« C'est votre destinée que vous tenez en main. Prenez soin de bien choisir votre chemin »
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel un coquelicot au bord de l'eau. [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: Tel un coquelicot au bord de l'eau. [RP Libre]   Lun 18 Aoû - 4:20

Imaginez une petite française, quittant un petit nid logé quelque part entre la ville et la campagne, usant de ses charmes pour arriver à ses fins et ainsi espérer profiter de la vie sans être sans arrêts suivit par les sanglots causé par de défuntes personnes. oui, imaginez donc notre cher Zoe, jeune femme dans l'âge patienter tranquillement dans un coin, rêvant de voyage et d'aventure, de bijoux et de jolie parure, guettant la moindre occasion de s'en aller de la maison.

Ce jours s'était enfin présenté, et dans une valise, des habits fut jetés. Une bourse qui n'attendait plus qu'à être prise, et l'argent qui s'y trouvait, à dépenser. Au lieu de ça, la petite Zoe n'avait prit que de quoi payer un aller en bateau, et de quoi vivre une semaine durant, de quoi payer un toit ou dormir et se nourrir, connaissant déjà sa destination futur, là où tout allait recommencer, ou du moins, reprendre le cours du temps inachevé. Habillée par sa plus belle tenu, un long manteau de fourrure contrant le froid hivernal, un chapeau couvrant le haut de son cran,e le tout assorti au manteau , elle était plus que prête. Son impatience fut tel qu'elle en était à hausser le ton pour que sa voiture soit prête. Une fois arrivée au bateau, elle prit place à bord et parti sans même prendre la peine de se retourner.

Le voyage fut long et pénible. Personne n'était digne de la jeune femme. Pas de bel homme, pas d'homme riche et donc pas de chose à se faire offrir, vraiment, ce voyage était pathétique. Heureusement, ils étaient arrivé, heureusement, sa chambre d'hôtel était réservée. Déposant ses bagages dans sa chambre, baillant légèrement en pensant se mettre au lit. Elle n'avait pas la tête à vraiment la tête à travailler, ni même l'envie, ce fut un non simple et catégorique. Elle enleva son chapeau puis son manteau , l'accrochant derrière la porte de sa chambre, poche posé sur un bureau de bois, elle retira ses chaussures à talons en grognant légèrement, décidément pas habitué à autant de hauteur puis soupir lentement.

Elle fini par défaire sa robe, laissant celle ci glisser le long de son corps pour finalement trainer à ses pieds, soulevant légèrement ceux ci pour avancer vers le lit et tirer la couette. Son corps encore chaud se glissant entre les draps froid, frissonnant de la tête aux pieds en un doux sourire. Elle s'était tout simplement endormi, ni plus ni moins.

Le réveil fut rude, ayant oublié de tirer le rideau la veille, le soleil caressait son visage endormi, sourcil légèrement froncé gêné par la clarté visible. Un léger grognement avant de pousser un soupir agacé, ouvrant doucement les yeux. Quel heure était-il? En hiver le soleil se levait bien tard en temps normal. Son corps s'était redressé pour finir assise dans le lit, ses cheveux en pagaient en disant long sur sa nuit, frottant ses yeux tel une enfant encore endormi, elle finit par tendre les bras en l'air tout en s'étirant, baillant grandement avant de quitter le lit. Il devait être trop tard pour un petit déjeuner, ainsi, elle finit par se doucher, peigner ses long cheveux pourpre, sortir de sa valise une robe en coton couleur rouge, enfila son manteau, prenant soin de prendre un peu de monnaie avant de quitter la chambre.

Elle ne savait pas vraiment où aller car d'ordinaire, elle venait en Angleterre pour des affaires, les affaires de son père, autant dire que ça devait faire presque deux ans qu'elle n'avait pas remis les pieds ici. Certaine chose avait changé, d'autre non, alors, tout simplement elle s'était promené. Pas très loin de l'hôtel, certes, car il serai regrettable de se perdre et perdre ainsi tout le contenu de sa valise. 

