« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mar 25 Oct - 15:29

- Je ne... Oui, cela me revient ! Nous sommes déjà croiser au Royal Opera House, lors du vernissage de Madame Rozen, mais c'était une rencontre assez brève... Je ne suis pas rester assez longtemps, mais je ne regrette pas d'y être aller, car sans cela, je crois que je n'aurais jamais rencontré Charlie d'une autre manière.

- Ah oui je me souviens ! Excusez moi si je vous ai un peu oublié. Je rencontre beaucoup de gens au quotidien, je ne peux pas tout retenir.

J'haussais encore un sourcil. Il me blâmait car je n'arrivais pas à retenir mes tables de multiplication mais lui il était pas fichu de retenir un nom. Surtout qu'Emiko était particulièrement petite, donc particulièrement reconnaissable. Alors que les chiffres se ressemblaient tous !
Je vis Alexandre et Théophile descendre des escaliers et se diriger vers nous.

- Nous voilà, annonça Théophile avec un grand sourire.

- Hey Théo ! Hey le nain !

Le nain désignait Alexandre. Jack le surnommait comme ça depuis hier car il avait constaté que l'adolescent avait à peine grandit. Il était vrai qu'il était petit. Je ne le nierais pas.

- Je ne suis pas un nain, répliqua Alexandre avec un air fatigué mais habitué.

- Mais si ! Regarde toi ! A 15 ans, t'es à peine plus grand que Charlie qui a 12 ans. Et regarde Théophile, il a le même âge que toi et a une taille normale.

- J'ai 14 ans en fait, nous informa Théophile.

Je faisais des yeux ronds, j'étais persuadé qu'il avait le même âge qu'Alexandre.

- Ah d'accord, commenta Jack avant de rester silencieux un moment. Mais c'est encore pire pour Alexandre !

- Mais laissez moi tranquille ! Je suis petit. Et alors ?

Jack eut un sourire moqueur. Il n'était pas méchant. Mais il adorait taquiner les autres. Surtout Alexandre car il savait que ce dernier n'oserait jamais se moquer de lui en retour. Je soupirais.

- Fin de la discussion. Pourquoi vous avez mis autant de temps là-haut ? demandai-je.

- Nous étions tombés sur de vieux tableaux de famille. On s'est un peu attardés.

Je n'y croyais pas vraiment. Les tableaux de famille n'étaient pas exposés au mur. La plupart restaient dans l'atelier. Mais je ne fis aucun commentaire, déjà que leur mensonge n'était pas crédible, je n'allais pas les enfoncer encore plus. Surtout en présence d'Emiko (de toute façon, je pense qu'elle le sentait) Jack non plus d'ailleurs. Il acquiesçait juste.

- Bon, moi je vais à la cuisine voir Paulette. Je vais lui demander à ce qu'elle fasse plus de thé à notre invité.

Jack regardait Emiko en souriant poliment avant de s'en aller.

- Vous voulez vous asseoir Mme Weiss ? proposai-je à Emiko. Peut-être dans un endroit plus calme.

Je guidai Emiko jusqu'au deuxième salon alors qu'Alexandre et Théophile nous suivaient. Puis je m'affalai sur un fauteuil et invitai Emiko à faire de même. Théophile semblait vouloir rester debout puis qu'il s'appuyait sur le dossier du canapé pendant qu'Alexandre s'asseyait bien droit.

- J'espère que vous n'êtes pas trop déçu. Peut-être vous vous attendiez à autre chose de ma famille. Peut-être avez-vous été surprise. Au passage, veuillez excuser Jack pour sa familiarité.

Je parlais en retirant mes chaussures. Parfois, ma famille me faisait honte. Cela me faisait de la peine de le reconnaître.

- Personnellement, moi j'ai été surpris mais dans le bon sens. Au début, quand Alex m'a invité, je pensais que les Rozen était du genre à avoir des conversations un peu nulles telles que la politique, la grande littérature. Des conversations à mourir d'ennuis quoi. Et je croyais qu'ils étaient snobs. Mais au final, on ne s'ennuie pas. Et les seules personnes snobs sont Frederick et Charlie.

Je ne fis aucun commentaire car je savais que c'était la vérité. Et qu'il ne disait pas forcément ça en mal. Il y avait snob et snob.

- Honnêtement j'aurais préféré avoir Charlie comme frère plutôt que Frederick.

Alexandre était incroyablement calme et s'en fichait qu'on puisse critiquer son frère. Cela n'avait jamais été le grand amour entre eux deux.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mer 26 Oct - 23:03

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

▬  Ah oui je me souviens ! Excusez moi si je vous ai un peu oublié. Je rencontre beaucoup de gens au quotidien, je ne peux pas tout retenir.


Dit-il. Je le regardais tout en secouant légèrement la tête en disant que c'était tout à fait compréhensible. Je rencontrais également beaucoup de genre au quotidien et j'arrivais à me souvenir d'eux, de même les morts je les comptes en étant dans mes rencontres, du moins ceux que je prend le temps à les connaître. Alexandre et Théophile arrivaient finalement de leur cachette, car je suppose qu'ils ne voulaient pas redescendre et rester entre eux...

Nous voilà.

Annonça Théophile avec un sourire tout en s'approchant de nous.

Hey Théo ! Hey le nain !

Le nain ? Sérieusement le nain ? Il était pas si petit que ça, du moins il était plus petit que Charlie, mais pas autant que ça... Comparée à moi, bon il est vrai que je n'étais pas un véritable exemple pour la grandeur, mais j'avais beaucoup grandit depuis cet été.

Je ne suis pas un nain.

Répliqua Alexandre d'un air fatigué, mais il semblerait qu'il y soit habitué... Je compatissais avec lui, intérieurement.

Mais si ! Regarde toi ! A 15 ans, t'es à peine plus grand que Charlie qui a 12 ans. Et regarde Théophile, il a le même âge que toi et a une taille normale.

J'ai 14 ans en fait.

Informa Théophile. Un an plus jeune que Alexandre, mais plus grand que lui, il est vrai que les plus jeunes étaient beaucoup plus grand que les vieux, sauf dans mon cas, si je voulais dépassé mon frère ce devrait être un miracle.

▬  Ah d'accord, dit Jack pendant un moment de silence. Mais c'est encore pire pour Alexandre !

Mais laissez moi tranquille ! Je suis petit. Et alors ?

Ce n'est pas la grandeur qui compte, mais la gentillesse de la personne, pensais-je en les regardant. La famille était quelque chose de précieux et peu de gens savaient en profiter au maximum... J'aurais tant aimé avoir une plus grosse famille que celle que j'ai déjà...

Fin de la discussion. Pourquoi vous avez mis autant de temps là-haut ?

Demanda Charlie en changeant de discussion et curieusement moi aussi je voulais savoir pourquoi ils avaient autant mit de temps là-haut.

Nous étions tombés sur de vieux tableaux de famille. On s'est un peu attardés.

Répondit Alexandre. Je regardais la réaction de Charlie et ça me laissait croire que ce n'était pas la vérité et qu'il n'y aurait pas de vieux tableaux de famille, du moins juste avec l'expression faciale de Charlie.

Bon, moi je vais à la cuisine voir Paulette. Je vais lui demander à ce qu'elle fasse plus de thé à notre invité.

Jack me regardait avant de sourire, je fis de même avant qu'il nous quitte pour voir Paulette.

Vous voulez vous asseoir Mme Weiss ? Me proposa Charlie. Peut-être dans un endroit plus calme.

Je hochais délicatement la tête en souriant comme toujours avant de suivre Charlie au deuxième salon, déjà j'adorais le décor de celui-ci... J'aimais tout de ce manoir, j'aurais tant aimé pouvoir le griffonner, mais je doute que cela soit poli et de plus... Je n'avais pas mon matériel sous la main. Charlie s'affala sur le fauteuil et je vins m'asseoir sur l'autre fauteuil tandis que Théophile restait debout et que Alexandre s'assoyait bien droit.

J'espère que vous n'êtes pas trop déçu. Peut-être vous vous attendiez à autre chose de ma famille. Peut-être avez-vous été surprise. Au passage, veuillez excuser Jack pour sa familiarité.

Dit Charlie en retirant en même temps ses chaussures, tout comme la dernière fois si je me souviens bien. Je restais tout de même bien assise, car le corset ne me permettait pas de faire autrement tout en ayant déposé mes mains sur mes cuisses.

Personnellement, moi j'ai été surpris mais dans le bon sens. Au début, quand Alex m'a invité, je pensais que les Rozen était du genre à avoir des conversations un peu nulles telles que la politique, la grande littérature. Des conversations à mourir d'ennuis quoi. Et je croyais qu'ils étaient snobs. Mais au final, on ne s'ennuie pas. Et les seules personnes snobs sont Frederick et Charlie.

Répondait Théophile qui avait été plus rapide que moi. Hm, il est vrai que Charlie était un cas à part, mais Frederick, j'en avais aucune idée, je n'étais pas rester assez longtemps pour évaluer son comportement, mais je doute que ce soit la vérité.

Honnêtement j'aurais préféré avoir Charlie comme frère plutôt que Frederick.

Avoua Alexandre. Cela me fit un revirement au cœur d'entendre ce genre de chose, mais il est vrai que je ne vis pas sa vie et que je ne sais pas de tout au tout.

Il est vrai que la famille Rozen est loin de ce que j'avais imaginé, mais une famille parfaite n'existe pas réellement... Je dois également avoué que vous tous sans exception, la beauté fait partie de  votre gêne et pour cela je ne m'y attendait vraiment pas...

Avouais-je en souriant doucement. Oui, ils étaient beaux et je pouvais être presque jalouse, mais la beauté est une chose comme une autre... On ne peut pas tout avoir dans la vie...

Très honnêtement Charlie, je préfère votre famille que la mienne... La mienne est un peu particulière et je ne connais pas tout le monde de ma famille, mes grands-parents je ne les ai jamais connus, mais pourtant ils sont toujours vivants... Je me dis que c'est peut-être mieux ainsi, d'avoir une petite famille qu'une grosse, pour ma part bien entendu, pour la vôtre elle ne cesse de s'agrandir et je trouve cela formidable.


Dis-je doucement en souriant brièvement. Il avait une de ces chances d'avoir une grosse famille et que pour la plupart s'entende bien, de plus qu'ils soient totalement humains. Moi nous vivions dans le monde des sorcières, mes grands-parents on vendus ma mère à un parfait inconnu réputé pour la prostitution, donc elle est née là-dedans, elle a rencontré mon père et eu mon frère et moi-même... Si j'ai des tantes et des oncles je l'ignore, même le côté à mon père est caché, mon père possède la magie noire, je présume qu'ils ne devaient pas être aussi gentils... Ah, sans oubliée Vanessa, la fiancée de mon frère, totalement splendide, mais un peu trop excité, surtout quand elle me voit.

Parlant de s'agrandir, sortis-je bêtement en me tournant vers Alexandre et Théophile. Avez-vous une fiancée ou même une femme de vos rêves en tête pour votre futur? Vous avez bientôt l'âge de vous marié... Mais vous n'êtes pas obligé de répondre non plus, c'était tellement soudain...

Demandais-je curieusement, très honnêtement j'étais curieuse, donc cela ne m'étonne pas que je sorte une question comme ça.


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Jeu 27 Oct - 21:26

- Il est vrai que la famille Rozen est loin de ce que j'avais imaginé, mais une famille parfaite n'existe pas réellement... Je dois également avoué que vous tous sans exception, la beauté fait partie de votre gêne et pour cela je ne m'y attendait vraiment pas...

Dans la famille, on accordait une grande importance au physique. Notre physique devait être cohérent à notre culture et éventuellement nos talents. Et il aurait plutôt été curieux que les membres d'une famille surtout connue par rapport à des poupées ne soit pas aussi belle que ces dernière. Il y avait même une rumeur qui circulait comme quoi les Rozen choisissaient leurs partenaire selon des critères de beauté pour conserver cette beauté de génération en génération. Ma mère, la mère d'Alexandre, Viktor et Angela étaient à mille lieux d'être moches. Amanda aussi d'ailleurs ! Elle était jolie. Incroyablement jolie même ! Mais on ne jugeait pas seulement la beauté. C'était à croire qu'on tombait amoureux non pas d'une personne mais d'un physique !

- Très honnêtement Charlie, je préfère votre famille que la mienne... La mienne est un peu particulière et je ne connais pas tout le monde de ma famille, mes grands-parents je ne les ai jamais connus, mais pourtant ils sont toujours vivants... Je me dis que c'est peut-être mieux ainsi, d'avoir une petite famille qu'une grosse, pour ma part bien entendu, pour la vôtre elle ne cesse de s'agrandir et je trouve cela formidable.

Bien sûr qu'elle ne cessait pas de s'agrandir à ce moment là. Les premiers enfants de la cinquième génération étaient nés. Et ce n'étaient que les premiers d'une génération qui n'allait cesser de s'agrandir jusqu'à un certain point. Cependant, avant de connaître ce taux de naissance relativement élevé, la famille Rozen a connu un taux de décès très élevé également. Eugénie. La mère d'Alexandre. Mon père. Mon grand-pères. Ma grand-mère. Mon grand-oncle. Ma grande-tante. Tous des personnes qui sont parties trop tôt ou d'une génération qui n'est plus. Et tout ces décès s'étaient déroulés dans un laps de temps très court. Entre mes 4 ans et mes 8 ans.
Dans le sourire d'Emiko, je voyais une certaine envie. Elle s'adressa à Alexandre et Théophile.

- Parlant de s'agrandir, Avez-vous une fiancée ou même une femme de vos rêves en tête pour votre futur? Vous avez bientôt l'âge de vous marié... Mais vous n'êtes pas obligé de répondre non plus, c'était tellement soudain...

Les deux intéressés se mirent à réfléchir à ce qu'ils allaient répondre. Enfin, c'était surtout Alexandre qui avait l'air de réfléchir. Sûrement à la forme de sa future phrase mais aussi à son fond. C'était sûrement le fond qui posait le plus problème.

- Eum... Nous ne sommes pas fiancés, ni Théophile, ni moi. Nous sommes dans un internat pour garçons, commença-t-il. Donc forcément, nous ne sommes pas beaucoup en contact avec des filles. Cela arrive des fois avec les filles de l'école jumelle de la notre mais on ne peut pas faire ce qu'on veut. Une femme ne peut pas vraiment aborder un homme. C'est à l'homme de faire le premier pas. Un homme doit faire toutes les tâches pénibles pour pas que la femme ait à le faire. C'est une question de galanterie et de bonnes manières. Mais le problème, c'est que nous n'osons pas aller vers les filles, tout simplement.

- Faux ! intervint Théophile. TU n'oses pas. Moi si je ne vais pas vers elle, c'est parce que j'en ai pas envie. Je ne souhaite pas me marier. Une femme, c'est trop exigeant.

Je trouvais cela étrange que Théophile n'aille pas plus dans le sens d'Alexandre. Bon, je ne l'aurais pas fait non. A part avec Emiko mais c'était seulement parce qu'elle avait mon secret entre ses mains et que je ne voulais pas qu'elle le dévoile. Donc, quand le sien était en danger, je lui sauvais la mise. Comme cela, elle allait faire la même pour moi. Sinon non. Je ne l'aurais pas fait. Mais Théophile n'était pas moi. Et je sentais plus de franchises dans les paroles de ce dernier que dans celles de mon cousin. Ce qu'Alexandre disait n'était pas faux mais il y nuançait beaucoup plus les choses que son ami.
J'avais bien envie de poser une question à Théophile.

- Mais si tu tombes amoureux d'une personnes, tu vas quand même te marier avec, non ?

- Cela dépendra de la personne. Il y a des personnes plus mariables que d'autres. Est-ce que si un Rozen tombe amoureux d'une personnes au physique ingrat, est-ce qu'il se mariera avec ? Bien sûr que non ! Il n'y a pas de moches chez les Rozen ! Imagine, Frederick et Constance tombent amoureux, bah ils ne vont pas pouvoir se marier car ce serait de l'inceste !

- Dégoûtant... commenta Alexandre en français avec une tête répugnée.

Je fronçais légèrement les sourcils à l'entente du commentaire sur le mariage chez les Rozen. Je savais que c'était une boutade, de l'humour mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser qu'il le pensait un peu quand même. Mais sa remarque était amusante.

