« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Ven 31 Oct - 21:00







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Tentative d'agression

Scène n°1 : Interpellation

Sebastian Michaelis Ft Ciel Phantomhive



14 heures. L'après midi était avancé, le jeune comte avait déjà manger et tu étais toujours affairé dans la cuisine à faire mille et unes choses tout en gardant un œil sur les autres domestiques qui, même s'ils étaient également occupés à faire leurs tâches respectives, te donnaient toujours des surprises plus ou moins bonnes.
Enfin, pour le moment, il n'y avait rien de suspect, tout semblait fonctionner à merveilles et même peut être, un peu trop bien. Rien était parfait en ce monde. Enfin sauf toi évidemment mais tu étais un Diable de Majordome donc il était tout à fait normal que tu fasse les choses avec perfection :

« L'imperfection serait tout à fait indigne du Majordome de la famille Phantomhive »

Let motiv' hyper efficace non ? Quoi qu'il en soit, cela ne t'empêcha pas de faire ce que tu avais a faire tout en te souciant de la santé de ton jeune maître qui était... Hum... Où était il ? Oui, toujours dans son bureau à se soucier de l'économie de son entreprise. Ah la la.. Ce petit humain avait des occupations incompatibles avec son âge.
De plus, tu soupçonnais également le fait qu'il ignore toutes les lettres envoyées par sa fiancée, Lady Elizabeth Middleford. Pourquoi ? Peut être ne voulait il tout simplement pas la voir. Hum... Dans un certain sens tu le comprenais. Rien que de te souvenir du fait que tu es eu à porter cette immonde coiffe de poupée... Brrr ! Tu en frissonnais d'avance et tu avais un soudain mauvais pressentiment.
Ne me dites pas que... Non, heureusement aucune lettre comme celle ci était au courrier donc tu pouvais te détendre. Enfin... Tu entendis frapper à la porte à un moment donné. Tu eus le réflexe de regarder ta montre... Hum... 14h30. Le Comte avait il une visite à cette heure ? Quoi qu'il en soit, en tant que Majordome, ton devoir était également d'ouvrir la porte à d'éventuels visiteurs :

« Bonjour. Soyez les bienvenus au Manoir du Comte Phantomhive. Que puis je pour vous ? »

« Oui... C'est bien lui... Je... Je le reconnais... »

« En êtes vous réellement sûre mademoiselle ? Pardonnez moi, pouvons nous entrer ? »

« évidemment, je vous en prie inspecteurs entrez. Puis je vous servir une tasse de thé ? »

« Cela sera inutile. Nous aimerions parler au propriétaire de ce manoir »

« Bien inspecteurs, je vais aller quérir mon jeune Maître. Si vous voulez bien me faire le plaisir de vous diriger vers le salon pour l'attendre. Pardonnez moi cependant mais puis je vous demander les raisons de cette visite somme toute impromptue ? »

« La demoiselle ici présente, Miss Lucy Herleigh, fille d'un riche commerçant vient d'être la malheureuse victime d'une tentative d'agression à l'arme blanche et, selon sa déposition, il semblerais qu'elle ai été attaqué par un domestique. Ce qui est étrange est qu'elle semble également vous avoir reconnu »

« Vraiment ? Je suis désolé mais je n'ai jamais vu cette demoiselle pour ma part mais si vous voulez bien m'excusez je vais aller chercher mon Maître »

Tu t'inclinas respectueusement devant les inspecteurs de police et également devant la demoiselle qui trembla de tout son corps. Apparemment cette tentative d'agression l'avait réellement marquée et elle semblait persuadée qu'il s'agissait de toi ce qui était évidemment impossible puisque tu n'avais pas quitter le manoir.
T'arrêtant au milieu du couloir tu mis une main gantée sous ton menton. Les inspecteurs semblaient croire en la déposition de la jeune demoiselle et tu allais certainement avoir des ennuis :

« Dire que la journée avait bien commencée....  »

« Quelque chose ne va pas, Sebastian-san ?... »

Sourire rassurant mais silencieux. Non, inutile d'inquiéter les autres domestiques donc tu te dirigeas directement vers le bureau de ton maître la mine grave. Comment le jeune Comte allait il réagir à la « visite » des inspecteurs ? Quoi qu'il en soit, tu frappas quelques coups contre la porte du bureau du Comte en t'annonçant

