« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We meet again ~ Aleksandr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: We meet again ~ Aleksandr   Lun 5 Oct - 20:44







We meet again

Feat. Aleksandr D. Ezequiel






Il y a quelques jours voir quelques semaines que je n'avais pas croisée Aleks depuis notre dernière rencontre qui c'était comment dire mal terminer... Je me suis demandée où qu'il aurait pu se réfugier pendant tout ce temps ? Tout ça à cause de ces inquisiteurs... Il fallait l'admettre qu'il me manquait. En songeant au dernier événement, j'ouvrais les yeux avant de fixer le plafond et de m'asseoir sur mon lit en glissant une main sur mon visage laissant un soupir s'échapper de mes lèvres. Je tournais mon regard vers la fenêtre en voyant le soleil qui se levait tranquillement, cela risque d'être une bonne journée en même temps je devais aller au travail de ma mère pour la remplacer, puisqu'elle était fatiguée de toujours travailler, je me suis dit pourquoi pas lui rendre ce service pour qu'elle y prenne une journée totale repos rien qu'à elle. Plusieurs clients devaient même aller chercher leurs vêtements retouchés ou même fabriquer par les doigts de fées de mère, mais heureusement ils sont déjà payés, donc je n'ai en aucun cas besoin de les faire payés. Après plusieurs minutes à relaxer dans mon lit, je décidais d'en sortir et de m'habiller en mettant l'une de mes jolies robes qui descendait jusqu'à mes genoux, serrés au niveau du haut et ample au niveau du bas. Cette robe était de couleur bleue marine aux manches longues et vue que celle-ci arrivait aux genoux, je mis des bas de nylon de couleur noire suivit de mes bottines en laissant de côté mes rubans que j'ai l'habitude de mettre en tout temps, sauf cette fois-ci, pour faire changement. Je passais quelques coups de brosse dans mes cheveux avant de descendre l'escalier et de me diriger vers la cuisine pour y prendre un bon petit déjeuner rapide. Je me rendis à la porte avant d'enfiler une veste, vu qu'il faisait probablement froid à l'extérieur, surtout le matin. Je pris mon sac en chemin avant de sortir de chez moi et de me rendre jusqu'à la boutique de ma mère. Le vent froid caressait mon visage pendant le trajet et mes cheveux s'envolaient à la douceur du vent. Après plusieurs minutes de marche j'arrivais à la boutique et d'y glisser la clé dans la serrure avant d'y entrer pour m'y réchauffer, visiblement il faisait aussi froid à l'intérieur. Je lâchais un soupir avant d'allumer le foyer pour permettre à la boutique de ce réchauffé et moi de même. Une fois chose faite, j'installais mon cahier de croquis sur la table de fabrication et mes crayons avant d'aller ouvrir la porte aux clients et de tourner la pancarte du côté «fermée» au côté «ouvert», je pris place au tabouret avant de me mettre à dessiner pour y passer le temps...