- Moi je me fiche si je me marie ou non. Prévoir son avenir professionnel, je comprends. Mais à quoi ça sert de prévoir son futur sentimental ? L'amour est quelque chose de très aléatoire et d'imprévisible. Et ce n'est pas parce que je serais amoureux d'une personne que je vais forcément l'épouser. Je peux très bien me détacher d'elle aussi rapidement dont j'en suis tombé amoureux. Autant prendre la vie comme elle vient dans ce domaine.

Encore une fois, des propos plus nuancés, plus réfléchis, moins spontané mais en gardant une certaine sincérité. Je savais qu'Alexandre n'aimait pas mentir. Donc il faisait comme il pouvait. Le non-dit.
Alors que mon corset commençait à me faire mal, j'essayais d'enlever le haut de ma robe pour le desserrer. J'étais sans gêne et je n'avais rien à cacher à toutes les personnes se trouvant dans ce manoir.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Ven 28 Oct - 1:29

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Tous les deux semblaient réfléchir à la question. Je voulais savoir ce qu'ils pensaient d'être marié ou même tomber amoureux, avoir une femme dans leur vie tout simplement.

▬  Eum... Nous ne sommes pas fiancés, ni Théophile, ni moi. Nous sommes dans un internat pour garçons.  Donc forcément, nous ne sommes pas beaucoup en contact avec des filles. Cela arrive des fois avec les filles de l'école jumelle de la notre mais on ne peut pas faire ce qu'on veut. Une femme ne peut pas vraiment aborder un homme. C'est à l'homme de faire le premier pas. Un homme doit faire toutes les tâches pénibles pour pas que la femme ait à le faire. C'est une question de galanterie et de bonnes manières. Mais le problème, c'est que nous n'osons pas aller vers les filles, tout simplement.

Faux ! TU n'oses pas. Moi si je ne vais pas vers elle, c'est parce que j'en ai pas envie. Je ne souhaite pas me marier. Une femme, c'est trop exigeant.

Intervenait Théophile. Une femme c'est trop exigeant ? Il n'avait pas tord, mais lorsque qu'un homme trouve LA perle rare, croyez-moi il ne la quitte plus, mais si c'est comme la famille Rozen qui se fient uniquement au physique alors là...

Mais si tu tombes amoureux d'une personnes, tu vas quand même te marier avec, non ?

Cela dépendra de la personne. Il y a des personnes plus mariables que d'autres. Est-ce que si un Rozen tombe amoureux d'une personnes au physique ingrat, est-ce qu'il se mariera avec ? Bien sûr que non ! Il n'y a pas de moches chez les Rozen ! Imagine, Frederick et Constance tombent amoureux, bah ils ne vont pas pouvoir se marier car ce serait de l'inceste !

Dégoûtant...

Dit Alexandre avec un visage totalement dégoûté et pour une fois j'avais bien compris son mot en français. De toute façon je crois que Théophile est aller trop loin dans son exemple, mais l'inceste pouvait se faire, mais une famille comme les Rozen ça doit être mal vu et partout ailleurs...Sauf si les deux personnes ne savent pas qu'ils ont le même père..

▬  Moi je me fiche si je me marie ou non. Prévoir son avenir professionnel, je comprends. Mais à quoi ça sert de prévoir son futur sentimental ? L'amour est quelque chose de très aléatoire et d'imprévisible. Et ce n'est pas parce que je serais amoureux d'une personne que je vais forcément l'épouser. Je peux très bien me détacher d'elle aussi rapidement dont j'en suis tombé amoureux. Autant prendre la vie comme elle vient dans ce domaine.

▬  Vous n'avez pas totalement tord. L'amour est imprévisible, certes, mais tomber amoureux est quelque chose... D'inexplicable, surtout lorsque la personne ne nous aime pas en retour... On a beaux essayés de regarder ailleurs, mais on a toujours cette personne clôturer dans la tête... Jusqu'à une autre personne entre dans votre vie et vous fait oublié tout de votre premier amour pas réciproque. Mais si vous avez réellement une personne, je me dis qu'il est impossible de la laisser tomber, sauf si la personne commet un acte impardonnable, comme l'adultère.

Dis-je doucement en choisissant bien mes mots tout en parlant d'un peu une expérience personnelle... Ça faisait mal d'aimer et que la personne ne vous aimes pas retour, vous avez l'impression de tourner en rond sans trouver d'issus. J'ai beau cherché une issus possible, mais rien ne me vint... Je n'aurais pas donc le choix de me marier sans avoir de réel intérêt pour la personne, sauf si nous trouvons des points communs, je laisserais père faire le suivit, car il connait plusieurs personnes grâce à son travail et j'imagine que ce sera quelqu'un qui est au courant de notre monde. Du coin de l'oeil je vis Charlie qui tentait de desserrer son corset tout en essayant de détacher le haut de la robe tout en me levant pour venir vers lui, je me proposais.

Un peu d'aide ?

Sans réellement attendre son accord, je l'aidais à desserrer le tout pour qu'il se sente mieux et j'attachais son haut, ni vue, ni connu avant que j'aille m'asseoir une nouvelle fois. De plus ce n'était pas comme si c'était la première fois que j'habillais Charlie, donc je n'avais pas réellement de gêne et surtout que je connaissais son secret, du moins tout le monde qui se trouve au manoir le savait.



_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Ven 28 Oct - 21:16

- Vous n'avez pas totalement tord. L'amour est imprévisible, certes, mais tomber amoureux est quelque chose... D'inexplicable, surtout lorsque la personne ne nous aime pas en retour... On a beaux essayés de regarder ailleurs, mais on a toujours cette personne clôturer dans la tête... Jusqu'à une autre personne entre dans votre vie et vous fait oublié tout de votre premier amour pas réciproque. Mais si vous avez réellement une personne, je me dis qu'il est impossible de la laisser tomber, sauf si la personne commet un acte impardonnable, comme l'adultère.

Je l'écoutais en continuant mes tentatives de déshabillage. Ce qu'elle disait n'était pas dénué de sens et était juste, même si je n'étais pas forcément d'accord sur le fait de laisser tomber la personne que l'on aime. S'il n'y a plus de sentiments, il n'y a plus de couple. Ou si la relation est destructrice... Autant se séparer.

- Un peu d'aide ? me demanda Emiko en me voyant peiner à me déshabiller.

Elle n'attendit pas ma réponse pour venir m'aider. Elle se plaça derrière moi et défit le haut de ma robe et desserra mon corset. Quel soulagement ! Alors qu'Emiko me rhabillait, Théophile et Alexandre parlait en français.

- Ça veut dire quoi clôturer ? demanda Alexandre.

- Enfermé j'crois, répondit simplement Théophile.

Je me retournais et remerciait Emiko du regard. Il y eut un long silence avant que Théophile ne le brise.

- En tout cas moi, je n'ai pas ce problème. Et j'en suis content.

Il était souriant alors que mon cousin gardait un air neutre. Le châtain lança un regard subtil au brun. Je devinais bien pourquoi. Je ne savais pas quoi en penser. Alors que je regardais Alexandre, je sentis quelques chose s'agripper au jupon de ma robe. Je baissais mon regard vers la chose. Il s'agissait de Tom. Frederick avait déjà levé sa punition ?

- Hé le vilain ! dis-je en français au petit enfant en le prenant sur mes genoux. Papa a déjà levé ta punition ?

Evidemment, Tom ne savait pas parler anglais. Il n'avait que trois ans. Il avait encore du mal à parler français. Donc j'étais obligé de parler en français pour me faire comprendre.

- Papa il y a dit que j'étais pu puni... I la dit que j'ai été pas gentil...

- Bien sûr que tu n'as pas été gentil ! C'est pas gentil de taper.


Je parlais d'une manière un peu idiote. Je voulais que Tom me comprenne malgré mon accent et ma diction pas totalement parfaite.

- I la dit aussi que je devais pas taper les filles et la famille sauf Tonton.

Alexandre fronçait les sourcils alors que Théophile pouffait de rire. Mon cousin était habitué à cela. Mais je supposais que cela faisait un peu mal d'entendre ce genre de chose. Ce qui était amusant, ce n'était pas que Tom soit autorisé à taper Alexandre, mais que Tom rapporte ce qu'a dit son père devant l'intéressé.

- Quand même, ce gosse ressemble vachement à son père, commenta Théophile en anglais.

- Malheureusement...

L'ambiance commençait à être lourde alors Alexandre décida de revenir à notre sujet d'origine. Mais tout en détournant l'attention vers Emiko.

- Mais sinon, Mademoiselle Weiss. Vous nous avez demandé des choses sur notre vie sentimentale, je pense que nous pouvons faire de même. Vous avez quel âge ?

- Elle a 16 ans, répondis-je à la place d'Emiko alors que Tom jouait avec mes extensions de cheveux.

- Oh ! Je suppose que vous êtes en âge de vous marier. L'êtes-vous ? Êtes-vous fiancée ? Une belle femme comme vous ne peut pas ne pas être célibataire !

- Arrête, je vais être jaloux ! intervint Théophile en souriant. En plus, ça fait lèche-botte ! Ou dragueur.

- Mais c'est la vérité ! Elle est jolie. Je ne suis pas lèche-botte.

Tom descendait de mes genoux. Curieux d'Emiko, il alla s'agripper aux jupons de sa robe. C'était une mauvaise manie qu'avait Tom de s'accrocher aux jupons de sa mère et de toutes les autres personnes portant une robe (m'incluant moi). J'avais constaté cela la veille.

- Et je le pense réellement ! Je n'essaye pas de vous de vous draguer, Mademoiselle Weiss. Et désolé si ma curiosité est mal placée.

Alex était assez gêné. Il ne voulait pas qu'Emiko se fasse de fausses idées sur lui. C'était assez indiscret de demander ce genre de chose à une jeune femme.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Sam 29 Oct - 16:42

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Avant que j'aille m'asseoir, Alexandre et Théophile parlait encore une fois en français, langue que je vais commencée à apprendre juste en les écoutant.

Ça veut dire quoi clôturer ?

Demanda Alexandre tandis que son ami répondit aussitôt.

Enfermé j'crois

Il eut un moment de silence après ça et ça commençait légèrement être gênant, je ne savais pas quoi dire, mais ce ne fut pas long que Théophile ne le brise.

En tout cas moi, je n'ai pas ce problème. Et j'en suis content.

Quel problème ? Le problème du corset ou le problème d'aimer quelqu'un et que c'est impossible de s'en sortir ? Je l'ignorais... Dans les deux cas, il était chanceux, du moins pour le corset je n'avais pas le choix, mais pour Charlie c'était autre chose... En y repensant ce n'était pas quelque chose de joyeux, mais triste... Ça m'avait peiner de l'entendre dire et voir même sa défunte soeur que j'ai permis de faire un contacte avec celui-ci... Je ne l'ai pas regretté... Je regrette uniquement que je ne sois pas assez forte... Quelque chose attirait mon attention, plutôt quelqu'un... C'était Tom, celui qui avait eu la punition, il était au jupon de Charlie, cela me fit légèrement sourire, car il était adorable.

Hé le vilain !

Dit Charlie en français et prenant celui-ci sur ses genoux.

Papa a déjà levé ta punition ?

Papa il y a dit que j'étais pu puni... I la dit que j'ai été pas gentil...

Bien sûr que tu n'as pas été gentil ! C'est pas gentil de taper.

C'est vrai que ce n'était pas gentil de taper ou même frapper très fort quelqu'un, sauf si il a mérité ce coup, dans ces moment-là c'est plus pour les adultes, pour les jeunes enfants taper, n'était pas une très bonne chose à faire, surtout envers les jeunes filles et je parle d'expérience non seulement des morts, mais de moi-même.

I la dit aussi que je devais pas taper les filles et la famille sauf Tonton.

Je tournais légèrement mon regard vers Alexandre, alors comme ça leur haine était réciproque que même il avait donné la permission de taper son oncle ? C'était affreux d'entendre ce genre de chose, si je pouvais faire quelque chose pour tenter d'arranger tout ça avant qu'il ne soit trop tard... Mais ce genre de chose ne me concerne pas, malheureusement... Théophile pouffait de rire, mais Alexandre avait les sourcils froncés. Je gardais mon visage neutre.

Quand même, ce gosse ressemble vachement à son père.

Commenta Théophile.

Malheureusement...

Répondit Alexandre. Je regardais son aura et ce n'était pas bon du tout... Clairement pas... Même l'ambiance dans la pièce avait changé... Que faire, que faire ?

Mais sinon, Mademoiselle Weiss. Vous nous avez demandé des choses sur notre vie sentimentale, je pense que nous pouvons faire de même. Vous avez quel âge ?

Elle a 16 ans.

Répondit Charlie à ma place, je tournais mon regard vers lui et je vis que Tom jouait avec ses extensions. Je souriais légèrement avant de tourner mon regard vers Alexandre.

Oh ! Je suppose que vous êtes en âge de vous marier. L'êtes-vous ? Êtes-vous fiancée ? Une belle femme comme vous ne peut pas ne pas être célibataire !

Arrête, je vais être jaloux ! En plus, ça fait lèche-botte ! Ou dragueur.

Intervient Théophile. Une belle jeune femme, moi ? Permettez-moi d'en douter... Je faisais attention à ce que je mangeais et mon apparence, mais rien de plus... Je n'étais pas aussi jolie que la fiancée à mon frère... C'était impossible que j'arrive à son niveau.

▬  Mais c'est la vérité ! Elle est jolie. Je ne suis pas lèche-botte.

Je souriais intérieurement avant que Tom descendit des genoux de Charlie et qu'il vient me voir tout en agrippant à mon jupon. Je prenais celui-ci tout en le plaçant à mes côtés, vu qu'il restait de la place. Il était curieux et je trouvais cela amusant, j'adorais les enfants, plus que tout même, de plus la moitié d'entre eux étaient comme moi dès leur naissance et Tom pouvait voir ce genre de chose, mais réellement comprendre, si ce n'est pas le cas.

▬  Et je le pense réellement ! Je n'essaye pas de vous de vous draguer, Mademoiselle Weiss. Et désolé si ma curiosité est mal placée.

Non, ne vous en faites pas, j'ai été curieuse moi aussi, donc je comprend que vous aussi vous voulez le savoir... Pour tout vous dire, je ne suis pas mariée, ni fiancée, mais j'ai déjà aimé quelqu'un et que ce n'était pas réciproque, du moins le moment que je l'ai connu... Probablement mon père va bientôt me fiancé avec un fils de un de ses collaborateur d'où il travail, du moins je le crois... Il me laisse encore le temps des choses se former avant d'interagir, même si il n'est pas pressé que je marie maintenant...

Avouais-je doucement en baissant légèrement mon regard en souriant en coin. De même que je savais que la personne devait être au courant pour mon don ou pour les pouvoirs de ma famille, car sinon il ne comprendra jamais ce qu'il m'arrive, ce qui est étrange, j'ai l'impression que je ne vivrais pas assez longtemps pour fonder une famille, ni même me marier, c'était ce que je ressentais au fond de moi... J'étais destinée à mourir jeune... Du moins peut-être arriverais-je à faire tout ça, mais qu'au moment d'accoucher je ne survivrais pas... Je ne sais pas entièrement, mais cette impression au fond de moi était là...

De plus je crois que lorsque nous marrions il faut que les deux personnes s'aiment, car un mariage sans amour est la pire chose qu'il existe au monde, sauf si les parents des deux mariés les font tenir ensemble dès leur naissance, mise-à-part cela je ne vois pas le but derrière tout ça... Si il n'y a pas d'amour à quoi bon d'élevée une famille ? Les enfants ne se sentirons jamais aimé des deux parents juste d'un seul et la plupart du temps c'est la femme... Dans mon cas, un mariage sans amour ne se ferait pas, je ne serais pas capable d'une telle chose, ce mensonge transmit aux enfants et à leur enfants, ainsi de suite. Pardonnez-moi d'être aussi honnête, mais d'avoir croisé ce genre de personne dans la ville et les voir interagir ainsi, je ne serais pas capable de faire une telle chose...

Je redressais légèrement mon visage gardant un léger sourire sur mes lèvres tout en détournant mon regard vers Tom en souriant davantage. Je restais ainsi pendant quelque seconde avant de regarder en face de moi, là où il y avait quelque chose accrocher au murs, un tableau probablement...