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Sam 1 Nov - 2:24



Fausses Accusations
Ciel Phantomhive & Sebastian Michaelis



« Je n'ai pas besoin d'alliés, je n'utilise que des pions. »



La journée avait débutée de la même façon que toutes celles qui l'avaient précédées. Une nuit agitée, parcourues de cauchemars qui m'avaient laissé éreinté au réveil. Sebastian était venu me réveiller, avec son discours habituel comportant la liste des tâches que j'aurais à effectuer avant le soir. Pour une fois, à mon plus grand soulagement, rien d'autre que du management. Il m'avait aidé à me vêtir et, comme d'habitude, j'avais vaqué à mes occupations en lui laissant ma tasse de thé à moitié consommée. Je pris la liberté de faire le tour du manoir, ou tout du moins des pièces situées à cet étage avant de me diriger vers mon bureau.

Le fauteuil était à sa place, le bureau impeccablement dépoussiéré, tout comme le reste des meubles de la pièce. Les nervures du bois rouges ressortaient avec grâce. Je ne pouvais qu'admettre que Sebastian n'avait pas lésiné sur les moyens pour meubler le manoir. Je me résolu finalement à m'asseoir sur les coussins rembourrés et m'installais confortablement. Je fermais les yeux et soupirais avant d'attraper la première enveloppe. Je l'ouvris avec soin, prenant plaisir à essayer de la déchirer d'un seul trait bien net à l'aide de mon coupe papier. Je retins un grognement de satisfaction devant le résultat final. J'en tirais le papier qu'il contenait, déposant bien à plat l'emballage de la missive.

« - Les comptes de la Phantom' cette dernière semaine… Je devrais engager quelqu'un pour le faire à ma place. Quelqu'un… Non. Vaut mieux tout faire par soi-même... »

Je soupirais. Je ne pouvais me fier à personne, pas même pour s'occuper de la comptabilité. Les humains n'étaient pas des êtres fiables. Je grommelais. Pas la peine de m’apitoyer une fois de plus sur les mentalités humaines. Je me perdis dans les calculs. Premièrement, faire la somme de toutes les entrées d'argent. Puis les sorties. Et enfin, comparer les deux. Je ne pu m'empêcher de sourire. Depuis que j'en avais pris les commandes, la Companie Phantom n'était jamais passée en déficit. Et, plus encore, elle battait des records de ventes, très régulièrement. C'était le cas pour cette semaine, où la vente d'un nouveau jouet commercialisé atteignait le chiffre époustouflant du million d'exemplaires.

Je mis à jour le cahier de la compagnie, inscrivant le bénéfice total de la semaine, avant de me lever pour classer la dizaine de feuilles que je venais d'analyser avec les précédentes. Je retournais ensuite m'asseoir. J'attrapais la seconde enveloppe et soupirais. Quoi de plus ennuyeux que de répondre par courrier à ses employés ? Détailler les ordres m'exaspérait, mais c'était la seule et unique façon que j'avais d'être certain que les hommes qui travaillaient pour feraient exactement ce que j'attendais d'eux. La porte s'ouvrit en grinçant et une tête souriante se glissa pour me demander si tout allait bien.

« – Oui, tout va bien.
– Vous n'avez besoin de rien, Jeune Maitre?
– Non, tout va bien. »

Je ne levais qu'a peine les yeux des lignes qui s'étalaient sur le papier que je tenais du bout des doigts. Je n'avais qu'une seule hâte, c'était d'en finir rapidement avec toutes ces futilités. La porte fini par se refermer et je me détendis sensiblement. J'avais du mal à supporter que quelqu'un m'observe en permanence. Mis à part Sebastian, qui faisait pratiquement parti intégrante du décor, la présence des autres me dérangeait. Je pu tout de même finir de coller toutes mes enveloppes avant que quelqu'un ne frappe de nouveau à la porte. J'attendis quelques secondes avant de répondre, pour être certain qu'il s’agisse bien de Sebastian.

