« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Lun 20 Oct - 21:00



Il n'a fallut que quelques heures à ces ordures pour commettre leurs méfaits, mais il ne m'a fallut qu'une seconde pour décider de leur sort...

J'étais à cet instant là en visite diplomatique, plus précisément chez mon amie Vicky, encore amusée de sa dernière bêtise à mon encontre. Pour une Reine, je la trouve tellement jeune et casse-coup, mais elle demeure humaine, et c'est surement pour cela. Quoi qu'il en soit, nous venions de conclure un nouveau traité entre nos pays respectifs, et j'avais prit soin de garder les closes du contrat secrète pour ensuite les envoyer à mon cher Kitsune Régent. Pour autant, la journée me semblait être pleine de bonne chose, non seulement le contrat entre sa majesté et moi-même s'était déroulé sans qu'elle ne veuille jouer avec mes attributs félins, mais j'avais eus droit à une visite de mon délégué de communication du commerce d'échange, qui m'avait prévenu d'une forte croissante d'âmes dans notre assemblée, sans compter les deux nouveaux joueurs qui s'étaient inscrit. Tant de bonnes nouvelles en soit, ce qui avait comblé mon esprit de joie. Pour autant, je ne m'attendais pas aux évènements futurs, lorsque je suis montée dans le fiacre qui me mènerait au manoir de mon précieux héritier.

Le trajet s'était passé sans encombre, et revoir mon fils ne faisait qu'embellir mon état psychique, j'étais concrètement, et sans jeu de mot, aux anges. À chacun de mes gestes, je souriais, comme euphorique de ce temps si clément, sans anicroche, et loin de tout conflit, et à chacun de mes gestes, les bijoux de mon diadème s'entrechoquaient comme de fines clochettes. Le temps n'était qu'à la bonne humeur, c'est pourquoi, lorsqu'en entendant que nous n’étions qu'à quelques minutes du portail, je tirais les rideaux du fiacre et sortait la tête, espérant apercevoir le manoir de mon cher fils. Mon sourire n'avait aucun équivalent, et ma joie irradiait dans tout le véhicule, presque contagieuse puisque mes dames de compagnie félines semblaient elles aussi sourire pour tout et pour rien. Cependant, ma joie incroyable disparu aussitôt lorsque le portail du manoir Trancy s'imposa à ma vue.

Les grilles étaient distordus, comme forcée par une créature immense.

Terrifiée, je fis s’arrêter le carrosse, et le quittais, soulevant mes robes sans aucune distinction afin de courir. Ma terreur grandit en voyant les portes du manoir ébranlées. Je ne cessais de courir, n'écoutant aucun de mes serviteurs ou gardes du corps, et me dirigeant directement dans la demeure. Je faisait fit du jardin, et passais les portes en ruines, pour découvrir l’intérieur dans le même état. Mon cœur, aussi hybride soit-il, sembla cesser de battre quelques secondes. Stressée à n'en plus pouvoir respirer, je courrais dans toutes les pièces, hurlant le nom de mon précieux fils. Mais aucune réponse ne me parvint, et seul le silence me fit écho. Un mauvais, très mauvais pressentiment envahie tout mon être. Où était Alois? Où était mon fils? Prise d'une autre logique, je criais le nom de son serviteur démoniaque. Mais là encore, aucune réponse ne me parvint. Saisit d'un doute, je fouillais l'étage, personne ne pouvait toucher mon fils, tant que Claude était avec lui, alors pourquoi le manoir était-il dans cet état? Et tandis que je me questionnais, je me rendais dans la chambre de mon précieux garçon.

Là aussi, tout était sans dessus-dessous, mais aucune trace de mon fils, il n'y avait aucune présence, et aucune odeur... Seule une ombre étrange se balançait... Claude! Levant la tête, je pus alors apercevoir le corps du diable de majordome, ficelé par des chaines scintillantes et retenus à la manière d'un écartèlement de chevaux. Le châtiment des infidèles chez moi... Il apparait inconscient, et de ses yeux s'écoule des larmes bleutés. Je me recule brutalement alors que l'une d'elle tombe. Un poison, uniquement utilisé par des anges, ayant pour but d'entraver les créatures démoniaques. La panique ne fait plus partie de mes émotions, et seule la haine remplace mes traits. D'une voix froide, j'ordonnais à mes ombres de détacher le pauvre malheureux, et de le déposer sur le lit, en attendant que le poison ne soit évacuer. Il ne sert à rien de paniquer désormais, même sans odeur distincte, je sais déjà qui est le coupable de tout ceci. Les chaines, l’écartèlement, les portes dégondées, tout me ramène à une seule et même personne, personne que j'aurais due tuer lorsque j'en avais l'occasion.

Je n'ai été fiancé qu'à un seul homme dans ma longue vie d'hybride, Dovavkin. Et cet homme s'est avéré être un ange, certes très doux avec moi, mais un ange malgré tout. Lorsqu'il avait découvert ma véritable nature, ainsi que mon châtiment céleste, celui-ci était devenu purement et simplement fou. Il avait menacé de détruire le palais, ainsi que tout ce que j'avais de plus précieux. Nous nous étions alors battu, moi pour récupérer ma liberté, lui pour laver son honneur. Et bien évidemment, j'avais gagné, mais je n'avais pu me résoudre à le tuer, ne serait-ce que par respect pour ma mère. Il m'avait annoncé qu'il se vengerai, et emporterai le plus beau trésor de ma vie. À cette époque, rien ne correspondait à ses dires, et j'ai finis par l'oublier en arrivant ici, mais je vois que lui non. Très bien, Il aura peut-être réussit à empoisonner Claude, mais je ne suis pas uniquement démoniaque, et je sais pertinemment comment le retrouver...

Avec un dernier ordre à l'adresse de mes serviteurs - celui de nettoyer et réparer le manoir en attendant que Claude ne s'éveille - je quittais la Demeure Trancy, et reprenais le carrosse, direction le centre-ville de Londres. Luther, l'un des chefs de ma guilde m'a parlé d'un hunter récemment, le meilleur qui soit, un traqueur hors paire, et un tueur professionnel. Il s'agit d'un humain, donc il ne craindra rien des poisons démoniaques, et sous mes ordres, il saura parfaitement comment vaincre cette ordure et ses hommes. Orion lança les chevaux au galop, et nous quittâmes le manoir en vitesse, ma haine ne cessant d'augmenter à mesure que nous avancions. En fait, je n'utiliserai le Hunter que pour traquer cet ange et me le tenir pendant que j'en ferais de la charpie. Ce sera la meilleure idée qui soit! Et tandis que je ruminais mes idées de torture sur le monstre qui a enlevé mon fils, le fiacre continuait d'avancer, et en ce même instant, la nuit tombait peu à peu à son tour.

