les démons, il y avait aussi ce foutu shinigami, Light C? Hood, si elle le revoit !

- Il n'y a rien que vous ne devez connaitre

Femme secrete elle gardait au plus profond d'elle qui elle était et qui elle sera, poussant un soupire et passant une main quand ses cheveux elle détacha son chignon, ses long cheveux blanc, tombèrent en cascade de cristalle dans son dos, bougeant un instant avec le vent tandis qu'ils finirent pas se stabilisé simplement dans son dos et une partie reposant autour de son corps a côté sur le sol, lui donnant un air d'ange déchut . Mais pouvait-elle être comparé a cela, elle qui ... avait eu une vie si noir ? Si trsite . Que serait cette chose blanche si elle avait était comme tout le monde. Personne ne puis le dire et ne le diras .

Finalement elle se leva se faisant toujourd dos a l'inconnu et dépoussiera ses jambes d'un air las, avant de faire face a son invité forcer et planta sses grand yeux rouge, sombre, dur et froid dans ceux de son interlocuteur. Certes il avait belle allure et certes il y avait peu de fois ou elle le pensait mais sa ne lui permettait pas de rentré chez les gens ainsi . Fermant un instant ses yeux délicats au fin et long cils aussi blanc que ses cheveux elle ne dit rien, puis les rouvrit lentement, clignant des yeux alors qu'un nuage dans le ciel laissait un rayon de la lun perçait les cieux et se déposer sur sa peau blanche, la rendait presque irréelle, femme innacessible elle ne dit rien, même aucun sourire ne passa ses lèvres froide
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Lun 15 Aoû - 17:09

[HRP=>sorry pour le temps mit, j’ai croulé d’un coup >< ne t'etonne pas des fautes, j'ai un clavier anglais la... T_T]

Il n’y a rien quil ne devait connaitre? Cette simple phrase, meme si elle etait sans nul doute dite avec le clair désir de le voir deguerpir, n’en restait pas moins legerement inutile. D’un part, si la jeune femme n’etait pas aussi interessant qu’elle semblait l’etre, le jeune demon ne serait pas la, debout derriere elle, a l’observer…
D’ailleurs, la voila qui se redressait, se retournait pour le regardait, plongeant ainsi ses prunelles rougeoyantes dans ceux dorés du jeune homme. Le tout sous un vent frais et léger qui rendait ce moment étrangement… poetique.

D’ailleurs, a l’entendre, tout ce qui etait musique, poésie et autres sonnaient deplaisemment a la jeune femme. Ce qui était bien dommage. Pour lui, c’était un moyen d’expression plein de beauté, et a travers duquel on pouvait transmettre des sentiments et montrer ce que l’on ressentait vraiment. Lui qui pensait que normalement cela plaisait a la gente feminine, il avait la un exemple parfait de l’opposé.
Et a present qu’elle lui faisait face, qu’elle le fixait autant que lui la ficait, il ressentait cette discretion premiere se faire plus fort. Elle etait tellement… differente. Que ce soit physiquement ou mentalement. Elel etait belle, blanche, Presque gracile, et on aurait pu la croire fragile, si son etre entire ne degageait pas une telle froideur, une telle rigidité spirituelle qui devait la render implacable. Sans aucune pitié quelqu’il soit envers ceux qui se mettent en travers de sa route. Une ame incroyablement forte...
La premiere fois qu’il voyait cela. Une premiere fois réellement attrayante, et surtout, imprévue. Rien qu’il ne devait savoir? Certes, mais comment pouvait-il songer le contraire avce ce qu’il avait sous les yeux?

Il s’inclina poliment.


Vous avez raison. Mais la curiosité est trop forte je le crains…

puis il se redressa, et changea un peu d’attitude. Prenant un comportement plus décontracté, jouant unh peu avec son bandeau médicale, il semblait calme et plutot sur de lui.

J’ai conscience que je dois etre particulierement grossier et dérangeant. Mais je suis du genre impulsif, voyez-vous?

Et il replanta ses yeux dans ceux de la jeune femme. Cette-fois, ses yeux de demons, écarlates, etaient le reflet des pupilles de la jeune femme, comme si deux etres d’une existence supérieur mais néanmoins avec de nombreux points communs s’affrontaient du regard. Un regard qui révelait l’éxcitation de Rindaman a l’égard de celle qui avait titillé sa curiosité.

