« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Besoin d'air ... [PV Aleks]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Domestique
Messages : 53
Date d'inscription : 12/07/2015
MessageSujet: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Sam 12 Sep - 16:33


Besoin d'air...

feat Aleksandr



Un cri d'horreur franchi les lèvres de la jeune blonde alors qu'elle entrait dans la bibliothèque de ses employés du week-end.
Étant donné sa situation instable, la jeune Alyss acceptait souvent des petits boulots par ci par là, il fallait bien qu'elle mange et qu'elle dorme à l'abri. Mais ce boulot là, elle s'en souviendrai longtemps.

Après avoir entendu un hurlement digne des âmes tourmentées de l'enfer Alyss avait déboulée en courant dans la bibliothèque pour trouver les enfants des propriétaires une allumette à la main et une pile de livre en feu devant eux. Ce qu'Alyss avait prit pour des hurlements étaient en fait des exclamations de joie. La servante sermonna les deux enfants et les fit sortir de la pièce, à l'aide de sceaux d'eau et de torchons mouillées la jeune femme vint à bout du mini incendie, restait encore à faire disparaître les traces de suies qui maculaient la tête des enfants presque autant que le parquet. Alyss les força au bain et s'attacha à laver ce fichu parquet, bien sur la jeune femme fit de son mieux mais il restait des marques et les propriétaires le verrait... Généralement elle ne se trompait pas et lorsque les parents rentrèrent de leur journée, elle vit qu'elle ne se trompait pas. Ils découvrirent de suite le carnage et les enfants accusèrent Alyss pour ne pas se faire punir, la jeune blonde reçut une gifle et l'ordre express de sortir de cette maison. Alyss ne dit mot et fit sa petite valise qu'elle trimbalait partout, elle reçut tout de même son paiement et quitta la grande maison.

Il était 15 heures et elle se retrouvait à la rue. Alyss n'avait pas beaucoup d'options, elle leva les yeux et vit le parc qui s'étendait devant elle. La jeune femme décida qu'elle méritait bien un peu de repos et elle se dirigea vers la verdure et le calme qu'offrait ce lieu. Alyss eut le plaisir de trouver un banc en face d'une petite mare, la jeune femme posa sa valise non loin du banc et alla jeter un coup d'oeil à la petite mare, en regardant son reflet elle se rendit compte qu'elle avait des traces noires sur le visage, elle soupira longuement.

La voilà assise par terre en face d'une mare d'eau, le visage plein de suie et le moral au plus bas. La jeune femme avait besoin d'une bonne nouvelle mais elle doutait fortement qu'elle tombe du ciel sous son nez, un rire jaune s'échappa de ses lèvres pendant qu'elle faisait le bilan sur sa situation actuelle, elle n'en pouvait plus de vivre comme ça, elle avait besoin de changement, et vite. La jeune femme se releva doucement et frotta sa jupe de travail pou y enlever la poussière et l'herbe. Doucement elle prit place sur le banc à côté de sa valise, une petite brise se leva plutôt fraîche malgré l'heure. Alyss sentit ses cheveux venir chatouiller son visage et son cou tandis qu'un frisson la parcouru de haut en bas, il fallait qu'elle reparte en quête d'un toit mais l'envie lui manquait. La jeune femme resta la le regard dans le vide, perdue dans les méandres de son propre esprit ne prêtant aucune attention aux éléments extérieurs, à tel point qu'on pourrait lui voler sa valise qu'elle ne verrait rien.

*Comment j'en suis arriver là...* pensa t-elle en soupirant bruyamment.

Fiche de liens (c) Miss Yellow

_________________


I'm back ♥️


Dernière édition par Alyss Jackson le Mer 14 Oct - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Mer 16 Sep - 12:59



C'est un péché à l'encontre de soi-même que d'avoir des regrets. Notre cercueil ne doit contenir que le cadavre d'un homme, pas celui de ses rêves. ▬ Steve Tesich


Spoiler:
 

15 heures, et me revoilà dans un parc. Bonté divine. Enfin, je veux dire, bonté satanique. Décidemment je n’avais rien d’autre à faire ; me promener dans la ville et dans les parcs à longueur de journée. A force, je commençais à ressentir un profond ennui par la tournure répétitive que prenais mon quotidien depuis quelques jours. Mais tout ça, c’était la faute de ces fichus inquisiteurs. Après cette nuit difficile, entre humains malotrus, cette jeune Inquisitrice prénommée Evangeline, la garnison d’inquisiteurs qui était venue en renfort, et par-dessus tout, l’ange ; les patrouilles ont augmentés. J’en croisais de plus en plus souvent, et je devais du coup me faire tout petit, de jour comme de nuit. Heureusement que Londres était une grande ville ! Ils ne peuvent pas non plus déployer trop de personnes pour un seul démon, cela attirerait l’attention sur eux, et certainement la panique. Ils doivent donc également se faire discrets.

Mais le jour où cette Evangeline me retombera dessus, il me faudra prendre une décision quant à son sort. Elle semblait entêtée et particulièrement têtue lorsqu’il s’agit de chasser un démon, et elle ne lâche pas facilement l’affaire. Elle pourrait vite devenir un problème, elle semblait très sérieuse quant à l’idée de me capturer et de m’éliminer … Et puis, il y a toujours le mystère et le problème de cet ange qui est arrivé au pire des moments … Dire que j’étais venu à Londres pour être tranquille, loin de l’Inquisition, et être au calme. Voilà que les ennuis étaient venus jusqu’à moi, histoire de briser toute ma tranquillité. Un profond soupir se dégagea de ma gorge et de mes lèvres, et mes yeux se plissèrent. Toute cette agitation récente m’exaspérait profondément. Ces derniers temps j’étais déjà un peu lassé d’exterminer tout ce qui me passait sous la main, et tout ce beau monde pointe le bout de leur nez … Pourquoi maintenant. Je fis une grimace, désemparé par la situation. Ma situation. Je devais probablement être en train de vivre un moment de vide dans mon existence de démon. Un petit coup de vieux. Et ensuite ça ira déjà mieux. Mais avec tous les récents évènements, il ne m’était pas aisé de me détendre, et je continuais à recevoir des documents depuis l’Espagne, divers et variés. Du coup j’imagine que j’allais au parc pour m’éloigner de tout cela et oublier un peu mes problèmes d’inquisiteurs, d’anges, et de papiers. Sauf qu’à cette allure, le parc, j’allais l’user. Tout comme ma patience.
Je levais les yeux vers les mèches de cheveux rouges qui recouvraient mon front, avant de baisser le regard sur les mèches longues qui passaient par-dessus mes épaules, puis je regardais au niveau de mes pieds pour observer les pointes les plus longues qui touchaient presque le sol : Heureusement que je les avais attaché et légèrement remonté, ils étaient vraiment longs ces nouveaux cheveux … Ceux de mère traînaient aussi par terre, mais elle était plus petite. Beaucoup plus petite. Elle était à peine plus grande que moi, même pas une tête complète. Mais je m’en fichais, j’aimais ces cheveux. Cette longueur. Cette couleur rouge vive comme du sang à la lueur d’un feu intense. Ils me rappelaient ma tendre mère. Tout comme la couleur de mes pupilles lorsque je me regardais dans une glace ; un regard orangé, embrasé, ardent. J’étais heureux.

