« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 19 Juin - 14:59

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Il y a quelques jours de cela, j'avais entendu parler d'un vernissage d'une peinte et quand j'avais entendu parler de l'endroit en question j'ai failli en perdre les moyens, cela se passais au Royal Opera House, vous savez le genre d'endroit où le ballet, l'opéra et même les pièces de théâtre et que cette dernière avait réussit à prendre cet endroit pour son vernissage, j'ignorais comment il allait faire, mais je ne pouvais pas rater ce moment ! Tant que c'est de l'art et bien sûr de la peinture, plus rien ne m'arrête. J'en avais fait par à Angelica, cette reine que je considère comme une mère, mais aussi comme employeur et puisque je vis avec elle je suis devenue une noble, c'était tout nouveau pour moi et je devais m'y faire selon les règles, je lui ai promis que je ferais attention et que je me ferais petite face à la foule, comme à mon habitude.

L'événement se produisait le soir, je me préparais donc quelques heures à l'avance, je prenais mon bain en compagnie des autres femmes de ce palais avant que je prépare soigneusement mes cheveux choisissant des rubans qui allait avec une nouvelle robe que Angelica avait fait faire. Une robe bleu marine qui touchait le sol, ample avec du tissus noir qui marquait assez bien la robe en question. J'avais laissé mes cheveux libre, mais formait une sorte de mini queue de cheval en hauteur tenant le tout grâce au ruban noir, tout était prêt. Je me regardais dans la glace, tout était parfait. Je tournoyais sur moi-même avant de sortit de mon antre et de commencer à me diriger vers l'événement. Un carrosse m'y conduisait, cela prenait au moins plusieurs minutes avant d'arriver à destination. Carrosse posé, le chauffeur de celui-ci ouvrit la portière m'aidait à y descendre, je le remerciais d'un hochement de tête avant de m'avancer droit devant les portes qui ornait le bâtiment.

Je pénétrais les portes de celui-ci avant de m'avancer avec le reste de la foule, il me fallait un ticket pour y aller, je déboursais le montant qu'il fallait, qui n'était pas trop cher avant que je me dirige avec les autres. Chose que j'ignorais dans cet établissement, il y avait une autre salle, sans les banc pour y exposé les oeuvres. J'ouvrais grand les yeux en souriant doucement voyant clairement les oeuvres de cette dernière, j'étais époustoufler par celle-ci. Je les regardais avec attention, elle avait une main délicate et la peinture qui s'harmonisait bien avec le type qu'elle voulait donner, chaque peinture avait une ressemblance... Sa fille ? Oui, ce qui me semblait bien apparaître sur les tableaux et il y en avait de tout genre. J'aimais bien ce que je voyais plus que je m'avançais, plus il faisait froid, pourquoi faisait-il froid soudainement ? Je regardais partout avant de voir quelqu'un que je ne voulais pas voir, un mort...

"Ai...der... m... oi.."

Je l'ignorais, il fallait que je l'ignore, il fallait que je me sauve de cet esprit, pas maintenant, je ne voulais pas tomber dans les pommes à cause de celui-ci. J'avais beau me pratiquer avec Gloria, mais on dirait qu'à l'extérieur j'en étais plus capable. Je l'ignorais du mieux que je pouvais tout en regardant les autres peintures avant que je tombe sur une peinture qui semblait bien réellement, mais je réalisais que le modèle qui avait servit à madame Rozen, se tenait en face de moi, je lui souriais doucement avant de lâcher un léger ricanement.

-Je suis navrée, pendant un moment je vous ai prit pour une des peintures... Mais ils sont magnifique, les couleurs s'harmonisent très bien et les coups de pinceaux bien délicat qu'on voit à peine les démarcations entre les couleurs... Désolée si vous me trouvez trop bavarde, c'est juste que... Que c'est ma première fois que je vais dans un vernissage...

dis-je en baissant légèrement mon regard, légèrement timide par ce que je venais de dire. Il fallait que j'apprenne à utiliser des mots plus adéquat pour certaine personnes et aussi il fallait que je sois prudente ce soir, un esprit rôdait dans les environs et si j'avais le malheur de faire sa rencontre c'était plus que fichu.     
La robe en question:
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 19 Juin - 15:57

C'était le soir du vernissage de ma mère au Royal Opera House. Elle avait travaillé tellement dur pour peindre tout ces tableaux. J'étais tellement fier d'elle. Je me devais d'assister au vernissage, en tant que modèle et surtout en tant que "fille" de l'artiste. Nous avion aisément eut le droit d'exposer au Royal Opera House car nous étions de grandes habituées et qu'il nous arrivait très régulièrement de faire des dons.

Avec ma mère, nous étions sur place depuis la fin de la matinée pour toutes les préparations de dernière minute. Le matin, je m'étais habillé pour l'occasion. J'avais mis une somptueuse robe bleu ciel en soie avec un col et des manches en fines dentelles. Mes cheveux étaient attachés en deux couettes avec des rubans blancs. Je portais des petites chaussures à petits talons assorties à ma robe, qui, au passage, commençaient à être trop petites pour moi. J'espérais que cela ne se remarquerait pas. Et bien évidemment, je portais l'instrument de torture communément appelé corset. Je me rappelle la première fois que j'en ai mis un. Je croyais sérieusement que mes organes allaient être aplatis à vie !

Une fois l'heure venue, je flânais en regardant les peintures accrochées aux murs. C'était un peu étrange de me voir sur au moins la moitié des tableaux. Et sur une bonne partie d'entre eux, j'étais nue. On ne voyait d'ailleurs pas mes parties intimes, Dieu soit loué ! Je n'étais pas pudique, mais j'avais un secret à garder. Je me rappelais des longues heures de pose que j'effectuais. J'en avais des courbatures ! Mais le résultat en valait la peine et cela faisait plaisir à ma mère. Et je dois avouer que j'aimais ça aussi. J'aimais que l'on me regarde, que l'on m'admire.

Il commençais à y avoir beaucoup de monde quand je tombai sur une étrange... jeune femme ? Elle était très petite de taille, plus que moi. Et elle portait une robe bleu marine. Je n'aurais pas su estimer son âge mais je pense qu'elle n'était pas beaucoup plus vieille que moi.
Elle lâcha un petit rire gêné en me voyant.

-Je suis navrée, pendant un moment je vous ai prit pour une des peintures... Mais ils sont magnifique, les couleurs s'harmonisent très bien et les coups de pinceaux bien délicat qu'on voit à peine les démarcations entre les couleurs... Désolée si vous me trouvez trop bavarde, c'est juste que... Que c'est ma première fois que je vais dans un vernissage... baragouina-t-elle l'air gêné.

Je dois avouer que c'était assez comique de la voir ainsi ! Une nouvelle noble, sans doute ! Ce n'était pas une aristocrate pure souche, c'était certain ! Je lui offrit mon plus beau sourire et lui dit de mon air le plus aimable:

- Je suis ravie que les peintures de ma mère vous plaisent. Je lui ferais part de votre avis. Mais ne serait-il pas plus convenable de commencer la conversation par un "bonsoir" ?

Cette fille n'avait pas l'air bien méchante. Mais je la trouvais très étrange et l'attitude des nouveaux riches avaient une fâcheuse tendance à m'agacer. Cependant, je me devais de rester aimable. Un sourire sied tellement mieux aux jeunes filles !

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 19 Juin - 16:21

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
La jeune femme m'offrit un beau sourire face à la gaffe que je venais de dire, je n'étais pas habituée à ce genre d'événement surtout qu'un mort était dans le coin, j'étais donc plus nerveuse que d'habitude, ça pouvait se voir, mais je préférais de ne rien dire... J'avais beau caché mon don, plutôt mes dons envers les personnes que je croise, j'avais peur qu'ils me trouvent encore plus étrange que je l'étais déjà. Je secouais mentalement la tête avant d'écouter les douces paroles de celle-ci.

-Je suis ravie que les peintures de ma mère vous plaisent. Je lui ferais part de votre avis. Mais ne serait-il pas plus convenable de commencer la conversation par un "bonsoir" ?

-Oui, bien entendu, veuillez m'excuser. Bonsoir, je suis Emiko Weiss et ravie de rencontrer la modèle de ses magnifiques oeuvres fait par votre mère.

dis-je en lui faisant une révérence en souriant doucement avant de me redresser vers cette dernière ou ce dernier ? J'étais très confuse, elle était vêtue de vêtement de femme, mais quelque chose me chatouillait dans toute cette histoire et mes dons de voyance ne me mentait jamais, mais je ne voulais pas en faire une histoire, tout ce que je fis étais de continuer de sourire et de faire comme si rien n'était.

-Si je ne me trompe point, vous êtes Charlie, n'est-ce pas ? J'ai cru voir votre nom sur l'une des oeuvres, c'est pour cela.

ajoutais-je pour me justifier mes paroles pour ne pas qu'elle me trouve davantage étrange, déjà que je l'étais... Un froid me parcourais les épaules tandis que mes poils se redressait légèrement, heureusement que je portais tout de même des manche longues pour qu'elle ne remarque rien d'étrange. Le mort était proche... Je ne pouvais pas me déplacer comme je le voulais, car je ne voulais pas me faire une mauvaise impression. Je vis du coin de l'oeil le mort qui passait à mes côtés, je continuais de sourire à Charlie, si tel est son nom, j'agissais comme si rien n'était avant qu'un idée vient à mes esprits.

-Que direz-vous que l'on promène pour continuer notre conversation ? Dans un endroit plus calme, qu'en dites-vous ?

demandais-je à celle-ci. J'espérais vivement qu'elle accepte... Je ne voulais l'impliquer dans une délire de ma part face à un mort qui prend trop de place et trop d'énergie et qui gâche le moment présent. J'aurais du mal à me faire une bonne réputation après cela. Sinon j'allais devoir m'inventer une excuse pour la quitter et prendre l'air et peut-être aider le mort. En aucun cas, je ne croisais pas son regard au mort, je l'ignorais du mieux que je pouvais.  

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 19 Juin - 16:56

Je regardais attentivement la jeune femme alors qu'elle rectifiait ses paroles et se présentait.

-Oui, bien entendu, veuillez m'excuser. Bonsoir, je suis Emiko Weiss et ravie de rencontrer la modèle de ses magnifiques oeuvres fait par votre mère.

J'acquiesçais sans rien dire. Plus je l'écoutais, plus je la trouvais étrange. Mais je n'aurais su dire qu'est-ce qui me faisait ressentir cela. Tout ce que je peux dire, c'était qu'elle avait l'air nerveuse. Je supposais que c'était à cause du fait que c'était la première fois qu'elle venait à ce genre de soirée ! Ah les faux nobles.

- Si je ne me trompe point, vous êtes Charlie, n'est-ce pas ? J'ai cru voir votre nom sur l'une des oeuvres, c'est pour cela , poursuivait-elle.

- Effectivement. Charlie Rozen. Enchantée de faire votre connaissance , répondis-je simplement avec toujours la même amabilité.

Je faisais mine de rien, mais tout cela me semblait étrange. Il ne me semblait pas que ma mère ait écrit mon prénom sur un des tableaux exposés. Mais en même temps, ce n'était pas comme si personne ne savait que j'étais le modèle de ma mère. Je me faisais peut-être des idées.

-Que direz-vous que l'on promène pour continuer notre conversation ? Dans un endroit plus calme, qu'en dites-vous ? me proposa-t-elle.

J'avais chaud dans cet espace confiné à cause de la foule. Je n'avais pas de raison de refuser sa proposition donc je dis:

- Je veux bien ! Il fait tellement chaud dans cette pièce ! dis-je avec une exagération propre aux femmes.