Orion nous fit nous arrêter en plein milieu d'une rue, et je quittais le carrosse avec violence, soulevant ma cape de fourrure en  Hermine. J'étais loin d'être de la plèbe, et la plupart des gens s'inclinaient devant moi. Je n'ai pas la tenue d'une simple noble, la majeure partie de la population voit très bien que je suis de sang royal, non seulement à cause du sceau, mais aussi de la tiare sur mon front. Mais je n'en ai cure, et je me dirige vers le bar indiqué par Luther. Je poussais la porte avec force, et tous les regards convergèrent comme un seul homme vers moi. Non, pas tous, un homme, plus âgé surement, resté dans le fond de la pièce, une chope de bière à la main. C'est lui, je le sais, je reconnais là la posture d'un Hunter. Parfait! D'un pas rapide, et sans un regard pour les individus alentours, je m'assied à sa table et pose une énorme bourse d'or sur sa table.

"Je paie vos services dés maintenant, pour retrouver l'ordure qui à kidnappé mon fils et me le tenir pendant que je lui arrache les tripes, ça vous convient? Mr Hodgkin?" Demandais-je dans un murmure dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Mar 21 Oct - 1:39



❝ Pour l'amour d'un enfant ❞



Dean se réveilla avec un bruit de fracas. Il ouvrit un œil en grommelant... Il était crevé. Quel heure était-il ? Franchement... Il reposa son oreille contre son doux coussin, et s'emmitoufla plus profondément dans ses couvertures, cachant ces petits yeux du rayon lumineux venant de l'extérieur de la chambre. Encore un peu... Il s'était couché hyper tard. Chassant un autre contrat pour arrondir les fins de mois. Finalement il avait été payé deux fois moins que prévu et ça avait finit en bagarre général. Les nobles n'ont vraiment aucun toupet... Juste parce qu'ils croient supérieur à des civils, ils veulent vous roulez encore plus dans la boue alors que vous leur avez sauver la vie. Celui-là était particulièrement horripilant. Un homme vicieux qui voulait sauvez sa peau d'un dangereux démon. Le Démon avait bien raison de vouloir le buter. Il avait bien faillit perdre le contrôle. Et Pourtant Dean est un homme très compréhensif et très doux. Mais un homme aussi vil, aussi pourris gâté par la vie. Aurait mieux fait de mourir.
C'est quand le père réussit enfin à retrouver le sommeil que sa fille débarqua en trombe de sa chambre, ouvrant en grand la porte et réveillant sans vergogne son pauvre père. Elle s'approcha à grand pas du lit. Elle avait l'air énervée... Ou pressée. Dans un grognement plutôt plaintif, il dit bonjour à sa fille avant de plus partir dans les tréfonds de sa couette. Mais sa progéniture ne le voyait pas de cet œil. Elle lui enleva soudainement la couverture, la lui confisquant, la gardant précieusement dans ses bras. Dean grogna plus fort, se roulant en boule.

« - PAPA ! Tu m'avais promis de te lever tôt aujourd'hui ! Tu dois goûter mon nouveau test de petit déjeuner ! Allez ! Lève toi ! »


Harmony lui tirait le bras pour l'inciter à se lever. Il n'émit que des grognements mécontents. Il était épuisé. Il n'avait pas la foie de se lever... Il voulait retourner à son douillet sommeil. Il s'assit sur le bord du lit et tourna sa tête embrumée vers sa fille. Il la regarda avec sévérité. Elle savait très bien que son père travaillait dès fois tard le soir. Et qu'il était pas du matin. Il bailla, ouvrant sa bouche large, et se gratta la barbe encore dans les vapes.

« - Ne me fait pas ta mauvaise tête ! Tu avais promis ! Et puis en plus ça va refroidir... Alors que j'y avais mit tout mon cœur... »


Dean soupira et posa sa grande paluche sur les cheveux de sa fille. Il lui ébouriffa gentiment les cheveux et lui sourit. Il ne pouvait vraiment pas se battre contre sa fille. Victorieuse, elle s'en alla préparer la table. Dean se leva doucement, se réveillant petit à petit. Il alla se chercher des vêtements convenables et prit tout ce qui lui passa sous la main. Une chemise noir, un veston beige, un pantalon noire et des chaussures confortables. Il passa sa tête sous le lavabo pour se réveiller définitivement. Il se rasa un petit peu et observa sa figure sur le miroir. Il devenait vieux... Il regarda les creux qu'il avait sous les yeux. Il soupira en repensant qu'il vieillissait mal. Ce n'est pas comme s'il cherchait à plaire. Mais au moins se trouver un minimum attirant. Sa femme lui manquait aussi... Il poussa un nouveau soupire. S'il tardait trop il connaissait sa fille. Elle allait cramer toute la maison. Il se hâta pour déguster le fameux met. Sans doute délicieux ♥


Dean soupira. Les pieds sur la tables dans son Bar préféré. Il avait mal au ventre... Depuis ce matin il était torturé. Ce petit déjeuner comme il le soupçonnait était... Une tuerie. Sa fille n'avait jamais été douée en cuisine. Elle était même, par un étrange phénomène naturelle, incapable de cuisiner une chose mangeable. C'était étrange comment elle pouvait avaler tout et n'importe quoi. Et par la suite trouver ça bon... C'était un de ses plus gros défaut. Mais Dean trouvait ça amusant d'être le sujet d'expérience culinaire unique. Cette fois, Harmony c'était décidé à essayé les piments... Et c'était tellement mal doser. Qu'une bouchée l'avait mit K.O. Ça réveille le matin ! Il avait eut la force de tout finir. Mais toute la journée son ventre en a pâtit. Il était vraiment trop attentionné. Ce qui le surprenait le plus c'est qu'Harmony elle, elle avait finit son assiette sans le moindre problème... Elle devait avoir un estomac en béton.
Avec un sourire Dean commanda une petite bière pour se féliciter d'avoir tenu le coup jusqu'au bout. Il avait passé sa journée au toilette ou près d'une boulangerie pour essayer de calmer le feu dans sa bouche. Il avait aussi rendu visite à un vieil ami Herboriste pour savoir quoi faire contre ses maux de ventre. Quand la bière arriva, il se plaça toujours à la même place. Ce quartier était pas le meilleur, mais la bière d'ici était toujours un régal. Il but une gorgée. Elle coula lentement dans sa gorge. Et il la savoura avec bonheur. Aaaah... Quel sensation. Elle était parfaite. Assez fraîche pour lui refroidir son ventre meurtri. Il était prêt à prendre une autre gorgée quand quelqu'un entra. Ce qui fit taire la salle entière. Oh oh. Le Chasseur leva les yeux, fixant l'arrivante. Merde. Ça sent le roussit. Elle était encore plus voyante qu'une Noble. Une femme élancée, cachant ses formes avec sa cape. Elle sentait le pouvoir à plein nez... Et le danger. Le brun espérait que c'était qu'un hasard... Qu'elle allait demander son chemin et partir. Mais non. Elle s'approchait de lui à grand pas. Elle s'installa en face de lui, le fixant bien droit dans les yeux sortant une bourse.