« – Entre. »

Je jetais un œil sur la pendule accrochée au mur et fronçais les sourcils, remarquant qu'il n'était pas encore l'heure du thé. Pourquoi Sebastian venait-il me déranger à une heure pareille ? Il savait pourtant que j'étais en train de régler la paperasserie du domaine et que, pour se faire, j'avais besoin de tranquillité. Soucieux, je lui laissais le temps d'entrer.

« – J'espère qu'il se passe quelque chose d'important pour que tu te permettes de me déranger de la sorte. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Sam 1 Nov - 10:30







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Tentative d'agression

Scène n°2 : Impatience


Sebastian Michaelis Ft Ciel Phantomhive



15 heures. La venue de ces inspecteurs n'étaient pas pour t'aider dans ton travail mais au moins cela serait il un moyen de contrer la monotonie d'une journée ? Quoi qu'il en soit, tu étais à la porte de ton jeune Maître et tu t'annonçais. Un sec « Entre ! » se fit entendre. Hum... Le Comte ne semblait pas d'humeur ce qui était bien normal car il ne supportait pas d'être dérangé tu devais bien le savoir.
Enfin, tu ouvris la porte et te retournas pour la refermer soigneusement derrière toi alors que le Comte te « menaçais » en te demandant si tu avais une bonne raison de le déranger ainsi. Faisant quelques pas pour te rapprocher de son bureau mais maintenant une distance tout de même raisonnable, tu posas ta main gantée au niveau de ton cœur en t'inclinant :

« Pardonnez moi de cette indélicate intrusion, Monsieur mais il semblerait qu'en effet, la situation soit importante. Deux inspecteurs de police et une demoiselle sont dans le salon. Les inspecteurs aimeraient vous voir car, même s'il ne l'ont pas encore dire explicitement, j'ai comme l'impression qu'ils m'accusent d'une éventuelle tentative d'agression »

Tu disais cela sans vraiment t'en soucier en fait. Redressant le buste, tu avais posé ta main en dessous de ton menton, comme si tu réfléchissais et, surtout, comme si tu ne te sentais pas concerné alors que tu avais clairement compris que cette demoiselle semblait avoir quelque chose à te reprocher.
Quoi qu'il en soit, tu repris la parole, t'adressant toujours à ton jeune Maître :

« Je leur est demandé d'attendre dans le salon. Malheureusement, j'ai bien peur que ces messieurs se montrent rapidement impatients. Quant à cette demoiselle.... Je n'en sais rien mais il y a tout de même quelque chose qui m'a frappé chez elle lorsque je les ai fais entrer : je semblais l'effrayer »

Pourtant, pour une fois, tu n'avais pas fait ton laïus de « Diable de Majordome » et tu n'avais jamais vu cette jeune femme alors comment pouvait elle bien t'accuser de tentative d'agression à l'arme blanche ? D'accord, tu avais de l'argenterie, des couteaux en argent, sur toi mais cela ne prouvait pas tout, si ?
Le pire était que tu commençais à trouver la situation actuelle amusante même si être accusé de tentative d'agression n'avait rien d'amusant en soi mais bon... La timide voix de May Linn se fit alors entendre :

« Pardonnez moi euh... Jeune Maître... Sebastian-san... Mais les inspecteurs commencent à... S'impatienter... »

« Merci May Linn. Retourne le dire que Monsieur et moi nous arrivons »

Oui, effectivement, cela avait l'air sérieux

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Sam 1 Nov - 13:07


Fausses Accusations
Ciel Phantomhive & Sebastian Michaelis



« Je n'ai pas besoin d'alliés, je n'utilise que des pions. »



Je laissais mon majordome s'expliquer, assis à mon bureau, les mains croisées et mon menton en appui sur celles-ci. Je pris le temps d’apprécier la distance qu'il conservait entre lui et moi et écoutais avec la plus grande attention qui soit ce qu'il s'apprêtait à dire. Je fus tout d’abord surpris qu'il m'annonce que quelqu'un attendait dans le salon, étant donné que nous n'avions pas de visite annoncée pour la journée, et je fronçais légèrement les sourcils en entendant qu'ils étaient de la police. Des inspecteurs, qui plus est, autant dire tout de suite qu'ils n'étaient pas venus jusqu'ici pour parler du beau temps actuel qui régnait sur le pays. Je me relevais brusquement à la fin de sa phrase. Sebastian, accusé d'une tentative d’agression ? Cela me paressait totalement absurde et déplacé, quand même même il aurait pu, théoriquement, en être tout à fait capable.

