« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Journal  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Agresement en pleine nuit....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: Agresement en pleine nuit....   Jeu 2 Sep - 20:08

Je me promenais dans le parc de Londres,en pleine nuit. Je regardais les étoiles couverte de bleu.....Au centre du parc,se trouvait une petite fontaine, étant donné ma soif,je décida d'aller me désaltérer dans cette au pure.Je m'approchais de plus en plus de la fontaine,puis une fois devant,je pris un gobelet en plastique et je le plongea dans cette eau.Je bus sans plus attendre puis j'entendis des bruits près des buissons...

Qui est là???


Puis j'oubliais le bruit que je venais d'entendre et je continua a boir.Une fois le verre finit,je repris ma route quand soudain, je sentis quelque chose me cacher la bouche et m'étouffer et je criais de toute mais force:


LÂCHEZ MOI AU SECOURS AU SECOURS PITIER A L'AIDE....

Mais personne ne vint a mon secours........
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Agresement en pleine nuit....   Jeu 2 Sep - 20:38

Londres était plongée dans l'obscurité, une obscurité noire, profonde, que seule la lumière blafarde de quelques réverbères tentaient de percer. Une nuit silencieuse et froide, aussi glaciale que le vent qui griffait les joues de Holmes à cette heure tardive, au beau milieu de Hyde Park. Vêtu d'un tailleur en tweed sombre et sobre, protégé du froid par un pardessus coupé sur mesure et coiffé d'un chapeau de forme assez classique, le détective ressemblait à n'importe quel homme de Londres qui serait en train de faire la tournée des bars au lieu de rentrer au foyer retrouver son épouse et se délasser après une dure journée de travail.
Mais il n'était pas n'importe quel homme de Londres. Il ne faisait pas la tournée des bars, et n'avait ni épouse ni enfant pour l'accueillir chez lui. Quand à son travail... S'il le pouvait, il travaillerait vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Malheureusement, Watson insistait pour qu'il se reposât de temps à autre, et son corps aussi, parfois... Ce qui le forçait à prendre un peu de repos. Mais s'il le pouvait, il ne dormirait ni ne mangerait. Sherlock Holmes vivait pour son travail et en avait parfaitement conscience.

- Mr Holmes, chuchota la voix de l'inspecteur Lestrade de Scotland Yard derrière lui. Quand allez-vous enfin vous décider à arrêter cet individu ? Nous avons assez attendu, me semble-t-il !

Holmes ne répliqua pas et se contenta de fixer leur cible, qui progressait quelques mètres devant eux. L'homme s'appelait Clyde Barrymore, et selon le détective, il était responsable de plusieurs agressions et vols sur des jeunes filles de bonne famille. L'affaire en elle-même ne présentait pas d'élément très intéressant, mais c'était tout ce qui lui avait été proposé, et cela valait mieux que l'inactivité qui le rendait fou. L'homme était grand, massif, l'air patibulaire, et il semblait couver en lui une certaine violence qui avait attiré l'attention de Holmes bien avant celle du Yard. Après plusieurs investigations et interrogatoires, il avait fini par démonter son alibi, et le suivait maintenant dans l'espoir de le surprendre en flagrant délit.
Ce qu'il n'avait pas la patience de ré-expliquer à cet idiot de Lestrade. Pour le moment, il remerciait le ciel de n'avoir avec lui que l'inspecteur et trois de ses adjoints, ce qui devrait être suffisant pour maîtriser l'individu en cas de problème.
Soudain, ils débouchèrent sur la fontaine. Holmes et ses acolytes se cachèrent dans des fourrés tout proches, tandis que Barrymore poursuivait son chemin, s'approchant silencieusement d'une très jeune fille qui buvait à la fontaine. Holmes, les sens aux aguets, nerfs et muscles tendus à bloc, se tenait prêt à bondir au moindre signe d'agression.

- Qui est là ??

