« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Sam 29 Jan - 17:59

La nuit, voilà un moment que j'apprécie beaucoup, cette pénombre ambiante où seule la lumière des bougies et des éclairages des rues pouvaient la dissiper, dans cette pénombre je me sent davantage à mon aise, je m'y déplace librement sans difficulté. Depuis quand un démon aurait-il besoin de la lumière pour y voir hm ? Mais je n'étais pas dehors en pleine nuit pour rien  non, d'habitude à cet heure-ci je viens tout juste de mettre mon Jeune Maître au lit et je déambule seul dans les couloirs déserts du manoir. J'étais là par ordre de mon maître, pas plus tard que ce matin, alors que j'étais comme à mon habitude en train de trier, ranger les différentes lettres reçues, être le gérant d'une grande entreprise de jouets, ce n'est pas rien. C'est à ce moment là que je tombai face à une lettre portant le sceau royal, la reine demandait encore les services de mon maître, allons bon.. je n'ai pas vraiment un respect pour cette femme que tout le monde vénère dans ce pays, à dire vrai que m'en fiche complètement, pour moi ce n'est qu'une humaine comme les autres, mais puisque le jeune maître lui obéit et la respecte, je ne fais que le suivre comme tout bon Majordome le ferai. Une brise légère se fit sentir, on ne peut pas dire que c'était la meilleure période pour faire une balade nocturne, personnellement je m'en moquais, mais ce serrai bête que le Jeune Maître prenne froid. Oui, il était avec moi, c'est un part de lui que j'apprécie beaucoup, contrairement à pas mal de noble que j'ai déjà croisé, lui, il n'hésite pas à « se salir les mains », il me suis dans toutes les missions confiés par la reine et ce, même s'il faut se rendre en pleine nuit dans un cimetière, alors qu'il fait un froid glacial.

Nous nous trouvions dans un cimetière en pleine nuit, voilà quelque chose de bien étrange pour un noble et son majordome vous ne trouvez pas ? Et pourtant, c'est en ce lieu que nous pensions résoudre une mystérieuse affaire. La reine nous a en effet fait part d'une étrange affaire, des enfants, d'âges qui devaient avoisiner la dizaine d'années, disparaissaient dans les rue de Londres, sans laisser des traces ni rien. Bien sûr c'est la panique dans la capital, quel parent laisserai son enfant se balader tranquillement dans les rues sachant très bien qu'un fou furieux s'amusait à enlever et peut-être même tuer ses enfants, cette terreur qui règne dans la ville, la reine semblait en être attristé. C'est uniquement pour cela que nous nous somme déplacé, parce qu'après que le Jeune Maître m'ait ordonné de mener mon enquête, j'ai découvert que des agitations étranges avaient lieu ici. Peu habituel, ce n'est pas vraiment censé être un lieux d'agitation, il faut dire que les habitants de ce lieu ne peuvent pas vraiment créer des problèmes à notre société. Il n'est donc nul doute possible de penser le contraire, quelqu'un se trouvait en ce moment même dans ce cimetière en train de jouer à son passe temps favoris, soit martyriser de pauvres petits êtres humains. Les hommes qui font ce genre de chose, il me font décidément pitié, pour se prennent-ils pour prendre ainsi la vie des hommes, se prennent-ils pour des shinigamis et des démons ? Pitoyable...

Bref, passons ses commentaires déplacés, et expressions du fond de ma pensé, cela importe peu. Observant en silence le cimetière, l'on pouvait y trouver divers tombes, certaines abandonné face au peu d'intérêt qu'on leur portait et d'autres encore toutes fleuries du à la mort récente de son locataire. Quoi de plus normal jusque là me diriez vous. Me tournant vers mon Jeune Maître, mes yeux prirent un teinte violacé, cette couleur ressortait surtout lorsqu'il faisait nuit ce qui montrait ma véritable nature de démon. Avec un sourire aux lèvres, ce sourire que j'affichais si souvent et qui était certainement familier pour les personnes du manoir. Parlant d'une voix, calme, neutre, comme à mon habitude.

- Jeune maître, vous n'auriez pas du vous déranger pour si peu. Ce n'est qu'un criminel, cela ne me posera aucun problème, vous auriez pu rester au manoir vous savez.

Il est vrai que se présence n'était pas vraiment nécessaire, mais s'il désirait vraiment venir, et bien soit... Ma phrase pouvait démontrer une certaine moquerie à son égard, bien sûr en restant courtoie et aimable, un Majordome ne doit jamais manquer de respect à son maître. Mais, le jeune maître n'est pas bête, je suis sûr qu'il comprendra comme d'habitude le sous entendu, car je sous entendais bien sûr le fait qu'il ne servait pas vraiment à grand chose lors de ce genre de mission et que c'était moi qui m'occupe de tout le travail. Mais cela ne me dérangeais en aucun cas, la présence de mon maître ne peut-être que plaisante. Réajustant ma pair de gant, je fis quelques pas vers une tombe qui ressemblait étrangement à.. une tombe, rien de plus, mais je me mit à genoux devant celle-ci. Non, par prier ou faire quelque chose de ce genre, mais pour faire doucement glisser un doigt sur la surface lisse de la pierre. Mon gant qui était à l'origine d'un blanc immaculé, prit une couleur rougeâtre, du sang, et à l'odeur je peux affirmer que c'était du sang d'humain, jeune qui plus est. Cela ne faisait que confirmer l'enquête que j'avais mené durant la journée, bien que j'étais déjà sûr du résultat. Me redressant pour faire une nouvelle fois face au jeune noble je lui montrait d'un geste bref la marque de sang.

- Jeune maitre, il n'y a aucun doute là dessus, la personne qui provoque tout ce chahut dans la capitale et bel et bien ici. De plus cette trace nous montre qu'il vient de recommencer à l'instant, la marque est encore fraiche.