Après quelques heures, presque tous les clients étaient passés, sauf un qui ne devrait bientôt pas tarder à arriver. Je continuais de dessiner en attendant sa venue et en pensant à Aleks et instinctivement ma main ce mettait à le dessiner. Je m'en rendis compte pas tout de suite avant de rougir doucement. Non, mais ces inquisiteurs ne faisaient pas le poids contre Aleks de même que j'ai due passer un questionnaire avant de rentrer chez moi cette journée là. Bien sûr j'avais inventée une histoire de toute pièce, j'étais assez bonne pour dire ce genre de chose surtout pour protéger quelqu'un qui m'était cher, même si c'était la première fois qu'Aleks et moi nous nous rencontrions. Je savais clairement que le démon cherchait à me protéger contre tout cette mascarade, mais tout de même, je voulais l'aider et tout ce que j'ai pu faire était de dire des satanés mensonges, sans même avoir totalement réagit il m'avait endormit de manière assez brutale, mais qui était efficace. J'avais envie de voir Aleks, ça faisait un longtemps même s'il espérait de me recroiser un jour, mais à cause de ses inquisiteurs qui rôdent partout dans la ville impossible pour lui de trouver refuge quelques part, du moins un endroit sûr... N'avait-il pas de chez lui? Je ne lui avais pas demandé, surtout lorsque nous étions poursuivis il semblait cherchés où que nous cacherions, mais rien... Je lâchais un léger soupir avant de me lever de mon tabouret et de sortir à l'extérieur du magasin sentant la petite brise de ce matin encore présente à Londres. En sortant quelques passagers me saluait et je les saluais en retour avec un sourire, aucun signe du prochain client, je regardais droit devant moi avant d’apercevoir une silhouette noire, je ne pouvais pas voir son visage et clairement cette personne n'était pas vivante, mais bien mort. Je fixais cette ombre qui restait planté là à rien faire, pourtant les morts venaient à moi pour venir rôder à mes côtés, mais pas celui-là c'était étrange... Je ne cessais pas de le regarder voir en transe jusqu'à ce qu'une calèche défilait devant mes yeux et que l'ombre avait disparue, je fronçais légèrement les sourcils. C'est vrai j'avais oubliée que certain esprit était espiègle... Rare sont ceux qui accepte qu'ils soient mort et qu'ils veulent vivre en paix, extrêmement rare plutôt... Je secouais légèrement la tête avant d'entrer dans la boutique et de m'asseoir de nouveau sur le tabouret tout en regardant mon dessin avant glisser une main sur ma joue tout en accotant mon coude contre la table.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We meet again ~ Aleksandr   Sam 19 Déc - 21:21



Le ciel est d'or rouge, les collines d'améthyste ; la mer exhale une buée diaphane, qui adoucit chaque contour et irise chaque nuance. ▬ Claude Farrère ; << L'homme qui assassina >>


Spoiler:
 

Un réveil bien assez difficile à supporter était celui d’aujourd’hui. Pourquoi ? Aucune raison particulière, si ce n’est peut-être le fait que je dormais pour la première fois depuis très longtemps dans un lit que je pouvais considérer comme étant le mien, dans une chambre que je pouvais considérer comme mienne, et dans une demeure qui était également mienne ; chose que je n’avais pas pu prononcer ou penser depuis que j’avais brûlé le manoir familial des Ezequiels il y a plus de deux siècles dans les monts enneigés d’Espagne.
Depuis mon arrivée en Angleterre, à part squatter dans le manoir Trancy ou dans des hôtels ou encore la reine Victoria, je n’avais jamais acquis de bien immobilier et n’avais donc aucun endroit que j’aurais pu appeler ‘’maison’’ … Mais durant ces derniers jours, cela a changé.
Me promenant dans les rues après avoir fui une nouvelle fois des inquisiteurs, un bâtiment à l’allure abandonné m’avait tapé dans les yeux et énormément plu, tout en insérant dans mon esprit l’idée de m’installer dans ma propre maison, ici en Angleterre, et de retrouver un foyer : Enfin, après tout ce temps.