Holmes fusilla Lestrade du regard. Celui-ci, en bougeant, avait remué les buissons et attiré l'attention de la jeune fille. Holmes posa un doigt sur sa bouche, intimant le silence, lequel retomba aussitôt sur le parc. Seul le vent dans les branches des arbres attestaient que le temps ne s'était pas arrêté. L'obscurité dissimulait Barrymore, qui guettait sa proie.
Tout à coup, celui-ci se jeta sur elle et tenta de la baîlloner. Aussitôt, Holmes bondit à la vitesse de l'éclair et cria :

- Barrymore !

La surprise se peignit sur les traits de l'agresseur en voyant débouler les policiers. Il repoussa la fillette et s'enfuit à toutes jambes, mais Holmes avait tiré son revolver de sa poche et tira un coup en l'air. Barrymore s'arrêta net et leva les mains en l'air, effrayé. Lestrade et sa bande en profitèrent pour l'arrêter. Le détective privé, lui, s'approcha de la jeune fille qui semblait terrorisée. Elle était bien habillé, et semblait appartenir à la noblesse.

- Milday, dit-il en s'agenouillant près d'elle. N'ayez crainte, cet homme va être arrêté. Il intéresse Scotland Yard depuis un moment, et nous guettions l'occasion de lui mettre la main au collet. Je suis Sherlock Holmes, et dès maintenant, je vous garantis ma protection.

Le ton bienveillant et calme qu'il avait adopté apaisa la fillette, qui ne devait pas avoir plus de douze ou treize ans. Derrière, il entendait Lestrade parler avec ses hommes et Barrymore protester.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Agresement en pleine nuit....   Jeu 2 Sep - 22:48

Il est de ces nuits pour les moins singulières, propres aux troubles immoraux.
L’obscurité s’engouffrant en les chaotiques méandres d’un paysage creux et insipide, telle une insidieuse chimère imposait un inéluctable et trivial harnachement de noirceur, significativement restrictif quant à tout espoir d’avisée perception.
Quelques astres à l’éclat d’une altérée magnificence, semblaient péniblement subsister malgré l’instauration d’une prépondérante teinte terne en cette voute céleste exposée à un regrettable défaut de contraste.
Le vent frais saisissant de fougue, tel un efficient acteur jouait allégrement son rôle grave, étreignant succinctement en cette scène fugace tout infortuné protagoniste, de par son étreinte inhospitalière.
Cet enchevêtrement de moyens comme, semblant s’être ingénié à former une acerbe coalition, une entrave conséquente à la présence d’êtres humains en ces rues sombres, apparaissait comme bien salvateur aux yeux de la jeune servante; ayant à faire en ces lieux reculés, purgés de toute compagnie néfaste.
Il était bien tard, et pourtant comme à son habitude tirant profit du sommeil dument mérité de sa jeune maitresse, afin de s’affranchir de ses tâches, elle arpentait ruelles et embranchements, à la recherche de toute piste concrète pouvant étayer ses impressions quant à l’enquête à laquelle la jeune duchesse l’avait assigné.
En l’occurrence une sinistre affaire de violence infligée à de jeunes gens.
A y repenser, cette informe conjoncture n’était rien d’autre qu’une énième manifestation d’un vice canalisé de manière défaillante, jaillissant du plus profond de ces âmes en proie à la tourmente, peuplant Londres ainsi que le monde, âme appartenant à une gente humaine se faisant tristement receveuse des maux englobant leurs existences, et n’y opposant qu’une discutable résistance se laissant aisément asservir par une hargne, devenue motrice.
Songeuse elle continua son instinctif déambulement quelques instants encore, avant de ponctuer ses pensées d’une décevante conclusion.