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Sam 29 Oct - 22:25

- Non, ne vous en faites pas, j'ai été curieuse moi aussi, donc je comprend que vous aussi vous voulez le savoir... Pour tout vous dire, je ne suis pas mariée, ni fiancée, mais j'ai déjà aimé quelqu'un et que ce n'était pas réciproque, du moins le moment que je l'ai connu... Probablement mon père va bientôt me fiancé avec un fils de un de ses collaborateur d'où il travail, du moins je le crois... Il me laisse encore le temps des choses se former avant d'interagir, même si il n'est pas pressé que je marie maintenant... 

Emiko baissa le regard et fit un sourire en coin. La plupart des femmes de la famille Rozen étaient mariées dès l'âge de 16 ans (si elles étaient fécondes bien sûr), même si elles sont minoritaires. Les hommes se mariaient plus tard car on estimait qu'il devait être fort et mature pour protéger sa femme et ses enfants ainsi que pour être un bon père de famille. C'était une sorte de tradition.

-  De plus je crois que lorsque nous marrions il faut que les deux personnes s'aiment, car un mariage sans amour est la pire chose qu'il existe au monde, sauf si les parents des deux mariés les font tenir ensemble dès leur naissance, mise-à-part cela je ne vois pas le but derrière tout ça... Si il n'y a pas d'amour à quoi bon d'élevée une famille ? Les enfants ne se sentirons jamais aimé des deux parents juste d'un seul et la plupart du temps c'est la femme... Dans mon cas, un mariage sans amour ne se ferait pas, je ne serais pas capable d'une telle chose, ce mensonge transmit aux enfants et à leur enfants, ainsi de suite. Pardonnez-moi d'être aussi honnête, mais d'avoir croisé ce genre de personne dans la ville et les voir interagir ainsi, je ne serais pas capable de faire une telle chose... 

J'étais assez d'accord avec Emiko. Je voulais me marier avec la personne que j'aimais et non pas avec une femme qu'on aurait choisi pour moi ou que j'aurais choisi par dépit. Je me demandais si le Comte Phantomhive aimait sa fiancée. Il ne l'avait pas choisi. Et je me mis à nous comparer. A 12 ans, lui, il était déjà fiancé depuis limite sa naissance à une fille qui était sa cousine dont il n'était peut-être pas amoureux et moi je craquais pour une fille que je n'allais jamais pouvoir épouser. La vie sentimentales de ce garçon était toute tracée. Pas la mienne. Et l'inceste était presque inpensable dans ma famille (Lady Elizabeth était quand même la cousine au premier degré de Ciel Phantomhive). Les valeurs de la famille Phantomhive étaient-elles si différentes des Rozen ?

- Je ne pense pas que le mariage soit seulement une affaire d'amour. Si on peut ne pas se marier alors qu'on est amoureux, alors on peut se marier alors que l'on n'est pas amoureux. Sans que cela soit involontaire.

- Je pense que le plus important dans un mariage est la confiance entre les deux partenaires. On peut très bien se marier avec sa meilleure amie si par exemple la personne que l'on aime nous ait inaccessible et que notre amie est dans la même situation.

- Epouse moi, Alex !

- Je suis un garçon, Théophile. Je ne suis pas sûr que cela soit légal.

- Mais ça va passer ! Tu détaches tes cheveux et t'enfiles une robe et ça passe !

- Je ne le ferais pas.

J'écoutais leur conversation quelques peu distrayantes. Théophile parlait sur le ton de la plaisanterie. Je regardais Tom qui prenait les mains d'Emiko et jouait avec en la faisant applaudir ou en lui tordant les doigts.

- Vous avez fini vos bêtises ? demandai-je avec un air un peu blasé. Vous ne pouvez pas être sérieux plus de 5 minutes ?

- D'accord d'accord ! dit Théophile.
 
- Le mariage homosexuel n'est pas légal. Ni en France, ni en Angleterre. 

- Pourtant dans la Grèce Antique, l'homosexualité était considéré comme normale.

- Mais la religion fut.

- Pour moi, la pire bêtise de l'Homme fut la religion monothéiste, dis-je en toute honnêteté. Vous avez vu toutes les guerres que cela a entraîné ? Et je ne trouve pas cela crédible qu'un seul homme ait pu créer tout l'univers. Le fait que cela soit plusieurs dieux est beaucoup plus crédible.

- On est d'accord, admit Théophile. Ce matin je suis allé à l'Eglise avec vous juste pour faire bonne figure devant vos vieux, mais sinon, je n'y serais pas allé. 

- Ce sont nos parents qui nous obligent, précisai-je. Sinon, moi je n'irais pas non plus.

- Moi je m'estime heureux que notre famille soit protestante et pas catholique.

Heureusement que nos parents ne nous entendaient pas. Et qu'Emiko soit là n'était pas un frein à ce que l'on partage nos opinions: elle était athée. Et Tom ne comprenait sûrement pas un mot de ce que l'on disait.

- Mais je ne vois pas pourquoi l'homosexualité serait condamnable.

- Mais c'est simple ! Deux hommes ne peuvent pas faire d'enfants et l'"acte" ne doit servir qu'à la procréation. Et pour procréer il faut une femme pouvant faire des enfants et un homme. Il ne faut pas essayer de procréer avec des enfants, cela ne marchera pas. Chose que les prêtres n'ont pas très bien comprises. Oui. C'est hypocrite. Deux hommes ne peuvent pas s'aimer mais un prêtre peut faire des attouchements à un enfant, garçon ou fille. Tout est normal.

- Mais je veux une raison valable moi !

- Bah y'en a pas.

Je levais les yeux au ciel. Qu'est-ce que je détestais cette forme d'hypocrisie. Et je me demandais comment pouvait-on savoir qu'une femme est féconde, donc en âge se marier. Emiko n'avait pas répondu à ma question la dernière fois et je voulais savoir. Et ma mère... Ellle ne m'a jamais parlé de ces choses là. Et Jack parlait de sexualité mais jamais de ça*. J'espérais qu'Alexandre et Théophile puisse m'apporter des réponses.

- Mais comment on sait quand une femme est féconde ? demandai-je innocemment. J'ai déjà posé la question à Emiko mais j'ai pas très bien compris sa réponse...

Clairement, je n'aurais jamais dû poser cette question car je voyais que la question mettait mal à l'aise Alexandre et que Théophile se retenait de se moquer de moi. Aucun d'entre eux n'avaient l'air de vouloir répondre. Quant à Emiko...


*Femmes fécondes:
 

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Dim 30 Oct - 3:35

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Je ne pense pas que le mariage soit seulement une affaire d'amour. Si on peut ne pas se marier alors qu'on est amoureux, alors on peut se marier alors que l'on n'est pas amoureux. Sans que cela soit involontaire.

Je pense que le plus important dans un mariage est la confiance entre les deux partenaires. On peut très bien se marier avec sa meilleure amie si par exemple la personne que l'on aime nous ait inaccessible et que notre amie est dans la même situation.

Epouse moi, Alex !

Je suis un garçon, Théophile. Je ne suis pas sûr que cela soit légal.

▬  Mais ça va passer ! Tu détaches tes cheveux et t'enfiles une robe et ça passe !

Je ne le ferais pas.

Je les écoutais parler entre eux. Il est vrai que maintenant la moitié des gens se marient sans avoir de réel amour ou d'attache envers la personne, c'était soi une question d'argent ou que leur enfants n'avaient trouvés personnes et que les parents forçaient leurs enfants à fiancés à quelqu'un qui ne connaissaient pas nécessairement. Il était clair que leurs conversations était plus ou moins sérieuse en ce moment... Pendant ce temps, Tom jouait avec mes mains en les faisant taper ensemble ou même les tordants un peu, je le laissais faire si cela pouvait l'occuper.

Vous avez fini vos bêtises ?  Vous ne pouvez pas être sérieux plus de 5 minutes ?

Demanda Charlie envers Alexandre et Théophile. Merci Charlie, car ça commençait à sortir de la conversation... Personnellement ça ne me dérangeait pas du tout.

D'accord d'accord !

▬  Le mariage homosexuel n'est pas légal. Ni en France, ni en Angleterre.

Pourtant dans la Grèce Antique, l'homosexualité était considéré comme normale.

Mais la religion fut.

Pour moi, la pire bêtise de l'Homme fut la religion monothéiste. Vous avez vu toutes les guerres que cela a entraîné ? Et je ne trouve pas cela crédible qu'un seul homme ait pu créer tout l'univers. Le fait que cela soit plusieurs dieux est beaucoup plus crédible.

On est d'accord, admit Théophile.  Ce matin je suis allé à l'Eglise avec vous juste pour faire bonne figure devant vos vieux, mais sinon, je n'y serais pas allé.

Ce sont nos parents qui nous obligent. Sinon, moi je n'irais pas non plus.

Moi je m'estime heureux que notre famille soit protestante et pas catholique.

L'église et moi avions tout de même un passé restreint, mais ancêtres on passés sur le bûché à Salem et pourtant beaucoup d'entre elles pratiquaient la magie noire... Et je n'aime pas me retrouver dans une église à cause de mon don, je ressens plusieurs choses à l'intérieur de moi, dont une vague d'émotions, je déteste ressentir ça.

Mais je ne vois pas pourquoi l'homosexualité serait condamnable.

▬  Mais c'est simple ! Deux hommes ne peuvent pas faire d'enfants et l'"acte" ne doit servir qu'à la procréation. Et pour procréer il faut une femme pouvant faire des enfants et un homme. Il ne faut pas essayer de procréer avec des enfants, cela ne marchera pas. Chose que les prêtres n'ont pas très bien comprises. Oui. C'est hypocrite. Deux hommes ne peuvent pas s'aimer mais un prêtre peut faire des attouchements à un enfant, garçon ou fille. Tout est normal.

Mais je veux une raison valable moi !

Bah y'en a pas.

Si... Il y en avait une... L'amour entre un homme à homme était impossible, même si ils pouvaient adopter des enfants tout en ayant une acolyte pour jouer sa femme, c'était facile de tromper quelqu'un.. Et de plus une relation femme-femme encore moins... Pourtant l'amour ne fonctionne pas uniquement au physique, mais à l'âme, donc si l'amour de ta vie s'avère à être un homme et que tu es un homme va avec tes sentiments, pas par obligation et oublions l'église.

▬  Mais comment on sait quand une femme est féconde ? J'ai déjà posé la question à Emiko mais j'ai pas très bien compris sa réponse...

Demanda innocemment Charlie. Alexandre mal à l'aise et Théophile qui voulait se moquer et moi j'avais le visage neutre. Personne ne voulait répondre, tant pis j'allais être honnête.

▬  Le seul moyen de savoir si une femme est fécondable est de passer à l'acte et d'ici quelque semaines si la femme commence à avoir un ventre c'est signe qu'elle peut avoir des enfants... Ou... Qu'elles aillent voir une spécialistes en la matière, à ce qu'il paraît, il y a une vieille femme qui vit un peu en dehors de Londres sait qui est fécondable juste à toucher le ventre... Mais ce ne sont que des murmures de quelques personnes,mais qui sait si c'est réellement vrai...

Dis-je en toute honnêtement. Ou voir une sorcière de magie blanche qui est très proche de la nature, elles le savent, même le sexe de l'enfant lorsque la femme est enceinte, mais il faut croire à ce genre de chose pour aller les voir. Mais j'étais certaine que cette vieille femme existait, j'étais médium, rien ne m'échappe, parfois oui...

Est-ce que cela répond à votre question, Charlie ?

Demandais-je envers celui qui avait posé la question, maintenant il savait, sinon il n'y a pas d'autres moyens... Parfois la mère peux être une bonne mère et non fécondable ou même qu'elle perde son enfant pendant sa grossesse, c'était des choses horribles qui pouvaient se produire, c'était dommage, mais c'était la dure réalité. Très honnêtement je ne voulais pas savoir si j'étais fécondable ou non, car je voudrais pas donner mon don à mes filles si jamais des filles, ce n'est pas un cadeau à offrir à ses enfants, c'est un fardeau de fille en fille qui se transmet de génération en génération, si je le peux je voudrais adopter que d'en faire... Je préférais d'essayer de réparer un coeur brisé et de le rendre heureux... Je tournais mon visage vers Tom qui jouait toujours avec mes doigts.


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Dim 30 Oct - 21:47

Emiko restait neutre. Elle n'avait pas l'air mal à l'aise et ne se moquait pas de moi.

- Le seul moyen de savoir si une femme est fécondable est de passer à l'acte et d'ici quelque semaines si la femme commence à avoir un ventre c'est signe qu'elle peut avoir des enfants... Ou... Qu'elles aillent voir une spécialistes en la matière, à ce qu'il paraît, il y a une vieille femme qui vit un peu en dehors de Londres sait qui est fécondable juste à toucher le ventre... Mais ce ne sont que des murmures de quelques personnes,mais qui sait si c'est réellement vrai...

Et si on y croyait pas ? Comment on faisait ? Mais je n'allais pas pousser la curiosité plus loin. Parce que si même Jack n'en parlait pas, c'est que cela ne devait pas être une chose dont on parlerait à table. Quelque chose de tabou.

- Est-ce que cela répond à votre question, Charlie ? 

Je fis simplement oui de la tête en regardant Tom descendre des genoux et partir en courant vers quelqu'un qui venait d'entrer par la porte derrière moi. Et je vis aussi Alexandre se lever et courir après son neveu.

- Amanda ! Ça fait longtemps !

Mon coeur fit un bond dans ma poitrine et je me retournais. Elle était bien là, en chair et en os. Qu'est-ce qu'elle faisait là ? Elle n'était pas sensé travailler ailleurs ?

- Non Tom ! réprimanda Alexandre en français alors que le petit garçon s'agrippait au jupon d'Amanda. Tu vas lui faire faire tomber son plateau.

Elle était venue nous apporter le thé. Mon cousin prit l'enfant dans ses bras pour l'empêcher de faire des bêtises (il avait dû prévoir le coup que Tom allait s'agripper à la nouvelle arrivante).


- Bonjour Monsieur Alexandre, cela fait longtemps que l'on ne s'est pas vu. Vous n'avez pas changer. Si ce n'est que vous êtes un peu plus grand.

- On finit tous par grandir un jour ! Tu as beaucoup changé ! Si tu n'aurais pas été rousse, je ne t'aurais pas reconnu.

Amanda sourit poliment mais sincèrement à Alexandre et venant mettre le plateau sur la petite table. Elle faisait la même taille que le jeune français. Autrement dit, elle était un peu plus grande que moi.

- Bonjour Monsieur Charlie, me salua-t-elle. Mademoiselle Weiss.

Elle lui fait une petite révérence en guise de bonjour. Elle avait les yeux qui pétillaient. Elle se tourna vers Théophile.

- Bonjour Monsieur... ?

- Cartier. Théophile Cartier. Je suis l'ami* d'Alexandre, dit-il d'un ton presque dragueur avec une pose lascive.

Je fusillais Cartier du regard? C'était moi il la draguait. D'ailleurs il remarqua mon regard. Alexandre, alors qu'il était toujours debout avec Tom dans ses bras, aussi le fusillait du regard pour une raison dont je n'avais pas le loisir d'y réfléchir.

- Enchantée Monsieur Cartier. Je suis Amanda, la petite-fille de la gouvernante.

- Tout le plaisir est pour moi. C'est un joli prénom Amanda.

Je voulais que l'attention d'Amanda revienne sur moi. Donc je mis ma timidité de côté et engagea la conversation avec elle.

- Comment ça se fait que tu es là ? Tu ne travailles pas au café où l'on s'est rencontré la dernière fois ?

- Oh non pas aujourd'hui, me répondit-elle en souriant. On est dimanche et grand-mère m'a demandée de l'aider. Elle ne peut pas servir tout les invités toute seule alors que l'autre domestique est malade.

Pour le coup, je me réjouissais que la domestique soit malade ! Cela me permettait de passer du temps avec Amanda. Mais quand j'y réfléchissais, si un jour j'allais venir à lui faire la cours, je ne pense que cela aurait réjouit Paulette. Ni ma mère d'ailleurs.

- Tu vas rester combien de temps ? lui demandai-je.