Un sourire encore plus large s'afficha alors, cela voulait tout simplement dire que tout sera réglé ce soir et qu'il ne fallait pas espérer une deuxième journée d'enquête ou de chasse à l'homme. Les domestiques de la famille Phantomhive doivent savoir faire le travail de façon irréprochable, et vite. Alors Jeune maître, que comptez vous faire ? Vous voir à l'œuvre et toujours quelque chose que j'aime voir, même si je sais pertinemment que c'est moi qui allait terminer le travail, mais bon, au moins cela change du quotidiens. Affichant un air neutre, j'attendais une simple réaction de sa part..

(HRP : Comme je vous l'avez dit je n'étais pas très inspiré, j'espère que cela vous conviendra, je suis désolé Jeune maître.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Sam 29 Jan - 19:38

La lettre de Sa Majesté en ma possession, Sebastian et moi franchissions les grilles du cimetière, lieu où le criminel était censé se trouver. La pénombre avait recouvert les alentours de la capitale britannique depuis longtemps déjà. Un peu cliché, ne trouvez-vous pas ? Être dans un cimetière à la nuit tombée, voilà qui pourrait paraître douteux. Mais contrairement au fugitif, nous venions sur demande, plutôt sur ordre de Son Altesse. L'affaire pouvait se montrer complexe, au premier abord : des enfants, tous dans la même tranche d'âge, disparaissaient les uns après les autres à Londres, une fois le soleil couché. Chaque soir, l'un d'entre eux semblait quitter son domicile sans laisser aucune trace. Le lendemain, quelqu'un, les parents la plupart du temps, annonçait une disparition. Scotland Yard avait sans doute déjà ouvert cette affaire, mais je déduisais sans peine que leurs investigations étaient vaines, comme souvent d'ailleurs. Si la Reine avait pris la peine de me faire parvenir ce message - que Sebastian m'avait porté quelques heures plus tôt dans la journée - dans la plus grande confidence, c'était parce que l'enquête ne menait à aucune piste valable. Pourtant, les victimes se comptaient de plus en plus nombreuses. Et déjà onze enfants restaient sans nouvelle : il fallait faire vite.

Le fait que nous nous rendions ici de nuit était ma décision. Tout d'abord, nous n'aurions pas à supporter les complaintes des proches venant se rendre sur les tombes de leurs défunts, et ainsi enquêter librement. Je ne craignais pas cette obscurité dont je m'étais accoutumé depuis longtemps déjà, et Sebastian l'appréciait. Et le criminel agirait sans doute lorsqu'il se penserait seul et à l'abri des regards, soit la nuit. Un piège que je lui tendais, pensez-vous ? Exactement. A l'idée du plan que j'avais élaboré dans la journée, un sourire de satisfaction se dessina sur mes lèvres. Cette affaire n'aurait pas à traîner plus longtemps, et le dénouement serait dévoilé avant le lendemain matin. Je fis quelques pas en avant et me retournait en direction de Sebastian, qui refermait le portail comme il l'avait ouvert. Apparemment, il avait pris le soin de ne laisser aucune trace de notre passage : le cadenas qui retenait le fer enchaînant les portes était toujours accroché comme lorsque nous étions arrivé. Il était évident que pour éviter la dégradation du lieu, le gardien l'avait protégé par l'enfermement.

Je m'approchai des tombes et les examinai. Certaines étaient décorées de fleurs et d'écrits emplies de regrets, sur d'autres on ne pouvait qu'à peine lire les inscriptions effacées par le temps. Un mausolée orné d'un ange se tenait dressé parmi les pierres tombales. Je soupirai et frissonnai un instant : l'air était frais et une brise légère traversa le lieu funeste. Je me retournai alors vers Sebastian et demeurai en silence. Ses yeux avaient pris une nouvelle fois leur couleur étrange, mêlée de rouge et de violet. Il avait lui aussi fait le tour des lieux, et j'attendais ses déductions. Mais à la place, je reçus une remarque ironique, presque désobligeante de sa part. Il me fis nettement sentir que je n'étais pas nécessaire, ce qui n'était pas vraiment bienvenu. Je n'étais pas vraiment d'humeur et avais hâte d'en finir. Je ne répondis rien à sa remarque et il récolta un regard dur et mécontent. Si je voulais faire partie des bagages, c'était mon droit, et il se devait de m'obéir. Même si je venais à devenir un boulet qu'il traîne à son pied, il doit me protéger ; il n'a pas le choix, et notre pacte le lui rappelle à chaque instant.

Sebastian demeura à genoux face à une tombe, et en parcourait le sommet de son doigt ganté. Je suivis des yeux ce-dernier qui frotta le marbre et se colora à vue d'oeil : du sang qui avait à peine coagulé se trouvait sur la surface. Un sourire se distinguait sur son visage malgré la pénombre, ce qui signifiait que nous pourrions bientôt rentrer. Je fronçai les sourcils et demeurait perplexe.


- Il est encore dans ce cimetière. Mais où ?

Mes yeux se détachèrent du visage de Sebastian et firent le tour du lieu. A première vue, il n'y avait personne ici exceptés nous, et tous les morts reposant sous terre à jamais. Dans ce cas, où pouvait être le rôdeur ? Je réfléchis un bref instant. Il était supposé être accompagné d'un enfant, peut-être mort à l'heure qu'il est, ou faible à en juger la quantité de sang qui trônait sur le marbre de la tombe. Deux personnes à cacher dans un endroit clos, où pouvaient-ils se cacher ? C'est alors que mon regard se posa sur une bâtisse, que je désignai du doigt à Sebastian.

- Se pourrait-il qu'ils soient dans ce mausolée ?