« S'ils ne t'ont pas mis les menottes aux poignets et rapporté au commissariat à l'instant où tu leur a ouvert la porte, c'est qu'ils ne possèdent sans doute pas assez de preuves pour t'accuser directement. »

Tandis que Sebastian réfléchissait, je ne pu m'empêcher d'imaginer la scène, mon majordome s'en prenant à une jeune femme dans la rue. Le scenario était tout à fait plausible. Seulement je ne l'avais pas autorisé à quitter le manoir ses derniers jours, il y avait bien trop de problèmes administratifs à régler avant de pouvoir espérer sortir en ville. Sa voix grave me ramena à notre problème originel.
Si ces messieurs attendaient dans le salon et qu'ils étaient ici pour une accusation officielle, il valait mieux ne pas les faire attendre plus que de nécessaire. Si la jeune femme avait bel et bien été affecté par ce qui lui était arrivé, il était alors impossible de remettre en doute l'agression qu'elle avait subie. La question était maintenant pas plus de savoir si mon diable de majordome aurait pu être l’agresseur, mais si l'était bel et bien.

« Sebastian. Tu as le devoir d'être honnête envers moi, n'est ce pas ? As-tu, oui ou non, agressé cette jeune femme ? »

Non pas que j'étais intimement persuadé qu'il était coupable, mais je préférais éliminer tout doute possible avant de me montrer devant mes invités. Je refusais de défendre une cause erronée. Car évidement que je le défendrais s'il était innocent. Il en allait de l'honneur des Phantomhive. La porte grinça de nouveau, et la tête de May Linn se glissa dans l'ouverture. Quand est-ce que ces domestiques comprendront-ils qu'il est important de frapper et attendre l'autorisation de son occupant avant de pouvoir entrer dans une pièce ? Enfin, l'important n'était pas là, mais il commençait à devenir urgent de leur inculquer les bases.

« Pardonnez moi euh... Jeune Maître... Sebastian-san... Mais les inspecteurs commencent à... S'impatienter... »

Sebastian répondit et la jeune femme disparu. Je soupirais et jetais un œil désespéré à la pile de missives encore closes qu'il restait sur mon bureau. Cette petite affaire n'était vraiment pas la bienvenue, j'allais encore prendre du retard dans l'administration. Je portais une dernière fois mon regard sur Sebastian, puis fis volt-face en me dirigeant vers la porte. Pourquoi venir jusqu'ici et ne pas l'avoir arrêté directement si la jeune femme avait reconnu Sebastian ? Ils manquaient de preuves ? Mais dans ce cas, l'identification aurait du suffire…

« Allons-y, Sebastian. Il est mal avisé de faire patienter trop longtemps de tels invités. »

Je pris toutefois mon temps pour aller jusqu'au salon, réfléchissant à ce qui aurait pu se passer pour que un domestique du manoir des Phantomhive se retrouve mêlé à un affaire comme celle-ci. Je poussais la porte de la pièce, laissée entrouverte, et me dirigeais vers les inspecteurs qui s'étaient levés à mon entrée. Je gardais une distance suffisante entre eux et moi pour bien leur signifier que je n'avais aucunement l'intention d'être de leur côté lors de cette enquête.

« Bonjour messieurs. Inutile de vous souhaiter la bienvenue au manoir Phantomhive, il semble que nous ayons plus important à traiter aujourd'hui. »

Je n'avais pas pu m'empêcher d'être légèrement cassant, mais comment accepter qu'ils mettent en cause un membre du manoir, même si ce n'était qu'un domestique ?