Au détours d"une rue, elle fut comme stoppé net dans sa marche, regardant ce qui se dressait devant elle, un lieu qui , part la lueur de la nuit, devait certainement resplendir de mille feu. La Tamise. Petite déjà, elle trouvait cet endroit des plus fascinant, sans même savoir pourquoi. Elle ne pouvait décrocher son regard, tout en se mettant grandement à sourire, et de reprendre une marche tranquille jusqu'à arriver à côté du pont. Pourtant en France aussi il y avait ce genre de chose, mais étrangement, aucune des structures ne la fascinait autant que celle ci.  Elle finit par dire une petite chose dans sa langue natal.

'Magnifique, vraiment magnifique, je pourrais attendre des heures juste pour voir ce lieu à la tombé de la nuit.'

Tout en voulant se retourner, elle n'avait pas remarqué que quelqu'un se tenait juste derrière elle. Inévitablement, la petite Zoe lui était rentré dedans, surprise, elle fit deux pas en arrière avant de perdre l'équilibre, et finit par glisser vers le sol sans même comprendre e qu'il lui arrivait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tel un coquelicot au bord de l'eau. [RP Libre]   Jeu 11 Sep - 21:51

La ville de Londres était recouvert d'une épaisse couche de neige depuis que l'hiver s'était installé. La saison froide avait commencé sous les yeux de la tendre Yuna qui observait le paysage extérieur à travers la fenêtre de sa chambre. Par une seul toiture, pas une unique rues n'avaient été épargné par les flocons de neiges. Les personnes qui circulaient en Ville avait revêtu leur vêtement les plus chauds. Cette période s'annonçait très difficile pour les familles de la classe moyenne. Certains n'avait pas d'argents pour s'acheter des habits convenables. Tout ce changement ne bouleversait pourtant pas le quotidien de la demoiselle qui se résumait à faire ses leçons et à poursuivre son apprentissage. Devenir Majordome était l'objectif principale de la benjamine. Cependant aux files des années aux cotés de son maître, elle s'était créé des liens avec ce derniers. Depuis, elle le considérait comme son tuteur, son second père. Elle l’attendait patientent sur le sur le rebord de la fenêtre, les yeux rivés au ciel et allongé, encire habillé de sa robe de nuit blanche. Les minutes défilaient très lentement, le temps semblait être figer. Elle pensait à sa famille, à ces actes qui l'avait poussé à fuir toujours plus loin et aux sorcières qui la recherchaient activement. Sans doute, ces ennemies savaient déjà où elle se cachait. Cette idée la fit grimaçait. Si c'était le cas, alors elle risquait  d'apporter des ennuies à son hôte. Elle priât, assise à terre et les mains jointes, les kamis de bien vouloirs protéger ses proches. Son vœux seraient probablement entendu mais pas réaliser. Espérer était l'unique chose à faire.


Au rez de chaussé, la porte d'entrée s'ouvrit en faisant un bruit assourdissant. C'était le propriétaire du petit appartement qui revenait, épuisé d'avoir accomplit son dure labeur. Se faisant âgé, Monsieur Chester ne pratiquait plus son métier de la même manière. Bien qu'il soit à la retraite, il fut sans cesse réclamé par le compte qu'il avait servi. Il fallait le dire, les talents de Bob étaient rare et le Noble ne pouvait pas se passer de son plus fidèle domestique. Les absences répétitives de son père adoptive l’inquiétait. Il était entrain de s'épuiser et ce malgré les remarques de sa fille. Selon ce dernière un Majordome se doit d'être à l'écoute de son supérieur, ainsi d'exécuter tout les ordres qu'ils donnera. Bien qu'elle trouvait cela égoïste de la part du Compte, elle se tut. Puisqu'elle était dans l'incapacité de le convaincre, elle avait décidé de le laisser faire. De lui-même, il comprendra que ses forces n'étaient plus celles d'auparavant.