Je ne suis pas comme les autres… et toi non plus, n’est-ce pas? C’est pour cela que je tiens a connaitre qui tu es. Que tu refuses ne me derange pas, certes, mais… je me dois d’essayer non?

En fait, comment dois-je vous nommer, O reflet de l’astre Lunaire?


et hop, un petit compliment avec la question… du Rindaman tout craché quoi….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Sam 18 Fév - 22:07

Le temps est une chose qui laisse toute Hommes patois. C'est un faits irrevocable. Sauf pour ce qui d'entite qui ne ont pas cense exister. Comme un vampire, un demon ou bien meme, un shinigami. En toute logique pour elle, en toute logique, le temps s'ecoule, meurtrier, l'enfoncant un peu plus dans la tombe chaque jour. Mais, voila, elle n'etait pas decide a mourir, pas tant qu'elle ne ce serait pas venger. C'etait un faits irrevoquable.

Passant un mains dans ses cheveux blanc , elle eu un tique agacer. Il se mettait a la tutoyer. Elle n'aimait pas ca. Dans son pays il se serait ris des pierres d'etre aussi ... Aussi, comment dire ? Vulgaire. Bien quapriori il ne l'etait pas. C'etait plutot un grand manque d'impolitesse. Lentement elle le fixa, encore plus durement, encore plus mechament et tandis que la lune se refletait dans ses cheveux argente, ses cheveux d'un blanc immacule qui tombait en cascade de cristalle dans son dos elle le contourna, et marcha d'un pas souple vers son manoir. Il etait tard, et il y a moins d'un mois, elle vivait seul, bien qu'elle disait qu'elle etait toujours seule, elle ne l'etait pas vraiment. Soupirant et foncant les sourcils . Elle fit a nouveau dos a son interlocuteur et s'en alla, sans marche.

Environs 3o metre plus loins elle s'arreta et de sa voix tranchante si melodieuse elle lui parla.

- Si vous voulez me suivre, je ne vous en empecherais pas. Mais ne montez pas a l'etage. Mon invite dors.

Ainsi, arrivant la grande porte, Murasaki sortie sa mains de sa longue manche et laissa decouvrir une longue mains blanche et fine avec laquelle et poussa la lourde porte en chene et rentra, enlevant ses getas a l'entree et se dirigeant du haut de son petit metre 5o vers le grand salon. Un long silence suivis sa marche, ou, hormi de ses pas au sol, aucun son ne filtrait. Laissant son autre invitee dans le salon elle alla dans la cuisine et retourna dans le salon, s'installant sur une table basse, assise sur ses genoux et servie deux tasses de the, qu'elle avait, bien sur, fait elle, n'ayant a sa disposition aucun domestique.

Elle leva d'un geste souple sa tasse, la portant a ses levres et bu tranquillement le liquide chaud qui lui faisait du bien. Elle ne dit rien, ne ressentait rien. A part la chaleur du the dans sa gorge, meme un moment elle oublia son " invite " force et son " frere " ou du moins, ainsi qu'il c'etait presente a l'etage. Elle ne savait toujours pas pourquoi elle avait decide de le prendre sous sont ailes. Peut etre parce que leur relation et vraiment indefinissable .

Fremissante elle rouvrit ses yeux rouge. Rouge sang. A cette heure normalement elle etait dehors, Londres. Londres sombre. Ou elle avait tellement souvent tuer.

Nouveau soupire. Nouvelle gorgee de the.

- Combien de temps comptez-vous m'observer ainsi monsieur ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Lun 27 Fév - 14:39

Quelque chose n’allait pas. Une sensation étrange parcouru la colonne vertébrale du démon, alors qu’il regardait la jeune femme lui tourner le dos et aller vers sa demeure en l’ignorant. Une sensation désagréable, qu’il n’aimait pas, comme si la jeune femme dégageait une aura glaciale qui affectait même les pensées de ses interlocuteur, ou à peu de choses près. Son sourire disparaissant, le jeune homme s’avança, suivant la demoiselle là ou elle habitait, accordant ses pas aux siens, en n’ayant cependant plus vraiment l’air de la regarder. Oh, oui, sa beauté était remarquable. Mais la froideur de sa voix, et cette façon de prendre les choses de façon presque passive était ce qui l’intéressait vraiment. De fait, Rindaman commençait à se demander ce à quoi pouvait bien penser la jeune noble, à ne ni s’offusquer, ni même être surprise de sa présence dans sa demeure, rêvassant librement alors même qu’il lui parlait. Même son tutoiement passager –une véritable marque d’insubordination, et un véritable test- n’avait amené à rien de notable. C’était… frustrant.
Très frustrant.