« - Je paie vos services dés maintenant, pour retrouver l'ordure qui à kidnappé mon fils et me le tenir pendant que je lui arrache les tripes, ça vous convient ? Mr Hodgkin ? »

Dean la fixa avec la même intensité qu'elle. Merde. C'était vraiment la merde. Lui qui pensait être tranquille. Déjà cette femme était au courant. Mais jusqu'où ? Il fronça les sourcils en buvant une autre gorgée tranquillement. Elle semblait pressée, et sa visite n'était pas préméditée. A moins qu'elle adore qu'on voit son rang et ses parures et qu'on l'admire. Mais le sujet était sérieux. Il s'agissait d'un enfant. Et Dean comprenait cette personne. Seulement, elle était bizarre. Il savait qu'il ne pouvait pas lui faire confiance. Il jeta un œil derrière elle, voyant que tout le monde la fixait avec attention. Dean soupira et finit sa bière d'une traite. Il se leva, posa la monnaie sur la table et intima la demoiselle a le suivre du bout du doigt. Quel plaie... Et lui qui voulait rentrer tôt ce soir. Ça l'apprendra a fréquenter toujours les mêmes bars. Il avait du se faire repérer. Et c'était pas ce qu'il voulait. Il la traîna jusqu’à un coin que personne n'approchait à moins d'être assoiffé de sang. Il se posa contre le mur et fixa de nouveau l'inconnue.

« - C'bien beau tout ce tintouin. Mais vous connaissez mon nom. Mais j'connais pas l'vôtre. Vos sources qui vous ont mené sont dangereuses. Alors dites moi pourquoi vous savez ce que je suis. Sinon j'vous aide pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Mar 21 Oct - 9:56



La colère qui se glissait dans mes veines avait le gout d'un poison exquis, et mon sang froid naturel faisait que celle-ci était à peine palpable, quand de l’intérieur, je n'avais qu'une envie, dépecer Dovavkin pendant qu'il regarderait ses entrailles le quitter une à une. Cependant, je devais me calmer, déjà, parce qu'une Noble de ma convenance ne pouvait pas se permettre de tuer la moitié d'un bar simplement pour satisfaire la haine qui s’immisce dans son esprit, quand bien même son bien le plus précieux lui a été retiré... Cette ordure, quand je pense que je l'ai épargné lors de notre dernière bataille... Arrrg je me hais! En tant que Reine j'aurais due savoir qu'il ne méritait pas de survivre, mais non, j'avais pitié de lui... Le Hunter semblait dégouté de mon arrivée, sa journée devait être probablement aussi horrible que la mienne, mais lui n'avait surement pas l'habitude de régler ces problèmes par ce genre de moyens. Il me fixa longtemps, du moins cela me parut très long, et vida ensuite sa chope de bière d'une traite, avant de jeter quelques piécettes sur la table et de me faire signe de le suivre. Évidemment, je suis tombée sur le seul Hunter qui fait fit des convenances et se cache. Il m'entraina alors dans un recoin plus sombre et loin de l'agitation que j'avais commise avec mon entrée fracassante.

Je m'attendais à ce qu'il demande une bourse plus lourde, ou alors d'autres closes pour ceci, ou je ne sais quoi. Cependant, ce ne fut rien de tout cela. «  C'bien beau tout ce tintouin. Mais vous connaissez mon nom. Mais j'connais pas l'vôtre. Vos sources qui vous ont mené sont dangereuses. Alors dites moi pourquoi vous savez ce que je suis. Sinon j'vous aide pas. » Je restais silencieuse quelques seconde, et l'observait alors, il était bien plus âgé que moi, du moins physiquement, et me paraissait alors quelqu'un de très sérieux. Ni bon, ni mauvais, seulement juste et droit, ce qui était un grand atout pour moi, aucun souci pour tuer un ange si celui-ci s'en prenait à un innocent. PARFAIT. Maintenant, il ne me restait plus qu'à lui expliquer la situation... En soit, expliquer que je suis la maitresse de la guilde des commerçants, et du commerce d'échange des âmes n'était que plus simple? Cela lui expliquer clairement tout, comment je savais pour lui, pour son métier, ou encore où le trouver, surtout que j'ai main basse sur quasiment tout le pays... Bon, se présenter à lui, le suivre, et aller tuer Dovavkin, très bon programme, n'est-il pas?

"Je suis Lady Gotthelf, Reine et ambassadrice de Finlande. Pour ce qui est de mes sources, je gère présentement la guilde des commerçants, ainsi que le commerce interracial d'échange des âmes, je connais donc énormément de monde." Je n'avais strictement aucune honte de descendre dans les lieux les plus mal-famés, j'avais beau être Reine aujourd'hui, lors de ma jeunesse, je m'étais souvent aventurée seule dans ce genre d'endroit, voir pire. Et aujourd'hui, seules les parures font la différence, mais je pourrais très bien m'adapter à ces lieux. "Maintenant si on pouvait s'occuper de mon probleme d'enlèvement, ça m'irait, j'ai un ange à tuer et un fils à récupérer!"