« – Oui en effet. Pardonnez-nous de nous inviter sans vous avoir prévenu, mais la situation était trop délicate pour que nous puissions nous permettre d'attendre?
– Je vois. Mon majordome m'a déjà informé des grandes lignes du problème. Pourriez-vous me raconter l'ensemble des faits ? »

Du coin de l'oeil, je remarquais que la jeune femme, restée assise, avait réellement l'air effrayée par Sebastian, qu'elle regardait en se rongeant un ongle. Ce détail me fit froncer les sourcils. Pour qu'une dame noble qui aime apparaître en public, comme cela semble être le cas au vu des vêtements qu'elle portait, se ronger les ongles étaient une preuve d'un vrai traumatisme. Je m'installais sur le fauteuil restant, face aux inspecteurs et à la jeune demoiselle, laissant à Sebastian le soin de servir, ou pas, le thé. Après tout, ce n'était pas encore l'heure, et qui aurait envie de mettre à l'aise une délégation si peu amicale ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Sam 1 Nov - 14:39







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Tentative d'agression

Scène n°3 : Explication des faits


Sebastian Michaelis Ft Ciel Phantomhive



Finalement, le Comte avait laissé ses paperasses en plan et t'avais écouter sans émettre la moindre objection, te laissant parler avant de te poser une question rhétorique : en effet, tu avais bien le devoir d'être honnête avec lui. Surtout qu'avant, le jeune Comte avait relevé un détail évidemment important.
Non, effectivement, tu avais encore tes mains libre et tu étais encore au manoir donc, cela ne voulait dire qu'une chose en effet : à part le témoignage de cette demoiselle, les inspecteurs n'avaient pas assez de preuves pour t'arrêter et te mener au commissariat. Comme tu pouvais t'y attendre de la part de ton jeune Maître, c'était une remarque tout à fait perspicace :

« Effectivement. Je ne souhaiterais pas m'avancer évidemment mais il me semble que ces inspecteurs n'ont simplement que le témoignage de cette demoiselle comme preuve. Du moins ils ne m'ont, jusqu'ici, montrés aucune preuve matérielle »

Effectivement, de plus les inspecteurs n'avaient pas pris la peine de se présenter eux mêmes. Quelle manque flagrant de politesse ! Enfin... Faisons un instant fi de la politesse car il y avait une affaire plus urgente à traiter. Ce fut d'ailleurs à ce moment là que ton Maître te posa cette « question » qui n'en était pas une et à laquelle tu commenças à répondre par un hochement de tête. La réponse était tellement évidente que tu hésitas à prendre la parole pendant une seconde.
Enfin, comme tu n'allais pas rester tout simplement planter devant ton maître, tu inclinas de nouveau le buste et prit la parole :

« Cela est absolument exact Monsieur et c'est avec ce soucis de sincérité que je vous l'avoue solennellement ici : je n'ai jamais touché cette jeune demoiselle puisque vous m'avez donné l'ordre de rester au manoir tout simplement. Comme le stipule notre contrat, je ne peux désobéir à aucun de vos ordres direct Monsieur»

Effectivement, le contrat stipulait clairement que tu avais l'interdiction de désobéir à un ordre de ton Jeune Maître lorsque celui ci l'avait énoncé. Après l'interruption de May Linn, le Comte se décida enfin à sortir de son bureau en faisant volte face, énonçant qu'il était impoli de faire ainsi attendre des invités.
Silencieusement donc, tu accompagnas ces pas tout en restant derrière lui à une distance raisonnable. Le Comte poussa la porte, les inspecteurs se levèrent pendant que tu restais en retrait, droit comme un I comme si, depuis ton arrivée dans le salon, tu n'étais rien d'autre qu'une statue de cire.
Les « politesses » s'échangèrent alors entre le Comte et les inspecteurs jusqu'à ce que ton Maître ne demande aux autorités de lui expliquer les faits tout en regardant, du coin de l'oeil, la jeune demoiselle terrorisée. Un inspecteur prit alors la parole :

« Nous ferons vite pour ne pas vous déranger plus longtemps, M. le Comte. Permettez moi de vous présenter Miss Lucy Herleigh. Cette demoiselle est la fille d'un riche marchand de Londres. D'après son témoignage, elle était sur le chemin du retour, en début de soirée lorsqu'elle a été brusquement agressée à l'arme blanche par un individu portant un uniforme de domestique. Après avoir eu le réflexe de crier, l'agresseur s'est enfui mais elle a clairement vu les couteaux qu'il tenait dans la main. »

La demoiselle en question n'osait plus te regarder comme si elle avait vu le Diable en personne ce soir là. Effectivement, la coïncidence commençait à être plus que troublante....