Ne la lâchant point du regard, Rindaman se dit un instant qu’il devrait laisser la place à Bando, dans l’espoir que lui, au moins, la ferait réagir avec sa rudesse habituelle. D’ailleurs, au passage, pendant qu’elle s’occupait de prendre son thé et de s’installer, ses iris dorés longèrent son corps comme pour l’étudier en profondeur… Et bien lui en pris, car il put ainsi repérer, malgré les fanfreluches, une condition physique loin d’être ordinaire chez une noble. De fait, elle avait une musculature féminine bien présente et bien constitué, ce qui tranchait avec sa douceur apparente…
Mettant la main sur sa bouche d’un air de réflexion intense juste pour dissimuler son sourire, il ne réagit qu’à sa question, s’approchant lentement…

Je ne sais point… je cherche ce qui m’a amené ici…

Une phrase ambigüe, indéniablement. Pourtant, cela était très clair à ses yeux. Se mouvant avec la fluidité d’un félin, il se rapprocha de Murasaki, jusqu’à ce que finalement, son visage ne soit qu’à quelque centimètre uniquement du sien. Plus il s’était approché, plus il avait eu envie de s’approcher, et par extension, plus il avait suivi ses envies. Jusqu’à ce point du moins. Surtout que à présent, il percevait parfaitement ce qu’il voulait percevoir…
Son regard changea d’un seul coup, se vêtant d’une pupille verticale animal, semblable à un prédateur. Un redoutable prédateur…

Tu sens l’hémoglobine... c’est donc ça qui me chiffonnait. Cette odeur te colle à la peau, on dirait… Serais-tu une louve parmi les humains ?

Plus bas, sa main se crispa, alors qu’un désir se réveillait en lui. Le désir d’écraser son interlocutrice, autant physiquement que moralement. Un désir de broyage intégral d’autrui, redoutable danger guettant la jeune femme…
Heureusement pour elle, Rindaman se contrôlait encore…

Je compte observer jusqu’à ce que ma flamme soit assouvis. Je veux savoir comment une femme aussi belle, aussi magnifique, et aussi noble ai pu tacher ainsi ses mains de sang d’elle-même. Non, ne mens pas. Ta musculature me prouve que tu t’entraines à te battre. Depuis longtemps d’ailleurs…
A ce demander si tu es vraiment une noble, en fait… non, tu es plutôt une chasseuse, pas vrai ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Sam 14 Avr - 21:15

Elle se faisait ecraser, ou du moins, il essayait, la tenant par le bras, lui broyant, lui faisant mal. Mais elle ne reagit pas. Au moment ou il l'avait attrapé, sa tache de thé était tomber, le liquide c'était renversé sur elle, brulant. Elle grimaça. Sa robe salit et le liquide chaud était mauvais pour elle. Elle fronça les sourcils ses yeux rouges se plongeant dans ceux or de son interlocuteur. Intéressant pense t-elle alors que Mura lacha un leger sourire, un sourire cynique, triste et remplie d'une haine. Une haine longue et sans borne.

- Mentir ? Mais qui a dit que je mentais .

Penchant la tête sur le coté, elle leva sa mains. Elle y vu du sang, du sang qui bien sur, n'était pas vraiment la. Du sang, faux, ou plutôt, le sang de toute les victimes qui avait vers son sang pour son seul bien être. Elle mit sa mains prés de son nez et ferma les yeux. Oui. Elle avait l'odeur du sang imprégné sur elle. Sur sa peau, dans ses cheveux, ses vêtements. Une odeurs agréable qu'elle se plaisait a sentir. Peut être ce soir aurait-elle du mettre sa robe blanche. La laissant paraître telle la dame blanche. A cette comparaison elle sourit ce souvenant de la réception au manoir Carter pour Halloween .

Elle isola ce souvenir dans un coin de ça tête donnant sa toute concentration sur son vis-à-vis. Cherchant chacun de ses mots pour lui répondre, elle n'avait pas l'habitude de dire un long discours, après tout, elle ne parlait pas beaucoup mais quant-elle parlait elle parlait bien. De façon posé et noble. Clignant des yeux lentement, elle récupéra sa tasse cassé au sol et passa sa langue sur ses lèvres. Son long doigt fin et blanc ce coupa, laissant une tache rouge courir le long d'elle et elle poussa un gémissement. Voyons .