Un soupir se fit entendre, mais celui-ci n’était pas de moi, c’était sûr. Il était plus doux, moins grave. Un soupir de fille. Par curiosité innée et instinctive, mon regard alla voir du côté du soupir et je pouvais en effet observer une fille, jeune probablement en vue des traits de son visage, humaine, d’après son odeur, assise sur un banc. Il y avait également une valise à côté d’elle, cependant, la jeune fille semblait ailleurs. Perdue dans ses pensées. Ma curiosité se mit à contrôler mes jambes pour me guider dans sa direction lentement, et en silence. En quelques instants, je me retrouvais à côté de la valise et du banc où elle se trouvait, mais elle ne semblait pas prêter attention à ma présence, m’ignorant, ou alors, elle ne s’était même pas rendue compte, que quelqu’un se trouvait juste à côté d’elle.
Mais maintenant que j’étais plus proche, je pouvais mieux l’observer et l’analyser. Elle avait de la suie sur le visage, et en plus petite quantité sur sa robe. Sa robe donnait aussi l’impression d’avoir été traînée par terre, elle était froissée, et quelques taches de poussières pouvaient être identifiées par endroits.
J’avais d’abord pensé qu’il s’agissait d’une jeune fille qui allait partir en voyage, vue la valise, mais de plus près, elle n’avait vraiment pas l’allure d’une personne qui s’apprêtait à prendre des vacances.
C’était une sorte de robe pour travailler visiblement, d’après la couture, et le textile employé. Et avec la tête qu’elle faisait … Est-ce que cette jeune fille venait de se faire renvoyer, par hasard ? Sa joue gauche était de mon côté, et on pouvait y distinguer une marque rouge, en plus d’un léger gonflement. Un coup, une gifle, très probablement.

Ma curiosité continua dans son élan et mes bras vinrent se tendre pour attraper sa valise et l’ouvrir sans aucune gêne, et de toute façon, là encore, elle ne semblait pas réagir. Je pouvais donc bien jeter un coup d’œil, ce n’était pas comme si je fouillais.
Il y avait de tout. Un peu comme si elle trimballait sa maison avec elle. Curieux. J’imagine qu’elle ne devait pas avoir de logement, forcément, pour promener avec elle le nécessaire pour vivre. Mais tout de même. Je voulais en avoir le cœur net. L’entendre me répondre par elle-même. Je fis claquer la valise en la refermant pour essayer d’attirer l’attention de la demoiselle, afin de la reposer délicatement à sa place. Je rejetais ma tête en arrière pour élancer toute ma massive et longue chevelure derrière mes épaules dans mouvement ample et élégant, afin de mettre en avant ma tenue, toujours aussi noble qu’à l’accoutumée, entre le costume noir, la chemise noire, la cravate verte à motifs baroques, les boutons en or, la montre à gousset en argent. La seule chose qui changeait de mon habitude était le fait que je portais en plus un long manteau noir et sobre par-dessus le tout, mais ouvert.

   
 
▬ « Dites-moi jeune fille, vous en avez des choses sur vous. J’ai pris la liberté de jeter un coup d’œil, vous sembliez ailleurs et j’étais curieux, veuillez m’en excuser. Pourquoi trimballez-vous tout ceci sur vous ? Cela doit devenir pesant entre la maison et votre lieu de travail avec le temps, non ? A moins que ... Vous n'en n'ayez pas ..? »



© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Aleksandr D. Ezequiel le Ven 26 Fév - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Domestique
Messages : 53
Date d'inscription : 12/07/2015
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Sam 19 Sep - 16:09


Besoin d'air...

feat Aleksandr



Perdue dans ses propres pensées, ses propres ténèbres, le parc à l'ambiance apaisante et joyeuse se tintait de sombre et de tristesse. D'un coup les rires des enfants lui semblait des pleurs, et le soleil qui réchauffait l'atmosphère devenait insupportable et omniprésent. Alyss se laissait aller dans son inconscient, la partie caché de ses souvenirs et de ses ressentis. Un voyage dangereux, un voyage éprouvant, mais un voyage obligatoire si elle voulait retrouver sa motivation. Il fallait parfois toucher le fond pour prendre de l'élan et remonter plus vite. Tous ses souvenirs passaient devant ses yeux, elle entendit du bruit, on ouvrait une boîte, on fouillait dedans. Alyss ne comprenait pas beaucoup d'où lui venait ce souvenirs mais peut importe il était là, ensuite sa vision se tinta de rouge, un rouge bien présent mélangé avec des touches de noires...

Soudain un énorme claquement fit sursauter l'inconscient de la petite Alyss qui revint à elle dans un bond. Le banc dans le parc, ah oui c'est vrai. Elle n'avait pas bougé alors qu'est-ce qu'il l'avait tiré de sa rêverie? La blonde tourna la tête plutôt violemment rejetant ses cheveux dans son dos pour découvrir qu'elle n'était plus seule. Le claquement était celui de sa valise, cet homme, ce grand homme à côté d'elle venait de fouiller dans sa valise. C'était plutôt flippant mais Alyss ne releva pas elle fut trop omnibulé par la stature de son interlocuteur. Il était grand et plutôt impressionnant, il avait des cheveux rouges, tiens sa vison était teinté de rouge voilà pourquoi, et extrêmement long ils touchaient presque le sol! Et ses habits... De bonne qualité, très bonne qualité! Elle avait devant elle un homme noble plutôt très original dans son genre et très intrigant. La jeune femme releva les yeux jusqu'à son visage juste à temps pour le voir ouvrir la bouche et prendre la parole.

