« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retour à Londinium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 04/07/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Hunter - Solitaire
Âge: Plus vieux que cette ville
Relations:
MessageSujet: Retour à Londinium   Lun 4 Juil - 14:56

feat Nom & prénom de Source
Crowill Gershwin
" Pour chaque honneur de bataille meurent un millier de héros anonymes."


Votre Présentation



Nom : Gershwin
Prénom : Crowill El-Azar
Age : Un peu moins de 5000 ans
Sexe : Assez rarement en ce moment
Taille :1m83
Poids : 75 kg
Groupe : Hunter
Sous-Groupe : Immortel
Rang : Solitaire
Métier : Marchand antiquaire
Ambition : Aucune à cette heure-ci
Défauts : Vindicare – Lent voir fainéant
Qualités : Tenace – Cultivé – Calme
Post Vacant : Non.
Cecil Gershwin Palmer, NightVales


Votre Physique



Comme tous les matins depuis que j'ai découvert cet objet, je fais face à mon miroir pour observer mon apparence qui a lentement changé avec les siècles. Tout d'abord, mes cheveux, d'une longue chevelure brune, ils sont devenus une coupe beaucoup plus courte, coiffé en arrière, le blanc prédomine, mais les côtés restent d'un noir sombre. Puis mes yeux, seule chose n'ayant que peux changer depuis ce temps, ils sont d'une couleur améthyste avec des reflets or.  Viens ensuite mon visage aux traits taillé au ciseau de marbre et ma peau légèrement halée, venant de mon origine méditerranéenne dira t-on. Le vrai lieu de mon origine sera dit plus bas ~ Enfin, mon corps grand et sec a connus tellement de batailles et aucune d'elles ne l'a marquée. Les seuls marquages, restant après tout ce temps,  sont les tatouages que j'ai reçus à ma première fin. Et depuis, nul moyen de les retirer.    



Votre Caractère



Mon caractère ? Comment expliquez cela….Disons qu’après plusieurs centaines de vie, le temps me semble passais d’une  autre manière pour moi. Qu’est-ce qu’un siècle quand on a trois millénaires derrière nous. Vous voyez où je veux en venir ? Oui. Bien. Bon, j’admet que certains disent que cela s’appelle de la fainéantise mais moi, je vois cela comme un autre notion du temps.L'autre aspect de ma personne vient aussi du temps que j'ai vécu. Je suis un véritable puits à connaissances et savoir (pour la majorité inutile) que j'ai acquiert grâce à divers professeurs de divers nations. Mon savoir dont je suis le plus fière est la lecture et l'écriture que j'ai appris quelques temps après sa création. J'adore lire et voir qu'à travers les éons ce sont souvent la même chose qui fait rêver les hommes. Beaucoup d'entre vous doivent se dire "Hmmm...Après des millénaires, ce type doit être blasé de tout..hm" Mais nullement, l'humain, la Guerre et la Chasse me plait toujours autant et m'émerveillera toujours plus. Le dernier point est plus ou moins un défaut. Je ne supporte que très mal les attaques concernant ma personne ou les gens qui trouvent intérêts à mes yeux et j'ai tendance à aller un peu loin quand je me venge.



Votre Histoire



Mon histoire ? Oh, elle est presque aussi vielle que les premiers textes. Je viens d’un endroit nommé, de nos jours, empire ottomane et plus précisément la Mésopotamie. Je suis né sous le règne d’un roi au nom oublié, il dirigeais la cité où je vivait à cette époque. Bien que plus petite que beaucoup des villes actuelles, Uruk restera, à mes yeux, la cité la plus magnifique et importe du monde.  J’étais un citoyen comme les autres dans ce lieu, formé aux arts de la guerre par mon professeur et du commerce par mon père. J’appris aussi quelques bases d’une technologies nouvelles : l’écriture. Ce fut une chose totalement incroyable à mes yeux : pouvoir connaître et étudier les mots d’autres gens même après leurs morts même s’ils vivent loin de vous. C’était merveilleux. Je pris grand plaisir à apprendre ce savoir que je pus mettre que peu de foi à l’épreuve. Mais tout ceci doit vous semblez inintéressant. Vous vous voulez juste savoir comment, j’ai fait pour vivre tant d’éons sans jamais mourir.