Le vieux homme était assit à son fauteuil vert en daim, courbé sur les accoudoirs, les mains entrecroisés et le regarde livide, fixant le feu de la cheminé. Yuna s'était précipité de le rejoindre en empruntant d'abord les escaliers puis le couloir principale qui menait au salon. Elle s'agenouilla à proximité de ce dernier, mettant sa tête sur les jambes de son tuteur. Le maître des lieux ne réagit pas, ayant le regard perçant droit devant lui. Il paraissait si éloigné de la réalité à cet instant précis. Même les crépitements du feu ne parvinrent pas à le ramener sur terre. La jeune fille leva la tête, le fixa avec insistance. Yuki, son chat au pelage pâle les scrutait, allongé sur le tapis. Curieusement l'animal ne miaulait pas, il était calme. La sorcière sentit la tension monter au fur et à mesure que l'attente de voir son père adoptif réagisse se prolongeait. Finalement, elle l'abandonna à son sort. Si il ne désirait pas lui parler, alors elle ne parviendrait pas à le faire.

Retourner dans ses quartiers, elle se lava, se hâta de se revêtir de sa tenue de majordome et s'en alla de la demeure familial. Partir à l'aventure était une activité rarissime que cette dernière pratiquait. Habitué à vivre au travers de ses livres, elle découvrait petit à petit la réalité. Le monde était un tout autre univers. Un endroit dans lequel l'injustice ne paie presque jamais. Si il existait bel et bien un être supérieur capable de punir ceux qui accomplissaient des actes malveillante, alors Yuna espérait qu'il puisse lui redonnait espoir dans ce monde cruel et dépourvu de gentillesse.




Durant sa promenade, elle se rendit compte qu'il faisait nuit. Le ciel était couvert de milliers d'étoiles et d'une Lune resplendissante. La lumière de l'astre lunaire se répandait sur la totalité de Londres. La tamise semblait bien plus belle que ces derniers en cette soirée de saison froide. Yuna marchait le long du pont en fixant le firmament. A la surface des eaux froides, il était possible d'apercevoir le reflet de la ville illuminés d'une multitudes de couleurs. Face à un tel spectacle, la sorcière ne put que d'arrêter et l'admirait. Malheureusement sa joie fut de courte durée lorsque quelqu'un se heurta à elle. Par réflexe, le majordome se retourna et attrapa la main de l'inconnue pour qu'elle ne puisse pas tomber. Elle la ramena jusqu'à elle, dans ses bras.

A sa grande surprise, elle découvrit sous ses yeux une jeune femme ravissante, aux cheveux et aux yeux écarlate. Elle fut évidemment jalouse de la beauté de cette dernière, cependant étant sous les traits d'une homme, elle se devait de jouer son rôle à la perfection. Yuo aurait réagit d'une autre manière, il l'aurait secouru comme elle l'avait fait mais il se serai également inquiété de l'état de la mystérieuse Lady. Sans plus attendre, elle se mit dans la peau de sa double facette : Celui d'un gentleman attentif, doux et polie.

« Veuillez m'excusez Lady. Dit-elle en lui faisant un baise-main. J'espère que vous ne tiendrais pas rigueur de mon manque d'attention. »

Comme une japonaise courtoise, elle s'inclina à deux reprises pour faire preuve de plus de respect. Elle la dévisageait de la tête aux pieds. Apparemment la Lady était une amatrice de la mode. Elle portait une magnifique robe rouge et un manteau très soyeux. Le goût de la donzelle étonnait Yuna qui avait côtoyé de nombreuses femmes qui en manquaient. Elle tourna plusieurs fois autour de celle-ci, s'apercevant qu'elle ferai une très bonne mannequin pour ses futures créations. C'était une idée qu'elle avait eut sur un coups de tête, mais très intéressante.