- Dites-moi jeune fille, vous en avez des choses sur vous. J’ai pris la liberté de jeter un coup d’œil, vous sembliez ailleurs et j’étais curieux, veuillez m’en excuser. Pourquoi trimballez-vous tout ceci sur vous ? Cela doit devenir pesant entre la maison et votre lieu de travail avec le temps, non ? A moins que ... Vous n'en n'ayez pas ..?

La première pensée qui effleura l'esprit de la jeune femme fut: "Non mais de quoi il se mêle?!" La deuxième ne fut pas beaucoup plus pertinente: "Il a fouillé dans MA VALISE?" Et enfin son cerveau se remit en marche correctement et elle secoua la tête. Un peu perdue elle mit quelques minutes a répondre, en choisissant ses mots comme lorsqu'elle parlait à ses employeurs, après tout il était noble elle lui devait bien ça.

- Hem c'est pas grave je devrai faire plus attention, c'est ma faute. A vrai dire je...Je n'est pas de "chez moi" comme vous dites, la valise est en quelque sorte ma maison. Je vous avoue qu'on s'y sent à l'étroit au fil du temps... Pardonnez moi mais pourquoi ces questions? Vous avez l'air d'avoir mieux à faire, votre temps est de ceux qui sont précieux.. Enfin je suppose.

Alyss avait horreur de se plaindre, elle n'était pas vraiment à l'aise et ça se voyait, son histoire était personnel et elle n'aimait pas étaler sa vie ni ses problèmes mais elle ne savait pas pourquoi cet homme lui paraissait si... Charismatique peut être? Enfin le fait est qu'elle ne pensa même plus à son malaise en répondant totalement honnêtement.

"Toujours donné raison à son maître, ne pas le contrarié et se rabaissé" c'étaient les trois commandements qu'Alyss appliquait tout le temps peut importe la nature de l'employeur homme ou femme ou même enfant elle fonctionnait comme ça parce que c'est comme ça qu'elle restait le plus longtemps au service de ses maîtres. Mais lui n'était pas son maître, elle ne le connaissait pas, elle ne savait rien de lui à part ce qu'elle pouvait déduire de son apparence soit juste sa condition sociale et pas grand chose de plus, elle se permettait donc de demander des explications, pourquoi s'était-il arrêter? Tout d'un coup l'esprit d'Alyss s'illumina, et si cet homme avait de mauvaises intentions envers elle? Ce serait le meilleur moyen de l'aborder... A cette pensée, doucement et délicatement tous les muscles du corps de la jeune femme se tendirent comme la corde d'un arc. La jeune blonde passa de confiante et intriguée à méfiante et peureuse, secrètement et intérieurement elle espérait se tromper, elle espérait ne pas avoir à courir en hurlant parce qu'elle était à bout de force...



Fiche de liens (c) Miss Yellow

_________________


I'm back ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Mer 30 Sep - 17:00



C'est un péché à l'encontre de soi-même que d'avoir des regrets. Notre cercueil ne doit contenir que le cadavre d'un homme, pas celui de ses rêves. ▬ Steve Tesich


Spoiler:
 


   
 
▬ « Hem c'est pas grave je devrai faire plus attention, c'est ma faute. A vrai dire je...Je n'ai pas de "chez moi" comme vous dites, la valise est en quelque sorte ma maison. Je vous avoue qu'on s'y sent à l'étroit au fil du temps... Pardonnez-moi mais pourquoi ces questions? Vous avez l'air d'avoir mieux à faire, votre temps est de ceux qui sont précieux.. Enfin je suppose. »

Une sans-abri ? Quelle tristesse. N’avait-elle donc pas de parents pour s’occuper d’elle ? Après tout, elle n’avait fait que faire comprendre qu’elle vivait dehors, pas qu’elle était une orpheline. Mh, tout ceci faisait vite de trop dans ma tête, je réfléchissais beaucoup trop vite et imaginais tout ce qu’elle pouvait avoir comme raisons d’être dans une telle situation.
Elle ne semblait pas non plus manquer d’intelligence et de réflexion, me faisant comprendre qu’elle-même avait compris que je n’étais pas non plus une personne lambda parmi tant d’autres. Tout en précisant que cela n’était qu’une supposition. Cherchait-elle à masquer une certaine part d’intelligence en plaçant cela comme une supposition, ou sous-entendait-elle que d’une certaine manière, n’importe qui pouvait être bien habillé, et que l’habit ne faisait pas le moine ?

Elle semblait pensive, tout autant que lorsque je l’avais trouvé sur son banc, alors qu’elle me fixait brièvement, et il ne fallut pas longtemps avant que son aura ne change ; passant de l’aura d’un enfant que l’aurait déposé devant un tas de jouets qu’il n’avait encore jamais vu, à celle d’un petit animal perdu dans un coin de forêt duquel son instinct l’averti qu’ici est le repaire de prédateurs dont il doit se méfier, dont il doit avoir peur. C’était exactement cela. Et je ne pus m’empêcher de hausser les épaules en soupirant faiblement et sans m’en cacher. Un léger air de déception s’affichait alors sur mon visage alors que je la contemplais encore.
Subitement, un léger coup de vent passa juste à côté de nous, sauf qu’il était totalement différent d’un simple coup de vent parfaitement normal. Quel coup de vent était accompagné d’halètements et de ricanements ? Ma tête se tourna pour observer l’absence de la valise, puis, plus loin, visiblement un homme qui courait en serrant cette dernière contre lui alors qu’il prenait la fuite avec … Son butin ? Mon pauvre, tu serais déçu si tu savais ce qu’il y avait à l’intérieur de cette mallette.