Je continuai de fixer l'édifice, attendant une réponse de la part de mon Majordome. S'il y avait une âme, ou deux à l'intérieur du bâtiment, il le saurait mieux que n'importe qui. Et s'il était en effet dans ce mausolée, voire même dans ce cimetière, toutes chances de fuite étaient vaines pour lui. Un nouveau sourire de fierté vint parcourir mon visage : avant même de révéler son visage, il avait perdu, et je gagnai, une fois du plus. Echec et Mat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Dim 30 Jan - 13:29

Le Jeune Maître parcourait du regard les lieux, cherchant certainement le criminel, chose un peu stupide, ce n'est pas comme si une personne de ce genre allait rester bien sagement au milieu du cimetière. Pourquoi pas nous indiquer non plus où il se trouvait tant qu'on y est. Mais ce n'est rien, j'ai l'habitude de ce genre de réaction tout à fait humaine, pour ma part je n'avais pas vraiment besoin de mes yeux. C'est pour cela que je restait immobile, fixant dans la direction de mon jeune maître sans vraiment le regarder, je ne croisais pas son regard par politesse, car même si je passe pas mal de temps à me moquer de lui, n'empêche que je lui porte tout de même un respect tout à fait normal, vu son rang et aussi surtout vis à vis de la beauté de son âme. Cette âme que je convoite tant, cette âme si pure, si magnifique, cette âme pour laquelle je me trouve actuellement sous les ordres d'un jeune comte en tant que Majordome. Rien que de penser un instant au moment où je pourrai enfin prendre son âme, une fine langue sortie de ma bouche pour venir doucement caresser de manière discrète et sans être vu mes lèvres, il faut dire que tout démon songe au moment où il obtiendra sa récompense après avoir remplis sa part du contrat. Monsieur suggéra que le criminel que nous cherchions se trouvait dans un mausolée, ce mausolée qui se trouvait à une petite dizaine de mètre de nous. En faite, il me demandait plutôt, c'est cela, le Jeune Maître connait parfaitement ma véritable nature, ainsi que les avantages qui vont avec, ainsi donc il voulais savoir si il y avait présence d'une âme, voir de plusieurs âmes là dedans. Bien My Lord, je ne ferai que suivre vos instructions, peu importe se que vous me demandez, je me doit d'obéir à vos moindre ordres et vos moindre désirs. Tournant ma tête vers l'endroit indiqué, je fixais le fameux mausolée suspecté, le regardant avec un sourire et les yeux luisants. Voyons, il n'y avait rien là dedans, en tout cas rien de vivant, cela je peux vous l'affirmer. Ce n'est pas une âme humaine qui va m'induire en erreur, on peut dire que de ce côté là les démons ont un certain savoir faire pour repérer les âmes. Quoi de plus normal sachant que c'est un met particulièrement recherché par nos semblables. Tournant à nouveau ma tête vers le Jeune Maître, le sourire toujours présent sur mes traits je parlais d'une voix tout à fait neutre, me contentant de répondre à la question posé précédemment.

- Jeune Maître, je ne vois rien dans ce mausolée qui n'est vivant. Le criminel ne s'y trouve certainement pas, à moins qu'il ne soit déjà plus de ce monde, même si j'en doute plus que fortement.

Ma fin de phrase était tout à fait inutile, je l'avoue moi même, mais c'est une façon un peu étrange de détendre l'atmosphère. Jeune Maître ne vous prenez pas la tête pour rien, cette affaire n'est rien pour un Diable de Majordome, ne prenez même pas la peine de faire marcher votre cerveau, ce genre de personne ne mérite même pas votre attention, de plus je ne pense pas que le criminel ne nous fasse une bien grande résistance, il ne me semble pas bien intelligent.

Le silence s'installa, seul le bruissement du vent se fit entendre, ainsi que le légers mouvement des feuilles mortes qui volaient, frôlant le sol en un légers bruit. Ce silence me permis alors de me concentrer un peu, notre petit criminel en herbe finira par faire un geste, un bruit qui le trahira. La chat est à l'affut, la souris se cache dans son trou, mais peu importe, le chat est plus malin, plus fort, la souris ne passera pas la nuit. Voilà une façon métaphorique de voir la situation. Laissant les quelques mèches de mes cheveux ébène voleter au grès de ce légers vent frais, j'attendais, je pense que le Jeune Maître avait compris que j'étais en train de chercher, à ma manière, enfin je veux dire, à la manière d'un démon. Soudain, un pressentiment, suivis d'un mouvement qui devait être presque imperceptible pour des humains, finalement cet homme était peu être un peu doué pour la traque, il était plutôt discret, mais malheureusement pour lui, il ne peut être doué que face à un autre humain, mais face à un Démon... Tout ce passa assez rapidement, un coup de feu, chose rapide et inévitable pour les humains, mais un démon n'a aucun mal à réagir face à ce genre d'arme, bondissant comme un chat devant mon Jeune Maître, je me mit en bouclier devant lui, personne j'ai bien dit personne n'a le droit de toucher à son corps frêle. Les balles qui avaient été tiré finirent leur course entre mes doigts, je les avait tout simplement attrapé à la main, rien de plus simple. Voulant tout simplement terminer cette balade nocturne ridicule, il fallait que mon Maître aille se coucher, demain une autre journée l'attendais. C'est un peu étrange de penser à ce genre de chose alors que je tenais dans ma mains pas moins de trois balle d'une arme à feu et qu'en face de moi se trouvait un tueur en série. Allons.. ne me dites pas que vous vous faites du soucie pour moi ? Oubliez vous qui je suis ?

Bref, passons, il suffisait que je fasse un simple geste pour que tout se termine, renvoyer ses balles à l'envoyeur, il serrai mort et puis c'est tout. Tout serrai terminé, mais une chose m'en empêcha, l'enfant qui avait été enlevé ce soir même se trouvait entre moi et le criminel, quel comportement lâche, se cacher derrière un enfant, ces petits êtres ne représentent rien pour moi, il n'empêche que cet homme me dégoutait encore plus. Son âme de doit valoir grand chose, sa mort ne serrai une perte pour personne, je laisse volontiers son âme aux shinigamis. Personnellement cela ne me dérangeais pas de tirer et de tuer l'enfant au passage, puisque cet homme semble totalement se cacher derrière ce dernier. Mais, peut-être que le Jeune Maître ne voudra pas, même si son âme est parfaite, il reste un humain. Me trouvant entre mon maître et le criminel je me retournais sans aucun scrupule, faisant face à mon maître, quitte à se que le tueur réagisse et qu'il s'enfuit ou qu'il veuillent en profiter pour tirer une nouvelle fois, à son aise, il ne reste ni plus ni moins un humain pour moi, il ne peut absolument rien me faire. S'il tente de s'enfuir, je n'aurai absolument aucun mal à le rattraper, surtout qu'il est à pied, ahlala.. cela perd tout son charme se genre de course poursuite, c'est trop simple. Souriant de façon polie, une main sur ma poitrine m'inclinant presque, parlant d'une voix neutre.