Cela remonte à mes trente ans. J'étais parmi ce qu'on appelait l'armée de notre ville ; une sorte de milice plutôt. Notre roi avait réuni un quinzaine d'hommes  afin d'aller purger une espèce de culte, néfaste qui s'attaquer ou attirer certains des paysans au bord de notre territoire. Armés de bronze et de fer, vêtus de cuir, on pris la direction de notre cible. Ma première Chasse en somme. En moins de deux heures, nous arrivions à l'orée d'une forêt à l'aspect maladif et mauvais. Un groupe d'hommes, armée de lames courtes, nous attendaient. Je ne me souvient pas vraiment combien ils étaient, mais ils nous surpassaient clairement en nombre. Un tension était palpable dans l'air et sans qu'aucun ordre ne fut donner, la charge fut lancer. Ils hurlèrent justement un mot sans signification à mes yeux à ce moment là : Iä! Shub-Niggurath. Un nom que jamais plus je n'entendis. Ce fut un véritable carnage de notre coté. Par je ne sais quelle sorcellerie, leurs lames passaient au travers de nos armures et les faisaient pourrir. Les plaies, qu'elles nous infligeaient, devenaient pullulantes. Par je ne sais quel jeu du sort, je ne dus subir qu'une plaie pareille. Ma lame tuait chaque adversaire qui se présenter devant elle. Après un temps que je ne saurais plus définir, j'étais essoufflé, meurtri, couvert de sang et les mains tremblantes. Malgré tout cela, j'avançais vers le bois, en sortant un sac de toile spéciale. La composition de son contenu - que je connais mieux maintenant- était un mélange de charbon, souffre et une résine ; On en usait pour incendier les défenses ennemies. Ce jour-là, je devais m'en servir contre cette forêt de malheur. La pureté du feu allait nettoyer cet endroit immonde. A mesure que j'avançais, je remarquai que certains arbres avaient une marque luisante dessus. En observant de plus près, les marques prenait la forme de motifs et inscription étrange. Parfois, elle représentait un œil inscrit dans un triangle. Parfois, c'était des lettres formant des mots sans queue ni tête. Une chose était sure, c'est qu'elles formaient une spirale dont j'approchais le centre. Mais une voix m'interpella -je ne pourrai transcrire ici que ce dont je me souvient vraiment- avant que tout brûle. Sa langue était celle de mon peuple mais son intonation me rappela celle d'aucun homme. Imaginez la maladie vous adressez la parole :


- Infâme chien. Comment oses tu entrer là où tu n'es convié ? Comment oses tu tuer ce qui sont éclairés ? Comment oses tu profaner ce qui est sacré à nous, enfant de la Chèvre Noire ?



- Je suis là pour arrêter ce qui ne doit pas être. Vos actions impies vont à l'encontre de la Nature et...


- Silence, chien aveugle. Tu ne sais rien de la Nature et de ce qui est contre elle. Toi, oiseau de mort, je fais te montrer que tu n'appartiens pas à ce Cycle. Tu n'es qu'une Mort Rampante. Une Lame vivant, assoiffé de destructions. Tu n'as et n'aura plus de lien avec la Nature.


L'être qui me parlais, vêtu d'une bure noire, ne semblais posséder un genre physique. Un silhouette humaine, fine et sec, dont les bord me semblaient flous. Tandis que j'avançais en sa direction, une plasmode folle et gutturale guida ses lèvres, cela produisait le même son qu'une coulée de sang se rependant au sol. Les marques luisaient de plus en plus tandis que les ombres se tordaient comme pris de douleur. L'air devenait lourd et chargé de miasmes. L'espace entre nous semblait se dilater à mesure que je progressait mais quand je fut sur elle, sa voix s'était tue. Elle me fixa avec un sourire malsain -cela ressemblais plus à un ouverture fait dans le cuir d'un animal mort depuis des mois- et leva un lame courte. Je soulevai mon glaive mais il semblait lourd comme un bloc de granit. Je ne parvins à rien sauf à hurler quand le métal se figea dans mon cœur et que chaque parcelle de mon être s'éteindre lentement. Une douleur infini parcouru tandis qu'un murmure atteint les limites de ma conscience :


- A jamais, Corbeau voleur de vie.