   
 
▬ « Très chère, il semblerait que votre valise soit en train de se faire … La malle. Haha. »

Encore une fois, je me mis à hausser les épaules avant de porter une main à mon couvre-chef simplement pour le tenir et le maintenir sur ma chevelure, le regard posé sur le voleur qui semblait bien loin mais toujours à portée de vue. Cela ne prit que quelques secondes avant que ce dernier ne se percute contre mon torse, ma chevelure flamboyante voletant derrière et tout autour de moi, le regard posé sur le visage de ce malotru. Il semblait perplexe de ne pas m’avoir vu arriver à côté et encore moins devant lui, mais dans son regard on pouvait également lire qu’il n’avait pas dit son dernier mot, avant de faire demi-tour. Cependant, son regard avait croisé le mien, il était déjà trop tard. Quelques mètres plus loin, il put constater que j’étais de nouveau devant lui. Un mouvement de recul, il tourna alors sur la droite, puis j’étais à nouveau devant. Un mouvement de recul, un mouvement sur la gauche, j’étais encore là.
Mais aux yeux de n’importe qui, il n’était qu’un homme complètement fou qui tournait en rond, s’arrêtant brusquement et faisant demi-tour comme si quelque chose ou quelqu’un d’invisible aux yeux du monde lui barrait la route. J’étais toujours là où il m’avait percuté, le fixant, le regard mauvais, un de ces regards qui jugent votre âme et votre vie avant de décider qu’elle n’avait pas la moindre importance.
Son visage commençait à se couvrir de sueur, probablement froide. Sa respiration se faisait plus saccadée, peureuse, effrayée. Son regard regardait tout autour de lui, et il me voyait, dédoublé, triplé, quadruplé, et encore et encore, tout autour de lui. Il semblait au bord de la crise, prêt à hurler, se recroquevillant sur lui-même et la valise. Je fis un pas en avant, mes doubles faisant de même au même moment, jusqu’à arriver derrière lui. Il pleurait et gémissait de terreur. Pathétique.

A l’aide d’un de mes pieds, je vins le pousser sur le dos au sol et lui prit la valise des mains sans faire preuve d’aucune force, car après tout il n’y exprima aucune résistance, il devait probablement prier pour sa vie ou prier qu’il n’était pas en train de devenir complètement fou.
Je déposais la valise à côté de moi pour venir l’empoigner par le col et le soulever comme s’il n’avait aucune poids, et me mit à ricaner, imitant le sien quand il avait attrapé la mallette avant de s’enfuir, puis je posais mon regard sur la marre d’eau non loin du banc où se trouvait la propriétaire de la malle.

   
 
▬ « C’est mal de voler monsieur. Tâchez d’y réfléchir à l’avenir. »

Ne le soulevant plus que d’un bras, brusquement et en déployant cette fois-ci davantage de force, je le tirais derrière moi avant de balancer mon bras qui le retenait dans la direction de la marre pour l’y lancer comme un vulgaire poids, le regardant voler, puis plonger lourdement dans l’eau de la marre qui se trouvait probablement à une vingtaine de mètre de ma position. Et tout aussi vite que j’étais arrivé devant lui, la chevelure virevoltante, je me retrouvais là où j’étais plus tôt à discuter avec la jeune fille, toujours une main à mon chapeau pour le retenir, et l’autre empoignant fermement la valise que je vins reposer à sa place ; lançant un regard furtif vers la marre pour constater que l’homme reprenait ses esprits et se débattait pour sortir de l’eau et prendre la fuite, les mains vides à son grand regret. Un soupir s’échappa de mes lèvres, et mes prunelles observèrent à nouveau la demoiselle, avant qu’un sourire ne se dessine sur mes lèvres.

   
 
▬ « Vous devriez faire plus attention à vos affaires, vous ne serez pas toujours bien accompagnée pour vous permettre de vous dire que de toute façon, le malotru qui aura pris votre valise se fera rétamer, et votre bien, remit en main propre. »



© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Aleksandr D. Ezequiel le Ven 26 Fév - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Domestique
Messages : 53
Date d'inscription : 12/07/2015
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Sam 17 Oct - 17:03

La jeune femme était vraiment plongée dans ses pensées et elle ne cessait d'essayer de deviner les intentions de cet homme mystérieux. Elle le vit soupirer sans gêne et hausser les épaules à la suite des paroles de la jeune blonde, elle trouvait cela plutôt déplacé elle venait de lui avouer qu'elle était sans abris et lui il trouvait ça... Banale ou quelque chose comme ça. Alyss ne put pas vraiment se poser d'autres questions qu'elle sentit un courant d'air plus fort que les précédents lui fouetter le visage. La blonde ne comprit pas tout de suite ce qui s'était passée...

- Très chère, il semblerait que votre valise soit en train de se faire … La malle. Haha.

Alyss sauta sur ses pieds en se retournant vers le voleur qui courrait avec sa valise, sa vie, ses affaires enfin tout ce qu'il lui restait. Y compris les derniers souvenirs qu'il lui restait de son père et de sa tante. Elle ne pouvait pas perdre tout ça, elle voyait littéralement sa vie s'éloignait d'elle, à cette distance elle ne le rattraperai jamais, personne ne le pouvait. Et même si elle le pouvait qu'allait-elle bien pouvoir faire avec sa petite carrure? Elle ne savait pas se battre du tout elle se ferait massacrée... Et peut-être même violée...

Pendant que mille et une idées, plus délirantes les unes que les autres, traversaient la tête de la jeune femme, l'homme mystérieux avait réussi, dieu seul sait comment, à rejoindre le voleur. Alyss contemplait la scène et vit l'homme perdre la tête, il courait partout en vain comme si quelqu'un l'empêchait d'avancer. Doucement l'homme tomba dans la folie et finit par terre. L'homme aux cheveux rouges le poussa par terre, il n'avait quasiment pas bougé pendant la scène, et il récupéra la valise de la jeune femme. Il la posa et doucement il attrapa le voleur par le col et aussi loin qu'il était il le lança dans la mare derrière la jeune femme. Alyss regarda passer le corps de l'homme et atterrir dans la mare derrière elle. Pendant tout ce temps la jeune femme eut les yeux ecarquillés et la bouche grande ouverte montrant clairement qu'elle ne comprenait rien à ce qui était en train de se passer devant ses yeux. Elle se retourna pour regarder son "sauveur aux cheveux rouges" ramener sa valise mais il était déjà là, devant elle. Surprise Alyss cria et en reculant ses genoux heurtèrent le banc et elle retomba assise. Son regard fut attiré par l'homme qui se débattait dans l'eau, il le méritait après tout! Puis vers sa valise de nouveau poser juste à côté d'elle. La jeune femme leva la tête et regarda son sauveur de valise.