C’était la première nuit que je passais dans ma chambre flambe en neuve, et il en allait de même pour le lit, tout comme le reste de mes appartements personnels et bureaux fraîchement aménagés dans un style royal et riche certes, mais avant tout très proche de ce qui faisait le charme et le côté chaleureux du manoir Ezequiel, et de mon pays d’origine, mêlé à un style baroque.
La sensation que me laissait cette nuit était à la fois étrange et agréable.
Tendant une main vers l’un des meubles qui me servaient de tables de chevet, je vins me saisir de ma montre à gousset en argent pour savoir l’heure qu’il était, et je pus me rendre compte pour la toute première fois depuis aussi longtemps que j’avais brûlé la maison familiale, je venais de me réveiller en plein milieu d’après-midi, car il était à peine 15 heures et quelques ; fait qui vint faire naître sur mon visage une mine étonnée.
Très vite, je m’extirpais de mon lit à baldaquin pour ouvrir les rideaux de ma chambre ainsi que les fenêtres avant de passer la petite porte décorée sur la partie droite de ma chambre, porte qui donnait à ma salle de bain personnelle, afin de me faire couler un bain et ma toilette assez précipitamment. Il me fallut qu’une vingtaine de minutes pour prendre soin de moi avant de sortir de ma baignoire qui était elle-même aussi noble que le reste de mes appartements pour aller me sécher le corps vivement avant de prendre un peu plus de temps à sécher ma chevelure qui se trouvait être la très longue chevelure de feu de ma défunte mère. Cela aussitôt accompli, je retournais dans ma chambre et enfilais un de mes costumes noirs par-dessus une chemise rouge sang, affublée d’une cravate verdâtre à motif soutenue par une épingle en or. Enfilant mes chaussures toutes aussi noires ainsi que des gants de la même couleur, je pris mon couvre-chef qui trônait sur mon bureau, aux côtés de nombreuses paperasses davantage liées à mon statut noble plutôt qu’à récent statut au sein de l’établissement que j’avais décidé de créer. En effet, en sortant de ma chambre alors que je positionnais mon chapeau sur ma chevelure et que je me dirigeais vers les escaliers, on pouvait noter sur ma gauche une porte sur laquelle reposait une fine plaque où il était gravé : « Bureau du Directeur de l’Orphelinat des Petits Anges ; A.D.E. »
Mon bureau.

Arrivé dans le rez-de-chaussée, je n’eus pas le temps de me diriger vers la grande salle à manger commune que deux petites filles et un petit garçon, les trois étant âgés de 7 ans, se ruèrent vers moi pour venir s’accrocher à mon manteau et mes jambes, têtes levées vers moi pour m’adresser un énorme sourire chacun alors que leurs lèvres prononçaient avec grande joie les mots « Bonjour Père Aleksandr ! »
Mots qui d’ailleurs, me perturbaient encore un peu, n’ayant jamais eu d’enfants. Leurs sourires étaient littéralement ceux de petits anges, raison pour laquelle j’avais d’ailleurs décidé de donner un nom très évocateur à mon orphelinat. Ils étaient les trois premiers que j’avais extirpés de la cruauté de la rue et de la solitude que cette dernière apportait aux orphelins et ce depuis maintenant deux jours, et dès qu’ils me voyaient, ils m’appelaient ainsi … ‘’Père’’, n’ajoutant pas systématiquement mon prénom qui leurs posait quelques soucis de prononciations.

Je pris alors mon petit-déjeuner, accompagné par les trois bambins qui étaient surpris de ne pas me voir plus tôt dans la journée, chose que je pouvais comprendre. Une fois mon petit-déjeuner expédié, je passais un peu d temps à discuter avec eux, à leurs poser quelques questions plutôt banales, par exemple s’ils avaient bien dormi dans leurs chambres et si le déjeuner et le repas de midi leurs avaient plu. Je discutais de tout et de rien avec eux, et cela me changeait un peu d’avoir ce genre de discussion contrairement aux discours que j’ai eu à tenir ou à supporter avec des inquisiteurs ou des hommes d’affaires et autres. C’était reposant. J’en venais même à me demander pourquoi je n’avais pas pris une telle décision avant.
Un quart d’heure après, les enfants retournèrent à leurs activités de l’après-midi non sans mal, ces derniers ayant encore un peu de mal à me lâcher tant ils semblaient heureux. Quittant la salle à manger commune à mon tour, je me rendais à la grande double porte en bois de noyer qui constituait l’entrée dans la cour de l’orphelinat pour l’ouvrir après avoir pris en main ma canne qui reposait contre le mur adjacent à la porte. L’air était agréable.
La cour était constitué comme le cloître d’une abbaye, avec de nombreux points d’herbes et de végétations, de buissons et d’arbres selon un tracé méthodique, et d’une allée faite à partir de petit gravier qui allait de la porte d’entrée pour les visiteurs jusqu’à la grande grille de l’enceinte en contournant les différentes parties vertes de la courte et le grand et vieil arbre au centre qui a été soigné ces derniers jours pour retrouver un coup de jeune. Il y avait également une allée  qui se détachait de manière symétrique à gauche et à droite de la cour pour se diriger vers le bâtiment et le contourner afin de rejoindre le grand jardin dont je m’occupais personnellement puisque ce dernier abritait ma roseraie fraîchement plantée. Un jardin dont je pouvais profiter quand je le pouvais et où les enfants pouvaient jouer ou m’aider dans des activités de jardinages, ou juste et simplement s’allonger dans l’herbe pour regarder le ciel en chantonnant des chansonnettes.