« Quelle situation tristement et inébranlablement figée, c’en est pour le moins regrettable. »

Guidée par une bonne fortune certaine en des lieux pourvus d’un intérêt certain, Eleanor se figea à l’entente de murmures délivrés de manière quasiment inaudibles, et ce provenant de buissons parsemant le parc, dans lequel elle venait opportunément de pénétrer.
A n’en pas douter une filature pour la moins singulière s’opérait sur l’heure.
Ayant l’intime conviction de n’avoir trahit sa propre présence, de part la magistrale aisance en qualité de déplacement et de discrétion, doté à ceux partageant sa condition, elle s’adossa sereinement à un arbre, et profitant de l’inégalable point de vue s’offrant à elle, elle prit grand soin que de s’en quérir de la situation, prête à intervenir, si toutefois l’affaire requérait un tel concours.
Ainsi fut aisément perçu par ses soins l’instigateur même de cette veillée nocturne, ainsi qu’au vu de ses aspirations déraisonnables et apparentes de l’inquiétude de sa maitresse. Une nouvelle jeune fille s’apprêtant à pâtir du trouble rongeant cette âme avilie.
Ne pouvant se résoudre à laisser s’occasionner une telle ignominie, au demeurant dénuée de tout sens, elle s’apprêtait à s‘adonner à une succincte rescousse, lorsque l’initiative lui fut prestement retirée, l‘homme tapi jusqu‘alors derrière un avantageux feuillage chatoyant, s‘interposa vivement à renfort d‘interjections et d‘avisées menaces armées.
Quelle circonstance rare, voire risible.
Se faire ainsi damner le pion fut en son sens l’indéniable preuve d’une présence d’esprit remarquable, véhiculée par cet être apparaissant pour le moins unique.
Eleanor n’attendit, le retour d’un calme volatile avant de s’immiscer en cette scène troublante, et ce dans l’optique de feindre au mieux la stupéfaction, la crainte, l’appréhension, attraits propres à toute jeune fille frêle et digne de confiance, en pareille situation.
N’aimant guère à occulter totalement sa réelle nature, la situation requérait toutefois de ce faire force, arborer une telle attitude étant indéniablement la façon la plus aisée de s’approprier divers éléments fugacement échappés.
Toutefois, il lui apparaissait indéniable qu’une si triviale et grossière sagacité, ne saurait atteindre le but escompté par le biais de l’enquêteur s’étant préalablement approprié sa profonde déférence. Cependant convaincue de son inaptitude à prendre conscience de son réel comportement, ainsi que de l’aptitude de son accompagnateur à commettre nombre de bévues, elle alla timidement se joindre à la confrontation prenant place sous ses yeux intrigués.
Enjoignant la parole à une irréprochable révérence, elle murmura doucettement à ses interlocuteurs quelques mots ne dénotant aucunement, de son aspect innocent arboré.

« Veuillez excuser mon impolitesse, ainsi que cette grossière intrusion mais que diable se passe-t-il ici même? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Agresement en pleine nuit....   Sam 4 Sep - 10:04

Je ne comprenais pas se qui c'était passé.Un belle homme vêtu d'un chapeau très bourgeois venait de me garantir sa protection!Je n'en revenait pas.Pourquoi moi ?? Pourquoi ai je depuis l'enfance que des problèmes!!!Pourquoi ??

Merci Monsieur mais qui êtes vous ??

Monsieur Holmes était très étonné de cette question vu que il venait de me le dire mais trop de choses et de choc a a fois,me fessait souvent faire des malaises ou encore des pertes auditives.Puis je vis arrivait vers moi Dame Eleanor en courant.Je me demandait se qui c'était réelement passé !!!

Excusez mais que c'est t'il passé ???

Monsieur Holmes et Dame Eleanor fut surpris...Mais je vis dans leur visage qui fut aussi inquiet pour moi.Mon état de santé s'aggravait de plus en plus...........
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Agresement en pleine nuit....   Lun 14 Fév - 19:25

    Oulàlala... Quelqu'un n'es plus là pour assurer la suite de votre rp. S'il refait surface, prévenez la modératrice ou un admin...

    Cordialement,
    Le paparazzi en herbe <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Agresement en pleine nuit....   

Revenir en haut Aller en bas
 

Agresement en pleine nuit....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Débarque en pleine nuit [PV Ninon et JB]
» Agresement en pleine nuit....
» En pleine nuit
» Une caniche de 3 ans + 5 chiots abandonnés en pleine nuit 55
» un pleine nuit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-