« Excusez-moi, Lady de vous dire cela en tout honnêteté mais vous êtes l'une des plus belles femmes qui j'ai jamais rencontré. Non seulement vous êtes doté d'une beauté rarissime mais en plus de cela, vous savez prendre soin de votre corps et de vous. »

Son regard saphir croisa celui de braise de la jeune inconnue. Elle jouait avec le feu et elle aimait cela. Sa double personnalité, du moins son jeu d'acteur lui plaisait énormément. C'était la première qu'elle mettait à profit son cotée de séductrice en tant que Majordome. Il s'agissait d'un test afin de s'assurer que son charme agissait toujours, mis cette fois-ci sur la gente féminine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tel un coquelicot au bord de l'eau. [RP Libre]   Dim 4 Jan - 2:40

Zoé s'attendait au pire, et plus encore à la douleur , fermant les yeux fortement en un soupir surpris. Mais au lieu de ça rien, rien à part une main qui l'avait attrapé puis blotti contre un corps chaud. Le premier sentiment qu'elle ressenti, un grand soulagement, le deuxième une pointe d'agacement, le troisième, une surprise tout en rouvrant les yeux. Un beau et charmant jeune homme l'avait attrapé, lui évitant une chute, une douleur et de beau vêtements taché à vie.. Hm.. à regarder de plus près, il était vraie qu'il avait du charme, un brin féminin tout de même mais soit, charmant à souhait. Ce jeune homme pleine de grâce lui rappelait à quelle point la jeune femme aimait cette ville. Au moins ici, elle ne perdra pas de temps.

Elle se mit à sourire, tendrement, époussetant doucement, puis replaçant son chapeau sur sa tête. Zoé ne pouvait lui en vouloir, après tout, c'était bien elle qui ne s'était retourné à temps pour anticiper le drame futur. Sa tenue était représentative, l'élevant au rang de domestique. Mh. Elle fit une petite inclinaison, puis se mit le dos droit avant de dire doucement, purement et simplement.

"Oui, merci bien. Grâce à vous, nulle tracas m'est arrivé. Mes vêtements ont été épargnés. Que demander de plus mon cher?"

Il tourna autours d'elle, le suivant quelque peu du regard, elle attendit patiemment qu'il cesse. Que voulait dire ce comportement? était-ce une admiration étrange? Elle en était presque gêné. Ainsi dans la rue, les personnes aux alentours pourraient les prendre pour des fous. Hors de question! Ouvrant la bouche, comme pour dire quelque chose, elle fut stoppé net par des compliments.

Ses joues se tintèrent de rouge. Lui, savait s'y prendre avec les femmes, du moins en partis.

"Oh, comme c'est adorable.. Merci bien, mais je le sais, je ne puis être la plus belle mon cher.. Néanmoins, vos compliments me vont droit au cœur."

Melle Pommier aimait être complimenté, en particulier sur sa beauté. Étant une femme narcissique, elle s'était retenu de commentaire désobligeant. L'obligeant ainsi à travailler son jeu de la douce jeune femme, fraiche, frêle et fragile. Mais il était évident que pour elle, personne ne pouvait égaler sa beauté, non personne. Elle se devait être la plus belle femme. Sans cela, son travail serai fichu.  

Elle souriait doucement, fixant le jeune homme du regard, ses yeux écarlate dans son regard océanique. Hm, de beau yeux.. Elle fini par poser une question qui, pour le coup lui sembla assez évident.

'Mh.. Vous êtes majordome n'est-ce pas? L'uniforme ne diffère pas tant que ça de mon pays finalement...Mais dites-moi, vous avez bien un maitre?'

Qui dis majordome, dis argent. Et qui dis argent, dis Zoe. Peu être bien que cette rencontre n'était-elle pas finalement le fruit d'un pur hasard? Mais peu être bien une chance inouïe de pouvoir entamer son métier? Tout cela dépendait à présent de sa réponse.



[HRP: Je suis terriblement désolée pour cette réponse si tardive.. Je ferai tout pour me rattraper, promis. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tel un coquelicot au bord de l'eau. [RP Libre]   Aujourd'hui à 3:27

Revenir en haut Aller en bas
 

Tel un coquelicot au bord de l'eau. [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un certain bord de mer...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» A bord du Goeland
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» Coucher de Soleil au bord de l'eau [Vanille et Canelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji Dynasty RPG :: Archives :: Rp abandonnés.-