- Sûrement jusqu'à ce que votre famille reparte en France. Je vais m'arranger avec le salon de thé.

J'étais tellement focalisé sur Amanda que je ne faisais pas attention à ce qu'Alexandre, qui s'était rassi entre temps, et Théophile se chuchotaient. Mon cousin avait encore l'air mécontent.

- C'est sûr que Paulette aura beaucoup besoin de toi.

- Oui, bien sûr ! Si vous me le permettez, je vais devoir vous fausser compagnie. J'ai encore beaucoup de travail qui m'attend. A quoi cela sert que je sois ici si je ne fais que discuter ?

- Oui, tu peux. Pars avant que Paulette se fâche.

Elle me fit un grand sourire d'abord à moi (et je lui offrais mon sourire le plus sincère en retour), puis à Emiko et aux deux français.

- Appelez moi si vous avez besoin.

Sur ce, elle partit. J'aurais voulu qu'elle reste plus longtemps néanmoins j'étais aux anges. Mais ce bonheur fut de courte durée.

- Putain... C'est la première fois que je vois Charlie faire un vrai sourire et pas un sourire d'hypocrite ou de constipé. Par contre, il faisait un peu con.**


- Surveille ton langage, Théo. Il est juste amoureux. Regarde, tu l'as rendu grognon !

Je grommelais en lui lançant un regard tueur puis je regardais Emiko qui avait vu toute la scène.

- J'avais l'air si bête que ça... ?

N'est-ce pas ce qu'on dit ? L'amour rend stupide ?


*L'ami:
 

**Con:
 

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mar 1 Nov - 3:06

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Charlie hochait la tête en guise de réponse,je souriais doucement en regardant derrière lui, Amanda, la fameuse jeune femme que Charlie aimait, savoir qu'elle était ici était plus facile pour moi d'arranger le coup pour les tourtereaux. Tom descendit du canapé pour courir au jupon de celle-ci et Alexandre vint le rejoindre pour l'arrêter, car après tout elle tenait le plateau avec le thé, quelqu'un risquait de se brûler.

▬  Amanda ! Ça fait longtemps !

Quand le nom Amanda se firent entendre au creux des oreilles de Charlie il se retournait presque instantanément. C'était beau d'aimé quelqu'un... Je pouvais presque en être jalouse... Ce qui me fait penser que père devrait me trouver un bon parti, sinon je m'en changerais pour sauver ma famille, un mariage sans amour serait ma punition... Pourquoi une punition ? Car je ne suis pas digne de rendre heureux mon père encore moins de surpasser les attentes de mère ou même les attentes de mon frère... Il avait une belle femme et ils s'aimaient, moi, jamais je n'aimerais quelqu'un d'autre, il me restait juste une seule personne... Ou tout simplement abandonner...

Non Tom ! Dit Alexandre en français. Tu vas lui faire faire tomber son plateau.

Les paroles d'Alexandre me ramenait vers la réalité... Je souriais en coin tout en observant la scène qui se défilait devant mes yeux. Alexandre réussit à prendre Tom dans ses bras pour l'empêcher de faire une bêtise, qui aurait blessé non seulement Amanda, mais quelqu'un.

Bonjour Monsieur Alexandre, cela fait longtemps que l'on ne s'est pas vu. Vous n'avez pas changer. Si ce n'est que vous êtes un peu plus grand.

On finit tous par grandir un jour ! Tu as beaucoup changé ! Si tu n'aurais pas été rousse, je ne t'aurais pas reconnu.

Elle s'approchait de la table à café pour y mettre le plateau avant de redresser tout en adressant un regard à Charlie et à moi-même.

Bonjour Monsieur Charlie, Mademoiselle Weiss.

Salua-t-elle tout en faisant une légère révérence. Je lui souriais davantage avant qu'elle se tourne vers Théophile, il était vrai qu'il était la seule personne qu'elle ne connaissait pas encore.

Bonjour Monsieur... ?

Cartier. Théophile Cartier. Je suis l'ami d'Alexandre.

Dit Théophile d'un ton presque dragueur, des regards assez menaçant planait dans la pièce pour des raisons que j'ignore totalement... Et bien au aura tout vu de nos jours.

Enchantée Monsieur Cartier. Je suis Amanda, la petite-fille de la gouvernante.

Tout le plaisir est pour moi. C'est un joli prénom Amanda.

Répliqua aussitôt Théophile. Charlie ne semblait pas apprécier qu'elle parle avec une autre personne que lui, c'est normal surtout si nous sommes en amour, nous devenons quelque peu excessif...

Comment ça se fait que tu es là ? Tu ne travailles pas au café où l'on s'est rencontré la dernière fois ?

Oh non pas aujourd'hui, répondit-elle en souriant à Charlie. On est dimanche et grand-mère m'a demandée de l'aider. Elle ne peut pas servir tout les invités toute seule alors que l'autre domestique est malade.

Tu vas rester combien de temps ?

Demanda l'intéressé pour le coup. Je voyais bien que ça le ravissais qu'elle soit ici plutôt qu'ailleurs.

Sûrement jusqu'à ce que votre famille reparte en France. Je vais m'arranger avec le salon de thé.

Je regardais Alexandre qui allait se rasseoir avec son neveu dans les bras et que Théophile se chuchotaient quelque chose, moi j'étais assisse dans mon coin sans parler, ni bouger.

C'est sûr que Paulette aura beaucoup besoin de toi.

Oui, bien sûr ! Si vous me le permettez, je vais devoir vous fausser compagnie. J'ai encore beaucoup de travail qui m'attend. A quoi cela sert que je sois ici si je ne fais que discuter ?

Oui, tu peux. Pars avant que Paulette se fâche.

Elle souriait à Charlie, qui lui souriait en retour, mais c'était un sourire tellement sincère que je n'en revenait pas. Puis elle me souriait à moi et pour finir à Alexandre et à Théophile

Appelez moi si vous avez besoin.

Dit-elle avant de nous quitter.

Putain... C'est la première fois que je vois Charlie faire un vrai sourire et pas un sourire d'hypocrite ou de constipé. Par contre, il faisait un peu con.

Surveille ton langage, Théo. Il est juste amoureux. Regarde, tu l'as rendu grognon !

Charlie grommelait en lançant un regard tueur avant de me regarder pour me demander :

J'avais l'air si bête que ça... ?

Pour être honnête ? Oui, vous aviez l'air bête envers cette charmante demoiselle, mais cela peux se comprendre, elle est une belle jeune femme qui cherche à être épanouit auprès d'un charmant jeune homme qui se trouve à mes côtés... Et je ne vais pas vous le cachez, mais vous êtes fait pour être ensemble et je le sais très bien, les intuitions féminines ne se trompe jamais.

Dis-je en souriant doucement. Ce n'était pas juste mon intuition féminine, mais mon don qui en avait la certitude. Je soupirais légèrement avant d'appuyer mon coup contre l'appui-coude du canapé et appuyait mon menton à la paume de ma main continuant de sourire.

J'espère qu'elle le sait la façon dont vous la regardiez... C'est très rare de voir une personne terriblement amoureux comme vous envers l'être aimé... Je pourrais presque en être jalouse, mais ce n'est pas le cas... Pour être honnête aucune personne ne m'a regardé ainsi...

Ajoutais-je en fermant les yeux un moment avant de me redresser et de me pencher pour prendre une tasse en ajoutant du sucre et un peu de lait et de prendre une gorgée. Je déposais ma tasse sur la table à café, qui au départ se trouvait nos tasses. Je rassois confortablement collant bien au dossier du canapé. Un frisson parcourrais le long de mon bras pour arriver au niveau de mon cou, je regardais à mes côtés et vit une personne qui s'était assise, mais qui n'était pas vivante... Pas maintenant... J'essayais de rester concentrer, mais c'était difficile... Le mort en question était une femme, étrangement elle ressemblait un peu à Alexandre... Était-ce sa mère ? Il est fort possible que cela soit le cas...

«Comme il a grandit depuis le temps... Mon cher Alexandre» dit-elle en anglais bien prononcée, étrangement je pensais qu'elle allait me parler en français, mais ce n'était pas le cas, peut-être fait-elle ça pour que je la comprenne. «Il en ait de même pour son grand frère, je trouve cela dommage qu'ils ont quelque difficultés à parler sans qu'il y ait quelque chose... Si vous pouvez faire quelque chose pour régler cela j'en serais très reconnaissante et même en paix...» rajouta-t-elle de sa voix douce, mais souriante également...

Je continuais de la regarder en étant quelque peu peinée, que pouvais-je faire de plus ? C'était une situation que je ne pouvais pas vraiment m'interférer, mais si c'était pour qu'elle soit en paix, alors là...
Que pouvais-je faire ? Je serrais mes doigts ensemble avant de me tourner vers Alexandre souriant légèrement.

Alexandre, puis-je vous demandez quelque chose ? C'est peut-être indiscret, même que cela ne se demande pas et même que je vous permet de ne pas m'y répondre à ce sujet, mais... Pourquoi ne vous entendiez-vous pas avec votre frère, est-il arrivé quelque chose qui vous ait poussé à être ainsi ?

Demandais-je en le regardant. En ce moment je voulais me lever et partir en courant, mais je ne fis rien de cela, de plus la mère d'Alexandre était toujours là... Malheureusement pour moi....


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mar 1 Nov - 19:08

- Pour être honnête ? Oui, vous aviez l'air bête envers cette charmante demoiselle, mais cela peux se comprendre, elle est une belle jeune femme qui cherche à être épanouit auprès d'un charmant jeune homme qui se trouve à mes côtés... Et je ne vais pas vous le cachez, mais vous êtes fait pour être ensemble et je le sais très bien, les intuitions féminines ne se trompe jamais. 


Je me sentis rougir en entendant cela. Faits pour être ensemble ? J'avais du mal à y croire. Nos vies étaient si différentes...
Je regardais Emiko prendre ses aises sur le canapé.


- J'espère qu'elle le sait la façon dont vous la regardiez... C'est très rare de voir une personne terriblement amoureux comme vous envers l'être aimé... Je pourrais presque en être jalouse, mais ce n'est pas le cas... Pour être honnête aucune personne ne m'a regardé ainsi... 


Mais n'était-ce pas un peu effrayant d'être regardé de la sorte ? N'avais-je pas l'air d'un psychopathe ? Emiko se pencha pour prendre une tasse et ajouta du lait et du sucre à sa convenance. Elle en but une gorgée avant de le reposer.


- N'empêche, comment Charlie regardait Amanda, moi, ça m'aurait un peu fait flipper si j'étais elle!


Je soupirais d'exaspération. Comme si je ne le savais pas... Un débile flippant... Mais pour l'instant, la personne la plus inquiétante dans cette pièce était Emiko. Enfin, pour ceux qui ne la connaissait pas. Elle regardait dans le vide. Puis elle serra ses doigts ensemble et se tournait vers Alexandre en souriant. Elle lui demanda...


- Alexandre, puis-je vous demandez quelque chose ? C'est peut-être indiscret, même que cela ne se demande pas et même que je vous permet de ne pas m'y répondre à ce sujet, mais... Pourquoi ne vous entendiez-vous pas avec votre frère, est-il arrivé quelque chose qui vous ait poussé à être ainsi ? 



La question eut l'air de prendre Alexandre au dépourvu. Comment expliquer ? Il réfléchit pendant une bonne minute en prononçant des sons sans qu'ils trouvent de suite avant de vraiment répondre.


- Au plus loin où je souviens, nous nous sommes jamais vraiment appréciés. Je pense qu'à peine j'étais né qu'il me détestait déjà et il me l'a toujours fait savoir de diverses façons. Par exemple quand j'avais 4 ans, il me piquait mes jouets. Il m'a toujours dit que j'étais adopté. Enfin, tout les grands frères sont comme ça à l'égard de leur petit frère en leur faisant acheter leur silence pour pas qu'il répète qu'on a cassé le miroir de la salle de bain. Mais ce n'était pas pareil. Nous ne sommes absolument pas complices. Même pas il m'aidait à apprendre mes leçons alors qu'il le faisait avec ma soeur. Donc forcément, j'ai appris à ne pas l'apprécier. Quoi de plus naturel ?


Il sucra son thé et en but une gorgée. Je connaissais déjà l'histoire. Qui dans la famille ne la connaissait pas ? Je bu à mon tour mon thé. Théophile écoutait son ami en le regardant attentivement. Lui aussi devait connaître l'histoire, je suppose.


- Je pense qu'il m'a détesté dès le début car ma mère a failli passé de l'autre côté en me mettant au monde. C'est sûrement ça. Après ma naissance, elle a souffert pendant de longues semaines. Je peux comprendre Frederick. Mais qu'est-ce que j'y pouvais. Et la situation a empiré après la mort de ma mère. J'avais 8 ans, il en avait 15. Elle est décédée à cause d'un accident sur le chemin pour venir me chercher de l'école. Frederick m'a toujours rendu coupable de sa mort et me l'a rappelé longtemps lors de chaque dispute. Et puis c'est à partir de se moment là où mes notes ont commencé à dégringoler, déjà qu'elles n'étaient pas bien hautes, alors que mon père était malade. C'est à partir de là où il a commencé à dire que la honte de la famille, un fardeau, un ignare, quelqu'un de stupide... 


Alexandre parlait avec énormément de recul, comme s'il n'était pas concerné. Comme s'il racontait l'histoire d'une autre personne. Son regard ne disait rien.


- C'est d'ailleurs à cet âge là que j'ai commencé à essayer de me défendre. Mais en général, cela ne menait à rien. Quand il eut 16 ans et que mon père était encore malade, donc qu'il était responsable de moi, il m'a mit en internat. Et depuis, j'y suis toujours. Je ne m'en suis jamais plains. Si cela me permettait de ne plus le voir. J'ai fini par ignorer ses accusations, ses réflexions... De toute façon, je les lui rends toujours bien.
Alexandra avait l'air d'une coquille vide à cet instant. Pas la moindre émotion. Je pense que la relation qu'il avait avec Frederick l'avait rendu émotionnellement et psychologiquement fort.
- Au final, toutes les remarques qu'il me fait sont fondées. Mais je m'assume tel que je suis.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mer 2 Nov - 3:30

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Évidement ma question surprit Alexandre, c'était évident, cela ce pouvait lire sur son visage... Je me demandais pourquoi sa mère se ramenait maintenant plutôt autrement part... Parfois les morts avaient de bonnes raisons d'être là et à ce moment même.

Au plus loin où je souviens, nous nous sommes jamais vraiment appréciés. Je pense qu'à peine j'étais né qu'il me détestait déjà et il me l'a toujours fait savoir de diverses façons. Par exemple quand j'avais 4 ans, il me piquait mes jouets. Il m'a toujours dit que j'étais adopté. Enfin, tout les grands frères sont comme ça à l'égard de leur petit frère en leur faisant acheter leur silence pour pas qu'il répète qu'on a cassé le miroir de la salle de bain. Mais ce n'était pas pareil. Nous ne sommes absolument pas complices. Même pas il m'aidait à apprendre mes leçons alors qu'il le faisait avec ma soeur. Donc forcément, j'ai appris à ne pas l'apprécier. Quoi de plus naturel ?

Je regardais Alexandre, l'envie de me lever et d'aller parler à son frère pour le remettre à sa place me prenait, mais je ne le faisais pas, car ça ne me concernait pas... Mais pour la défunte mère si...

Je pense qu'il m'a détesté dès le début car ma mère a failli passé de l'autre côté en me mettant au monde. C'est sûrement ça. Après ma naissance, elle a souffert pendant de longues semaines. Je peux comprendre Frederick. Mais qu'est-ce que j'y pouvais. Et la situation a empiré après la mort de ma mère. J'avais 8 ans, il en avait 15. Elle est décédée à cause d'un accident sur le chemin pour venir me chercher de l'école. Frederick m'a toujours rendu coupable de sa mort et me l'a rappelé longtemps lors de chaque dispute. Et puis c'est à partir de se moment là où mes notes ont commencé à dégringoler, déjà qu'elles n'étaient pas bien hautes, alors que mon père était malade. C'est à partir de là où il a commencé à dire que la honte de la famille, un fardeau, un ignare, quelqu'un de stupide...