Je nous frayais un chemin dans la foule jusqu'à ce qu'on arrive dehors. Mes chaussures me faisaient mal aux pieds mais je ne laissais rien paraître. Je regardai autour de moi. Il faisait tellement plus frais dehors et la Lune brillait de mille feux.
Je me tournai vers Mademoiselle Weiss et lui demandai en souriant:

- Parlez moi de vous ! Que faites-vous dans la vie ?

En vérité, je m'en fichais un peu. Mais je voulais juste savoir comment elle était arrivée à son rang. Rien de plus. Un peu de mépris, ça fait toujours du bien !

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Lun 20 Juin - 1:51

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Charlie Rozen, une personne bien aimable cachant quelque chose derrière ce magnifique sourire, comment le sais-je ? Son aura, bien que je suis une médium je peux apercevoir les aura des autres juste en m'approchant davantage. Elle cachait certainement quelque chose, mais je n'étais pas mieux, peut-être qu'à ses yeux j'étais tout aussi étrange et bien elle avait raison, je suis une étrange créature vivant sur la terre.

-Je veux bien ! Il fait tellement chaud dans cette pièce !

Dit-elle avec une exagération. Pour elle il faisait chaud, pour moi j'étais dans une glacière ou même en plein hiver de Londres. Elle nous frayais un chemin parmi la foule jusqu'à l'extérieur. Nous arrivions finalement dehors, je pris une bonne bouffée d'air et le ciel brillait d'une douce lumière de la lune ornant le ciel d'encre. Elle se tournait vers moi avant qu'elle m'adresse un sourire.

- Parlez moi de vous ! Que faites-vous dans la vie ?

- Qu'est-ce que je fais dans la vie? Je vais vous épargnez les détails ennuyeux de mon passé, mais j'étudiais, je peinturais et même je dessinais, ce que je fais toujours et je crée également des magnifique robes, mère est couturière assez réputer parmi tant d'autre. Un jour comme par hasard, j'ai rencontré la reine de la Finlande, Angelica Gotthelf, elle m'a recueillit et je vis à ses côtés dans son palais avec d'autre, ils sont tout à fait charmant, la vie est bien faite.

Dis-je en souriant doucement. Oui, la vie était bien faite. Je soufflais doucement tandis que le froid s'amplifiait... Je ne pouvais pas le nier davantage, le mort m'avait remarquer, j'étais foutue et il ne fallait pas que je tombe dans les pommes, il fallait que je m'éloigne, mais elle me trouverait davantage étrange. J'étais prise entre deux combats entre la relation humaine et la relation d'un mort qui cherche la paix. Il s'approchait de moi se collant à mes côtés tandis qu'il me parlait.

"Vous... Vous me voyez? Vous pouvez m'aider? S'il vous plait ! Je dois retrouver quelqu'un... Lui faire un message très important... Je vous en supplie !"

Dit-il avant qu'il m'empoigne mon bras de ses mains froide, j'en frissonnais davantage, je sentais que mon corps allait se congeler dans moins de deux secondes, je me sentais mal, je n'aurais pas du sortir... Au pire j'aurais du me faire accompagné par quelqu'un comme cela il aurait du inventer une excuse.

"S'il vous plait lâcher moi... Je vais vous aidez, mais pas maintenant... Je vous en supplie... Comprenez-moi"

Lui dis-je par la pensée sans ouvrir ma bouche, j'étais assez forte pour lui communiquer par mes pensées, mais il ne bougeait pas, il restait à mes côtés... Il ne voulait pas comprendre que j'avais besoin d'espace vitale, pas du tout... Mais tout de même je restais souriante face à Charlie, devais-je lui dire ? Ou devais-je rien lui dire ? Après tout elle était humaine et certainement ignorante des espèces qui co-habitaient avec nous dans le monde... Je devais partir... Mais en même temps cela pouvait ouvrir d'autre soupçons.

-Est-ce que vous êtes déjà demandé qu'est-ce que serait-ce votre vie si ce n'était pas celle que vous avez présentement ? Pouvez-vous vous imaginez être quelqu'un d'autre ? Ou même croyez-vous en d'autres existence que les êtes humains ?  

Je lui avais dit ça d'un ton neutre, sans réel sourire. J'étais très sérieuse à cette question, si elle était ouverte je lui allais lui en parler calmement, sinon j'allais m'excuser et passer à autre chose, je devais avoir son accord là-dessus pour continuer mon chemin, j'avais toujours la possibilité de reculer. Un démon n'aurait pas hésiter, ni même un vampire, mais les médiums, qui sont en une partie des êtres humains, il fallait qu'on se fasse comprendre, mon père qui était un sorcier de catégorie noir et mère une médium, nous étions moins accepté... Surtout par mon père qui me méprisait chaque jour, je suis sûr qu'aujourd'hui il le vit très bien sans moi, même mon frère qui ne fait qu'à sa tête et même mère qui m'a cacher des choses, elle n'aimait point père et comme celui-ci s'en doutait il jetait sa colère contre moi puisque j'étais souvent à la maison. Que la vie peut-elle être cruelle, je suis heureuse de vivre avec reine Angelica, Aconit et tous les autres vivant dans le palais, ils étaient charmant, je suis heureuse de ne pas être morte en pleine ruelle suite à une présence d'un mort, j'espérais que cela ne soit pas le cas ce soir.  

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Lun 20 Juin - 9:13

J'écoutais sa réponse, l'air intéressé. Non. Je ne l'étais pas vraiment en fait.

- Qu'est-ce que je fais dans la vie? Je vais vous épargnez les détails ennuyeux de mon passé, mais j'étudiais, je peinturais et même je dessinais, ce que je fais toujours et je crée également des magnifique robes, mère est couturière assez réputer parmi tant d'autre. Un jour comme par hasard, j'ai rencontré la reine de la Finlande, Angelica Gotthelf, elle m'a recueillit et je vis à ses côtés dans son palais avec d'autre, ils sont tout à fait charmant, la vie est bien faite , me racontait-elle.

Bingo ! Qu'est-ce que j'avais dit ? Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'elle ne venait pas d'un milieu noble ! Une histoire classique ! Une jeune fille tout à fait normale qui rencontre une personne influente et finit par vivre à son crochet ! Je me demandais si elle se la jouait Nana. Cette prostituée venant des faubourgs de Paris qui réussit à s'élever socialement pour arriver dans l'aristocratie et pourrit cette dernière. Décidément, Zola hantait mon esprit !
Bien évidemment, je ne lui fis pas part de ces pensées là. A la place, je lui dis avec un grand sourire:

- Vous êtes bien chanceuse !

Parce que cela était vrai ! Personne ne l'aurait nié, dont moi-même ! Cela me faisait halluciner la chance que pouvait avoir certaines personnes alors que je me traînais la malchance depuis des années comme un boulet.
Il y eut un silence pendant quelques seconde avant qu'elle ne me pose une question étrange:

-Est-ce que vous êtes déjà demandé qu'est-ce que serait-ce votre vie si ce n'était pas celle que vous avez présentement ? Pouvez-vous vous imaginer être quelqu'un d'autre ? Ou même croyez-vous en d'autres existence que les êtes humains ?

Sa question était intéressante. Elle méritait qu'on se penche dessus. Mais que répondre ? Est-ce que je croyais en d'autres existences ? Je ne savais pas. Je n'avais aucune idée. Cela ne me semblait pas impossible. J'étais persuadé qu'il y avait une vie après la mort.
Sans m'en apercevoir, j'avais longtemps réfléchi après qu'elle m'est posé la question. La sentant dans l'attente d'une réponse, je lui répondit:

- Je pense que rien n'est impossible. Il y a juste des choses plus probables ou plus absurdes que d'autres. Je n'irais pas jusqu'à dire que je crois aux loups-garous ou au fée mais qui est-on pour tout savoir ?

J'avais un peu perdu mon sourire. Cette question me travaillait. Je pense que cela se lisait sur mes traits.
Un coup de vent passait, je frissonnai. Je commençais à avoir froid. J'aurais dû prendre un manteau. Je ne voulais pas tomber à nouveau malade.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Lun 20 Juin - 21:53

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Étais-je si chanceuse que cela? Non, pas vraiment, non. Je me concentrais uniquement sur sa réaction lorsque je lui demandais si elle croyait à autre chose dans la vie ou que c'est plausible que ces choses-là arrive, c'était peut-être étrange, mais nécessaire pour mon savoir, savoir ce qu'elle en pensait. Peut-être une question piège, mais c'était amusant de savoir que j'avais une idéologie plus haute que la sienne.

-Je pense que rien n'est impossible. Il y a juste des choses plus probables ou plus absurdes que d'autres. Je n'irais pas jusqu'à dire que je crois aux loups-garous ou au fée mais qui est-on pour tout savoir ?

-Des êtres humains tout simplement ou les génies à vous de voir. Londres cachent de sombre secret que vous ignorez, peut-être est-ce mieux ainsi, mais je vous dirais de faire attention à qui vous discutez, je ne dis pas de se méfier de moi, car je n'ai rien d'extraordinaire, mais il y a plusieurs faces cachés en ce monde surtout dans les ruelles de Londres. Des terribles secrets qui nous hantent chaque jour comme chaque nuit, nous pouvons guère le nier, nous sommes entremêler à une existence autre que les êtres humains, plus terrible de qui nous sommes.

Commençais-je doucement avant de m'éloigner légèrement de Charlie. Le mort me suivait et me regardait de ses gros yeux cernés par le temps, sa froideur me couvrait de partout, je savais qu'il était là et je ne pouvais plus vraiment me contenir plus longtemps, surtout qu'il faisait assez frais à l'extérieur.

-Je ne vous demandes pas de me faire confiance, mais assez pour croire que je vous dit la stricte vérité, une parcelle de vérité. Je ne peux pas vous en dire plus puisque certaines oreilles peuvent écouter notre conversation. Et d'après mon instinct vous ne seriez pas prête à l'entendre.

Ajoutais-je en tournant mes talons vers celle-ci apposant mes mains derrière mon dos. J'ancrais mon regard dans le sien, je voyais quelque souvenirs, mais sans plus, mais maintenant tout était clair, ce n'était pas une jeune femme bien ordinaire. Je détournais légèrement mon regard en ayant un sourire qui s'était naquit sur les lèvres teintés de rose.

-Si je vous dis que je peux voir au-delà de ce que vous pouvez voir actuellement, est-ce que vous me croyez ?

Je soufflais doucement et de la buée sortait entre mes lèvres, pourtant il ne faisait pas aussi froid que ce phénomène arrivent. Ce fantôme avait réussit à faire baisser ma température jusqu'au point que je me sente comme en hiver, mais je ne le démontrais guère, mais si quelqu'un me toucherait la peau, je serais glacée comme un morceaux de glace.   

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Lun 20 Juin - 22:29

-Des êtres humains tout simplement ou les génies à vous de voir. Londres cachent de sombre secret que vous ignorez, peut-être est-ce mieux ainsi, mais je vous dirais de faire attention à qui vous discutez, je ne dis pas de se méfier de moi, car je n'ai rien d'extraordinaire, mais il y a plusieurs faces cachés en ce monde surtout dans les ruelles de Londres. Des terribles secrets qui nous hantent chaque jour comme chaque nuit, nous pouvons guère le nier, nous sommes entremêler à une existence autre que les êtres humains, plus terrible de qui nous sommes.

Je l'écoutais... Cette fille avait réussi à capter mon attention. Ses paroles m'hypnotisait. J'avais le sentiment qu'il y avait une grande part de vérité dans ce qu'elle disait. Elles me faisaient froid dans le dos. Je pense que j'avais totalement perdu mon sourire. J'étais le genre de personne à vouloir toujours en savoir plus, souvent à mes dépends. Avant que je ne puisse lui poser toutes mes questions, elle reprit:

-Je ne vous demandes pas de me faire confiance, mais assez pour croire que je vous dit la stricte vérité, une parcelle de vérité. Je ne peux pas vous en dire plus puisque certaines oreilles peuvent écouter notre conversation. Et d'après mon instinct vous ne seriez pas prête à l'entendre.