- Jeune Maître, j'attends vos ordres. Quelle réaction aimeriez vous voir de ma part ?

(HRP : Je vous laisse faire agir le criminel si vous le souhaitez Jeune Maître, vous pouvez le faire agir comme bon vous semble)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Ven 4 Fév - 12:24

Je fixai Sebastian, attendant patiemment sa réponse. Mais il se contenta de regarder le bâtiment que je venais de lui adresser d'un doigt tendu vers le mausolée. Soudain, il tourna les yeux vers moi, et je vis ses dents blanches apparaître plus distinctement l'espace d'un instant, son sourire se modifier, et il arborait maintenant une grimace presque cruelle. Peut-être était-ce le fruit de mon imagination, du aux ombres de la nuit ? S'il était vraiment présent, je préférais en ignorer la raison. Cette expression étrange qu'il me semblait apercevoir de temps à autres disparut, et il se remit à sourire comme à son habitude. Pourquoi souriait-il aussi souvent ? C'est un mystère que je ne peux élucider. Par politesse, sans doute ?

Quoi qu'il en soit, il me répondit calmement qu'il n'y avait personne à l'intérieur du sanctuaire. Une touche d'humour, en plus ? Très amusant, mais je n'étais pas vraiment d'humeur à rire. J'étais las, fatigué et je commençai à avoir froid à cause de ce vent dont les brises s'intensifiaient. Je fis quelques pas seulement vers le mausolée, et l'instant d'après, un bruit vint percer la pénombre. Un coup de feu avait été tiré. Et ce coup de feu venait d'être lancé dans le cimetière, à peine quelques miles devant moi. Sebastian se tenait maintenant devant moi, me cachant la vue et me servant ainsi de bouclier. Si j'avais été inquiet ? Pas vraiment, je dirais plutôt surpris. J'avais été la cible du tireur, et je ne l'avais pas vu venir. Je grimaçai intérieurement : une erreur de débutant. Je dois reconnaître que si Sebastian n'avait pas été là, les trois balles qu'il tenait maintenant entre les doigts seraient sans doute venues se loger dans ma chair. Mais après tout, cette protection qu'il me doit fait partie de notre pacte, il est normal qu'il agisse de la sorte. Je fis un pas sur le côté pour examiner la situation : le tueur se tenait enfin face à nous.

Sebastian se retourna vers moi, avec dignité et loyauté, une main sur le coeur et s'inclinant. Comme d'habitude, me direz-vous, mais malgré cette baisse d'attention de sa part, celui pour qui nous avions pris la peine de nous déplacer ne chercha pas à s'enfuir. Me demander ce que je voulais faire ? J'avoue que la question était certes logique et pertinente, mais elle tombait au mauvais moment. J'aurais pu simplement ordonner à mon majordome d'en finir, si la présence de l'enfant que l'assassin tenait entre lui et nous ne me fit hésiter. Je regardait l'enfant : il semblait à demi-conscient, et la part de lucidité visible sur son visage affichait une impression de terreur. Ceci semblait normal, vu ce qu'il avait du endurer et son jeune âge - deux ou trois ans de moins que moi, à mon avis. Il portait une plaie au flanc, faîte au couteau. Ce qui m'ennuya, c'est qu'elle ne fut pas mortelle. S'il était de toute évidence condamné, j'aurais donné l'ordre à Sebastian de relancer les balles, quitte à blesser l'enfant qui était perdu. Même si les victimes avaient été nombreuses déjà, et qu'une de plus ne changeait plus rien maintenant surtout si elle nous permettrait d'arrêter une bonne fois pour toute l'assassin, je me retrouvai déchiré, face à un dilemme. "Que faire ?" pensais-je intérieurement. Je me tournai vers Sebastian, espérant trouver conseil. Mais lui se fichait de ma décision, il l'appliquerait à la lettre. Finalement, je fermai les yeux et proclamai mon verdict.


- Attends, rien ne presse. Nous avons encore tout notre temps.

J'ajoutai à ma phrase un regard hautain adressé au tueur, et un sourire glaçant. De toute évidence, lui était destiné à mourir ce soir. J'espérais seulement qu'il bougerait, qu'il serait moins vigilant ne serait-ce qu'une seconde pour que Sebastian lui porte le coup de grâce, sans faire périr l'enfant en même temps. Mais qu'il agisse vite ; une nouvelle brise s'était levée, j'avais de plus en plus froid et voulais en finir pour rentrer le plus rapidement possible. Pourtant, il ne bougea même pas un membre. Il restait là, à nous dévisager, et tira un nouveau coup que je en reçus pas. Paraîtrais-je si faible pour être toujours la cible d'une fusillade ? Je soupirai, le laissant vider son chargeur s'il le désirait. Mais il compris qu'un nouveau coup serait vain, et cessa de tirer. Son bras tenant encore l'arme descendit lentement le long de son corps : il semblait à son tour hésiter. Parfait, il signait alors sa perte et assurait la vie sauve de l'enfant, exactement ce que j'espérais. Un sourire satisfait vint se dessiner sur mes lèvres.

- Maintenant, Sebastian !