- Belle et magnifique ? Je n'ai jamais prétendu l'un ou l'autre. Je cherche simplement a être ce que je suis. C'est cette beauté qui a fait de moi la louve que je suis. Depuis ma naissance je suis impregné de sang. Et je le resterait. Qui arrêterait une noble d'un pays étranger tel que moi ? Vous démon ? Domestique ?

Une sourire sarcastique ce forma sur ses lèvres alors qu'elle enchaina.

- Que voulais vous. Le monde, la vie est ainsi faite. Nous n'y pouvons rien. Nous ne somme de plus, pas dans une tragédie grec, ce battre contre un destin ne mène a rien? Acceptait et avancer. Quoiqu'il advienne, la mort et la fin de tout chemin. Sauf, pour vous semble t-il.


Affichant un fin sourire elle reposa avec toute la grâce d'on elle était pourvu les morceaux de porcelaine sur la table et passa sa main libre dans ses cheveux blanc attaché en une queue de chevale. Dégageant sa nuque fine et pâle, tellement simple a étranglé, tellement pâle.

Le sang de son doigt ne cessais de couler de tacher sa noble personne. sa robe était noir ne laissait par contre aucune tache, elle sourit, simplement. Elle passa pendant un temps pour une gamine, puis, sons sourire s’effaça. C'était toujours très court, même si, elle n'avait pas de raison précise de sourire. Elle leva les yeux, Mura aussi, était impulsive, elle faisait les choses comme elle venait. Elle aimait ça. Et la son esprit tourna. Qu'allait-elle encore faire ?

Le démon en face d'elle ... la regardait, encore, il ne la lâchait pas du regard. Et, Murasaki Kuroichi, décida de jouer la dessus. Assise sur ses talons elle se redressa et se laissa tomber a quatre pattes au sol et s'approcha de lui. Il l'avait désigné en tant que Louve ? Il n'avait pas tord, bien que sa démarche a quatre patte ce rapprochait plus de celui du fauve. Elle contourna la table et continua a marché vers lui. Une fois devant lui elle se redressa et tandis son doigt blesser vers lui. La couleur carmin attirant l'oeil de son éclat sanglant.

- La folie, la tristesse, peut être est-ce tout ça. Et vous, démon? Vous parlez de la race humaine, mais chaque humain est diffèrent, nous somme ce que nous somme, pourtant, un coup de feu ou un poignard peut nous tuer. A quoi bon, vivre si ce n'est pas pour la domination, le pouvoir, ou la vengeance. Je vis pour tuer car on m'as tuer. Je ne sais pas sourire parce que je suis heureuse. Et vous, avez vous déjà était heureux ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Lun 18 Fév - 21:22

Au fur et à mesure que la jeune femme parlait, le démon réalisa pas mal de chose sur elle. Tout d’abord, elle avait beau se montrer associable au premier lieu –il pouvait toutefois lui reconnaitre que sa façon de faire n’avait point dû aider-, elle pouvait apparemment se lancer dans d’intéressants discours à grande profondeur philosophique sur elle-même. Si en soit, la connaitre lui était agréable de par l’intérêt qu’il lui portait à présent, la philosophie de la vie et de la mort n’était pas vraiment ce que l’on pourrait appeler sa tasse de thé… c’était un démon, et bien qu’il sachent parfaitement tout ce qui concernait les grandes idées et compagnie, lui préférait prendre les informations et monter sa propre logique.
Reprendre les idées d’autruis ou imposer les siens, il laissait cela aux abrutis qui croient tout savoir… cela étant, il nota que la jeune femme avait une considération assez haute d’elle-même. Parce qu’elle était noble dans un pays étranger, elle pensait que nul ne pouvait l’arrêter ? Intéressante logique d’auto-invincibilité persuadée. Mais bon, la politique du pays ne le concernait pas du tout.
Il nota cependant, chose intéressante, qu’elle n’avait eu aucune difficulté à le reconnaitre en tant que démon, révélant ainsi le fait qu’elle avait rencontré d’autres êtres de son envergure spirituelle. Et qu’elle n’avait pas peur de lui. Heureusement pour elle que Rindaman ne voyait aucune motivation à la broyer. Même si cette dernière semblait vouloir le tenter, à lui montrer ainsi sa nuque, avant de jouer les courtisanes…

Parce que le coup de se rapprocher comme ça à quatre patte pour tendre son doigt saignant vers lui, c’était bien un coup de courtisane !! Même si il devait admettre que la façon féline de se déplacer avait un côté attirant… qui lui soutira un léger sourire.