Je passais la grille et la refermait devant moi, jetant un coup d’œil à l’insigne placée au centre de cette dernière qui était une déformation du symbole de ma famille, surplombé d’une petite auréole, et avec les initiales A.D.E. gravées en petit juste en-dessous. Lâchant un petit sourire, je tournais les talons pour me rendre en ville à pieds comme à mon habitude, même si j’étais en retard pour mon rendez-vous, mais c’était justement parce que j’étais en retard que je ne pris tout de même pas la peine d’appeler un cochet : Le mal était déjà fait. Alors je marchais, même si j’accélérais faiblement le pas contrairement à d’habitude car il ne fallait pas non plus que la boutique ferme avant que je ne sois arrivé, sinon j’étais bon pour m’y rendre le lendemain et ce n’était pas quelque chose que je pouvais me permettre car demain je devais vagabonder dans les ruelles de la capitale pour trouver et prendre avec moi le ou les deux premiers orphelins que je croiserais pour les inscrire dans mon établissement.

Il me fallut tout de même un petit bout de temps pour rejoindre la boutique où j’étais probablement attendu, ou peut-être plus vue on retard, et pas n’importe quelle boutique ; une boutique de couture, sous le nom de Weiss. Ce dernier m’avait rappelé le nom de famille de la jeune fille que j’avais croisé quelques jours avant dans un parc mais avec laquelle ma discussion s’était faite interrompue par des inquisiteurs qui mène à la poursuite suite à laquelle j’étais tombé sur ma nouvelle maison.
Quand j’étais passé devant la boutique je m’étais dit que je ferais bien d’y passer commande, car comme ça, avec un peu de chance, cela me permettrait de savoir s’il s’agissait de la même ‘’Weiss’’
Une fois la boutique en vue, je soulevais mon chapeau pour le tenir dans ma main droite et je poussais la porte de ma main gauche, attendant que la clochette eut finit de sonner pour m’exprimer et dire : « Bonjour, pardon pour le retard » par politesse. Mais alors que je refermais la porte de la boutique, je fus surpris mais agréablement surpris de voir que la personne qui se trouvait derrière le comptoir n’était pas la femme que j’avais vu lors de ma commande, mais la jeune Emiko qui semblait s’ennuyer, accoudée au comptoir, main sur la tête.

   
 
▬ « Tiens tiens, mais si ce n’est pas ma petite dessinatrice en herbe au parfum sucré que voilà. »



© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: We meet again ~ Aleksandr   Dim 20 Déc - 3:59







We meet again

Feat. Aleksandr D. Ezequiel






Ma main défilait tout en continuant de former le visage familier ce n'était pas dur à deviner qui c'était... Ce démon, il était dans ma peau, j'ignorais pourquoi... On avait juste passé du bon temps et les inquisiteurs nous a interrompu, je m'inquiétais juste à son sujet... Je voulais m'assuré qu'il aille bien et qu'il était sain et sauf et me demandant s'il avait un chez lui... La clochette du magasin retentit et je levais mon regard vers la personne, je n'y croyais pas, ça aurait du être un hasard... Ou suis-je entrain de rêver? Mais qu'est-ce qui m'arrive, je ne pouvais même pas l’accueillir tel qu'il soit... Je voulais ajouté quelques choses, mais le jeune homme prit de l'avance.