- HRP : Si tu veux ajouter un autre rebondissement, libre à toi de le faire. -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Sam 5 Fév - 15:36

Incliné, les yeux mi-clos, le regard bas. C'est ainsi que j'étais, m'inclinant de façon tout à fait normal, qui suis je ? Je ne suis qu'un Diable de Majordome, et comme je lui avais fait remarqué, je demandais un ordre de sa part. Depuis le temps que je suis au service du Jeune Maître, je commence à plutôt bien le connaître, même s'il reste une âme indécise, mystérieuse.. c'est pour cela que je la trouve si attirante, que j'ai passé un contrat avec lui. Tournant toujours le dos à cet assassin, j'attendais, vous pourriez penser que c'est insensé de tourner ainsi le dos à quelqu'un d'armé qui plus est, ne semblait pas très stable d'un point de vue psychologique. Mais, au moins s'il pouvait faire la moindre petite résistance, cela me donnerai moins l'impression de m'être déplacé pour rien, et puis, à force de rester ainsi dans le froid, Monsieur va finir par attraper froid et cela serai très ennuyant. Son emploi du temps serai totalement à refaire et puis je n'ai pas vraiment envie de devoir m'occuper d'un malade. Déjà que les journées son bien assez remplie avec les trois bras cassés qui nous servent de domestique, il était inutile d'en rajouter. Monsieur, semblait en pleine prise de tête, je savais qu'il hésiterai, tuer le criminel ne lui posait pas de problème, en revanche tuer un enfant parfaitement innocent, c'était pour lui une autre histoire. Le Jeune Maître, avait dit qu'il n'hésitera pas, qu'il ferai tout ce qu'il faut pour atteindre son but, certes, cette mission n'avait pas vraiment de rapport avec le désir qui l'avait poussé à passer un contrat, mais bon... Il est vrai que je ne devait pas non plus réagir ainsi, il reste après tout un humain, les humains sont différents des démons, il est normal qu'il ai des réaction différentes face à ce genre de situation. Car si cela ne tenait qu'à moi, l'homme ainsi que l'enfant serraient déjà dans l'autre monde.

J'attendais, une réponse, une réaction. Qu'il finisse par enfin me dire quelque chose. Si cela continue nous allons rentrer bien tard, et Monsieur manquera de sommeille pour enchainer sur une nouvelle journée de travail. Mais je ne fit absolument rien pour le presser, je me contentais de toujours le regarder en souriant. De plus, l'assassin ne semblait pas vraiment du genre réactif, il restait planté derrière moi, tenant toujours l'enfant en otage, nous menaçant de son arme mais ne tira pas. Oh.. à moins qu'il n'ai déjà compris que cela ne servirai à rien de tirer sur le Jeune Maître ou moi même tant que j'étais dans le coin. Peu importe, Jeune Maître, parlez et je m'exécuterai. Et c'est se qu'il finit par faire, après son combat interne, décidant de la vie ou de la mort du garçon, il ferma les yeux et me demande de ne rien faire, d'attendre. C'était à prévoir, maintenant de savoir s'il faisait pour sa propre conscience ou si c'était seulement pour plutôt bien paraître devant la reine, je ne sais pas trop. Mais une personne de ma condition n'a pas à se poser des questions de son maître, même s'il y a de quoi, c'est pour cela que m'inclinant davantage, laissant un grand sourire s'étirer sur mon visage je me contenta de lui dire ma phrase habituelle.

- Yes, My Lord.

Alors comme il me l'avait demandé je ne bougeais pas, me redressant et faisant cependant volte face à notre homme. Cela m'étonnerai qu'il reste ainsi à attendre des heures, il finira bien par agir. Jetant un coup d'œil à mon Jeune Maître, il n'était pas difficile pour moi de savoir se qu'il cherchait à faire, il observait calmement la situation, chose tout à fait respectable vu son jeune âge, il n'est pas n'importe quel enfant, même s'il en reste un sur bien des points, il est bien plus mature et fort que certains adultes. Non.. je ne regrette vraiment en rien d'avoir fait ce contrat mon Maître. Un nouveau bruit de tire, nouveau geste rapide qui se déroule en pas moins d'une fraction de seconde, attrapant une nouvelle fois la balle entre l'auriculaire et l'index, c'est tout de même fou le mal que peut faire une si petite chose. Mais nous autres démons ne pouvons craindre ses armes, gardant cette fois-ci la balle entre mes deux doigts, je la faisait légèrement glisser. C'était presque de la provocation, comme pour montrer que cette comédie durait depuis bien trop longtemps à mon goût, mais je ne bougeais pas; finissant par laisser tomber la balle au sol en silence, le bruit du petit bout de métal étouffé par le peu d'herbe qui se trouvait à mes pied. L'homme eu un moment d'hésitation, de doute, était ce le fait qu'il venait de se rendre compte de son infériorité ? Venait-il enfin de se rendre compte qu'il ne pouvait absolument rien contre moi et donc par la même occasion contre mon Maître ? Peut-être, mais les causes, les raisons de son hésitation m'importait peu. Je n'avais pas vraiment besoin d'entendre l'accord de mon Maître pour me lancer, je savais très bien que c'était ce genre d'occasion qu'il attendais. Cependant, par respect j'attendais, pour finalement entendre tout simplement un « Maintenant Sebastian ». Les quelques mètres qui nous séparaient n'étaient pas un problème pour moi, en une fraction de seconde je me retrouvait derrière le criminel, affichant comme toujours un sourire. C'est tout à fait le genre d'expression peu approprié à la situation, mais que voulez vous, c'est plutôt ennuyant de poursuivre des insectes, sachant très bien qu'ils finiront écrasé sous votre pied. Prenant d'un geste vif sont bras qui tenait l'arme, je le retournait sans difficulté, lui brisant au passage cette partie du corps pourtant très utile. Le bruit sec des os se fit entendre, rajoutant une petite touche de macabre à ce lieux, mais moi j'affichais toujours mon sourire, tenant toujours son bras ou plutôt ce qu'il en restait, je l'obligeais à se mettre en sol, lui faisant ainsi lâcher prise sur l'enfant qui tomba en premier lieux au sol, avant s'éloigner un peu en rampant, effrayé. Tenant son bras en arrière, il est sûr que vu son état cela ne devait pas poser de problème qu'il soit à ce point tiré en arrière, mettant un pied sur son dos il était immobilisé, ses cris de douleurs étouffé par la terre. Relevant ma tête vers mon Maître, j'affichais un sourire encore plus grand.