Elle avait peut-être raison. Mais je voulais savoir. Rester ignorant était l'une des choses que je détestais le plus. Elle se mit à me regarder dans les yeux. J'avais l'impression qu'elle me sondait. C'est à ce moment là que je me rendis vraiment compte qu'elle n'était pas normale. Cela sonnait comme une évidence mais je n'osais pas me croire. C'était peut-être trop fou pour moi à ce moment là. Il faut dire que je ne m'attendais pas à une telle rencontre...

-Si je vous dis que je peux voir au-delà de ce que vous pouvez voir actuellement, est-ce que vous me croyez ? me demanda-t-elle.

La panique s'empara de moi en entendant ces paroles. Voir au-delà du visible... ? J'avais peur pour mon secret. Et si elle savait... ? Qu'est-ce que j'aurais donné pour me cacher sous terre à ce moment là ? Etait-ce pour cela qu'elle m'avait regarder fixement pendant plusieurs secondes ? Je tremblais. Mais pour ne pas montrer la véritable raison de mes tremblements, je fis mine que c'était à cause du froid.
Je restais silencieux un moment, évitant son regard avant de la regarder dans les yeux d'un air sérieux.

- Cela dépend... Qu'est-ce que vous voyez ? Dites franchement, lui demandai-je avec un petit sourire que je voulais rassurant.

A ce moment là, j'étais plus méfiant que jamais. Je me forçais à garder un air aimable. Je priais pour qu'un miracle arrive, pour que ma mère vienne me gronder parce que je suis sorti sans veste ou n'importe quoi.

- Si vous me dites quelque chose de vraisemblable et qui tient debout, je n'ai aucune raison de ne pas vous croire, poursuivais-je.

J'avais besoin d'être sûr. Mais je ne devais pas paraître louche.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Mar 21 Juin - 23:11

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Je continuais de la regarder ou plutôt le regarder, tout était clair dans ma tête, je savais quel était la véritable identité de Charlie et il ne pouvait plus le nier pour moi, du moins j'allais garder son identité secrète , je ne démarre pas de rumeur comme certaine personne de la plus haute importance, on pouvait me faire confiance, j'espérais qu'il le comprenne.

- Cela dépend... Qu'est-ce que vous voyez ? Dites franchement.

Demanda-t-il avec un sourire sur ses lèvres. Ahh, il avait assez confiance en lui pour en savoir davantage, serait-il prêt à connaître la vérité ? De toute façon la majorité des personnes ce soir ne sont pas uniquement humains, mais bien démons et aussi des vampires. Il se méfiait de moi, son aura changeait, c'était intéressant tandis que je gardais mes bras derrière mon dos je continuais de sourire face à celui-ci.

-Si vous me dites quelque chose de vraisemblable et qui tient debout, je n'ai aucune raison de ne pas vous croire.

Poursuivait-il. Ah, si seulement que c'était rien du tout... Bon tant pis, je devais me lancer, j'étais entrer dans les détails alors il fallait que je lui dise la vérité.

-Je vois... Tout.. On peut me considéré comme une médium, oui médium est un bon mot pour me décrire. Dès notre rencontre j'ai su qu'il y avait quelque chose, mais je l'ignorais jusqu'à ce que je découvre que votre vraie identité est un jeune homme a peu près de la même tanche d'âge que moi. Je peux percevoir les auras des autres, de leurs émotions et surtout je peux communiquer avec les morts et il y en a un présentement à mes côtés qui me fait congeler depuis tout à l'heure, c'est les inconvénient d'être un médium, mais si vous me croyez pas, je ne vous forcerez pas non plus.

Dis-je en soufflant doucement avant de tourner légèrement les talons pour retourner vers l'intérieur pour me réchauffer rien qu'un petit peu, mais je n'allais pas dans la salle où se tenait l'exposition, mais proche de l'entrée tout simplement. Si Charlie voulait en savoir davantage il n'avait qu'à me suivre, sinon je continuerais ma petite visite pour me donner de l'inspiration, mais le pire arrivait... Je restais figée, le monde se figeait également, le froid s'amplifiait dans la pièce... Le mort prenait de l'ampleur, je savais que c'était uniquement dans ma tête et que je devais être une statue pour les autres personnes passant par là. Le mort me guidait vers la salle où se tenait parfois les pièces de théâtre, je fixais certainement dans le vide, mais ce qui se passait dans mon esprit était bien plus que cela... Une scène se déroulait devant mes yeux, j'en tremblais légèrement, une scène de crime, le mort qui me montrait son passée, il m'avait forcée à le faire, c'est alors que je revenais à la réalité, mais s'en était trop pour moi que je tombais dans les pommes à l'abris des regards, mon corps n'en pouvait plus, ni mon esprit... Ainsi va la vie d'une médium.  

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Mar 21 Juin - 23:49

Bien rapidement, Emiko commença à m'expliquer:

- Je vois... Tout.. On peut me considéré comme une médium, oui médium est un bon mot pour me décrire.

Au début, je pensais que c'était une blague. Mais elle disait ça avec tellement de sérieux, je me sentais obligé de la croire ! Cela peut sembler fou, mais c'était vrai. Elle continua:

- Dès notre rencontre j'ai su qu'il y avait quelque chose, mais je l'ignorais jusqu'à ce que je découvre que votre vraie identité est un jeune homme a peu près de la même tanche d'âge que moi.

Je le savais: elle savait. J'avais envie de prendre les jambes à mon cou. J'avais peur qu'elle aille dire cela aux gens. Mais je ne le fis pas. Je ne savais pas comment elle avait fait pour le deviner. J'avais tant de questions qui se bousculaient dans ma tête. Cela faisait tellement d'années que je camouflais ma véritable identité et voilà qu'une fille qui était à peine plus vieille que moi la découvrait en moins d'une demi-heure. Comme si tout ce que j'avais fait ne comptait plus. C'était dur à accepter.
Et comme si elle lisait dans mes pensée, elle poursuivit:

- Je peux percevoir les auras des autres, de leurs émotions et surtout je peux communiquer avec les morts et il y en a un présentement à mes côtés qui me fait congeler depuis tout à l'heure, c'est les inconvénient d'être un médium, mais si vous me croyez pas, je ne vous forcerez pas non plus.

Même avec ces explications, j'avais encore tellement de questions qui restaient sans réponse. Alors que je m'apprêtais à la questionner, elle tourna les talons et rentra à l'intérieur. Je restais planté là plusieurs secondes. Puis je me décidai à la rattraper. Mais le temps que j'arrive à l'intérieur, elle s'était déjà éloignée. J'essayais de la rattraper sans la perdre de vue, mais ce n'était pas évident avec mes chaussures.
Je la vis entrer dans une salle de théâtre. Ainsi je la suivais. J'ouvris la lourde porte et devant mes yeux, Emiko tomba dans les pommes.
Je fus pris de panique. Que faire dans cette situation ? Je me précipitai vers elle et m'accroupit.

- Mademoiselle ? l'appelai-je en la secouant.

J'espérais qu'elle reprendrait connaissance. Ce n'était en aucun cas de l'affection ou quoi, enfin je pense. Mais j'avais tant de questions à lui poser ! Et je ne voulais pas avoir la mort de quelqu'un sur la conscience ! Je dramatisais un peu à ce moment là, mais c'était vraiment ce que je ressentais. Mais est-ce que le sort de cette pauvre fille m'inquiétait vraiment ? Je ne saurais dire...

- Réveillez vous ! Mademoiselle ! répétai-je en la secouant plus fort.

Je commençais à élever la voix comme si ça allait changer quelque chose. Ce comportement ne me ressemblait pas. J'étais vraiment en panique. C'était la première fois que quelqu'un tombait dans les pommes sous mon nez et que j'étais seul. Je ne savais pas quoi faire. Je n'avais même pas pensé à l'asperger d'eau !

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Mer 22 Juin - 0:52

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Je sentais que quelqu'un me secouait, mais je ne bougeais pas davantage, j'avais froid... Je voulais rentrer et me réchauffer dans un beau bain et aller me reposer dans mon lit douillet, mais je n'étais pas au palais, mais à la salle de théâtre là où que je m'étais évanouis... Sa voix qui venait aux creux de mes oreilles.

-Réveillez vous ! Mademoiselle !

Dit-il en m'appelant et en me secouant davantage. Je pris un long moment avant de reprendre un peu conscience. J'ouvris les yeux voyant Charlie qui était accroupit proche moi, je sentais sa présence, mais le mort n'y était plus. Je pris un autre petit moment avant de me redresser lentement avant de porter ma main sur mon front soufflant doucement.

-Suis-je toujours au théâtre ?

Demandais-je regardant autour de nous voyant que nous étions bel et bien dans le théâtre. Je hochais doucement la tête en restant assise avant de regarder Charlie, ses émotions était mélanger, il n'avait pas sur quoi faire, mais le simple fait qu'il ait tenté quelque chose me fit sourire.

-Je.. Je vous remercie d'avoir tenté de m'aider, je sais que c'est dur de vivre ce genre de situation, veuillez m'excuser si je vous ai fait peur... Cela arrive lorsque je vis trop d'émotions en même temps et surtout le froid.. Cela m'est arrivée quelques mois plus tôt...

Ajoutais-je pour m'expliquer tandis que je touchais mes bras, il avait la température normal, je n'étais plus froide comme de la glace, fort heureusement. Je me redressais tranquillement et une fois debout je fixais correctement ma robe avant de lui tendre ma main pour l'aider à se redresser, une fois qu'il était debout, je le regardais d'un air quelque peu attendrit avant de regarder autour de nous.

-Je suis sûr que vous avez plusieurs questions qui vous trottent dans l'esprit, vous pouvez me les poser si vous en avez envie.

Je posais une nouvelle fois mon regard en sa direction tandis que je glissais mes mains derrière mon dos en ne cessant pas de sourire légèrement. J'étais un peu claqué par ce qui venait de se produire, mais cela devait certainement mieux aller d'ici quelque minute.  

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Mer 22 Juin - 1:39

Je fus tellement rassuré quand elle rouvrit les yeux. Je pouvais respirer. Elle semblait un peu perdu mais elle allait bien. C'était le principal.

-Suis-je toujours au théâtre ? me demanda-t-elle.

Je fis oui de la tête. Même si elle allait mieux, mon coeur battait toujours fort dans ma poitrine. Peu à peu, je sentais l'adrénaline redescendre. Je ne sais pas du tout quelle tête je faisais, mais je devais avoir l'air pâlot, comme toujours j'ai envie de dire.

-Je.. Je vous remercie d'avoir tenté de m'aider, je sais que c'est dur de vivre ce genre de situation, veuillez m'excuser si je vous ai fait peur... Cela arrive lorsque je vis trop d'émotions en même temps et surtout le froid.. Cela m'est arrivée quelques mois plus tôt... dit Emiko d'un air navré.

Elle avait de quoi être navrée ! J'avais failli faire une attaque ! J'estimais avoir eu de la chance de ne pas m'être uriné dessus ! J'exagérais un peu mais j'avais eu peur. Mais j'eus la décence (et la fierté) de ne pas lui dire. A la place, je la rassurai:

- Ce n'est pas grave...

Je la regardais se relever. Elle réarrangea sa robe et m'aida à me relever. Elle aurait pu m'aider d'abord à me relever puis seulement après réarranger sa robe. Mais il ne fallait pas trop en demander aux nouveaux nobles. Elle me regarda quelques instants puis autour de nous. Et elle entra enfin dans le sujet qui m'intéressait.

-Je suis sûr que vous avez plusieurs questions qui vous trottent dans l'esprit, vous pouvez me les poser si vous en avez envie.