«Tiens tiens, mais si ce n’est pas ma petite dessinatrice en herbe au parfum sucré que voilà.»

«C'est bien étonnant de vous voir depuis notre dernière rencontre» dis-je doucement avant de me redresser et de me lever du tabouret et m'éloigner de la table. «Êtes-vous ici pour une commande ?» ajoutais-je en levant un sourcils.

C'était étonnant... Il était là en face de moi, j'avais tellement de question à lui poser, tellement de réponse que je voulais obtenir. Je m'avançais quelques peu de celui-ci sans être trop dans sa bulle.

«Cela fait quand même plusieurs jours que je n'ai pas eu de vos nouvelles... Que devenez-vous depuis tout ce temps ? Oh et ses inquisiteurs vous embêtent-ils toujours? Est-ce que c'est sûr que vous sortez sachant qu'ils peuvent être dans le coin ?» demandais-je en regardant quelque peu par les fenêtres ne trouvant aucune de leurs traces.

Je passais une main sur ma nuque avant de me retourner vers mon comptoir en jetant un coup d'oeil à mon dessin, était-ce un signe qu'il allait venir ? J'en avais aucune idée, ma main avait commencé à dessiné rapidement que je n'avais pas réellement songé à cet effet. Je pris mon carnet à dessin avant de le montrer au démon.

«Vous êtes passés dans mon esprit il y a quelques minutes plus tôt et là vous êtes ici, est-ce ma conscience qui c'est dit que vous allez venir ? Ou que c'est tout simplement une coïncidence ?»

J'optais plus pour la coïncidence, je n'étais pas assez douée pour prédire le futur, c'était insensé, mais l'important c'est qu'il semblait être en bonne forme et une bonne mine, peut-être que je me trompais sur ce point, mais au premier regard et même à son aura tout semblait correcte pour celui-ci, je pouvais cordialement me tromper, car il n'y a jamais des choses coulé dans le béton.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: We meet again ~ Aleksandr   Mar 29 Déc - 12:53



Le ciel est d'or rouge, les collines d'améthyste ; la mer exhale une buée diaphane, qui adoucit chaque contour et irise chaque nuance. ▬ Claude Farrère ; << L'homme qui assassina >>


Spoiler:
 


   
 
▬ « C'est bien étonnant de vous voir depuis notre dernière rencontre. Êtes-vous ici pour une commande ? »

   
 
▬ « Ce n’est pas si étonnant que ça non plus très chère, car oui, je viens pour récupérer une commande et en passer une nouvelle si le travail sur la première est comme je le souhaitais et l’aurais fait moi-même. Il s’agit d’un long manteau de ma taille en cuir de Russie que j’ai fourni à la propriétaire, si tout a bien été fait il devrait être d’une teinte rouge très sombre comme le grenat dénommé Pyrope. »

Je fis le tour de la boutique comme la dernière fois que j’étais passé pour passer cette commande que je venais maintenant récupérer tout en laissant la jeune fille s’approcher un peu de moi, je pouvais bien faire ça car après tout, même un aveugle aurait vu l’étonnement sur son visage quand j’avais passé la porte. Elle n’aurait jamais pu savoir que cela allait être moi comme je ne donnais jamais mon nom dans ce genre de cas, ni même un pseudonyme, et ce puisque généralement je m’attends à tomber sur la même personne entre la commande et la réception, j’étais donc moi-même un peu surpris de voir Emiko au comptoir mais pas des masses non plus au vue du nom de la boutique.
Je continuais de jeter un coup d’œil à ce qui était exposé tout en lançant quelques regards vers l’atelier où devait donc travailler la mère d’Emiko si jamais qu’un travail en cours soit visible et si cela pouvait me donner des idées sur une possible nouvelle commande.
Pendant ce temps, la demoiselle exprima le fait que cela faisait plusieurs jours qu’elle ne m’avait pas eu de mes nouvelles avant de me demander comment je me portais et comment cela se passait avec les Inquisiteurs, s’il était judicieux que je sorte avec ces derniers qui rôdent dans la capitale. Elle jeta même un regard aux fenêtres, comme pour s’assurer que personne de louche et sous une cape bien blanche à sigle rouge n’était pas en train de nous épier, de m’épier. La regarder observer l’extérieur me fit pouffer faiblement de rire en portant une main devant mes lèvres pour l’étouffer en partie pour qu’il ne paraisse pas comme étant moqueur, puisque ce n’était pas le cas.