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Sam 1 Nov - 15:46


Fausses Accusations
Ciel Phantomhive & Sebastian Michaelis



« Je n'ai pas besoin d'alliés, je n'utilise que des pions. »



J'étais de plus en plus perplexe devant les faits énoncés et la terreur palpable de la victime. Outre le profond sentiment de pitié que j'éprouvais envers elle pour sa frayeur à une simple agression manquée, j'étais, pour le moins, troublé par les informations que m'apportaient les deux jeunes inspecteurs. Lucy Herleight. Je connaissais en effet son père, pour avoir été un de mes fournisseurs deux années plus tôt. Que son affaire marche toujours était un véritable exploit, je me souvenais que la gestion de son entreprise était, pour le moins, pas très certaine. Enfin, le problème n'était pas la gestion du patrimoine de la famille mais bien la mésaventure de la fille de celle-ci.

Je croisais les jambes, sans quitter du regard les inspecteurs. Il était primordial d'assurer l’innocence de mon majordome. J'avais besoin de lui au manoir pour maintenir l'ordre et la cohésion. De plus, il était tout à fait hors de question de laisser se répandre la rumeur que la domesticité des Phantomhive était impliquée avec la justice. Cela nuirait à l'image du manoir et, plus largement, à celle de la compagnie. On ne pouvait se permettre de voir les chiffres chuter, bien qu'ils soient bons. Je me tournais donc vers la jeune femme, tentant d'adoucir ma voix pour ne pas l'effrayer.

« – Je m'excuse d'avance si mes propos vous paraissent déplacé ou inconvenant, mais vous comprendrez qu'il est absolument primordial de ne négliger aucun détail qui nous permettrait de mener cette enquête à son terme. Il semblerait que vous ayez eut le temps d'observer votre agresseur, n'est ce pas ?
– Je… Oui. Je suis sure qu'il s'agit de...
– De mon majordome, oui, je l'entends bien. Vous avez parlé de couteaux, inspecteur. Et bien, demoiselle Herleight, pourriez vous m'en dire davantage à ce sujet je vous pris ?
– Au sujet des couteaux ? Mais je ne...
– Peu importe si vous n'êtes pas capable de donner le nom de l'alliage ou du frabriquant, mais pouvez-vous nous dire ce dont vous vous souvenez, je vous pris.
– Monsieur le Compte, vous n'êtes pas habilité à...
– Non inspecteur, ne vous en faites pas. Et bien… Je me souviens qu'ils étaient plutôt bien entretenus. Le lampadaire se reflétait sur le métal… Et je… Mon dieux je crois que je ne pourrais plus me servir des couverts que mes parents m'ont offert pour mon anniversaire ! »

Interloqué, je laissais aux inspecteurs la charge de réconforter la demoiselle en larmes. Je la laissais se calmer en réfléchissant. Il n'y avait pas tant de majordome que ça à Londres. Du moins, très peu ayant constamment des couverts sur eux. Je soupirais en songeant que quelqu'un cherchait délibérément à faire porter le chapeau à Sebastian. Cependant, un détail me travaillait.

« – Pardonnez mon insistance, mais puis-je vous demander de quel colorie était le couteau en question ?
– Je crois que cette jeune femme a répondu à suffisamment de question, monsieur le Compte ! »

Je soupirais une fois de plus. Il était plus qu'évident que ce jeune inspecteur cherchait à ménager la jeune noble, sûrement pour s’attirer sa sympathie. C'était tout de même d'un ridicule…

« En or… Le couteau était… En or... »

Sa révélation m'arracha un sourire en coin et je portais mon regard sur Sebastian, resté en retrait jusque là. J'espérais qu'il comprendrait mon ordre silencieux. Il pouvait maintenant s’innocenter en prouvant qu'aucun couvert du manoir n'était en or. Je savais que Sebastian préférait l'argenterie. De plus, il pouvait aussi affirmer qu'il était resté à mes côtés ses derniers jours. Si la culpabilité de mon majordome était écartée, le véritable agresseur était toutefois encore en liberté. Il était plus qu'urgent de l'identifier.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Dim 2 Nov - 13:29