Bien évidemment que j'avais des questions ! C'était la seule raison pour laquelle je l'avais suivi quitte à me tuer les pieds ! Donc je n'hésitais pas à lui poser mes questions. Quoique j'essayais de n'avoir pas l'air trop impatient. Je restais calme comme une parfaite Lady.

- Effectivement, j'ai plusieurs questions, commençai-je. D'abord, comment avez-vous su ma véritable identité ? Allez-vous en parler à qui que ce soit ? Qui était ce mort tout à l'heure ? Pourquoi vous collait-il ? Qu'est-ce que vous pouvez voir d'autre ? D'où viennent vos pouvoirs ? En avez-vous d'autres ?

Je m'efforçais de parler à un rythme modéré et malgré le fait qu'elle ait découvert ma propre identité, je continuais à parler avec une voix de fille et de me comporter comme telle. Cependant, je n'arrivais plus à sourire.
J'attendais avec empressement ses réponses.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Jeu 23 Juin - 1:25

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Au moment précis où que je fis ma remarque qu'il pouvait me poser les questions qui lui trottait en tête. Je le sentais venir, peu importe comment ses mots allait sortir j'allais rester patiente et très courtoise et essayer de lui répondre plus honnêtement que possible.

- Effectivement, j'ai plusieurs questions, commença-t-il. D'abord, comment avez-vous su ma véritable identité ? Allez-vous en parler à qui que ce soit ? Qui était ce mort tout à l'heure ? Pourquoi vous collait-il ? Qu'est-ce que vous pouvez voir d'autre ? D'où viennent vos pouvoirs ? En avez-vous d'autres ?

Je penchais légèrement la tête avant de m'adosser légèrement contre le murs qui se situait non-loin de moi, tandis que je regardais Charlie d'un air sincère.

-Un de mes pouvoirs est de voir les auras des autres, leurs émotions et on peut dire que je vois qui est la personne qui se tient en face de moi, son genre, son prénom en voyant juste un vague souvenir, si cela se produit, mais c'est très rare. Donc vous êtes l'heureux élus sur qui cela est tombés, mais ne vous en faites pas, je ne le dirais à personne, je ne suis guère comme cela.

Commençais-je calmement. Je glissais une main sur ma nuque et je respirais lentement... Le froid commençait à me manquer... Le corset semblait plus serrer comme cela, je détestais en porter, mais c'était un moyen de cacher les formes des jeunes filles et certainement pour autre chose...

-Ce mort est toujours inconnu à mes yeux, mais un tragique incident c'est produit ici même, mais la presse l'ignore et les meurtriers, si je peux les nommer ainsi on cachés le corps non loin du Royal Opera House, car son esprit traîne dans les environs. Il voulait que je l'aide, que je libère de sa souffrance, mais pour cela il faut qu'il se pardonne et pardonne les autres, sinon il restera toujours ainsi, un simple esprit errant.

Ajoutais-je toujours du même ton, mais sans être monotone. Je me retirais du mur sur lequel je m'étais adossé avant de m'avancer légèrement vers Charlie avant que je baisse mon regard.

-Je peux tout voir, aura, les émotions et parfois des parcelles du futur dans des endroits précis, mais cela ne dure que quelques secondes, j'apprend à me contrôler, mais c'est dur d'être dans un endroit publique surtout lorsqu'un mort se colle tout le temps. Honnêtement... Mes pouvoirs proviennent de ma famille, la famille Weiss. Mon père est sorcier de magie noir et mère est une médium, il faut dire que les femmes on hérité le don de voir les morts tandis que les hommes on le total contrôle. Père travaille pour la banque et mère comme couturière pour sa propre compagnie, on aurait pu ce faire un nom en étant noble, mais père ne voulait rien savoir et aussi... Père me déteste, mère m'a mentit et mon frère.. Il n'est pas le bon exemple, il me tuerait sans hésité s'il cela serait une question d'argent.

Dis-je en devenant plus froide à ma dernière phrase. Je ne racontais pas de salade, ce que je disais était la stricte vérité. Père aurait voulu que je naisse pas et mère à tromper père, il est donc normal qu'il se défoule sur moi. Je levais mon regard de nouveau vers Charlie en lui adressant un léger sourire.

-Mais rien est impossible pour que je devienne plus forte. De plus, les sorcières ne sont pas uniquement présent dans la ville, mais d'autres dont vous direz que c'est impossible que cela soit le cas pourtant je vous dis la vérité, je peux percevoir qui sont "humains" ou les "autres". Mais... Vous en savez déjà trop et à cause de moi... Vous...

Ajoutais-je en me reculant légèrement réalisant ce que je venais de dire, je lui avais tout dévoiler de ce monde et je n'aurais pas du à cause de cela il sera une très bonne cible. Je me détestais... Je tremblais légèrement fixant le vide avant de le regarder à nouveau d'un air bien plus que sérieux.

-Promettez-moi que vous ne le direz à personne, c'est votre vie qui est en jeu désormais, tout cela à cause de moi... Je... Je n'aurais pas du tout vous dire, c'était une erreur.. Une terrible erreur...

Il fallait que je parte, il était davantage en danger en ma présence... Mais si je le quittais, allaient-ils l'attaqué ? C'était un véritable dilemme, je ne savais plus quoi faire... J'étais plus que songeuse, j'étais angoissée...
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Jeu 23 Juin - 10:43

-Un de mes pouvoirs est de voir les auras des autres, leurs émotions et on peut dire que je vois qui est la personne qui se tient en face de moi, son genre, son prénom en voyant juste un vague souvenir, si cela se produit, mais c'est très rare. Donc vous êtes l'heureux élus sur qui cela est tombés, mais ne vous en faites pas, je ne le dirais à personne, je ne suis guère comme cela, m'expliqua-t-elle.

Je n'étais pas sûr que "heureux élu" était le bon terme. Je n'entendais pas la chose de la même façon. Mais je fus rassuré en entendant qu'elle n'allait rien dire. En même temps, elle avait plutôt intérêt.
Je la regardais, elle avait l'air mal à l'aise. Un peu comme moi avec mes chaussures... Mais elle reprit ses explications.

-Ce mort est toujours inconnu à mes yeux, mais un tragique incident c'est produit ici même, mais la presse l'ignore et les meurtriers, si je peux les nommer ainsi on cachés le corps non loin du Royal Opera House, car son esprit traîne dans les environs. Il voulait que je l'aide, que je libère de sa souffrance, mais pour cela il faut qu'il se pardonne et pardonne les autres, sinon il restera toujours ainsi, un simple esprit errant.

Tout cela me semblait à la fois irréaliste et possible. Je ne savais pas quoi penser. Si j'aurais été enfant à ce moment là, j'aurais été tout excité en entendant cela. Je me serais cru dans un livre d'Oscar Wilde. Mais là, j'étais bientôt adulte et c'était la réalité et non pas la fiction.
Je crus qu'elle eût finit ses explications mais elle continua:

-Je peux tout voir, aura, les émotions et parfois des parcelles du futur dans des endroits précis, mais cela ne dure que quelques secondes, j'apprend à me contrôler, mais c'est dur d'être dans un endroit publique surtout lorsqu'un mort se colle tout le temps. Honnêtement... Mes pouvoirs proviennent de ma famille, la famille Weiss. Mon père est sorcier de magie noir et mère est une médium, il faut dire que les femmes on hérité le don de voir les morts tandis que les hommes on le total contrôle. Père travaille pour la banque et mère comme couturière pour sa propre compagnie, on aurait pu ce faire un nom en étant noble, mais père ne voulait rien savoir et aussi... Père me déteste, mère m'a mentit et mon frère.. Il n'est pas le bon exemple, il me tuerait sans hésité s'il cela serait une question d'argent.

L'entendre parler de sa famille me rappelait la mienne. Je ne savais si je devais m'estimer plus chanceux par rapport à ça... Eugénie, ma défunte soeur, était aussi ma meilleure et aussi ma seule amie... J'aurais donné tout pour elle... Et depuis la mort de ma soeur et jusqu'à sa propre mort, mon père était distant avec moi, à part à quelques moments où il était particulièrement intentionné et attentif envers moi... Et puis il y avait maman... Tout le monde avait une mère, mais peu d'entre eux avait la chance d'avoir une maman... Une mère est juste la personne qui nous met au monde. Mais une maman est une personne qui nous aime et qui s'occupe de nous. C'était plutôt rare à l'époque, surtout chez les nobles chez qui les domestiques faisaient tout le travail. De côté là, j'avais peut-être plus de chance qu'elle...
Alors que je crus encore que ses explications étaient finies, elle reprit en me faisant un petit sourire.

-Mais rien est impossible pour que je devienne plus forte. De plus, les sorcières ne sont pas uniquement présent dans la ville, mais d'autres dont vous direz que c'est impossible que cela soit le cas pourtant je vous dis la vérité, je peux percevoir qui sont "humains" ou les "autres". Mais... Vous en savez déjà trop et à cause de moi... Vous...

Je... ? Elle semblait culpabiliser... Mais culpabiliser de quoi. Je fronçais les sourcils.

- Dites moi, lui ordonnai-je.

-Promettez-moi que vous ne le direz à personne, c'est votre vie qui est en jeu désormais, tout cela à cause de moi... Je... Je n'aurais pas du tout vous dire, c'était une erreur.. Une terrible erreur...

Cela pouvait vous paraître étrange, mais cela m'était indifférent. Je me mis à rire d'une façon presque méprisante. Depuis ma naissance ma vie était en jeu ! Je vins m'asseoir sur un siège.
Je calmai mon rire.

- Vous savez... Depuis ma naissance ma vie est menacée. J'ai failli mourir dès la naissance. Je ne compte plus le nombre de fois où des maladies auraient pu me tuer. Et puis il y a les gens. Je suis le seul héritier de l'entreprise Rozen Maiden, une des plus grandes entreprises d'Europe et qui commence à s'imposer sur le nouveau continent. Mon père avait beaucoup d'ennemi, mon grand-père a ruiné un bon nombre d'entreprise. Le fait qu'on croit que je suis une fille ne me protège pas. Les gens savent que malgré mon supposé sexe ma mère, actuelle régente de l'entreprise, ne laissera pas l'entreprise entre d'autres mains que les miennes. C'est une raison suffisante pour que l'on essaie de me tuer pour récupérer cette richesse. Les Hommes sont prêts à tout pour l'argent et la gloire, même si tout le monde dira le contraire. Vous m'avez dit toutes ces choses. Ce qui est fait est fait.

Je gardais toujours ma voix de fille. Je suppose que cela était étrange à l'entente de mon discours qui serait peu approprié à une jeune fille. Mais je m'en fichais. Parce que si quelqu'un entrait à ce moment là, mon secret ne vivrait plus tellement longtemps...

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Jeu 23 Juin - 21:38

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Charlie se mit à rire, son rire fut un écho partout dans la salle vide que ça m'en donnait des frissons. Nous étions pratiquement plus seul... Il vint prendre place sur un siège et tout en taisant son rire avant de s'expliquer. Son rire était tellement venu rapidement que j'ai sursauté un peu.

-Vous savez... Depuis ma naissance ma vie est menacée. J'ai failli mourir dès la naissance. Je ne compte plus le nombre de fois où des maladies auraient pu me tuer. Et puis il y a les gens. Je suis le seul héritier de l'entreprise Rozen Maiden, une des plus grandes entreprises d'Europe et qui commence à s'imposer sur le nouveau continent. Mon père avait beaucoup d'ennemi, mon grand-père a ruiné un bon nombre d'entreprise. Le fait qu'on croit que je suis une fille ne me protège pas. Les gens savent que malgré mon supposé sexe ma mère, actuelle régente de l'entreprise, ne laissera pas l'entreprise entre d'autres mains que les miennes. C'est une raison suffisante pour que l'on essaie de me tuer pour récupérer cette richesse. Les Hommes sont prêts à tout pour l'argent et la gloire, même si tout le monde dira le contraire. Vous m'avez dit toutes ces choses. Ce qui est fait est fait.