Je n'attendais pas sa réponse. J'étais bien trop pressée, Dovavkin ne veut pas seulement me faire venir, j'en suis certaine, son désir le plus cher et de me voir perdre mes moyens devant la disparition de mon fils. Il lui suffirait d’inoculer un poison mortel petit à petit pour qu'à mon arrivée, Alois décède au creux de mes bras, et ça, je ne le supporterais pas. Bien que ceux qui me connaissent en Enfer me nomme la Princesse des Corbeaux, la plupart savent que je tire plus du félin, et un félin tuera tous ceux qui se mettront entre lui et sa progéniture. Et je le ferais. J'étais déjà parvenue à évincer Claude, ainsi que la plupart de ses ennemis mortels, mais là, l'un des miens s'en prends à mon fils, alors que je l'avais épargné. Pour la peine, je lui ferais vivre un châtiment pire que la mort. Je dus secouer la tête afin de reprendre mes esprits, sinon je risquais d'attaquer tous les êtres vivants ayant de prés ou de loin une ressemblance avec cette ordure, et ce ne serait pas bon pour l'image. Je fixe de nouveau le Hunter de mes yeux dorés félins, et lève le regard vers lui, plongeant ainsi dans ses prunelles vertes, J'y décèle de la fatigue, mais au diable la fatigue, c'est d'un guerrier dont j'ai besoin. Un guerrier efficace qui tuera sans demander pourquoi.

"Je vous offre 300 livres pour l'acceptation de ce contrat, et 300 Mille autres, pour sa réussite. Ce travail comporte d'énormes risques puisque nous nous en prenons à un ange de la haute société, Dovavkin, un Vicomte si mes souvenirs sont bons, possédant une petite milice. Je vous fournirai toutes les armes que vous jugerez nécessaire, une couverture en cas de repérage, et je vous laisse quartier libre à condition de pouvoir vous suivre jusqu'à la planque de cette ordure. M'avez-vous comprise?" Je venais de lui tenir un discours dans la violence la plus totale, je sortais déjà les griffes si je puis dire, mais je n'avais qu'une envie, les planter dans la gorge de cet ange...

Je sais pertinemment que j'aurais pu faire appel à Rindo, ou encore à Aissa, cependant, aucun des deux n'auraient pus faire un travail en toute discrétion, le démon aurait laissé un désordre innommable, et Aissa aurait prévenue tous les êtres sous son service. Hors, là, j'ai besoin d'un expert en discrétion, et surtout, en meurtre. "Acceptez-vous cette mission? Ou dois-je me trouver un autre Hunter qui bâclera le travail et me fera perdre mon temps à hésiter?" Oui, je n'étais pas douce, et alors? Alois est en danger, et je me dois de le retrouver! Je lui ais promis que jamais il ne le serait, que je ferais toujours en sorte de le protéger! Et je tiendrais cette promesse coute que coute.

Y compris en faisant couler le sang...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Mar 21 Oct - 11:56



❝ Pour l'amour d'un enfant ❞



Dean était toujours sur ces gardes. Il n'aimait pas du tout qu'on en sache autant sur lui. En général c'était le contraire. Et jamais un client ne lui parlait de front comme ça. Normalement il y a tout un réseau pour masquer la présence des Hunter. Mais encore personne ne pouvait se douter du véritable gagne pain de Dean. Après tout, même si quelqu'un avait entendu ce qu'elle avait dit, tout le monde sait le métier de Dean, Homme à tout faire. Il n'est pas rare qu'on lui demande de l'aide pour des choses aussi sensible. Donc il n'était pas tellement démasqué de ce côté là. Mais c'était pas bon quand même. Si elle, elle pouvait. Peut-être que ces ennemis pouvaient aussi. Il fallait la jouer fine et discret. Il allait devoir faire plus attention. Jamais ça ne devait se reproduire. Qui sait ce qui pourrait arriver à Harmony si certain apprenait son existence ? Rien que cette idée le faisait frissonner. Il passa une main dans ses cheveux pour relever sa mèche et la plaquer en arrière. Il posa son chapeau par dessus. Toute cet histoire sentait la pagaille. En plus avec ces maux de ventre qui l'arrangeait pas. Il l'a fixa longuement. Il y avait quelque chose d'autre... Elle avait une odeur... Une prestance... Une chose qui le faisait tiquer. Qu'est ce que c'était ? Ahhh... Elle n'était pas humaine c'était certain. Mais alors, elle était quoi ?

« - Je suis Lady Gotthelf, Reine et ambassadrice de Finlande. Pour ce qui est de mes sources, je gère présentement la guilde des commerçants, ainsi que le commerce interracial d'échange des âmes, je connais donc énormément de monde. Maintenant si on pouvait s'occuper de mon problème d'enlèvement, ça m'irait, j'ai un ange à tuer et un fils à récupérer ! »

Dean marqua une pause un peu choqué. Il était devant LA Reine de Finlande. Dean ne savait pas trop comment réagir. Il ne connaissait pas très bien la géographie. Mais il savait que la Finlande était un endroit plus froid, près de la Norvège et la Suède. C'était... Impressionnant de se trouver devant une Reine. Enfin c'était une première. Il savait pas quoi faire ? S'agenouiller ? Certainement pas. Et elle gère la guilde des commerçants ? Rien que ça... L'Hunter frissonna quand il entendit le mot échange et âme. Oh mon dieu... Dean voulut faire un pas en arrière. Dangereuse était même pas du tout approprié pour cette femme. Elle n'était pas du tout blanche. Comme d'habitude. A chaque fois que quelqu'un a du pouvoir, la règle est presque d'en abuser à sa façon pour détruire les nuisances. Quel personnalité... Quand il croisa le regard doré de la Reine, il eut un autre frisson. Certainement pas humaine. Elle avait presque une allure de métamorphe. Mais il y avait autre chose... Des odeurs familières... Mais en même temps inconnus. Il n'aimait vraiment pas cet situation. Vraiment pas du tout. Elle était plus que dangereuse... Mortelle. Puissante. Il était presque sûr de ne pas vraiment faire le poids sans l'effet de surprise. Pourquoi lui demander à lui ? Il savait qu'il avait une certaine bonne réputation parmi les Hunters et qu'il avait de l'expérience. Mais une Dame aussi puissante avait une armée à sa disposition. Il fronça les sourcils. Attend une minute. Une Reine de Finlande... Qui est Ambassadrice à Londres... Qui s’appelle Gotthelf... Il prit une immense respiration. Celle de la rumeur ?! C'était possible d'être plus dans la mouise que ça ? C'était vraiment une des personne que Dean n'aurait jamais voulu connaître... Une personne si influente... Il en avait déjà entendu parler. Plusieurs informations circulaient sur les activités d'une seule femme. Une femme sans scrupule qui serait aussi dangereuse qu'attirante. Une femme au regard enflammée et au sourire effrayant. Il avait entendu qu'elle mangeait des âmes au petit déjeuner. Qu'elle avait une armée d'ombre. Et des alliées parmi les Anges et les Démons. Certains démons l'avait surnommé le Monstre à la Couronne. Et il y avait plein d'autre message dans le genre. Qu'elle était le vrai du faux ? Aucune idée. Un bon Hunter écoute toujours avec attention ce qui se trame et fait attention à déceler qu'elle est la part de vérité. Mais il avait la vraie devant lui.