   
 
▬ « Ne vous en faites pas, j’en ai croisé plus tôt sur le chemin mais je me suis contenté de les éviter, j’étais pressé après tout, déjà fortement en retard. Ils ne sont pas encore habitués à ces cheveux rouges, et ne s’attendent pas à me voir sortir d’un orphelinat en tant que directeur. C’est ce que je suis devenu pour répondre à votre question, j’ai racheté une propriété dans un quartier riche et noble et l’ai aménagé pour fonder un orphelinat avec les deux tiers du domaine, le reste étant mes bureaux et appartements pour ce qui est plutôt de l’ordre de la noblesse ou de ma vie privée. »

Je lui adressai un sourire et je soulevais mon couvre-chef de ma chevelure avec la poignée de ma canne pour l’en retirer et le prendre en main et reposais mon regard sur les œuvres de coutures exposées pour les analyser et jauger le travail de celle qui les avait confectionné dans le but de me faire une idée de mon manteau selon ses techniques et particularités, ainsi que ce que je pourrais bien commander d’autre en fonction de ces mêmes techniques et particularités de couture.
Pendant ce temps, Emiko se retournait vers le comptoir pour y prendre quelque chose qui ressemblait vaguement à un petit cahier qu’elle vint tendre en s’approchant de moi : Un dessin de moi. Je pouvais au moins lui concéder le fait qu’elle m’avait bien cerné puisqu’elle avait visiblement conçu ce dernier sans que je sois même présent pour faire office de model.
Le dessin était précis et les traits tracés avec une technique remarquable pour une fille de son âge. Je lui adressais un nouveau sourire en me retournant totalement vers elle, lui faisant alors face de ma grande taille.

   
 
▬ « Vous êtes passés dans mon esprit il y a quelques minutes plus tôt et là vous êtes ici, est-ce ma conscience qui s'est dit que vous alliez venir ? Ou que c'est tout simplement une coïncidence ? »

   
 
▬ « Je n’y connais pas grand-chose à ces histoires de sorcières, de voyantes et de médium, personnellement je dirais que vous m’avez complètement dans la peau ou parce que vous trouvez que je fais un parfait model, ou, si j’osais me le permettre, parce que vous avez eu le béguin pour moi dans le parc suite à notre baiser. Vous n’avez pas eu trop de mal à cacher la marque de baiser que je vous ai laissé au cou ? ~ »

Je lui adressais un énième sourire, mais celui-ci était nettement plus taquin et joueur, le regard tendre et les cils papillonnants légèrement tandis qu’un faible ricanement malin sifflait entre mes lèvres. Cela me fit d’ailleurs penser que j’avais toujours cette chose sur moi depuis notre rencontre au parc. Je retournais mon chapeau vers le plafond et y plongeais une main jusqu’à m’y enfoncer jusqu’au coude avant de remonter mon bras, tirant et extirpant de mon couvre-chef une toile que j’avais eu le temps d’améliorer avec quelques retouches pour faire ressortir quelques couleurs et éléments, comme les cheveux et les yeux de la personne représentée et même de le vernir après l’avoir signé par ‘’A.D.E.’’. Il s’agissait de la toile que j’avais peinte en échange du dessin qu’Emiko avait fait pour moi sur le banc du parc. Je posais mon chapeau sur la chevelure de la jeune fille en faisant attention à ce que mon couvre-chef ne glisse et ne recouvre pas toute sa tête à cause de la taille de sa tête, afin d’aller déposer la grande peinture derrière le comptoir puis je revenais vers elle, et reprenais mon chapeau pour le déposer sur le comptoir avant qu’il ne glisse et ne lui engouffre pas toute la tête, réduisant donc sa vision à zéro.