Je posais une main proche de mon coeur en fermant les yeux un moment avant de rester où que j'étais. Je n'étais pas trop loin de Charlie tant que je ouvris mes yeux plus confiante que jamais.

-Ne vous en faites pas, je n'ai peut-être pas de pouvoir extraordinaire, mais je ferais tout en mon possible pour vous aidez, mais je ne peux rien vous garantir de concret, mais je vous promet de gardez votre secret si vous en faites de même pour les miens.

Dis-je avant de retirer ma main et de tendre l'autre pour lui faire un serre main pour "conclure" la sorte d'accord. Mais au moment que je tendais ma main la porte de la salle s'ouvrit, se donnant sur un homme environs dans la vingtaine et plus qui nous regardait avant qu'il fronce les sourcils.

-J'ignore ce que vous faites ici, mais personne n'a le droit d'y entrer.

-Qui êtes-vous pour nous demandez de sortir ? Êtes-vous le directeur ou un gardien ? Pourtant si ne voulez pas que quelqu'un y entre il fallait verrouillé les portes pour nous empêchez d'y entrer, de plus nous faisons aucun mal à personne.

Ajoutais-je sachant que nous avons rien fait de mal. Je serrais légèrement les dents voyant que son aura était caché, j'ignorais avec qui j'avais à faire. Je le voyais très bien qu'il regardait Charlie qui se trouvait derrière moi. Je fermais les yeux tout en me concentrant légèrement avant que je sente la froideur du fantôme avec qui j'avais fait affaire plus tôt. Il se tenait à mes côtés, nous formions plus qu'un. Je ouvrais mes yeux pour regarder le jeune homme avant de glisser mes mains derrière mon dos.

-Connaissez-vous un certain Caleb Travis ? Si je ne m'abuse il a déjà travaillé ici, mais un jour il a disparu, savez-vous où qu'il est ?

Dis-je en m'approchant du jeune homme qui entrait plus dans la pièce et fermait la porte derrière lui. Il me jetait un de ses regard, comme s'il me méprisait... Il secouait légèrement la tête avant qu'il s'adosse contre la parois de la porte avant qu'il glisse une main dans sa chevelure brune.

-Tout est passé tellement vite, il est monté en hauteur pour réparer l'éclairage qui s'est brisé, mais il a fait une chute... Sur le coup il était mort, comme il n'avait pas de famille nous l'avons caché non loin du Royal Opera House.

Dit-il avant qu'il redresse son visage vers le miens avant qu'il s'approche de moi, posant ses mains sur mes épaules avant qu'il se baisse pour être à ma hauteur.

-Dites-moi comme le savez-vous? Quelqu'un vous l'a dit? Hein ?! Qui vous l'a dit !!!

Cria-t-il à mon intention. Je gardais mon calme et je le regardais voulant me défaire de son emprise, mais il appuyait un peu plus ses mains sur mes épaules.

- "Il" me l'a dit. Je peux voir les morts et communiquer avec eux, mais sans votre aide il ne me quittera jamais et viendra vous hantés par la suite, dites quelque chose, que vous êtes désolés de ce qu'il s'est produit, il a besoin de pardon pour cheminer vers l'au-delà...

-M'excuser ? Ce n'est de pas de MA faute s'il est TOMBÉ de là-haut. Et vous qui vous dites que vous parlez au mort, est-ce une blague de votre part ? À votre âge vous savez ce qu'on fait au menteur ? On l'est punis !

-Par contre... Je ne mens pas, monsieur Blake.

Dis-je d'un ton calme et posé, tandis que lui s'entraînait vers la folie, il ricanait jusqu'au pleurs avant qu'il se redresse avant qu'il relâche son emprise sur moi.

-Je ne vais pas m'excuser ! Car ce n'est pas de ma...

Au même moment qu'il parlait, les lumières de la salle vacillait. Il regardait partout quelque peu apeuré avant qu'il me regarde à nouveau.

-Est-ce vous ?

-Non. Lui. Dites-lui que vous excusez et il vous pardonnera, sinon vous craindrez le pire.

Tranchais-je un peu ennuyé par la situation. Le jeune homme regardait autour de lui avant qu'il se lance dans un discours hors du commun, comme quoi il s'excusait de ce qu'était produit, qu'il aurait du en parler plus tôt et l'enterrer dignement plutôt que dans une ruelle abandonnée... Après ses paroles, le mort, Caleb Travis, me regardait, il me souriait avant de me remercier et de disparaître. L'humain Blake me regardait tremblant comme une feuille avant qu'il nous laisse de nouveau tranquille dans la salle. Je n'avais pas porté attention à Charlie pendant tout ce temps, mais je le regardais en lui souriant doucement.

-C'est comme ça que je travaille pour aider les morts, intéressant n'est-ce pas ? C'est une lourde tâche, mais je fais de mon mieux...
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Jeu 23 Juin - 23:18

Je regardais Emiko poser une main sur son coeur et fermer les yeux. Je la regardais avec froideur.
Elle rouvrit les yeux et me dit:

-Ne vous en faites pas, je n'ai peut-être pas de pouvoir extraordinaire, mais je ferais tout en mon possible pour vous aidez, mais je ne peux rien vous garantir de concret, mais je vous promet de gardez votre secret si vous en faites de même pour les miens.

Bien évidemment que j'allais garder son secret. Mon secret était entre ses mains, et le sien entre les miennes. Nous étions quittes. Elle me tendit la main nous fûmes interrompus. Quelqu'un avait ouvert la porte. Je me tournais donc vers elle. Je vis Monsieur Blake.
Je connaissais cet homme. Il avait la vingtaine et travaillait souvenant avec mon cousin Jack. J'étais très proche de ce dernier. C'était non seulement mon cousin mais aussi mon professeur de chant, de danse, de théâtre et de piano. Quand il ne voyageait pas, il était metteur en scène. Il avait souvent mis en scène des pièces de théâtre et des opéras qui devaient être joué au Royal Opera House. C'était l'un des plus grands metteur en scène de son temps.
Enfin bref, revenons à Monsieur Blake. Je n'avais pas une haute estime de lui. Il avait même voulu m'épouser ! Bien évidemment, j'avais refusé. Je pense qu'il l'avait très mal pris. Je m'en fichais.

-J'ignore ce que vous faites ici, mais personne n'a le droit d'y entrer, dit-il.

-Qui êtes-vous pour nous demandez de sortir ? Êtes-vous le directeur ou un gardien ? Pourtant si ne voulez pas que quelqu'un y entre il fallait verrouillé les portes pour nous empêchez d'y entrer, de plus nous faisons aucun mal à personne, répondit Emiko.

J'écoutais leur échange sans y intervenir. Sinon, je sentais que j'allais être méchant à l'égard de Blake qui me dévisageait d'une façon qui me déplaisait fortement. Je le regardais froidement, le genre de regard que s'il pouvait, il vous transformerait en glace.

-Connaissez-vous un certain Caleb Travis ? Si je ne m'abuse il a déjà travaillé ici, mais un jour il a disparu, savez-vous où qu'il est ? demanda Emiko.

Caleb Travis ? Mon cousin m'avait déjà parlé de lui mais sans plus. Je ne le connaissais pas personnellement.

-Tout est passé tellement vite, il est monté en hauteur pour réparer l'éclairage qui s'est brisé, mais il a fait une chute... Sur le coup il était mort, comme il n'avait pas de famille nous l'avons caché non loin du Royal Opera House, répondit Blake.

C'était pour cela que je n'aimais pas Blake. C'était un homme lâche. J'assistais toujours à cet échange sans intervenir. J'estimais que je n'avais pas à le faire.
Il s'approcha d'Emiko, mit ses mains sur ses épaules et se mit à sa hauteur. Cette jeune femme était vraiment petite !

-Dites-moi comme le savez-vous? Quelqu'un vous l'a dit? Hein ?! Qui vous l'a dit !!! cria-t-il.

Qu'est-ce que cet homme était pathétique ! Il me donnait mal à la tête en plus !

- "Il" me l'a dit. Je peux voir les morts et communiquer avec eux, mais sans votre aide il ne me quittera jamais et viendra vous hantés par la suite, dites quelque chose, que vous êtes désolés de ce qu'il s'est produit, il a besoin de pardon pour cheminer vers l'au-delà...

-M'excuser ? Ce n'est de pas de MA faute s'il est TOMBÉ de là-haut. Et vous qui vous dites que vous parlez au mort, est-ce une blague de votre part ? À votre âge vous savez ce qu'on fait au menteur ? On les punis !

-Par contre... Je ne mens pas, monsieur Blake.

Emiko était très calme alors que Blake paraissait fou. C'était comique ça !

-Je ne vais pas m'excuser ! Car ce n'est pas de ma...

Il s'interrompu quand les lumière commencèrent à vaciller. Je regardais autour de moi en fronçant les sourcils. C'était le mort. Je le savais. Mais je n'avais pas peur. Je savais qu'il n'allait pas me faire de mal.

-Est-ce vous ?

-Non. Lui. Dites-lui que vous excusez et il vous pardonnera, sinon vous craindrez le pire.

Alors Blake commença à se repentir de la manière la plus pathétique qu'il soit à mes yeux. Au cas ou vous ne l'avez pas remarqué, je méprisais cet homme. J'étais content que cette chose lui arrive. Etais-je sadique ? Sûrement. Je me retenais de rire, même si j'avais un petit sourire au coin des lèvres.
Après cela, il prit les jambes à son cou et se sauva, nous laissant seuls Emiko et moi. Je tournai mon regard vers cette dernière.

-C'est comme ça que je travaille pour aider les morts, intéressant n'est-ce pas ? C'est une lourde tâche, mais je fais de mon mieux...

J'acquiesçais en souriant courtoisement puis je détournai le regard. Je crois qu'au fond j'admirais son travail même si je ne l'aurait jamais admis.

- Je connais cet homme. Il travaille avec mon cousin des fois. L'année dernière, il m'a demandé ma main. Chose que j'ai refusée ! Je trouve cet homme infâme ! lui avouai-je.

En parlant, je retirai l'une de mes chaussures. Elles m'avaient charcuté les pieds ces *bip* ! Mes tendons et mes orteils avaient une sale mine ! Ne voulait pas voir cette chose qu'était mon pied plus longtemps, je remis ma chaussure. J'avais envie de vomir en voyant ça.

- Il a longtemps insisté pour que je l'épouse ! Mais je n'avais pas envie d'épouser un homme, déjà c'était un homme, ayant la vingtaine alors que je venais à peine d'avoir douze ans !

Je déversais toute ma haine pour cet homme.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Sam 25 Juin - 1:43

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Charlie acquiesça mes propos en souriant avant qu'il ne détourne le regard, je continuais de même à le regarder pour remarquer ses réactions quelconque.

- Je connais cet homme. Il travaille avec mon cousin des fois. L'année dernière, il m'a demandé ma main. Chose que j'ai refusée ! Je trouve cet homme infâme !

M'avoua-t-il. Alors ce Blake avait demandé la main à Charlie, c'était étrange... Je n'avais pas vu son aura à cet homme, comment avait-il fait ça ? Personne ne sait comment... À moins qu'il soit démon ou encore sorcier, ce qui ne serait pas impossible, mais au moins il n'a rien fait de mal, ni à Charlie, ce qui expliquerait pourquoi il l'a regardé ainsi. Mes épaules me faisait mal... Il m'avait tellement serré les épaules que j'en avait mal et je pouvais pas vraiment surtout pas en face de Charlie... Je passais ma main sur l'une de mes épaules avant de la frotter en douceur.

-  Il a longtemps insisté pour que je l'épouse ! Mais je n'avais pas envie d'épouser un homme, déjà c'était un homme, ayant la vingtaine alors que je venais à peine d'avoir douze ans !