La mère d'Alexandre s'agitait à mes côtés, je ressentais sa peine, tellement que j'avais du mal à contrôler mes émotions qui ne m'appartenait pas... C'était tellement dur... Tellement terrible de songer ainsi... Sa mère voulait le prendre dans ses bras et lui dire que ce n'était pas de sa faute, mais évidement ça ne marchait pas... Je devais amener sa phrase dans un sens qu'il comprendrait, de mes croyances et de mes propres pensés, car je partageais la douleur de celle-ci...

▬  C'est d'ailleurs à cet âge là que j'ai commencé à essayer de me défendre. Mais en général, cela ne menait à rien. Quand il eut 16 ans et que mon père était encore malade, donc qu'il était responsable de moi, il m'a mit en internat. Et depuis, j'y suis toujours. Je ne m'en suis jamais plains. Si cela me permettait de ne plus le voir. J'ai fini par ignorer ses accusations, ses réflexions... De toute façon, je les lui rends toujours bien.

Dit-il sans la moindre émotion qui pouvait se lire sur son visage. Peut-être que c'était une bonne chose, mais en même temps se faire détester par son propre frère était une chose désastreuse à entendre... Personne ne méritait de se faire détester par sa propre famille.

▬  Au final, toutes les remarques qu'il me fait sont fondées. Mais je m'assume tel que je suis.

Ne dites pas cela, Alexandre. Vous n'êtes en aucun cas responsables de la mort de votre mère, certaine femme sont moins forte que d'autres et cela a tombés sur votre mère et sur votre naissance, mais en aucun cas c'est de votre faute... Ce que votre frère a fait et dit est impardonnable, de la famille ne doit pas agir ainsi, elle doit se soutenir pendant des moments de bonheur tout comme de tristesse... En aucun cas vous n'êtes un fardeau pour votre famille... Si votre mère serait ici en ce moment même, je me doute qu'elle apprécierait ce que vous dites...

Dis-je en glissant mon regard dans le siens. La mère de Alexandre se levait et se posait à côtés de son fils... Les voir ensemble me fit légèrement sourire de l'intérieur, mais je ne démontrais aucune émotion de l'extérieur... Je ne pouvais pas lui en dire davantage... Je ne voulais pas qu'il ait peur de moi encore moins son ami si leur disait que son fantôme se tenait devant lui.

«C'est dommage que je ne puisse pas lui parler... Terriblement dommage, mais au moins... Je sais qu'il est entre de bonnes mains» dit-elle en désignant Théophile, il était sur que Théophile était un très bon ami pour Alexandre et leur complexité ce voyait. «Si seulement il existait un moyen de pouvoir communiquer avec eux...»

«Cela existe... Mais il faut qu'il soit au courant pour mes dons, vous me pouvez pas arriver de nulle part sans que j'explique qui je suis réellement et je me doute qu'il y croit... De plus je n'ai pas assez d'énergie pour le faire sans y payer le prix si vous voyez ce que je veux dire...»

«Je comprend... Alors... Tentez de lui expliquer... »

«Je me doute que... »

«Essayez... ?»

«Je verrais... »

Je continuais de regarder Alexandre, mais d'un regard sincère avant de me pencher pour prendre ma tasse de thé et d'y prendre une gorgée avant de redéposer ma tasse et de souffler doucement.... Il fallait que je le fasse.

Je suis désolée d'en arriver là, mais il y a des choses que je ne peux pas éviter d'en parler... Surtout lorsque c'est présent présentement, je comprendrais qu'après cela vous ne voudriez plus me revoir, car cela peux être choquant de l'entendre la première fois...

Commençais à dire en regardant Alexandre suivit de Théophile avant que je baisse le ton de ma voix pour ne pas que les autres entendent.

▬  Ma différence terrifie plusieurs personnes que je rencontre, je ne suis pas complètement normal, la raison que je ne me tient pas dans une église est que... Je perçois les âmes vagabondes... Autrement dit j'ai le sixième sens développer qui me permet de parler et de voir les morts... Tout comme les enfants jusqu'à un certain âges, mais moi je suis prise avec cela pour toujours... Jusqu'à mon décès. Je ne suis pas autorisée d'en parler, sauf si un membre de la famille se manifeste et insiste pour transmettre un message... Dans ce cas-ci c'est votre mère, je voudrais bien vous le prouver, mais cela prendrait beaucoup de mon énergie et j'ai bien peur qu'il ne m'en reste pas assez... De toute évidence que je vous dit peux vous paraître confus et insensé... Veuillez m'excuser si c'est le cas... Je crois que je n'aurais jamais du le faire d'ailleurs...  

Ajoutais-je en détournant mon regard regrettant déjà d'en avoir parlé, j'espérais disparaître par la suite... C'était mon souhait le plus cher...


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mer 2 Nov - 18:04

- Ne dites pas cela, Alexandre. Vous n'êtes en aucun cas responsables de la mort de votre mère, certaine femme sont moins forte que d'autres et cela a tombés sur votre mère et sur votre naissance, mais en aucun cas c'est de votre faute... Ce que votre frère a fait et dit est impardonnable, de la famille ne doit pas agir ainsi, elle doit se soutenir pendant des moments de bonheur tout comme de tristesse... En aucun cas vous n'êtes un fardeau pour votre famille... Si votre mère serait ici en ce moment même, je me doute qu'elle apprécierait ce que vous dites... 


Alexandre soupirait. Je ne savais pas ce que ressentait mon cousin à ce moment là. Cela devait être dur d'être considéré comme le Vilain Petit Canard... Emiko but une gorgée de son thé avant de le reposer. Elle souffla doucement. Cela n'annonçait rien de bon.


- Je suis désolée d'en arriver là, mais il y a des choses que je ne peux pas éviter d'en parler... Surtout lorsque c'est présent présentement, je comprendrais qu'après cela vous ne voudriez plus me revoir, car cela peux être choquant de l'entendre la première fois...


Non... Elle n'allait pas... ? Je retenais mon souffle. Et Alexandre et Théophile la regardaient avec une curiosité non dissimulée. Elle se mit à chuchoter.


Ma différence terrifie plusieurs personnes que je rencontre, je ne suis pas complètement normal, la raison que je ne me tient pas dans une église est que... Je perçois les âmes vagabondes... Autrement dit j'ai le sixième sens développer qui me permet de parler et de voir les morts... Tout comme les enfants jusqu'à un certain âges, mais moi je suis prise avec cela pour toujours... Jusqu'à mon décès. Je ne suis pas autorisée d'en parler, sauf si un membre de la famille se manifeste et insiste pour transmettre un message... Dans ce cas-ci c'est votre mère, je voudrais bien vous le prouver, mais cela prendrait beaucoup de mon énergie et j'ai bien peur qu'il ne m'en reste pas assez... De toute évidence que je vous dit peux vous paraître confus et insensé... Veuillez m'excuser si c'est le cas... Je crois que je n'aurais jamais du le faire d'ailleurs...  


Théophile écarquillait les yeux. Il semblait ne pas trop y croire. Il devait la prendre pour une folle à lier. Quant à Alexandre, rien ne paraissait sur son visage, à part peut-être de la lassitude. Cela ne l'étonnait guère (Cachait-il sa surprise ? S'en fichait-il ? Je ne sais pas. Je ne l'ai jamais su). Il regardait Emiko dans les yeux alors que la demoiselle détournait le regard, regrettant ses paroles. Elle ne l'effrayait pas. Il n'avait pas l'air de la prendre pour une folle. Juste... Il la regardait. Son regard faisait froid dans le dos. Il y eut un long silence pesant.

- Pourquoi l'avez-vous fait alors, Mademoiselle Weiss ? A quoi cela sert de dire quelque chose pour le regretter ensuite ? Ne détournez pas le regard. Assumez ce que vous considérez être une erreur.

Alexandre parlait aimablement mais son regard n'allait pas avec ses paroles. Son regard était presque intimidant. Théophile regardait le sol. Et moi... Je regardais mon cousin. Je connaissais les deux personnages. Cela allait être intéressant.

- S'il vous plait, ne croyez pas que je suis faible. Je dis seulement ce qui est. Je suis un boulet pour ma famille. Je n'en pleure pas dans mon lit le soir. J'en suis juste désolé. Cela ne m'affecte pas plus que cela. C'est gentil, mais je n'ai pas besoin de votre compassion. Il n'y a aucune compassion à avoir. Je ne suis pas malheureux. Ce qui pouvait m'affecter au début ne m'affecte plus désormais. 

Alexandre but tranquillement ce qui restait de son thé. Comment arrivait-il à se comporter comme cela en ayant une telle conversation ? On aurait dit qu'il était totalement hermétique. Beaucoup de gens aurait prit cela pour de l'indifférence mais je considérais cela plus comme de la force. Sa relation avec son frère ne lui était pas indifférente. Il avait juste appris à vivre avec. De même qu'avec le décès de sa mère.

- Votre don est, ma foi, très intéressante. Mais je n'en ai pas l'utilité. J'ai fait le deuil de ma mère il y a bien des années. Je n'ai pas besoin d'entrer en contact avec elle. On ne revient jamais en arrière. Cela me ferait plus de mal qu'autre chose. Je ne suis pas celui qui en a le plus besoin.

Je remarquais enfin que plus Théophile écoutait Alexandre, plus il fronçait les sourcils. Quelque chose semblait le travailler. Cependant, il ne se manifestait pas.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Jeu 3 Nov - 17:08

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Son regard était posé sur moi, son aura était davantage plus pesant que son regard, cela pouvait presque me donner froid dans le dos, mais j'ai déjà connu pire... Voici la vraie personne qui se cache derrière ce masque, je l'avais fait tombé après un long moment... Il n'était pas terrifié à l'idée que je sois un médium, ni de s'en moquer, non. Son regard, même si je ne le regardais pas, ne mentais pas... Un long silence parcourais dans la pièce, ça devenait presque gênant, mais ce fut tout de même Alexandre qui brisa le silence.

Pourquoi l'avez-vous fait alors, Mademoiselle Weiss ? A quoi cela sert de dire quelque chose pour le regretter ensuite ? Ne détournez pas le regard. Assumez ce que vous considérez être une erreur.

Dit-il soudainement. Comme il me l'avait demandé, je tournais mon visage vers lui et plongeait mon regard dans le siens. J'affrontais ce que je venais de dire, il ne m'intimidait pas, j'avais déjà vu pire, je ferais face à mon destin, dès maintenant.

▬  S'il vous plait, ne croyez pas que je suis faible. Je dis seulement ce qui est. Je suis un boulet pour ma famille. Je n'en pleure pas dans mon lit le soir. J'en suis juste désolé. Cela ne m'affecte pas plus que cela. C'est gentil, mais je n'ai pas besoin de votre compassion. Il n'y a aucune compassion à avoir. Je ne suis pas malheureux. Ce qui pouvait m'affecter au début ne m'affecte plus désormais.

Ajouta-t-il. C'était vrai, il avait accepté tout ça, c'est pourquoi il était fort aujourd'hui, même si c'est dommage qu'un membre de la famille le méprenait ainsi et même jeté le blâme de leur mère sur son dos... C'était une chose atroce à faire, car la mort de quelqu'un n'était de la faute à personne, sauf le meurtre. Il termina de boire son thé tranquillement avant de continuer, tandis que moi je le regardais toujours, surtout pour éviter le regard du défunt.

Votre don est, ma foi, très intéressante. Mais je n'en ai pas l'utilité. J'ai fait le deuil de ma mère il y a bien des années. Je n'ai pas besoin d'entrer en contact avec elle. On ne revient jamais en arrière. Cela me ferait plus de mal qu'autre chose. Je ne suis pas celui qui en a le plus besoin.

«Je comprend... Au moins dites-lui que je suis fière de la personne qu'il est devenu aujourd'hui... Tout simplement, mademoiselle Weiss...»

«C'est Emiko pour vous... »

Elle semblait étonnée que je lui dise mon prénom, mais pas plus. Je me levais  tout en m'avançant je parlais à Alexandre d'un air plutôt neutre.

Vous savez, je ne redoute pas que vous avez dû faire avec et c'est une chose dont peu de personne peux faire et pour cela je trouve que c'est remarquable. Vous êtes plus fort ainsi et plus personne ne peux marcher sur vos pieds désormais... Dans mon cas, les morts ne viennent pas lorsqu'ils en ont envie, ils veulent tout simplement transmettre un message à ceux qu'ils aiment et pour qu'elle vienne à vous, elle a du en faire du chemin pour trouver quelqu'un qui possède ce don. Je comprend que vous en voulez pas, mais eux si, sinon cela n'en finira jamais, ils me suivront tout le temps et dieu sait que je déteste avoir froid.

Dis-je avant de me mettre face à celui-ci pour y mettre mes mains sur ses épaules tout en glissant mon regard dans le siens.

Laissez-moi au moins vous dire que votre mère est très fière de la personne que vous êtes aujourd'hui, elle n'aurait pas mieux souhaiter, c'est digne de devenir un homme beaucoup plus mature que d'autre...

Ajoutais-je avant de sourire doucement et de me redresser tout en retournant à ma place. La mère d'Alexandre regardait son fils avant qu'elle lui caresse la joue, il est évident qu'il ne ressentirait rien, mais tout simplement un froid contre sa joue. Elle se tournait vers moi un sourire aux lèvres avant qu'elle nous quitte en disparaissant vers la fenêtre. Le froid n'était plus dans la pièce, je glissais une main sur mon bras gardant un sourire sur mes lèvres.

Elle est partie...

Soufflais-je doucement avant de  me pencher pour prendre ma tasse de thé pour le terminer, il était tiède... Je me retenais de faire une grimace avant de reposer ma tasse vide. Je me redressais m'adossant avant de poser mes mains sur mes cuisses serrant mes doigts ensemble... C'était silencieux, trop silencieux...



_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Jeu 3 Nov - 20:38

Emiko se leva et s'avança vers Alexandre. Elle n'avait l'air aucunement intimidée. Son ton était neutre.

- Vous savez, je ne redoute pas que vous avez dû faire avec et c'est une chose dont peu de personne peux faire et pour cela je trouve que c'est remarquable. Vous êtes plus fort ainsi et plus personne ne peux marcher sur vos pieds désormais... Dans mon cas, les morts ne viennent pas lorsqu'ils en ont envie, ils veulent tout simplement transmettre un message à ceux qu'ils aiment et pour qu'elle vienne à vous, elle a du en faire du chemin pour trouver quelqu'un qui possède ce don. Je comprend que vous en voulez pas, mais eux si, sinon cela n'en finira jamais, ils me suivront tout le temps et dieu sait que je déteste avoir froid. 

Elle posa ses mains sur les épaules de mon cousin et planta son regard dans le sien, comme elle le faisait régulièrement avec moi. Je commençais à connaître toutes les petites manies d'Emiko mais Alex les découvrait. Il était plus habitué au contact physique que moi, donc cela ne semblait pas le mettre mal à l'aise.


- Laissez-moi au moins vous dire que votre mère est très fière de la personne que vous êtes aujourd'hui, elle n'aurait pas mieux souhaiter, c'est digne de devenir un homme beaucoup plus mature que d'autre... 

Elle fit un doux sourire avant de retourner s'asseoir. Je sentais que l'ambiance était de moins en moins lourde.

- Elle est partie... 

Emiko finit son thé et Théophile se leva brusquement. Je sursautais avant de tourner mon regard vers lui. Alexandre fit de même. Il avait l'air contrarié, déstabilisé, peut-être même un peu effrayé...

- Tout cela est ridicule, commenta-t-il simplement avec une pointe de colère.

- Théophile, qu'est-ce que tu as tout à coup ? lui demanda Alexandre, inquiet.

- J'ai besoin de prendre l'air.

- Quoi ? Tu es sérieux ? Dis moi au moins ce que tu as !

- Veuillez m'excuser.

Il se dirigea vers l'entrée sans répondre à la question de Théophile.

- Théo - !

Alexandre n'eut pas le temps de finir son mot que son ami était déjà sorti. Je ne comprenais pas vraiment l'attitude de Théophile, qui était habituellement si jovial et détendu. Cette attitude semblait aussi tracasser mon cousin. Il ne devait pas avoir l'habitude non plus. Mais en même temps, il semblait quelque peu saisir le pourquoi de ce comportement. Il tournait son regard vers Emiko.