   
 
▬ « J’en profite donc pour vous offrir ce que j’avais entamé au parc maintenant que la toile est achevée et installée avec un très joli cadre. Je vais attendre ici pendant que vous chercherez mon manteau et ensuite nous parlerons de ma prochaine commande en détail si le travail a bien été fait. Je vous préviens pour le manteau cependant, il sera très probablement très lourd, alors faites attention à ne pas tomber en le prenant, il serait dommage que vous veniez à vous blesser par inadvertance à cause de ce dernier jeune fille. »



© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noble
Messages : 670
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part à la fois...

Feuille de personnage
Race/Statut: Médium~Noble
Âge: 17 ans
Relations:
MessageSujet: Re: We meet again ~ Aleksandr   Mar 29 Déc - 21:56







We meet again

Feat. Aleksandr D. Ezequiel






Sa présence m'étonne quelque peu, comment pouvait-il se promené librement tandis que ses inquisiteurs se promènent partout dans la ville, c'était tout de même étonnant qu'il ne s'est pas fait attrapé ou quelques chose dans ce genre, mais fort heureusement qu'il se portait bien malgré tout cette attraction de l'autre jour.

« Ce n’est pas si étonnant que ça non plus très chère, car oui, je viens pour récupérer une commande et en passer une nouvelle si le travail sur la première est comme je le souhaitais et l’aurais fait moi-même. Il s’agit d’un long manteau de ma taille en cuir de Russie que j’ai fourni à la propriétaire, si tout a bien été fait il devrait être d’une teinte rouge très sombre comme le grenat dénommé Pyrope.»

Ma mère avait prit sa commande sans de douter qui il était ? Et de plus ce n'était le nom qu'il affichait sur la liste, mais bien un nom très étrange... Au moins j'ai affaire à Aleksandr  plutôt que quelqu'un d'autre. Je lui adressais un doux sourire venant à regarder en arrière de moi cherchant du regard la commande d'Aleks, trouvés ! Il en fit même le tour de la boutique et en même temps je lui demandait de ses nouvelles.

« Ne vous en faites pas, j’en ai croisé plus tôt sur le chemin mais je me suis contenté de les éviter, j’étais pressé après tout, déjà fortement en retard. Ils ne sont pas encore habitués à ces cheveux rouges, et ne s’attendent pas à me voir sortir d’un orphelinat en tant que directeur. C’est ce que je suis devenu pour répondre à votre question, j’ai racheté une propriété dans un quartier riche et noble et l’ai aménagé pour fonder un orphelinat avec les deux tiers du domaine, le reste étant mes bureaux et appartements pour ce qui est plutôt de l’ordre de la noblesse ou de ma vie privée.»

Il m'adressait un sourire avant qu'il retire son couvre-chef à l'aide de sa canne et de le prendre dans ses mains. Il regardait autour de lui, sûrement les oeuvre fait par ma mère. Elle adorait coudre n'importe quoi, elle voudrait aussi allé plus loin en couture, même à y faire des rideaux pour décorés la maison, elle m'en parle presque à chaque jour...
 Et finalement je me retournais pour lui montrer son portrait juste avant qu'il fasse irruption dans le magasin, c'était tout à fait étrange, jamais je ne suis allé plus loin, soit que c'était une prédiction ou il était réellement dans ma peau...