Alors là c'était exagéré d'épousé quelqu'un de cet âge, surtout que Charlie à la base était un homme, ça aurait été étrange, sauf s'il aime les hommes c'est ses affaires pas les miennes. Les amours... J'avais aimé une fois un chasseur, mais son histoire était particulière jusqu'à ce qu'il disparaisse... Et surtout qu'un démon ait volé mon premier baiser c'était intense comme situation, il m'a poussé à le faire, il avait été si prêt que moi que je l'ai fait et je le regrette quelque peu... Je sentais mes joues se roussir face à mes pensés quelque peu douteuse et je secouais légèrement la tête avant de revenir à la réalité.

- Je ne pense plus qu'il va vouloir vous épousez désormais, il a tellement eu peur qu'il n'osera plus vous approchez, car vous étiez avec moi...

Dis-je sur un ton neutre avant de regarder autour de moi. Je m'avançais un peu plus vers la scène avant d'y monter dessus et de regarder la grande salle, elle était tout de même immense et pouvait y avoir plusieurs personne. Plus je m'avançais sur la salle et mon pied s'appuyais sur une trappe, mais qui s'ouvrait, mais qu'habituellement ne serait pas le cas, je me sentais tomber, mais je m'accrochais rapidement sur le bord, je me retenant pour ne pas tomber dans le noir... Je balançais mes pieds pour m'aider à remonter, mais impossible, j'ai du mettre tout mes efforts pour remonter de toute mes bras. Je sortais du trou en soufflant doucement avant de m'éloigner de ce trou. Mon coeur battait tellement fort que j'appuyais mon front contre le plancher. Je restais comme ça un moment avant de me redresser et descendre de la scène comme si rien ne s'était passé.

- Peut-être devrions-nous retourné au vernissage de votre mère, peut-être elle se demande où que vous évitez passé et il ne faudrait pas qu'elle s'inquiète..

Dis-je avant de m'approcher vers la porte et j'essayais de l'ouvrir, mais elle était verrouillée, je tentais de l'ouvrir, mais elle ne bougeait pas... Nous étions enfermés.. Je poussais un soupir avant de mettre tout mon poids contre la porte.

- Nous sommes enfermés, une idée ? Peut-être pouvons-nous empruntés les coulisses et sortir vers l'extérieur et revenir vers l'entré pour revenir vers l'entrée, qu'en dites-vous ?

C'était notre seul sortie de secours et de plus cette histoire ne me plaisait pas du tout... Quelque chose clochait dans tout ça et dans tous les cas je me devais de protéger du mieux que je pouvais Charlie, j'étais peut-être médium, mais j'avais toujours mes esprits pour pouvoir m'être utile envers celui-ci.
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Sam 25 Juin - 7:53

Je tournai ma tête vers Kitomi. Elle se mit à rougir pour une raison qui m'échappait. Je n'ai pas cherché à savoir. Des souvenirs peut-être ? Même si je ne pensais pas qu'un souvenir pouvait nous faire rougit. Ce n'était qu'un souvenir.

- Je ne pense plus qu'il va vouloir vous épousez désormais, il a tellement eu peur qu'il n'osera plus vous approchez, car vous étiez avec moi... dit-elle.

Je ne répondais rien et la regardais monter sur la scène et balayer la salle du regard. Blake avait déjà plus envie de m'épouser avant. L'envie lui était passée soudainement. Et je m'en estimais heureux. Même si je me demandais si Jack n'avait pas quelque chose à voir dans cette histoire.
J'observais Kitomi marcher sur la scène et d'un coup tomber à l'intérieur. La trappe. Je n'ai pas bougé d'un pouce. Il n'y avait pas vraiment de risque. J'étais déjà tombé en dessous, je m'étais tordu la cheville mais il faut savoir que j'étais en sucre à cette époque. Je m'en fichais que Kitomi tombe. Dit comme ça, cela peut pas paraître cruel mais c'était la vérité.
Elle remonta toute seule comme une grand, non sans mal, mais elle remonta. Puis elle descendit de la scène qui comme rien ne s'était produit.

- Peut-être devrions-nous retourné au vernissage de votre mère, peut-être elle se demande où que vous évitez passé et il ne faudrait pas qu'elle s'inquiète... me recommanda-t-elle.

J'étais plutôt d'accord donc je la suivais en disant:

- C'est vrai que ma mère s'inquiète facilement à mon sujet.

Kitomi essaya d'ouvrir la porte mais celle-ci était verrouillée. Cette porte n'était jamais fermée d'habitude. C'était étrange. Et quand Blake est sorti, je n'avais pas entendu de bruit de serrure. Quelque chose ne tournait pas rond. Rien ne tournait rond depuis que j'avais rencontré cette fille !


- Nous sommes enfermés, une idée ? Peut-être pouvons-nous empruntés les coulisses et sortir vers l'extérieur et revenir vers l'entré pour revenir vers l'entrée, qu'en dites-vous ?

Il y avait des portes qui menaient vers l'extérieur où dans d'autres endroits du Royal Opera House dans les coulisses. Je ne pouvais pas prétendre connaître ce bâtiment par coeur, mais j'étais certain d'en savoir un peu plus que Kitomi.

- Oui on peut faire ça. J'espère qu'il y a au moins une porte d'ouverte ! Peut-être que nous croiserons quelqu'un aussi.

Je commençais à avancer vers les coulisses. Je traversais les couloirs, passant devant les loges et les entrepôts. J'espérais croiser quelqu'un du théâtre. Mon cousin n'était jamais là quand on avait besoin de lui !
Rapidement, je trouvais une porte de sortie. J'essayais de l'ouvrir. Elle était verrouillée ! Personne ne s'y attendait, bien évidemment ! Tout se passe toujours comme on l'aurait souhaité ! Si seulement.

- Fermée , dis-je simplement en m'appuyant contre la porte.

Cette histoire commençait déjà à mettre mes nerds à rude épreuve. Je n'étais pas du genre patient. Et l'agacement se lisait sûrement sur mon visage.

- A tout les coups ils ont fermé toutes ces portes ! En même temps qu'est-ce que nous espérions ? On a l'air d'avoir tout les deux la poisse !

Je n'étais pas du tout patient. Mais quand tout commence mal, tout fini mal chez moi. J'étais de nature pessimiste, je voyais toujours le verre à moitié vide. Je commençais à regretter de l'avoir suivi.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Sam 25 Juin - 15:11

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
J'avais raison, sa mère était une mère poule ce n'était pas un commentaire déplaisant, mais une chose que toutes les mères devraient avoir envers leur propre enfant... Ma mère n'était pas l'exemple pour cela, elle m'avait mentit et mentit à père et c'est pour cette raison qu'il me déteste puisque je suis la dernière et que ce que je fais n'étais jamais correcte pour lui.

- Oui on peut faire ça. J'espère qu'il y a au moins une porte d'ouverte ! Peut-être que nous croiserons quelqu'un aussi.

Il commençait à s'avancer vers les coulisses, je le suivais pas loin pour observer les alentours, mais quand il tombait sur une porte elle était verrouillée, j'espérais le pire, mais je n'avais plus le choix, c'était lui ou moi presque personne ne s’ennuierait de moi alors je devais me lancer au plan B sans remord et pour le bien de Charlie et de me faire pardonner.

-Fermée.

Dit-il en s'appuyant contre la porte et son impatience commençait à se lire sur son visage et son aura m'en disait davantage, tout était de ma faute...

-A tout les coups ils ont fermé toutes ces portes ! En même temps qu'est-ce que nous espérions ? On a l'air d'avoir tout les deux la poisse !

-Passons à un plan B dans ce cas... Je serais le plan B tandis que vous soyez prêt à sortir... Ce que je m'apprête à faire est au-delà de ce que je peux faire dans la vie... Il se peut que ça prenne du temps à ce que je revienne normalement... Et c'est une manière à moi de me faire pardonner pour ce qui est arrivée ce soir, je m'en veux terriblement...

Dis-je en défaisant mon ruban dans mes cheveux pour la mettre entre mes doigts avant que je joigne mes mains tout en fermant les yeux me concentrant. Je faisais appel à une de mes ancêtres, une sorcière, seule une sorcière pouvait ouvrir les portes de cet endroit grâce à la magie et pas une simple médium. Je demandais qu'elle emprunte mon corps pendant un las de temps et pouvait rester quelques minutes de plus si elle souhaitait en guise récompense, c'était beaucoup, mais c'était la seule chose à faire... L'âme de la sorcière n'hésitait pas avant de prendre total contrôle de moi-même. J'ouvris les yeux et ils avaient changés de couleur, ils étaient vert. Elle tendait une main droit devant elle en marmonnant une phrase avant que la porte s'ouvre à son sort. Elle tournait son regard vers Charlie.

-Emiko vous dit que vous pouvez sortir sans aucun problème, faites-le avant que je change d'avis.

Dit-elle tandis qu'elle le laissait passé vers la porte qui menait vers l'extérieur. Elle tournait son regard autour d'elle en souriant doucement avant qu'elle marchait pour aller vers la porte où qu'on avait entrés tout à l'heure, elle la déverrouillait également voyant qu'il n'y avait personne derrière la porte. Elle fronçait les sourcils avant qu'elle sorte à son tour pour se diriger vers la foule. Elle me remerciait avant qu'elle quitte totalement mon corps en pleine foule... Je craignais le pire... Je m'étais totalement affaiblit et elle m'avait laissé en plein foule, mais qu'elle peste ! J'essayais de sortir, mais impossible de passer, j'allais faire un malaise c'était certain. Je me créais un petit passage entre la foule avant de complètement sortir de la pièce saine et sauve, mais peut-être pas saine d'esprit. Je vins m'asseoir sur un banc pour reprendre mes esprits entièrement. Je sentis que quelqu'un vint s'asseoir à mes côtés, je ne vis pas qui s'était, mais il glissait une main entour de ma hanche pour me faire pencher sur lui pour que j'ai la tête accoté sur son épaule. Son odeur. C'était le même que tout à l'heure, le Blake. Je me redressais rapidement, mais il me ramenait contre lui  et qu'il me chuchote à mon oreille.

- Comment êtes-vous sortit idem ? Ce n'est pas qu'une petite médium qui aurait pu faire ça, n'est-ce pas ?

- Qui êtes-vous ?

Soufflais-je doucement pour lui répondre le ton le plus calme que possible.

-Ton pire cauchemar... Disons que je suis un chasseur de créature et malheureusement à cause de toi je t'ai mise sur ma liste ou pas c'est à toi de voir.

Dit-il d'un ton suave avant qu'il approche ses lèvres des miennes, juste à temps je lui foutais une bonne baffe assez violente pour qu'il me laisse tranquille. Je me redressais sur des deux pieds en le regardant d'un air assez sévère.

-Ne me menacez pas ! Je peut être pire que vous si je le souhaite et vous ignorez totalement à qui vous avez à faire, chasseur !

Il me regardait tout en caressant sa joue d'un air étonné avant que je le quitte et que je quitte complètement cet endroit. Je sortais vers l'extérieur pour prendre une bonne bouffé d'air frais. Je n'avais pas croiser Charlie, j'espérais qu'il allait bien.
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Sam 25 Juin - 23:21

Je lançais à Emiko des regards de reproche. Je la croyait coupable alors que j'étais aussi coupable, mais je ne m'en rendais pas compte. Ce ne fut que quelques jours plus tard que j'ai commencé à culpabiliser.

-Passons à un plan B dans ce cas... Je serais le plan B tandis que vous soyez prêt à sortir... Ce que je m'apprête à faire est au-delà de ce que je peux faire dans la vie... Il se peut que ça prenne du temps à ce que je revienne normalement... Et c'est une manière à moi de me faire pardonner pour ce qui est arrivée ce soir, je m'en veux terriblement... dit la jeune fille.