- Je suis vraiment désolé Mademoiselle Weiss, dit-il sur un ton d'excuse. Ce que vous dites n'est pas ridicule. Il a sûrement été contrarié. Je pense que c'est à cause de moi.

A cause de lui ? Qu'est-ce qu'il avait fait de mal ? 

- Ah ? Et pourquoi cela ? Ça n'a pas de sens. Qu'est-ce que tu aurais fait de mal ?

Alexandre se mit un peu à bégayer. Il cherchait vraisemblablement ses mots. Surtout qu'en anglais, cela ne devait pas lui faciliter la tâche.

- C'est une histoire entre lui et moi. Et puis il ne croit pas vraiment à ce genre de chose, tout ce qui est esprit, tout ça... Il doit être un peu contrarié que je n'exclue pas cela dans l'existence. Mais son attitude était vraiment inappropriée. Je le prierais de vous faire des excuses.

Je trouvais que ses explications ne tenaient pas bien debouts. Ses explications boitaient. Mais elles pouvaient quand même tenir debout. Je me tournais pour regarder Emiko. Pensait-elle la même chose que moi ? Je pensais que c'était plus une question de jalousie. Même s'il devait avoir l'impression qu'on se fiche de lui.

- Mademoiselle Weiss, ne le prenez pas personnellement. Enfin, je ne pense pas que c'est le cas. Mais Théophile est comme la plupart des gens, je présume. En tout cas, moi, je sais que ce que vous dites est vrai. Alexandre aussi le sait. Bon, je dois avouer que parfois, souvent, je doute de vos capacités. Parce que c'est clairement pas possible à mes yeux. Comme Alexandre qui serait fait pour l'armée. Je refuse d'y croire. Mais vous ne dites pas que des bêtises. Après il ne faut pas vous attendre à ce que je vous caresse toujours dans le sens du poil.

Pourquoi j'essayais d'arranger le cas de Théophile ? C'était pour Alexandre parce qu'il faisait parti de ma famille. Je parlais avec beaucoup de franchise avec Emiko. Il était vrai que j'avais parfois du mal à croire ce qu'elle disait. Peut-être parce que je ne voulais pas la croire et que je croyais que ce qui m'arrangeait ? Pendant que je parlais, Alexandre ne pouvait pas s'empêcher de jeter des regards subtils par la fenêtre.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Ven 4 Nov - 2:25

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Théophile se levait brusquement. Réaction que j'attendais de quelqu'un dans la pièce, je le sentais venir à 10 kilomètre à la ronde, c'était inévitable... Son aura me laissait à croire qu'il n'y croyait pas, que cela dépassait de ce qu'il pouvait croire et je ne pouvais que le comprendre, ce n'est jamais facile la première fois.

Tout cela est ridicule.

Dit-il avec un ton qui avait une pointe de colère.

Théophile, qu'est-ce que tu as tout à coup ?

Demanda Alexandre d'un ton inquiet pour son ami. J'avais un petit doute de pourquoi il a réagit ainsi, mais je ne dis rien.

J'ai besoin de prendre l'air.

Quoi ? Tu es sérieux ? Dis moi au moins ce que tu as !

▬  Veuillez m'excuser.

Dit Théophile avant de nous quitter, je le regardais à peine d'un air désolée... Ce n'étais guère mon intention. Je savais... Je le savais...

Théo - !

Commença Alexandre sans qu'il ait eu le temps de terminer sa phrase. Alexandre tournait son regard vers moi et je le regardais également.

Je suis vraiment désolé Mademoiselle Weiss. Ce que vous dites n'est pas ridicule. Il a sûrement été contrarié. Je pense que c'est à cause de moi.

Dit-il sur un ton d'excuse. Théophile n'avait pas tord, ce que je dis la plupart du temps est ridicule, surtout envers un non-croyant et je ne pouvais pas forcer tout le monde de me croire. En quoi cela pouvait être la faute de Alexandre ? Je ne saisissais pas du tout.

▬  Ah ? Et pourquoi cela ? Ça n'a pas de sens. Qu'est-ce que tu aurais fait de mal ?

Demanda Charlie tout aussi curieux que moi, assez pour lui demander, chose en tant normal je ne tenterais pas de deviné par mes propres moyens. Alexandre bégaya pour chercher ses mots, je crois qu'il est plus facile pour lui de s'exprimer en français qu'en français, il aurait pu, j'aurais tenté de le comprendre.

C'est une histoire entre lui et moi. Et puis il ne croit pas vraiment à ce genre de chose, tout ce qui est esprit, tout ça... Il doit être un peu contrarié que je n'exclue pas cela dans l'existence. Mais son attitude était vraiment inappropriée. Je le prierais de vous faire des excuses.

Pas besoin de me faire des excuses, pensais-je au lieu de le dire à voix haute. J'acceptais les non-croyants, j'acceptais le fait que l'on me prenne pour une cinglée, une jeune femme à problème, une personne qui se ferait jamais accepté dans la communauté, car elle est différente, je l'acceptais, donc les excuses je n'en voulais pas... Je vis d'un coin de l'oeil que Charlie se tournait pour me regarder, je le regardais à mon tour...

Mademoiselle Weiss, ne le prenez pas personnellement. Enfin, je ne pense pas que c'est le cas. Mais Théophile est comme la plupart des gens, je présume. En tout cas, moi, je sais que ce que vous dites est vrai. Alexandre aussi le sait. Bon, je dois avouer que parfois, souvent, je doute de vos capacités. Parce que c'est clairement pas possible à mes yeux. Comme Alexandre qui serait fait pour l'armée. Je refuse d'y croire. Mais vous ne dites pas que des bêtises. Après il ne faut pas vous attendre à ce que je vous caresse toujours dans le sens du poil.

▬ Je ne le prends pas personnelle et de toute façon s'il n'y croit pas, cela ne me cause aucun problème, on ne peut pas forcer quelqu'un à croire à quelque chose n'est-ce pas ? Et je n'ai pas besoin d'excuse de sa part, j'accepte sa réaction, disons que j'ai connu pire comme réaction, comme "va brûler en enfer, enfant du diable" je tente d'aider les gens du mieux que possible, mais si la personne ne croit pas en ce genre de chose, c'est toujours un choc...

Dis-je doucement avant de me lever tout en marchant dans la pièce avant de me poster aux côtés de la fenêtre.

Les gens n'ont pas tords... Je suis une bizarroïdes, qui ne se fera jamais acceptée parmi tant d'autre, c'est pourquoi je ne désire point me marier à un non-croyant... Ni même me marier tout court... C'est peut-être insensé  à avouer, mais si jamais j'ai un enfant et que c'est une fille je lui transmet mon don, que nommerais plus cela une malédiction, personne ne veut vivre entre la vie et la mort. Ce n'est pas une vie. Je terrifie plus de gens que je les aides...

Ajoutais-je en croisant les bras contre moi en fermant les yeux avant de les ré-ouvrir et de regarder par la fenêtre. Les fenêtres virevoltaient dans le ciel, j'avais mon regard neutre et quelque peu triste à la fois...

Jamais je ne pourrais convaincre quelqu'un comme Théophile, sauf si je vais plus loin ce que je suis capable de faire... Chose que j'évite de faire pour quelque chose qui n'a pas de réel importance. Très honnêtement, ne le forcer pas à dire quelque chose qui n'a pas de réel raison à s'excuser, je vous le jure... Cela n'a pas d'importance pour moi... C'est moi qui devrais s'excuser de ne pas être une personne qui peux avoir une conversation normal sans ressentir le froid ou encore voir des choses que personne ne peux voir... Parfois pour mes visions je peux avoir tord, car seule la personne qui a le contrôle de sa vie peux changer le court de sa vie par un chemin qu'il emprunte, donc ce que je dis n'est pas complètement affirmatif, je vous donne la confirmation de ce doute, Charlie...

Finis-je en regardant toujours par la fenêtre avant de soupirer légèrement... Ridicule, n'est-ce pas ? Il a raison c'est complètement ridicule...


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Sam 5 Nov - 21:08

- Je ne le prends pas personnelle et de toute façon s'il n'y croit pas, cela ne me cause aucun problème, on ne peut pas forcer quelqu'un à croire à quelque chose n'est-ce pas ? Et je n'ai pas besoin d'excuse de sa part, j'accepte sa réaction, disons que j'ai connu pire comme réaction, comme "va brûler en enfer, enfant du diable" je tente d'aider les gens du mieux que possible, mais si la personne ne croit pas en ce genre de chose, c'est toujours un choc... 


Je commençais à me dire qu'elle était trop gentille. Mais ce n'était pas vraiment un compliment. Je ne l'avais jamais vu s'énerver réellement. Elle était trop tolérante. Ou était-ce moi qui était trop intolérant ? Non. Même Alexandre tolérait moins de choses qu'elle. J'aurais aimé la voir piquer une crise de colère ou de haine. Ou même l'entendre parler sur le dos des gens. Parce que, on ne va pas se mentir: parler sur le dos des gens, c'est amusant. Emiko se leva et alla se poster devant la fenêtre donnant sur le jardin.

- Les gens n'ont pas tords... Je suis une bizarroïdes, qui ne se fera jamais acceptée parmi tant d'autre, c'est pourquoi je ne désire point me marier à un non-croyant... Ni même me marier tout court... C'est peut-être insensé  à avouer, mais si jamais j'ai un enfant et que c'est une fille je lui transmet mon don, que nommerais plus cela une malédiction, personne ne veut vivre entre la vie et la mort. Ce n'est pas une vie. Je terrifie plus de gens que je les aides... 

Que répondre à ça ? Quelque chose de gentil. Mais à ce moment là, je n'eus rien qui me monta à l'esprit. Donc je comptais sur Alexandre: il était bien plus doué que moi à cela. Eh bien j'avais mal fait: il ne sortit rien.

- Jamais je ne pourrais convaincre quelqu'un comme Théophile, sauf si je vais plus loin ce que je suis capable de faire... Chose que j'évite de faire pour quelque chose qui n'a pas de réel importance. Très honnêtement, ne le forcer pas à dire quelque chose qui n'a pas de réel raison à s'excuser, je vous le jure... Cela n'a pas d'importance pour moi... C'est moi qui devrais s'excuser de ne pas être une personne qui peux avoir une conversation normal sans ressentir le froid ou encore voir des choses que personne ne peux voir... Parfois pour mes visions je peux avoir tord, car seule la personne qui a le contrôle de sa vie peux changer le court de sa vie par un chemin qu'il emprunte, donc ce que je dis n'est pas complètement affirmatif, je vous donne la confirmation de ce doute, Charlie... 


Alors qu'Emiko soupira, je regardai à la fenêtre. Le temps commençait à se couvrir. Il allait pleuvoir. Quand j'entendis Alex parler, je dirigeais mon regard vers lui.

- Mademoiselle Weiss... Je vous admire beaucoup vous savez. Je suppose que vivre avec votre don n'est pas facile tout les jours. Je pense que, comme tout le monde, vous avez le droit au respect. Et je trouve que mon ami vous a énormément manqué de respect. Après, c'est tant mieux pour vous si cela ne vous fait rien.

Ce que disait Alexandre n'était pas ce que je voulais ce qu'Emiko sache. J'allais devoir prendre la parole... Je n'avais pas vraiment envie de le faire, étant donné que je n'étais pas vraiment sûr de mes propos. Mais il fallait que le dise.

- Moi je pense que vous êtes trop gentille. Vous n'êtes pas assez exigeante avec les gens. Je suis désolé-... Ou pas... Je suis désolé de vous dire ça mais vous allez finir par vous faire marcher sur les pieds. Si vous n'étiez pas mon amie, je peux vous garantir que je parlerais sur votre dos.

- C'est gentil ça, commenta Alexandre d'un ton ironique.

- Mais bon, étant donné que vous êtes mon amie, je préfère vous le dire en face. Je serais impitoyable. Et aussi, le fait que vous êtes très tolérante, pour certaines personnes, c'est une très bonne chose. Ils peuvent profiter de vous.


Je parlais, mais je n'y connaissais pas grand chose aux comportements des gens. Pour moi, il y avait les gentils (Emiko en l'occurrence) et les méchants (les hypocrites, les profiteurs...). Selon moi, il valait mieux être gentil que méchant. Les gentils se faisaient toujours marcher sur les pieds. Et je ne pensais pas forcément qu'il y avait des nuances. Je n'avais peut-être pas la maturité pour penser à cela. Bien que souvent j'avais du mal à identifier des personnes comme gentilles ou méchantes.

- Euh... Ce n'est pas pour vous déranger, mais je devrais aller parler à Théophile. Donc si vous voulez bien m'excuser, je vous fausse compagnie.


Alexandre parlait avec une petite voix. Il croyait qu'il nous dérangeait en nous parlant. Ce n'était pas vraiment vrai mais c'était compréhensible. Sur ce, Alexandre s'éclipsa. Je supposai qu'il voulait le faire depuis le départ de Théophile. Simplement, il n'osait pas. Nous reprîmes notre conversation.

- J'aimerais un jour vous voir énerver. Pas contre moi bien sûr. Vous êtes extrêmement tolérante, gentille, honnête et souriante et on ne peut pas en dire de même pour moi.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Dim 6 Nov - 22:29

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

J'observais toujours par la fenêtre, les nuages commençait à se former dans le ciel, il allait pleuvoir, comme presque la moitié du temps, surtout dans ces temps-ci c'était courant.

Mademoiselle Weiss... Je vous admire beaucoup vous savez. Je suppose que vivre avec votre don n'est pas facile tout les jours. Je pense que, comme tout le monde, vous avez le droit au respect. Et je trouve que mon ami vous a énormément manqué de respect. Après, c'est tant mieux pour vous si cela ne vous fait rien.

Dit Alexandre et pendant qu'il me parlait je me tournais légèrement vers lui pour le regarder souriant légèrement. Cela ne me fait rien que Théophile ait réagit ainsi, je trouve cela juste dommage qu'il n'y a très peu de gens qui sont capables de supporter ce côté du monde, car oui c'était une partie que les êtres humains connaissaient le moins, car c'est quelque chose d'inconnu et imprévisible et de savoir que quelque peu de personne puisse les voir et les entendre n'est pas très rassurant.

Moi je pense que vous êtes trop gentille. Vous n'êtes pas assez exigeante avec les gens. Je suis désolé-... Ou pas... Je suis désolé de vous dire ça mais vous allez finir par vous faire marcher sur les pieds. Si vous n'étiez pas mon amie, je peux vous garantir que je parlerais sur votre dos.

C'est gentil ça.

Commenta Alexandre sur un ton ironique.

Mais bon, étant donné que vous êtes mon amie, je préfère vous le dire en face. Je serais impitoyable. Et aussi, le fait que vous êtes très tolérante, pour certaines personnes, c'est une très bonne chose. Ils peuvent profiter de vous.

On m'a appris que je ne devais pas m'en faire si quelqu'un ne pouvait pas l'accepter et c'était compréhensible, c'est d'ailleurs pour cette raison que je n'avais pas réellement d'amis dans mon entourage... Je suis beaucoup trop différente des autres personnes et mère me l'avait fait assez comprendre, c'est pourquoi je me suis enfermée dans les arts, dans les dessins, peintures, je m'y sentais moins seule.

▬  Euh... Ce n'est pas pour vous déranger, mais je devrais aller parler à Théophile. Donc si vous voulez bien m'excuser, je vous fausse compagnie.

Dit Alexandre d'une petite voix, je hochais délicatement la tête avant qu'il s'éclipse pour rejoindre son ami.

J'aimerais un jour vous voir énerver. Pas contre moi bien sûr. Vous êtes extrêmement tolérante, gentille, honnête et souriante et on ne peut pas en dire de même pour moi.

Il y a une raison pourquoi je ne m'énerve pas contre ce "problème" car je peux considérer cela comme un problème dans mon cas... Je n'ai jamais réellement eu d'amis auparavant et si je m'approche trop quelqu'un et que je lui révèle mon don, j'ai peur qu'il réagisse mal, en fait comme Théophile a réagit, c'est pour cette raison que je ne réagis pas vraiment, même si au fond de moi ça me blesse d'une quelconque façon, mais que puis-je faire de plus ? Et vous ne voulez pas me voir énerver...