- Jeune Maître, dois je mettre fin à sa vie ? En rentrant je vous ferai une infusion bien chaude pour vous réchauffer avant d'aller vous coucher.

Je posais la question, car les humains ont une justice, je sais que cela ne pose pas vraiment de problème à Monsieur si je le tue, mais peut-être voudra-t-il qu'il soit jugé. Je ne sais pas trop, les humains se prennent bien la tête pour rien. Je venais juste de terminer de parler qu'un cris se fit entendre, cela ne pouvais pas être le criminel, il était dans l'incapacité de produire le moindre son. Mais alors qui ? Jetant une regard sur l'enfant, je vis que c'était lui qui était d'une discrétion qui était plus qu'à désirer. Il criait, hurlait de terreur, tant par le traumatisme de son agression que par la violence dont j'avais fait preuve. Un humain si jeune, c'est encore plus faible que se que je croyais. Bien sûr, un cris d'enfant, cela ameute tout le quartiers, le gardiens du cimetière sortit, venant sur le lieux où nous nous trouvions actuellement. Et bien sûr, qui passait pour le méchant dans l'histoire ? C'était moi, bien sûr, perché sur un homme en train de souffrir le pied sur lui. Hm.. oui c'est sûr que dans ce cas là on passe pour quelqu'un d'une grande cruauté oui... Je portais alors mon regard sur mon Maître, je pourrai très bien me débarrasser de tout ce petit monde, ce serrai plus simple. Mais je préférais que se soit notre petit Compte qui prenne en charge la situation, peut-être expliquera-t-il la situation.. ou pas. Quoiqu'il en soit si cela dégénère, je me chargerai de toute le monde et quitterai les lieux sur le champ afin de mettre le Jeune Maître au lit.. il était plus que l'heure qu'il aille de coucher d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Dim 13 Fév - 15:50

A peine avais-je proclamé la sentence que Sebastian se trouva dans le dos du criminel. Un sourire satisfait s'élargit sur ses lèvres lorsqu'un bruit sec se fit entendre : les os du bras de l'assassin craquèrent, rompant le silence qui trônait quelques instants à peine auparavant dans le cimetière. Similaire à celui d'une feuille morte que l'on écrase du pied volontairement. Fronçant les sourcils de surprise un bref instant, je restai de marbre face à cette scène qui aurait peut-être horrifié quelqu'un d'autre. Pas moi. Ce genre d'attitude, cette efficacité radicale prise avec tant de légèreté, tel était mon quotidien en ayant à mon service Sebastian. L'assassin poussa un cri rauque, sans doute terrifié et souffrant le martyre. Bien fait : cet acte n'était encore pas à la hauteur de ce qu'il avait fait subir à ces enfants. Il posa un genou à terre, entraîné sur le sol par le poids que Sebastian exerçait de son pied. L'étreinte qu'il exerçait sur l'enfant se défit, et le petit garçon roula à terre avant de s'éloigner avec peine.

Je m'approchai calmement de quelques pas, ayant pour but de consulter l'enfant afin de m'assurer qu'il allait bien. Tout se passait comme je l'avais calculé, sans grande surprise d'ailleurs. Il était évident qu'une fois que Sebastian et moi serions lancés sur sa piste, ses chances étaient réduites à néant. A croire que nous aurions pu laisser cette affaire à Scotland Yard, bien que je doutais de leur efficacité. Maintenant, la question était de savoir si nous allions le laisser en vie ou non. Je me sentais un instant semblable à un dieu, jugeant de la vie ou de la mort d'une personne, comme un juge suprême. Bien, en ce cas que faire de lui ? L'achever sur-le-champ, ou le laisser à la justice qui décidera évidemment d'une pendaison, dernière honte affligée avant de rendre un dernier soupir ? Je savais ce qu'était l'humiliation, le dégoût de la vie ; celui-là n'en valait pas la peine, autant le tuer ici. Je m'apprêtais à me prononcer, mais un bruit me stoppa net dans ma démarche : un nouveau cri retentit, plus jeune. L'enfant regardait Sebastian avec une expression de terreur sur le visage, probablement due au bras désormais hors d'usage qu'il tenait toujours, et à sa récente expérience. Je cessai mes pas en soupirant. Voilà qui ne faciliterait pas nos affaires. Maintenant que le signal de détresse avait été lancé, il était évident que des passants allaient débarquer, bien qu'ils étaient rares à une heure si avancée. A commencer par le gardien, que je voyais s'approcher au loin. Dévisageant l'enfant et me dirigeant de nouveau vers lui, je m'adressai à mon majordome.


- Tu aurais pu y aller moins fort, Sebastian. Tu ne facilites pas la situation.

Je compris sans grande peine que si je n'avais pas été présent, il aurait terrassé tout le monde, afin de résoudre l'affaire au plus vite. Mais tout de même, trois morts de plus sur sa conscience ne changeaient sans doute plus ses nombreux antécédents, mais je tenais à ma réputation. Le gardien allait bientôt arriver à notre hauteur, et d'un regard je fis signe à Sebastian de lâcher le captif, qui ne pouvait manifestement plus fuir ni même bouger. Trop tard pour lui, je devrais trouver une explication. Ignorant tout d'abord le nouveau venu, j'aidais l'enfant à se relever en lui tendant une main, qu'il attrapa. Je devais bien être la seule personne ici en qui il n'avait pas peur. Puis je tournai les yeux vers le gardien, qui m'interrogeait du regard. Cette fois, c'était à mon tour de régler cette histoire - s'ils tenaient à la vie.

- Je suis le Comte Phantomhive, ici sur ordre de Sa Majesté.