- Vous devriez faire plus attention à vos affaires, vous ne serez pas toujours bien accompagnée pour vous permettre de vous dire que de toute façon, le malotru qui aura pris votre valise se fera rétamer, et votre bien, remit en main propre.

Alyss prit un peu le temps d'organiser ses questions et ses remerciements avant d'émettre un son, toujours aussi étonnée de la tournure que la situation avait prise.

- Qu... Quoi.? Oh mais comment... Vous... Qui êtes vous?! C'était... C'était pas... très... normale...

Bon d'accord c'était pas fameux comme organisation de pensée mais il fallait la comprendre la pauvre elle n'avait jamais eu affaire à ce genre de manifestation bizarre... Personne ne peut courir aussi vite.

- Je... Merci, merci du fond du coeur, je ne comprend pas qui vous êtes et ni comment vous avez pu faire ça... Mais un énorme merci pour mes affaires, elles n'ont peut être pas de valeur monétaires mais elles en ont une sentimentale pour moi... Je n'aurai pas supporter de les perdre... Je ne... Je ne sais pas comment je pourrais vous remercier

HRPG: J'ai décider d'abandonner les codes pour les RP, la flemme \o/

_________________


I'm back ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Lun 21 Déc - 15:16



C'est un péché à l'encontre de soi-même que d'avoir des regrets. Notre cercueil ne doit contenir que le cadavre d'un homme, pas celui de ses rêves. ▬ Steve Tesich


Spoiler:
 


   
 
▬ « Je... Merci, merci du fond du cœur, je ne comprends pas qui vous êtes et ni comment vous avez pu faire ça... Mais un énorme merci pour mes affaires, elles n'ont peut-être pas de valeur monétaire mais elles en ont une sentimentale pour moi... Je n'aurai pas supporté de les perdre... Je ne... Je ne sais pas comment je pourrais vous remercier »

Perdue. Voilà dans quel état se trouvait la jeune fille qui venait d’assister au sauvetage de son bien et à la leçon infligée à son voleur de valise qui se débattait encore dans la mare d’eau, probablement toujours sous les effets de ma petite illusion qui lui donnait l’impression d’être encerclé et privé de toutes échappatoires.
Avant de prononcer cette phrase plus ou moins construite elle avait d’abord laissé s’échapper quelques mots qui semblaient sortir de sa bouche de manière très aléatoire, l’alignement de ces derniers ne faisant strictement aucun sens si ce n’est que ce qu’elle venait de voir n’était pas ‘’normal’’
La demoiselle était donc habituée à la banalité la plus humaine et n’avait eu aucune accroche avec l’étrange monde des êtres surnaturels qui pullulent pourtant dans la capitale londonienne comme des rats en pleine crise de peste en France.
Je fis un pas de côté pour contourner le banc sur lequel elle se trouvait pour m’arrêter devant la mare afin d’en sortir le malotru et le jeter à terre pour le regarder fuir en rampant d’abord, ayant encore un peu de mal à se relever et tenir sur ses jambes. Je lui donnais d’ailleurs quelques coups de canne afin de le stimuler et le pousser à prendre ses jambes à son cou le plus vite possible.

Une fois hors de vue, je ne pus m’empêcher de lâcher un long et profond soupir puis je me retournais vers la jeune fille et allait la rejoindre sur son banc, lui adressant un fin sourire amical alors que je croisais mes jambes et joignais mes mains ensemble pour les déposer par-dessus mes genoux.

   
 
▬ « Respirez un bon coup, ce que vous dîtes manque presque de sens tant vous mélangez vos mots. Première question, ‘’quoi ?’’, votre valise était entre les mains d’un inconnu mal intentionné et prêt à tout pour probablement avoir suffisamment d’argent pour se payer ses quelques nombreuses bières quotidiennes, et un autre inconnu s’est interposé pour récupérer votre bien et vous le rendre. Deuxième question, ‘’Qui êtes-vous ?’’, léger manque de politesse et de tact car l’on se présente avant de demander le nom d’autrui mais excusable quant à la situation présente. Et le nom demandé est Aleksandr Dante Ezequiel, ravis de vous rencontrer. »

Je profitais du fait de ne plus avoir mon chapeau sur la tête pour pencher cette dernière en avant vers la jeune fille dans un mouvement courtois pour accentuer ma présentation et mon ravissement quant à notre rencontre, je devais l’avouer j’avais un tout petit peu la flemmardise que de me relever et lui octroyer une révérence pour me rasseoir juste après. Donc, la moindre des choses était de lui adresser un mouvement de tête car je n’étais pas non plus un rustre.
Encore moins avec quelqu’un qui se sentait redevable même pour une broutille, je m’étais contenté d’arrêter un voleur plutôt malchanceux de m’avoir dans les parages, mais un voleur tout de même. N’importe qui aurait fait la même, non ? Rassurez-moi ? Je ne suis pas le seul qui aurait arrêté ce sacripant et rendu sa valise à cette jeune fille ?
Le doute est probablement permis.

   
 
▬ « Et cessez de me remercier autant, quant à ce qu’il s’est passé, si, c’est normal. Un malotru a essayé de vous voler et je me suis interposé pour vous rendre votre valise, ni plus ni moins. Qui plus est, j’y avais jeté un coup d’œil et n’importe qui se serait rendu compte de la valeur sentimentale de vos possessions. En plus, vous avez dit que c'était votre maison d’une certaine manière, même si cela reste plutôt cocasse comme paroles. Le reste n’est qu’un détail. »

Je la toisais du regard pour l’observer dans les moindres détails. Sa corpulence était plutôt normale et elle ne semblait pas avoir la peau sur les os ni l’air affamé. Son regard n’avait pas non plus cette lueur qu’ont certaines personnes qui vivent à la rue depuis longtemps. Sa robe n’était pas non plus délavée, couverte de saleté ou déchirée, en lambeaux. Ses cheveux étaient également plutôt propres. Ou elle n’était à la rue que depuis peu, peut-être mise à la porte parce qu’elle ne pouvait plus payer son logement ou mise à la porte du domicile familial, puisqu’elle n’avait pas non plus l’air d’être très âgée. Ou alors, la jeune fille essayait tant bien que mal de s’en sortir, à son âge et en étant une fille, il était encore possible de tenter sa chance dans des familles plus ou moins aisées en faisant les tâches ingrates, et ce contre une maigre rémunération mais aussi de ce fait, la possibilité d’avoir une chambre, donc un toit et à manger pour pallier au petit salaire. Cependant à cet âge-là c’est surtout les familles un peu difficiles ou capricieuses qui vous prennent comme un légume dans un étalage au marché et qui peuvent alors vous jeter de la même manière quand et comme bon leurs semble. La triste réalité et dureté de la vie qui impose son jugement et ses caprices.