« - Je vous offre 300 livres pour l'acceptation de ce contrat, et 300 Mille autres, pour sa réussite. Ce travail comporte d'énormes risques puisque nous nous en prenons à un ange de la haute société, Dovavkin, un Vicomte si mes souvenirs sont bons, possédant une petite milice. Je vous fournirai toutes les armes que vous jugerez nécessaire, une couverture en cas de repérage, et je vous laisse quartier libre à condition de pouvoir vous suivre jusqu'à la planque de cette ordure. M'avez-vous comprise ? »

L'appât du gain ne le laissait pas indifférent, c'est certain. Même s'il ne manquait pas d'argent ces temps si avec le contrat qu'il avait eut hier. Et il n'aimait pas vraiment tuer pour tuer. Il faut savoir s'arrêter à un moment. Mais le fait est, qu'un enfant est en jeu. Et même s'il n'aimait définitivement pas cette femme. Il ne pouvait pas se battre contre son désir irrépressible. Il aurait eut la même réaction à vrai dire. Il était même plus que probable qu'il s'en prenne à des innocents juste pour calmer sa haine. Mais ce n'était pas la solution. Il sentait dans l'air, une ambiance électrique. Comme si tout allait exploser à tout instant. Il tiqua au mot "ange". Un ange ? Qui kidnappe un enfant ? Quel étrange procédé. Les anges ne sont pas connu pour faire du mal pour le mal. Il ont en général toujours quelque chose en tête, avec la curieuse impression que les sacrifices sont inévitable pour la volonté de Dieu. De tel connerie, il en avait entendu tellement dans sa longue vie. Il pouvait être parfois pire que des Démons et ne se rendait même pas compte de leur propre chute. Le monde est tellement étrange. Dean ne cherchait plus vraiment à comprendre pourquoi on leur apprend que les Anges sont bon, et les Démons mauvais, car dans certains cas, c'est le contraire. Dans tout les cas, le pouvoir tue les gens. Il en était l'exemple même. Il avait du pouvoir. Il s'en servait pour tuer des gens en échange d'argent. Il n'était pas aussi naïf pour ne pas se rendre compte que son âme devenait aussi noir qu'un Démon. Il avait tué, sans doute des innocents. Mais il ne ferait jamais un pas en arrière. Ça avait été son choix. Il le savait que cette vie n'était pas simple. Il ne combat pas la justice. Il ne tue pas pour avoir être moins inquiet. Il tue parce qu'on lui a demandait. Et là, le boulot était de retrouver un ange. C'était dans ses cordes. Surtout s'il était Vicomte.

« - Acceptez-vous cette mission ? Ou dois-je me trouver un autre Hunter qui bâclera le travail et me fera perdre mon temps à hésiter ? »

Dean hausse un sourcil. Les Hunters ne bâclait pas souvent le travail. Et en général quand ils le faisaient, ils mourraient. C'était la loi de la Jungle après tout. Tu rate ton coup, tu passe au billot. Il soupira encore. Toute façon son cœur était déjà prêt à l'aider. Il le savait. Un enfant innocent était en jeu. Et ça il ne l'aurait jamais accepté. Même si elle l'avait supplié sans lui donner de l'argent, il aurait accepté. Même si qu'il y ait de l'argent en plus lui fait encore moins hésiter. En plus avec une tel somme, il pourrait prendre soin de son Harmony et lui acheter une nouvelle robe ! Elle serait sans doute magnifique dedans ! Il arrêta de s'évader dans ses pensée et refixa avec attention la Reine. Il fallait d'abord précédée par étape.

« - Avant d'accepter. Vous d'vez vous calmez. J'sais que c'est dur. Mais votre fils est en jeu. Votre colère peut vous aveuglez et vous allez oubliez d'choses importante. Normalement j'ai un délai pour retrouver les personnes mais j'comprend que vous soyez contre l'temps. On va réfléchir un instant. Vot'e Ange est haut placé dans la Hiérarchie Angélique ? Dans sa milice y'a qu'des Anges ? D'fois ça peut êt'es des métamorphes ou d'aut'es choses qu'ils ont aucun regret à tuer. Et on va passer par un endroit, j'dois passer un coup d'fil et chercher mon arme. Ça vous va M'dame ? Y me faut des babioles pour si jamais ça tourne mal. Aussi est-ce qu'vous savez si votre fils risque que'que chose ? Si c'est le moyen de pression y'a du danger pour lui. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Mar 21 Oct - 15:30



Ma colère ne cessait de grandir, j'avais cette impression de devenir un volcan au bord de l'explosion de souffre. Mais au fond de moi, j'étais terrifiée, si ce n'est pire. Alois, avant d'être mon fils, mon précieux garçon, est surtout mortel, et je crains de le retrouver empoisonné avec je ne sais quel produit dangereux, ou encore torturé comme cette ordure l'a fait avec Claude. Dés que je clignais des yeux, des images monstrueuses mettant en scène mon petit garçon dans des situations morbides se dessinaient, et la crainte de voir l'une d'elles arriver enserrait mon cœur. Perdre mon fils serait la pire chose qui puisse m'arriver après la disparition de mes propres parents, et je ne supporterais pas de nouvelle perte. De plus, j'attendais toujours la décision du Hunter, et le fait qu'il puisse refuser ce contrat me faisait peur, seule, je ne pouvais pas atteindre Dovavkin, étant à moitié démone, je serais immédiatement repérée, surtout que c'est moi qu'il veut, et non Alois. Je m’apprête à finalement partir, le plus dignement possible pour essayer de trouver quelqu'un d'autre, lorsque j'aperçois enfin un mouvement de la part du Hunter, et le soulagement le plus grand m'envahit.