Je m'étais présenté de façon courtoise, bien que volontairement très hautaine. Je comptais bien lui faire comprendre qu'il ne s'entretenait pas avec n'importe qui. Sceptique face à cette déclaration malgré mes vêtements - encore à cause de mon âge, sûrement - je lui tendis la lettre cachetée de la reine. Dès qu'il prit connaissance du sceau royal, je tendis la main afin qu'il me rende le message.

- Vous n'avez rien vu, n'est-ce pas ? Allez donc vous reposez, vous en avez besoin. Vous n'avez pas besoin de savoir la raison de notre venue.

J'ajoutais un regard insistant à l'ordre quelque peu implicite que je venais de lui adresser. J'en avais assez d'être dans ce cimetière, je voulais rentrer, prendre l'infusion que Sebastian m'avait promise et dormi, aussi le pressai-je de quitter les lieux. Un peu déconcerté, il quitta l'endroit d'un pas indécis, éclairant son passage de la lueur d'une lanterne. Je le suivis des yeux en silence, et une fois disparu de ma vue, je me retournai vers l'enfant, l'incitant à me suivre le le plaçait "en lieux sûrs" derrière une tombe. Epuisé de trop de péripéties, il perdit momentanément conscience. Je posais mon manteau sur son corps et revenais sur mes pas. J'esquissais un sourire glaçant une fois à la hauteur de Sebastian. Regardant avec dédain et mépris le criminel à mes pieds, je posai mon soulier sur sa tête. Il grimaça et retint un grognement. Prétendant n'avoir rien entendu, je prenais un peu plus appui dessus encore, m'adressant directement à mon majordome.

- Bien, où en étions-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Mer 16 Fév - 18:28

Tenant toujours l'homme au sol, lui tordant le bras dans une position improbable, qui ne devait pas être naturel d'ailleurs, il est impossible pour un humain d'avoir le bras dans une telle position. Quoi de plus normal qu'il puisse faire pareil miracle puisque l'os qui veille au maintiens et bon fonctionnement de ce membre est réduit à l'état de morceaux. Excusez moi, c'était une remarque tout à fait déplacé de ma part, mais bon.. je trouve assez souvent que les humains sont faibles, très peu d'entre eux peuvent se vanter d'avoir le moindre intérêt pour des êtres comme nous. Le Jeune Maître jugeait l'homme du regard, décidant de vie ou de mort pour cet être, voilà qui peut être étrange qu'un gamin d'une dizaine d'année ai le choix de vie et de mort sur d'autres êtres humains.. et en même temps quoi de plus normal puisqu'il a passé un contrat avec un démon. Et d'après ce que j'ai pu lire dans son regard, il ne souhaitait pas spécialement le voir se faire juger comme tout bon criminel qui se respecte. Comme mon Maître le désir, cela ne me pose aucun problème et en tant que Majordome je ne peux que suivre les ordres de mon Maître. Mais.. la venue du gardien du cimetière suite aux cris de l'enfant compliquait légèrement la tâche, personnellement cela ne me dérangeais pas d'achever cet homme devant lui, mais.. comme prétendre par la suite que je ne suis qu'un simple majordome ? Et puis tuer tout le monde aurai été la solution de facilité, mais mon Maître tient à sa réputation, et préféra se débrouiller en faisant le moins d'histoire possible.

Alors que le gardien me dévisageait avec une expression qui mélangeait la terreur et l'étonnement, mon Maître se présenta. Sur son éternel ton de supériorité.. il aime faire de l'effet par le simple fait de se présenter, et en même temps il y avait de quoi, qui ne connait pas la célèbre entreprises des Phantomhive ? Qui ne connait pas la célèbre famille qui sert la reine tel un chien de garde ? Presque tout le monde connait cela, et mon Maître savait jouer sur cette popularité, de plus il avait souvent des documents signés de la reine elle même, que demander de plus pour se justifier dans un pays où la reine est considérée comme la personne la plus importante sur terre dites moi hein ? Après une petit moment d'hésitation à dévisager le Jeune Maître et moi même, le gardien finit par faire demi-tour l'air dubitatif. L'enfant quant à lui restait immobile, cette fois ci en silence, effrayé tant par son vécu que par moi. Étais je à ce point effrayant est bizarre ? Semblais je différend ? Un être qui n'est pas humain ? Peut-importe, je ne cache pas vraiment pas véritable nature, j'essaye juste de ne pas me faire remarquer c'est tout, mais en ce moment même je devais certainement davantage ressembler à un démon qu'à un Majordome, il faut dire aussi que le Maître ne me fait jamais la remarquer étant lui même habitué à tout. Prenant l'enfant de façon à le rassurer, il le mit à l'écart, après tout l'enfant devait avoir une certaine confiance en lui puisqu'ils ont presque le même age. Fatigué par toute les épreuves qu'il avait vécu, il s'évanouit, plus dans un sommeil surement réparateur, c'était beaucoup pour un enfant de son âge il avait besoin de repos, c'est important pour un enfant.. d'ailleurs le Maître était en train de perdre son temps de sommeil, voilà qui est mauvais. Il déposa son manteau sur le jeune garçon, il semblait vouloir le laisser ici, il serai certainement trouvé et ramené à ses parents après quelques soins. Déjà que je ne m'en préoccupais pas vraiment de l'avenir de ce gamin, maintenant il était encore moins nécessaire de le compter dans nos plans. Le Jeune Maître était trop bon.. donner son manteau ainsi, c'était une attitude tout à fait humaine, mais bon.. maintenant c'était mon Maître qui risquait de prendre froid, et s'il tombe malade se serrai fort embêtant pour suivre tout son emplois du temps.