Dis-je en soufflant doucement en fermant les yeux glissant une main au niveau de ma nuque et remontait ma main vers ma broche qui tenait mes cheveux en chignon et le retirait, mes cheveux tombait en cascade. Je retroussais ma manche pour révéler mon poignet et il y avait un ruban noir qui était attaché, je le défaisais pour attacher mes cheveux en queue de cheval en prenant soin de bien rassembler mes cheveux. Je n'étais pas réellement habitué à un chignon que je me devais d'arranger autrement mes cheveux. Je rangeais ma broche dans ma poche comme si rien n'était. Je ouvrais mes yeux avant de regarder le sol.

De plus... Ma mère m'a également dit que je ne devais pas m'en faire pour si peu, car jamais personne ne pourrait nous comprendre et peu de temps après elle a réussit à bloqué son don, donc elle n'a plus de problème sur ce côté-là... Et lorsque je lui ai demandé comment elle a fait, elle a refusé de me le dire... J'ai dû faire avec... Je tente d’éclaircir le ciel de Londres, car il est très sombre, lourd, je perçois ce genre de chose, chaque jour.. Ne sentez-vous pas quelque peu étouffer par moment ? Ou suis-je la seule qui ressens ce genre de chose ?

Demandais-je à Charlie. Cela ne m'étonnerait pas que je sois la seule qui sens ce genre de chose. Je tournais légèrement mon regard pour regarder la fenêtre et quelque seconde après il se mit à pleuvoir, mais pas d'une petite pluie, une grosse pluie, qui tombait très fort contre les fenêtres, en espérant que personne est à l'extérieur par ces temps-là...



_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mar 8 Nov - 22:43

- Il y a une raison pourquoi je ne m'énerve pas contre ce "problème" car je peux considérer cela comme un problème dans mon cas... Je n'ai jamais réellement eu d'amis auparavant et si je m'approche trop quelqu'un et que je lui révèle mon don, j'ai peur qu'il réagisse mal, en fait comme Théophile a réagit, c'est pour cette raison que je ne réagis pas vraiment, même si au fond de moi ça me blesse d'une quelconque façon, mais que puis-je faire de plus ? Et vous ne voulez pas me voir énerver..


Je doutais que son énervement soit vraiment terrifiant ou quelque chose dans le genre. Qu'elle qu'elle aurait fait de toute façon, du haut de son mètre quarante ? Emiko retira la broche qui retenait ses cheveux en un chignon et ces derniers tombèrent en cascade dans son dos. Elle avait une chevelure magnifique. Elle n'avait ni trop de cheveux, ni pas assez. J'aurais voulu avoir les mêmes. Je trouvais que j'avais trop de cheveux, donc trop de volume. Objectivement, j'avais des beaux cheveux. Mais l'herbe n'est-elle pas plus verte chez le voisin ? La demoiselle rattacha ses cheveux en queue de cheval à l'aide d'un ruban noir et rangea la jolie broche dans sa poche.

- De plus... Ma mère m'a également dit que je ne devais pas m'en faire pour si peu, car jamais personne ne pourrait nous comprendre et peu de temps après elle a réussit à bloqué son don, donc elle n'a plus de problème sur ce côté-là... Et lorsque je lui ai demandé comment elle a fait, elle a refusé de me le dire... J'ai dû faire avec... Je tente d’éclaircir le ciel de Londres, car il est très sombre, lourd, je perçois ce genre de chose, chaque jour.. Ne sentez-vous pas quelque peu étouffer par moment ? Ou suis-je la seule qui ressens ce genre de chose ?

Elle n'était pas la seule. Je le ressentais. En tout cas, mon corps le ressentait. Les maux de tête m'assaillaient régulièrement, m'éprouvais certaines difficulté à respirer, l'atmosphère de la ville m'étouffait. Choses qui se produisaient clairement moins souvent quand j'allais à la campagne.
Je m'avançais vers la fenêtre puis me plaçais à côté d'Emiko. La pluie commençait à tomber. D'abord doucement puis se fut le déluge. J'eus une pensée pour Théophile et Alex qui étaient sûrement dehors dans le jardin. Mais cette pensée fut vite balayé par la conversation qui me revenait à l'esprit.

- Je vous rassure, vous n'êtes pas la seule. Vous savez, j'ai toujours eu une santé et un corps fragiles. A Londres, j'ai parfois l'impression d'étouffer, même quand il n'y a pas tant de monde que cela autour de moi, et même sans qu'il fasse chaud: en plein hivers. C'est une ville dans laquelle je tombe très facilement malade. Je suis peut-être la seule personne à tomber malade en plein été. Du coup, quand je suis très malade, ma mère a pris l'habitude de m'emmener à la campagne environnante là où l'air est plus pur. En général, je guéris bien plus vite qu'en ville et je m'y sens mieux.

Je regardais Emiko du coin de l'oeil. Je la trouvais relativement ambitieuse. Tenter d'éclaircir le ciel de Londres... Cela semblait irréalisable. Et cela l'était. Et ce n'était pas seulement à cause des esprits que le ciel de Londres était sombre. Mais aussi à cause des usines. Et on ne pouvait rien faire contre cela, malheureusement.

- Vos efforts sont vains Mademoiselle Weiss. Vous avez beau aider un nombre incalculable d'âme, il y a des décès tout les jours à Londres. Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Vos intentions sont louables mais cela ne changera pas le monde. D'ailleurs je pense que vous le savez. Vous n'êtes pas stupide. Mais vous devez plus vous occuper de vous même. Vous n'êtes ni mariée, ni fiancée. Vous êtes encore entretenue par votre père. Mais que ferez-vous quand il ne sera plus là ? Il vous faut trouver une situation financière indépendante, si vous ne voulez pas d'un mari. Le monde est cruel envers les femmes. Ma mère en a fait les frais.

J'entendis la porte de du manoir s'ouvrir. Je me retournais et vit entrer Théophile et Alexandre, trempés jusqu'aux os. Ils retirèrent leurs chaussures. Ils ne nous adressèrent pas un regard et s'en allèrent directement à grand pas aux deuxièmes étages. Ils allaient sûrement changer de vêtement. J'entendis Paulette les gronder alors qu'ils mouillés le sol avec leurs vêtements trempés.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mer 9 Nov - 2:41

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Charlie vint se placer à mes côtés avant de regarder par la fenêtre, la pluie tombait tout de même fortement contre la vitre, mais pas assez pour l'ouvrir, de toute manière elle semblait bien être verrouillée.

Je vous rassure, vous n'êtes pas la seule. Vous savez, j'ai toujours eu une santé et un corps fragiles. A Londres, j'ai parfois l'impression d'étouffer, même quand il n'y a pas tant de monde que cela autour de moi, et même sans qu'il fasse chaud: en plein hivers. C'est une ville dans laquelle je tombe très facilement malade. Je suis peut-être la seule personne à tomber malade en plein été. Du coup, quand je suis très malade, ma mère a pris l'habitude de m'emmener à la campagne environnante là où l'air est plus pur. En général, je guéris bien plus vite qu'en ville et je m'y sens mieux.

Dit Charlie tandis que je tournais mon regard vers lui. C'était dommage d'avoir une santé aussi fragile que la sienne, de plus qu'il doit se rendre à la campagne pour "guérir" et prendre de la bonne air... C'était également pour cette raison qu'il ne vivait pas à l'intérieur de la ville, le manoir était quelque peu éloignée des usines.

▬  Vos efforts sont vains Mademoiselle Weiss. Vous avez beau aider un nombre incalculable d'âme, il y a des décès tout les jours à Londres. Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Vos intentions sont louables mais cela ne changera pas le monde. D'ailleurs je pense que vous le savez. Vous n'êtes pas stupide. Mais vous devez plus vous occuper de vous même. Vous n'êtes ni mariée, ni fiancée. Vous êtes encore entretenue par votre père. Mais que ferez-vous quand il ne sera plus là ? Il vous faut trouver une situation financière indépendante, si vous ne voulez pas d'un mari. Le monde est cruel envers les femmes. Ma mère en a fait les frais.

Ajouta celui-ci. Je souriais légèrement, car je savais qu'il n'avait pas tord, il avait raison... C'était impossible de sauver toutes les âmes, car il y en aura toujours... Mais je ferais mon possible de sauver les âmes perdues et rien d'autres... La porte du manoir s'ouvrit, c'était Théophile et Alexandre, trempés de la tête au pieds, ils retirèrent leurs chaussures et montèrent aux deuxièmes étages, pour aller se changer.

Il est évident que père ne pourra pas vivre éternellement... Je ne pourrai pas vivre avec mère, peut-être avec mon frère et sa fiancée dans le pire des cas, mais je suis sûr que je trouverais un mari bien respectable, du moins père m'arrange le coup... Ai-je le choix ? Non, pas vraiment, si je ne me mari pas il sera le rusé de son travail, donc... Je comprends sa motivation de me marié à quelqu'un qui connait notre monde... Il est un sorcier, mon frère également, donc il doit être au courant ou être quelqu'un comme nous tout simplement...

Lui dis-je en souriant doucement. Je perdrais ma liberté, mais au moins je serais rassurée de ce côté-là, même si je ne le désire pas réellement. Je croisais mes bras contre moi tout en restant devant la fenêtre, observant la pluie.

Je ne peux rien pour "éclaircir" Londres, mais j'aiderais uniquement les âmes perdues ou ceux qui veulent transmettre un message à leur proche et ceux qui ont de la rancunes envers la façon dont ils sont morts... Ceux-là ne sont pas très agréables, je ressens la façon dont ils sont morts, des visions de leur vie passés jusqu'à leur mort, c'est comme si je mourrais aussi... C'est difficile à expliquer, mais je n'ai pas agréable à vivre, je ne souhaite cela à personne...

Ajoutais-je doucement en gardant un sourire sur mes lèvres, je me reculais de quelque pas avant de me retourner m'asseoir sur le canapé en soufflant doucement. Je glissais mes mains sur mes genoux tandis que je fixais l'oeuvre qui se trouvait accrocher au murs en face de moi pendant un certain temps avant de détourner mon regard pour observer Charlie avant que je me perde dans mes pensées.
Je baissais mon regard pour fixer le sol... J'avais une vision et pourtant aucun mort dans les environs, qu'étais-ce donc ? Un simple flash, quelques images, sans indications, la pluie, une tempête, un corps inanimé dans une forêt où que personne ne verrait, un simple corps sans réellement avoir une identité... Et tout d'un coup plus rien... Un léger maux de tête me survient, je glissais une main au niveau de ma tête avant de fermer les yeux...

Pourquoi maintenant ?... Une vision... Quelqu'un de mort, mais j'ignore qui, dans la forêt là où que personne ne regarderais et dans une journée pluvieuse... Une tempête... Et puis plus rien... C'était bref... Une vision brève est toujours aussi dangereuse...Je déteste avoir ce genre de vision... Pardonnez-moi de vous ennuyez avec mes sottises, mais ça peux être n'importe qui ici ou quelqu'un d'autres, aucun indice, alors je préfère être prudente et soyez prudent en ces jours-ci...

Soufflais-je doucement en retirant ma main sur ma tête pour la mettre avec mon autre main pour joindre mes doigts ensemble les serrant ensemble, tellement fort que mes jointures étaient devenus blanches.


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Ven 11 Nov - 23:07

- Il est évident que père ne pourra pas vivre éternellement... Je ne pourrai pas vivre avec mère, peut-être avec mon frère et sa fiancée dans le pire des cas, mais je suis sûr que je trouverais un mari bien respectable, du moins père m'arrange le coup... Ai-je le choix ? Non, pas vraiment, si je ne me mari pas il sera le rusé de son travail, donc... Je comprends sa motivation de me marié à quelqu'un qui connait notre monde... Il est un sorcier, mon frère également, donc il doit être au courant ou être quelqu'un comme nous tout simplement... 

Cela semblait difficile de trouver un homme célibataire répondant à ce critère. Bien sûr, je ne comptais pas. J'étais bien trop jeune pour Emiko. Quelle drôle d'idée si on me fiançait avec elle ! Je ne voulais pas l'épouser de plus.

- Je ne peux rien pour "éclaircir" Londres, mais j'aiderais uniquement les âmes perdues ou ceux qui veulent transmettre un message à leur proche et ceux qui ont de la rancunes envers la façon dont ils sont morts... Ceux-là ne sont pas très agréables, je ressens la façon dont ils sont morts, des visions de leur vie passés jusqu'à leur mort, c'est comme si je mourrais aussi... C'est difficile à expliquer, mais je n'ai pas agréable à vivre, je ne souhaite cela à personne... 

Emiko vint s'asseoir sur le fauteuil. Elle se mit à fixer le tableau en face d'elle. Ce tableau avait été peint par un certain Guillaume Courtois, un peintre français, et datait du XVIIème siècle.
Le tableau:
 
Puis elle se mit à m'observer. Je fronçais les sourcils ? Pourquoi elle me fixait ? Quel était son problème ? C'était désagréable d'être regardé de la sorte. Puis elle se mit à fixer le sol. Je détournais le regard vers la fenêtre. Un éclair surgit dans le ciel et je sursautai. L'orage m'effrayait.

- Pourquoi maintenant ?... Une vision... Quelqu'un de mort, mais j'ignore qui, dans la forêt là où que personne ne regarderais et dans une journée pluvieuse... Une tempête... Et puis plus rien... C'était bref... Une vision brève est toujours aussi dangereuse...Je déteste avoir ce genre de vision... Pardonnez-moi de vous ennuyez avec mes sottises, mais ça peux être n'importe qui ici ou quelqu'un d'autres, aucun indice, alors je préfère être prudente et soyez prudent en ces jours-ci... 

J'étais toujours prudent. Et je n'allais jamais en forêt. Surtout pas lors d'une tempête. Je ne me sentais pas visé par cette vision. Donc j'ignorais presque l'avertissement d'Emiko. Un autre éclair fit son apparition. Je tirais rapidement les rideaux pour les fermer afin de ne plus avoir à voir ceci.

- Vous ne trouvez pas cela terrifiant, l'orage ? Quand un éclair vient déchirer le Ciel ? Personnellement, cela m'effraie. Tout comme le monstre sous mon lit. Je suis certain qu'il existe. Il m'a déjà tourmenté plus d'une fois. Paulette m'a raconté qu'il venait terrorisé les enfants qui se montraient pas sages, orgueilleux, égoïstes et capricieux. Mais je pense qu'il vient seulement quand il s'ennuie, peu importe qu'on ai fait  quelque chose de mal.

Et j'en avais fait les frais il n'y avait pas si longtemps de cela. Je tournais mon regard vers Emiko. Peu de gens croyait au Monstre du Dessous de Lit mais moi j'y croyais. J'étais sûr qu'Emiko y croyait aussi. Elles en savaient tellement sur ce genres de choses.

- Je ne sais pas pourquoi je vous raconte cela. Peut-être que vous serez peut-être une des seules à me croire. Parce que moi j'y crois dur comme fer. Je suis sûr que si je disais cela à une connaissance au hasard, elle me prendrait pour une folle. Je pense que vous pouvez comprendre cela. Vous aussi on vous a déjà prise pour une folle.

J'aperçu Frederick sortir du salon pour monter les escaliers. Je le regardais du coin de l'oeil. Puis je me souvenais qu'Alexandre était là-haut. J'espérais que cela n'allait pas finir en dispute. Même si mes espoirs étaient minces. J'avais un mauvais pressentiment. Je me tendais alors que j'entendis un coup de tonnerre puis j'allais m'asseoir sur le canapé. Cela valait mieux.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Lun 14 Nov - 18:07

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Charlie fermait les rideaux pour "cacher" les orages qui déchirait le ciel pluvieux. Je me demandais comment j'allais faire pour rentrer par la suite... Marcher ? J'appréciais la pluie et surtout l'orage, c'était mon élément et peut-être pourrais-je en même temps aider ceux qui en ont plus de besoin.

Vous ne trouvez pas cela terrifiant, l'orage ? Quand un éclair vient déchirer le Ciel ? Personnellement, cela m'effraie. Tout comme le monstre sous mon lit. Je suis certain qu'il existe. Il m'a déjà tourmenté plus d'une fois. Paulette m'a raconté qu'il venait terrorisé les enfants qui se montraient pas sages, orgueilleux, égoïstes et capricieux. Mais je pense qu'il vient seulement quand il s'ennuie, peu importe qu'on ai fait  quelque chose de mal.