Quelle prétention… enfin, l’humanité n’a pas tant changé que cela au cours de ses cinq cents dernières années…

Il nota cependant ce que la jeune femme disait, conscient que cela lui permettrait, d’une façon ou d’une autre, de pouvoir la cerner totalement et de savoir ce qu’elle attendait de lui. Après tout, il notait qu’elle ne lui avait pas réellement dit de partir. Même si il est vrai qu’il serait sans doute resté quand même. Mais il trouvait amusant de constater que son intérêt ne baissait point. Etait-ce Bando qui déteignait sur lui et sur son jugement ? Possible. Probable même. Néanmoins, il ne put s’empêcher de goûter au sang que la jeune femme avait si décemment bien voulu verser, goûtant au passage son âme afin de déterminer si, oui ou non, elle en valait la peine…
Et il reçut un choc.
L’âme de cette charmante demoiselle était à la fois pure et corrompue, empreinte d’un désespoir absurde. Mais en même temps, il y décelait une étincelle d’espoir. Elle était corrompue dans ces actes, mais pure dans ses pensées, et personne ne la faisait courber, tout comme elle ressentait un étrange désespoir envers elle-même, mais qu’elle semblait avoir l’espoir de se sentir vivante.
Il devait admettre que le goût de l’âme de sa maitresse actuelle était bien fade, à côté. Il ne pouvait pas la laisser s’échapper.
Son âme serait à lui. Tel fut la décision qui s’imposa dans l’instant. Bando y voyait un délice, et Yohan y voyait une indicible qualité comme on en voyait peu. Et surtout, une qualité que nul démon jusqu’à présent n’avait point goûté !!

Avec un sourire amusé, il plissa le regard, songeant que il se devrait de faire presser le pas concernant sa maîtresse actuelle…

Je suis un démon. Ce principe même de bonheur est humain, ma chère. Et je dois reconnaitre que c’est un mot qui me dépasse un peu. Mais même si l’être humain vis pour la domination, le pouvoir et la vengeance –au passage, notez que les incubes auraient mit le sexe dans le tas-, je sais une chose…

S’approchant doucement, il leva la main et caressa la joue, la tendre et douce joue, blanche et fragile comme de la porcelaine de la noble. Il ne la quittait pas des yeux, et sa voix dénonça une … certaine envie. Une certaine gourmandise même.

Tu veux autre chose. Tu es humaine, tu désires ce que tu ne peux, ce que tu n’as jamais eu. La domination, le pouvoir, la vengeance ? ne te moque pas de moi. Tu veux autre chose…
Dis-moi ce que c’est, humaine. Donne-moi ce sentiment que tu désires afin d’être satisfaite.

Et qui, sait, peut-être que je reviendrais te proposer de te satisfaire… Bien entendu, cela aura un prix, mais tu le payeras, je le sais.

Réponds, Ô colombe de la nuit, Lame de l’Humanité. Réponds-moi : que cherches-tu le plus au monde ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   Mer 13 Mar - 15:27

On dit que le temps influence les pensée, les font changer dans un sens noir enfonce l'homme dans un profond désespoir, on dit que le temps, changent les gens parfois en bien, et que au bout du compte, ils se retournent pour voir ou ils en sont pour savoir qu'est devenu leur vie, quel fut leurs acte en bien ou en mal. Mais, qu'est-ce qui fait changer l'homme qu'est-ce qui fait qu'un jour pour une raison ou une autre ils se retournent et se dit, ah. Alors, c'est ça que j'ai fait de ma vie ? Et même si un homme vie cent ans, vie mille ans, qu'est-ce que cela y changera. Il paraît aussi que les plus âgée, se servent de leur connaissance pour raisonnée que c'est ça qui les ont rendu «  sage » Mais Murasaki elle, reste fidèle a elle même et peu importe le nombre de gens qu'elle voit elle ne change pas, ou très peu. La seule chose qui l'ai faite changé, mais jamais détourné de son but c'est d'avoir rencontrée un garçon. Combien de temps en a t-elle pris soin ? Elle n'a pas compter, et un jour il est partie. Les sentiments qu'elle avait connu en sa présence, l'avait plonger dans un trouble étrange qu'elle n'avait jamais pu identifié et en même temps, avait allumer une légère lueur d'espoir qui l'avait rendu vivante. Lui donnant envie de vivre. Mais, le voulait t-elle vraiment ?