Revenant vers moi, il posa son pied sur la tête de l'homme qui était toujours au sol, une lueur un peu changeante dans son regard, il voulait que j'en termine de suite ? Que l'on rentre enfin pour que je puisse lui préparer le breuvage promis ? Soit, ne perdons pas de temps pour ce genre d'être. Laissant un sourire plus grand ce dessiner, je fis un simple mouvement avec mon pied qui le maintenait au sol, lui brisant sur le coup la colonne vertébral dans un bruit sec encore plus fort qu'avec les os de son bras. La mort fut net, rapide et relativement propre qui plus est. Lâchant ses bras qui retombèrent mollement sur le sol, regardant le sol avec des yeux grand ouvert qui pouvaient montrer que la mort fut brève et rapide. A quoi bon perdre du temps avec ça, j'avais presque l'impression que ce genre de personne ne méritaient même pas qu'un démon se charge de leur mort, mais bon.. un ordre est un ordre, et je ne pouvais que l'exécuter. Sans même jeter un regard sur le corps inerte, je l'enjamba pour me retrouver à côté de mon Maître. Retirant mon manteau pour le lui mettre sur les épaules. Il ne faut pas qu'il prenne froid tout de même.

- Monsieur. Ne prenez pas froid. Nous avons plus rien à faire ici, je propose de rentrer, vous devez vous reposer. Je ne pense que Scotland Yard peux prendre le relai, maintenant que nous avons fait tout le travail.

L'invitant à sortir du cimetière, je le regardais, affichant mon éternel sourire. Parlant par la suite qui montrait une certaine moquerie, tout en restant d'une courtoisie irréprochable. Même s'il n'aimait pas que je me moque de lui, je le faisais souvent, il faut dire que ce n'est pas les occasions qui manques et puis.. je ne serai pas moi même si je ne faisait pas de l'ironie. Le Jeune Maître devrait être plus ou moins habitué, depuis le temps que je suis à son service, et puis il savait très bien avec qui il passait un contrat.

- Vous voyez. Ce n'était pas la peine de vous déplacer pour cela, il y aurai juste eu plus de mort. Mais cette affaire aurai été résolue avec la même rapidité.. voir plus vite si nous avions pas perdu du temps à discuter. Mais au moins cela vous a sortie du quotidiens. Maintenant rentrons, vous allez prendre froid.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   Sam 19 Mar - 15:12

Un autre bruit sec retentit dans le cimetière, plus bref mais résonnant plus fort. Les vertèbres du criminel craquèrent à l'unisson, puis il tomba sur le sol, sa joue droite contre le sol. Il n'eut pas le temps de crier tant Sebastian l'acheva par surprise. Sans bavure, du joli travail. Je ne pus cependant pas m'empêcher d'afficher une rapide mine de dégoût. Non seulement au son des os craquelants, mais à la simple vue de ce meurtrier. Scotland Yard l'aurait sans doute classé parmi les professionnels puisque d'autres enfants avaient déjà péri de son fait, mais pour Sebastian il ne devait rien être de plus qu'un simple citoyen lambda. Un débutant. Je baissai les yeux vers le cadavre. On voyait de la peur figée sur ce visage inerte, de la douleur aussi. Mais après tout, il le méritait. Quoique j'aurais pensé que Sebastian ne l'achève pas si rapidement : d'abord un bras, puis l'autre, une jambe après l'autre, avant de lui briser la nuque entre ses doigts. Voilà le schéma que j'aurais imaginé venant de lui. J'approchai le pied droit du corps de l'assassin et le retournait avec un peu de peine. A le voir ainsi, il ne paraissait pas avoir quitté ce monde, à l'exception de son regard figé. Mes épaules tombèrent et je fermai les yeux un instant, demeurant ainsi dans le silence de cette nuit de nouveau calme. Je soupirai.

- Nous ferions mieux de partir, à présent.

Lorsque j'ouvris de nouveau les yeux, Sebastian se tenait face à moi, recouvrant mon dos de son manteau noir. Il souriait, avec toujours ce même sourire imprégné de ruse et de mystères indéchiffrables. Quoiqu'il en soit, il avait raison : Scotland Yard arriverait d'un instant à l'autre. Certes, la lettre cachetée du sceau royal nous sauverait la mise... Mais après tout, qu'avions-nous fait de mal ? La reine n'avait rien précisé, seulement qu'il fallait que ces disparitions cessent. Retrouver le coupable mort ou non l'importait peu. Elle ne sembla pas être du genre à se soucier des détails.

- Oui, nous n'avons plus rien à faire ici.

Abandonnant le corps là où il gisait désormais, nous nous approchions des grilles du cimetière. Cette affaire était enfin résolue : j'étais fatigué et mes doigts étaient engourdis par le froid. Je désirais rentrer, maintenant. Sebastian me précéda pour ouvrir le portail de fer sur mon passage, puis le referma derrière nous. Nous demeurions l'un et l'autre sans parler, jusqu'à ce que mon majordome rompe le silence. Pour me reprocher implicitement ma décision, qui plus est. Je levai les yeux vers lui et lui jetai un regard méprisant : il semblait oublier lequel de nous était le maître. " Plus de morts " ? Nous devions tout de même limiter les dégâts ! Et la lettre m'était adressée, non pas à lui. Même si le vent était glaçant et que nous avions perdu du temps à cause d'une brève discussion, je ne regrettai pas de m'être déplacé. L'enfant était sauf, lui, à moins de le retrouver mort de froid le lendemain. Je dépassai Sebastian, avançant d'un pas plus rapide. Je ne voulais plus faire face à ce sourire ironique qu'il affichait avec un plaisir peu contenu et qui me déplaisait fortement. Regardant droit devant moi, je finis par apercevoir notre calèche. Cette fois, c'était définitif : cette sombre histoire était enfin terminée.

- Affaire classée.


- HRP : Encore navré de ce retard. Considère-t-on le RP comme terminé, afin d'en commencer un autre ailleurs ? -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Bas Fond: Cimetière] Disparitions mystérieuses [PV: Ciel E. Phantomhive & Sebastian Michaelis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Mystérieuses Cités d'Or, le film !!!!
» Mew,ile mystérieuse
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Les mystérieuses créatures que sont les chats
» Retour du Cartoonist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-