Je fronçai les sourcils. Un plan B... ? Cela ne m'annonçait rien de bon. Encore. Qu'allait-elle faire ? Cela me faisait froid dans le dos. Je voulais lui poser la question mais aucun son ne sortait de ma bouche. J'étais devenu muet. Personne n'avait autant essayé d'obtenir mon pardon. Je pense que c'était à cause de mon exigence...
Je la regardais faire et me tenais prêt à sortir. Elle défit son ruban et l'emprisonna dans ses mains. Elle ferma les yeux. Elle se concentrait et je l'observais, fasciné.
Emiko rouvrit les yeux. Ses yeux n'avaient plus la même couleur. Ils étaient devenus verts. Ce n'était plus Emiko Weiss que j'avais en face de moi mais quelqu'un d'autre.

-Emiko vous dit que vous pouvez sortir sans aucun problème, faites-le avant que je change d'avis, me dit la voix d'Emiko.

J'hésitai un moment avant de passer la porte. Je me demande si j'ai été lâche à ce moment là... Mais qu'aurais-je pu faire d'autre ?
Je me retrouvai dehors, dans une ruelle quelconque. J'avais froid. Et j'avais peur aussi. Je ne m'étais jamais retrouvé seul dehors en pleine nuit. Ce n'était pas rassurant du tout. Je commençai à avancer. Je longeai la ruelle jusqu'à me trouver sur la grande avenue où était la façade principal du Royal Opera House. Rien ne s'était passé pendant ce laps de temps.
Il y avait plusieurs hommes qui fumaient à l'extérieur et une minorité de femmes qui discutaient de chiffon. Je les regardais au loin et soufflai un grand coup avant de m'élancer dans la foule avec un sourire dessiné aux lèvres et une assurance inébranlable.

Je vis ma mère venir à moi. Je ne ressemblais pas beaucoup à ma mère. Elle était châtain clair et avait les yeux marrons très clairs. C'était une femme très élégante et belle à qui la vie n'avait pas souri. Etant veuve, elle portait une robe noire avec un châle noir. Pour moi, ma maman était la plus belle des mamans. Si j'avais vraiment été une femme, j'aurais voulu lui ressembler.
Elle semblait s'être beaucoup inquiétée, elle avait les traits tirés.

- Où étais-tu ? me demanda-t-elle. Je t'ai cherché partout !

Elle mit ses mains sur mes épaules. Elle ne me laissa même pas le temps de répondre et s'exclama:

- Regarde toi ! Tu es glacé ! Ne reste pas comme ça ! Tu vas attraper froid !

Elle retira son châle et le mit sur mes épaules. Je la regardais dans les yeux en souriant légèrement. Elle m'emmena à l'intérieure en continuant de me sermonner: " Arrête de sourire !", " Tu ne sais pas à quel point je me suis inquiétée !" , " Sale gosse ! ".

J'étais revenu dans mon quotidien, j'avais réintégré mon rôle.
Alors qu'on s'apprêtait à passer la porte d'entrée, je vis Emiko à l'extérieur. Je la regardai puis je tirai la manche de ma mère.

- Maman, j'ai quelqu'un à te présenter !

Je pris le bras de ma mère et je la tirai vers Emiko. Je souriais, comme si rien ne s'était passé.

- Mère, je vous présente Emiko Weiss. Elle aime beaucoup vos tableaux.

Je vouvoyais toujours ma mère en présence d'autres personnes externes au cercle familial. Je regardais Emiko d'un air entendu. Je ne sais pas pourquoi, je me sentais obligé de la remercier d'une quelconque façon. La remercier de m'en avoir appris un peu plus sur le monde qui m'entourait. Elle avait beau être le genre de personne que je détestais, elle avait ma gratitude. Et ça, c'était quelque chose que je ne pouvais pas lui retirer. De toute façon, je savais que le lendemain, je n'aurais que du mépris pour elle.
Ma mère regardait Emiko en souriant.

- Bonsoir jeune fille, dit-elle avec amabilité.

La vie d'une personne est comme une pièce de théâtre. Nous sommes le héro de notre propre histoire, il y a des acteurs majeurs et des figurants. Mais il y a toujours des personnages qui ne se rangent dans aucunes de ces deux catégories. Des entres-deux. Emiko Weiss venait d'entrer sur scène, et dès sa première apparition, elle commençait déjà à s'imposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 26 Juin - 3:43

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Au moment même que je reprenais mes esprits, je vis Charlie accompagné de sa mère, il me regarda tandis qu'il tirait la manche de sa mère.

- Maman, j'ai quelqu'un à te présenter !

Il lui prit le bras de sa mère et la tirait vers moi. Il souriait tandis qu'il me présentait à sa mère, je ne m'y attendait vraiment pas.

- Mère, je vous présente Emiko Weiss. Elle aime beaucoup vos tableaux.

Je la regardais tandis qu'elle me regardait également, j'étais quelque peu gênée de cette situation. Jamais je n'avais rencontré un peintre aussi proche qu'elle.

- Bonsoir jeune fille.

Dit-elle avec amabilité. Je lui fis une légère révérence face à celle-ci. Je ne cessais pas de sourire face à sa mère.

- Bonsoir Madame Rozen, je suis heureuse de vous rencontrez en personne, c'est un tel honneur. J'aime énormément vos œuvres et surtout vous avez une très jolie modèle. J'espère qu'un jour je me lancerais comme vous dans la peinture.  

Dis-je en souriant toujours, je faisais des dessins et je commençais tout juste à me servir de la peinture. Et oui je faisais en sorte que j'ignorais le fait que je savais que Charlie était un jeune homme, je n'étais pas ce genre de personne même s'il tenait mon secret entre ses mains, jamais je ne le dirais à personne, même si je pouvais craignez le pire. Et le moment que je craignais, son odeur venait à mes narines, il était dehors, je regardais derrière la mère de Charlie d'un air assez sombre, ce Blake j'avais envie de commettre un meurtre par ce qu'il venait de tenter. Il venait comme une fleur vers notre direction en souriant.

- Bonsoir madame Rozen, comment allez-vous ? Oh, je vois que Charlie et sa nouvelle amie son ici, d'ailleurs Emiko, il me semble qu'on n'ait pas terminé notre sujet de conversation, n'est-ce pas ?

Je lâchais un ricanement assez hautain, je me fichais bien du regard que pouvais projeter madame Rozen ou encore Charlie. Je glissais mes mains derrière mon dos en souriant légèrement et de pencher ma tête sur le côté.

- Hm, ce qui est très fâcheux pour vous puisque pour moi elle était terminé assez fermement, vous en souvenez pas ?

Dis-je en faisant référence de la fameuse gifle. Blake laissait toujours un sourire sur ses lèvres avant de regarder madame Rozen, décidément il n'allait pas lâcher l'affaire, j'étais sur sa liste désormais tant qu'il ne touche pas à un seul cheveux de Charlie tout allait pour le mieux. Je tournais courtoisement ma tête vers Charlie et madame Rozen avant de la pencher vers l'avant.

- Je suis navrée de devoir interrompe notre conversation, cela ne risque pas de prendre longtemps, je vous suggère d'entré pour ne pas attraper froid, je reviendrais plus tard.

Lançais-je vers ceux-ci laissant mon dernier regard vers Charlie avant de me diriger en dehors du Royal Opera House en compagnie de Blake qui n'hésitait pas à glisser son bras en-dessous du miens. Une fois un peu plus loin, il s'arrêtait avant de se tourner vers moi.

- Mon idée tient toujours vous savez, ça serait dommage d'en finir aussi rapidement avec votre si jolie visage.

- Et moi je refuse ! Je peux faire pire de ce que vous avez vécu tout à l'heure, tous les personnes que vous avez tuez, je peux facilement les réunir pour qu'ils vous suivent jusqu'à votre propre mort. Je ne m’éternisais pas plus à ce sujet.

Dis-je en revenant sur mes pas tandis que Blake restait là où qu'il était soupirant doucement. Je l'ignorais tandis que je revenais vers l'intérieur pour me réchauffer, la salle était moins encombrante je pouvais facilement passer entre les personnes et admirer davantage les oeuvres de madame Rozen. Je bouillonnais de rage. J'avais aimé une fois un chasseur, mais il disparut... Je ne pouvais pas faire équipe avec un chasseur, je ne pouvais pas le faire, ça m'étais impossible. Ça me répugnais au plus au point. J'espérais au moins que Charlie était autre part et discutait avec quelqu'un d'autre.
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 26 Juin - 13:55

Emiko fit une révérence à ma mère en souriant.

- Bonsoir Madame Rozen, je suis heureuse de vous rencontrez en personne, c'est un tel honneur. J'aime énormément vos œuvres et surtout vous avez une très jolie modèle. J'espère qu'un jour je me lancerais comme vous dans la peinture.

Emiko faisait mine d'ignorer que j'étais un garçon. Même si devant ma mère, cet effort n'était pas vraiment nécessaire mais j'appréciais le geste.

- Merci à vous, c'est très aimable, la remercia ma mère. Je peins depuis mon plus jeune âge et Charlie est une source d'inspiration pour moi.

Alors que ma mère parlait, Emiko regardait derrière elle d'un air sombre puis j'entendis une voix très déplaisante.

- Bonsoir madame Rozen, comment allez-vous ? Oh, je vois que Charlie et sa nouvelle amie son ici, d'ailleurs Emiko, il me semble qu'on n'ait pas terminé notre sujet de conversation, n'est-ce pas ?

C'étais Blake. J'avais instantanément perdu mon sourire. J'avais envie de le gifler avec son sourire d'hypocrite ! Cet homme était pire que moi en matière d'hypocrisie. Je voyais que ma mère se forçait à sourire.
Emiko lâcha un rire hautain et mit ses mains derrière son dos.

- Hm, ce qui est très fâcheux pour vous puisque pour moi elle était terminé assez fermement, vous en souvenez pas ?

C'était une situation qui mettait mal à l'aise ma mère. Je le sentais. Heureusement, Emiko se tourna vers nous d'une façon très courtoise.

- Je suis navrée de devoir interrompe notre conversation, cela ne risque pas de prendre longtemps, je vous suggère d'entré pour ne pas attraper froid, je reviendrais plus tard.

- Oui, mère, venez, dis-je avec délicatesse.

Je lui pris le bras, adressai un dernier regard à Emiko et entraînai ma mère à l'intérieur.
Une fois à l'intérieur, nous croisâmes mon cousin accompagné de sa fiancée et de son fils.
Jack était âgé de 21 ans. C'était un homme très beau. Il fallait dire ce qui est, il était très beau. Grand (très grand), fin, musclé, belle tête. Il laissait pousser ses cheveux très longs et ils les attachaient et avait les yeux marrons très clairs.
Quand à fiancée, Alice, avait bientôt 17 ans. Elle a grandi au Japon. Elle est très petite et a de longs cheveux blonds ondulé et des yeux semblables à ceux de Jack. C'était une très jolie jeune femme. Elle ne parlait pas beaucoup anglais et était très discrète.
Ils se sont rencontrés au Japon il y a deux ans. Ils s'étaient mariés trois mois après leur rencontre. Quelle a été ma surprise quand je l'ai vu revenir de voyage marié ! Et quelques mois plus tard, ils ont eu un garçon qu'ils ont nommé William. Il a bientôt deux ans et j'en étais le parrain.

Enfin bref. Nous parlions. Mon cousin était quelqu'un de très jovial et extraverti. Sa bonne humeur était communicative. Il me faisait rire, même après tout ce qui s'était passé durant cette soirée.
Malgré tout, je regardais toujours autour de moi pour voir si je n'apercevais pas Emiko.
Alors que la conversation se passait plutôt bien, elle dériva vers un sujet fâcheux.