We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Tentative d'agression

Scène n°4 : Preuve contradictoire


Sebastian Michaelis Ft Ciel Phantomhive



Toute personne se serait certainement inquiétée d'être considérée comme le principal suspect d'une tentative d'agression à l'arme blanche mais ce n'était pas ton cas. Après tout, tu n'étais pas une « personne normale » n'est ce pas donc c'est pour cela que tu n'étais frappé par aucune inquiétude ou nervosité.
De plus, le Comte semblait persuadé de ton innocence même si tu te doutais bien qu'il pensait plus à son image qu'à autre chose mais bon, il était toujours amusant de le voir avancer des arguments et essayer de se justifier. De plus, la confrontation entre le Comte et les inspecteurs était vraiment divertissante.
La pauvre demoiselle répondait cependant aux questions posées malgré l'aide d'un inspecteur qui, sûrement pour s'attirer ses faveurs ou peut être pour être bien vu, essayait de tout faire pour la ménager. On apprit donc que les couteaux de l'agresseur étaient apparemment bien entretenus ce qui ne te supprimais d'office pas de la liste des suspects car en tant que Diable de Majordome, il était normal que tu entretienne parfaitement ton argenterie.
Tu réfléchis un instant, toujours en retrait, regardant discrètement ta montre à goussets. 16h. Si l'entretien durait plus longtemps, la bienséance voudrait que tu propose une tasse de thé au Comte puis sûrement aux invités mais tu avais encore le temps. Souriant donc, tu rangeas tranquillement ta montre en suivant silencieusement la situation. Après une nouvelle question du Comte et un nouveau reproche de la part de l'inspecteur, la demoiselle avoua que le couteau qu'elle avait vu était en or.
Tiens tiens... Ton sourire s'agrandit alors que tu prenais vraiment la parole pour la première fois :

« Pardonnez mon intervention mais je suis au regret de vous dire que ce manoir ne comporte aucun couvert en or. Monsieur connait parfaitement mon goût pour l'argenterie. Permettez moi de vous offrir une preuve de ce que j'avance »

T'inclinant légèrement, tu te dirigeas ensuite vers un petit secrétaire dans lequel tu rangeais habituellement ton argenterie. Ouvrant le tiroir tu déposas un échantillon de cinq couteaux, fourchettes et cuillères en argent sur un petit plateau, avec soin, avant de faire volte face et de te retourner vers les inspecteurs et la demoiselle.
L'inspecteur plus âgé te lança un regard légèrement suspect et tu pus déceler la main nerveuse qu'il portait à sa poche comme s'il souhaitait faire office de son arme, ce qui était ridicule parce que, pour le moment du moins, tu ne montrais aucun comportement agressif. Souriant intérieurement, tu te permis de poser le plateau avec l'échantillon d'argenterie sur la petite table basse avant de te reculer et d'expliquer :

« Voici. Je conçois que ces couverts soient parfaitement entretenus car il est de mon devoir, en tant que Majordome de la famille Phantomhive de prendre soin du manoir, cependant, comme vous pouvez également le constater, tous ces objets sont en argent »

La demoiselle semblait intrigué lorsqu'elle posa les yeux sur le plateau et son regard se couvrit de doute. Elle continua de le regarder tout en posant quelques fois les yeux sur toi, comme si elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. L'inspecteur plus âgé semblait légèrement satisfait d'une preuve comme celle ci mais pas le plus jeune.
D'ailleurs celui ci eut un rictus énervé et se redressa, n'hésitant pas à te regarder dans les yeux pour prendre la parole sur un ton hostile, accusateur :

« Tout cela est bien beau mais qui nous dit que vous n'avez pas remplacé les couteaux en or par ces couverts en argent ? De plus, je pense qu'une question essentielle serait à poser : où étiez vous cette nuit, au moment où cette lâche tentative d'agression a eu lieu ? »

La question te prit légèrement de court et tu haussas un sourcil pendant que l'inspecteur plus âgé regardait son collègue et que la jeune demoiselle tremblait une nouvelle fois. Tu eus un discret regard vers le Comte. Décidément, ce jeune inspecteur n'allait pas lâcher le morceau : il voulait prouver ta culpabilité dans cette sombre affaire