Il m'ordonna de me calmer.

Et c'est là que je compris que la tension débordait de toute part, et qu'en effet, je devais bouillir tant cela jaillissait de moi. Je pris une grande respiration, et soufflais lentement l'air, je n'avais pas vraiment besoin d'oxygène, mais besoin d'évacuer la violence. La colère m'aveuglait... Oui, c'était vrai, j'étais ivre de colère envers moi-même, parce que je sais que si mon fils est en danger ce soir, c'est parce que j'ai épargné la vie de mon fiancé deux siècles plus tôt. Je serrais avec force mes mains gantés, priant cependant pour que mes griffes ne sortent pas et ne viennent pas déchiquetée le velours de ceux-ci. Pour autant, j'avais beau essayer, je ne pouvais me calmer, j'étais trop tendue, je connaissais Dovavkin, je savais tous les pièges qu'il avait mit en œuvre à l'époque pour me vaincre, et je n'imaginais que trop bien ce qu'il pouvait faire subir à mon précieux petit garçon. Et quand bien même sa conscience d'ange l’empêcherait de faire du mal à un innocent, Alois est un lunatique, ce qui lui donne deux fois plus de raison de vouloir le détruire. Sans compter l'écartèlement de Claude, cet idiot d'Ange à du apprendre que je me suis rapproché du démon, et voit cela comme un péché d'infidélité... D'où les chaines empoisonnées... En fin de compte, il se venge sur la famille que je suis parvenue à construire sans lui. Je ne pouvais cependant lui accordé qu'un délai minime, la vie d'Alois dépendait de chaque seconde qui s'écoulait.

« - On va réfléchir un instant. Vot'e Ange est haut placé dans la Hiérarchie Angélique ? Dans sa milice y'a qu'des Anges ? D'fois ça peut êt'es des métamorphes ou d'aut'es choses qu'ils ont aucun regret à tuer. Et on va passer par un endroit, j'dois passer un coup d'fil et chercher mon arme. Ça vous va M'dame ? Y me faut des babioles pour si jamais ça tourne mal. Aussi est-ce qu'vous savez si votre fils risque que'que chose ? Si c'est le moyen de pression y'a du danger pour lui. »

J'eus l'impression de me prendre une immense claque. Ma colère m'aveuglait tellement que j'avais limite oublié tout ce qui constituait réellement cette histoire. Dans mes souvenirs, Dovavkin était un ange sentinelle, l'un des gardiens de la balance, le seul soucis, c'est qu'il choisit aussi la dose de l'équilibre cosmique, alors justice ne peut être faite réellement en sa présence. En revanche, je ne me souviens pas vraiment de sa milice, juste qu'ils étaient puissant, mais moins que mes chats, beaucoup moins. Après, il avait pu en changer, deux siècles s'étaient écoulés après-tout... Le hunter me parle de métamorphes, oui, c'est possible, mais encore à vérifier. En revanche, il va forcément falloir que je lui explique aussi la situation et le pourquoi de cette histoire. Bien qu'Alois ne soit pas mon fils biologique, cet idiot d'ange ne doit pas le savoir, et à ses yeux, il doit forcément être né d'un mariage autre que celui que j'aurais du faire avec lui. Soit une autre preuve d'adultère à ses yeux.

Tant d'ennuis, tant d'ennuis, et une seule fautive, moi. Si j'avais fait plus attention, si j'avais demandé à Alois de m'accompagner aujourd'hui, rien de tout cela ne serait arrivé, et il serait en sécurité avec moi. Je suis une mauvaise mère, irresponsable et dangereuse. Tout est de ma faute...Je clignais des yeux, et la caresse légère d'une goutte d'eau sur ma joue me fit frissonner. Je la recueillit du bout du doigt, une larme, ça y est, je craquais. Je prenais une nouvelle respiration, et tentais, encore, de m'apaiser. J'essayais de me convaincre que nous arriverions à temps, qu'Alois ne courrait aucun danger, ou bien que Dovavkin serait trop faible pour faire du mal à mon fils, mais voilà, j'étais trop réaliste pour ça, et je n'envisageais que le pire. Je comprends à présent pourquoi je suis stérile, pour épargner à mes futurs enfants qui ne naitront jamais l'horrible mère que je suis. Je frisonne, et tente de reprendre un air froid et détaché, mais il est trop tard, ma faiblesse s'est montré au hunter, qu'importe, je suis une mère qui aime son enfant, et il est bien normal que ma peine soit aussi forte lorsque celui-ci m'est retiré.

"Dovavkin est ce que l'on appelle un sentinelle, un gardien de l'équilibre entre autre, pour ce qui est de sa milice, je me souviens qu'il s'agissait de soldats pleinement stupide, mais de grandes brutes... J'ignore cependant si c'était des métamorphes... Et pour... pour..." Je me sentais mal, évoquer les possibilités d'une catastrophe à voix haute me faisait redouter leur réalité... "Alois... Mon fils, sert d’appât, le but de cet ange et de laver son honneur... Cet ange, Dovavkin, fut mon fiancé il fut un temps... Pour des raisons personnelles, nous nous sommes séparés violemment, et j'ai refais ma vie. Alois n'est pas né de notre union, et... En rentrant... j'ai retrouvé le serviteur de mon fils écartelé sur des chaines empoisonnés... C'est un signe de considération d'adultère en Finlande... Le but de... de cette ordure, est de me faire souffrir en détruisant ce que j'ai de plus cher... Mon fils..." Je retenais faiblement mes propres sanglots... où est passée la grande Reine cruelle de Finlande? "J'ai bien peur que son but soit de me voir arriver trop tard et de me voir enterrer mon propre fils..."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Mar 21 Oct - 20:12



❝ Pour l'amour d'un enfant ❞




D'un seul coup Dean eut un pincement au cœur. Il voyait les expressions de douleur qui passait sur son visage. Il sentait qu'elle faisait d'immense effort. C'était comme une transformation. Le Monstre à la Couronne c'était radoucis d'un seul coup. Et Dean était le seul témoin. Elle ressemblait de plus en plus à une Humaine. L'Hunter souriait avec attendrissement. Il éprouvait moins de peur et une étrange sympathie envers cette inconnue. Surtout quand une larme roula sur sa joue. Dean ressentait ce sentiment. Elle était désespérée. C'était compréhensible. Il n'arrêtait pas de la comparer à lui. Si jamais il perdait Harmony. Il réagirait pas aussi bien. Même si on lui ouvrait les yeux. Il l'écouta avec attention quand elle reprit la parole.