- Tout à l'heure, Blake est venu nous parler, dit ma mère. Nous étions entrain de parler avec une charmante jeune fille et voilà qu'il débarque comme une fleur.

- Blake ? demanda Jack. Cet homme est louche, moi j'dis ! Ce n'est pas quelqu'un de fréquentable ! Vous saviez que Scotland Yard l'a soupçonné de plusieurs meurtres ?

- Je savais, dis-je. J'ai d'ailleurs l'impression qu'il a quelque chose contre moi.

Et pas seulement, contre Emiko aussi. Je me demandais s'il voulait la tuer. Mais je ne devais pas m'interférer dans ses affaires. Elle avait ses problèmes et j'avais les miens.

- Charlie, ne t'approche jamais de Blake, m'avertis Jack, l'air inhabituellement sérieux. On ne peut pas lui faire confiance.

J'acquiesçait. L'approcher était la dernière chose que je voulais.
Au plus j'en apprenais sur ce monde, plus il me semblait effrayant et hostile. Ce fut vraiment ce soir là que je me rendis compte qu'il y avait peut-être plus de mal que de bien dans ce monde. L'idée qu'il puisse y avoir des médiums, des démons ou des vampires me faisait me sentir vulnérable. Alors que je vivais depuis toujours dans un monde si menaçant, ce n'était seulement ce soir là que j'en pris réellement conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 26 Juin - 22:00

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Blake était toujours là, il m'attendait à l'extérieur, il sauterait sur n'importe quel situation pour le faire et je ne pouvais rien faire... Prétende que je suis entrain  de mourir et qu'il l'arrête ? Non, je n'étais pas une aussi bonne actrice. Je marchais tout en regardant les oeuvres de la mère de Charlie. En chemin je vis Charlie en compagnie de sa mère et de trois autres personnes. Je ne voulais pas interrompe quelque chose, je les laissais tranquille. Je faisais mon petit chemin à travers des autres personnes tout en étant quelque peu songeuse. J'eue l'envie soudaine de m'approcher de ceux-ci d'un air tout à fait courtoise et très professionnel.

-Re-bonsoir madame Rozen et mademoiselle Charlie, je suis navrée que celui-ci ait gâché notre beau sujet de conversation.

Commençais-je en tournant mon regard vers les deux autres personnes qui était à leur côté en leur souriant doucement tout en tendant ma main.

-Enchanté je suis Emiko Weiss, ravis de faire votre connaissance.

Dis-je d'un air tout à fait harmonieux. Une fois la poignée de main faite, je glissais mes mains derrière mon dos, je ne voulais pas gâcher l'ambiance, mais j'avais besoin de parler avec Charlie, seule. Je glissais mon bras en dessous du siens en souriant à sa mère.

-Je vous emprunte Charlie pendant un petit moment, elle vous reviendra saine et sauve.

Lui confiais-je avant que je quitte une nouvelle fois la salle en sa compagnie avant de relâcher son bras et que je maintienne une certaine distance. Je me tournais légèrement vers Charlie en affichant un air un peu plus sérieux.

-Désolée de vous emportez comme cela, mais je devais vous parlez... C'est concernant Blake. Certaine rumeur courent après lui, et c'est à peu près vrai... Sauf, qu'il n'est pas meurtrier. Il tue des espèces, tel que les vampires, démons, loup-garou ou encore sorcière. Il est chasseur, solitaire et il fait ce qu'il veut... Il n'a rien contre les humains, mais tenez tout de même une bonne distance avec lui ou soyez toujours accompagnés, c'est tout ce que je peux vous dire pour votre sécurité.

Dis-je d'un air sincère. Je m'en voudrais s'il devrait lui arriver quelque chose et que soudainement son identité soit révélé à Blake cela prendrait une tournure assez différente. Je me demandais particulièrement préparer pour ce genre de chose, j'attendais le chasseur
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 132
Date d'inscription : 10/06/2016

Feuille de personnage
Race/Statut: Petit Noble
Âge:
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Dim 26 Juin - 23:02

Je sentais qu'ils étaient tous inquiets pour moi. J'avais du mal à cerner pourquoi. Enfin c'était naturel de s'inquiéter pour les membres de sa famille. Mais j'avais vraiment le sentiment qu'ils pensaient que Blake voulait me tuer particulièrement. J'avais refusé la demande sa mariage, et après ? S'il tuait toutes les personnes qui lui déplaisaient, cela aurait été une hécatombe ! Cela m'agaçait un peu, je dois l'avouer.

- Enfin bref, conclut Jack. Ce n'est pas que ce sujet est déplaisant... Mais si, il est déplaisant ! Passons à un sujet plus jovial !

Alors que nous entamions un nouveau sujet, Emiko s'approcha de nous l'air parfaitement courtoise et dit:

-Re-bonsoir madame Rozen et mademoiselle Charlie, je suis navrée que celui-ci ait gâché notre beau sujet de conversation.

Puis elle porta son regard vers Jack et Alice. Mon cousin la regardait l'air curieux et sa fiancée avec une expression insondable.

-Enchanté je suis Emiko Weiss, ravis de faire votre connaissance.

Jack et Alice se présentèrent à leur tour et lui serrèrent la main. Puis elle glissa son bras en dessous du mien. Je fronçais les sourcils.

-Je vous emprunte Charlie pendant un petit moment, elle vous reviendra saine et sauve.

Qu'est-ce qu'elle me voulait ? Je pensais que l'affaire était close. Elle avait découvert mon secret, elle m'avait confié le mien. Elle m'avait aidé, je l'avais remercié. Qu'y avait-il d'autre... ?
Elle m'emmena en dehors de la salle à l'abri des oreilles indiscrètes. Elle lâcha mon bras et se tourna vers moi. Elle avait l'air sérieuse. Je la regardais en croisant les bras et en fronçant les sourcils. Je n'avais plus vraiment envie de sourire. En avais-je vraiment eut envie depuis le début de la soirée ? Pas vraiment mais je souriais quand même.

-Désolée de vous emportez comme cela, mais je devais vous parlez... C'est concernant Blake. Certaine rumeur courent après lui, et c'est à peu près vrai... Sauf, qu'il n'est pas meurtrier. Il tue des espèces, tel que les vampires, démons, loup-garou ou encore sorcière. Il est chasseur, solitaire et il fait ce qu'il veut... Il n'a rien contre les humains, mais tenez tout de même une bonne distance avec lui ou soyez toujours accompagnés, c'est tout ce que je peux vous dire pour votre sécurité.

Il ne manquait plus qu'elle ! J'en avais marre qu'on me surprotège ! Quand c'était ma mère, j'arrivais à l'accepter. Mais tout le monde commençait à s'y mettre ! Et puis il y avait quelque chose d'incohérent dans son discours, que je lui fis remarquer.

- Vous me dites que Blake n'est pas un meurtrier mais juste après vous me dites qu'il tue des espèce. Dès le moment où l'ont tue quelqu'un, on devient un meurtrier. C'est comme si je vous disais qu'une mort humaine est horrible mais qu'une mort de vampire était négligeable.

Je sais que l'agacement s'entendait dans ma voix. J'avais du mal à émettre une voix féminine.

- Et puis vous me dites qu'il n'a rien contre les humains mais vous me recommandez de faire très attention. Je suis humaine, à ce que je sache. Il n'a donc, théoriquement, aucune raison de me tuer. S'il voulait me tuer, il l'aurait déjà fait. Et je comptais bien ne pas m'approcher de lui de toute façon...

Je lui tournai le dos. Je restais silencieux quelques secondes avant de reprendre.

- Et puis, je ne suis plus une enfant. J'ai conscience des risques qui peuvent peser sur moi...

Je pense que je ne me rendais pas encore assez compte des risques. Et puis, je ne savais pas me défendre, j'étais fragile physiquement. Je ne faisais pas le poids contre les risques. Mais je voulais voler de mes propres ailes.

_________________
Throw on your dress and put on your doll faces:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    Lun 27 Juin - 0:05

  • CHARLIE E. ROZEN
  • EMIKO WEISS
Le vernissage de madame Rozen
Son aura changeait, il ne semblait pas être en accord avec mes propos, mais tout ce que je faisais était pour le protégé, ce qui me fit trembler de frustration, je serrais légèrement ma main en enfonçant mes ongles dans la paume de ma main.

-Vous me dites que Blake n'est pas un meurtrier mais juste après vous me dites qu'il tue des espèce. Dès le moment où l'ont tue quelqu'un, on devient un meurtrier. C'est comme si je vous disais qu'une mort humaine est horrible mais qu'une mort de vampire était négligeable.

Il avait certes raison, mais ce n'était pas le même meurtre, il tuait ses créature pour purifier la terre et même la planète, mais il ne s'était pas fixé un but à tout ça et se permettait de tuer tout sur son passage. Il était agacer et je l'étais tout autant.

-Et puis vous me dites qu'il n'a rien contre les humains mais vous me recommandez de faire très attention. Je suis humaine, à ce que je sache. Il n'a donc, théoriquement, aucune raison de me tuer. S'il voulait me tuer, il l'aurait déjà fait. Et je comptais bien ne pas m'approcher de lui de toute façon...

Dit-il en me tournant le dos. Il restait silencieux, je serrais davantage mes ongles dans ma paume de mes mains, cela allait laisser une belle marque écarlate. Je baissais mon regard avant de cacher mon regard à l'aide de ma franche.

-Et puis, je ne suis plus une enfant. J'ai conscience des risques qui peuvent peser sur moi...

J'éclatais de rire en entendant sa dernière, non il n'avait pas conscience des risques et j'allais lui faire comprendre.

-Vous avez tords, vous ignorez les dangers. Les démons vous persuades et prend votre vitalité tel que sentiment ressentit jusqu'à ce que vous en mourrez. Les vampires boivent votre sang jusqu'à votre mort et vous donnent leur sang afin de vous transformer, mais vous ne verrez plus jamais la vie comme avant. Les loup-garou sont nés pour protégés les humains, mais il y en a qui les chassent sans bonne raison. Les sorcières de catégories noirs ne sont pas bonnes à fréquentés. J'oubliais les inquisiteurs qui veulent "régner" dans le domaine de l'église... Je sais ce qu'ils font et ce n'est pas très catholiques. Finalement les Hunters, ils chassent certes des humains, mais peuvent prenne en otage pour faire chantage et c'est justement cela que j'ai peur pour vous.

Lâchais-je avant de redresser mon visage vers celui-ci en plisser les sourcils.

-Alors ne dites pas que vous avez conscience des risques qui peuvent peser sur vous, c'est faux ! Je vous ai dit les grandes lignes, mais j'ai épargné les détails que vous n'allez jamais connaître.

Ajoutais-je en tremblant légèrement. Je ne pouvais pas rester ici dans ce Royal Opera House plus longtemps. C'était son choix, je n'avais pas le droit d'enfreinte sa destinée... S'il ne faisait pas attention, surtout que certain de ses compétiteurs étaient des vampires nobles... Et aussi des démons. Je secouais légèrement la tête avant de contourner Charlie toujours en ayant mes ongles dans ma peau, du sang perlait le long de ma main, mine de rien j'avais mit une pression assez intéressante. Je voulais prendre de la hauteur et de l'air le plus haut que possible peu importe le danger qu'il y aurait. Je sortis de l'endroit pour me rendre dans la ruelle avant de commencer à monter vers le toit dans le noir absolu. Je grimpais laissant une marque de ma présence avant de complètement monter sur le toit. La lune était belle ce soir, elle brillait de milles feux. Je la regardais avec admiration, je respirais l'air frais restant debout était perdu dans mes pensés.
 

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le vernissage de madame Rozen ~ feat. Charlie E. Rozen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un ours mal léché Feat Charlie l'ourson
» Un vernissage inoubliable... [feat Sakura] [Terminé]
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp terminés.-