Partager au fin fond d'elle même entre son envie de tuer et son envie de vivre, elle savait que quoiqu'elle ferait elle finirait par tuer et un jour, elle aussi mourrait, voilà. Ce n'était qu'une question de temps. Alors, pourquoi ? Pourquoi diable, Murasaki Kuroichi tueuse en série dont les main sont couverte de sang, ne puis a l'heure actuelle sous le regard rougeâtre de ce démon répondre, pourquoi a t-elle pour une raison inconnue envie de pleuré, est-elle si faible que ça. Elle se recule, regarde son doigt, regarde l'homme et tourne le dos. Elle ne pleurera pas, elle n'en a aucunement le droit, elle a oublié comment on faisait. Parfois même elle se regarde dans un miroirs et se demande si elle est humaine. Mais elle le sais, qu'elle est humaine, c'est inscrit dans ses gène, dans chacun de ses rêve de vengeance, elle vois son humanité, alors pourquoi ça, pourquoi maintenant.

Murasaki reste silencieuse, tourne le dos ses cheveux sont dégager de sa nuque si gracile, si jolie. Assise les jambes sur les côté, la tête basse, elle ressemble a une poupée de porcelaine et si on la serrait, est-ce qu'on la briserait, tellement simple, tellement facile, elle n'était tellement rien au yeux d'un démon. Pourquoi ? Encore et toujours cette question, elle revenait et revenait sans cesse dans sa tête n'y trouvant jamais de réponse. Pourquoi ? Il semblait tellement simple pour un démon de lire dans son esprit.

Puis quelque chose en elle clignota plus fort. Serais-ce … Son étincelle d'espoir ? Elle se pinça les lèvres les serrant, saignant d'un autre endroit que ses doigts, et la refoula loin en elle, elle ne le voulais, pas, elle ne voulait pas de ça ! Elle ne le souhaitait pas. Qu'est-ce que cela changerais en elle si elle se laissait allée ? Rien. Rien, ça famille la tuerais dans tout les cas de figure. Elle savait, bien au fond de son âme, qu'elle allait mourir le jour ou elle les tuerais, elle sombrerais bien profondément dans la folie et en mourrait.

- Que voudrais un démon a par mon âme ? Ah, il n'y a pas que du désespoir en moi, un peu d'espoir peut être mais rien ne changera ma résolution. Je ne vis que pour la vengeance et il n'y a rien d'autre en moi que ça. Peu importe ce qui se passe. Que pensez-vous de cela, que pouvez-vous y changer ? Que puis-je espéré d'autre avant ma mort ? L'amour et le bonheur, pas un semblant un vrai. Pourriez-vous, démon me l'apportez ? Je ne pense pas. Après tout, vous êtes un démon.

Elle se remit face a lui, ses yeux rouge brillant d'un éclat terrifiant dans l'ombre. Elle savait, oui a force de réfléchir, elle savait ce qu'elle voulait. Est-ce beaucoup ? Elle pense. Mais elle ne savait pas quoi faire d'autre. Elle eu un sourire cruel, un sourire a faire peur, un sourire de prédatrice qui glaçait tellement le sang de ses victimes, avant que, d'une manière calme elle ne plante son sabre dans le cœur tellement fragile d'un humain, avant que le sang gicle et ne vienne sur son visage taché sa peau de porcelaine, sa peau blanche.

- Mais si ce n'est que mon âme que vous souhaitez je vous l'offre vous n'avez qu'a patienter, quelque instant, des années peut être, j'ai quelque chose a accomplir. Quelque chose de très important.

Et elle repris sa place, comme avant, comme ci rien de tout ceci ne c'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]
» Murasaki Kuroichi Une petite femme au sang chaud [terminé]
» [Vivarium Shiokura] Car il suffis d'un reptile [PV: Mio Shiokura & Murasaki Kuroichi]
» Regarde l'astre de la lune et dis moi qu'il est doux. ||LIBRE||
» La légende de l'astre aux milles reflets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-