« - Dovavkin est ce que l'on appelle un sentinelle, un gardien de l'équilibre entre autre, pour ce qui est de sa milice, je me souviens qu'il s'agissait de soldats pleinement stupide, mais de grandes brutes... J'ignore cependant si c'était des métamorphes... Et pour... pour...Alois... Mon fils, sert d’appât, le but de cet ange et de laver son honneur... Cet ange, Dovavkin, fut mon fiancé il fut un temps... Pour des raisons personnelles, nous nous sommes séparés violemment, et j'ai refais ma vie. Alois n'est pas né de notre union, et... En rentrant... j'ai retrouvé le serviteur de mon fils écartelé sur des chaines empoisonnés... C'est un signe de considération d'adultère en Finlande... Le but de... de cette ordure, est de me faire souffrir en détruisant ce que j'ai de plus cher... Mon fils... J'ai bien peur que son but soit de me voir arriver trop tard et de me voir enterrer mon propre fils... »

Dean considérait chacun de ses mots. Et il évaluait les dégâts. Il se mit à réfléchir. Ce Dovavkin a l'air assez puissant. Et il ne sera pas aussi simple de le battre. Seulement ils avaient l'avantage de la surprise. Si Dame Gotthelf connaissait son existence, c'était certainement pas le cas de cet Ange. Et puis dans tout les cas, si elle faisait appel à un Hunter, c'est qu'ils étaient les mieux approprié. Peut-être son rang d'humain avait un rapport ? Dean sait que les Démons et Anges se sentent très facilement entre eux. C'est comme une chauve-souris qui arrive à voir dans la nuit les insectes. C'est étrange mais terriblement efficace. Ce qui fait la force d'un Hunter, c'est sa race. Un Humain, ce n'est pas dangereux pour un Ange ou un Démon. Il y en a tellement dans sur Terre. Que leur présence n'est qu'un truc qu'on oublie vite. Dean tapota gentiment l'épaule de la Reine de Finlande.
« - Ecoutez, rien n'est perdu. J'ai une fille aussi. J'comprend vot'e chagrin. Mais, vot'e ennemi pense sans doute que vous allez vous sautez dans la gueule du loup. Ou avoir une armée. Nous avons la surprise. Ne vous décourager pas. Suivez moi. »

Dean observa le bout de la rue, et lui fit signe de s'approcher. lui murmura un "Scusez, mais c'pour la bonne cause" avant de lui enlever toute ses bijoux et sa cape. Il retira la sienne beaucoup plus discrète et lui enfila pour lui mettre la capuche. Il lui laissa les gants. Il connaissait la propreté et les nobles. C'était impossible pour eux d'être un minimum sale. Elle allait devoir résister. Dean plia en faisant attention à ne pas la salir ou l'abîmer. Il le posa sur son avant bras et cacha les bijoux trop voyant dans la cape. Il espérait n'avoir rien casser au moins. Il intima la femme à le suivre en silence. Il s'avança avec détermination, il sentait la présence de la Reine derrière elle. Il fut content quand personne ne se retournait pour observer une forte personnalité. Il fallait être discret là où ils allaient. Plus ils avançaient, plus l'ambiance était sinistre. C'était les endroits les moins fréquentés de la Ville. Il passa dans une ruelle, il observa la porte avec attention. Non elle n'avait pas bougé d'un pouce. Il sortit une clef, l’inséra, leva la poignet, avant de tourner la clef et d'entrer. Il laissa la Reine à son tour pénétrer la demeure très modeste et très... Unique. Des affiches partout, des livres, des objets en tout genre, des bocaux. Tout les murs étaient recouvert de plan, dessin, recette... Malgré tout le fouillis de l'endroit. Tout était très propre. Dean avait apprit un jour que la poussière était très mauvais pour le papier. Et que ranger était plus pratique pour retrouver ce que l'on cherche. Il s'avança vers un coffre, l'ouvrit avec 3 clefs différentes et souleva le couvercle très délicatement. Il sortit sa faux et lui donna un coup pour qu'elle s'allonge. Il la fit tourner dans sa main et il hocha la tête avant de la réduire à nouveau. Elle était dans le même état qu'hier. Tout allait bien. Il s'avança ensuite vers le téléphone, composa le numéro et se tourna vers la Reine en entendant le toner.
« - Oh ! Si pouviez pas dire où j'me planque. Ce s'rait cool... Oui ? Wilhem ?... Humhum... Ouais.... Y'a une cliente avec moi. Elle cherche quelqu'un de spécial. Tu pourrais ?... Ouais attend... Ce serait un ange. Niveau Rouge j'dirais... Ouais il détient un gosse... Dovavkin... Sérieux ?... Huuum... C'pas bon ça... Okay mec... Sûr ?... Ouais... T'inquiète... Allez merci. Je te donnerais 10 % »

Dean raccrocha, il prit un stylo et écrivit maladroitement l'adresse qu'on lui avait indiqué - J'te laisse choisir où tu veux qu'ils soient x) - il tendit le petit papier à la Reine avec un sourire. Il savait que la source était très sûr. Wilhem est quelqu'un de très loyal. Un loup garou qui avait faillit mourir de sa main. Heureusement, son flair et sa tendance à s'attirer des ennuis tout en restant discret lui a valut l’intérêt de Dean. Il emmagasine les infos comme une éponge. Il a tout un réseau et il aime tout savoir. C'était presque une obsession. Alors quand il peut être payé pour ça. Il est toujours partant. Dean sait qu'il ne divulguera jamais son nom même sous la torture. Les Loups sont trop fier et quand ils font une promesse jamais ils ne la brise. C'était un gros avantage de l'avoir. Mais il ne l'appelait qu'en dernier recours. Il lui coûtait très cher. Et puis il savait que quand il avait le temps, il pouvait avoir ces infos tout seul. Sauf que là, le temps était contre eux.