«Je n’y connais pas grand-chose à ces histoires de sorcières, de voyantes et de médium, personnellement je dirais que vous m’avez complètement dans la peau ou parce que vous trouvez que je fais un parfait model, ou, si j’osais me le permettre, parce que vous avez eu le béguin pour moi dans le parc suite à notre baiser. Vous n’avez pas eu trop de mal à cacher la marque de baiser que je vous ai laissé au cou ? »

Suite à ses mots, je sentais que mes joues rosis et que je glissais une main au niveau de mon cou, non bien sûr que je n'avais pas eu la difficulté, j'ai porté pendant des jours des robes montant jusqu'au cou pour cacher ce qu'il m'avait laissé au cou, heureusement que c'était parti après quelques jours, ou peut-être plus. Il retournait finalement son chapeau, quelques choses lui avait passé dans son esprit avant qu'il sorte une grosse toile, oh oui c'est vrai, c'était l'oeuvre qu'il avait fait de moi avant que tout ce tracas soit passé... Il posait son chapeau sur ma tête pour qu'il tienne tandis qu'il dépose la grande peinture derrière le comptoir et de reprendre son chapeau et le déposer sur le comptoir.

«J’en profite donc pour vous offrir ce que j’avais entamé au parc maintenant que la toile est achevée et installée avec un très joli cadre. Je vais attendre ici pendant que vous chercherez mon manteau et ensuite nous parlerons de ma prochaine commande en détail si le travail a bien été fait. Je vous préviens pour le manteau cependant, il sera très probablement très lourd, alors faites attention à ne pas tomber en le prenant, il serait dommage que vous veniez à vous blesser par inadvertance à cause de ce dernier jeune fille. »


Je hochais délicatement ma tête avant de me diriger vers l'atelier et d'y voir un manteau rouge tel qu'Aleks me l'avait décrit. Je me grattais légèrement la tête avant que je m'empare du manteau très délicatement et fermement en m'empêchant de tomber, je me balançais quelque peu, c'était quoi ce manteau ? Je revenais vers l'avant avant de le déposer en douceur sur le comptoir presque essoufflé, je me laissais tomber sur banc.

«Ma foi... C'est lourd... Quel genre de modifications avez-vous demandé à mère ? Peut-être pour une personne normal ça aurait facile à transporter, mais je ne suis rien de bien normal... » dis-je doucement. «Êtes-vous satisfait du travail apporté ?»

Malheureusement mère ne se portait pas bien en ce moment même, elle s'était affaiblit pendant la nuit dernière je m'étais donc chargés du travail d’accueillir les clients et les servir, rien de bien banal, j'ai eu de longue conversation assez étrange et le résultat d'un jeune homme bienveillant qui allait se marier avec sa douce, tout était parfait pour eux...

«Donc est-ce que vous allez passé à la deuxième commande ? Et j'ai oublié de vous dire que votre couleur vous vas à ravir, bien que l'autre vous allait également, mais celle-ci fait ressortit vos yeux..»

J'étais maladroite, j'avais omit de lui prêté un tabouret sur lequel s'asseoir dessus, heureusement que j'en avait un deuxième pas loin de moi. Je descendais de mon tabouret avant de lui prêter celui à mes côté pour qu'il puis s'asseoir également, une fois qu'il avait prit place, je reprenais mon tabouret en soufflant doucement.

«J'ignore comment mère fait pour ce genre de travail à journée longue... Comparé à moi qui sait uniquement... Retouchés les vêtements, rien de bien extraordinaire, chaque client semblait déçu que cela soit moi qui les servent, mais je n'ai pas eu vraiment le choix...»

Je secouais doucement la tête avant d'adresser un doux sourire à Aleks avant de glisser mes bras sur le comptoir, enfin avec le peu d'espace qu'il y avait.

«D'où avez-vous l'idée de bâtir un orphelinat? C'est un geste très noble de votre part, aidez ses enfants n'ayant pas de toit sur la tête, c'est très apprécier, je suis sûr qu'ils sont très heureux.»

Au moins parmi eux ils ne devraient pas avoir des enfants qui voient des morts, peut-être à leurs âges c'était courant, mais ça allait se dissiper en vieillissant, oh comme j'aurais voulu que cela soit mon cas, mais non la vie était bien cruelle, surtout avec moi...



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia

_________________


Light x Emiko:
 
Charlie x Emiko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We meet again ~ Aleksandr   

Revenir en haut Aller en bas
 

We meet again ~ Aleksandr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-