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   Dim 2 Nov - 14:36


Fausses Accusations
Ciel Phantomhive & Sebastian Michaelis



« Je n'ai pas besoin d'alliés, je n'utilise que des pions. »



Sans y faire réellement attention, je commençais à secouer mon pied, très légèrement, mais cela pouvait suffire à prouver que, malgré ma volonté de garder un visage impassible, cette situation m'était réellement inconfortable. J'étais absolument certain de l'innocence de Sebastian. Après tout, il était le seul en qui je pouvais avoir une confiance aveugle, pour peu que je lui ai donné un ordre au préalable. De plus, pour s'attaquer à une famille aussi fidèle à Sa Majesté que celle des Phantomhive, l'auteur de toute cette mascarade devait avoir des objectifs bien précis, en plus de posséder les moyens d'y parvenir.

Je laissais donc Sebastian s'occuper de leur prouver qu'il ne pouvait être l'agresseur, puisqu'il ne possédait aucun couvert en or. D'un autre côté, bien que l'honneur de mes ancêtres soit en jeu, je trouvais assez amusant de voir Sebastian faire des courbettes devant ces inspecteurs. La jeune femme, elle même, commençait à douter de la justesse de son identification. Cela me suffisait pour décréter qu'elle ne faisait pas partie du complot si complot il y avait. Si elle en avait après Sebastian, une simple différence de couleur n'aurait pas suffit à remettre en cause la culpabilité de mon majordome à ses yeux. J'en conclu donc qu'elle n'était absolument pas certaine de pouvoir reconnaître son agresseur et, par conséquent, qu'elle n'avait pas du voir le visage de ce dernier.

Toutefois, ce jeune inspecteur borné commençais à me taper sur les nerfs. S'il voulait faire la cour à la demoiselle, ce serait hors de chez moi, pas pendant un interrogatoire policier. Je retins un soupire en observant l'altercation entre le jeune homme en question et Sebastian, qu'il fixait comme s'il aurait voulu le frapper. Cette idée me paraissait saugrenue, mais j'étais curieux de savoir comment Sebastian réagirait si cet homme se laissait aller à ses désirs. Il n'avait, cependant, pas le droit de lever le ton sur un membre du Manoir, domestique ou non. Je répondis donc rapidement, pour bien faire comprendre à ce jeune débutant en criminologie qu'ici, c'était moi le Compte, et qu'il n'avait aucun droit, si ce n'était celui d'obéir et de s'écraser.

« Changer les couteaux ? Soit. L'agression à bien eut lieu la nuit dernière si je ne m'abuse, il y a donc moins de vingt-quatre heures. Est-il réellement possible d'avoir le temps de quitter ce manoir, aller en ville, commettre une agression, revenir pour servir le petit déjeuner, repartir changer l'argenterie et revenir de nouveau avant que vous-même ne soyez ici ? Allons inspecteur, je suis sur que vous êtes plus malin que ça. Vous comprenez bien que c'est impossible. »

Je me mordis le bout de la langue pour me calmer. Ils étaient déjà suffisamment énervés, et sans aucun doute poussés par leur supérieur pour résoudre l'affaire au plus vite. J'inspirais pour me calmer moi-même.

« Je peux me porter garant de la présence de mon majordome au manoir jusqu’à dix heures et demi hier soir, à mes côtés, et assurer qu'il était présent à mon réveil, à sept heures, ce matin même. Les autres domestiques pourront sans nul doute vous donner une fourchette encore plus serrée de sa présence en cuisine ou ailleurs. »

Je me retins d'ajouter que certains n'avaient pas le temps de flâner ou de passer du temps avec la gente féminine. Mais cela n'aurait servit qu'à les braquer davantage. J'espérais que cela suffirait à leur faire comprendre que Sebastian était innocent, et que le plus âgé des inspecteurs parviendrait à calmer son apprenti. Cet homme manquait cruellement de maturité et m’insupportais.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tentative d'agression [PV Ciel Phantomhive]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Ciel Phantomhive [Validée]
» Ciel Phantomhive
» Ciel Phantomhive (En attente de validation)
» Présentation du Comte Ciel Phantomhive † Terminée †
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-