Puis plus rien. Néant. Vide. Éclair. Lumière. Son puis tout le reste. Je me redressai soudainement en prenant une bonne bouffée d'oxygène comme après être resté en apnées un long moment. Mon corps entier me fit souffrir tandis que tout ses organes et membres se remettaient en marche. Un mal de crâne léger me pris - et c'est d'ailleurs toujours les mêmes sensations- quand je me relevais. Autour de moi, la même forêt, le même ciel, les mêmes objets. En plus de cela, la silhouette était étendue morte au sol. Ses traits semblaient plus creusés que la dernières fois. Quand j'entrepris de prélever une preuve de ma victoire, ô combien étrange, je remarquai enfin les étranges motifs violet sur mes bras.

Le soleil déclinais tandis que le feu crépitait et dévorais la forêt à grands coups de langues de feu. Je restait un moment à observer tout cela, immobile sur la clairière. Au petit matin, plus rien que le sol noirci indiquait ce qui s'était passé. Les cadavres avaient disparus quand j'était ressorti des bois. Mon cerveau et moi-même n'avions nul envie de comprendre comment tout cela s'était déroulé. On n'avait plus qu'une idée en tête : rentrer à ma demeure et poursuivre ma vie comme avant. A Uruk, je ne puis faire disparaître les marques qui recouvrent tout le haut de mon corps, exception du buste. Le souvenir de la créature venait aussi hanter chacune des nuits où je fermais les yeux. Et ceux pendant les années qui suivirent. Je vieillis dans cette cité qui se développait. Pendant des années, je vécu tranquillement sans problème important -finissant comme scribe-. Enfin bref, j'ai vécu pendant un moment avant qu'un problème survint.

Ce problème, en question, était que je vivais encore et encore; quatre générations étaient passées et j'était encore là. Mon corps vieillissait normalement; je n'étais plus capable de bouger seul et je ne voyait quasi rien mais je ne mourrais pas. Nul ne comprenais mais tous murmuraient que j'avais pactiser avec des entités malsaines aux noms interdits. La mort, je pus la rencontrer enfin, grâce à l'assistance d'un de mes élèves et d'un poignard se logeant dans ma carotide. Cette fois, je ne sentis rien qu'un soulagement et parti heureux, libéré du joug de la vie. Enfin un vrai repos fut ma dernière pensée.

Puis plus rien. Néant. Vide. Éclair. Lumière. Son puis tout le reste. Je respirais à nouveau à grandes inspirations. Non, fut ma première pensée. Mon corps se releva sans aucun soucis, comme si le poids des années avaient disparues. Je regardais mes mains et ce que je pouvais voir de mon corps. Intact, rien de rien. J'avais à nouveau la vingtaine d'années de ma première mort. Proche de moi, mon élève était étendu au sol, la gorge tranchée par le poignard qu'il tenait. Un frisson de dégoût me prit quand je pris conscience que j'étais devenu une créature contre laquelle j'ai prêché religieusement la plus grande haine. J'étais obligé de fuir et cela rapidement. Une longue cape noire, une dague ensanglantée et un peu de provisions; je partis comme un paria dans la nuit et ne vit plus jamais Uruk.
[en cours]

   



Derrière l'écran


Pseudo : Cyclope/Bellum
Âge : 22 ans
Comment avec-vous connu le forum ? Magie Magie
Que pensez-vous du forum ? J'ai peur du stafff *fuis*
Quelle est votre disponibilité ? entre peu et trop souvent
Code du règlement Je dirais CSS et HTLM6
Autre chose ? Banane
© Fhury


Dernière édition par Crowil Gershwin le Sam 23 Juil - 11:48, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Retour à Londinium   Mar 5 Juil - 3:21

Re-bienvenue à toi Grent et bonne chance pour le reste de ta fichette c:
M'euhhh tu as peur du staff ? :OOO
Il ne faut pas voyons...

_________________


Light x Emiko:
 

Charlie x Emiko:
 

Grent x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Retour à Londinium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: ¤ Avant RP ¤ :: Présentations :: Présentation en cours-