Dit Charlie tandis que je le regardais d'un air attendrit. Je n'allais pas le juger, car je croyais dans un sens, sans plus, ni moins. Nous nous ressemblions point, mais je savais que c'était ce genre de chose que les parents ou encore la gouvernante de la maison dit cela aux petits enfants dès leur jeunes âges, pour qu'ils restent sage, malheureusement cela ne marche pas pour tout le monde, mais Charlie, lui y croyait et je ne pouvais pas lui reprocher de croire en quelque chose.

Je ne sais pas pourquoi je vous raconte cela. Peut-être que vous serez peut-être une des seules à me croire. Parce que moi j'y crois dur comme fer. Je suis sûr que si je disais cela à une connaissance au hasard, elle me prendrait pour une folle. Je pense que vous pouvez comprendre cela. Vous aussi on vous a déjà prise pour une folle.

Ajouta-t-il. Je le continuais de le regarder tout en souriant doucement avant de détourner mon regard pour regarder de nouveau le tableau accrocher au murs.

Je vous crois, je crois même avoir un monstre dans mon placard, qu'est-ce qui est pire entre en-dessous d'un lit ou d'un placard ? Je serais curieuse de savoir... On m'a souvent prise pour une folle, c'est pour cela qu'il se fait rare que j'ai des amis... Ou des amis qui me comprennent tout simplement, enfant du diable, que l'on me surnomme... On  a souvent cru que les sorcières avaient une liaisons dangereuses avec les démons, mais cela est complètement faux. Nos ancêtres nous l'on confirmer dans leurs livres des ombres, si un jour je met la main dessus je vous le montrerais... Mais il n'est pas facile à le dérober...

Soufflais-je doucement en fermant les yeux en souriant toujours en coin.

En ce qui concerne des orages, ils ne m'effraient pas, j'adore même... C'est quelque chose que je ne peux vous expliquez... Peut-être parce que mère m'a souvent rassurer que je ne devrais pas avoir peur et depuis je n'ai plus jamais eu peur... Je n'ai pas peur des choses que je connais... J'ai tout simplement peur de l'inconnu... Les visions... Je ferais tout en mon pouvoir pour que cela n'arrive pas, même si je dois en payer le prix...

Ajoutais-je en baissant mon regard quelque peu sérieux vers ma main avant de la fermer d'un air déterminer.

Ne vous inquiétez pas pour votre cousin, Charlie... Même si je suis toujours étonnée que sa mère est venu tout simplement pour Alexandre et non pour Frederick, d'habitude les proches préfère faire un message à toutes la famille, pas un en particulier... Je ne dois pas me questionner... Si elle est heureuse et en paix je dois la laisser tranquille...

Répondis-je presque à moi-même pendant ma réflexion... Je redressais mon visage pour lui sourire délicatement penchant la tête sur le côté.

Désirez-vous que je vous aides à vous débarrasser de votre monstre en dessous de votre lit ? Je suis sûr que je peux y faire quelque chose pour qu'il ne vous tracasse plus, qu'en dites-vous ? Ce n'est qu'une proposition comme une autre.  


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mar 15 Nov - 21:42

- Je vous crois, je crois même avoir un monstre dans mon placard, qu'est-ce qui est pire entre en-dessous d'un lit ou d'un placard ? Je serais curieuse de savoir... On m'a souvent prise pour une folle, c'est pour cela qu'il se fait rare que j'ai des amis... Ou des amis qui me comprennent tout simplement, enfant du diable, que l'on me surnomme... On a souvent cru que les sorcières avaient une liaisons dangereuses avec les démons, mais cela est complètement faux. Nos ancêtres nous l'on confirmer dans leurs livres des ombres, si un jour je met la main dessus je vous le montrerais... Mais il n'est pas facile à le dérober...

Quand on y réfléchissait, cet univers semblait très sombre. Rien que le terme "livres des ombres". Cela pouvait vouloir tout dire. Emiko ferma doucement les yeux.

- En ce qui concerne des orages, ils ne m'effraient pas, j'adore même... C'est quelque chose que je ne peux vous expliquez... Peut-être parce que mère m'a souvent rassurer que je ne devrais pas avoir peur et depuis je n'ai plus jamais eu peur... Je n'ai pas peur des choses que je connais... J'ai tout simplement peur de l'inconnu... Les visions... Je ferais tout en mon pouvoir pour que cela n'arrive pas, même si je dois en payer le prix...

S'il suffisait de me dire de ne pas avoir peur pour éliminer des peurs.. Cela aurait été tellement bien. Mais c'était irréaliste ! Mon amie baissa son regard et ferma fort sa main.

- Ne vous inquiétez pas pour votre cousin, Charlie... Même si je suis toujours étonnée que sa mère est venu tout simplement pour Alexandre et non pour Frederick, d'habitude les proches préfère faire un message à toutes la famille, pas un en particulier... Je ne dois pas me questionner... Si elle est heureuse et en paix je dois la laisser tranquille...

Je ne savais pas quelle relation entretenait Frederick avec sa mère. Il a toujours été très flou sur le sujet. Je supposais que c'était une relation assez conflictuelle. Mais ce n'était que des suppositions. Emiko redressa délicatement la tête et me regarda en souriant.

- Désirez-vous que je vous aides à vous débarrasser de votre monstre en dessous de votre lit ? Je suis sûr que je peux y faire quelque chose pour qu'il ne vous tracasse plus, qu'en dites-vous ? Ce n'est qu'une proposition comme une autre.

Je ne savais pas quoi répondre en premier lieu. Si elle faisaient partir le monstre du dessous de lui, je lui aurais été si reconnaissant. Je ne voulais pas refuser sa proposition.

- Vous pourriez faire cela ? Si oui, je vous devrais une fière chandelle ! Venez, suivez moi ! dis-je avec un enthousiasme qui ne me ressemblait pas.

Je me levais et guidais Emiko jusqu'à l'étage. J'avais le sourire aux lèvres. Bientôt 13 ans que ce monstre me terrorisait ! Nous montâmes les escaliers en marbre fraîchement nettoyé. Au sommet de l'escalier, de part et d'autre du palier, nous avions placé des vases en pierre blanche dans lesquels étaient placées des fleurs de saison: des asters. Alors que nous parcourions les couloirs, j'entendis un éclat de voix. Il me semblait que c'était Frederick. Cela venait de la chambre d'Alexandre et Théophile. Cela ne m'étonnait pas. Nous étions juste devant la porte.

|i]- Sérieusement ?!! Que se passe-t-il dans ta tête ?!! Tu te rends compte que tu es la honte de la famille quand même ?!![/i] cria Frederick en français. Tu me dégoûtes, sérieusement !!!

- Je ne pense pas être le plus dégoûtant d'entre nous deux, répliqua calmement Alexandre. Je suis désolé de ne pas être comme tu l'aurais envie, je suis désolé que tu ne me supportes pas mais va falloir t'y faire. Au moins jusqu'à la mort de papa.

Quelles sombres paroles... Mais tellement rationnelles.

- Va falloir m'y faire... répète le plus vieux, avec une colère grandissante. Putain tu es égoïste à ce point là ? Tu t'imagines si cela se savait ?!!

- C'est sûr que si tu cries comme cela, tout Londres va le savoir, commenta toujours aussi calmement Alex.

Je regardais Emiko du coin de l'oeil, assez mal à l'aise. Heureusement qu'elle comprenait pas le français. Je vis Théophile sortir de la chambre en douce. Quand il nous vit, il sursauta. Il ne portait qu'un pantalon avec une chemise à moitié ouverte. Ses cheveux était presque secs.

- La conversation est un peu tendu, dit-il simplement.

- Je pense que l'on va reprendre notre chemin, déclarai-je simplement.

- Si cela ne vous dérange pas, je vais venir avec vous.

J'hésitais un moment en le regardant reboutonner sa chemise. Il avait l'air très mal à l'aise. Mais ne devait-il pas rester avec Alexandre ?

- D'accord lui répondis-je finalement.

Personne ne voulait assister à une dispute entre Alexandre et Théophile. Je lançais un regard d'excuse à Emiko avant de reprendre le chemin. Un malaise s'était installé. Une fois arrivée à ma chambre, je soulevais les couvertures pour montrer le dessous de lit* à Emiko.

- Si vous voulez bien y jeter un coup d'oeil, Mademoiselle Weiss...


*Le monstre n'existe absolument pas. Seulement dans l'esprit de Charlie/
P.S: Sorry pour les couleurs, il semble qu'il y ai (eu) un bug !

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Mer 16 Nov - 1:37

détails
I have a complicated history with the Almighty
Things are so rarely what they seem
ft. Charlie E. Rozen
Ʃkaemp はは ™

Vous pourriez faire cela ? Si oui, je vous devrais une fière chandelle ! Venez, suivez moi !

Dit-il tandis qu'il se levait et d'ouvrir la marche, je me levais et le suivais derrière lui. On montait l'escalier de marbre fraîchement nettoyé, la bonne odeur du nettoyant flottait toujours dans les airs. Une fois montée tout en haut je remarquais qu'il y avait deux grosses vases blanches qui ornait le palier avec des asters. C'était joli. Je souriais légèrement tout en profitant de regarder les quelques peintures qu'il y avait, mais ce n'était pas des portraits, bien le contraire. Je suivais tout de même Charlie tandis que nous arrêtions en face de la chambre, là où qu'une voix assez grave parlait fort, je la reconnaissais, c'était celle de Frederick... Donc il était venu voir son frère juste pour l’engueuler ? Et ce sans gêne. Il est vrai que je ne comprenais pas le français, mais j'avais ma petite idée de quoi ils parlaient.

Sérieusement ?!! Que se passe-t-il dans ta tête ?!! Tu te rends compte que tu es la honte de la famille quand même ?!! Tu me dégoûtes, sérieusement !!!

Je ne pense pas être le plus dégoûtant d'entre nous deux, répliqua calmement Alexandre. Je suis désolé de ne pas être comme tu l'aurais envie, je suis désolé que tu ne me supportes pas mais va falloir t'y faire. Au moins jusqu'à la mort de papa.

Va falloir m'y faire... répète le plus vieux, avec une colère grandissante. Putain tu es égoïste à ce point là ? Tu t'imagines si cela se savait ?!!

Égoïste ? Est-ce que vous êtes regardés Frederick ? pensais-je tout bonnement dans ma tête. J'avais compris ce mot, je comprenais quelques paroles, mais y faire une traduction exacte je ne saurais quoi dire... Je ne connaissais pas toute l'histoire entre les deux et pourquoi son grand frère s’acharne ainsi sur son petit frère, il est vrai que lorsque j'étais petite c'était mon cas avec mon frère.

C'est sûr que si tu cries comme cela, tout Londres va le savoir.

Je regardais la porte tandis qu'elle s'ouvrait sur Théophile. Il la referma derrière lui et quand il nous apercevait il sursautait ne s'attendant certainement pas à nous voir là. Il était vêtu d'un pantalon et d'une chemise entre-ouverte, je détournais légèrement mon regard même si je voyais uniquement son torse... C'était mal vue qu'une jeune femme observe le corps d'un jeune homme, peu importe comment il se vêtit.

La conversation est un peu tendu.

Dit tout simplement Théophile.

Je pense que l'on va reprendre notre chemin.

Si cela ne vous dérange pas, je vais venir avec vous.

Il eut un moment d'hésitation et pendant ce temps-là Théophile reboutonnait sa chemise correctement, je détournais mon regard vers lui, enfin vers sa direction avant que je regarde Charlie.

D'accord.

Répondit tout simplement Charlie. J'aurais voulu aider Alexandre de régler ce conflit avec son frère, mais je ne pouvais pas m'interféré à quelque chose qui ne me concerne pas en premier lieu, cela risque de retomber sur moi. Je regardais Charlie qui me lançait un regard d'excuse, je secouais légèrement la tête pour signifier que ce n'était pas grave. Nous reprenons le chemin vers la chambre de Charlie et une fois arrivée à celle-ci il soulevait les couvertures pour montrer le dessous de son lit. Il n'y avait rien, bien évidement.

Si vous voulez bien y jeter un coup d'oeil, Mademoiselle Weiss..

Je m'approchais de son lit avant de me baisser, voir même de me mettre à genoux pour regarder en dessous de son lit, c'était un peu noir, mais il n'y avait rien. Ce monstre apparaissait uniquement la nuit et non pendant le jour. J'eu un moment d'hésitation avant de me relever et de m'approcher de Charlie lui faisant face. Je vins glisser mes mains sur chaque côté de sa tête avant de fermer les yeux avant de murmurer une petite phrase que disait mère lorsque j'étais petites pour affronter mes peurs, mais dans ma tête. Je restais silencieuse pendant un bref moment avant d'ouvrir mes yeux et de retirer mes mains pour les glisser derrière mon dos souriant légèrement.

Mère me faisait cela lorsque j'étais petite, ça m'aidait à ne plus avoir peur et à les chasser répétez souvent dans votre tête avant de vous couchez : Je n'ai pas peur. Cela va prendre quelques jours, mais je vous assure qu'à force de le dire et que vous croyez en ces paroles vous n'aurez plus problème de ces monstres.

Dis-je en fermant les yeux me reculant de quelque pas avant d'ouvrir mes yeux et de me tourner vers le lit pour replacer correctement ses couvertures. Une fois chose faite je replaçais correctement mes cheveux gardant toujours un sourire sur mes lèvres et je me dirigeais vers la fenêtre, la pluie ne tombait plus du tout fort comment tout à l'heure, c'était calmé, tout comme les orages... Dommage, j'adore les orages.. Je lâchais un léger soupir tout en songeant à Alexandre, j'espérais ce n'était pas lui que j'avais vu dans ma vision, ce n'était pas clair et j'espérais que ce ne soit pas le cas... Je serrais mes doigts ensemble dans un geste répétitif tout en fixant par la fenêtre, je me doute que Charlie se posait des questions, il devait savoir que j'était extrêmement inquiète pour n'importe qui en ce moment. Je ne devrais pas tarder non plus... Je ne voulais pas m'imposer davantage...


_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   Lun 21 Nov - 20:53

Emiko s'approcha de mon lit, se baissa et se mit à genoux. Je trouvais ce geste fort déplacé pour une femme. Mais c'était pour la bonne cause. Elle regarda sous mon lit et resta quelques instants dans cette position avant de se redresser et de se tourner vers moi. Elle s'approcha lentement de moi. Je me tendis au contact de ses mains de chaque côté de mon visage. Elle ferma ses yeux, elle me murmura une phrase comme pour me rassurer, alors que je scrutais chaque trait de son visage. Puis elle ôta ses mains et rouvrit ses yeux avant de s'écarter, les mains derrière le dos.

- Mère me faisait cela lorsque j'étais petite, ça m'aidait à ne plus avoir peur et à les chasser répétez souvent dans votre tête avant de vous couchez : Je n'ai pas peur. Cela va prendre quelques jours, mais je vous assure qu'à force de le dire et que vous croyez en ces paroles vous n'aurez plus problème de ces monstres. 

Elle rouvrit les yeux. Emiko me tournit le dos pour refaire mon lit correctement puis elle se recoiffait d'une main. Elle se dirigeait vers la fenêtre et je regardais dehors. La pluie s'était calmer. Elle chantait une mélodie. Une mélodie d'automne. Emiko avait l'air anxieuse. Je me doutais qu'elle voulait rentrer. Je m'approchais d'elle.

- Mademoiselle Weiss, maintenant que le temps s'est calmé, peut-être serait-il temps de rentrer à votre demeure. Il commence à se faire tard et je voudrais que vous rentriez avant la tombée de la nuit. Si vous le souhaitez, quelqu'un peut vous raccompagner. Cela serait impoli de laisser une femme seule dans les rues de Londres.

J'essayais de me montrer poli, d'agir en gentleman. Un gentleman n'aurait jamais laissé une femme marcher non accompagnée dans les rues. Surtout par les temps qui courraient.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: «I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen   

Revenir en haut Aller en bas
 

«I have a complicated history with the Almighty» ▬ feat. Charlie E. Rozen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Black History: Haitian Monument
» Well behaved women rarely make history ~ Jo Free (uc)
» HISTORY TENDS TO REPEAT ITSELF
» Haiti and the Dilemma of Afrikan Sovereignty in the Americas
» Black immigrants see personal triumphs in Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-