« - La bonne nouvelle c'est qu'on sait où il est. Et il aurait mystérieusement doublé ses effectifs. La mauvaise nouvelle, on va d'voir lui arriver par derrière. J'crois que vot'e Ange va tuer vot'e fils devant vos yeux. Ou il sera empoisonné. Si jamais ça tourne mal pour vot'e Ange, il va sans doute essayer de tuer Alois en prem's avant d'se tirer. S'il croit qu'il a l'avantage, il va juste se délecter d'vot'e souffrance. Faudra récupérer vot'e rejetons le plus vite possible. C'est la priorité. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   Sam 15 Nov - 17:54



De la crainte, j'étais passée à une colère effroyable, et à présent, j'étais simplement désarmée. Je regrettais à présent ma première décision, il y a plusieurs siècles... J'avais épargné cet ange par pitié, je m'étais persuadée que sa nature le rendrait meilleur et compréhensif plus tard, j'avais tord. Encore une fois, j'échouais lamentablement dans mon rôle... J'avais été une mauvaise princesse, toujours trop active, trop folle pour rester pendant les cours sur le protocole, et j'avais été incapable de retrouver mes propres parents. Puis j'étais devenue Reine, j'avais fondé le commerce interracial des âmes, non seulement pour le pouvoir, mais aussi pour avoir de nombreuses relations de par le monde. Mais je restais une incapable. J'ai adopté Alois, mais je ne lui ais pas offert la protection la plus importante qui existe, parce que j'avais préféré attendre de trouver un père digne de lui avant de formuler le pacte de sang... Et maintenant, à cause de toutes mes erreurs, mon précieux petit prince se trouvait entre les mains de cette ordure... Tout était de ma faute. J'avais l'impression d'étouffer dans mon corsage, j'avais l'impression que le punch mortel s'insinuait en moi avec bien plus d'aisance que d'habitude et parvenait à me frapper là où résidait ma faiblesse.

« - Ecoutez, rien n'est perdu. J'ai une fille aussi. J'comprend vot'e chagrin. Mais, vot'e ennemi pense sans doute que vous allez vous sautez dans la gueule du loup. Ou avoir une armée. Nous avons la surprise. Ne vous décourager pas. Suivez moi. »

Oui, la plupart des parents peuvent compatir à cette terreur et cette peine que de voir notre enfant disparaitre. Je regardais le Hunter différemment, je pouvais presque sentir sa compassion émaner de lui, mais il restait un guerrier puissant, un guerrier qui me permettrai d'anéantir mon ennemi une bonne fois pour toute. Oui, nous avions l'effet de surprise, et encore, peut-être avais-je été suivie, et peut-être que Dovavkin était parfaitement conscient de mon champs d'action, ou encore de mes idées, mais j'avais espoir de retrouver Alois. Et l'espoir fait vivre. Il me murmura des excuses, avant de retirer mes bijoux ainsi que ma cape, qu'il plia délicatement, sans doute pour éviter de me faire paraitre trop noble en ce recoin malfamé. Et alors qu'il se retournait en m'indiquant de le suivre, je me penchais en avant, attrapais les pans de ma lourde robe, et retirais le tout d'un geste sec. Puis je remettais la cape qu'il venait de me prêter. Je portais toujours, sous mes robes, cette merveilleuse combinaison de coton noir, et elle allait me servir aujourd'hui. Je pliais ma robe, et la passais sur mon bras, à la manière du Hunter, et le suivais en silence. Peu à peu, le décor changeait, et de malfamé, ce devint aussi sombre que les couloirs de l'enfer, et nous finîmes par arriver devant une porte, décrépie selon moi. Il mit un bref instant avant d'agir, comme s'il la contemplait, puis l'ouvrit, entrant dans une pièce unique.

Le lieu me faisait légèrement penser à ma salle des archives, bien que ridiculement petit à coté de celle-ci, mais l'agencement du mobilier et les contenus des étagères y ressemblait fortement. C'était en revanche, extrêmement propre, je dirais impeccable même. Il s'avança vers un coffre ensuite, et l'ouvrit avec trois clefs, avant d'en sortir une faux, avec laquelle il joua un instant avant de la ranger. Enfin, il s'approcha d'un téléphone, composa un numéro et se tourna vers moi, prenant de nouveau la parole. Il me demanda si je pouvais éviter de parler de sa planque, avant de finalement répondre à la personne à l'autre bout du fil. N'ayant qu'une moitié de la conversation, je ne pouvais pas sérieusement juger celle-ci, mais du peu que j'écoutais, je m’inquiétais. Les intonations dans la voix de mon "employé" du moment laissaient entrevoir une grande difficulté dans notre entreprise. Lorsqu'il raccrocha, il prit un bout de parchemin et nota une adresse dessus. Je fus presque outragée de constater que non seulement cette créature n'avait pas changé de demeure, mais que pire encore, il osait appeler son manoir avec le nom de ma propre mère. Manoir Vontassel, il mériterai que je le décapite avec mes propres griffes! Je ravalais ma colère nouvellement acquise -je vais vraiment finir par exploser et à me transformer en furie - et écoutais sagement le Hunter.

«  La bonne nouvelle c'est qu'on sait où il est. Et il aurait mystérieusement doublé ses effectifs. La mauvaise nouvelle, on va d'voir lui arriver par derrière. J'crois que vot'e Ange va tuer vot'e fils devant vos yeux. Ou il sera empoisonné. Si jamais ça tourne mal pour vot'e Ange, il va sans doute essayer de tuer Alois en prem's avant d'se tirer. S'il croit qu'il a l'avantage, il va juste se délecter d'vot'e souffrance. Faudra récupérer vot'e rejetons le plus vite possible. C'est la priorité. » J'écoutais attentivement les informations, soit, être discret, je pouvais le faire, récuperer mon fils le plus rapidement possible aussi, mais je voulais surtout une chose, que cette ordure paie!

"Et nous avons un avantage en plus, je connais PARFAITEMENT cette demeure, pour avoir été celle qui l'a faite construire..."

Je déposais mes affaires en trop - ma robe et le reste - sur la table, et m'étirais avant de sortir mes griffes, tranchant le bout de mes gants avec, tant pis, j'en rachèterais d'autres. J'avais envie de sang... Non, j'avais envie du sang de Dovavkin, et plus précisément...

Je voulais qu'il n'en ait plus une seule goutte dans son corps...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour l'amour d'un enfant [feat Dean Hodgkin - guest Alois]
» Les Chroniques de Yibwang : Pour l'amour d'une papuche [feat. Yibo]
» L'amour d'un fils pour sa mère, et inversément... (Brume)
» Rien de mieux qu'un enfant pour rendre le sourire ... Part II [Nahla Maluka]
» [1754] Pour l'amour de ma reine (Angel-Hypnos)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-