Je relevais mon regard vers le visage de la demoiselle pour la fixer droit dans les yeux de mes prunelles rouges orangés, un petit sourire se dessinant sur mes lèvres alors que je jouais avec mes doigts sur mon chapeau et caressais parfois les pétales des quelques roses rouges qui le surplombaient et le décoraient. Cela valait bien le coup de lui demander la raison et de savoir ce qu’il en était réellement, car après tout, je ne venais de faire que des suppositions.

   
 
▬ « Vous dîtes que vous n’avez pas de chez vous, pardonnez ma curiosité déplacée, mais puis-je savoir pourquoi ? Vous ne semblez pas non plus vivre à la rue depuis plusieurs mois ou plusieurs années, j’ai deux explications en tête mais j’aimerais bien entendre la raison, déjà pour savoir si j’étais dans le vrai ou le faux. Vous êtes-vous faites dépassée et mise à la porte par un propriétaire avare et difficile qui vous a fait prendre vos clics et vos clacs ? Ou avez-vous par hasard une petite expérience en tant que domestique chez quelques familles plus ou moins fortunées à qui vous demandiez de vous fournir le nécessaire pour vous loger ? »

Je ne la lâchais pas du regard alors que je lui étalais ce que je pensais sans m’en cacher, je ne voyais pas non plus pourquoi je n’aurais pas dû le lui dire, si je m’étais contenté de lui demander pourquoi elle se retrouvait à la rue, elle se serait doutée que je m’étais de toute façon déjà posé la question et avais quelques hypothèses.
Je pris mon couvre-chef et venais le remettre par-dessus ma chevelure enflammée et j’attendais ma réponse en la fixant droit dans les yeux, même si pendant quelques instants mon regard semblait regarder autre chose qu’elle dans ses yeux. Je venais de me dire, que si mon hypothèse sur sa possible situation de domestique était juste, que je pourrais peut-être lui proposer quelque chose si l’envie m’en dit ; je pouvais en avoir l’utilité et cela lui serait également bénéfique en tant que débutante car si elle était bien une domestique elle l’était forcément, une domestique plus expérimentée, même mise à la porte, serait déjà dans une autre famille qui se l’aurait arraché avec d’autres pour l’obtenir. Mais même si je pourrais très bien en avoir envie, il faudrait également qu’elle se montre au moins digne de la tâche et motivée car j’étais loin d’être un maître facile et je n’étais pas non plus humain, ce qui pouvait entraîner certaines conditions de travail assez particulières.



© By Halloween sur Never-Utopia



Dernière édition par Aleksandr D. Ezequiel le Ven 26 Fév - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Domestique
Messages : 53
Date d'inscription : 12/07/2015
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Sam 9 Jan - 15:37

Lentement, ayant à peine conscience de ce qu'il se passait autour d'elle la jeune femme tourna la tête pour voir son voleur se débattre dans la mare, tout trempé et surtout perdu quand à ce qu'il venait de voir.
Sur ce dernier point Alyss ne faisait pas la fière non plus, elle aussi n'avait pas tout saisi de ce qui s'était pourtant déroulé sous ses yeux. Ce qui comptait le plus pour elle c'était que ses affaires soit sauf et en sa possession.
Alyss suivi son interlocuteur du regard lorsqu'il fit quelques pas en direction de la mare, elle l'observa de loin mais elle avait l'impression de voir la vie à travers un voile. Décidément ces derniers temps étaient riches en surprise et en émotion. Lentement et avec une classe et un charisme qui ne trompait personne, son sauveur revint vers elle. Il prit place sur le banc et la jeune femme fit de même se positionnant à ses côtés, elle sentait qu'elle devait se méfier de cet homme mais elle n'arrivait pas à imaginer qu'il puisse vouloir lui faire du mal. C'était naïf et enfantin de réfléchir de cette manière, mais Alyss fonctionnait comme cela.

- Respirez un bon coup, ce que vous dîtes manque presque de sens tant vous mélangez vos mots. Première question, ‘’quoi ?’’, votre valise était entre les mains d’un inconnu mal intentionné et prêt à tout pour probablement avoir suffisamment d’argent pour se payer ses quelques nombreuses bières quotidiennes, et un autre inconnu s’est interposé pour récupérer votre bien et vous le rendre. Deuxième question, ‘’Qui êtes-vous ?’’, léger manque de politesse et de tact car l’on se présente avant de demander le nom d’autrui mais excusable quant à la situation présente. Et le nom demandé est Aleksandr Dante Ezequiel, ravis de vous rencontrer.

Alyss voulut répliquer quant au manque de tact mais elle choisit de se taire, il avait marqué un point. C'est fou comme on peut oublier toutes ses leçons de protocole lorsqu'on est boulversée ! La jeune femme en avait oublié ses principes et sa courtoisie, elle s'en voulu un tout petit moment puis revint au moment présent juste à temps pour le voir appuyer sa salutation d'un mouvement de tête.
Aleksandr Dante Ezequiel. Alyss ne put s'empêcher d'afficher un sourire bienveillant, ce nom reflétait bien le titre de noble que l'homme devait occuper. A côté son nom à elle avait l'air minable et sans relief. Alyss Jackson. C'était moins jolie, moins chantant, mais c'était tout de même son nom, son seul ancrage inchangeable dans ce monde (ou presque).

- Pardonnez mon impolitesse, je suis encore un peu sous le choc, et pardonnez d'avance cette autre remarque mais je m'étonne de ne pas avoir entendu votre nom auparavant, vous semblez faire partie de l'élite de cette ville. Je me rends compte que je parle beaucoup pour rien dire... Enfin je suis très honnorée de vous rencontrer également. Oh et je m'appelle Alyss. Alyss Jackson.

La jeune femme pencha la tête sur le côté, elle avait gardé cette habitude de petite fille lorsqu'elle se présentait: elle faisait la moue et penchait la tête en parlant. Avec un sourire toujour accroché aux lèvres elle mima une petite révérrence à l'intention d'Aleksandr.

- Et cessez de me remercier autant, quant à ce qu’il s’est passé, si, c’est normal. Un malotru a essayé de vous voler et je me suis interposé pour vous rendre votre valise, ni plus ni moins. Qui plus est, j’y avais jeté un coup d’œil et n’importe qui se serait rendu compte de la valeur sentimentale de vos possessions. En plus, vous avez dit que c'était votre maison d’une certaine manière, même si cela reste plutôt cocasse comme paroles. Le reste n’est qu’un détail.

Alyss baissa un peu la tête et son regard se perdit dans le vide pendant qu'elle écoutait la dernière remarque de ce mystérieux sauveur aux cheveux rouges. Oui c'était sa maison mobile. Un des enfants qu'elle gardait lui avait dit un jour qu'elle ressemblait un peu à une tortue avec sa valise-maison qu'elle trimbalait partout. Cette image était toujours rester dans la tête de la jeune femme, elle la trouvait mignonne, bien loin de la réalité de devoir porter sa maison partout où l'on va ! Mais la vision de cet enfant l'avait fait réfléchir et relativiser sur sa situation, c'était pas si mal une tortue après tout ! Doucement Alyss releva le regard et le dirigea vers le visage d'Aleksandr qui recommençait justement à parler.

- Vous dîtes que vous n’avez pas de chez vous, pardonnez ma curiosité déplacée, mais puis-je savoir pourquoi ? Vous ne semblez pas non plus vivre à la rue depuis plusieurs mois ou plusieurs années, j’ai deux explications en tête mais j’aimerais bien entendre la raison, déjà pour savoir si j’étais dans le vrai ou le faux. Vous êtes-vous faites dépassée et mise à la porte par un propriétaire avare et difficile qui vous a fait prendre vos clics et vos clacs ? Ou avez-vous par hasard une petite expérience en tant que domestique chez quelques familles plus ou moins fortunées à qui vous demandiez de vous fournir le nécessaire pour vous loger ?

- Votre capacité à lire au travers des gens est remarquable, Alyss laissa échapper un petit rire. Votre curiosité est justifiée. Et pour répondre à vos deux questions: Non et Oui. Je suis une domestique, enfin du moins j'essaie de l'être. Cela fait déjà quelques mois que les interventions chez les familles se cantonne à quelques jours, au mieux quelques semaines, donc je me retrouve de plus en plus ici pour certaines nuits.

Alyss eut un léger sourire embarrassé avant de regarder à nouveau Aleksandr dans les yeux, elle nota au passage leur drôle de couleur qui l'intrigua légérement. Elle n'en fit pas la remarque à voix haute mais le garda pour elle de ne jamais les oublier et d'essayer de les remttre sur papier. Les talents de dessinatrice d'Alyss étaient très en dessous de la moyenne, mais elle ferait l'effort pour se souvenir de ces yeux plutôt particuliers.

- En même temps d'après ce que je peux voir de vous je pense que vous avez simplement reconnu en moi ce que vous avez pu voir chez vos actuels ou anciens domestiques, dit-elle en haussant les épaules un sourire triste aux lèvres.

La jeune fille se posait beaucoup de question sur cet homme assez étrange qu'elle avait en face d'elle. Néanmoins les protocoles et les classes sociales qui les séparaient l'empêchait de poser ses questions, ce serait inconvenant et tès mal avisée de son point de vue de domestique de question un homme de son rang sur sa vie personnel et ses origines. Cependant toute personne capable d'un minimum d'observation était capable de deviner que la jeune domestique bouillonnait de l'intérieure tant elle était curieuse de connaître cet Aleksandr. Tout à coup une idée fit son chemin dans l'esprit de la jeune fille, et si cet noble personne cherchait une domestique ? Presque par réflexe Alyss se redressa un peu et tenta d'arborer une mine plus professionnelle que celle qu'elle pouvait afficher, elle aurait du y penser plus tôt ! Cet homme était peut-être sa chance de dormir au chaud ce soir...

_________________


I'm back ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   Ven 26 Fév - 19:45



C'est un péché à l'encontre de soi-même que d'avoir des regrets. Notre cercueil ne doit contenir que le cadavre d'un homme, pas celui de ses rêves. ▬ Steve Tesich


Spoiler:
 


   
 
▬ « Pardonnez mon impolitesse, je suis encore un peu sous le choc, et pardonnez d'avance cette autre remarque mais je m'étonne de ne pas avoir entendu votre nom auparavant, vous semblez faire partie de l'élite de cette ville. Je me rends compte que je parle beaucoup pour rien dire... Enfin je suis très honorée de vous rencontrer également. Oh et je m'appelle Alyss. Alyss Jackson. »

La jeune fille avait de la ressource et une certaine capacité de réflexion, et de concentration. C’était une qualité comme une autre même si elle soulevait sans délicatesse le fait qu’elle n’avait jamais entendu mon nom jusqu’à maintenant alors que je lui donnais l’impression de faire partie de l’élite de la ville. De l’élite, oui … Mais de l’élite espagnole. L’Angleterre c’était une toute autre histoire, je m’étais fait connu pour d’autres raisons, par d’autres personnes, dans d’autres milieux. Et d’une manière plutôt ironique, mon nom était connu dans le milieu le plus bas et malsain de la capitale mais aussi du milieu le plus élevé, jusqu’aux oreilles de la Reine Victoria, qui d’ailleurs, ne devrait plus pester sur moi depuis le petit incident qui s’était déroulé dans son château avec Angelica … En tout cas je l’espérais, et il était parfaitement normale que cette demoiselle n’ai encore jamais entendu parlé de moi, et cela n’aurait jamais été le cas de toute façon, il serait bien mal avisé de ma part de me faire connaître avec que je suis un incube recherché et traqué par l’Inquisition qui traîne dans la ville … Même si, peut-être un jour, les Inquisiteurs feront le rapprochement entre mon nom et les initiales du propriétaire du nouvel orphelinat de la ville … A.D.E … Je manquais clairement d’imagination. Mais qu’à cela ne tienne. Alyss Jackson donc. Elle ponctua ses présentations d’une révérence.

Au fil de mes légers monologues, la jeune fille semblait parfois perdu dans ses pensées, réfléchissant probablement à sa condition que je mettais en avant, si ce n’est pas la pointer du doigt. Et moi qui parlais de manque de tact. Faut bien être un incube pour faire des rappels aux gens et se permettre de se contredire en faisant l’inverse quelques instants après. Même si ce n’était pas mon intention, j’étais juste curieux et je cherchais à comprendre, mais elle pouvait très bien l’avoir pris ainsi. Il en valait de même sur ma remarque quant à son manque de politesse, je voulais juste lui faire comprendre que dans d’autres circonstances, moi ou quelqu’un d’autre aurait pu mal prendre son impolitesse, même si cela n’aurait pas été mon cas. J’apprécie certes le fait d’être respecté des autres mais il y a des moments pour et d’autres qui ne le sont pas, et de toute façon, ce n’était pas tant mon statut que me différenciait des autres, mais ma nature. Mais ça, c’est une autre histoire.

   
 
▬ « Votre capacité à lire au travers des gens est remarquable. Votre curiosité est justifiée. Et pour répondre à vos deux questions: Non et Oui. Je suis une domestique, enfin du moins j'essaie de l'être. Cela fait déjà quelques mois que les interventions chez les familles se cantonnent à quelques jours, au mieux quelques semaines, donc je me retrouve de plus en plus ici pour certaines nuits. En même temps d'après ce que je peux voir de vous je pense que vous avez simplement reconnu en moi ce que vous avez pu voir chez vos actuels ou anciens domestiques. »

Après quelques instants de silence suite à cette remarque, Alyss entreprit de se redresser et de se tenir droite, et elle changea d’expression et faisait preuve de sérieux, de professionnalisme en mettant de côté la candeur et la naïveté. La jeune fille semblait avoir réaliser qu’en tant que noble, je faisais partie de ceux qui l’embauche et lui donne du travail, un toit. Une raison d’être. Et elle ne s’en cachait pas, elle s’assumait parfaitement, ça se voyait dans ses yeux qu’elle n’avait aucune envie de passer la nuit dehors alors que la chance pourrait très bien lui sourire avec moi. Je me mis à jouer avec quelques-unes de mes mèches de cheveux flamboyants pyropes tout en souriant finement. Ce genre de regard, c’était le regard de ceux qui étaient capables de tout pour aller de l’avant, qui ne reculaient devant rien, ou presque rien. L’intérêt grandissant avec force, je continuais de jouer et de m’amuser avec mes cheveux en faisant néanmoins attention à ne pas faire de nœuds.

   
 
▬ « Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas mon nom, j’évite seulement de me faire remarquer de tout le monde, ce qui se déroule dans le château de votre Reine reste dans le château de cette dernière et ne concerne que les personnes qui s’y trouvent. D’ailleurs, je suis avant tout de l’élite espagnole, je ne suis pas originaire d’ici, tout simplement. Et je suis navré pour vos interventions malheureusement courtes, de nos jours, les nobles font des caprices pour un oui ou pour un non, et les humains sont capricieux de nature … Quand ils veulent quelque chose, ils le font comprendre. Un peu comme vous en ce moment-même, mais j’aime les personnes capricieuses et qui ne s’en cachent pas. J’aime le culot. Mais cela ne veut pas dire que vous obtiendrez quelque chose de ma part juste avec des sourires et du sérieux, le plus important pour une domestique, c’est d’être compétente. N’importe qui peut sourire, faire une révérence et saluer dans une robe et un tablier. Il faut savoir être performante et polyvalente, et je mets un point d’honneur, sur les performances … ~ »

Je pris un malin plaisir à ricaner sur la fin de mon avertissement, tout en arborant un large sourire amusée sur mes lèvres tandis que mes yeux rougeoyants pénétrait profondément son regard et y était fermement ancré. Ce serait mentir que de dire que je serais prêt à prendre n’importe qui ou qu’il ne me faudrait pas une domestique ou gouvernante ou encore servante compétente, j’en ai vraiment besoin, entre mes devoirs royaux et nobles, et l’orphelinat, la paperasse va s’accumuler à grande vitesse et j’aurais oins de temps à accorder aux petites choses, il me faudra donc bien quelqu’un capable d’effectuer des tâches diverses et variées, je n’ai jamais trouvé attirant le fait de s’armer d’une armada de servantes, je n’y voyais aucun intérêt et j’aurais juste l’impression que mon manoir serait encombré de domestiques, aussi fort puis-je apprécier la présence de femme là où je suis. Mais là n’était pas la question ! Autant donc lui montrer que je comptais mettre la barre assez haute et que si elle voulait vraiment travailler pour moi, elle allait devoir retrousser ses manches et suer ; et pas qu’un peu. Et en tant que maître, elle ne devra avoir aucuns secrets pour moi, question de rapport de confiance.

   
 
▬ « Aussi vais-je me permettre de vous poser quelques petites questions, simple curiosité mais simple formalité également pour vous donner l’opportunité de saisir votre chance. Une domestique est comme un membre de son maître. Elle le représente, quand il n’est pas là, c’est à travers les servantes, les domestiques qu’on le voit, une domestique se doit de refléter la personnalité et la grandeur de celui qu’elle sert. Aussi, être belle est un atout majeur en tant que telle, souvent mise en valeur et en avant pour cette raison. Sur ce point je n’ai rien à dire pour le moment, on verra cela plus tard si vous êtes suffisamment capricieuse pour décrocher une place à mes côtés. Mademoiselle Jackson, quel âge avez-vous ? D’où venez-vous ? Avez-vous de la famille ? Si oui, quelles sont les conditions de vie et de travail de ces fameux membres de famille ? Êtes-vous croyant, et si oui, de quelle confession êtes-vous ? Et même si je déduis que vous êtes célibataire du fait de votre présence ici plutôt que chez quelqu’un, votre cœur est-il libre ou pense-t-il à quelqu’un dernièrement ? D’après-vous, les enfants, avant, ou après le mariage ? Et pourquoi ? Et la mort, qu’est-ce que cela représente pour vous ? Mh … Et quelles sont vos mensurations jeune fille ? ~ »



© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Besoin d'air ... [PV Aleks]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Besoin d'air ... [PV Aleks]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Besoin en nourriture d'une monture.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-